Flux RSS

Archives de Catégorie: Israël

Désinformation. « Pacifiques » palestiniens contre « belliqueux » israéliens.

Publié le

Ce lundi, nos médias annoncent la mort de  52 « pacifiques » palestiniens sous les balles de méchants israéliens qui n’auraient eu aucune raison de tirer sur des milliers de familles venues protester « gentiment » aux frontières pour clamer « l’injustice » qui leur est faite de l’installation d’une ambassade américaine à Jérusalem.

Pour les musulmans, Jérusalem c’est Al Qods, la ville sainte qui ne devrait appartenir qu’à l’Islam ce qu’ils réclament régulièrement par des manifestations. Autrement dit, pour les palestiniens musulmans, il n’y a pas de négociation possible avec Israël sur le contrôle de Jérusalem qui est aussi la raison d’être des chrétiens, ce qu’ils nomment la « Terre sainte » où ils se rendent régulièrement et librement en pèlerinage sans être persécutés. Pense-t-on sérieusement que si Jérusalem était contrôlée par des musulmans, la ville serait accessible aux non musulmans ? Il suffit d’observer la manière dont chrétiens et juifs sont persécutés dans les pays musulmans pour en avoir une idée.

La vidéo ci-dessus publiée ce jour par le Gatestone Institute, est instructive pour quiconque veut se faire une opinion la plus juste possible sur le conflit israélo-palestinien après avoir vu et entendu les médias principaux donner leur version des faits nettement en faveur des palestiniens. Même si cette vidéo est subjective, le réalisateur Pierre Rehov annonce la couleur de même que le Gatestone institute qui est ouvertement en faveur de la défense d’Israël et engagé dans la lutte contre l’antisémitisme.

Pour en savoir plus

  • La Journée mondiale d’Al-Quds (Rooz-e jahaany-e Qods en persan : روز جهانی قدس) est un événement annuel destiné à protester contre le contrôle israélien sur Jérusalem (dont le nom arabe est Al-Quds : القـُدْس) et à exprimer la solidarité avec le peuple palestinien. Elle a été instaurée en 1979 par l’Ayatollah Khomeini, fondateur de la République Islamique d’Iran, et se déroule le dernier vendredi du mois de ramadan1.

En France, c’est le Parti des musulmans de France, qui, le premier, a organisé une manifestation de ce type en octobre 2007.

En septembre 2008, une manifestation prévue à Paris à l’appel du centre Zahra a été interdite pour risque de troubles à l’ordre public.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_mondiale_d%27Al-Quds

Israël tes jours sont comptés. Pour la paix dans le monde, Israël doit être détruit. http://philosemitismeblog.blogspot.fr/2011/08/charmantes-photos-de-la-journee-al-quds.html

  • L' »ami » de la France, Mohammed VI, président du comité Al Qods

Le Roi Mohammed VI a une nouvelle fois réagi lundi suite au transfert de l’ambassade américaine en Israël à Al Qods (Jérusalem). Dans une lettre adressée au président palestinien Mahmoud Abbas, le Souverain a exprimé sa « profonde inquiétude et préoccupation » suite la mise en œuvre de la décision de l’Administration américaine. Mohammed VI a ainsi rappelé l’importance « extrême » de la ville d’Al-Qods, « non seulement pour les parties au conflit, mais également pour les adeptes des trois religions monothéistes ». « Toute atteinte au statut juridique et historique reconnu d’Al-Qods, renferme le danger d’entraîner la question palestinienne dans les méandres des conflits religieux », a également averti le Souverain.

« Nous réitérons notre rejet de cet acte unilatéral contraire à la volonté exprimée de façon continue par la communauté internationale qui, à travers les résolutions du Conseil de sécurité y afférent, appelle à s’abstenir de toute action de nature à altérer le statut politique établi de la ville d’Al Qods », a également affirmé le Roi. http://leconomiste.com/flash-infos/al-qods-le-roi-hausse-le-ton

http://www.jeuneafrique.com/499916/politique/statut-de-jerusalem-mohammed-vi-president-du-comite-al-qods-interpelle-donald-trump/

  • La grande mosquée de Lyon incite à la conquête de Jérusalem sur son site

La ville d’Al-Quds est une importance stratégique. D’une vue géopolitique, elle est « le cœur du monde musulman, géographiquement et religieusement », comme décrit le savant de la géopolitique Djamal Hamdan dans son livre « le monde islamique aujourd’hui ». Le lien est important entre cette ville et la civilisation musulmane. Le danger la menaçant, menace aussi le monde arabo-islamique.

Notons que la Palestine est un point de rencontre entre les trois continents Asie, Afrique et Europe. Un centre où les différentes cultures se mélangent. La Palestine se distingue par sa diversification géographique. La vallée, la montagne et le désert sont voisins. La Palestine était influencée par plusieurs civilisations. Al-Quds était, dès sa construction un lieu de pèlerinage…http://www.mosquee-lyon.org/forum3/index.php?topic=2014.0;wap2

Notons que ce texte apparaît sur plusieurs sites en des termes absolument identiques mais qu’il n’est signé que sur le site de la mosquée de Lyon.

Négationnisme. Le fait juif dans l’histoire de France

Publié le

Les Français sont profondément antisémites, d’un antisémitisme passif pour la plupart mais que l’antisémitisme musulman vient encourager par son antisémitisme actif ancré dans les versets coraniques et les hadiths. Idéologie de gauche et islamisme se rejoignent dans la haine de l’état d’Israël qui incarne la vitalité, le courage et la créativité du juif honni depuis des millénaires, bouc émissaire intemporel considéré comme responsable des malheurs du monde entier.

Personnellement, j’y vois une révolte pathologique contre le Père puisque chrétiens et musulmans sont à l’origine, et pour la plupart, des juifs convertis. Le judaïsme aurait 5 000 ans, le christianisme 2 000 et l’islam 1 400. L’archéologie et l’anthropologie attestent de ces réalités inadmissibles pour les ignorants et les fanatiques qui haïssent pour imposer leur vérité idéologique sans craindre leurs contradictions. Dieu ou Allah sont des fictions pratiques pour justifier leurs crimes.

Résultat de recherche d'images pour "A great cartoon showing the blindness anti-Israel activists tend to display."

http://blog.eretzyisrael.org/post/134500310772/a-great-cartoon-showing-the-blindness-anti-israel

Certes, il y a des andouilles dans la communauté juive comme il y a des personnes respectables dans les communautés chrétiennes et musulmanes. On ne peut oublier que des juifs ont été sauvés des crimes nazis par des protestants et des catholiques qui les ont cachés, hébergés, nourris et protégés à leurs risques et périls dans la France occupée. Et les juifs leur sont reconnaissants qui leur ont décerné le titre de « Justes ». Je ne connais pas de « Justes » musulmans mais il y en a peut-être.

Dans l’article ci-dessous, Johann Margulies explique pourquoi s’affirmer contre tous les racisme ne permet pas de lutter contre l’antisémitisme. De même que refuser d’inclure le sexisme dans la loi anti raciste avait permis de noyer le poisson poison du machisme gynophobe.

Comme si combattre tous les racismes signifiait combattre l’idée en général de racisme, proposition aussi inopérante que lâche, étant donné les déterminations à chaque fois tout à fait spécifiques desdits phénomènes. Car c’est bien ce que cela signifie combattre en bloc, c’est passer du particulier au général, effacer toute spécificité historique, culturelle et religieuse aux phénomènes et donc les rabattre les uns sur les autres, dans un joli millefeuille dégoulinant de miel indifférenciant, qui finira, oui, par se figer en bloc, par enfermer toute dialectique sur elle-même dans la roche, et pour enfin crier sans n’avoir pas fait avancer d’un iota une quelconque cause, si ce n’est la sienne et son confort : « Je suis contre tous les racismes », affirmation vide à laquelle on ne peut rien opposer sous peine de passer pour le fils spirituel de Pétain.

Pourquoi ils ne supportent pas les Juifs

Ce qui rend fou l’antisémite, c’est l’incompréhensible persistance du fait juif dans l’histoire

 Si les attentats que subit la France, et en particulier les meurtres antisémites, ont réveillé un sentiment chez moi, c’est bien celui d’une forme de culpabilité à ne pas avoir pris la parole plus tôt…

Pendant longtemps, en tant que Français juif, je voulais croire aux idéaux du contrat républicain, uniques dans le monde, permettant de nous protéger tous contre les assauts dans l’espace public d’un pouvoir excessif des religions et de leurs fanatismes. Mais force est de constater que les carnages se multipliant, les juifs ne sont plus en sécurité dans notre République. Bien que toujours habité par l’esprit de nos pères fondateurs, je suis en colère d’être acculé au cynisme. Je me suis surpris à ressentir une gêne à repenser à mon comportement passé, consistant à participer passivement à la dissimulation. J’avais certainement peur, mais la simulation ne peut que retarder le retour du réel en pleine face. La coupe est pleine, et un des grands bienfaits de la fameuse tribune des 300 aura été, peut-être, comme notre époque aime si bien à le dire de « libérer la parole ». Alors, écoutez bien la mienne, et considérez que son aigreur vient de l’indigestion de votre déni.

La tartufferie « antiraciste »

« Je ne vois pas pourquoi il faudrait privilégier un racisme par rapport à un autre, a-t-on pu entendre ici ou là chez les égo-grégaires, on doit les combattre tous, en bloc ! » Outre le rire provoqué par la métaphore guerrière lancée par un commissaire de plateau, et la vision géologique que ces vertueux se font des phénomènes de haine, il faut avouer que ces sorties tonitruantes ont de quoi irriter. Comme si combattre tous les racismes signifiait combattre l’idée en général de racisme, proposition aussi inopérante que lâche, étant donné les déterminations à chaque fois tout à fait spécifiques desdits phénomènes. Car c’est bien ce que cela signifie combattre en bloc, c’est passer du particulier au général, effacer toute spécificité historique, culturelle et religieuse aux phénomènes et donc les rabattre les uns sur les autres, dans un joli millefeuille dégoulinant de miel indifférenciant, qui finira, oui, par se figer en bloc, par enfermer toute dialectique sur elle-même dans la roche, et pour enfin crier sans n’avoir pas fait avancer d’un iota une quelconque cause, si ce n’est la sienne et son confort : « Je suis contre tous les racismes », affirmation vide à laquelle on ne peut rien opposer sous peine de passer pour le fils spirituel de Pétain.

Qualifier un phénomène, c’est «mettre de l’huile sur le feu»?

Je lisais dans la même veine récemment un tweet d’un amiral dopé à la grenadine: « L’antisémitisme n’est ni de gauche ni de droite, ni catholique ni musulman, ni urbain ni rural, ni ancien ni nouveau… Il est une aberration protéiforme que nous devons combattre en bloc. Qualifier l’antisémitisme, c’est attiser ce qui le nourrit et affaiblir ce qui le combat. »

Xavier Alberti

@xavier_alberti

 
 

L’antisémitisme n’est ni de gauche ni de droite, ni catholique ni musulman, ni urbain ni rural, ni ancien ni nouveau… Il est une aberration protéiforme que nous devons combattre en bloc. Qualifier l’antisémitisme, c’est attiser ce qui le nourrit et affaiblir ce qui le combat.

Indifférenciation puissance 1000, pour Xavier Alberti, qualifier un phénomène, c’est « mettre de l’huile sur le feu », autre mantra répété partout, oubliant ce faisant que si on peut mettre de l’huile sur un feu, c’est qu’il y a déjà du feu qui brûle, quelque part, si l’on veut bien laisser place au réel. Bref, probablement auréolé de tant de témérité virtuelle, Monsieur Alberti nous a inventé l’antisémitisme version En Marche, ni de gauche ni de droite, ni rien du tout en fait, une essence flottante a-signifiante, un antisémitisme anhistorique dont l’ennemi juré n’est pas l’antisémite mais ceux qui veulent le penser dans l’histoire, précisément, enfin pour ce qu’il en reste.

S’ensuivit l’intervention du 26 avril 2018 sur LCI d’une syndicaliste, répondant à Barbara Lefebvre rappelant les chiffres honteux de l’exil intérieur de nombreuses familles juives d’Ile-de-France. Pour notre CGTiste, d’ailleurs en symbiose totale avec le député En Marche, jouant le rôle du robot-janissaire, présent également sur le plateau, ne sachant débiter que des appels à l’unité, si ces familles s’en vont des quartiers, c’est parce que, lorsqu’on est plus aisé, on aspire à déménager. Terrible prouesse niant l’antisémitisme en exhibant LE cliché antisémite par excellence. Vu les proportions des départs de familles juives, madame pense que les juifs des quartiers sont donc forcément riches. 

Il est plus confortable de revivre des affaires déjà résolues

Je passe bien sûr outre les différents textes révélant la même contorsion interne à feindre de ne pas comprendre la différence entre obsolescence et suppression de versets, je zappe les appels à ne pas oublier l’antisémitisme d’extrême droite (ils ont raison, mais l’on rétorquera que personne n’est soudainement frappé d’amnésie et que bien sûr l’on comprend bien qu’il est plus confortable de revivre des affaires déjà résolues), je tente d’oublier l’inénarrable Poutou sur BFM TV, le procès en fascisation du Printemps Républicain. Pour en arriver enfin à un tweet glaçant de notre sénescent et compromis Edgar Morin, qui avec la même verve que les coachs en développement très personnel, nous a gratifiés de : « La judéophobie aggrave l’islamophobie, qui aggrave la judéophobie qui aggrave l’islamophobie dans un cercle vicieux infernal », tweet aussi tétanisant d’idiotie que le communiqué de presse de l’ambiguë Grande Mosquée de Paris dénonçant un « procès délirant fait à l’islam ». Non Dalil, c’est un procès fait à l’islamisme donc à une certaine lecture du texte et à une réalité culturelle documentée au sein de nombreuses familles arabo-musulmanes. Et Non Edgar, judéophobie n’est pas antisémitisme qui n’aggrave rien à l’islamophobie qui n’est pas racisme anti-arabo-musulmans mais un concept postmoderne comme on les aime permettant la confusion entre la haine d’une religion et la haine des individus s’en réclamant.

Israël, le grand Satan des altermondialistes

Last but not least, dans cette parade quasi-hallucinatoire, il fallait bien entendu en venir à l’Etat d’Israël, le grand Satan des altermondialistes, Israël, l’incarnation-même du racisme. Voilà, l’inversion générale consommée. Quel destin notre époque réserve-t-elle au Mal ? Elle le fait habiter à Tel-Aviv. Quand nos débatteurs professionnels en ont eu fini de leurs appels à prêcher pour une réalité où l’antisémitisme serait une hallucination de méchants réactionnaires néo-fachos, conscients que quelque chose (le réel) dans ce Manifeste résistait profondément à leur catéchisme consolatoire ; alors, heureusement, il y a encore Israël ! Confondant à dessein de la dérobade la critique légitime de la politique du gouvernement israélien, comme de n’importe quel autre gouvernement du monde, avec la haine du projet national juif, qui caractérise l’antisionisme, ont-ils vu que dans la bouche de nombreux de nos compatriotes, il faille faire payer aux Français Juifs les actions d’Israël, car Israël (donc les juifs) s’en prend à des frères palestiniens. L’Oumma des fanatiques est touchée en son cœur.

Je sais, c’est agaçant, le fait juif persiste, et il a, ce gredin, sale voyou de l’histoire, petit fossile vivant des temps antiques, l’outrecuidance, en plus de s’intégrer à toutes les Républiques, de persister dans toute sa variété en déployant infatigablement toutes ses dimensions. Ce qui rend fou l’antisémite et déstabilise nos post-hégéliens, c’est l’incompréhensible persistance du fait juif dans l’histoire, et l’incompressible multitude de vies humaines qui n’en finissent pas d’avoir l’intention d’être juives. C’est que c’est profondément réactionnaire ! Les néo-humains qui me servent de contemporains détestent l’histoire et n’ont que faire des témoins de toute forme d’historicité. Qu’ils meurent en silence de ce nouvel antisémitisme, l’équilibre de notre simulacre de société en dépend.

Pâques et Pessach 2018. Au-delà de la manifestation « pacifique » des Palestiniens de Gaza

Publié le

Vendredi 30 mars, alors que juifs et chrétiens célèbrent pâques selon leur convictions réciproques, le Hamas a envoyé les gazaouites au casse-pipe avec pour seules armes des pierres et des cocktails Molotov alors que cette organisation possède armes et armée, comme on peut le voir sur certaines photos comme celle-ci prise en décembre 2016 pour le 29ème anniversaire du Hamas Source Al Jazeera

Résultat de recherche d'images pour "gaza demonstration"

Comme par pur hasard cette manifestation au cours de laquelle 16 palestiniens ont été tués par les forces de défense israélienne, a été organisée 17 jours après l’attaque du premier ministre de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui circulait dans la bande de Gaza. 55 sympathisants et militants du Hamas ont été arrêtés, ce qui a entraîné des manifestations à Gaza, contribuant à la dite misère des gazaouites qui préfèrent l’attribuer à Israël et aux USA. Source  Al Jazeera

Malgré les accords de paix, re-signés périodiquement depuis 2007) entre le Hamas et l’Autorité palestinienne, assassinats, détention et persécutions se perpétuent entre Palestiniens. En réalité, le Hamas veut renverser Abbas et Abbas veut contrôler la bande de Gaza détenue par le Hamas en s’appuyant sur Israël qui défend sa frontière. le Gatestone Institute explique cela très bien dans un article récent https://www.gatestoneinstitute.org/12095/hamas-gaza-weapons-control

Le résultat de ce profond désaccord entre l’Autorité palestinienne et le Hamas est cette manifestation « pacifique » parce que privée des armes du Hamas mais haineuse et armée de pierres et de cocktails Molotov à l’assaut de la frontière israélienne. 16 palestiniens ont péri et on ne compte pas les blessés.

Le drame est que le monde est indigné par la « monstruosité » de Tsahal rendue responsable de ces morts alors que les véritables responsables sont le Hamas, l’Etat islamique et les gouvernements arabes qui les encouragent, le peuple palestinien étant la victime consentante de sa manipulation létale au profit d’organisations politiques cyniques en Palestine, en Israël, en France, aux USA et autant dans le monde occidental que dans le monde musulman.

La Connectrice

Quelques images de la manifestation « pacifique » du vendredi 30 mars 2018

https://static01.nyt.com/video/players/offsite/index.html?videoId=unknown

Pour en savoir plus

  • Détentions arbitraires en Palestine. Le régime dictatorial de l’Autorité palestinienne enferme ses opposants et les prive de tout droit humain dans le silence le plus total des médias

https://www.gatestoneinstitute.org/11822/palestinians-arrests-detention

  • Corruption de l’Autorité palestinienne. Alors que le peuple manque de soins médicaux, Mahmoud Abbas vient de s’offrir un avion présidentiel à 50 millions de dollars. Les bailleurs de fonds pour la Palestine, américains et européens ne contrôlent pas l’utilisation de leurs versements.

https://www.gatestoneinstitute.org/12103/palestinian-authority-corruption

 

Humour. Israël et les Palestiniens

StandWithUs is with Ron Traub and Penny Shuman.

A great cartoon showing the blindness anti-Israel activists tend to display.

Yossi Shahar for TICP – The Israeli Cartoon Project

No automatic alt text available.
Résultat de recherche d'images pour "A great cartoon showing the blindness anti-Israel activists tend to display."
-T’as vu ça ? Les Juifs ont trouvé un sceau du roi d’Israël vieux de 2 700 ans !
-Horreur ! J’savais pas que l’occupation était si ancienne !

Réfugiés du monde HCR 9700 salariés, réfugiés palestiniens UNRWA 30 000 employés !

Un article publié par le magasine Causeur ose dire ce que personne ne veut savoir sur la réalité des réfugiés palestiniens. Selon l’auteur,les véritables réfugiés palestiniens selon la définition de l’ONU, étaient au nombre de 600 000 en 1948. Aujourd’hui, l’ONU en comptabilise 5 millions, c’est à dire les descendants. A la lueur de cette réalité, la première chose qui me vient à l’esprit est que les dirigeants palestiniens et leurs alliés ont tout intérêt à maintenir un état de guerre avec Israël et refusé la coexistence de deux états. S’il n’y a plus de guerre, alors il n’y a plus de réfugiés …S’il n’y a plus de réfugiés, alors finie la manne financière de l’ONU et de l’Europe, finis ces 30 000 emplois à l’UNRWA qui sont occupés en majorité par des gazaouites et des cisjordaniens.

A ce compte là, Manuel Valls et Anne Hidalgo sont des réfugiés espagnols dont les parents et grand-parents ont du fuir le régime franquiste. Leurs enfants et éventuels petits-enfants sont des réfugiés comme le seront leurs arrières-petits-enfants. Tous les descendants -sans limite de génération- de ceux qui ont fuit les dictatures et les guerres sont des réfugiés : Espagnols,  Portugais,  Italiens,  Polonais,  Pieds-noirs,  Russes,  Roumains,  Iraniens,  Algériens, Arméniens,  Grecs, juifs ashkénazes et séfarades, Soudanais et toutes celles et ceux qui ont du fuir des régimes totalitaires et des guerres sont des réfugiés.

Je suis une réfugiée moi-même (mon père juif a du fuir la Pologne pour sauver sa vie) et je devrais camper à la frontière de la Pologne pour réclamer la restitution des biens de ma famille exterminée par les nazis avec la complicité des polonais. Je ferais la grève de la faim, j’alerterais les médias, je terroriserais la population polonaise et les complices de ses dirigeants à travers le monde, je ferais exploser les skieurs de Zakopane et les fonctionnaires de Varsovie, j’égorgerais au hasard tout en sabotant les efforts de paix pour maintenir mon statut de réfugiée et tous les avantages qui vont avec. D’ailleurs mon campement se serait rapidement amélioré puisque grâce à ces subsides je possèderais un joli chalet en bois équipé d’un home cinéma, de WIFI et de tout le confort que donne la société occidentale à celles et ceux qui travaillent dur pour se le payer. Quand les négociations en faveur de la restitution des biens de mes ancêtres progresseraient, je lancerais une bombinette fourrée de clous et de méchantes bactéries dans un aéroport et je serais tranquille pour quelques temps, tranquille pour savourer les avantages de mon statut de réfugiée.

Suivons l’exemple des réfugiés palestiniens. J’invite tous les descendants des exilés du totalitarisme et de la guerre, sans souci de génération, à aller camper aux frontières des pays de leurs origines pour réclamer réparation le temps que la manne de l’ONU pour les réfugiés continuera de couler, 70 ans s’il le faut, comme les Palestiniens.

La Connectrice qui ne supporte ni le mensonge, ni le déni, ni l’hypocrisie, ni le cynisme, ni l’injustice.

Peut-on parler de « réfugiés » palestiniens?

L’ONU doit traiter de la même façon tous les réfugiés dans le monde, y compris les « réfugiés palestiniens » et revoir le rôle de l’UNRWA

Sur ce cliché (ci-dessous) qui date des années 1940, la petite fille qui se tient à côté de son frère devant leur grande maison est ma mère.

israel-palestine-onu

A ce moment-là, ils doivent abandonner cette bâtisse du quartier d’Al-Alwiyah à Bagdad. Eux, comme 120 000 juifs, ont fui l’Irak pour Israël en laissant derrière une vie entière. Leur citoyenneté irakienne leur a été retirée. Ils sont arrivés dans des camps de transit en Israël où ils ont connu le destin de réfugiés.

‪J’ai remis la semaine dernière cette photographie à M. Jason Greenblatt, l’émissaire du président Trump pour le Moyen-Orient, dans le cadre d’une session de travail de la Commission des Affaires étrangères et de la Sécurité de la Knesset qui se tenait aux Etats-Unis. Je voulais lui parler de cette partie de l’histoire qui semble avoir été oubliée, celle où plus de 800 000 juifs ont dû fuir les pays musulmans dans lesquels ils vivaient quand Israël fut créé. Mais aucun d’entre eux n’a bénéficié d’un quelconque statut de réfugié ou ne l’a exigé. Ni les générations suivantes, comme moi, mon frère, ou mes quatre soeurs. Je lui ai donc dit qu’il était temps que l’ONU définisse de manière égale le statut de tous les réfugiés du monde entier et cesse d’accorder aux Palestiniens un traitement spécial en leur garantissant un statut de réfugié qui se transmet de génération en génération. Celui-ci leur est conféré par l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) (sous l’influence du Hamas, une organisation terroriste qui contrôle Gaza), qui reçoit des financements phénoménaux par rapport aux organismes d’aide aux réfugiés.

Réfugiés de génération en génération

‪En réalité, seulement 1% de Palestiniens sont de « vrais » réfugiés, conformément à la définition de l’Office de secours: « les personnes dont le lieu de résidence habituel était la Palestine entre juin 1946 et mai 1948, qui ont perdu à la fois leur maison et leur gagne-pain (à la suite du conflit israélo-arabe de 1948) ». Les autres 99 % sont leurs descendants. N’est ce pas absurde ? Sur les 600 000 réfugiés palestiniens comptabilisés par l’UNRWA il y a 70 ans, le nombre est passé à plus de 5 millions, et chaque jour, à chaque naissance, il ne fait qu’augmenter. Sans contrôle, cette population de pseudo-réfugiés ne s’arrêtera jamais de croitre. Et l’UNRWA est entièrement responsable de cette situation.

L’UNRWA a des intérêts financiers et politiques à maintenir cette fiction de « réfugiés palestiniens »: tant qu’ils seront considérés comme tel, les fonds afflueront. Alors que le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui se concentre sur la réhabilitation des réfugiés et leur adaptation au pays d’accueil dans le monde entier compte environ 9700 salariés à l’échelle mondiale, l’UNRWA, exclusivement dédié aux Palestiniens, emploie 30 000 personnes qui, en grande majorité, sont des Palestiniens qui travaillent à Gaza et en Cisjordanie.

L’Onu doit prendre ses responsabilités

Au mois d’avril, un rapport signé par le groupe de surveillance UN Watch accusait les écoles de l’UNWRA d’incitation au terrorisme. Le document détaille des dizaines d’exemples d’instigation, et révèle des photos où l’on voit des agents des Nations unies glorifier l’enlèvement d’enfants juifs ou les tirs de roquettes sur les civils israéliens, faire l’éloge du Hamas et du nazisme au cri de « Allah bénit Hitler ». Le rapport souligne que l’UNRWA viole son devoir de neutralité et de rejet de toute forme de racisme, en soutenant ouvertement le Hamas. Plus scandaleux encore, l’UNRWA serait complice de crimes de guerre en laissant le Hamas utiliser ses infrastructures à Gaza pour lancer des missiles contre Israël ou creuser des tunnels dans le cadre d’opérations terroristes menées contre des civils israéliens.

Alors que la guerre en Syrie, en Irak et dans le tout Moyen-Orient a fait plusieurs millions de réfugiés, il est urgent de traiter tous les réfugiés de manière égale. Faisons en sorte que l’ONU cesse de laisser les Palestiniens se complaire dans un rôle d’assistés et reconsidère la vocation de l’UNRWA, dont le champ d’action oscille entre le contestable et le criminel.

La France subventionne largement les ennemis d’Israël

Publié le

Depuis longtemps, la France a choisi les musulmans contre les juifs du fait d’une longue histoire d’antisémitisme fondé sur la propagande du Vatican qualifiant le peuple juif de « déicide », du refus de l’antériorité du judaïsme sur le christianisme et de son inscription dans les textes bibliques comme « peuple élu de Dieu ». Sur ces bases hostiles se sont greffées des pressions politiques et sociales qui ont conduit de nombreux dirigeants européens à confiner les israélites dans des rôles traditionnellement haïs par les peuples dominés : l’usure et l’administration des domaines fonciers en particulier.

Bien que le Vatican se soit amendé sur le terme de « déicide » en 1992, la haine du juif enseignée aux chrétiens depuis des siècles et véhiculée par des traditions, des préjugés et la sémantique, a perduré. Les Français sont culturellement antisémites, antisémites passifs, certes mais profondément antisémites quand même. Etant moi-même née d’un père juif et d’une mère chrétienne, ayant des oreilles dans les deux camps, je sais ce que j’entends.  Malheureusement la présence massive et croissante de musulmans antisémites actifs a libéré le tabou qui s’exprime désormais à travers les associations caritatives telles que celles listées dans l’article ci-dessous. L’émergence des mouvements et opinions « antisémitisionistes » (on est antisioniste pour justifier politiquement son antisémitisme), encouragés par la politique française, a stimulé l’antisémitisme avec des passages à l’acte terrifiants (Ilan Halimi, Sarah Attal-Halimi ), forçant à l’exil chaque année des milliers de juifs. La France ne compterait plus que quelques 800 000 juifs de nationalité française alors que la population musulmane française et étrangère, légale et illégale, se monterait à dix millions.

Bien que François Fillon se rende en Israël le 20 avril pour y rencontrer la communauté française, ses prises de position fluctuantes vis-à-vis de l’Etat hébreu laissent sceptique la population juive sur la confiance qu’elle peut lui accorder tant en France qu’en Israël. Une victoire de Marine Le Pen inquiète certains qui craignent que l’élection ne déclenche une guerre civile oubliant que la France est déjà le terrain d’une guerre civile du fait de l’insurrection musulmane avec pour preuve la prolongation de l’état d’urgence.

Le ver de l’antisémitisme a déjà rongé la pomme France et risque de n’en laisser que le trognon. Quel candidat à la présidence de la République aurait la volonté ferme de le détruire ? Je n’ai pas de réponse.

La Connectrice

 

 Source https://fr.gatestoneinstitute.org/10206/france-delegimation-israel
  • Outre l’étiquetage des produits alimentaires en provenance des implantations israéliennes, la France apporte un puissant soutien financier aux organisations qui prônent le boycott des produits israéliens.

Officiellement, la France interdit toute forme de boycott contre Israël. En 2015, la Cour de cassation a confirmé une décision de 2013 de la cour d’appel de Colmar qui avait condamné 14 militants du mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) à 28 000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles et à une amende de 1 000 euros avec sursis pour chacun d’entre eux. Il leur était reproché d’avoir, en 2009 et en 2010, appelé au boycott des produits israéliens au magasin Carrefour d’Illzach, près de Mulhouse (Haut-Rhin).

Mais les apparences peuvent être trompeuses. Une étude minutieuse publiée en janvier 2017 par NGO Monitor, une association qui organise une veille sur le comportement des ONG, révèle que le gouvernement français a un double discours. D’un côté, la justice (certes indépendante) sanctionne les boycotteurs, mais de l’autre, l’Etat finance discrètement des ONG ouvertement hostiles à Israël et d’autres associations qui soutiennent et promeuvent des campagnes de boycott contre Israël.

Le soutien financier du gouvernement français concerne :

  • La campagne « Made in Illegality, » dont La Plateforme des ONG françaises pour Palestine, La Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), et le syndicat CGT sont partenaires. Au-delà de la décision de novembre 2016 de promouvoir l’étiquetage stigmatisant des marchandises israéliennes produites dans les territoires disputés ‘les « colonies ») et commercialisées en France, le gouvernement finance les partisans du boycott pur et simple.Les objectifs de « Made in illegality » sont « d’interdire l’importation des produits des colonies, » « d’exclure les colonies des accords bilatéraux et de coopération avec Israël, » « d’exclure les entreprises actives ou installées dans les colonies des marchés publiques et des appels publiques d’offres… ». Ce qui revient à exclure bon nombre d’entreprises israéliennes dont le siège est en Israël mais qui ont des filiales ou des comptoirs dans les implantations.
  • A travers l’Agence Française de Développement (AFD) le gouvernement français a subventionné la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine à hauteur de €46,560 en 2009, €199,000 de 2011 à 2014, et €225,000 de 2014 à 2017. Le Conseil régional d’Ile de France a donné lui auss à cette même Plateforme, une subvention de €62,000 en 2013, €22,000 en 2014, et €20,000 en 2015. Claude Léostic, président de la Platrforme s’est vu refuser l’entrée en Israël, et a comparé Israël à l’Allemagne nazie «…Le peuple de France a résisté face aux barbares nazis…Mais vous avez souffert depuis plus de 40 ans, aussi incroyable que cela puisse être dans ce monde moderne, et cela après la Nakba …».Toujours selon NGO Monitor, l’Agence française pour le développement (AFD) a subventionné des alliés de BDS comme l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) à hauteur de €139,550 entre 2012 et 2014. De son côté, le ministère des affaires étrangères a donné €36,500 en 2013, €53,000 en 2014, et €25,500 en 2015. L’AFPS justifie son boycott en ayant recours à la rhétorique de l’Holocauste : elle parle de la bande de Gaza en utilisant des termes comme « solution finale » et « camp d’extermination » en raison de la politique « criminelle » du gouvernement israélien. L’AFPS est activement engagée dans les campagnes de boycott de BDS contre Israël et utilise un vocabulaire enflammé – « nettoyage ethnique », « apartheid », et « Stop à la chasse aux enfants Palestiniens ! »- pour évoquer les relations israélo-palestiniennes.Selon NGO Monitor, l’AFD finance également des actions d’influence qui visent à fournir aux élus, aux médias et au public une « information adaptée » sur le conflit israélo-palestinien. C’est-à-dire une information généralement partiale, alignée sur les positions palestiniennes les plus dures et donc hostile à Israël. « 40% (€225,000) du projet de la Plateforme « Mieux agir pour le respect du droit en Palestine » a été financé par le gouvernement français (AFD) » affirme NGO Monitor. Ces projets d’ « information » ont été menés en partenariat avec Ittijah, une ONG israélienne dont le leader, Amir Makhoul, a été condamné à 9 années de prisons pour espionnage au profit du Hezbollah durant la guerre du Liban de 2006. La Plateforme et Ittijah étaient déjà partenaires en 2009 sur un projet financé en partie par le gouvernement français (€43,560 au travers de l’AFD) alors que Makhoul était encore à la tête de l’organisation.
  • Nombre d’associations catholiques sont également très actives au sein de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et travaillent en étroite collaboration avec BDS (Boycott Désinvestissement, Sanction). Il s’agit de : Secours Catholique-Caritas France (SCCF); la Cimade; Pax Christi France; Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement–Terre Solidaire (CCFD).Ces organisations catholiques sont elles-mêmes subventionnées par le gouvernement en raison de leur vocation caritative et redistribuent elles-mêmes diverses aides à des ONG anti-israéliennes. La Cimade, une association catholique qui soutient ouvertement BDS et la campagne Made in Illegality a été dotée à hauteur de €4.3 millions en 2015.
  • L’ONG israélienne Alternative Information Center (AIC), a ainsi touché €14,950 en 2013 de la Commission nationale consultative des droits de l’homme et €19,970 en 2013, €4,975 en 2015, €12,960 en 2016 via CCFD-Terre Solidaire.
  • La Fédération international des droits de l’homme (FIDH), financée à hauteur de €6.6 millions en 2015 par diverses dotations gouvernementales européennes – et donc aussi françaises – apporterait ainsi un soutien actif aux campagnes BDS et met tout son poids d’organisation humanitaire dans des actions de délégitimation de l’Etat d’Israël. La FIDH accuse Israël de « punitions collectives », de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité ». Son secrétaire général, Shawan Jabarin, élu en août 2016, est aussi le directeur général de Al Haq, une organisation palestinienne très active dans le jihad judiciaire contre Israël et le soutien à BDS.Shawan Jabarin, « a des liens présumés avec l’organisation terroriste FPLP et s’est vu refuser l’obtention de visa de sortie par Israël et la Jordanie » indique NGO Monitor. En 2007, la cour suprême israélienne a rejeté l’appel de Jabarin de se rendre à l’étranger déclarant que Jabarin est un « activiste du FPLP de haut rang…» « agissant apparemment à la manière du docteur Jekyll et de Mister Hyde …», « PDG d’une organisation humanitaire une partie du temps…» et « activiste dans une organisation terroriste n’ayant pas renoncé au meurtre…» le reste du temps.Le 20 Juillet, 2016, le Conseil international de la FIDH a publié un communiqué de presse de soutien à BDS. Quelques mois plus tôt, en novembre 2015, la FIDH a salué la décision de la Commission européenne d’étiqueter les produits de colonies israéliennes, mais a appelé l’UE à « mettre fin à tous les échanges économiques et commerciaux avec les colonies israéliennes et de dissuader les entreprises d’investir, de maintenir et de profiter des relations économiques existant avec les colonies d’Israël » .

Le gouvernement français soutient également les ONG (françaises et étrangères) engagées dans des campagnes pour que les banques françaises cessent toutes relations avec les banques israéliennes qui ont des succursales dans les colonies de peuplement. Ce qui dans la pratique reviendrait à un boycott de toutes les grandes banques israéliennes. Les principaux protagonistes de cette campagne sont Al-Haq , la FIDH , le CCFD-Terre Solidaire et Association France Palestine Solidarité (AFPS).

On pourrait multiplier les exemples. Mais ceux qui précèdent suffisent pour illustrer l’incroyable violence des mouvements ainsi financés par la France et le double discours de l’Etat en France. Officiellement, la France milite pour la paix et la nécessité pour Israël de vivre en sécurité à l’abri de frontières sures et reconnues au plan international, Mais en sous-main, le gouvernement de François Hollande exerce des pressions qui n’ont rien de diplomatiques à travers un réseau complexe d’ONG qui n’ont pas la paix et la sécurité d’Israël comme préoccupations premières.

Le gouvernement français supporterait-il que la Grande Bretagne finance des associations militant pour la libération de la Bretagne ou que le gouvernement espagnol contribue à l’action d’associations prônant l’indépendance du pays Basque français ? Non, il s’en inquièterait et le ferait savoir.

Ces financements français que la patiente enquête de NGO Monitor a permis de mettre au jour, ne sont rien d’autres que des actions de déstabilisation. Autant il est juste qu’un pays critique la politique d’un autre s’il estime que des principes du droit international sont violés, autant ces financements d’ONG qui militent ouvertement – pour certaines – pour l’isolement économique et souvent pour la destruction de l’Etat d’Israël relèvent d’une hostilité de fond. Pour ne pas dire d’actions de guerre. Il est vrai que le soutien apporté par la France aux résolutions hostiles à Israël à l’Unesco et à l’ONU avait déjà fait tomber les masques.

La France, par la voix du ministre des affaires étrangères, affirme officiellement qu’elle milite pour une paix juste et des frontières sures et reconnues au plan international pour Israël. Mais en sous-main, la France finance des ONG ouvertement hostiles à l’Etat hébreu. (Photo): Le président François Hollande (droite) accueille le Premier ministre Israélien, Benjamin Netanyahu, à Paris le 11 janvier 2015. (Image source: Thierry Chesnot/Getty Images)

Yves Mamou journaliste et auteur est basé en France. Il a travaillé pendant deux décennies au journal Le Monde
.

70 nations contre Israël à Paris demain. Manifestez votre soutien à Israël, les juifs et leurs amis ce dimanche 15 janvier

Qui vend son âme aux musulmans pour leurs pétrodollars, leur pétrole, leur gaz et leurs terroristes ?

Honte au gouvernement français qui s’allie sans vergogne à des nations antisémites, antichrétiennes, anti progrès scientifique et civilisationnel, misogynes et gynécidaires, belliqueuses envers toutes celles et ceux qui ne partagent pas les lois de leur religion qui ne connait que la théocratie, la dictature et la vénération de la mort.

Depuis environ 1500 ans, naissance de l’Islam, les pays arabes et tous les pays musulmans du monde se liguent contre les juifs dont ils ne peuvent pas accepter l’antériorité monothéiste sous peine de renier les principes théologiques de l’Islam, dernière religion révélée donc inégalable. Bien que les chrétiens aient pris leur part dans l’antisémitisme pour des motifs également théologiques, ils ont su, dans leur grande majorité, évoluer avec la civilisation et mettre en pratique la parole de Jésus Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

On lira ci-dessous l’appel aux parlementaires de la communauté juive mondiale qui s’insurge contre la tenue d’une conférence sans la présence des principaux concernés, israéliens et palestiniens. Ce collectif d’urgence insiste sur le risque de déclenchement d’un conflit armé dans la foulée de la conférence organisée demain par Hollande et Obama désireux de finir leur mandat dans le sang et la douleur comme pour marquer les futures victimes au fer rouge afin de n’être jamais oubliés.

La Connectrice

Demain, 15 janvier 2017, 70 nations se rassemblent à Paris pour imposer à Israël la création d’un état palestinien dans les frontières de 1967.

Benyamin Netanyahou a refusé de participer à cette conférence et a fait savoir que les décisions prises à Paris ne pourraient être imposées à Israël. En effet, cette séparation en deux états priverait Israël de tous les territoires conquis en 1967, de la vieille ville de Jérusalem, du Mont du Temple et du Mur Occidental. Une récente résolution de l’UNESCO avait fait scandale en affirmant que le Mont du Temple n’était pas juif… Un prélude à cette décision ?

Tout cela semble précipité, avant que Donald Trump n’accède à la présidence des Etats-Unis le 20 janvier. L’Irak, la Libye, la Syrie,… Barack Obama et François Hollande veulent-ils terminer leur mandat en achevant de semer le chaos au Moyen-Orient ?

La France, dont la situation n’est déjà pas enviable, ne va-t-elle pas attirer sur elle-même une malédiction supplémentaire ? Cette conférence est-elle l’accomplissement des prophéties bibliques sur l’alliance impie de toutes les nations contre Israël ?

A l’initiative du CRIF, un rassemblement aura lieu demain à 11h devant l’ambassade d’Israël à Paris. Les chrétiens sont invités à se joindre à ce rassemblement pour manifester leur soutien à Israël.

Je vous invite à bénir Israël, et à prier pour que ces dirigeants, réunis demain à Paris, aient la sagesse de ne pas prendre de décision unilatérale. Comment oseraient-ils priver Israël, seule démocratie au Moyen-Orient, du droit de décider de sa destinée ?

Demain, les intercesseurs de Un Jour Une Prière, prieront pour Israël. Pour les rejoindre, inscrivez-vous ici ou envoyez « Je m’inscris » ainsi que votre prénom à guillaume@unjourunepriere.com.

Guillaume Anjou
Fondateur et directeur d’Info Chrétienne
Auteur de la newsletter quotidienne Un Jour Une Prière

Rendez-vous le Dimanche 15 Janvier, à 11h00, devant l’ambassade d’Israël.

Soyons très nombreux à venir témoigner notre soutien et  notre solidarité à Israël et à sa capitale Jérusalem !
Juifs et Non-Juifs, tous ensembles et  fidèles à l’esprit de Justice et à Jérusalem, faisons entendre votre voix  !
Avec le soutien de l’Absi Keren Or, de l’AJC, du B’nai B’rith, du Collectif Haverim, du Collectif d’urgence, de la Confédération des Juifs de France et des Amis d’Israël, de l’UEJF et l’ensemble des associations éprises de Paix et de l’Amour d’Israël !

 LETTRE ADRESSÉE PAR LE COLLECTIF D’URGENCE AUX PARLEMENTAIRES telechargement

 

telechargement-1

%d blogueurs aiment cette page :