Flux RSS

Archives de Catégorie: médias

Repentance : Colombus Day remplacé par Indigenous People Day

Publié le

Révision de l’histoire à l’aune du politiquement correct d’aujourd’hui. La mode est au remplacement des figures historiques qui déplaisent mais pas forcément à l’image de figures historiques positives sans peur, sans tâche et sans reproche. En effet, nobody’s perfect ! Etapes et personnages historiques sont marqués d’ombres et de lumières, c’est pourquoi il est inapproprié de supprimer les noms et représentations de personnages importants de l’Histoire à la faible lumière de jugements contemporains.

Faire tomber la statue de Staline ou celle du général Lee, débaptiser la rue Colbert, qualifier la colonisation française de l’Algérie de « crime contre l’humanité » n’effaceront pas de l’histoire une révision obséquieuse unilatérale dégagée du contexte de l’époque.

 

Culture du viol. Affaire Rousseau/Angot. La victime a toujours tort.

Publié le

Christine Angot est un écrivain (elle ne se veut pas écrivainE) qui prend son travail littéraire pour une vérité universelle.

Sandrine Rousseau est une politique qui voudrait changer le monde, en particulier la condition des femmes. Elle vient de sortir un livre dans lequel elle raconte sa difficulté de se faire entendre après avoir été agressée par Denis Baupin.

Mises en présence sur les plateau de ONPC (On n’est pas couché) les deux femmes se sont affrontées jusqu’à la crise de nerfs pour Angot et les larmes pour Rousseau. L’agressivité méchante et égocentrique d’Angot, appuyée par Yann Moix, a choqué de nombreux téléspectateurs qui ont protesté auprès du CSA. L’affaire continue à faire grand bruit et des journalistes y vont de leur plume aiguisée au prétexte de faire la part des choses. Claude Askolovitch s’est particulièrement distingué dans son désir de botter en touche par un article indécent en faveur de Christine Angot.

Mon opinion de femme, ayant été traquée de puis son enfance par toutes sortes d’hommes de tous âges, toutes origines ethniques, toutes religions et toutes situations sociales, est que la culture du viol s’est renforcée dans la société française par l’arrivée en masse de cultures qui méprisent la femme et cherchent à la neutraliser en la ramenant à son rôle de procréatrice et de défouloir dédié aux fantasmes et exigences sexuels du mâle.

Christine Angot peut « se débrouiller avec ça » en triturant les mots en tant qu’écrivain, la démarche de Sandrine Rousseau qui voudrait non seulement parler mais que la parole des femmes agressées sexuellement soit entendue à des fins de thérapie mais aussi de réflexion pour toute la société afin de cesser de traiter les femmes comme des proies à la disposition du premier mâle venu. Bien entendu, je comprends la démarche et l’intention de Sandrine Rousseau et je la soutiens.

De plus, je dois ajouter que l’égocentrisme narcissique, sur un  sujet aussi dramatique, de Christine Angot, me dégoûte, au même titre que le soutien de Moix, la passivité coupable de Laurent Ruquier et des autres invités. Christine Angot fait partie de ces femmes fières de déclarer MOI JE ne suis pas féministe, MOI JE me débrouille, MOI JE ne suis pas concernée. Ce disant, ces femmes oublient que sans les luttes féministes elle en seraient encore à demande l’autorisation du père, frère, cousin, mari, patron, préfet pour voyager, découvrir, étudier, travailler, choisir leur compagnon, ouvrir un compte en banque, voter, porter le pantalon, hériter, disposer de sa fortune personnelle et de son salaire, etc.

Après plusieurs jours de polémique, j’ai trouvé intéressant le point de vue des NouvellesNews que je vous invite à découvrir.

La Connectrice

 

Sandrine Rousseau, deux victimes d’agression sexuelle KO sur un ring télévisuel. Des questions culpabilisantes. De quoi doucher les velléités de dénonciation.

http://www.lesnouvellesnews.fr/concours-de-victimes-et-a-la-fin-omerta-qui-gagne/

Indicibles violences, invisibilisation des femmes et de leurs combats : le spectacle de l’émission « On n’est pas couché » résume ce qui désespère Sandrine Rousseau. Marlène Schiappa demande au CSA de réagir.

http://www.lesnouvellesnews.fr/angot-rousseau-les-medias-et-le-combat-contre-les-violences-sexuelles/

 

 

Sexisme confirmé dans la fiction française

Quand le cinéma met en scène les corps féminins

https://lespulpeuses.com/tag/role-de-la-femme/

Je ne regarde pratiquement jamais la fiction française qui m’ennuie profondément par son absence de rythme, la mauvaise qualité des scénarii et des comédiens ainsi que la part congrue des rôles dévolus aux femmes. Comment plonger dans une fiction quand on ne peut s’identifier à aucun de ses personnages ?

Une étude de l’ADAMI, association de défense des droits des artistes interprètes, confirme le constat que je fais moi-même, tout au moins sur le plan quantitatif :

  • 37% de comédiennes contre 63% de comédiens.
  • Casting type d’une oeuvre audiovisuelle distribuée sur la télévision française 4.6 % de femmes contre 6.3% d’hommes
  • Part des rôles féminins par gendre d’oeuvre longs métrages 34% courts métrages 41% fiction TV 43%
  • 80% des rôles féminins sont concentrés sur la tranche d’âge 25-40 ans

Sur le plan qualitatif les rôles féminins sont à l’image des clichés sexistes en vigueur dans notre société. Je ne connais aucun personnage de fiction féminin qui ne soit pas un accessoire des besoins, désirs et ambition des hommes même quand le personnage principal est supposé être une « femme de loi », une « femme flic », une « mante » ou une « soeur ».

Pourquoi le milieu artistique serait-il différent du milieu politique ou industriel ? Certes on eut pu croire que des scénaristes visionnaires puisse créer des personnages féminins libérés de leurs chaines de soumission à la loi du mâle mais il n’en est rien car la condition des femmes, après un bon considérable, régresse inexorablement sous le poids de la violence réelle et symbolique des hommes. Et avec l’insidieuse infiltration dans les têtes des lois patriarcales renforcées par l’islamisation de l’Europe, les modèles de femmes positives ne sont pas près de s’imposer.

La Connectrice, féministe historique

 -

http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/cinema/cinema-devant-et-derriere-la-camera-ca-suffit-les-machos-06-05-2017-6921600.php

La parité homme- femme n’est toujours pas au rendez-vous dans la fiction française

 L’Adami, partenaire des artistes -interprètes, publie ce mercredi une étude sur la représentation des femmes dans les téléfilms , séries , cours et longs-métrages, cinéma …

L.B.

 — 

Où sont les femmes ? Il va falloir un peu les chercher pour les trouver dans la production audiovisuelle française car la parité n’est pas encore au rendez-vous. A l’ occasion du festival de la Fiction TV de La Rochelle , qui aura lieu du 13 au 17 septembre, l’Adami, partenaire des artistes-interprètes, publie ce mercredi une étude sur la représentation des femmes dans les téléfilms, séries, cours et longs-métrages, cinéma.

On préfère les femmes jeunes

Le politiquement correct de la préfecture stigmatise les juifs pour ne pas déplaire aux musulmans

Publié le

JPEG - 7.7 ko

https://paris-luttes.info/contre-l-antisemitisme-autodefense-1482

La préfecture des Hauts-de-Seine a envoyé une lettre enjoignant les fermes pédagogiques de surveiller leurs moutons et leurs poules blanches en cette période de Yom Kippour et de l’Aïd.

On sait en effet que les musulmans égorgent des milliers de moutons dans des conditions qui horrifient les Français tandis que les juifs orthodoxes, une minorité, sacrifie une poule blanche la veille du Grand Pardon, Yom Kippour.

L'Aïd el-Kebir, la fête du sacrifice

L’Aïd el-Kebir, la fête du sacrifice  

Sur le point de sacrifier son fils sur l’ordre d’Allah, Abraham vu son obéissance remerciée. Dieu remplaça au dernier moment l’enfant par un mouton à égorger en offrande sacrificielle

Résultat de recherche d'images pour "sacrifice poulet blanc yom kippour"

http://benzaken-descendance.centerblog.net/rub-cuisine-de-nos-familles–5.html

La Kapparot. La loi juive interdit la cruauté. Il est de la plus grande importance de traiter la poule ou le coq avec la plus grande humanité car on ne doit pas faire souffrir une créature de D. Le sang de la volaille doit être recouvert de terre.

Les représentants de la communauté juive se sont indignés à juste titre, Joël Mergui ,le président du Consistoire central accuse très justement la DDPP (  Direction départementale de la protection des populations (DDPP) des Hauts-de-Seine ) d’avoir associé les vols de poulets et la fête de Kippour dans ses avertissements, pour ne pas être accusée de ne cibler que l’Aïd al Ahda et les vols de moutons. « Pourquoi les juifs doivent-ils systématiquement être invoqués, comparés, associés, amalgamés à toute déclaration négative non assumée en direction des musulmans ? »

Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a aussi réagi vivement auprès de la DDPP. « L’amalgame entre juifs et musulmans fait systématiquement par le monde politique et médiatique et cette fois par l’autorité administrative est devenu intolérable et insupportable »

L’insinuation de la DDPP rappelle celle de l’Allemagne, la Russie et l’Europe de l’Est qui conduisaient à de sanglants pogroms. A l’approche des fêtes de Pâques, des Chrétiens accusaient les juifs d’enlever des enfants chrétiens dans le but de les saigner pour confectionner le pain azyme avec leur sang.

Ma tante m’a raconté que, rescapée d’Auschwitz en 1945, elle était retournée en Pologne pour tenter de retrouver son fils et son mari, en vain. Alors qu’elle faisait la queue devant une boulangerie elle entendit des Polonais dire : Attention, les juifs reviennent, il faut protéger nos enfants, ils vont les saigner. Sans demander son reste, elle s’enfuit sans prendre du pain.

Pour ce qui est du vol des poules, combien de juifs dans nos prisons pour ce délit ? Par contre, nous savons grâce à Jack Lang (il avait écrit au Premier Ministre pour demander des imams dans les prisons vu le nombre de détenus musulmans-que nos prisons renferment 60% de criminels et délinquants musulmans, parmi lesquels des voleurs de moutons, d’agneaux et de chèvres, éventuellement de poules aussi.

On a compris, le politiquement correct exige que l’on ne stigmatise pas les musulmans, alors pour faire bonne mesure, on stigmatise les juifs qu’on ne craint guère puisque ils ne sont plus que 500 à 800 000 en France du fait de l’antisémitisme qui les poussent à émigrer, ils ne posent pas de bombe, ils n’égorgent pas, ils ne violent pas en groupe, ils ne tuent pas à la voiture bélier, ils n’incitent pas à la haine du non juif, ils ne remettent pas la laïcité en question, ils n’embrasent pas les femmes qui leur résistent à l’essence pas plus qu’ils ne les lapident et ils n’imposent ni leurs traditions religieuses ni leurs règles de vie comme la cacherout (règles alimentaires). Mais comme le dit ce proverbe du XIIIème siècle, qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. L’antisémitisme historique est toujours vivace en France car cultivé pendant deux millénaires par les catholiques accusant le peuple déïcide d’avoir tué le petit Jésus comme je l’ai entendu à l’école primaire.

Le politiquement correct est une bassesse intellectuelle qui pratique la pensée binaire dans le but de noyer le poisson en comparant une observation  à une autre. Par exemple, quand on critique les musulmans on vous renvoie systématiquement aux juifs; quand on déplore l’affichage de l’islam par le voile, on vous parle du string ou de la minijupe; si on mentionne la finance islamique, on vous renvoie au capitalisme et à l’amour prétendu des juifs pour l’argent et l’usure; on parle des attentats musulmans, on vous répond génocide palestinien par les israéliens ; etc.

La préfecture des Hauts de Seine suit elle l’exemple de Maurice Papon qui ordonné la déportation de centaines de juifs quand il était secrétaire général de la préfecture de Gironde, entre 1942 et 1944, sous l’Occupation allemande. ?

La Connectrice

Pour en savoir plus

  • Les faits

http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/hauts-de-seine-moutons-et-poules-confines-avant-les-fetes-religieuses-21-08-2017-7205169.php

  • Indignation de la communauté juive

http://www.la-croix.com/Religion/Judaisme/Vols-danimaux-Kippour-circulaire-provoque-colere-communaute-juive-2017-08-25-1200871981

  • Lettre de Jack Lang à Monsieur le Premier Ministre

 

Terrorisme musulman. Bernard de la Villardière se fâche

Publié le

Bernard de la Villardière, journaliste émérite, est sorti du déni des dégâts commis par l’islamisation de la France avec son premier dossier de l’émission dossiers tabous qui lui a valu des agressions physiques et verbales. Nous sommes nombreux à lever le voile sur les dangers mortels que nous fait courir l’islamisation mais d’un commun accord les médias officiels se taisent tandis que les individus français affirment de plus en plus leur patriotisme et leurs irritation et crainte devant l’invasion qu’ils constatent chaque jour de leurs propres yeux. L’émission de La Villardière sur M6 le 28 septembre 2016 était donc une grande première très courageuse et astucieuse, la direction de la chaîne ayant compris que son public demandait autre chose que de la bouillie politique.

Désormais, Bernard de la Villardière continue sur sa lancée en révélant ces réalités qui dérangent tant nos dirigeants gavés de pétrodollars et les zombis qui les soutiennent en rêvant de devenir plus riches que riches.

Ne vous leurrez pas, menteurs de tout acabit, de plus en plus de Français ouvrent les yeux et délient leur langue. Ces jours-ci, en promenant ma chienne, je rencontre de nombreuses personnes qui, spontanément, expriment leur gêne et leur irritation face à des comportements et des usages agressifs qui viennent d’ailleurs et menacent leur sécurité et l’équilibre de leur vie quotidienne. Nous ne nous connaissons pas, je ne m’exprime pas toujours la première pour entraîner la conversation sur le terrain de l’islamophobie, j’écoute d’abord et je suis même surprise par une telle unanimité.

LC

 

Silence on tue

Chaque heure qui passe nous en apprend un peu plus sur les attentats en Catalogne. L’imam de Ripoll a trouvé la mort lors de l’explosion d’Alcanar. On le soupçonne d’avoir lavé le cerveau des jeunes terroristes. L’un d’eux n’avait que 17 ans. Au risque de choquer, je le considère comme une victime. Comme lui, des centaines de milliers de jeunes Européens sont des proies potentielles pour les prêcheurs de haine. Ils œuvrent impunément dans certaines mosquées, des écoles musulmanes et dans des associations. Ils prônent un mode de vie en rupture avec les règles et les valeurs des sociétés occidentales. Tout procède de Dieu et de sa volonté. Un totalitarisme à part entière. Certains parlent d’islamo-fascisme. C’est une oxymore employé pour mieux frapper les esprits, le fascisme étant l’alpha et l’oméga du mal absolu. Du coup, l’autre grand totalitarisme du 20e siècle apparaissait plus acceptable. Il a eu ses irréductibles. Que l’on se souvienne du débat très franco-français sur les 80 millions de morts du communisme. De belles âmes prises de bouffées de chaleur staliniennes soupçonnaient ceux qui avaient abouti à ce triste bilan de vouloir relativiser les méfaits du nazisme. Islamo-fascisme ? L’expression « islamo-communisme » ne serait-elle pas tout aussi opérante ? Car l’islamisme est aussi un collectivisme où l’individu s’efface au profit de l’Oumma.

Quoi qu’il en soit, le terme islamo-fascisme est ridicule. L’islamisme possède ses propres ressorts. Et son originalité est d’avoir pour foyer une religion : l’islam. C’est un fait.

Alors pourquoi ces multiples précautions oratoires des petits marquis de la bien-pensance ? Par crainte d’être traité d’islamophobe. Sur ce point on ne peut que saluer le travail des organisations qui ont inventé ce virus imaginaire pour mettre en quarantaine les porteurs de cet agent pathogène. On se souvient du fameux « anti-communiste primaire » – qui avec une certaine efficacité – clouait le bec aux adversaires du goulag soviétique. On retrouve dans le cas de l’islamisme les mêmes manipulateurs et les mêmes idiots utiles. Et quand on les prend en flagrant délit de désinformation ils prennent des airs de vierges effarouchées comme l’autre jour sur le plateau de BFMTV. Alain Marsaud était sorti du cercle vertueux qui lui était imposé. Sévèrement corrigé comme un élève trop insolent pour avoir dénoncé l’islam radical, l’ancien juge anti-terroriste a préféré quitter le plateau. BFMTV a voulu faire un exemple : pas de dérapage Messieurs les experts ! Et pourtant ! Imaginons un instant l’attitude des médias si un groupe d’extrême-gauche ou d’extrême-droite avait tué plus de 240 personnes en France depuis janvier 2015. Ne serait-on pas en train de faire le procès de l’idéologie qui a servi de creuset à ces massacres ?

Autre exemple de déni : certaines voix soutiennent que les terroristes ne sont pas musulmans. C’est stupide. Au Maroc, en Algérie et dans la plupart des pays à majorité musulmane, on ne choisit pas sa religion. On naît de parents musulmans. Et on le reste toute sa vie car l’apostasie est souvent interdite. Allez dire à un Afghan, un Pakistanais ou un Irakien qui vient d’échapper à un attentat à Kaboul, Karachi ou Bagdad que le poseur de bombe n’est pas musulman ? Il vous prendra pour un ignorant doublé d’un crétin. Poursuivons le raisonnement jusqu’à l’absurde : la Turquie étant devenue une dictature islamiste va-t-on considérer demain qu’elle n’est pas musulmane ? Qu’Erdogan n’est pas musulman ? Vu l’hystérie des thuriféraires du « pas d’amalgame » tout est possible !

Après les attentats de Barcelone, il nous a été offert un joli florilège de ces tours de passe-passe sémantiques qui évitent de désigner les choses par leur nom et de hiérarchiser les périls. On a eu recours au pléonasme en vogue : « attentat terroriste ». On s’est contenté de gloser sur la sécurité et le renseignement défaillants. On a créé des polémiques stériles et ridicules du style : pourquoi n’avait-on pas posé des plots en béton aux extrémités des Ramblas ? On a enquêté sur le prix du plot. Que de courage et d’insolence ! En revanche, rien ou presque sur les réseaux salafistes en Catalogne. Aucune question sur les sources et les voies de la radicalisation islamiste. Comme si nous étions confrontés à une génération spontanée d’assassins sortis de nul part. Bientôt les chiffres des morts du terrorisme nous seront présentés comme les chiffres des tués sur la route. La faute à la fatalité et à notre coupable imprudence. Cette vaste entreprise de déni de la réalité ne date pas d’hier. Rappelez-vous de la théorie du « loup solitaire » et de la radicalisation via Internet, sans parler de la psychiatrisation récente du terrorisme. Faudrait-il ficher S tous les « déséquilibrés » de France ?

Pourquoi c’est grave ? Parce que si l’on donne le sentiment aux Français que l’on n’extirpe pas la racine du mal, on risque de renforcer les rangs des extrêmes. A ne pas vouloir désigner l’ennemi, ses réseaux, ses sources de financement, son idéologie… on encourage aussi la passivité des pouvoirs publics. Et les mensonges d’Etat. Que l’on se souvienne du plan de « déradicalisation » en prison qui s’est avéré poudre aux yeux. Et qu’en est-il des foyers de radicalisation pointés du doigt par de multiples rapports officiels ? Des promesses de faire émerger un véritable Islam de France ? Personne n’en parle. Puisque l’on vous dit que la seule réponse est sécuritaire ! Du coup, il est assez piquant de voir des personnages publics – qui dénonçaient autrefois « l’idéologie sécuritaire » – réclamer toujours plus de policiers, de contrôles, de caméras… Nos libertés reculent jour après jour. Nous résistons en prenant des cafés en terrasse. Mais chut, défense de nommer le mal qui nous ronge. De s’étonner de ce que depuis l’essor de Daech les signes extérieurs de radicalité s’affichent de plus en plus volontiers.

Des voix venues d’ici ou d’ailleurs nous alertent pourtant. Salman Rushdie, Kamel Daoud, Tahar Benjelloun, Boualem Sansal… L’un des premiers à avoir tenté de tirer de leur léthargie les dirigeants européens, ce fut le commandant Massoud. Il en est mort. Mais rien n’y fait. Nous restons sourds. Parfois bêtes.

Le Monde rapporte qu’à Barcelone après les attentats, une foule s’est formée spontanément contre une manifestation de groupuscules d’extrême-droite. Heureuse initiative. Mais cette foule criait : « Ni terrorisme, ni islamophobie ». La boucle est bouclée. Terroristes et islamophobes sont renvoyés dos à dos. Demain, on nous expliquera que c’est la peur de l’islam qui alimente le terrorisme.

Bernard de La Villardière

Le dossier Islam en France qui a levé le tabou sur l’insurrection musulmane avec la complicité des pouvoirs publics

 

2016-09-28_Dossier-Tabou_Islam-en-France-La-Republique-en-Echec_001

2016-09-28_Dossier-Tabou_Islam-en-France-La-Republique-en-Echec_002

2016-09-28_Dossier-Tabou_Islam-en-France-La-Republique-en-Echec_003

Dictature : renforcement de la répression des provocations, diffamations et injures NON PUBLIQUES à caractère raciste ou discriminatoire.

Publié le

http://www.courrierinternational.com/une/vu-du-royaume-uni-macron-en-marche-vers-le-desastre

Les nouveaux députés macroniens se sont mis au travail avec acharnement sur des questions essentielles (sic) et ont pondu ce mois d’août 2017 un nouveau décret destinée à renforcer la  LOI n° 2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté (1)

Le décret : JORF n°0182 du 5 août 2017 texte n° 9 Décret n° 2017-1230 du 3 août 2017 relatif aux provocations, diffamations et injures non publiques présentant un caractère raciste ou discriminatoire NOR: JUSD1714912D ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/8/3/JUSD1714912D/jo/texte
Alias: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/8/3/2017-1230/jo/texte

Le terrorisme de la pensée unique !

 

Vous en conviendrez, il y avait urgence pour la prospérité de la France à légiférer sur le racisme, ce racisme nauséabond qui dérange essentiellement les ennemis de la France, des Français, de la culture et des traditions françaises, ces gens qui se torchent avec le drapeau français qui niquent la France, traitent les Français de petits ou sales blancs, traitent les françaises de sales putes blanches, appellent au viol des françaises, tuent leurs semblables qui prétendent « faire comme les Français, nous traitent de sous-chiens ou de cafards (kouffars). Il y avait urgence à protéger ces braves musulmans « qui sont les premières victimes des attentats terroristes musulmans ». Il y avait urgence à renforcer les pouvoirs du Comité contre l’islamophobie qui s’engraisse en intentant des procès à toutes celles et ceux qui osent protester contre des réalités contraires aux lois de la République ainsi qu’à la culture et aux usages des Français.

Macron

http://elections-93.blogspot.fr/

Dans un article sur Causeur, Catherine Rouvier démontre avec ironie l’absurdité du décret en question qui ordonne de remplacer « race » par « prétendue race ». https://www.causeur.fr/race-decret-antiracisme-pretendue-146245

Depuis le 3 août, un décret relatif aux provocations, diffamations et injures non publiques présentant un caractère raciste ou discriminatoire « substitue à la notion de race, qui n’est pas applicable aux êtres humains, celle de « prétendue race » » et « améliore la lutte contre les manifestations de racisme, de sexisme et d’homophobie dans des conditions similaires à ce qui a été prévu par la loi n° 2017-86 du 27 janvier 2017 »…Alors, bien sûr, on peut aussi chercher une autre formule, qui prenne en considération les différences morphologiques sans plus prononcer le mot maudit. Pour ma part, j’ai trouvé ! C’est chez Buffon. On ne fait pas plus « scientifique »… Il s’agit des « variétés dans l’espèce humaine ». Je suis fière de ma découverte. « Ouais, mais ça fait un peu long quand même », me dit Mohamed qui joue au foot avec son pote, et à qui je tente de communiquer mon enthousiasme. Sans comprendre la vraie portée de cette remarque, je me replonge dans la passionnante lecture de l’« Histoire naturelle », tandis qu’il reprend son jeu. Mais soudain, tombé par terre sur le gravier coupant après un croche pied vicieux de son copain Martial, il hurle « Nique ta race ! » Je corrige : « Ta  prétendue race, Mo’, ta prétendue race »… C’est vrai que « nique ta variété dans l’espèce humaine », c’était « un peu long ».

Pour aller plus loin que ce décret crapuleux dans le même esprit,  évitons donc tous les qualificatifs et notions qui pourraient favoriser la discrimination. Supprimons la mention du sexe dans les documents officiels d’identité : on ne cochera plus la case F ou H. Supprimons également la couleur des yeux et des cheveux, la taille et a fortiori le poids. Il ne doit plus y avoir de qualificatif homo, hétéro, bi, trans parce que c’est discriminatoire. Interdisons toute description physique des individus. Ne mentionnons ni l’âge ni le prénom. Les dieux égyptiens des pharaons portaient plusieurs noms parce qu’ils pensaient que « nommer c’est tuer ». Faisons de même, ne nommons plus les individus. Bref, nos députés ont du pain sur la planche des lois…Il faut bien les occuper tandis que Napoléon Macron et ses généraux inventent des martingales pour asservir le peuple  en l’aveuglant avec des reflets de lingots d’or.

  • Est non publique, une provocation, diffamation ou injure prononcée par son auteur à sa victime sans qu’aucune tierce personne soit présente ou devant un cercle limité de personnes partageant les mêmes intérêts (professionnel, personnel,  …), que la victime soit présente ou non.
  • Est publique une provocation, diffamation ou injure pouvant être entendue ou lue par un public étranger à l’auteur des faits à et sa victime.

Le plus inquiétant dans ce décret est qu’on ne pourra même plus s’exprimer dans la sphère privée puisque le texte entend sanctionner provocations, diffamations et injures non publiques présentant un caractère raciste ou discriminatoire. Désormais si je traite de salaud , entre quat’zyeux, le type qui me met la main aux fesses, il pourra porter plainte sans témoin et ce sera parole contre parole. Les victimes n’auront plus qu’à la boucler.

Les gouvernements n’ont jamais eu autant de détermination pour combattre les propos sexistes qui font florès dans la sphère publique alors dans la sphère privée, je vous laisse sonder votre mémoire… Pourquoi la prétendue (sic) islamophobie serait-elle plus répréhensible que la gynophobie universelle ? Je me permets cette comparaison pour montrer à quel point l’indignation qui agite nos députés est à géométrie variable, donc nourrie par des considérations idéologiques et de la mauvaise foi politique.

Logiquement, il va falloir interdire les blagues sur les Belges, les blondes, les femmes, les gros, les maigres, les petits, les géants, les débiles, les benêts, les radins, les bègues, les chauves et les poilus…Du boulot pour les magistrats, la police, les inspecteurs, les contrôleurs qui n’ont déjà pas les moyens matériels et humains de maintenir l’ordre, juger criminels et délinquants, enquêter sur les radicalisés et arrêter les fraudes à la sécurité sociale et à toutes les prestations sociales. Nos députés ont vraiment un sens aigü des priorités…

La Connectrice qui a du souci à se faire parce que pas politiquement correcte

Précisions

Sont désormais punies de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe (1 500 € maximum), la provocation non publique à la discrimination, à la haine ou à la violence, la diffamation non publique et l’injure non publique commises à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison :

  • de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion déterminée,
  • de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou identité de genre,
  • ou de leur handicap.

Outre la peine d’amende, les personnes coupables de ces infractions encourent les peines complémentaires suivantes :

  • travail d’intérêt général pour une durée de 20 à 120 heures ;
  • obligation d’accomplir, éventuellement à leurs frais, un stage de citoyenneté ;
  • interdiction de détenir ou de porter, pour une durée de 3 ans maximum, une arme soumise à autorisation ;
  • confiscation d’une ou de plusieurs armes dont le condamné est propriétaire ou dont il a la libre disposition ;
  • confiscation de la chose qui a servi ou était destinée à commettre l’infraction ou de la chose qui en est le produit.

Les personnes morales coupables de ces infractions encourent une amende d’un montant maximum égal à 5 fois celui prévu pour les personnes physiques et la peine complémentaire de confiscation de la chose qui a servi ou était destinée à commettre l’infraction ou de la chose qui en est le produit.

  À noter :

  • Est non publique, une provocation, diffamation ou injure prononcée par son auteur à sa victime sans qu’aucune tierce personne soit présente ou devant un cercle limité de personnes partageant les mêmes intérêts (professionnel, personnel,  …), que la victime soit présente ou non.
  • Est publique une provocation, diffamation ou injure pouvant être entendue ou lue par un public étranger à l’auteur des faits à et sa victime.

Antisémitisme. Brèves de comptoir franchouillardes

Brèves de comptoir, ce matin. Deux pépères franchouillards devant leur ballon de rouge.

X-Macron est 100% juif.

Z-Pourquoi dis-tu cela ?

X-Parce qu’il a commémoré la rafle du Vel d’Hiv

Y-Oui, il a même dit que les Français étaient responsables

X-Et en plus il a invité Netanyahou l’israélien, preuve que ce sont les juifs qui commandent

Les braves français qui traînent leur retraite au comptoir avec un petit rosé ou un ballon de rouge expriment sans façons leur haine du juif, cet intrus qui est partout, qui dirige le monde, qui complote avec les francs-maçons, les illuminati et les bielderberg pour renverser le pouvoir des chrétiens et des musulmans. C’est une tradition franchouillarde qui remonte à la crucifixion du « petit Jésus » (ce que j’ai entendu à l’école primaire) et qui est partagée par la plupart des pays chrétiens désormais en sourdine mais toujours ancrée profondément dans les mentalités. C’est un antisémitisme culturel qui perdure malgré la mise au point du Pape Benoît XVI abolissant l’accusation du « peuple déïcide« .

Le pape Benoît XVI publie, mercredi 9 mars [2011], le deuxième tome de son livre Jésus de Nazareth dans lequel il traite en particulier de la Passion et de la mort de Jésus-Christ. Non seulement il reprend le récit évangélique de cet événement central de la foi chrétienne, mais il en propose une relecture qui exonère explicitement les juifs de toute responsabilité dans la mort de Jésus. L’expression «les juifs», associée dans les Évangiles et les écrits des Pères de l’Eglise à la Passion du Christ, «n’indique en aucune manière le peuple d’Israël comme tel et elle a encore moins un caractère raciste», écrit le pape. Elle désigne certains «aristocrates du peuple», mais certainement pas l’ensemble des juifs

http://www.slate.fr/story/35095/antijuda%C3%AFsme-chretien-eglise-benoit-xvi

 

Après deux millénaires de bourrage de crâne sur le peuple déïcide, on comprendra qu’il faudra bien des siècles avant que cette idéologie ne disparaisse des esprits. Il n’est donc pas étonnant qu’aujourd’hui, après seulement 6 ans de réforme, des chrétiens conservent leurs préjugés antisémites encouragés par l’antisémitisme musulman qui, sous couvert d’antisionisme, diffuse son venin quotidiennement par la parole ou le terrorisme.

Un discours pour l'Occident, un pour Israël, un pour les pays musulmans : les musulmans se contredisent-ils?

http://www.des-outils-pour-cerner-l-islam.com/2015/10/un-discours-pour-l-occident-un-pour-israel-un-pour-les-pays-musulmans-les-musulmans-se-contredisent-ils.html

Rappelons que les Français juifs ne sont plus que 800 000 en France, que chaque année des milliers d’entre eux quitte notre pays pour des horizons plus cléments, Israël en particulier alors que nous comptons sur le territoire environ 10 millions de musulmans légaux et illégaux, que des milliers d’entre eux, les migrants, arrivent chaque année chez nous avec une idéologie antisémite vivace entretenue par les prêches des mosquées, les prières et les écrits contenus dans le Coran.

Il est indubitable que les erreurs et les aberrations que les juifs ont commises tout au long de leur parcours historique et qu’ils continuent à commettre aujourd’hui sont aussi graves les unes que les autres. Dans ce présent article, qui est le premier d’une série consacrée à l’histoire sombre des juifs et destinée à prouver qu’ils baignent dans l’erreur et la mécréance et qu’ils sont loin, très loin du chemin, de la vertu et de la justice, nous allons évoquer parmi leurs aberrations celles qui concrétisent leur mécréance. http://www.islamweb.net/frh/index.php?page=articles&id=148518

Il y a deux jours j’ai entendu un invité de Sudradio, français bien sous tous rapports, dire que si on parlait autant de l’assassinat de Sarah Halimi, c’est parce que les juifs avaient les moyens de faire pression sur les médias. Et d’ajouter qu’on n’avait pas de raison d’en parler plus que d’autres crimes touchant d’autres caractéristiques : gays, handicapés, musulmans, africains, etc.  Le bougre oubliait ou faisait semblant d’ignorer par aveuglement idéologique qu’au moment des faits, le 4/5 avril dernier, les médias s’étaient unanimement tus sur ce crime atroce et qu’il avait fallu attendre trois mois pour qu’enfin, et grâce à la constitution d’un comité juif, les médias daignent en parler. Bien sûr, cela aurait été mieux si un comité français de toutes obédiences et croyances s’était constitué mais faut pas rêver…

La Connectrice

%d blogueurs aiment cette page :