Flux RSS

Archives de Catégorie: médias

Gilets jaunes. Intox : les médias annoncent déjà des morts pour samedi 08/12/2018

J’entends de toutes parts, TV, radios, presse et sites internet prédire qu’ils y aura des morts si les Gilets jaunes persistent à manifester samedi prochain, le 8 décembre 2018. Intox ? bien renseignés ? désinformation ? prophétie auto réalisatrice ?

Vendus aux pouvoirs, les médias annoncent des morts pour samedi

Après avoir tenté de décrédibiliser le mouvement des Gilets jaunes en l’accusant de confusion revendicative, de désintérêt pour la planète, d’être soutenu par « l’ultradroite » et de détruire notre patrimoine en causant des dégâts entraînant des dépenses pour les contribuables que nous sommes 50% des fiscalisables, sur ordre, les médias sonnent l’alerte : il y aura des morts samedi. Rentrez chez vous, braves gens, tout va bien, le gouvernement a reculé…Tu parles !

Les médias sont à la solde du pouvoir qui les nourrit : participations, subventions, marchés publics et 30% d’abattement fiscal pour tous les journalistes en possession de la carte professionnelle. On comprend donc que, hormis les médias véritablement indépendants (comme ce blog) les informateurs ont intérêt à satisfaire ceux qui détiennent les cordons de leur bourse.

L’art de décrédibiliser un mouvement social pour le détruire

En me basant sur mon expérience des manifestations sociales depuis 1968 j’ai déjà expliqué ici comment les pouvoirs financiers et politiques envoyaient leurs sbires pour casser, effrayer et détourner les revendications. Soit ils paient leurs propres casseurs en usant de caisses noires, soit il  les incitent à casser en leur lavant le cerveau pour leur promettre des lendemains qui chantent, exactement ce que fait l’Etat islamique pour recruter. Pour mieux laver le cerveau on offre des drogues comme le pratiquait le Vieux de la montagne avec ses « hashashins » ou plus récemment des chefs de guerre africains avec les jeunes garçons. Paris est un marché de drogues à ciel ouvert, tout le monde le sait, le voit et consomme. Abrutir les masses par l’alcool, les drogues, le sexe marchand et les jeux est une technique éprouvée depuis l’antiquité. L’abrutissement et la division sont des armes éternelles pour régner.

Une arme classique du pouvoir est de sélectionner des volontaires dans les opposants pour faire semblant de négocier. Le cas de l’autoproclamé représentant des Gilets jaunes Christophe Chalençon raciste, antisémite et conspirationniste, le genre d’interlocuteur « valable » pour justifier les politiques menées.

Qui suggère aux Gilets jaunes des méthodes pour se défendre ?

Les médias sont toujours prompts à nous expliquer comment éviter le SIDA, réduire la pollution et le réchauffement climatique, séduire et pêcher de la meuf ou du keum, craindre « l’ultradroite » ou comment « devenir plus riche que riche ».

Pour enfoncer le clou de la vanité des revendications des Gilets jaunes, les médias insistent sur la diminution du nombre de manifestants et la faillite du rassemblement de samedi.

Ce que je recommande pour manifester sans risques

Pas de regroupement massif, trop facile de tirer dans le tas ou de se faire passer pour un Gilet jaune

Se rassembler par petits groupes d’une dizaine partout en France et dans Paris

Si on est nombreux, former une chaîne humaine compacte et rester sur les trottoirs où il est plus difficile de charger avec tank ou camion

Pavoiser des gilets jaunes partout : voitures, vélos, motos, camions, balcons, fenêtres, toits, arbres, mobilier urbain, monuments, ponts, bâteaux, etc.

S’armer de casseroles, de sifflets, de trombones et de tout ce qui fait du bruit

Un gilet jaune flotte à mon balcon depuis un mois…Tout le monde peut le faire.

La Connectrice

 

Ségolène Royal sincèrement féministe et éclairée

« Ce que je peux enfin vous dire » aux éditions Fayard.

A l’occasion de la sortie de son livre témoignage de son expérience politique, Ségolène Royal est invitée dans les médias où elle apparaît lumineuse, digne, avec un sens de la répartie tel que j’avais pu le constater en meeting, pleine de sagesse et de réalisme. Elle ne semble pas épuisée par 40 années de vie politique comprenant des cruautés personnelles auxquelles elle a vaillamment fait face. Dans ce livre témoignage elle rappelle certaines perles sexistes venues de son propre camp qui a préféré la victoire de Sarkozy à celle de la femme qui avait été choisie démocratiquement par les militants de son parti. Elle revient aussi sur ses initiatives dénigrées à l’époque mais passées aujourd’hui dans l’ordinaire des réflexions : le métissage culturel, les initiatives citoyennes, le drapeau français, le service national citoyen, l’interdiction du bizutage, etc.

Ségolène Royal a longuement insisté sur la nécessité de prévenir les migrations de masse causées par la famine conséquence de la sécheresse, en confiant aux femmes africaines les moyens de développer l’irrigation et l’agriculture locales. Sauf erreur de ma part, je n’ai pas entendu qu’on l’ait interrogée sur l’invasion migratoire actuelle et les solutions pouvant être apportées en temps réel aux désordres qu’elle cause, en particulier l’islamisation. C’est bien regrettable !

Invitée sur le plateau de ONPC elle a brillamment tenu tête à un Charles Consigny borné et bourré de préjugés empressé d’exprimer ses opinions plutôt qu’écouter celles de l’invitée Ségolène et la conduire à approfondir sa pensée comme devrait le faire tout bon journaliste. (Consigny est-il seulement journaliste ou chroniqueur ?)

Je vous laisse faire vôtre opinion vous-même en écoutant/regardant cette vidéo.

 

Elisabeth Lévy et Causeur champions de l’anti-féminisme

Publié le

Publié le 19 septembre 2018 – par  – 19 commentaires – 1 179 vues

À travers les âges, les sociétés masculines n’ont jamais admis que les femmes soient indépendantes de leur pouvoir et qu’elles manifestent leur volonté d’émancipation et d’égalité de droits. À partir du XIXe siècle, elles furent nommées « féministes » par Alexandre Dumas fils dans sa lettre « L’homme-femme » où il prêche pour l’union des qualités féminines et masculines. Très critique de la lutte des femmes au début, il eut l’intelligence de les comprendre et de s’associer aux féministes. Nos anti-féministes contemporains feraient bien d’en prendre de la graine. Enfant naturel élevé par sa mère, l’écrivain prit fait et cause pour les femmes séduites et abandonnées et rallia « l’émancipation progressive de la femme », association fondée par Julie-Victoire Daubié, « premier bachelier » de l’Histoire de France. La journaliste suffragiste Hubertine Auclert (1848-1914) entérina le terme et le popularisa. De nos jours, les féministes sont toujours détestées et certains détracteurs ont inventé les néo-féministes, histoire de laisser entendre qu’ils auraient approuvé les féministes des années 60 à 90 mais que leurs filles en philosophie exagèrent au point de les menacer, corps, esprit et pouvoirs confondus.

Élisabeth Lévy et son magazine Causeur se sont spécialisés dans la lutte contre « Les féministes » ou la défense du macho, selon le sens dans lequel on observe cette campagne qui s’affiche en permanence. Chaque numéro de la feuille publie un article ridiculisant les femmes qui se battent pour leur dignité et prônant le droit absolu de l’homme à exercer sa sexualité qui serait irrépressible et noble. Élisabeth nomme faire l’amour l’usage d’une prostituée et défend le droit des femmes à se prostituer. Le journal a d’ailleurs publié le manifeste des « salauds » qui utilisent la prostitution contre la pénalisation du client. On ne peut que s’étonner qu’un aussi brillant intellectuel qu’Alain Finkielkraut confonde « faire l’amour  » et « baiser » car, comme ces locutions ne l’indiquent pas, fabriquer de l’amour en joignant les corps n’a rien à voir avec satisfaire un désir pulsionnel se résumant en cinq étapes : bander, branler, orgasmer, éjaculer et roupiller. Schéma classique du comportement sexuel masculin que tous les experts sexologues, diplômés ou auto-proclamés, imposent à la sexualité des femmes. L’exemple typique de la vulgarisation de cette doxa est l’ancienne star du porno, Brigitte Lahaie, qui fait monter l’audimat de Sud Radio (le porno, université de la sexualité féminine, c’est bien connu). Du fait de cette dictature idéologique, plus de la moitié des femmes qui n’atteignent pas l’orgasme pendant le rapport sexuel sont des malades, des détraquées frigides, des nymphomanes, des hystériques, des lesbiennes qui s’ignorent (ou pas). Et quand une femme comme Dora Moutot ose défendre l’importance du clitoris dans le plaisir féminin, Causeur se fend d’un article moqueur et imbécile dans lequel le mâle est présenté comme une victime terrorisée par l’arme létale que serait le clitoris.

https://www.causeur.fr/dora-moutot-alors-t-as-joui-sexe-154502

Élisabeth Lévy fait malheureusement partie de cette catégorie de femmes qui, étant arrivées à un poste de pouvoir, ont oublié ce qu’elles doivent au féminisme et pensent ne devoir leur indépendance et leur réussite qu’à leur propre mérite. Un péché d’orgueil et d’ingratitude qui ne fait d’ailleurs pas l’unanimité, pour ne citer que le Women’s Forum.

http://www.womens-forum.com/news/Inclusive-Balaka-Niyazee

Heureusement, tous les mâles ne sont pas des machos imperméables à la sensibilité féminine et il existe même des machos féministes, des hommes qui assument leur virilité tout en respectant les spécificités et besoins des femmes sur le chemin de l’égalité, des êtres humains qui savent créer un équilibre harmonieux pour le bien commun de toutes et tous.

Alice Braitberg

Dans la vidéo ci-dessous, Meurice ironise avec humour sur les propos machistes tenus par Élisabeth Lévy au cours de la 1re Université d’été consacrée au féminisme organisée par Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Il a rencontré Élisabeth Lévy.

https://youtu.be/59R4zya1iMA

Ce que « baiser » ne veut plus dire aujourd’hui, voir le magnifique poème de Louise Labé :

Baise m’encor, rebaise-moi et baise ;
Donne m’en un de tes plus savoureux,
Donne m’en un de tes plus amoureux :
Je t’en rendrai quatre plus chauds que braise.

Las ! te plains-tu ? Çà, que ce mal j’apaise,
En t’en donnant dix autres doucereux.
Ainsi, mêlant nos baisers tant heureux,
Jouissons-nous l’un de l’autre à notre aise.

Lors double vie à chacun en suivra.
Chacun en soi et son ami vivra.
Permets m’Amour penser quelque folie :

Toujours suis mal, vivant discrètement,
Et ne me puis donner contentement
Si hors de moi ne fais quelque saillie.

Louise Labé, Sonnets

Racisme anti-blancs illustré

Publié le

Le racisme anti-blancs en images…

Publié le 28 mars 2017 – par  – 14 commentaires – 3 876 vues

Au XIXème siècle, des blancs militaient pour la « suprématie blanche » et justifiaient le racisme belliqueux et institutionnalisé contre tous les peuples de couleur, à commencer par les noirs. Billie Holliday a évoqué la tragédie des noirs lynchés dans Strange Fruit. Les racistes patentés justifiaient cette cruelle discrimination par des observations « scientifiques ». De leur côté, les arabo musulmans, initiateurs du commerce  des noirs dont les initiateurs étaient les chefs de tribus africains, ne s’embarrassaient pas de justifications raciales, ils castraient les mâles noirs, ce qui explique que, contrairement aux pays occidentaux, il n’existe pas de population noire ou métissée dans les pays arabes. Curieusement, les afro musulmans ne leur en veulent pas…

L’humanisme avec la raison et la civilisation ont eu raison de l’esclavage et de la discrimination raciale mais il n’a pas eu raison de la haine, de la cupidité et du totalitarisme. La haine du blanc s’est substituée à la haine du noir et du basané avec la complicité de certains blancs avides d’argent et de voix électorales. Nous en avons un exemple en ce moment avec le PS et ses surgeons comme Hamon, Macron et Mélanchon qui sont assez cyniques et ingrats pour dénigrer la culture et la civilisation qui les ont formés – cette culture française qu’ils nient – et leur ont permis de  s’enrichir matériellement et de pouvoir prétendre à la présidence de la République. Ma Doué ! Boudiou ! ils sont gonflés ces bougres !

La Justice qui est pourtant prompte à dénoncer les propos « racistes » (Zemmour, Pierre Cassen, Christine Tasin, Pascal Hilout, Bensoussan, etc.) est beaucoup moins efficace lorsqu’il s’agit de sanctionner des propos antisémites, négationnistes, anti-français et anti-blancs. Les lobbies islamophiles encouragés et soutenus par de nombreux politiques et intégristes musulmans, bénéficient de l’inversion des valeurs et de la doxa officielle du « par souci d’apaisement » avec « accommodements raisonnables », autrement dit, la crainte d’émeutes et d’attentats sans vouloir savoir que cette indulgence profite aux émules des hashishins (terroristes, dictateurs, prédateurs, criminels violeurs, trafiquants)  qui font tranquillement leur lit dans celui de la République.

Ces anti français, anti-blancs n’accepteraient jamais une association de lutte contre le racisme anti-blanc, d’abord parce qu’officiellement il n’existe pas et ensuite parce qu’il lui serait difficile de trouver une appellation du genre PIR « Parti des Indigènes de la République » comme PBR Parti des Blancs de la République ; CRAN Conseil représentatif des associations noires comme CRAB Conseil représentatif des associations blanches ; CCIF Comité contre l’islamophobie en France comme CCCF comité contre la christianophobie en France ; Pourrions nous dire comme la haïtienne Fania Noël auto-définie comme « afro-féministe » et qui pour rien au monde ne voudrait frayer avec des « meufs blanches »,  franco- féministe, pour rien au monde je ne voudrais frayer avec des « meufs noires »? Et que penser de l’insulte à la mode « babtou fragile » ? C’est censé être de l’humour sur les blancs par les blancs selon notre ami Décodeur « Toubab », terme d’Afrique de l’ouest dérivé de « toubib » pour désigner un médecin blanc, est devenu « babtou » en verlan. L’adjectif fragile qui lui est parfois accolé désigne le cliché de l’homme blanc fébrile et peureux mais permettez-moi de douter de cet humour quand je lis ceci J’espère dans ma classe y’aura que des rebeu, renoi, pack pack, chinoi gueh mais pas de babtou fragil (tweet sur fond de drapeau marocain et tunisien, sept 2014) ou que je vois ceci 

 

D’après l’article à charge de Wikipedia contre le racisme antiblanc, il y aurait eu 5 condamnations depuis 2008 pour racisme antiblanc. Un déséquilibre patent lorsqu’on regarde la longue liste des condamnations pour racisme prononcées par la 17ème chambre correctionnelle qui roule à tombeau ouvert pour les bobos de gôche et autres opportunistes. Aujourd’hui, il est vertigineusement inquiétant de constater que ceux qui disent la vérité, ils seront exécutés – pour paraphraser la chanson de Guy Béart.

J’ai rassemblé ici un certain nombre de propos, de dessins, de graffitis et d’affiches qui témoignent de la haine des blancs par eux-mêmes et par les non blancs. Cette récolte n’est pas exhaustive.

Alice Braitberg

pierre-desproges-et-sos-racisme

J’ajoute à l’affirmation de Desproges que personnellement, j’inclus dans les racismes le sexisme, ce qui fut refusé lors de l’adoption de la loi. AB

**

racisme taubira

Je tiens à dire que Christiane Taubira, quoiqu’on  pense de ses actes et propos, a été l’objet de véritables insultes racistes (guenon, bananes, etc.) et que c’est inacceptable. Il est malhonnête de dénoncer certains racismes mais d’en accepter d’autres. AB

**

hamon-blancs-brest

Lorsque Benoit Hamon a prononcé les paroles ci-dessus, citées par Le Télégramme de Brest le 30 septembre 2007, il venait de passer près de dix ans au Sénégal, de 8 à 17 ans où son père avait été nommé coopérant. « J’ai été très tôt confronté à la diversité des origines, il y avait dans ma classe environ quatorze nationalités différentes et cela m’a profondément marqué », nous explique-t-il au siège du Parti socialiste à Paris, rue de Solférino, où il nous reçoit. De retour à Brest, quelques années plus tard, il éprouve un certain mal à se réadapter. « La rupture a été terrible : la température, la culture, la manière de vivre, les odeurs, tout était trop différent. Quand je suis rentré à Brest, j’ai trouvé la ville très blanche. Pour être très honnête, j’ai même trouvé qu’il y avait trop de blancs puisque Brest est une ville sans immigration. Cette attirance pour les autres cultures a certainement favorisé mon engagement politique ».

«la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage».
«L’immigration est une question dans le débat; il ne faut pas l’esquiver mais l’assumer», paroles prononcées par Eric Besson à la Courneuve en janvier 2010 lors d’une visite surprise avec des immigrés pour parler de l’identité nationale et citées dans Le Parisien.

**

Mélenchon Je ne veux pas etre blanc catholique, mais noir athée

30 Aout 2008 – Université d’été du PS – La Rochelle « Les Occidentaux, ça n’a pas de réalité. Personnellement, je ne souhaite pas être un occidental. Chacun est libre de faire ce qu’il veut. Moi, ça ne m’intéresse pas. Je veux pas être un blanc catholique. Je veux pas être avec Sarkozy. Donc je préfère être un noir athée. » Jean-Luc Mélenchon

Mélenchon pas d'avenir pour la France sans arabes et Berbères

**

Islaminfos (qui vaut le détour !) nous gratifie de baromètres sur la position des 5 principaux candidats à l’élection présidentielle, une manière claire de montrer pour qui il faut voter. AB

**

racisme-anti-blanc

http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/tous-unis-contre-la-haine-oui-mais-pas-toutes-les-haines/

**

Cette banderole a été photographiée lors de l‘arrivée de migrants Samedi 22 octobre 2016, à la Chapelle-sur-Vire

**

**

**

**

traduction : Toutes les races ont pratiqué l’esclavage Toutes les races ont mené des guerres de conquête Mais seuls les enfants blancs apprennent qu’ils devraient être éternellement châtiés « Anti-raciste » est un nom de code pour anti-blanc

Cette observation est superbement confirmée par les propos d’Emmanuel Macron à l’occasion de son voyage en Algérie le 15/02/2017

macron algérie

http://www.20minutes.fr/elections/2015155-20170216-video-algerie-macron-qualifie-colonisation-crime-contre-humanite-droite-fn-indignent

**

**

Traduction de l’affiche ci-dessus : Comment identifier un raciste

Je suis fière d’être une femme noire forte. non raciste

Je suis fier d’être un américano japonais. non raciste

Je suis fière d’être une américaine autochtone. non raciste

Je suis fier d’être mexicain. Viva la raza ! non raciste

Je suis fier d’être arabe. non raciste

Je suis fier d’être blanc RACISTE

**

Print Friendly, PDF & Email

Humour et ironie. Emmanuel Macron et le doigt de déshonneur

Publié le

J’ai apprécié l’article de Marie Delarue à propos de la photo ci-dessous. LC

Résultat de recherche d'images pour "macron à saint martin"

http://www.lesoir.be/181533/article/2018-09-30/emmanuel-macron-dedramatise-une-photo-controversee-avec-un-jeune-saint-martin

C’est étrange à dire et à écrire, mais ce lundi matin, c’est moi qui ai honte. Honte de vivre dans un pays où la lâcheté, la bêtise, la veulerie, le mensonge, la trouille sans doute, font que nos « élites » sont prêtes à accepter n’importe quoi et, pire encore, à le justifier.

Macron veut jouer les potos, donne des claques qu’il croit viriles dans le dos des jeunes « en devenir », balance des ouesh ouesh dans les cages d’escalier, colle sa chemise blanche à la sueur âcre des corps bodybuildés en zonzon… Et puis, embarqué par l’émoi qui le chatouille, grisé par tant de mâle audace, le Président pose, gringalet tout sourire entre deux jeunes gens très bien sous tous rapports. L’un met les doigts en fourche. L’autre fait un doigt d’honneur. Explicite. Orienté. Il n’y a pas à s’y tromper : il désigne, sans doute possible, monsieur Emmanuel Macron, président en exercice de la République française.

Ah, les braves petits. La bonne blague. Ils sont très fiers, les p’tits jeunes de Saint-Martin. Ont aussitôt mis le cliché en ligne. La Martinique a ses héros, viva Zapata !

Allez savoir pourquoi, il y a des gens que cela indigne. Des esprits chagrins, assurément, qui ne comprennent rien à l’enthousiasme de la jeunesse ultramarine. Marine Le Pen, par exemple, qui a tweeté ce commentaire : « On ne trouve même plus de mots pour exprimer notre indignation. La France ne mérite certainement pas cela. C’est impardonnable ! » Ou encore Robert Ménard : « Il ne reste quasiment rien. Que des lambeaux de dignité qui se perdent dans la nuit de la vulgarité. Le costume de Président est devenu bien trop large. »

Et que croyez-vous qu’il arriva ? C’est Le Pen qu’on accusa. Pour commencer.

Marlène Schiappa, dont la finesse est le plus sûr rempart présidentiel, y est allée aussitôt de sa tirade (sur RTL) : « Les commentaires de Marine Le Pen n’ont aucun intérêt. Elle est leader d’un grand parti raciste, d’extrême droite. Ce qui la choque, ce n’est pas que le Président pose à côté d’un jeune, c’est la couleur de peau de ce jeune. Soyons très clairs. »

Ce qui est très clair, aveuglant même, c’est l’imbécillité de ce commentaire. L’analyse au ras du gazogène, la reductio ad hitlerum qui, chez Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, sert en tout et pour tout de réflexion. C’est pourquoi, au cas où l’on n’aurait pas bien saisi, elle enfonce le clou de girofle : « À chaque fois que le Président pose avec des personnes de couleur noire, Marine Le Pen s’offusque. Donc, cela n’a pas grand intérêt. »

Je vais me répéter et j’en suis désolée : j’ai honte. Honte pour mon pays. Honte de voir que des jeunes à peine sortis de prison sont félicités comme des héros, honte qu’on feigne d’ignorer leur geste obscène adressé au Président pour vouer aux gémonies ceux qui le dénoncent.

À l’inverse de son ministre, Macron n’est pas idiot. Il est juste comme un chien fou qui s’émoustille et s’ébroue, tout à la fête d’avoir de nouveaux potes. Pense qu’il va se faire un « meilleur ami » dans l’escalier H de la Tour B2 comme un premier de la classe, bien dressé, file son portable aux racketteurs sans même qu’ils le demandent. Syndrome de Stockholm, quand tu nous tiens…

« J’aime chaque enfant de la République, quelles que soient ses bêtises (sic), parce que bien souvent, parce que c’est un enfant de la République, il n’a pas choisi l’endroit où il est né », a justifié le Président lors du point presse. « On ne tirera rien des discours de haine. Marine Le Pen n’est pas avec le peuple. Marine Le Pen, c’est l’extrême droite, et l’extrême droite, ce n’est pas le peuple. Je suis président de la République et je ne laisserai à personne le peuple », a-t-il ajouté.

Eh, Emmanuel, regarde bien la photo avec tes nouveaux potes : t’as vu ce qu’il te dit, le peuple ?

Marie Delarue http://www.bvoltaire.fr/emmanuel-macron-et-le-doigt-de-deshonneur/

Le pendeur de blancs ne sera pas jugé pour incitation à la haine raciale

Publié le
Pour Alexandre Del Valle, Le rappeur inconnu Nick Conrad ne sera pas jugé pour incitation à la haine raciale afin de ne pas faire jurisprudence contre tous les rappeurs anti blancs plus célèbres. Ecoutez son analyse fort judicieuse :

Le rappeur Nick Conrad sera jugé en janvier 2019 pour « provocation directe à commettre des atteintes à la vie ». Aucune mention d’incitation à la haine raciale : cela veut-il dire que le racisme anti-Blancs n’existe pas ? Réaction d’Alexandre Del Valle au micro de Boulevard Voltaire.

http://www.bvoltaire.fr/alexandre-del-valle-nick-conrad-est-la-bonne-conscience-des-medias/

Autisme, réalité virtuelle et chirurgie dans la série « Good doctor »

The Good Doctor est une série médicale diffusée sur TF1 depuis le mois d’août 2018. Elle raconte l’histoire d’un jeune chirurgien savant et autiste Asperger qui éprouve des difficultés à avoir des contacts physiques et émotionnels avec ses collègues et autrui en général. Shaun Murphy est superbement interprété par le jeune acteur britannique Feddie Highmore.

Bien que je n’apprécie pas les séries médicales, je regarde Good Doctor avec grand plaisir et intérêt parce que le scénario est original et instructif. Il nous montre les difficultés d’un autiste à communiquer, les cas de conscience auxquels sont confrontés les chirurgiens, les relations hiérarchiques des chirurgiens avec leurs collègues ainsi que la direction administrative, juridique et financière de l’hôpital, les relations des chirurgiens avec leurs patients, les relations complexes des chirurgiennes avec les chirurgiens ainsi que les aspects techniques de la chirurgie actuelle. Ayant effectué un stage dans un hôpital psychiatrique j’ai trouvé que la gêne de Shaun Murphy quand on le touche et son souci maniaque du détail et de la place étaient tout à fait réalistes.

Tous les autistes ne sont pas des génies

L’autisme est une pathologie qui reste mystérieuse. Maladie génétique, maladie psycho somatique (pour Charles Bettelheim, l’autisme était causé par la « mère castratrice) » et récemment elle a été associée à des changements/carences alimentaires car on a découvert que l’autisme touchait souvent des enfants d’immigrants. L’autisme affecte beaucoup plus les garçons que les filles.

Tous les autistes ne sont pas surdoués comme le héro du film qui est une synthèse de différentes formes d’autisme. Beaucoup de malades sont débiles mentaux et dépendants et font le malheur de leurs parents qui peinent à trouver en France des solutions d’accompagnement (assistants de vie scolaire par exemple) pendant leur minorité et manquent cruellement d’institutions spécialisées pour les prendre en charge à partir de leur majorité. Ceux qui en ont les moyens sollicitent la Belgique où ils sont éloignés de leur famille et ne sont pas toujours bien traités. La plupart du temps les mères se sacrifient, abandonnent leur activité professionnelle et renoncent à la vie sociale quand le père de l’enfant ne les quitte pas pour une vie plus légère.

Réalité virtuelle au service de la chirurgie cardiaque

La réalité virtuelle est une technologie qui permet de manipuler des images en 3D. Cette technologie a été inventée depuis une quarantaine d’années mais a lentement progressé du fait de la lenteur des ordinateurs à agir en temps réel des mouvements effectués par les utilisateurs. En effet, l’animation d’images en fonction des mouvements requiert des calculs constants (l’ordinateur est une calculatrice hyper puissante) d’abscisses et d’ordonnées pour représenter chaque pixel (point) d’une image. Au début, il fallait des dizaines de batteries d’ordinateurs pour effectuer ce travail. Aujourd’hui, avec la montée en puissance des ordinateurs on peut se rapprocher du temps réel d’un mouvement.

Les applications de la réalité virtuelle en chirurgie existent, en particulier des chirurgiens de Stanford/USA l’ont développée pour la chirurgie du cœur et c’est ce qu’on peut voir dans l’épisode 9 de la saison 1 de la série The Good Doctor. La scène en vidéo ci-dessous a fait un tabac aux USA et ici, chez moi, elle m’a impressionnée. On peut y voir deux chirurgiens s’entraîner pour une délicate opération cardiaque en manipulant l’image 3D du cœur d’un enfant patient dans ses moindres détails anatomiques et morphologiques. Mieux, un moniteur indique si les manipulations réussissent ou si le cœur de l’enfant arrête de battre entraînant la mort de l’enfant. C’est impressionnant ! Savoir toutefois que si la caméra nous montre ce que voient les chirurgiens, eux-mêmes ne le visionnent que dans leurs lunette virtuelle dont les « verres » sont en fait des écrans vidéo. C’est tout le problème de la réalité virtuelle qui peut donner le mal de mer car on ne voit pas directement ce qu’on fait, on en visionne l’image animée dans le confinement de la chambre oculaire artificielle.

La Connectrice

Application VR in Surgery [THE GOOD DOCTOR EPISODE 9]

 

Revolutionizing Heart Surgery With Virtual Reality

Ajoutée le 15 juin 2017

Have you ever wondered what it would be like to take a ride through the human body on the Magic School Bus? Well, a new bit of virtual reality technology is taking that concept and applying it to medical training. Doctors can now teleport inside the human heart and practice surgery over and over again, and this training could revolutionize the future of health care. Revolutionizing Heart Surgery With Virtual Reality – http://bit.ly/2s22Ae9 Sign Up For The Seeker Newsletter Here – http://bit.ly/1UO1PxI With special thanks to: Betty Irene Moore Children’s Heart Center, Lucile Packard Children’s Hospital Stanford, Lighthaus Inc. Read More: The Stanford Virtual Heart – Revolutionizing education on congenital heart defects http://www.stanfordchildrens.org/en/i… « Pediatric cardiologists at Lucile Packard Children’s Hospital Stanford are using immersive virtual reality (VR) technology to explain complex congenital heart defects, which are some of the most difficult medical conditions to teach and understand. » Congenital Heart Defects (CHDs) https://www.cdc.gov/ncbddd/heartdefec… « Congenital heart defects (CHDs) are the most common types of birth defects, and babies born with these conditions are living longer and healthier lives. Find more statistics about CHDs below. » Jimmy Kimmel Opens Up About His Newborn Son’s Heart Surgery And Praises Obamacare http://www.npr.org/sections/thetwo-wa… ____________________

Critique de la série

A la télé – « Good Doctor », la série qui valorise la différence

 par Bernadette Fabregas

C’est ce soir, à 21h, que débarque sur TF1 « Good Doctor », une série médicale originale diffusée avec succès aux Etats-Unis – 16 millions de téléspectateurs – sur la chaîne ABC depuis un an. Il s’agit de l’histoire de Shaun Murphy, un jeune chirurgien extrêmement doué, atteint du syndrome d’Asperger – une forme d’autisme sans déficience intellectuelle ni retard de langage. Alors qu’il intègre un prestigieux hôpital de San José, il éprouve de grandes difficultés à s’intégrer à l’équipe. Si son don incroyable commence à susciter l’admiration de ses collègues, certains n’attendent qu’un seul faux pas de sa part pour l’évincer… La saison 1 devrait vous passionner !

good doctor série

L’acteur Freddie Highmore qui incarne le « Good Doctor » le souligne, « au-delà de l’autisme, j’espère que cette série touchera tous ceux qui se sentent différents dans la vie, qui sont victimes de préjudices ou de discriminations au travail, comme Shaun au tout début de l’histoire ».

Après le succès de Grey’s Anatomy, TF1 accueille donc une nouvelle série médicale portée par Freddie Highmore, remarqué dans Charlie et la chocolaterieNeverland ou Arthur et le Minimoys quand il était jeune ou plus récemment dans l’inquiétante série Bates Motel. La série, adaptée d’une série sud-coréenne du même nom, est développée par David Shore qui n’est autre que le papa de Dr. House, et par Daniel Dae Kim, acteur d’origine sud-coréenne qui s’est fait connaître pour son rôle de Jin dans Lost ou plus récemment pour celui de Chin dans Hawaii 5-0.

Le pitch…

Atteint du syndrome d’Asperger ainsi que de celui du savant, le jeune et brillant chirurgien Shaun Murphy, fraîchement diplômé, rejoint donc, en premier poste, un prestigieux hôpital de San José. Au fil des épisodes, la série met en scène les difficultés qu’il rencontre : difficultés d’adaptation et de communication que ses pairs utiliseront contre lui pour tenter de le mettre hors course. C’est sans compter sur sa ténacité et la justesse de ses diagnostics qui vont très vite remettre en question les préjugés à son encontre… Evitant tout contact physique, Shaun Murphy ne se déplace jamais sans son objet fétiche : un petit scalpel en plastique, cadeau de son frère mort prématurément. Shaun perçoit ce qui échappe aux autres mais sa façon de dire tout haut ce que les autres pensent tout bas entraîne certaines situations embarrassantes ou cocasses avec les patients et l’incompréhension de sa hiérarchie. La vie de Shaun ne s’arrête pas à l’hôpital. De nombreux flashbacks nous font découvrir son enfance ainsi que ses motivations à devenir chirurgien.

Alors qu’il est si facile de trouver de la négativité dans le monde, Shaun est une personne optimiste, pleine d’espoir. Il est agréablement différent et les téléspectateurs se rallient à cette façon de penser positive, au message qu’il renvoie et à ce désir de croire que les gens peuvent être bons.

Freddie Highmore qui incarne le jeune chirurgien prodige atteint du syndrome d’Asperger a été séduit par la personnalité atypique et optimiste de son personnage. Je me suis aussi inspiré de mon expérience personnelle car je connais des personnes autistes. Nous avions conscience dès le début que Shaun ne pouvait pas représenter toutes les personnes atteintes de ces troubles, nous avons donc essayé de lui bâtir sa propre expérience. L’idée était davantage de définir pourquoi les gens le trouveraient intéressant sans que cela soit forcément lié à son autisme. Il est extrêmement attentif aux moindres détails, ce qui lui confère souvent un diagnostic imparable mais il peut commettre des erreurs ou avoir tort. Ce n’est pas un superhéros. Shaun n’est pas toujours capable de résoudre les problèmes médicaux auxquels il est confronté et peut parfois mettre en péril la vie d’un patient. Et de poursuivre, Shaun m’apparaissait comme un personnage singulier avec des spécificités que je n’avais jamais explorées. L’interpréter demandait un vrai travail de recherche et de jeu absolument nécessaire pour ne pas trahir ce personnage.

Au-delà de l’autisme, j’espère qu’elle touchera tous ceux qui se sentent différents dans la vie, qui sont victimes de préjudices ou de discriminations au travail, comme Shaun au tout début de l’histoire.

good doctor série

Alors convaincus ? Pour découvrir cette série très prometteuse, rendez-vous donc ce soir, mardi 28 août prochain, à partir de 21h sur TF1.  La première saison de la série sera diffusée en première partie de soirée, deux épisodes à la suite. Donnez-nous votre avis ! Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com@FabregasBern

Et voici le lien de replay pour les retardataires !

Replay

Revoir les épisodes diffusés par TF1 https://www.tf1.fr/tf1/good-doctor

%d blogueurs aiment cette page :