Flux RSS

Archives de Catégorie: Musiques

Humour noir. Ses amoureuses soutiennent Bertrand Cantat

Publié le

Icone

Terminer l’année en douceur. Ella et Louis pour danser, Massenet pour rêver

Pour danser langoureusement, des mélodies intemporelles pour atteindre le nirvana…

Ella Fitzerald et Louis Armstrong.

Ella et Louis. Cheek to cheek. Rien de meilleur que danser joue contre joue…

Louis Armstrong. La vie en rose

.Pour rêver encore, la Méditation de Massenet

 

 

 

Que fais-tu pour le nouvel an ? What are you doing New Year’s Eve ?

 

Get the song: http://smarturl.it/pmjnye | Live Show Tix: http://pmjtour.com || Postmodern Jukebox cover of « What Are You Doing New Year’s Eve? » ft. Rayvon Owen & Olivia Kuper Harris Subscribe: http://bit.ly/subPMJ | Watch next, « Crazy » – Gnarls Barkley (Cover) https://youtu.be/FyFwko9O2UE

For our last video of 2017, we went back to a true classic: Frank Loesser’s « What Are You Doing New Year’s Eve, » featuring the talents of Rayvon Owen, #PMJsearch2017 winner Olivia Kuper Harris, and dance duo Caley & Kelsey. What are *we* doing New Year’s Eve? Playing a double show at the Walt Disney Concert Hall in Los Angeles!

La femme du président est de sortie. Après le panda, le Johnny…

Résultat de recherche d'images pour "brigitte panda caricature"

https://www.pinterest.fr/pin/438397344969947596/

Ah, le job de l’épouse du président, quelle gageure ! Toutes les petites filles de France rêveront désormais de s’extasier devant un bébé panda et de présenter leurs condoléances à la famille d’un chanteur populaire. Ce qui est bien dans la fonction c’est qu’on n’a pas besoin de faire de longues études et encore moins d’y exceller. Le problème réside plutôt dans la probabilité  d’épouser un futur président sachant que, si on est motivée, on peut le fabriquer de toutes pièces. On prend un jeune ado, on le séduit, on l’éduque, on le conditionne en le flattant abondamment : tu seras président mon petit et le petit devenu grand ne pourra plus se passer de sa pygma-lionne. Il aura même été dressé à l’embrasser spectaculairement devant un public populaire enthousiaste.

Johnny, c'est la France

http://talent.paperblog.fr/7455783/johnny-c-est-la-france/

Bon, d’accord, Johnny est un monument national et quand on aime le peuple, on se doit d’honorer le chanteur le plus populaire du populo. On se doit de comprendre que si Johnny plaisait autant, c’est parce que monsieur tout le monde pouvait s’identifier à une star si modeste, si simple et si gentille. Dit-on. Et une star si humaine qui menait la vie de tout le monde, transpirait comme tout le monde, divorçait et se remariait comme tout le monde, dépensait comme tout le monde, se ruinait comme tout le monde, cachait ses sous restants en Suisse comme tout le monde et partait en Amérique pour pouvoir faire ses emplettes comme tout le monde sans être importuné par le populo. Faut quand même pas exagérer, ce n’est pas parce qu’on est populaire qu’on doit subir le populo. Et comme tout le monde, Johnny imitait ses idoles, avec succès il faut le reconnaître. Fasciné par les rockeurs, Elvis en tête, il en avait adopté le style et les manières dès son enfance en les imitant et en traduisant leurs meilleures chansons en français. Plus tard il devait s’étonner de ne pas connaître la gloire au pays de ses idoles mais il aurait du comprendre que quand on a l’original on n’apprécie pas les copies. Qu’importe, son succès étant établi solidement en France et en Belgique, il devait cultiver sa francité en interprétant des chansons composées par les meilleurs compositeurs français tels Michel Berger ou Jean-Jacques Goldman. Johnny aurait composé lui-même une centaine de chansons sur des milliers.

On se souviendra que dans les années 1960, il intègre à son répertoire de l’Aznavour (Retiens la nuit) et du Jean-Jacques Debout. À la même époque, il excelle déjà dans les adaptations et les reprise du rock venu d’Amérique. On sait qu’il vouait une admiration sans borne à Chuck Berry.

Au milieu des années 1970, Johnny devient presque un chanteur classique. Après avoir utilisé le talent de plume de Philippe Labro (Que je t’aime), il emprunte Pierre Delanoë (Derrière l’amour) à Bécaud. Avec Gilles Thibaut et son vieux complice Long Chris, ils feront exploser les hit-parades avec des tubes comme Gabrielle et Requiem pour un fou.

Le grand tournant pour Johnny se situe au tournant du siècle. Il sait alors qu’il doit se renouveler sous peine de disparaître. Il va alors travailler avec Michel Berger, Jean-Jacques Goldman ou Gérald de Palmas. Signe du destin, à la fin de sa carrière il reprendra les chefs-d’œuvre d’Édith Piaf et de Jacques Brel. La boucle était bouclée. Les deux génies de la chanson peuvent l’accueillir sereinement au paradis des grands interprètes .http://www.lefigaro.fr/musique/2017/12/06/03006-20171206ARTFIG00006-vingt-chansons-de-johnny-hallydayqui-ont-marque-l-histoire.php

Vous l’avez compris, je n’ai pas d’attirance particulière pour ce que l’on dit populaire, y compris les chanteurs. Je suis plutôt snob ayant une préférence pour les auteurs compositeurs interprètes comme Brel, Brassens, Barbara ou Lavilliers. Adolescente j’avais été choquée par la passion que ma meilleure amie vouait à Johnny et l’hystérie dans laquelle l’avait plongée le fait de recevoir sur son visage une goutte de sueur de l’idole. Sa passion pour Johnny nous avait séparées.

Johnny était une bête de scène, un phénomène de foire, un musicien déchaîné, un rockeur émérite, une puissance vocale impressionnante, une gueule remarquable mais, Madame Macron, et le contenu dans tout ça ?

La Connectrice

 

 

Souvenirs. Chants de Noël de ma petite enfance

 

 

 

Variante des paroles pour rire : Mon beau lapin, roi des clapiers, que j’aime ta fourrure

 

 

 

 

 

 

 

 

De la douceur dans ce monde de brutes. Mariages ashkenazes avec danses hassidiques traditionnelles

Publié le

Les juifs d’Europe de l’Est et de Russie qui ont fui les pogromes et les nazis pour s’installer en Amérique du Nord ont enrichi les musiques, en particulier le Jazz

Les musiciens juifs ne craignaient pas de fréquenter les musiciens noirs au temps de l’apartheid et furent les premiers à organiser des concerts mixtes multiraciaux. Jazz, musique classique, musiques juives, musiques tziganes se sont mutuellement fertilisées. Il n’est pas vain de dire que la musique adoucit les mœurs et rassemble les peuples.

Les juifs américains ont maintenu leurs traditions musicales tout en les mettant au goût du jour et la musique joue toujours un rôle très important dans les mariages et cérémonies juifs. Des orchestres sont embauchés pour les animer et jouent des airs traditionnels comme des mélodies imprégnées de style israélien.

Le violon joue une rôle important dans les musiques juives comme dans les musiques tziganes car c’est un instrument que le juif errant et le bohémien ambulant peuvent emporter avec eux lorsqu’ils fuient la haine des populations qu’ils rencontrent. Le violon peut se jouer n’importe où et aussi permettre de gagner un peu d’argent pour survivre. Le violon s’adapte aussi à tous les autres instruments et autres musiques.

Quant à la musique classique ou folklorique, elle touche l’âme et apaise comme cela a été prouvé par les recherches de Joêl Sternheimer.

http://esev.e-monsite.com/pages/les-effets-de-la-musique-sur-les-plantes.html#E1xp7ZKSIfcXd4QT.99

Aujourd’hui, comme on le voit dans les vidéos ci-dessus, les danses hassidiques des hommes en noir font partie des traditions ashkénazes car elles sont particulièrement joyeuses selon la théorie de leur fondateur, le Baal Chem Tov , de son vrai nom Israël Ben Eliezer qui disait que D. devait être loué dans la joie, le vin aidant. C’est pour cela que les Hassidims dansent avec une bouteille ou un verre sur la tête et que leur spectacle est prisé dans les fêtes.

Le fait que le hassid ait puisé son inspiration et ses connaissances dans l’observation de la nature et l’utilisation des plantes explique partiellement sa philosophie à une époque où les rabbins passaient leur temps à l’intérieur  des synagogues, des yeshivahs et des bibliothèques pour étudier le talmud et la torah.

 

Orchestrion, Phonoliszt, Pianola. Merveilleux instruments de musique mécaniques

Publié le

Tout le monde a entendu parler des pianos mécaniques et a pu en voir dans les saloons reconstitués dans certains westerns. Ils ressemblaient à des pianos classiques avec la même caisse de résonance, les mêmes touches, les mêmes cordes frappées par les mêmes marteaux mais ils jouaient tout seul les airs perforés sur des rubans de carton grâce à une machinerie mue par des pistons actionnés par de l’air comprimé. Plus tard, l’énergie sera fournie par l’électricité. L’ingénierie de ces machines était fortement inspirée par celle de l’orgue.

La plupart des facteurs de piano en Europe et en Amérique construisaient des pianos mécaniques qui étaient expédiés dans le monde entier. Les bandes perforées étaient confectionnées par le musicien compositeur et étaient donc fidèles à son interprétation. Les bandes perforées les plus anciennes reproduisent le style, parfois perdu du créateur de l’oeuvre.

Des facteurs d’instruments de musique mécanique conçurent des orchestrions reproduisant de petits orchestres dont certains spécialisés comme les orchestrions de banjos populaires en Amérique du Nord.

Ces machines musicales sont visibles et audibles aujourd’hui grâce à des restaurateurs talentueux. Toutefois, si elles sont amusantes et sympathiques, peu d’entre elles égalent la finesse des violons mécaniques de Hupfield qui avait su s’entourer de musiciens, d’ingénieurs et d’artisans de génie pour réaliser ses projets.

Il est possible aujourd’hui d’acquérir un de ces automates d’époque restaurés ou même une réédition de l’un d’eux. Noter toutefois que certains sont de véritables tortures pour les oreilles comme Mills Violano Virtuoso sample 3 Playing Meditation from Thais by Massenet ou Mills Double Violano Virtuoso playing « O Holy Night » mis en vente pour la « modique » somme de € 175 000.

La Connectrice

Banjo-orchestra

  • Ajoutée le 23 mai 2016

Zaharakos’ Banjo-Orchestra manufactured by D.C. Ramey Piano Co. plays ‘Sweet Georgia Brown’. Zaharakos is an enchanting place with an enticing menu, magnificent music and memories to be made. Zaharakos is an Ice Cream Parlor and Museum, housing 5 rare mechanical music instruments, including the rare Welte Cottage #3 orchestrion. They are located in Columbus, IN, and it would be a worthwhile visit!

  • Une réédition contemporaine du Banjo- Orchestra. La vidéo montre les détails de l’automate en action : crochets pinçant les cordes du banjo, touches du piano activées, tambour frappé, etc.
Ajoutée le 21 juin 2013

The Banjo-Orchestra is a new automatic musical instrument based on the historic Banjorchestra, originally introduced in 1914. This new orchestrion is available for purchase on a made to order basis. Please contact D. C. Ramey Piano Company to place an order. The Banjo-Orchestra is comprised of piano, banjo, snare drum, tambourine, triangle, wood block, castanets, bass drum, and cymbal. The instrument operates from a unique ten-tune orchestrated music roll.

Les violons mécaniques de Ludwig Hupfield

L’Allemand Ludwig Hupfield eut l’idée originale pour l’époque, d’ajouter au piano mécanique 8 violons qui étaient joués par un système complexe de touches, d’arcs, de pistons, de tuyauteries qui rendaient un son exceptionnel. L’industriel construisit plusieurs de ces « Phonoliszt-Violina » que l’on peut encore écouter ayant été restaurés par le néerlandais Fred Bernouw.

Les Phonoliszt-violina Hupfield étaient des machines délicates car, contrairement au piano qui ne se désaccorde pas à chaque exécution d’une partition, le violon se désaccorde rapidement, aussi il était nécessaire d’avoir des techniciens à disposition pour que le son fourni par le phonoliszt reste juste et fidèle.

 

Trois machines musicales Hupfeld restaurées par Fred Bernouw aux Pays-Bas.

 

Ajoutée le 1 juin 2015 Fully restored Hupfeld Phonoliszt-Violina plays « Lotosblumen Walzer » by E. Ohlsen.

Restoration done by Fred Bernouw restorations in The Netherlands.

 

Hupfeld Phonoliszt-Violina 3 WelteMax   

 11 726 vues   Ajoutée le 28 juil. 2015 Fully restored Hupfeld Phonoliszt-Violina plays « Lelia » a Valse Bostin by Hugo Hirsch. Restoration done by Fred Bernouw restorations in The Netherlands.

 

Hupfeld Phonoliszt-Violina 2 WelteMax 

54 735 vues  Ajoutée le 6 juin 2015 Fully restored Hupfeld Phonoliszt-Violina plays Nocturne Op. 9, No. 2 in E flat major. Andante by Fréderic Chopin. Restoration done by Fred Bernouw restorations in The Netherlands.
  • Comment ça marche
Explication en français extraite d’un documentaire de 1977, au

Nationaal Museum van Speelk en Belgique (il semble ne plus exister). Malheureusement, les violons sont désaccordés et le son insupportable. La vidéo vaut pour la précision de la démonstration : l’archet tournant (600 crins de cheval), les doigts pour faire les notes et le vibrato.

 

L’orchestrion Hupfeld : Tout un orchestre dans un seul meuble

Ajoutée le 4 avr. 2011

This is a Hupfeld Orchestrion currently under restoration by Thomas Neuhaus test playing the roll Orpheus in der Unterwelt by Jaques Offenbach. Orchestrion en restauration avec vue des mécanismes en action

Orchestrion JP Seeburg (Chicago) jouant la danse macabre de Camille Saint-Saens

Images du mécanisme intérieur

Automatic piano player Wurlitzer à pièces

Ajoutée le 28 févr. 2012

This orchestrion was made in 1912 and belonged to the Dave Ramey collection. Instrumentation includes a piano with mandolin attachment, two ranks of pipes (38 each, flute and violin), snare drum, bass drum, triangle, and 14-note orchestra bell unit. Equipped with six-roll automatic changer. Plays five-tune Automatic Player Piano (APP) music rolls. Please visit dcramey.com for more information on instruments such as this.

Wintergatan. Machine musicale contemporaine à 2 000 billes métalliques

Une machine à musique qui a 50 millions de fois plus de succès que les machines Hupfield, quasiment ignorées sur YouTube. En moins de deux ans, cette vidéos a été vue 51 136 515  de fois ! Comment peut-on expliquer un tel attrait pour cette machine et sa musique ?

Je ne prétendrai pas être objective en écrivant que le succès de la Marble machine peut être du à son apparente simplicité et son manque de mystère. Tout bidouilleur peut se dire qu’il peut en faire autant et ceci vaut aussi pour la musique qu’elle produit.

La vidéo montre une machine simple en apparence, faite de poulies, d’engrenages, de gaines entonnoirs bricolées, de billes sorties de leurs roulements, de bois mal dégrossi et d’indications de manipulation griffonnées au crayon. Nous sommes loin des finitions des pianos mécaniques ou des phonoliszt qui réunissent la perfection de l’artisanat, de la composition et de l’interprétation musicales.

Wintergatan – Marble Machine (music instrument using 2000 marbles)

Ajoutée le 1 mars 2016  Get the audio track « Marble Machine » by Wintergatan: https://wintergatan.bandcamp.com/trac…

Marble Machine built and composed by Martin Molin. Swedish band Wintergatan will play live concerts starting from summer 2016.
Special thanks to Marcus Dimbodius who has been around throughout the whole build and suggested the cymbal placement and the use of the conveyer belt for the marble transportation. Dimbodius is an artist from Gothenburg:
https://www.youtube.com/user/dimbodius

Pour en savoir plus

  • Biographie de Ludwig Hupfield

Ludwig Hupfield (26 November 1864 – 8 October 1949) était fabricant d’instruments de musique et industriel. Il inventa le violon mécanique, une prouesse technique qualifiée parfois de 8ème merveille du monde. Les automates Hupfield devaient connaître un succès mondial jusqu’à ce que les usines de Leipzig soient réquisitionnées pour fabriquer des caisses pour munitions et des réservoirs à essence, ce qui leur valu d’être nationalisées par les  autorités communistes en 1949, après la guerre WWII. Il mourut peu après.

https://en.wikipedia.org/wiki/Ludwig_Hupfeld

  • Histoire des pianos mécaniques

https://fr.wikipedia.org/wiki/Piano_m%C3%A9canique

  • Musée allemand des automates et cabinets musicaux

Le musée Siegfried possède une impressionnante collection d’automates musicaux, du plus imposant au plus petit comme la boîte à musique. Le musée est situé à Rüdesheim am Rhein et constitue une étape incontournable pour les touristes qui naviguent sur le Rhein.

Le musée possède son propre atelier de restauration avec ses artisans à demeure pour entretenir, restaurer et parfois copier à l’ancienne la collection du musée.

http://www.smmk.de/pages/de/das-museum/bildergalerie.php

  • Speelklok Museum à Utrecht

https://www.museumspeelklok.nl/collectie/orchestrions/

 

%d blogueurs aiment cette page :