Flux RSS

Archives de Catégorie: parcs de Paris

Ce dimanche ensoleillé, le printemps des perruches

Ce dimanche avait un air de printemps aux Buttes-Chaumont. Quelques perruches voletaient de branche en branche poussant des cris. La plupart des oiseaux se perchaient séparément jusqu’à ce que deux d’entre eux se rassemblent sur une même branche, bien serrés et immobiles l’un contre l’autre.

1-IMG_34642-IMG_34803-IMG_34794-IMG_34745-IMG_34736-IMG_34707-IMG_34718-IMG_3482

Feuilles et ciels d’automne 19-20/11/2017

58-IMG_3340

26-IMG_3308

66-IMG_3348

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Buttes-Chaumont. Flamboyances avant hibernation

Ce mardi 14 novembre 2017, le soleil brillait éclairant de sa pâle lumière des frondaisons encore fournies de feuilles vertes, dorées ou rouges. Nous avons la chance d’avoir un automne tardif, relativement doux et surtout peu marqué par les pluies abondantes et le vent qui de concert œuvrent à préparer les arbres en les dénudant en vue de leur repos hivernal.

01-IMG_3238 - Copie

Des perruches volettent en chantant de branche en branche. Elles sont très vertes mais le contre-jour rend leur couleur invisible.

02-IMG_3255 - Copie

Ma chère chienne à l’automne de sa vie. Elle a très ans, ce qui est beaucoup pour une labrador dont l’espérance de vie théorique est de 12-14 ans

03-IMG_3251 - Copie

Ces petits chrysanthèmes se sont ancrés depuis trois ou quatre ans dans une jardinière et ne cessent de fleurir en abondance deux fois par an

04-IMG_3250 - Copie

Depuis mon balcon, on peut saisir une vue d’ensemble d’une partie du parc

05-IMG_3247 - Copie

De plus en plus nombreuses dans le quartier, ces femmes annoncent l’automne de notre civilisation

06-IMG_3246 - Copie

L’arbre aux 40 écus, le ginkgo commence à se dorer, un spectacle qui ne durera que quelques jours

07-IMG_3245 - Copie

Un cornouiller femelle qui ne produit pas de drupes (baies rouges) mais roussit avec grande élégance

08-IMG_3244 - Copie

Le même cornouiller dont la vue est gâtée par une femme fière de son archaïsme au mépris des luttes que nous avons menées pour notre émancipation, ce dont elle profite en matière de droits.

09-IMG_3242 - Copie10-IMG_3241 - Copie

Peupliers au bord du lac mûrissant en dégageant une délicieuse odeur d’amande amère

11-IMG_324012-IMG_3237 - Copie13-IMG_323614-IMG_323515-IMG_3234

Au centre, le cerisier sauvage qui donnent de petits fruits comestibles en juin

16-IMG_323317-IMG_323218-IMG_323119-IMG_323020-IMG_322921-IMG_322822-IMG_3226

Buttes-Chaumont. Couleurs d’automne sous le soleil d’hiver

Évaluez ceci :

Buttes-Chaumont. 20/10/2017. 17.30-18h

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le ciel est bleu, les nuages légers et blancs comme le soleil déclinant.

Aux Buttes-Chaumont on fait ce qu’on veut en dépit du règlement : rouler à bicyclette, consommer de l’alcool, crotter dans les fourrés, effrayer les oiseaux aquatiques en leur courant après, jeter des détritus à côté des poubelles et au milieu des arbustes, casser des branches d’arbres, cueillir des fleurs, rouler en scooter, etc.

Curieusement, jamais de gardien pour intervenir contre ces incivilités mais lorsqu’une veille dame se promène suivie de son petit chien sans laisse, un inspecteur assermenté surgit comme par magie pour lui dresser une contravention à 68€…divagation d’animal !

De la douceur dans ce monde de brutes. Couleurs d’automne 17/10/2017

1-IMG_28972-IMG_2896

Homme mur tombé de son arbre et chienne en pleine activité intellectuelle de recherche de nourriture

1-IMG_28742-IMG_28773-IMG_28784-IMG_28795-IMG_2880

Ce sophora japonica planté en 1830 souligne et cadre le paysage. Il commence à peine à jaunir

Vertus du sophora japonica http://www.mr-plantes.com/2014/09/sophora-du-japon/

Ginkgos : de gauche à droite le grand ginkgo femelle de la petite cascade est encore vert. Il produit des fruits en quantité. Face à lui au bord du lac se tient un ginkgo mâle déjà jauni. L’arbre aux 40 écus étincellera bientôt de tout son or.

Tulipier de Virginie planté il y a environ 30 ans. Je l’ai vu pousser et grandir à une vitesse vertigineuse. Il avait un compagnon qui n’a pas résisté à sa force vitalité et, trop rachitique, peut-être malade, a du être abattu il y a peu.

A propos de l’abattage des arbres, certains promeneurs s’indignent de ce que les bûcherons abattent de beaux arbres bien verts et feuillus. Ils ne savent pas qu’une bonne santé apparente peut dissimuler une fragilité dangereuse pour les promeneurs, fragilité dûe à une attaque de l’arbre par des insectes ou des champignons. Régulièrement, les bûcherons sondent les arbres avec un outil dédié qui leur indique si l’individu est creux. Les sceptiques pourront vérifier ce constat en examinant le tronc coupé.

Le tulipier de Virginie produit des fleurs étranges à l’harmonie subtile. Contrairement à leur apparence délicate, les pétales sont durs comme des copeaux de bois.

La fleur, hermaphrodite, est solitaire, dressée, comporte 9 tépales (pétales et sépales indifférenciés) dont 3 sépales vert clair entourant 6 pétales évoluant de vert très clair à blanc, jaune orangé à la base et légèrement odorante. Sa forme la fait ressembler à une tulipe, d’où le nom de l’espèce1. La floraison se fait entre mai-juin-juillet selon le climat.

Elle donne un fruit conique dressé après 20 ans. À maturité, à partir d’octobre, il libère de nombreux akènes ailés (3 à cm) ou samares simples (graines ailées, comparables à celle du frêne)1

L’arbre a été introduit en Europe en 1663 et il est depuis courant dans les parcs du continent1. Il a été introduit en France à partir du début du xviiie siècle, notamment par La Galissonnière. Les plus connus furent plantés au Petit Trianon de Versailles pour la Reine Marie-Antoinette en 1771 et abattus par la tempête de décembre 1999. L’année d’après l’un des arbres a été acheté par monsieur Vialis coutelier à Sauveterre-de-Rouergue dans l’Aveyron afin de fabriquer avec son bois des couteaux numérotes de 1 à 1755. La souche de l’arbre peut être vue dans le village de Sauveterre…

En plus de l’ornement, celui-ci possède un bois de cœur brun utilisé pour la fabrication de mobilier1. On extrait de son écorce la liriodendrine, un alcaloïde succédané de la quinine. Son nectar est apprécié par les abeilles (du moins aux États-Unis) et y donne un excellent miel très foncé.

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Liriodendron_tulipifera

Je n’ai pas identifié cet arbre dont les feuilles composées ressemblent à celles de l’acacia. Il ombrage la petite cascade qui termine le ruisseau qui descend de la colline sous la guinguette Rosa Bonheur. Pour l’identifier je devrais observer la plantation de ses pétioles. http://gite-la-source.com/gite-medicinale02.htm et me rendre sur des sites d’identification des plantes .
Visoflora >  http://www.visoflora.com/index.php?option=com_visoflora&Itemid=6
Pixiflore > http://www.pixiflore.com/pages/recherche/photos_fleurs.php
Université Jussieu > http://abiris.snv.jussieu.fr/flore/flore.html
Photothèque Snats > http://www.les-snats.com/flore.htm
Identiflore > http://identiflore.maquettes.cndp.fr
Plant Encyclo > http://nature.jardin.free.fr/utilitaires2/index.html
Plantes sauvages > http://plantes.sauvages.free.fr/user/tx_especes/index_moteur.html

1-IMG_2893

On peut voir au loin le couple de canards indiens (canard coureur) qui demeure au parc malgré sa pollution aquatique, florale et sonore qui a fait fuir la plupart des oiseaux. Les canards colverts restants se reposent en troupeau sur les rives du lac côté sud.

Le coureur indien se caractérise principalement par son port quasi vertical, quand les autres canards présentent une ligne du dos plus ou moins horizontale, et son allure vive. Son corps est mince et allongé, avec un long cou se terminant par une tête mince, des petites ailes qui ne lui permettent pas de voler, et des pattes portées très en arrière. Toutes ces caractéristiques ne font que renforcer l’impression verticale que donne ce canard. D’un point de vue anatomique, ce port particulier est lié à son fémur particulièrement court, implanté de manière bien postérieure à celui des autres canards.

Race à l’origine blanche, on rencontre aujourd’hui diverses colorations du plumage. On rencontre ainsi des variétés blanches, noires, brunes, bleues (couleur gris ardoise), sauvages (reprenant la coloration du canard colvert, avec dimorphisme entre mâles et femelles), truitées, panachées (fauve et blanc), jaune pois et sauvages argentées2.

C’est un canard léger, qui pèse entre 1,75 et 2 kg3. Il est très peureux, moins bruyant que l’oie mais plus que le canard de Barbarie (qui est muet).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Coureur_indien

15 octobre 2017. Aurore dans le ciel de Paris

2-IMG_28403-IMG_28611-IMG_2858

Depuis mon balcon de 8h51 à 9h01 en regardant vers la rue de Crimée au-dessus des frondaisons des arbres des Buttes-Chaumont

Ciel sans nuages

Ce diaporama nécessite JavaScript.

%d blogueurs aiment cette page :