Flux RSS

Archives de Catégorie: Economie

Opération camembert au lait cru à l’Assemblée nationale

Publié le

https://www.change.org/p/c-est-le-camembert-de-normandie-au-lait-cru-d-appellation-d-origine-que-l-on-assassine/u/24287942

Histoire du camembert de Normandie

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Camembert_de_Normandie

Légende ou pas, la contribution de Marie Fontaine, épouse Harel reste fondamentale du fait de l’engagement de sa descendance dans la fabrication et l’essor du camembert. Comme on le sait, les femmes créatrice sont la plupart évacuées del’histoire et leur contribution ignorée. Pourtant il est indiscutable que Marie Fontaine-Harel a joué un rôle significatif dans les technique de fabrication et la notoriété du camembert. LC

« Camembert […] est le nom donné (1867) à un fromage fabriqué pour la première fois à la fin du xviiie siècle par Marie Fontaine, fermière de la commune de Camembert (Orne). »

— Alain Rey (dir.), Le Robert Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Le Robert, Paris, nouvelle édition janvier 1994, tome I, p. 333.

Selon la légende, historiquement peu crédible[6], le camembert de Normandie a été mis au point en 1791 par une fermière de Camembert, Marie Harel (née Fontaine), avec les conseils avisés d’un prêtre réfractaire (Charles Jean Bonvoust, religieux bénédictin, prieur de Roiville), originaire de la Brie, réfugié chez elle dans sa ferme de Beaumoncel[7].

Cette légende se retrouve dans de nombreux ouvrages, avec de surprenants enrichissements[8]. Le nom de Marie Harel, inventrice du camembert, apparaît en 1850, grâce à son petit-fils[9]. La légende est due à la remarquable réussite de sa famille et à l’intérêt commercial retiré[10]. Au début du xxe siècle, le syndicat des fabricants du véritable camembert de Normandie prend la relève des héritiers de Marie Harel pour perpétuer la légende du camembert normand[11] ; au xxie siècle, l’association de défense et de gestion de l’AOC camembert de Normandie[* 3] le remplace.

Je préfère les fromages au lait cru

Personnellement, je préfère les fromages au lait cru parce qu’ils ont plus de goût avec une texture à la fois moelleuse et feuilletée selon leur degré de maturité. Rien à voir avec les camemberts pasteurisés et industriels au coût uniforme dont le goût et la texture n’évoluent pas et qui se dessèchent rapidement. laissant ressortir la saveur salée au détriment de l’arôme.

Je consomme des  fromages au lait cru depuis 70 ans et je n’en ai jamais été malade.

Les américains consomment aussi des fromages au lait cru

Ayant vécu aux USA, j’ai souvent été invitée par des américains qui, pour me faire plaisir, m’offraient du camembert ou du brie au lait cru, souvent servis avec des tranches de pomme fraîche. J’ignorent comment ils se le procuraient. Contrairement aux préjugés des Français contre les américains, ces derniers apprécient la bonne chère en fonction de leurs moyens et de leurs goûts. Des organismes se sont spécialisés dans la bonne  bouffe bio comme « whole food » ou les farmer markets 

qui connaissent beaucoup de succès.

Vouloir normaliser nos productions alimentaires traditionnelles est contraire à nos traditions gastronomiques, aux intérêts des paysans et des consommateurs ainsi qu’à la réputation internationale de nôtre gastronomie. La résistance s’impose pour défendre nôtre patrimoine gastronomique et les paysans producteurs sans lesquels la France ne serait plus la France.

La Connectrice

Pour en savoir plus

http://www.fromages-de-terroirs.com/index.php?lang=fr

 

Actualité : Le camembert de Normandie AOP va autoriser la pasteurisation. C’est un renoncement aux valeurs de l’appellation et une victoire des multinationales !
Usages ancestraux, loyaux et constants : trois mots gravés dans le marbre lorsque la France a créé les appellations d’origine au tout début du XXè siècle, et pourtant, le camembert de Normandie, symbole s’il en est de notre pays, va être pasteurisé en 2021 ! Autant dire un nivellement par le bas, qui s’accompagnera de l’arrêt du moulage à la louche.
Décidément, l’histoire se répète. L’AOP normande n’a pas tiré la leçon du passé, elle s’enfonce inexorablement dans la médiocrité. En voulant faire retirer le terme Normandie des camemberts industriels, en somme faire appliquer la loi après 20 ans de laxisme, le camembert de Normandie hérite du pire scénario pour sortir de ce bras de fer entre fabricants du camembert « de Normandie » sous AOP et ceux du « fabriqué en Normandie », la version industrielle, dont Lactalis est le premier opérateur avec 95 % de la production. La fin du « Fabriqué en » se solde avec une AOP pour tous, déclinée en deux versions : l’une de base sous le nom actuel « Camembert de Normandie » et l’autre, plus qualitative, sous le nom de « Véritable camembert de Normandie ». La loi du marché voudra que 9 camemberts AOP sur 10 soient pasteurisés et industriels, fabriqués à la chaîne comme de vulgaires produits. Donc moins chers.
L’association Fromages de Terroirs dénonce un détournement grave de l’AOP qui donne en vérité aux industriels ce dont ils avaient rêvé en 2007 lorsqu’ils avaient réclamé la pasteurisation. On sait ce qu’il en advient de cette assouplissement dans les cahiers des charges – course au volume, standardisation, disparition des fermiers – et empilement des sous labels qui ne crée que de la confusion pour le consommateur. L’entrée des camemberts industriels dans le périmètre de l’AOP, est la mort programmée du véritable camembert !
PÉTITION À SIGNER SUR CHANGE.ORG :C’est le camembert de Normandie qu’on assassine !
Mercredi 21 février, la réunion « de la dernière chance » a abouti à cette imposture ! Les protagonistes de la longue bataille qui oppose les fabricants de « camembert fabriqué en Normandie, aux opérateurs de l’AOP Camembert de Normandie au lait cru, ont tranché. La filière s’oriente vers une AOP élargie, avec deux niveaux :
-  Une version plancher autorisera la dénomination commerciale « Camembert de Normandie », venant remplacer le « fabriqué en ». Cette version autorisera le lait pasteurisé, en contre partie, elle imposera une normandisation des troupeaux à hauteur de 30%. C’est peu ! D’autant que rien n’est précisé pour les 70% restants. Plus de moulage à la louche par des mains expertes, mais un robot mouleur. La fabrication restera donc très industrielle, à la chaîne comme c’est le cas actuellement pour les marques Président, Lanquetot, Lepetit, Cœur de Lion, le Rustique… On nous dit que le pâturage serait rendu obligatoire 6 mois de l’année, avec une part d’herbe minimale dans la ration estivale (25 ares d’herbe par vache). Et puis, la filière se réjouit semble t-il qu’on garantisse le caractère mi-lactique mi-présure qui caractérise le camembert traditionnel. En aucun cas, ce futur cahier des charges n’offrira la qualité d’un camembert digne d’une AOP.
-  Une version plus haut de gamme, strictement au lait cru, baptisée « Véritable Camembert de Normandie », voulant se substituer à l’actuelle AOP, avec des critères d’exigence relevés. On nous promet que la part de Normandes serait portée à 70% contre 50% actuellement, (imposée depuis mai 2017). Le bocage serait revalorisé : 100 mètres de haies pour un hectare de pâture, cela pour encourager la biodiversité. La ration hivernale devrait, quant à elle, comporter obligatoirement une proportion d’herbe. Soit, mais ce sont de bien minces avancées, et pour la plupart déjà acquises !
Pour les deux catégories de l’AOP, des règles générales vont également s’appliquer comme la suppression des OGM dans l’alimentation pour l’ensemble des producteurs. La zone pourrait intégrer les actuels producteurs hors zone dans l’Eure, la Seine-Maritime, la Manche, l’Orne et le Calvados, peut-être plus largement..
Les Normands exhument donc Le « Véritable camembert de Normandie », dénomination qui avait disparue en 1983 lors de la naissance de l’AOP. Elle est censée porter le « très haut de gamme » sauf qu’en autorisant la pasteurisation, c‘est la mort de l’AOP en tant que telle, dès lors qu’on introduit des niveaux de qualité si différents dans le label. On crée une concurrence au sein même d’une AOP.
La cohabitation lait cru-lait pasteurisé, pratiquée dans plus de 50 % des AOP nationales, pont-l’évêque, neufchâtel, livarot, ossau-iraty, saint-nectaire, cantal, fourmes d’Ambert et de Montbrison, bleu d’Auvergne, époisses, maroilles, munster… n’ont entraîné que médiocrité et tensions dans la filière laitière, accélérant la disparition des fermiers. Beaucoup d’entre elles ont en réalité perdu des parts de marché.
D’autres AOP admettent différentes déclinaisons : le beaufort (versions « été » et « chalet d’alpage »), le laguiole (« Grand Aubrac »), le salers (« Tradition ») … mais il y a une grande différence, elles sont toutes au lait cru, ce qui maintient une qualité optimale et une reconnaissance unique.
La nouvelle règle ne devrait pas être effective avant 2021. Une commission d’enquête nommée par l’Inao aura pour mission de lancer les travaux sur la définition de la nouvelle zone et les conditions de production.
Faits et chiffres :
Le camembert de Normandie AOP au lait cru a obtenu l’AOC en 1983 et l’AOP en 2007. L’AOP actuelle produit 5 400 tonnes en 2017 soit 6 % de la fabrication totale du camembert. Les 94% restant sont industriels : Lactalis représente hors AOP et en AOP, 95% de la production.
Liste des opérateurs et des marques dans l’AOP Camembert de Normandie au lait cru
Les fermiers 
-   Ferme du Champ Secret, dirigée par Patrick Mercier, à la Novère dans l’Orne. Marque : Champ Secret. 
-   Ferme de la Héronnière, à Camembert dans l’Orne, récemment reprise par Nicolas Durand. Marque : François Durand.
Les laiteries 
-   Laiterie de Saint-Hilaire-de-Briouze – Fromagerie Gillot détenue par la famille Fléchard. Marques : Gillot, Marie Harel et Saint-Hilaire. 45 % des parts de marché de l’AOP. 
-   Domaine de Saint-Loup – Ex-Graindorge, détenue par Lactalis. Marques : Domaine du Plessis, Fleuron du Plessis, Domaine de Saint-Loup, La Petite Normande et E.Graindorge. 
-   Fromagerie de Jort, détenue par Lactalis. Marque : Jort. 
-   Fromagerie du Moulin de Carel, détenue par Lactalis. Marque : Moulin de Carel. 
-   Fromagerie d’Orbec, à Orbec-en-Auge, détenue par Lactalis. Marque : Bourdon. Lactalis détient 50% des parts de marché de l’AOP.
-   Fromagerie du Val-de-Sienne, détenue par Pascal Beillevaire et Pierre Marty. Marques : Pré Saint-Jean, Le Bon Choix et Beillevaire. 
-   Coopérative Isigny-Sainte-Mère. Marque : Isigny-Sainte-Mère. 
-   Fromagerie Réaux, détenue par Maîtres Laitiers du Cotentin-Groupe Disfrais. Marques : Réo et Le Gaslonde. 
-   Fromages de Stéphanie, à Saint-Léger-sur-Sarthe dans l’Orne, détenue par Stéphanie Conrad. Marque : Les Fromages de Stéphanie.

https://www.courrierinternational.com/article/vu-des-etats-unis-alerte-camembert-en-danger

Vu des États-Unis.Alerte, camembert en danger  !

Un camembert normand – au lait cru.  Photo12 / Gilles Targat

Le site d’information américain Bloomberg tire la sonnette d’alarme : “L’un des meilleurs fromages au monde pourrait être en voie de disparition.”

Bloomberg rappelle que, pour qu’un camembert reçoive cette appellation, il doit être fabriqué avec du lait cru non filtré possédant une teneur en matière grasse d’au moins 38 % et venant de vaches normandes qui bénéficient de conditions d’élevage précises. “Si c’est ce fromage que vous cherchez, en particulier en dehors de France, alors bonne chance”, assène le site d’information américain, avant de préciser que seuls 1 % des camemberts français sont produits de cette façon. “Et avec les grands propriétaires qui s’emparent des petites fermes, ce nombre est en train de s’effondrer rapidement”, s’alarme Bloomberg.

Une conséquence de la “guerre des fromages”

La publication attribue ce net recul des petites exploitations à la “guerre des fromages” de 2007, lors de laquelle les grands producteurs ont vu leur demande d’utiliser du lait pasteurisé pour fabriquer le camembert de Normandie rejetée par l’État français. Les grandes industries ont alors “quitté la course au vrai camembert” et étiquettent à présent leurs produits“fabriqués en Normandie”. “Ce qui n’est pas la même chose”,précise Bloomberg.

Le site d’information américain donne les clés pour distinguer le “vrai” camembert :

Quand vous l’apercevrez sur le plateau à fromages, vous reconnaîtrez son cœur crémeux épais. Si vos hôtes l’ont laissé dehors suffisamment longtemps, il sera possible de le presser. (Le Brie, à l’inverse, sera coulant.) La croûte, que vous devez manger, devrait avoir une fine marbrure marron. S’il est trop blanc et brillant, cela signifie que vous êtes en train de consommer une version industrielle. (Évidemment, s’il y a trop de marron, c’est qu’il a dépassé sa date.)”

Un test auquel les lecteurs de Bloomberg ne pourront procéder que s’ils voyagent en dehors des États-Unis, le camembert y étant interdit, comme tous les fromages à base de lait cru, depuis 1949. La publication les encourage donc à “prendre la direction de la France et [à] y trouver un authentique camembert à dévorer”.

 

l’ISF est injuste pour les riches qui ont travaillé toute leur vie. Et les retraités alors ?

Information à compléter . Entendu ce 11 janvier 2019 vers midi sur radioBFM; Interview d’un valet de Macron par Edwige Chevrier

Interrogé sur les gilets jeunes et leur demande de rétablissement de l’ISF, le valet de Macron dont je n’ai pas saisi le nom, expliquait qu’il était injuste de parler de « fortune » quand ces patrons avaient travaillé durement toute leur vie pour se constituer un capital bien mérité.

J’ai bondi

Et nous les retraités qui avons bossé et cotisé toute notre vie active, nous n’avons pas droit à une défiscalisation ? Bien au contraire, nos impôts augmentent quand on touche plus de 1 200 euros de pension. une fortune pour les vampires de Macron.

Le même Macron affirmait récemment droit dans les yeux d’une retraitée : vous avez travaillé pour payer les retraites et maintenant ce sont les actifs qui paient la vôtre et ils ne sont plus assez nombreux. Sauf que Macron oublie que les cotisations sont un salaire différé et que le gouvernement est garant du paiement de nos retraites.

C’est alors que j’ai eu une idée lumineuse : puisque l’Etat nous oblige à cotiser mais est incapable de garantir nos retraites, ne cotisons plus. Les cotisations retraites devraient être facultatives et nous devrions avoir le choix individuel de constituer nôtre capital retraite où bon nous semble.

De même nous pourrions nous retirer des banques puisque le contrat, la parole donnée, la garantie, l’engagement sont des notions caduques. J’ai connu un enseignant américain qui, ne faisant pas confiance aux banques, retirait la totalité de son salaire en espèces et rangeait ses dollars dans une boite à chaussures. Je ne dis pas que c’est une solution mais ça donne des idées…

Idem pour les cotisations de sécurité sociale puisque le service de santé public est en faillite.

Redonnons aux mutuelles leur sens premier, l’entraide mutuelle comme la courageuse féministe Flora Tristan l’avait instituée.

Dégageons la patte de l’Etat de nos sous puisqu’il les redistribue de façon inique et qu’il nous trahit.

La Connectrice, Gilet jaune, retraitée appauvrie par Sarkozy, Hollande et Macron

Gilets jaunes. On va vivre quand ? vidéo

Publié le

Tout, tout, vous saurez tout sur les doléances des Gilets jaunes et des réponses des responsables irresponsables

Vidéo réalisée par un internaute

 

Femmes Gilets jaune samedi 5/01 et dimanche 6/01 dans toute la France

Publié le

L’image contient peut-être : 4 personnes, texte

https://www.facebook.com/groups/2174672572851179/

Selon le collectif des Mariannes en colère « tant que les femmes ne s’en mêlent pas il n’y a pas de véritable révolution ! » Mirabeau.

Séverine Seve Navched initiatrice de la manifestation de Bourges précise qu’il ne s’agit pas d’une tentative de division du mouvement des Gilets jaunes

 tant que la femme ne s´ent méle pas il ni a pas de veritable revolution….phrase très connu de Mirabau.Le 5 ,nous femmes avons décidé de s´en méler et d´être en tête .Les hommes sont invités à nous suivrent…Il ni a aucune divisions tout au contraire nous sommes toute et tous des gj .À chaque arret une action ou chanson sera faite tout simplement .Bonne soiré à vous . https://www.facebook.com/groups/2174672572851179/

Par ailleurs on peut lire qu' »il ne s’agit pas d’un mouvement féministe » et  les hommes y sont invités. Quant à moi, féministe historique, je déplore l’ignorance de ces affirmations : tout mouvement d’émancipation et de revendication des droits des femmes est féministe ; il y a toujours eu des hommes féministes comme Alexandre Dumas fils qui est le créateur du terme « féministe » qui, peu après en 1876 est vulgarisé par la journaliste féministe Hubertine Auclert . L’exclusion circonstanciée et temporaire des hommes de certains rassemblements et réunions n’est pas leur exclusion définitive de la société au profit des femmes. Cette interprétation du féminisme n’est qu’une contre-offensive des machistes hommes et femmes. Les mâles ayant la fâcheuse habitude de parler haut et fort et d’imposer ainsi leur pensée,  les femmes ont parfois besoin de se retrouver entre elles pour libérer leur parole. Il suffit de regarder la TV ou d’écouter la radio pour se rendre compte de cette réalité.

Dimanche 6 janvier à Paris et dans toute la France

Le dimanche 06 janvier… à Paris
Act 1 pour les Femmes !!!!
Montrons au gouvernement que…
Nous, les Femmes sommes bien Plus Courageuses que certains hommes…
Nous avons portés nos enfants, certaines deviendront mamans et d’autres sont mamies …
Nous avons cette rage naturelle à défendre les Nôtres !

Suzanne : Femme Gilet Jaune

Tant que les femmes ne s’en mêlent pas, il n’y a pas de véritable révolution!”, disait Mirabeau

Chères femmes nous sommes dans les rues depuis le 17 novembre jusque là nous avons étaient discrètes, c’est pour cela que nous lançons un appel à toutes Les femmes pour se mobiliser. Nous restons complémentaires et solidaires aux hommes ce n est pas une lutte féministe mais féminine.

Son but : une action 🤜 coup de poing car Nous ne voulons pas rester dans le silence nous voulons que les choses changent parce que nous sommes le peuple français nous aussi. nous voulons montrer que nous sommes la mère patrie, en colère et nous avons peur pour l avenir de nos enfants ! 😡 les femmes se sentant dévalorisées , méprisées, oubliées par l état qu’elles sortent ce jour ci dans la rue nous gardons les mêmes revendications que les GJ car nous le sommes depuis le 17/11 mais nous voulons nous faire entendre deux fois plus fort. Rassemblons nous force et courage ! Sortons nos gilets jaunes et notre drapeau ! 💛🇫🇷 prenons exemple sur la révolution française ou les femmes ouvraient le cortège pour aller y trouver le roi. Unissons nous nous ne voulons pas divisé nous sommes gilets jaunes nous voulons juste essayer de faire en sorte que les choses bougent nous devons tout tenter pour nous tous !!!

Pour toutes les infos rejoignez le groupe
https://www.facebook.com/groups/330657060855583/?ref=share

http://www.ricochets.cc/Femmes-gilets-jaunes-mobilisons-nous.html

La participation des femmes au mouvement Gilets Jaunes a été soulignée depuis le début mais qui voit-on sur les images, qui entend-on dans les médias ? principalement des hommes. Ce n’est pas forcément représentatif de la réalité car les reporters photographes et cameramen ont tendance à cibler leurs semblables sauf s’il y a de jeunes et jolies filles. Or les femmes Gilets jaunes sont en majorité des mères de famille, des travailleuses dont le physique ne correspond pas aux « femmes femmes sur papier glacé » comme le titrait un ouvrage sur la représentation/récupération des femmes et de leurs revendications dans les magazines.

Gilets jaunes samedi 5 janvier 2019 dans toute la France

ACTE 8. Premier acte de 2019 ! Nous voulons une mobilisation massive des gilets jaunes pour cette nouvelle année afin de montrer au président que nous sommes toujours là, plus nombreux et motivé que jamais! 
Partout en France, soyez présents le samedi 5 janvier dans les rues avec votre gilet jaune. Déjà 16 000 personnes sur Paris !
Voici la liste de tous les événements gilets jaunes des plus grandes villes. Si vous connaissez des événements organisés dans votre ville, partagez le dans les commentaires et nous l’ajouterons au post. 
Inscrivez-vous et soyons nombreux! Post à partager sans modération, dans tous les groupes 😉

PARIS:
https://www.facebook.com/events/2383470951724914/

TOULOUSE:
https://www.facebook.com/events/209137786656827/

TOULON:
https://www.facebook.com/events/538626183215505/

BORDEAUX:
https://www.facebook.com/events/295169681136507/

LA ROCHELLE:
https://www.facebook.com/events/651513775264742/

CLERMONT FERRAND:
https://www.facebook.com/events/1956063788034588/

LILLE:
https://www.facebook.com/events/532180777249885/

STRASBOURG:
https://www.facebook.com/events/2220682574813882/

BOURGES

https://www.facebook.com/groups/2174672572851179/

Plus d’info : Gilet Jaune Demain
Les gilets jaunes – proposition pour du changement

Les femmes Gilets jaunes depuis le 17 novembre 2018

Image associée

https://www.contretemps.eu/femmes-gilets-jaunes/

https://www.lci.fr/social/gilets-jaunes-beaucoup-de-femmes-dans-les-manifestations-2106282.html

https://www.20minutes.fr/societe/2399839-20181220-gilets-jaunes-pourquoi-femmes-elles-tant-mobilisees-mouvement

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/12/12/01016-20181212ARTFIG00260-ces-femmes-gilets-jaunes-qui-ont-investi-les-ronds-points.php

Gilets jaunes, ne nous laissons pas culpabiliser par Macron-Castaner

Mon hommage aux victimes de Chérif Chekkat, de leurs familles, de leurs amis et des Strasbourgeois

Après l’attentat terroriste de Strasbourg, gouvernement, personnalités politiques, syndicats, policiers, « penseurs », artistes, experts demandent aux Gilets jaunes de suspendre le mouvement. Les arguments visent tous à culpabiliser les Gilets jaunes comme s’ils étaient responsables des crimes du musulman Chérif Chekkat. D’ailleurs, avant le rassemblement de samedi dernier, tout ce monde annonçait que, s’il se maintenait, il y aurait des morts. Morts, il y a eu en effet trois morts et une victime en état de mort cérébrale à Strasbourg mais les Gilets jaunes n’y sont pour rien.

Arguments fallacieux avancés contre les Gilets jaunes

Le marché de Noël n’aurait pas été suffisamment sécurisé parce que la police aurait été mobilisée/immobilisée par les Gilets jaunes.

Les forces de maintien de l’ordre (policiers, gendarmes, autres militaires) auraient été épuisés par la surveillance des Gilets jaunes. C’est indiscutable mais pas rédhibitoire. Par ailleurs, on peut s’interroger sur l’intérêt des missions confiées à ces hommes. Par exemple circule une vidéo dans laquelle on voit des hommes jeunes piller tranquillement pendant de longues minutes un Monop sans que la police n’intervienne… On y voit quelques Gilets jaunes mais on ne sait pas s’ils sont authentiques ou des racailles déguisées en manifestants. Un seul pilleur aurait été interpellé.

Les Gilets jaunes auraient créé un désordre favorable à l’action terroriste.

Les blocages routiers auraient empêché la circulation des forces de police.

Chérif Chekkat est passé à l’acte parce qu’il était acculé et que la cible – le marché de Noël – était désignée depuis 2000.

D’après des experts, les terroristes passeraient à l’acte lorsqu’ils se sentent acculés par la police ayant repéré leur dangerosité. Le matin de l’attentat, une importante descente de police, une trentaine d’hommes cagoulés descendus avec sirènes et phares, selon un voisin, aurait perquisitionné le domicile familial et gardé à vue les parents et deux frères du terroriste, lui-même étant absent. Il était recherché pour tentative d’homicide. Ils ont trouvé une arme chargée, des grenades, des munitions et des couteaux. Autrement dit, Chekkat criminel et délinquant depuis l’âge de dix ans (en 1999 pour menaces et abus de faiblesse), radicalisé et prosélyte, était prêt depuis longtemps et attendait l’occasion favorable pour agir. En l’occurrence, le marché de Noël qui avait déjà été menacé par un attentat en 2000, rassemblement festif qui attire des gens de toute la France et du monde entier, était idéal pour commettre un crime de masse. Le supposé allègement de la surveillance policière mobilisée par le contrôle des Gilets jaunes renforçait l’opportunité mais le déclenchement du passage à l’acte a été la descente policière. Accuse-t-on la police d’être responsable de l’attentat ? C’est pourtant indiscutablement le déclencheur du passage à l’acte du terroriste.

Gilets jaunes, tenons bon, ne nous laissons pas détourner de nos revendications fondamentales et essentielles !

Après la mort d’un jeune homme renversé la nuit dernière par un conducteur affolé, il est plus que temps de mettre en place des modes de manifestation patents sans pour autant se mettre en danger ou mettre en danger la sécurité physique et économique d’autrui. Ce mouvement fantastique et fondamental ne doit pas se laisser décourager par la désinformation, la culpabilisation, le lavage de cerveaux, la manipulation par les provocations et les menaces. Il faut continuer avec d’autres méthodes intelligentes, créatives, efficaces et « douces ». Viser la visibilité par des milliers de petits regroupements locaux et le désordre dans les administrations qui ne vendent ni ne distribuent de cadeaux de Noël. Ce n’est qu’un exemple. Gilets jaunes, imagination au pouvoir !

Alice Braitberg

https://ripostelaique.com/gilets-jaunes-ne-nous-laissons-pas-culpabiliser-par-macron-castaner.html

252 taxes ou impôts en France. La liste

https://youtu.be/fy5ewMwLvMc
https://www.youtube.com/watch?v=fy5ewMwLvMc
Liste des impôts en France …Prenez votre souffle ! et votre temps ! calez-vous bien sur votre fauteuil …
|
* 1 Impôt sur le revenu (IR)
* 2 Impôt de solidarité sur la fortune (ISF)
* 3 Impôt sur les sociétés (IS)
* 4 Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB)
* 5 Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB)
* 6 Taxe d’habitation (TH)
* 7 Cotisation foncière des entreprises (CFE)
* 8 Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE)
* 9 Contribution sur les revenus locatifs (CRL)
* 10 Taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM)
* 11 Taxe spéciale d’équipement (désormais remplacée par la taxe d’aménagement)
* 12 Taxe additionnelle à la TFPNB
* 13 Taxe sur l’enlèvement des ordures ménagères (TEOM)
* 14 Taxe destinée au financement des conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE)
* 15 Redevance départementale sur l’aménagement des espaces naturels et sensibles (TDENS)
* 16 Taxe de balayage
* 17 Taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE)
* 18 Impositions perçues au profit des communautés urbaines
* 19 Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie
* 20 Prélèvement sur les bénéfices tirés de la construction immobilière
* 21 Taxe hydraulique au profit des voies navigables de France
* 22 Taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP)
* 23 Contribution additionnelle à l’impôt sur les sociétés
* 24 Taxe sur la consommation de charbon
* 25 Taxes générales sur les activités polluantes (TGAP)
* 26 CRDS (Contribution pour le remboursement de la dette sociale)
* 27 CSG (Contribution sociale généralisée)
* 28 Taxe forfaitaire sur les métaux précieux
* 29 Contribution à l’AGS (Association pour la gestion du régime de garantie des créances des salariés)
* 30 Redevances pour droit de construire EPAD (Établissement public d’aménagement et de développement)
* 31 Droit sur les cessions de fonds de commerce et opérations assimilées
* 32 Droits sur les ventes d’immeubles
* 33 Droit sur les cessions de droits sociaux
* 34 Droits de succession et de donation
* 35 Prélèvement non libératoire forfaitaire sur les dividendes et distributions assimilées
* 36 Droit du permis de chasse
* 37 Droit de validation du permis de chasse
* 38 Taxe sur la musique (SACEM – SPRE)
* 39 Taxe sur les plus-values immobilières autres que terrains à bâtir
* 40 Impôt sur les plus-values immobilières
* 41 Cotisation additionnelle versée par les organismes HLM et les SEM
* 42 Cotisation versée par les organismes HLM et les SEM
* 43 Redevances perçues à l’occasion de l’introduction des familles étrangères en France
* 44 Taxe sur les spectacles perçue au profit de l’Association pour le soutien des théâtres privés
* 45 Taxe sur les transactions financières
* 46 Taxe annuelle sur les produits cosmétiques
* 47 Taxe additionnelle à la taxe sur les installations nucléaires de base dite « de stockage »
* 48 Surtaxe sur les eaux minérales
* 49 Taxe communale additionnelle à certains droits d’enregistrement
* 50 Redevances proportionnelles sur l’énergie hydraulique
* 51 Taxe communale sur les remontées mécaniques
* 52 Taxe communale sur la consommation finale d’électricité
* 53 Redevance d’enlèvement d’ordures ménagères (REOM)
* 54 Taxe sur les cartes grises
* 55 Redevances communale et départementale des mines
* 56 Imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes
* 57 Taxes de trottoir et de pavage
* 58 Prélèvement progressif sur le produit des jeux dans les casinos au profit des communes
* 59 Taxe sur les activités commerciales non salariées à durée saisonnière
* 60 Taxe forfaitaire sur la cession à titre onéreux des terrains nus qui ont été rendus constructibles du fait de leur classement
* 61 Taxes sur les friches commerciales
* 62 Taxe sur le ski de fond
* 63 Taxe sur les éoliennes maritimes
* 64 Taxe sur les déchets réceptionnés dans une installation de stockages ou un incinérateur de déchets ménagers
* 65 Taxe pour non-raccordement à l’égout
* 66 Taxes dans le domaine funéraire
* 67 Taxe pour obstacle sur les cours d’eau, taxe pour stockage d’eau en période d’étiage et taxe pour la protection des milieux aquatiques, redevances pour pollution diffuses
* 68 Redevances pour pollution de l’eau et pour modernisation des réseaux de collecte
* 69 Taxe départementale des espaces naturels sensibles
* 70 Taxe sur les nuisances sonores aériennes
* 71 Taxe spéciale sur la publicité télévisée
* 72 Octroi de mer
* 73 TGAP (taxe générale sur les activités polluantes) lubrifiants, huiles et préparations lubrifiantes
* 74 TGAP lessives
* 75 TGAP matériaux d’extraction
* 76 TGAP imprimés
* 77 TGAP installations classées
* 78 TGAP déchets
* 79 TGAP émissions polluantes
* 80 Redevances spéciales d’enlèvement des déchets non ménagers
* 81 Taxe sur les produits, déchets et résidus d’hydrocarbures
* 82 Taxe sur la publicité foncière
* 83 Taxe sur la valeur vénale des biens immobiliers des entités juridiques
* 84 Cotisation spéciale sur les boissons alcoolisées
* 85 Droit de circulation sur les vins, cidres, poirés et hydromels
* 86 Droit de consommation sur les produits intermédiaires
* 87 Droits de consommation sur les alcools
* 88 Droit sur les bières et les boissons non alcoolisées
* 89 Taxe sur les prémix
* 90 Prélèvement de 2 % sur les revenus du patrimoine et les produits de placement et contribution additionnelle
* 91 Contribution sociale de solidarité des sociétés
* 92 Contribution due par les laboratoires et les grossistes répartiteurs sur les ventes en gros aux officines pharmaceutiques
* 93 Contribution à la charge des laboratoires pharmaceutiques non conventionnés avec le comité économique des produits de santé
* 94 Contribution due par les laboratoires sur leurs dépenses de publicité
* 95 Prélèvement sur les ressources de différents régimes de prestations familiales
* 96 Redevance due par les titulaires de titres d’exploitation de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux
* 97 Droits de plaidoirie
* 98 Contribution due par les entreprises exploitant des médicaments bénéficiant d’une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché)
* 99 Contribution due par les entreprises fabriquant ou exploitant des dispositifs médicaux sur leurs dépenses de publicité
* 100 Participation des employeurs occupant 10 salariés ou plus au développement de la formation professionnelle continue
* 101 Participation des employeurs occupant moins de 10 salariés au développement de la formation professionnelle continue
* 102 Participation des employeurs occupant 10 salariés ou plus au financement du congé individuel de formation des salariés (0,2 % des rémunérations)
* 103 Taxe de séjour
* 104 Financement des congés individuels de formation des salariés sous contrats à durée déterminée CIF-CDD (1 % des salaires versés, ou moins en cas d’accord de branche)
* 105 Participation au financement de la formation des professions non salariées (à l’exception des artisans et des exploitants agricoles) correspondant à 0,15 % du montant annuel du plafond de la Sécurité sociale
* 106 Taxe d’apprentissage – versements aux centres de formation d’apprentis et aux établissements publics ou privés d’enseignement technologique et professionnel
* 107 Taxe départementale sur les remontées mécaniques
* 108 Taxe d’apprentissage – versements au titre de la péréquation
* 109 Contribution au développement de l’apprentissage
* 110 Taxe d’apprentissage
* 111 Contribution pour le financement des contrats et périodes de professionnalisation et du droit individuel à la formation à 0,15 % et 0,5 %
* 112 Taxe destinée à financer le développement des actions de formation professionnelle dans les transports routiers
* 113 Taxe pour le développement de la formation professionnelle dans les métiers de la réparation de l’automobile, du cycle et du motocycle
* 114 Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties, pour frais de chambres d’agriculture
* 115 Précisez le tarif de la chambre nationale de la bateliererie artisanale
* 116 Taxe pour frais de chambres des métiers et de l’artisanat
* 117 Taxe pour frais de chambres de commerce et d’industrie
* 118 Taxe spéciale d’équipement
* 119 Participation des employeurs à l’effort de construction (1 % logement)
* 120 Cotisation des employeurs (FNAL, Fonds national d’aide au logement)
* 121 Taxe annuelle sur les logements vacants
* 122 Versement de transport dû par les entreprises de plus de 9 salariés implantées en province
* 123 Taxe sur les titulaires d’ouvrages de prise d’eau, rejet d’eau ou autres ouvrages hydrauliques destinés à prélever ou à évacuer des volumes d’eau * 124 Taxe d’aéroport
* 125 Contributions additionnelles aux primes ou cotisations afférentes à certaines conventions d’assurance
* 126 Taxes de protection des obtentions végétales
* 127 Taxe d’abattage (remplacée par une majoration de la CVO des éleveurs)
* 128 Taxe sur les céréales
* 129 Taxe au profit de France Agri Mer (anciennement affectée à l’Ofimer)
* 130 Redevances perçues à l’occasion des procédures et formalités en matière de propriété industrielle, ainsi que de registre du commerce et des sociétés, établies par divers textes
* 131 Majoration de 10 % du montant maximum du droit fixe de la taxe pour frais de chambres de métiers
* 132 Contribution annuelle des distributeurs d’énergie électrique en basse tension
* 133 Taxe pour le développement des industries de l’ameublement ainsi que des industries du bois
* 134 Taxe pour le développement des industries du cuir, de la maroquinerie, de la ganterie et de la chaussure
* 135 Taxe pour le développement des industries de l’horlogerie, bijouterie, joaillerie, orfèvrerie et arts de la table
* 136 Taxe pour le développement des industries de la mécanique et de la construction métallique, des matériels et consommables de soudage et produits du décolletage, de construction métallique et des matériels aérauliques et thermiques
* 137 Taxe pour le développement des industries des matériaux de construction regroupant les industries du béton, de la terre cuite et des roches ornementales et de construction
* 138 Taxe pour le développement de l’industrie de la conservation des produits agricoles
* 139 Taxe pour le comité professionnel des stocks stratégiques pétroliers
* 140 Droit annuel de francisation et de navigation en Corse; droit de passeport en Corse
* 141 Redevance due par les employeurs de main-d’œuvre étrangère permanente et saisonnière
* 142 Taxe applicable lors du Renouvellement des autorisations de travail aux travailleurs étrangers
* 143 Droits gradués des greffiers des tribunaux de commerce (inscription des privilèges et sûretés)
* 144 Contribution spéciale versée par les employeurs des étrangers sans autorisation de travail
* 145 Taxe perçue à l’occasion de la délivrance du premier titre de séjour
* 146 Taxes sur les primes d’assurance
* 147 Contribution au fonds national de gestion des risques en agriculture
* 148 TVA brute sur les produits pharmaceutiques (commerce de gros)
* 149 TVA brute sur les tabacs
* 150 Contribution additionnelle à la contribution sociale de solidarité des sociétés
* 151 Droits de consommation sur les tabacs (cigares)
* 152 Taxe annuelle sur les locaux à usage de bureaux, les locaux commerciaux, les locaux de stockage et les surfaces de stationnement annexées à ces catégories de locaux perçue dans la région Île-de-France
* 153 Taxe sur les salaires
* 154 Taxes sur les nuisances sonores aéroportuaires
* 155 Taxes sur les primes d’assurance automobile
* 156 Contribution de solidarité sur les billets d’avion
* 157 Taxe affectée au Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes
* 158 Taxe perçue lors de la mise sur le marché de médicaments vétérinaires, ainsi qu’une taxe annuelle pour certaines autorisations ou enregistrements
* 159 Taxe pour l’évaluation et le contrôle de la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques et à leurs adjuvants mentionnés à l’article L. 253-1 du code rural et de la pêche maritime et aux matières fertilisantes et supports de culture
* 160 Taxe applicable aux demandes de validation d’une attestation d’accueil
* 161 Versement de transport dû par les entreprises de plus de 9 salariés implantées en Île-de-France
* 162 Contribution sociale sur les bénéfices
*  163 Contribution pour frais de contrôle
* 164 Droits de timbre sur les passeports sécurisés
* 165 Taxe spéciale sur les huiles végétales, fluides ou concrètes, destinées à l’alimentation humaine
* 166 Cotisations (normale et supplémentaire) des entreprises cinématographiques
* 167 Taxe sur les spectacles
* 168 Taxe sur les spectacles de variétés
* 169 Taxe sur l’édition des ouvrages de librairie
* 170 Taxe sur les appareils de reproduction ou d’impression
* 171 Redevance d’archéologie préventive
* 172 Taxe additionnelle aux droits d’enregistrement et à la taxe de publicité foncière perçus au profit des départements
* 173 Redevances pour pollution de l’eau, modernisation des réseaux de collecte, pollutions diffuses, prélèvement sur la ressource en eau, stockage d’eau en période d’étiage, obstacle sur les cours d’eau et protection du milieu aquatique
* 174 Taxe sur les passagers maritimes embarqués à destination d’espaces naturels protégés
* 175 Droit de francisation et de navigation
* 176 Taxe sur les boues d’épuration urbaines ou industrielles
* 177 Redevances biocides
* 178 Taxe sur les voitures particulières les plus polluantes
* 179 Taxe intérieure sur les consommations de gaz naturel
* 180 Taxe intérieure de consommation sur les houilles, lignites et cokes
* 181 Octroi de mer
* 182 Contribution sur la cession à un service de télévision des droits de diffusion de manifestations ou de compétitions sportives
* 183 Taxe due par les concessionnaires d’autoroutes
* 184 Droit de sécurité
* 185 Cotisation pêche et milieux aquatiques
* 186 Redevances cynégétiques
* 187 Prélèvement sur le produit des primes ou cotisations additionnelles relatives à la garantie contre le risque de catastrophes naturelles
* 188 Taxe sur les installations nucléaires de base
* 189 Contribution perçue au profit de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES)
* 190 Taxe sur les résidences secondaires
* 191 Taxe spéciale d’équipement pour la région Île-de-France
* 192 Taxe additionnelle à la taxe sur les installations nucléaires de base – Recherche
* 193 Taxe additionnelle à la taxe sur les installations nucléaires de base – Accompagnement
* 194 Taxe additionnelle à la taxe sur les installations nucléaires de base – Diffusion technologique
* 195 Produits des jeux exploités par la Française des Jeux
* 196 Taxe annuelle d’habitation sur les résidences mobiles terrestres
* 197 Droit de licence sur la rémunération des débitants de tabacs
* 198 Contribution sociale sur les bénéfices
* 199 TVA brute collectée sur les producteurs de boissons alcoolisées
* 200 Taxe sur les appareils automatiques
* 201 Droit sur les produits bénéficiant d’une appellation d’origine ou d’une indication géographique protégée
* 202 Taxe annuelle sur les médicaments et les produits bénéficiaires d’une autorisation de mise sur le marché
* 203 Taxe annuelle relative aux dispositifs médicaux mis sur le marché français
* 204 Droit progressif sur les demandes d’autorisation de mise sur le marché de médicaments
* 205 Taxe annuelle due par tout laboratoire public ou privé d’analyses de biologie médicale (CNQ)
* 206 Taxe sur les demandes d’autorisation de recherche biomédicale (taxe essais cliniques)
* 207 Taxe additionnelle à la taxe sur les demandes d’autorisation de recherche biomédicale
* 208 Taxe sur les demandes de visa ou de renouvèlement de visa de publicité et les dépôts de publicité pharmaceutique
* 209 Droit sur les inspections menées en vue de la délivrance du certificat de conformité mentionné à l’article L 5138-4 du code de la santé publique
* 210 Contribution forfaitaire due par les employeurs de main-d’œuvre permanente
* 211 Droits fixes des greffiers des tribunaux de commerce
* 212 Contribution de solidarité en faveur des travailleurs privés d’emploi
* 213 Taxe de Renouvellement (et fourniture de duplicatas) du titre de séjour
* 214 Taxe applicable aux documents de circulation pour étrangers mineurs
* 215 Taxe due par les employeurs de main-d’œuvre étrangère permanente
* 216 Taxe due par les employeurs de main-d’œuvre étrangère temporaire
* 217 Taxe due par les employeurs de main-d’œuvre étrangère saisonnière
* 218 Taxe sur le prix des entrées aux séances organisées dans les établissements de spectacles cinématographiques
* 219 Taxe sur les services de télévision
* 220 Taxe sur les ventes et les locations de vidéogrammes destinés à l’usage privé du public (taxe vidéo et VOD)
* 221 Taxe et prélèvements spéciaux au titre des films pornographiques ou d’incitation à la violence
* 222 Taxe sur les contributions patronales au financement de la prévoyance complémentaire
* 223 Contribution des organismes de protection sociale complémentaire à la couverture universelle complémentaire du risque maladie
* 224 Contribution solidarité autonomie
* 225 Contribution sur les avantages de préretraite d’entreprise
* 226 Contribution sur les indemnités de mise à la retraite
* 227 Contributions patronales et salariales sur les attributions d’options (stock-options)de souscription ou d’achat des actions et sur les attributions gratuites
* 228 Taxe portant sur les quantités de farines, semoules et gruaux de blé tendre livrées ou mises en Å“uvre en vue de la consommation humaine
* 229 Contribution annuelle au Fonds de développement pour l’insertion professionnelle des handicapés (FIPH)
* 230 Contribution des employeurs publics au Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP)
* 231 Contributions additionnelles de 1,1 % au prélèvement de 2 % sur les revenus du patrimoine et produits de placements
* 232 Contribution sur les régimes de retraite conditionnant la constitution de droits à prestations à l’achèvement de la carrière du bénéficiaire dans l’entreprise
* 233 Taxe d’équipement
* 234 Droits de consommation sur les tabacs (autre tabacs à fumer)
* 235 Taxe sur les véhicules de société
* 236 Taxe pour frais de chambre de métiers et de l’artisanat – chambre de métiers de la Moselle
* 237 Taxe pour frais de chambre de métiers et de l’artisanat – chambre de métiers d’Alsace
* 238 Taxe pour la gestion des certificats d’immatriculation des véhicules
* 239 Droits de consommation sur les tabacs (cigarettes)
* 240 Taxe additionnelle à la taxe annuelle sur les médicaments et les produits bénéficiaires d’une autorisation de mise sur le marché (AMM)
* 241 Droit progressif sur l’enregistrement des produits homéopathiques
* 242 Taxe annuelle relative aux dispositifs médicaux et sur les dispositifs médicaux de diagnostic « in vitro » mis sur le marché français
* 243 Enregistrement des médicaments traditionnels à base de plantes
* 244 Contribution visée au II de l’article 8 de l’ordonnance no 2003-1213 du 18 décembre 2003
* 245 Majoration de la taxe de séjour pour les logements haut de gamme
* 246 Taxe de voirie
* 247 Taxe sur les ventes et locations de vidéogrammes destinés à l’usage privé du public (TCA)
* 248 Péréquation entre organismes de logement social
* 249 Contribution sur les mises jouées sur les paris sportifs en ligne de la Française des jeux et des nouveaux opérateurs agréés
* 250 Redevance destinée à financer les missions de service public confiées aux sociétés de courses
* 251 Prélèvement affecté au Centre des monuments nationaux
* 252 Taxe sur les jeux en ligne.

 Que font-ils de nos impôts ? ce qu’ils veulent

  |
    Le mardi 11 décembre 2018 à 07:17:52 UTC+1, Jean-Louis Richelet jeanlouis.richelet@wanadoo.fr [ClicForCom] <ClicForCom@yahoogroupes.fr> a écrit :
Il existe un principe intangible des finances publiques francaises depuis la Restauration et confirmé par l’article 18 de l’ordonnance du 2 janvier 1959 :
 c’est la non affectation des recettes budgétaires

Commentaire d’une mamie très en colère

Je suis désolée, je ne me suis même pas maquillée pour vous écrire, mais là, je suis colère !
Déjà, je me présente. Je m’appelle Micheline Sany. Je suis née en 1927 et je vous le dis tout net : à force de tirer sur l’élastique, la corde va péter !
En 1956, quand Guy Mollet a instauré la vignette pour « fournir un revenu minimum à toutes les personnes âgées de 65 ans et plus », bon… moi j’avais à peine 30 ans et j’étais très fière de pouvoir venir en aide aux anciens.
En plus, Paul Ramadier, le ministre des Affaires économiques, avait affirmé que ça serait une taxe temporaire…Â
Bah, il a duré quarante-quatre ans le temporaire ! Pendant quarante-quatre ans j’ai payé cette vignette ! Alors merci !
Surtout que les anciens n’en ont presque jamais vu la couleur, vu qu’au bout de trois ans, le Premier ministre, Michel Debré, a annoncé que le produit de la vignette serait finalement « acquis au budget de l’État… », qui le reverserait au Fonds national de solidarité. Enfin, en partie… Enfin, en petite partie… Que les vieux se fassent dépouiller comme ça, ça a fait du foin, pendant toutes ces années. Mais ça n’a jamais rien changé.
Ensuite en 1991, quand ils ont créé la CSG, la contribution sociale généralisée pour financer la branche famille, en remplacement des cotisations patronales d’allocations familiales, bon… sans râler, j’ai payé ! Surtout que ça ne devait durer que cinq ans. « Une contribution transitoire » qu’ils disaient… et puis 1,1 %, c’était supportable. Seulement vingt-sept ans plus tard, elle transite toujours la CSG ! Et elle a grimpé à 9,2 % pour les salariés et 8,3 % pour les retraités. Par étapes, bien sûr, c’est moins voyant.
En 1993, elle est passée de 1,1 à 2,4 %. Pour alimenter en plus le Fonds de solidarité vieillesse. Y’avait pas déjà la vignette pour ça ? Chuuuuut, arrêtez d’être insolents !
En 1997, elle augmente encore pour financer, en plus, la branche maladie : on en est à 3,4 %.
En 1998, toujours pour la branche maladie, elle passe à 7,5 %, etc., etc.
Bref, la protection sociale ne s’est pas redressée, et ce qui devait être temporaire est devenu… un impôt de plus.
Ah bah oui ! La CSG, ça rapporte plus que l’impôt sur le revenu aujourd’hui. Si on vous demande combien vous payez d’impôts par an, vous savez le dire. Mais si on vous demande combien vous payez de CSG, vous savez ?
Chez moi on disait : « C’est tout un art de plumer l’oie sans la faire crier. » Alors qu’il y aurait de quoi hurler..
Et puis en 1996, rebelote avec la CRDS, la « contribution à la réduction de la dette sociale ». J’ai payé. (Mais j’avoue, j’ai râlé.)
À cette époque, les déficits sociaux s’élevaient à un montant estimé entre 30 et 38 milliards d’euros. Oui, parce que nous, si on se trompe de dix euros dans notre déclaration de revenus, on risque une amende, mais eux, un flou de 8 milliards, ils ont le droit…Â
Toujours est-il qu’ils avaient tout bien calculé : en treize ans, tout serait remboursé. La CRDS devait disparaître le 31 janvier 2009.
Mais voilà-t’y pas qu’en septembre 1997, le gouvernement Jospin annonce 13 milliards d’euros supplémentaires de dettes, qui correspondaient aux déficits sociaux non financés des années 1996 à 1998.
Alors, ils ont tout bien recalculé, finalement pour tout éponger il fallait prolonger… jusqu’au 31 janvier 2014.
Mais voilà-t’y pas qu’en 2004, le plan de redressement de la Sécurité sociale concocté par Philippe Douste-Blazy annonce 50 milliards d’euros supplémentaires de dette à rembourser.
Alors, ils ont tout bien re-recalculé… et ils ont vu que finalement, la Trinité était la meilleure date pour arrêter la CRDS. Donc, on la paye toujours…Â
Et puis, en 2004, Raffarin a inventé la « journée de solidarité », vouée à « l’autonomie des personnes âgées ». Moi, ça va, j’étais déjà à la retraite, mais vous, vous avez travaillé… sans être payés !
Et en 2013, une nouvelle taxe pour les retraités. CASA, ça s’appelle. C’est la « contribution additionnelle de solidarité à l’autonomie », 0,3 % sur les retraites, pensions d’invalidité, allocations de préretraite.
C’est-à-dire qu’ils font payer les vieux pour que les vieux soient autonomes ! C’est pas du bon foutage de gueule, ça ?
Et on continue. En 2013, toujours, M. Jean-Marc Ayrault nous gèle les retraites complémentaires…Â
Et comme ça ne s’arrête jamais, maintenant, parce que j’ai 1 247 euros de revenu fiscal par mois, j’ai une augmentation monstrueuse de la CSG : 25 % d’augmentation ! Ah ben oui, on nous a dit 1,7 %, mais c’est pas 1,7 % de ce qu’on payait, c’est le taux qui augmente de 1,7 % ! Bref, nous les vieux, on est passés de 6,6 % à 8,3 % de CSG, ça nous fait 25 % dans les dents qui nous restent.
Et maintenant, la cerise sur le pompon : on nous annonce que nos retraites vont être revalorisées de 0,3 %. Cinq fois moins que l’augmentation dont on aurait dû bénéficier si le code de la Sécurité sociale avait été simplement respecté, puisqu’il prévoit que les pensions soient revalorisées du montant de l’inflation moyenne sur l’année pour éviter toute dégradation du niveau de vie.
Et l’inflation prévue d’après l’Insee est de 1,6 %. Et Bruno Le Maire ose dire sur RTL : « Mais ils ne seront pas perdants, leur pension de retraite continuera à être revalorisée. » Il croit qu’on est tous gâteux ou quoi ?
Je n’ai que mon certificat d’études, mais y’a pas besoin de sortir de Polytechnique pour comprendre qu’une hausse de 0,3 % des pensions, quand les prix augmentent de 1,6 %, revient à une baisse du pouvoir d’achat.
D’après le baromètre de l’institut Elabe, publié le 6 septembre, 72 % des retraités déclarent ne pas avoir confiance dans le chef de l’État, alors qu’ils étaient 44 % en janvier et 35 % lors de son élection. On se demande vraiment pourquoi.
Un type qui pour se faire élire déclarait chez Jean-Jacques Bourdin en décembre 2016 : « L’engagement que je prends ici devant vous, c’est que, avec moi, toutes les petites retraites auront leur pouvoir d’achat protégé. » 
Et sur RMC encore, en février 2017 : « Je ne veux pas, moi, faire d’économies sur le dos ni des retraités, ni de celles et ceux qui sont à quelques années d’aller à la retraite. » 
Et au 20 heures de France 2 en mars 2017 : « Je ne touche pas à la retraite de celles et ceux qui sont aujourd’hui retraités. Leur retraite sera préservée. Il n’y aura pas de perte de pouvoir d’achat, c’est essentiel ! » 
Alors je pose la question : 72 % qui n’ont pas confiance, comment est-ce possible ? 
Comment peut-il se trouver encore 28 % de retraités qui lui fassent confiance ? 
Toute ma vie, j’ai payé pour aider les vieux et maintenant que je suis vieille, il faut que je paye pour aider les jeunes ? 
Et ben, « Feuque », comme ils disent !

Gilets jaunes. Les médias ne s’intéressent qu’à la violence mais pas d’interview des manifestants

Je zappe de chaine d’info en chaine d’info et que vois-je ? partout les mêmes images de GJ près des forces de l’ordre, commentaires sur le face à face, louanges sur le arrestations préventives qui évitent les saccages et orgasme lorsque partent des grenades pour disperser les GJ.

Interview, la parole donnée aux GJ, pas question. C’est pourtant l’intérêt de la manifestation et interroger quelques individus au hasard, privilégiant ceux qui ne s’autoproclament pas porte-parole, ça ça aurait de la gueule et, surtout, favoriserait l’expression de ces GJ que sont presque tous les français.

Je note que sur les images, les femmes ont disparu alors qu’elles sont à l’origine du mouvement. Déjà renvoyées à la cuisine ?

Sans doute que donner la parole au peuple tarirait les subvention des médias et les privilèges et abattement fiscal de 30% des journalistes…

N’empêche que le gouvernement fait enfin aujourd’hui ce qu’il aurait du faire dès le mois de novembre : arrestations préventives des casseurs. Pourquoi avoir attendu ? incompétence ou calcul sordide et cynique ?

 

LC

%d blogueurs aiment cette page :