Flux RSS

Archives de Catégorie: Sciences

Calcul mental. Les Chinois domineront le monde

Publié le

 

Ajoutée le 25 juil. 2017

Humour. Formation des députés …au XIXème siècle

Publié le

page214-Robida - Le vingtième siècle,1883 _800px

Albert Robida était un caricaturiste visionnaire qui a imaginé en dessins et en textes ce que serait notre vie au XXème siècle en s’inspirant des découvertes et des progrès de son époque : émancipation des femmes, électricité et téléphone pour toutes et tous, banalisation des dirigeables en omnibus publics, etc.

On peut lire et regarder sur Internet l’une de ses œuvres http://www.robida.info/

Hommage à Peggy Whitson, astronaute américaine toujours dans l’espace

Publié le

Peggy Whitson est la recordwoman des sorties dans l’espace

Longue préparation (4h) à la sortie dans l’espace pour effectuer des réparations et des branchements électriques

Images : https://www.google.fr/search?q=peggy+whiston&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwibg_SgirHUAhXkA8AKHflDBuIQ_AUICigB&biw=1344&bih=736#imgrc=7evceAJF7_jdLM:

Peggy Whitson, 57 ans, docteur en biochimie, s’était envolée dans l’espace le 17 novembre 2016 avec Thomas Pesquet et Oleg Novitski. Contrairement à Thomas, elle n’a pas quitté l’ISS où elle devrait séjourner encore trois mois.

Biographie de Peggy Whitson

https://fr.wikipedia.org/wiki/Peggy_Whitson

L’expédition 50  est sa troisième mission dans l’espace. Elle a été d’une grande aide pour Thomas Pesquet dont c’était le premier séjour dans l’ISS (Station spatiale internationale).

Cette femme brillante et courageuse n’est pas la première de son genre ayant été précédée par Pamela Melroy également américaine et par Sandra Magnus, américaine également. Issue de la même génération Laurel Blair Salton Clark était décédée dans la désintégration de la navette Columbia le 101 mars 1961 au-dessus du Texas. Stephanie Diana Wilson est afro-américaine et a participé à trois vols spacieux.

Heidemarie Stephanyshyn-Piper  a participé à deux mission et a été la 8ème femme à faire une sortie dans l’espace.

Pour en savoir plus

Cause animale. Disparition de Tom Regan

Professeur émérite de philosophie à l’université de Caroline du Nord, Tom Regan a écrit Les droits des animaux, ouvrage publié en 1983 aux Etats-Unis (The case for animal rights) et traduit en plusieurs langues, dont le français en 2013.

En France, la Fondation Brigitte Bardot a rendu hommage au « principal théoricien des droits des animaux« . « Son analyse est la plus impressionnante et approfondie jamais produite« , peut-on lire sur le compte Twitter de l’organisation.

Le site officiel de Tom Regan met en avant son plus célèbre discours, prononcé en 1988, contre la vivisection, et dans lequel il interpellait les chercheurs travaillant avec les animaux: « Déposez ces armes du mal et rejoignez-nous, vous les scientifiques assez courageux et assez bons pour défendre ce qui est juste et vrai« .

Ci-dessous, vidéo montrant des animaux de laboratoire soumis à des expériences horribles. Réalisée en 1986 par Tom Regan pour illustrer sa conférence  contre la vivisection et en faveur du droit des animaux.

 

28 novembre 1938 – 17 février 2017

Lune rouge, lune rousse, superlune, éclipse de lune. Ce que j’ai vu depuis les Buttes-Chaumont, Paris France

J’étais bien décidée à photographier la lune depuis mon balcon au dessus du parc des Buttes-Chaumont.

Je l’ai donc photographiée irrégulièrement de minuit à 6 h. A la fin, j’ai du me contorsionner car elle « bougeait », la coquine, traversant mon horizon d’Est en Ouest pour aller disparaître derrière le toit de mon immeuble.

Je possède un petit appareil Canon PC1585, ce qui ne me permet pas de faire des merveilles mais seulement d’appuyer la mémoire de ce que je vois.

J’ai été déçue par la taille de la lune qui ne paraissait pas aussi grosse que ce qui avait été annoncé et, surtout beaucoup plus petite que ce que j’avais vu en Laponie quand, au-dessus d’un fjord, brillaient deux énormes boules de feu, l’une à ma droite, l’autre à ma gauche, la première devant être le soleil, l’autre la lune. Le spectacle était grandioise et stupéfiant.

La nuit dernière, le spectacle, vu de mon balcon du 5ème étage, fut moins sidérant, plus tranquille et dura assez longtemps pour que je vois la forme de la lune se transformer et sa couleur se modifier.

Par contre, l’évènement m’a permis de faire une délicieuse collation avec une amie et de bavarder en suivant les transformations de notre satellite tandis que des paroles et des mélodies se déployaient dans ma tête.

La lune blanche luit dans les bois

De chaque branche part une voix …

—-

Luna, luna, luna, luna. Un gallo canta en la luna. Señor alcaldesus niñas. están mirando a la luna

http://red.ilce.edu.mx/sitios/old_el_otono/entrale/entrapidopaz/lorca08.htm

Ô nuit, qu’il est profond ton silence

Quand les étoiles d’or scintillent dans les cieux

J’aime ton manteau radieux
Ton calme est infini
Ta splendeur est immense …

http://www3.cpdl.org/wiki/index.php/%C3%94_Nuit_(Jean-Philippe_Rameau)

01-IMG_155302-IMG_155604-IMG_1558

Dimanche, avant minuit la lune ronde et blanche luit au-dessus de la ville. Au loin, de l’autre côté du parc, scintillent les fenêtres des immeubles qui bordent la rue Botzaris.

05-IMG_1562 06-IMG_1564

3h44, la lune est toujours ronde et blanche

09-IMG_157016-IMG_1571

4h53 la lune rougit

10-IMG_157617-IMG_1575

5h24 la lune s’est déplacée vers l’Est et va disparaître derrière la corniche du toit

12-IMG_157913-IMG_158014-IMG_158215-IMG_1583

5h43 fin de l’éclipse, je vais me coucher …

  • Iain Petrie, lecteur de The telegraf, a fait mille fois mieux que moi dans la région de Cambridge, il a été aussi beaucoup plus patient …Toutefois, ce montage permet de mieux comprendre le stade de mes prises de vue.

Sunday night's lunar eclipse photographed by Iain Petrie, Cambridgeshire

Sky-watchers around the world were treated when the shadow of Earth cast a reddish glow on the moon, the result of rare combination of an eclipse with the closest full moon of the year. The total « Supermoon » lunar eclipse, also known as a « blood moon » is one that appears bigger and brighter than usual as it reaches the point in its orbit that is closest to Earth. Our readers have sent us their photographs of the event

Above: Sunday night’s lunar eclipse over Cambridgeshire photographed by Telegraph reader Iain Petrie

Picture: Iain Petrie

Les femmes de science qui comptent dans le monde.

Publié le

Prix L’Oréal-Unesco : cinq chercheuses récompensées

Cinq femmes scientifiques viennent d’être récompensées par le prix L’Oréal-Unesco, et quinze chercheuses ont reçu une bourse lors de la 17e cérémonie Pour les femmes et la science.

Chaque année, depuis 2007, en partenariat avec l’Unesco et l’Académie des sciences, le prix L’Oréal-Unesco Pour les Femmes et la Science est attribué à cinq lauréates, une par continent, pour des travaux novateurs en matière scientifique, au plus haut niveau. Deux des récipiendaires 2008, Elizabeth Blackburn et Ada Yonath, ont été récompensées l’année suivante par un prix Nobel. Nul ne peut prédire si la sélection 2015 sera aussi brillamment confirmée par le comité Nobel, mais la sélection de cette année récompense à coup sûr des scientifiques au parcours exceptionnel et fructueux, dans le domaine de la physique, de la chimie, de la médecine, des nanotechnologies et de l’astronomie, comme en témoigne la liste que nous présentons ci-dessous.

La fondation L’Oréal remet également des bourses à des jeunes chercheuses du monde entier, doctorantes et post-doctorantes. Le cru 2014 avait par exemple récompensé Lorène Champougny, une spécialiste des bulles et une passionnée de vulgarisation, que Futura-Sciences avait rencontrée. Les candidatures pour les bourses 2015 sont ouvertes jusqu’au 7 avril prochain.

Les cinq lauréates 2015 autour d’Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco (en veste grise) et Jean-Paul Agon, président de la fondation L’Oréal. À gauche, Dame Carol Robinson et Thaisa Storchi Bergmann, et, à droite, Molly S. Shoichet, Rajaâ Cherkaoui El Moursli et Yi Xie. © Fondation L’Oréal
Les cinq lauréates 2015 autour d’Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco (en veste grise) et Jean-Paul Agon, président de la fondation L’Oréal. À gauche, Dame Carol Robinson et Thaisa Storchi Bergmann, et, à droite, Molly S. Shoichet, Rajaâ Cherkaoui El Moursli et Yi Xie. © Fondation L’Oréal

Les cinq lauréates du prix L’Oréal-Unesco

  • Thaisa Storchi Bergmann, astrophysicienne, lauréate pour l’Amérique latine (Brésil).
    Récompensée pour son travail sur la compréhension des trous noirs, l’un des phénomènes complexes les plus emblématiques de l’univers : elle a été la première à découvrir que de la matière pouvait s’échapper des trous noirs.
  • Rajaâ Cherkaoui El Moursli, physicienne, lauréate pour l’Afrique et les états arabes (Maroc).
    Récompensée pour sa contribution majeure à l’une des plus grandes découvertes de la physique : la preuve de l’existence du boson de Higgs, la particule responsable de la création de masse dans l’univers. Futura-Sciences vient d’évoquer ses travaux à l’occasion du redémarrage du LHC.
  • Yi Xie, chimiste, lauréate pour l’Asie-Pacifique (Chine).
    Primée pour sa contribution très significative à la création de nanomatériaux inédits permettant d’importantes applications dans la conversion de chaleur et d’énergie solaire en électricité. Ses travaux qui visent à lutter contre la pollution et améliorer l’efficacité énergétique ouvrent des voies très prometteuses pour l’avenir.
  • Dame Carol Robinson, chimiste, lauréate pour l’Europe (Royaume-Uni).
    Récompensée pour le développement d’une méthode extraordinaire permettant d’étudier le fonctionnement des protéines, notamment des protéines membranaires, et pour avoir créé un nouveau domaine scientifique : la biologie structurale en phase gazeuse. Son travail pionnier pourrait avoir un impact significatif dans la recherche médicale.
  • Molly S. Shoichet, chimiste, lauréate pour l’Amérique du Nord (Canada).
    Primée pour le développement de nouveaux matériaux pour la régénération du tissu nerveux et pour une nouvelle méthode de diffusion de produits biothérapeutiques dans le système nerveux central.

————————————-

Forte d’un engagement de plus de 16 ans pour la promotion des femmes de science, la fondation L’Oréal propose des rencontres avec des femmes de sciences d’aujourd’hui et d’hier sur son média en ligne DiscovHER.

11 Femmes scientifiques qui vont compter en 2015 – 1ère partie

Partout dans le monde, des femmes extraordinaires mènent de brillantes carrières en science. Pour les célébrer, DiscovHER a identifié 11 femmes dont les travaux changent le monde et dont les positions managériales changent le visage de la science. Elles sont d’incroyables exemples pour les prochaines générations de scientifiques, et pour les femmes du monde entier. Cette liste sera révélée en 2 parties.

Geneviève Almouzni

La chercheuse française Geneviève Almouzni est la première femme depuis Marie Curie et sa fille à prendre la direction du Département de la Recherche du prestigieux Institut Curie engagé dans la lutte contre le cancer. Spécialiste du génome, cette talentueuse scientifique est également Directeur de recherche au CNRS où son équipe étudie comment l’ADN est organisé dans le noyau des cellules. En 2013, elle remporte le Prix Européen Femmes et Sciences FEBS/EMBO et devient membre de l’Académie des Sciences.

Fabiola Gianotti

L’italienne Fabiola Gianotti sera en 2016 la toute première Directrice Générale du Centre Européen de Recherche Nucléaire, le CERN, un des plus importants centres de recherche au monde. Elue chef de projet de l’expérience Atlas en 2009, c’est elle qui a confirmé au monde entier en 2012 l’existence du Boson de Higgs. Sur Atlas, elle était en charge de 3000 scientifiques venus de 38 pays, démontrant ainsi son talent de manager. Lorsqu’elle prendra ses fonctions à la tête du CERN en 2016, elle confirmera les qualités qui font d’elle l’une des personnalités les plus importantes en science aujourd’hui.

Jo Handeslman

En juillet dernier, Jo Handeslman, microbiologiste et professeur à Yale, a été nommée par le président Barack Obama Directrice Adjointe du Bureau de la Maison Blanche dédié à la politique scientifique et technologique. Sa mission est d’analyser les impacts de la science sur la politique nationale et internationale des Etats-Unis, et de conseiller le président sur ces questions. Elle est également connue pour son engagement dans l’éducation scientifique et la promotion des femmes en science.

Kanyawim Kirtikara

Kanyawim Kirtikara est une personnalité scientifique majeure en Thaïlande. Depuis 2008, elle est Directrice Exécutive du Centre National pour le Génie Génétique et la Biotechnologie (BIOTEC), un des plus importants centres de recherche Thaïlandais, qui compte plus de 500 employés dont 155 docteurs. Elle est également membre de La Fondation de l’Académie Thaïlandaise des Sciences et de la Technologie.

Hayat Sindi

Hayat Sindi, pharmacologue d’Arabie Saoudite, s’est donnée pour mission de mettre sa vision innovante et son amour de la science au service de populations fragilisées. Elle a ainsi fondé l’Institut pour l’Imagination et l’Ingéniosité (i2insitute) pour apporter des solutions au chômage dans le Moyen Orient. De plus, elle a co-fondé l’institution « Diagnostics for all » (Diagnostiques pour tous) qui vise à offrir des diagnostiques low-cost, en utilisant la biotechnologie et les micro-fluides, aux 60% de la population vivant dans les pays en développement loin des hôpitaux et des infrastructures médicales. Elle est également Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO et nommée par Newsweek en 2012 l’une des « 150 femmes qui font bouger le monde ».

La semaine prochaine, quand DiscovHER présentera la deuxième partie de cette liste, vous découvrirez six autres femmes scientifiques extraordinaires. 

%d blogueurs aiment cette page :