Flux RSS

Archives de Catégorie: ségrégation

Migrants . Et si on s’apitoyait sur les femmes de leurs pays ?

 NB Article en cours de modification

Figure 1 : Excision rituelle avec infibulation.

Source image http://urofrance.org/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/chirurgie-plastique-reconstructrice-du-clitoris-apres-mutilation-sexuelle.html

Toutes les aimables et charitables bénévoles  qui se pressent autour des migrants, ces personnes compatissantes et pour la plupart sincères, savent-elles qu’elles aident des criminels de la guerre qu’ils mènent contre les femmes de leurs pays respectifs ?

Ces mâles migrateurs  originaires du Soudan, de l’Érythrée, de l’Afghanistan ou du Nigéria sont acteurs, complices et bénéficiaires de cultures où les femmes sont cruellement maltraitée. Elles son excisées, infibulées, mariées de force dès qu’elles sont nubiles. Elles sont vendues ou enlevées, séquestrées et violées pour faire baisser le prix de la marchandise. Elles y sont interdites d’éducation, privées de droits et de liberté de se déplacer sans autorisation du père, frère ou mari. Elles sont fouettées ou emprisonnées quand elles refusent de se soumettre à la charia, la loi islamique qui régit leur vie au service du mâle et de son bon plaisir.

On peut d’ailleurs se demander pourquoi ce ne sont pas ces femmes qui demandent l’asile politique. A une époque, nous, féministes, demandions que les femmes victimes de crimes sexistes bénéficient automatiquement de l’asile politique mais ce critère ne fut pas retenu parce que pour nos « amis » de gauche, la question des femmes n’est pas politique.

Imaginez qu’on nous demande d’accueillir en masse des bourreaux en fuite. Éprouveriez-vous  de la pitié et de la compassion pour ces pauvres prisonniers politiques qui fuiraient le régime qui voudrait les juger et les condamner pour leurs crimes ? Certainement pas. Mais quand il s’agit de victimes femmes, tout le monde ferme les yeux au nom du respect de la culture, de la religion et de la non ingérence dans les affaires de famille.

Pour exciter la pitié des Européens, ces mâles exhibent leurs cicatrices comme preuve des tortures qu’ils ont subies dans leur pays d’origine ou qui leur ont été infligées par des bandits sur le chemin de l’émigration.

_66226692_torturescarsonlamlam'sback,2

Un Érythréen exhibe ses cicatrices de tortures pour attendrir les bénévoles. Il a été victime du trafic humain dans le Sinaï où des bédoins (ou l’EI) kidnapperaient les migrants pour leurs organes ou pour exiger des rançons. Source image : http://alencontre.org/moyenorient/egypte/sinai-le-desert-des-tortures.html

Verrait-on des femmes exhiber leur vulve mutilée, leur périnée durci et déformé par de multiples bourrelets de cicatrisation , leurs fistules anales ou urinaires ? Savez-vous que la vulve, les lèvres vaginales, le périnée et parfois l’anus doivent être re-charcutés à chaque accouchement ou à chaque rapport pour les excisées et excisées/ infibulées ? Ces femmes n’exhibent jamais les conséquences de leur excision qui sont pourtant dramatiques et multiples y compris l’incontinence urinaire et fécale dont l’odeur sert de prétexte à les chasser de leur famille, à les exclure du village, à les répudier afin que le mari puisse en prendre d’autres plus neuves. Celles qui ne sont pas exilées dans leur propre pays sont mortes au cours de l’accouchement compliqué par leurs mutilations ou ont perdu leur bébé pour les mêmes raisons.

Désinfibulation pour permettre l’accouchement. Puis la femme sera recousue, ceci autant de fois qu’elle accouchera, avec chaque fois de nouveaux bourrelets de cicatrisation douloureux ou mettant la vie de la mère et de l’enfant en danger.

Kyste sébacé conséquence d’une excision

Source images ci-dessus http://mienmo.e-monsite.com/

Ces femmes mutilées par et pour leurs compatriotes ne méritent-elles pas votre compassion ou la méritent-elle moins que leurs hommes qui approuvent les horreurs qu’on leur inflige parce qu’une femme non mutilée est une femme « sale » dont personne ne veut sauf les prostituteurs ? Comment peut-on accueillir ces bourreaux, les nourrir, les soigner, les habiller, les héberger, les protéger en leur accordant l’asile politique ? Ignorance, mépris, cécité idéologique, cynisme politique, misogynie partagée ?

Même mis à l’abri en Europe, ces migrants, culture oblige, poursuivent leurs pratiques gynécidaires et misogynes en exploitant les gentilles bénévoles qui les aident, en en violant et tuant certaines comme la suédoise Elin Krantz en 2010 ou la petite Marion Bouguenais le 19 mars 2012. Une femme de 67 ans a été sexuellement agressée jeudi dernier, le 10 novembre 2016, par un migrant soudanais de 16 ans. Je ne reviendrai pas sur le taharruch, le jeu du viol collectif, qui a fait des centaines de victimes en Europe du Nord avant et après le drame de Cologne au Nouvel an 2016.

Elin_Krantz

20994-swedish-beauty-queen-raped-and-murdered-body-left-in-woods....before-and-afterbig0

Elin Krantz, militante suédoise anti raciste avant et après son viol par un immigrant Ethiopien en 2010

Une image vaut mieux que mille mots

Malgré tous ces événements tragiques pour les femmes et l’humanité tout entière, il s’est trouvé des gens pour donner des excuses culturelles à des migrants indifférents à la misère d’une des leurs marchant nu pieds dans la neige tout en portant deux enfants et en tenant une troisième par la main ! Non seulement ces virils migrants ne sont pas solidaires de leurs sœurs de misère mais tels les Nigérians, ils embarquent avec des milliers de jeunes Nigériannes  -certaines âgées de 12 ans-captives de réseaux de prostitution. 433 Nigérianes sont arrivées sur les côtes italiennes en 2013, 1.454 en 2014, 5.653 en 2015, 7.768 au 30 septembre de cette année. (Source OIM -Office international des migrations). Au mieux leurs compatriotes nigérians les ignorent, au pire ils gèrent les réseaux de prostitution et surveillent la marchandise.

Ne pas aider une femme en peine est culturel disent les défenseurs de ces migrants

Cette photo a été prise par le photographe Vajinovic,   de l’AP avec la légende suivante : «Un groupe de migrants marche dans la rue en direction de la frontière entre la Serbie et la Croatie, près du village de Berkasovo, lundi le 19 octobre 2015.  l’avocat militant conservateur Canadien Ezra Levant  le 3 janvier 2016, la photo est devenue virale et a fait le tour du monde soulevant l’indignation des authentiques humanistes de tous bords. Mais dans la sphère des pro-migrants des justifications « culturelles » abondent.

Ces jeunes mâles sont bien chaussés, bien habillés ils gardent leurs mains dans leur poches pour les protéger du froid, ils ont même mis des sacs poubelle sur leur tête pour s’abriter de la neige mais leur cœur de machos reste un glaçon.

Ne pas venir en aide à une mère en peine, mais c’est la coutume chez ces gens-là, Mesdames et Messieurs. Il faut les comprendre …Et si vous ne comprenez pas c’est que vous êtes d’extrême droite, lepéniste, facho, raciste, néo-colonialiste et xénophobe. Voilà aujourd’hui ce que les gens « politiquement corrects » pensent de ceux qui ne compatissent pas à leur manière. Un exemple de plus, s’il en fallait, du détournement des valeurs humaines.

Je ne peux pas passer en revue tous les pays dont proviennent ces migrants qui persécutent les femmes, des crimes que les généreux bénévoles ignorants justifient au nom du respect de leur culture. Tous ces hommes sont des tortionnaires qui ne se remettront jamais en question car  leur religion les manipule –Islam signifie soumission. Le pire est qu’ils n’ont aucune raison de ne pas traiter les femmes des pays d’accueil de la même façon. Pire que pire encore, ils servent de caution à nos mâles en lesquels sommeille un cochon dominateur et misogyne. La condition des femmes occidentales ne régresse-t-elle pas à vue d’œil ?

Alice Braitberg

 Pour en savoir plus

 

Les fistules post excision, un fléau qui affecte plus de deux cent millions de femmes dans le monde .http://www.slateafrique.com/657971/niger-la-lutte-contre-les-fistules-fleau-pour-les-femmes-et-la-societe

https://www.plan-international.fr/info/actualites/news/2016-02-03-causes-et-consequences-de-la-pratique-de-lexcision

Martyr des femmes au Soudan

http://www.jeuneafrique.com/366958/societe/nations-unies-alertent-sort-petites-filles/

http://www.jeuneafrique.com/268104/societe/sud-soudan-milliers-de-femmes-reduites-esclavage-violees-soldats/

Femme fouetté pour avoir porté un pantalon

Martyr des femmes en Erythrée

Dans un rapport de l’UNICEF publié en février 2016, on apprend que 83% des Erythréennes sont excisées alors que le pays a officiellement aboli les mutilations sexuelles en 2007 mais rétabli la polygamie en même temps.

Filles astreintes au service militaire pour servir d’esclaves sexuelles. Jeunes gens et jeunes filles sont contraints de faire leur service militaire au camp de Sawa où les conditions seraient tellement épouvantables que ceux qui le peuvent fuient le pays tandis que les jeunes filles se marient ou tombent enceintes afin d’éviter de devenir des esclaves sexuelles.

http://www.lejdd.fr/International/Afrique/Pourquoi-il-y-a-autant-d-Erythreens-parmi-les-migrants-729014

http://senego.com/lerythree-decrete-la-polygamie-marier-au-moins-deux-femmes-ou-aller-en-prison_296599.html

Je suis de la RDC est je m’investis vivre en polygamie...Cette pratique va montrer aux deux futures epouses de bien aimer leur mari et a obeir l’aine.moi je veux que l’on dise l’avenir de l’Erythree est beau et qu’il attend de son peuple sa reconstruction.

Martyr des femmes en Afghanistan

Femme lapidée à mort soupçonnée d’ adultère. https://www.youtube.com/watch?v=M-jmGip4xI0

Nigéria, Gambie et Sénégal

Pour beaucoup, les abus et les violences ont déjà commencé en route, en particulier en Libye, mais la reconnaissance se mêle encore à la peur vis-à-vis des passeurs qui, malgré tout, ont tenu leur promesse de les conduire en Europe.- 20 à 50.000 euros à rembourser -…De plus, toutes les victimes sont liées par des rites vaudous parfois cruels réalisés avant le départ et redoutent un mauvais sort ou des représailles contre leur famille si elles ne remboursent pas leur dette.Aussi la plupart gardent-elles le silence pour suivre le flot vers un centre d’accueil où les trafiquants viendront les chercher. .. http://www.slateafrique.com/699506/litalie-voit-arriver-des-nigerianes-destinees-

Un migrant soudanais de 16 ans agresse une femme de 67 ans http://www.breizh-info.com/2016/11/13/53083/arzon-migrant-agresse-sexuellement-femme-procureur-confirme

http://ripostelaique.com/agression-sexuelle-120-bretons-devant-le-centre-pour-migrants.html

Réclusion criminelle à perpétuité pour le congolais qui avait violé et assassiné Marion, 14 ans http://www.20minutes.fr/nantes/1963475-20161117-assassinat-marion-bouguenais-yannick-luende-bothelo-condamne-perpetuite-reelle

 

 

 

 

Eté 2016. A Rio et A l’eau, sur le sable Jilbeb, Burkini et voiles au vent

Publié le

Personne ne doit échapper à la sublime religion musulmane, elle doit s’afficher partout et sur le corps des femmes, ces machines à produire des djihadistes.

Aux J.O. de Rio, une scène a  frappé plus fort que le ballon : Une Égyptienne tout en chiffons face à des Allemandes en bikini pour un match de Beach-Volley. Admirez, non pas le choc des civilisations mais Islam est beautiful. Heureusement pour le monde civilisé, les Égyptiennes ont perdu !

Doaa Elghobashy, membre de l'équipe de beach-volley égyptienne.

Soure image http://www.20minutes.fr/sport/1906143-20160808-rio-2016-egyptiennes-contre-allemagne-beach-volley-photo-fait-tour-monde

D’un côté, l’Égyptienne Doaa El-Ghobashi, habillée d’un hijab « sportif » façon survêtement la couvrant des pieds à la tête. De l’autre, Kira Walkenhorst qui arbore une tenue bien plus fréquemment apercue dans ce sport : un maillot de bain.

Doaa El-Ghobashi a déclaré qu’elle avait « doublement vérifié que la liberté de tenue était d’application dans ce sport » avant de s’y consacrer et estime participer « à un événement sportif et non à un gala de mode ». La paire égyptienne s’est inclinée en deux sets (21-12, 21-15). 

Pour cette édition à Rio, le Comité International des Jeux a accordé plus de liberté, puisque les quatre athlètes féminines concourant pour l’Arabie-Saoudite arborent également un dress code particulier alors que le règlement stipule qu’aucune « sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique ». 
Read more at http://www.atlantico.fr/atlantico-light/jo-rio-photo-egyptienne-voilee-lors-epreuve-beach-volley-fait-tour-web-2787258.html#Fj2V1KLAFI4WbPZz.99

Je pensais que la philosophie des Jeux olympiques était a-religieuse. Mais non, c’est Islam Uberall ! Sinon, Boum ! Couic !

Marseille : une "journée burkini" dans un parc aquatique suscite la polémique

 

Sur les plages, les belles enchiffonnées se pressent en brochettes comme au début de l’histoire des bains de mer, quand les bourgeoises regardaient patauger enfants et maris.

Afficher l'image d'origine

http://cathyrose.canalblog.com/archives/2010/06/12/18258557.html

Afficher l'image d'origine

Source https://nuitsdesatin.com/tag/maillot-de-bain-1900/

Vers 1900, on se baignait habillée. On sortait de sa cabine roulante qu’un cheval menait au bord des vagues afin que la pudeur de Madame ne soit pas offensée.

Pourquoi les musulmanes ne réhabilitent-elles pas la cabine roulante tirée par un chameau ? Au moins ça amuserait les petits enfants…

Afficher l'image d'origine

Source image http://www.jannah-news.com/actu-islam/les-femmes-voilees-a-nouveau-interdites-sur-les-plages.html

Ces touristes venus de Mantes-la-Ville dans les Yvelines étaient venus pour une sortie plage organisée par les centres de vie sociale de la municipalité de Blonville-sur-Mer dans le Calvados. Parmi les participants, des femmes voilées et des familles originaires d’Afrique affirment avoir été victimes de racisme, après que le personnel de la plage leur ait demandé d’ « aller plus loin ».

Journée Burkini à Marseille

De l’inspiration pour les dessinateurs de presse

  • L’Express

Burkini

Source dessin http://blogs.lexpress.fr/les-dessins-dace/2016/08/08/polemique-burkini/

  • La Ligue du Droit international des femmes
Après la journée du hijab à Sciences Po, voilà la journée «burkini» dans un centre aquatique de la commune des Pennes-Mirabeau, à Marseille.
Sous prétexte que l’événement est prévu dans un lieu « privatisé » les organisatrices, des femmes des quartiers nord de Marseille, s’arrogent le droit de « conseiller » aux participantes « de ne pas venir en 2 pièces (parties doivent être cachées de la poitrine aux genoux) » et d’en rajouter une couche en écrivant explicitement sur l’affiche annonçant l’événement « Le parc autorise exceptionnellement Burkini/Jilbeb de bain.»A l’évidence il s’agit d’une provocation. Une de plus. Mais cela ne doit pas nous conduire à simplement hausser les épaules et laisser faire.C’est encore une fois le corps des femmes qui est stigmatisé au nom de diktats religieux d’un autre âge et la mixité femmes-hommes qui est remise en cause.
Le privé ne doit pas être un lieu où l’on ne respecte pas les lois de la République. La ségrégation sexuelle est une violence symbolique à l’encontre de toutes les femmes. En outre, du fait de la publicité faite à cet événement, cette violence est devenue publique.
Nous approuvons totalement la fermeté dont fait preuve le sénateur-maire de la commune Michel Amiel qui a pris un arrêté d’interdiction.
Contact 06 38 39 42 92
LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71

https://www.ldif.asso.fr/index.php?theme=laicite&n=809

  • Aufeminin.com

L’association de loisirs et d’entraide Smile 13 voulait organiser une « journée burkini » dans un parc aquatique. Cette initiative n’a pas manqué de faire bondir les politiques et devant de telles réactions, l’événement a été le cible d’un arrêté municipal pour l’interdire.

Source http://www.aufeminin.com/news-societe/a-marseille-une-polemique-enfle-a-propos-d-une-journee-burkini-s1936855.html image 

D’un extrême à l’autre : du bikini au jilbeb

Je ne connaissais pas le Beach-volley et je viens de découvrir les tenues très minimalistes des championnes. Un festival pour les voyeurs …

Afficher l'image d'origine

Source http://humourdedogue.blogspot.fr/2012/08/filmer-le-sport-masculin-comme-le-sport.html

Lire aussi

A Kawasaki, au temple de Kanamera-sama a lieu, chaque année, une cérémonie qui pourra surprendre nombre d’occidentaux. Dans une atmosphère religieuse on y honore un phallus de dimension imposante qui est promené de par la ville. C’est évidemment un rite destiné à la procréation, ce qui ne gêne en rien les japonais, moins pudibonds que les occidentaux.
Japon insolitehttp://www.routard.com/photos/japon/16154-fete_a_kawasaki.htm

Phallus géant en terre cuite trouvé dans une tombe égyptienne http://kemit.perso.neuf.fr/sexe/phallus.htm

images (2)

Fresques de Pompéï, le dieu Priape

https://laconnectrice.net/2012/02/22/le-voile-et-la-burqa-obeissent-a-la-loi-du-phallus/

Extrait

Les Françaises qui ont connu une époque où elle n’avaient ni droits ni liberté vestimentaire peinent à comprendre ces musulmanes qui, au mépris de leurs luttes et traditions dissimulent leur corps sous des voiles et autres chiffons. Des musulmans leur expliquent alors que dissimuler son corps est un acte de pudeur en réaction contre le port de la mini-jupe qui révèle l’anatomie de la femme ou celui du string qui la suggère.

Accepter ce parallèle, c’est rentrer dans la logique du male tout puissant qui considère que son comportement obéit à la loi gravitationnelle de son pénis qui lui donnerait naturellement tout pouvoir sur les femmes, toutes les femmes sans exception.

L’homme aime tellement son pénis merveilleux qu’il l’a représenté de tous temps sous forme de phallus, symbole de son pouvoir divin. On retrouve des représentations phalliques dans toutes les civilisations dont la plus commune de nos jours est la cravate. Certaines sociétés font dans l’analogie et dressent des obélisques tandis que d’autres vénèrent des répliques fidèles du pénis.

La mode récente du port du voile dans les sociétés non musulmanes est une reconnaissance de la loi du phallus. La société qui s’incline devant le port du voile se soumet implicitement à cette loi qui exclue les femmes de la citoyenneté et ne conçoit leur existence qu’en fonction des caprices de leur extraordinaire pénis.

NB Pour simplifier, je fais des généralités sur les hommes, les Musulmans, les femmes et d’autres catégories mais il est évident que tout le monde ne se comporte pas de manière aussi caricaturale et inhumaine. Les hommes bons et les femmes bonnes sauront se reconnaître;-)

Journée mondiale des femmes sans voile 10 juillet 2015

Publié le

Attention ! Cet article est en cours mais vous pouvez déjà regarde les vidéos, notamment celles-ci que je trouve particulièrement émouvantes 

première partie

deuxième partie

« Le code de la famille de 1986 a réduit les femmes à l’état de sous-citoyen ».

« J’avais perdu parce que femmes les droits et les aspirations de tout être vivant dans une société. Je n’avais pas le droit de parler  la langue avec laquelle je pensais, les hommes le pouvaient »

« Lors de mon deuxième voyage (elle vivait aux USA et retournait en Algérie voir sa famille) j’ai remarqué que des femmes plus jeunes que moi portaient le hijab, pas seulement le voile avec la bavette à la façon turque comme ma mère mais le hijab »

RASSEMBLEMENT le 10 JUILLET PLACE DE LA RÉPUBLIQUE, Paris
A PARTIR DE 18H00

De quoi le voile est-il le symbole ?

Dans le XIXème arrondissement de Paris où je réside depuis quelques décades, les voiles poussent comme des champignons ou se répandent tels une épidémie de lèpre. De plus en plus nombreuses sont les femmes en hijab, presque toujours accompagnées d’enfants en bas-âge car, comme l’a dit Houari Boumediene en 1974 à la tribune de l’ONU,  « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire ».

Le Premier ministre turc Tayyip Erdogan,  a répété en public les mots d’un poème turc, écrit en 1912 par le poète nationaliste Ziya Gökalp : “Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats”.

L’Archevêque émérite de Smyrne, Giuseppe Germano Bernardini, raconte une conversation qu’il a eue avec un leader musulman(T.Erdogan)  : “Grâce à vos lois démocratiques, nous vous envahirons. Grâce à nos lois religieuses, nous vous dominerons”.

En 1989, Ali Belhadj, figure importante du FIS (Front islamique du salut), disait dans une entrevue pour le journal Horizon: « Le lieu naturel de la femme est le foyer.  La femme n’est pas une reproductrice de biens matériels mais reproduit cette chose essentielle qu’est le musulman ».

Plus récemment, un imam norvégien, le mollah Krekar, se vantait de ce que le taux de reproduction des musulmans dépasserait celui des européens et déclarait: « Nous sommes ceux qui vous changeront… Il suffit de regarder l’évolution au sein de l’Europe, où le nombre de musulmans se multiplie comme des moustiques. Chaque femme occidentale dans l’UE (L’Union Européenne) produit une moyenne de 1,4 enfants. Chaque femme musulmane dans le même pays en produit 3,5. ».

Vous l’avez compris, la fertilité des femmes musulmanes en Europe fait partie du jihad, de la guerre sainte prônée par le Coran et le voile en est l’étendard.

Les voilées prétendent, soutenues par les barbus, que le voile protège leur pudeur et l’opposent au port du string et de la mini-jupe, comme si toutes les femmes européennes exhibaient leurs cuisses et leurs fesses et comme si cette exhibition fantasmée justifiait que leurs saints hommes les violent. Soit les musulmans sont ignares soit ils sont hypocrites ou fourbes comme disaient nos ancêtres.

La pudeur des musulmanes est définie selon leur propre culture qui n’a rien à voir avec la culture française, la culture de la France où elles ont choisi de vivre et de se faire entretenir par nos généreuses aides sociales. Peut leur importe d’ailleurs puisque leurs rejetons devenus ados clament que puisque nous (les blancs, les Français, les koufirs) leur aurions tout pris en les colonisant, ils nous prendront tout au nom du paiement de la dette coloniale.

Revenons aux traditions vestimentaires. Ces femmes voilées exhibent leurs pieds nus, ce qui est impudique dans notre tradition. En effet, la littérature française regorge d’histoires d’hommes excités par la vue d’un pied qui dépasse de sous un jupon et de fétichistes du pied (Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau ou récemment l’affaire du maire Georges Tron fétichiste du pied ou celle d’un certain Marc). Par ailleurs, la tradition exige qu’une femme élégante couvre ses jambes de bas, de chaussettes ou de collants. Dans les années 60, les bas et collants étant onéreux, on trouvait sur le marché un maquillage spécial jambes et certaines élégantes dessinaient un trait sur leur mollet pour imiter le bas à couture. Autrement dit, chez nous en France, une femme peut toujours se couvrir la tête, si ses jambes et pieds sont nus, elle est impudique.

Certains musulmans en Arabie saoudite ou en Iran envoient leur police des mœurs interpeller, voire frapper les femmes qui ne portent pas de gants et ne cachent pas leurs pieds. Les femmes qui n’obtempèrent pas risquent leur vie tandis que dans les pays où elles ne risquent rien, les musulmanes revendiquent de porter la burqa. Quel manque de solidarité avec leurs soeurs !

Je dois préciser que l’Islam est tellement divisé que les nouvelles salafistes qui s’exhibent dans nos démocraties ne se sentent pas concernées par les corrompues de wahhabites ou les sataniques chiites. Elles ne peuvent que s’unir dans la haine des démocraties occidentales, à commencer par le grand Satan américain.

Les voilées prétendent que nous ne les respectons pas en prohibant le port du voile dans les espaces publics, preuve de leur ignorance s’il en fallait car c’est précisément parce que nous respectons les femmes qui nous n’acceptons pas ce symbole de leur infériorisation, de leur soumission et de leur discrimination. es femmes ignorantes ne veulent pas connaître notre histoire et savoir qu’il y a seulement 60 ans, une femme respectable ne sortait pas « en cheveux » et que les jeunes filles n’avaient pas le droit de porter le pantalon dans les établissements scolaires.

Je ne vais pas ici refaire la liste de toutes les luttes que les femmes ont menées en Europe pour avoir les même droits que les hommes car il est clair que le port du voile n’est que l’épiphénomène de la conquête des mondes libres par l’impérialisme musulman, la dictature de la charia et la réduction ad utero de la femme. Pour faire la guerre, il faut de la chair à canon.

  •  la souffrance des femmes algériennes étudiantes en 1966, les mêmes résignées ou émancipées en 1996 du fait de la ré-islamisation de l’Algérie

première partie

deuxième partie

« Le code de la famille de 1986 a réduit les femmes à l’état de sous-citoyen ».

« J’avais perdu parce que femmes les droits et les aspirations de tout être vivant dans une société. Je n’avais pas le droit de parler  la langue avec laquelle je pensais, les hommes le pouvaient »

« Lors de mon deuxième voyage (elle vivait aux USA et retournait en Algérie voir sa famille) j’ai remarqué que des femmes plus jeunes que moi portaient le hijab, pas seulement le voile avec la bavette à la façon turque comme ma mère mais le hijab »

  • Liberté volée de laisser la tête libre en Iran
Ajoutée le 12 mai 2014 Stealthy Freedoms of Iranian women  آزادی های یواشکی زنان در ایران  Masih Alinejad-مسیح علی نژاد

https://www.facebook.com/StealthyFreedom  https://www.facebook.com/Dalirian  خواننده : Conchita Wurst ترانه: Rise Like A Phoenix

  • Iran . Au début de cette vidéo une femme  battue parce que vêtue de manière non conforme, à la fin une femme explique qu’elle doit s’habiller en homme pour ne pas porter le voile.

voile algérie

Commentaire de notre amie Taous Ait Amrouche 

Puisque dévoiler mes jambes cause des tremblements de terre et mes cheveux cyclones et vents froids .
Puisque un bout de ma gorge fait monter la mer et des terrains glissent au son de ma voix .
Puisque mon sein qui allaite provoque famine et misère et que mes bras nus réchauffent le climat .
Puisque mon sourire déstabilise l’univers et réveille tous les instincts bas .
Puisque je suis derrière toutes les catastrophes naturelles , alors crains moi .
Car force divine je suis et le misérable mortel c’est toi .

Illustrations : prises de la page Facebook « Ma dignité n’est pas dans la longueur de ma jupe. » lancée pour protester contre le recteur qui a soutenu le gardien de la faculté

http://www.tunisiefocus.com/politique/les-algeriennes-seront-bientot-privees-de-porter-des-jupes-courtes-118831/

Pour en savoir plus

|  PAR CAROLINE PINET

« Marre de votre indifférence, de votre connivence, de votre condescendance !!! » Ainsi commence la lettre aux néo-communautaristes qui accompagne l’annonce de  la Journée mondiale des Femmes sans Voile 2015 ; La journée 2014 est passée trop inaperçue pour que nous ne nous attachions pas cette année à relayer l’information (en France rassemblement prévu le 10 juillet à 18heures Place de la République à Paris) et donner à lire le texte de nos concitoyen-nes de culture musulmane d’autant plus courageuses aujourd’hui qu’il est quasiment devenu impossible de critiquer l’obscurantisme de certains musulmans, ou tartuffes sectaires et archaïques prétendus tels, sans être renvoyer dans le camp des racistes islamophobes.

Voici leur texte:

« Aux néo-communautaristes

Marre de votre indifférence, de votre connivence, de votre condescendance !!!

Nous, Françaises de culture musulmane, féministes, sommes contre tous les fanatismes religieux, contre toute forme de discriminations racistes et sexistes. Nous refusons de disparaître sous le voile, ce symbole patriarcal de siècles révolus, devenu le porte-drapeau de l’islamisme radical.
Pour toutes les femmes, nous revendiquons les mêmes droits à l’égalité qui nous libèrent de l’archaïsme religieux et des coutumes contraignantes.
Nous sommes solidaires de nos sœurs en Terres d’Islam qui, elles, n’ont d’autre choix que de s’affubler de burqa ou de niqab… et nous gardons douloureusement en mémoire les jeunes filles, qui par leur refus de se voiler, l’ont parfois payé de leur vie.

Marre de votre indifférence !

Au nom de la liberté, vous nous livrez au patriarcat le plus implacable de notre temps. Vous faites abstraction de la dangerosité de l’islam radical et refusez de voir la réalité économique et sociale de leur propagande. Vous refusez d’entendre leurs objectifs proclamés pourtant haut et fort.
Votre vision complice favorise le prosélytisme de l’idéologie des extrémistes religieux que nous et nos enfants endurons quotidiennement dans nos quartiers.
Au nom de la tolérance, vous nous condamnez à être des citoyennes de seconde zone, alors que nous sommes en droit d’être égales dans une France dont les valeurs universelles -faut-il le rappeler ?- sont combattues par les islamistes.
Vous nous confinez dans un communautarisme réducteur qui a été importé et dans lequel nous ne nous reconnaissons pas. Nous le vivons comme une forme de racisme.

Marre de votre connivence !

Vous définissez notre identité dans son aspect le plus rétrograde et niez sciemment les acquis de nos luttes qui font partie de notre Histoire.
Vous assimilez à une minorité islamiste l’ensemble des musulmans qui pratiquent paisiblement leur religion. Par cet amalgame, vous instrumentalisez cette majorité pour accréditer le fanatisme.
Vous offrez complaisamment vos médias aux femmes voilées qui proclament leur « choix ». Vous négligez l’embrigadement dont une majorité est victime, comme vous refusez de voir la complicité active d’une minorité d’entre elles. Pourtant, vous n’ignorez pas que la première action des « djihadistes » qui s’emparent d’un village de par le monde est de voiler les femmes, quelles que soient leurs croyances.

Marre de votre condescendance !

Vous méprisez le combat des femmes de culture musulmane de nombreux pays qui se sont affranchies du voile au nom de la liberté, de l’égalité et de la dignité et par la même celui des Françaises d’origine maghrébine qui, pour vous, ne peuvent accéder aux mêmes droits que les autres citoyennes. D’ailleurs vous les appelez les « occidentalisées » pour mieux les marginaliser et disqualifier leur combat.
Vous détournez l’Histoire pour cautionner le voile qui n’est réapparu en nombre croissant qu’avec l’islamisme politique.
Vous négligez les analyses des intellectuels de culture arabo-musulmane qui condamnent la vision dévoyée de l’Islam et « agissent pour créer un esprit incitant à la défense élémentaire des droits humains » (Abdelwahab Meddeb).

Qui tire profit du retour en force du voile ?   »

Femmes sans voile, françaises et fières de leur origine maghrébine, nous sommes exaspérées d’être importunées sans cesse par des extrémistes religieux au sujet de notre tenue vestimentaire. Elle serait non conforme à leur interprétation du Coran qui rendrait sacré le port du voile qu’ils voudraient nous imposer.

Riches de nos expériences passées, nous sommes en mesure de leur résister mais qu’en est-il des jeunes filles mineures qui subissent quotidiennement ces pressions et y cèdent ?
Elles ignorent peut-être que le voile n’est qu’un des aspects du patriarcat dont la polygamie, l’inégalité dans l’héritage, la répudiation, le divorce sur décision unilatérale du mari, etc. afin d’imposer la soumission des femmes.

Or, nous, fortes d’un long combat mené par des générations de femmes dans le monde, y compris dans nos pays d’origine, nous tenons à l’égalité et à la liberté. Nous refusons que la religion musulmane serve de couverture au patriarcat et soit un moyen de s’approprier le corps des femmes en le cachant et en le privant de toute liberté.

Le port du voile n’est pas lié à l’islam, il est antérieur de plusieurs millénaires à son avènement. La première mention de son port obligatoire remonte aux lois assyriennes (vers 1000 avant J.C.). La Bible l’évoque dans la Genèse et Saint-Paul l’exige pour les prières.
Que dit le Coran sur le voile ? « Dis aux croyantes de rabattre leurs voiles sur leurs poitrines » (Sourate XXIV, verset 31). L’interprétation de ce verset est illimitée. Les progressistes en ont fait un outil d’émancipation des femmes comme en Turquie au début du 20e siècle où les femmes se sont dévoilées, suivies par les égyptiennes, les tunisiennes, les marocaines et les algériennes à l’indépendance de leur pays.

Ce mouvement d’émancipation est contrarié et combattu par l’islam politique qui a fait de ce verset un outil d’oppression des femmes comme en Iran, en Afghanistan. Aujourd’hui, l’islam politique se déploie dans le monde entier avec le voile des femmes comme symbole de son projet. Le corps de la femme doit être dissimulé sous une burqa, un voile intégral, un jilbâb ou un tchador, etc. Dans de nombreux pays, certaines résistent et le paient encore de leur vie.

L’apparition massive du voile est choquante car elle montre l’étendue de cette influence sectaire et sexiste dans une France laïque et démocratique qui n’a pas donné à nos jeunes filles les moyens d’échapper à cette influence et les abandonne à leur sort.

Pour nous, il s’agit de ne pas confondre l’islam avec les interprétations archaïques et manipulations des islamistes. Le voile est une discrimination qui s’ajoute à celles, multiples et multiformes dont souffrent beaucoup de femmes et de jeunes filles dans nos quartiers. Il n’est en aucun cas une réponse au racisme et aux discriminations.

Nous pouvons et devons dire NON au harcèlement idéologique et au communautarisme. 
Restons mobilisées pour que le projet réactionnaire des islamistes échoue. 
La lutte contre les discriminations, les inégalités et le sexisme continue.
Nous sommes toutes concernées !

 

Zohra a seize ans quand sa vie bascule. Pour un coup de pied dans la porte de son appartement de La Courneuve, ses parents l envoient au village familial, en Algérie, pour la jeter dans les griffes d’un ogre. Vendue cent dinars et mariée de force à un mûr et lointain cousin, elle sera battue, humiliée et violée durant vingt longues années avant de réussir son évasion, puis celle de ses filles, déjà victimes.

Son histoire glaçante est celle d innombrables femmes asservies et brisées par un système ancestral, où l inceste est pratique courante. Reléguée au rang d’esclave sexuelle et de souffre-douleur, la terreur permanente qu’elle subit ne saura venir à bout de sa détermination acharnée à sauver ses enfants et recouvrer la liberté.

Jamais soumise est le témoignage déchirant d une survivante qui révèle l angle mort de la condition de milliers de femmes, bâillonnées par l’obscurantisme. Dénuée de tout désir de revanche envers ses bourreaux, Zohra place son récit intime en pierre angulaire des uvres réconciliatrices.

Féminisme. Les « invisibilisées » au Rosa Bonheur le 3 juin

Publié le

Georgette Sand et le Centre Hubertine Auclert vous invitent

Mercredi 3 juin à partir de 19h

au Rosa Bonheur, 2 allée de la cascade, Paris 19°

Georgette Sand s’attaque au processus d’invisibilisation des femmes qui ont fait l’Histoire du monde et lance son  tumblr consacré aux « femmes d’exception » qui ne « sont pas
au Panthéon, rarement dans les livres d’histoire, peu souvent dans les mémoires ».

Qui connaît aujourd’hui Blanche Calloway, Valentina Terechkova, Madeleine Brès ou même Rosa Bonheur, respectivement cheffe d’orchestre américaine, cosmonaute (première
femme à effectuer un vol dans l’espace),  médecin (première femme docteur en médecine de France) et peintre française ?

Le site Invisibilisées réunit ainsi les femmes qui ont fait l’histoire, les femmes qui ont œuvré pour le progrès de nos sociétés et ont été oubliées, voire effacées, de la mémoire
collective. Ce travail de mémoire s’appuie notamment sur le constat de l’invisibilité des femmes dans les manuels scolaires que le Centre Hubertine Auclert a dressé dans ses
différentes études menées chaque année depuis trois ans.

Pour présenter ce projet Invisibilisées ainsi que les études sur les manuels scolaires, le collectif Georgette Sand et le Centre Hubertine Auclert organisent conjointement une
soirée  « Ni vue, ni connue ! »

Au Rosa Bonheur, dans le parc des Buttes Chaumont,

Mercredi 3 juin à partir de 19h

75019 Paris

A noter  : il est conseillé de s’inscrire en envoyant un mail sur contact@georgettesand.org et de venir à l’heure, le nombre de places étant limité.

Les personnes désirant incarner l’invisibilisée de leur choix sont les bienvenues !

A PROPOS DE NOUS

Le collectif Georgette Sand décrypte l’actualité de l’égalité dans les médias, propose une alternative aux codes de genre et se mobilise pour éduquer les réfractaires. Georgette
Sand souhaite encourager la présence et la prise de parole féminines dans les médias et plus généralement sur le devant de la scène. Car faut-il vraiment s’appeler George pour
être prise au sérieux ?

Le Centre Hubertine Auclert, centre francilien de ressources pour l’égalité femmes-hommes est un organisme associé de la région Ile-de-France qui regroupe plus de 110
membres (associations, collectivités locales et syndicats) et produit de nombreux outils d’analyses (études, actes, évènements…) sur la thématique femmes-hommes.
L’observatoire régional des violences faites aux femmes est intégré au Centre Hubertine Auclert depuis 2013.

Manifeste

Chaque année, 139,4 milliards d’euros* sont dépensés pour éduquer et transmettre un savoir faire et des connaissances à des millions de mains et de têtes laborieuses. Pourtant, cet investissement est gâché : en entreprises, associations et administrations, le pouvoir reste très majoritairement réservé aux hommes. Cette exclusivité influe sur la hiérarchie, les salaires, et la possibilité de valoriser les compétences des femmes. Femmes qui disposent de moins de 30% du temps d’antenne dans les médias où elles restent cantonnées à des rôles de victimes ou de témoins, sans accéder au statut d’expertes.

Serait-ce l’insuffisance de modèles féminins et l’omniprésence des hommes blancs, bien portants et aux cheveux gris qui empêchent les femmes de massivement accéder aux postes à responsabilités ?

OUI ! C’est notre conviction profonde.

La présence des femmes se raréfie dès lors que le prestige, le salaire et les responsabilités croissent. Les quelques femmes de pouvoir servent de faire-valoir alors que les statistiques de sous-féminisation sont accablantes. Celles qui arrivent à occuper une place à hauteur de leurs compétences après un parcours digne de Beatrix Kiddo dans Kill Bill, pensent souvent que les méritantes suivront aisément leur voie. C’est sous-estimer la force des réseaux masculins qui leur permettent de truster les places d’influence. Tant que la méritocratie n’aura pas pris le pas sur l’entre soi, les femmes devront sortir le sabre pour être reconnues.

Alice Guy
On nomme souvent les frères Lumière ou Georges Méliès pour évoquer la genèse du cinéma, n’oubliez plus Alice Guy, qui à la fin du XIXe siècle a réussi à se faire une place au sein du 
gotha du cinéma naissant. Femme indépendante, talentueuse et 
incroyablement avant-gardiste, elle est persuadée que l’on peut faire 
autre chose que filmer la réalité. Elle propose à Léon Gaumont le 
premier scénario de la maison Gaumont. Elle fait alors entrer la fiction
 dans le cinéma et devient la première femme réalisatrice et productrice
 au monde en mars 1896 avec La fée aux choux. Scénario après 
scénario, tournage après tournage, elle devient une cinéaste alors que 
le terme n’existe pas encore (il est attribué à Louis Delluc en 1920). « Votre
 recommandation est excellente mais c’est un poste important, j’ai peur 
que vous soyez bien jeune », aurait déclaré Léon Gaumont le jour de sa 
rencontre avec Alice Guy Blaché. Du haut de ses 21 ans, elle lui 
répondit : « Oh ! Mais ça me passera ». C’est ainsi qu’en mars 1894, 
Alice Guy Blaché devient la secrétaire de Léon Gaumont.

Alice Guy, première réalisatrice de films

Valentina
 Terechkova (née en 1937) est détentrice de deux records encore en 
vigueur : celui de la plus jeune cosmonaute de l’Histoire et du plus 
long voyage solitaire effectué par une femme (une mission de 70 heures et 41 minutes exactement, soit 48 orbites autour de la Terre et trois sacs à 
vomi). Malgré sa reconnaissance 
et son engagement politique, elle reste peu souvent citée, tant par les 
Occidentaux que par les Soviétiques dans le Panthéon de la conquête 
spatiale. Les femmes sont aujourd'hui un peu plus 
d'une cinquantaine contre 400 de leurs homologues masculins à s’être 
envoyé en l'air.

Valentina Terechkova, cosmonaute

run-eat-study-repeat:

congenitaldisease:In 1967, Kathrine Switzer was the first woman to enter and complete the Boston Marathon as a numbered entry. She registered under the gender-neutral name of “K.V. Switzer”. After realizing that a woman was running, race organizer Jock Semple went after Switzer shouting, “Get the hell out of my race and give me those numbers.” however, Switzer’s boyfriend and other male runners provided a protective shield during the entire Marathon. These photographs taken of the incident made world headlines.

inspiration

Kathrine Switzer en 1967 au Marathon de Boston, première femme à y participer et à le terminer. Sur ces photos l’organisateur tente de la chasser mais ses amis la défendent.

%d blogueurs aiment cette page :