Flux RSS

Archives de Catégorie: Union européenne

De la douceur dans ce monde de brutes. Symphony N°9 de Ludwig van Beethoven

Publié le

Une musique qui adoucit les mœurs, ce qui est particulièrement visible dans les flashmobs.

19.14 célèbre mouvement n°2 repris très souvent sur les radios comme Radio Classique . Il devrait vous être familier d’autant plus qu’il est fou d’énergie et communique de l’entrain
51.16 4ème mouvement Ode à la joie (texte de Schiller). Le célèbre thème commence doucement à 55.50.  Crescendo puis à 57.08 Le chœur entre dans la danse introduit par un baryton
Version intégrale

Ajoutée le 8 mai 2015

On May 7, 1824, Beethoven shared his 9th Symphony with the world even though he could never hear it. On May 7, 2015 celebrate the anniversary of Beethoven’s most glorious and jubilant masterpiece with Riccardo Muti and the Chicago Symphony Orchestra and Chorus. An exhilarating testament to the human spirit, Beethoven’s Ninth bursts with brooding power and kinetic energy and culminates in the exultant hymn, “Ode to Joy.”The video is now available free on demand for all to enjoy! – See more at: http://cso.org/beethoven9 #sharethejoy
Le 7 mai 1824, Beethoven partageait sa neuvième symphonie avec le monde bien qu’il ne peut jamais l’entendre lui-même. (il était devenu sourd).
Le 7 mai 2015 a été célébré l’anniversaire du plus célèbre et joyeux chef d’oeuvre du compositeur interprété par l’orchestre symphonique de Chicago et ses chœurs sous la direction de Ricardo Mutti. Testament allègre pour l’esprit humain, la 9ème explose avec force et énergie cinétique qui culmine avec l’exaltant hymne à la joie.

Et aussi :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Symphonie_n%C2%BA_9_de_Beethoven

 https://youtu.be/3lNaajK3Scc
Flashmob à Tokyo, 4ème mouvement

Ajoutée le 24 oct. 2016

S’ABONNER 3,2 K
Flash mob “Beethoven’s Symphony No. 9” was performed at Omotesando Hills, Shibuya, Tokyo, on Tuesday, September 13, 2016 Tokushima Prefecture is where Beethoven’s Symphony No. 9 was performed for the first time in Asia. The flash mob orchestra is an event for publicizing the 100th anniversary of this first performance to be commemorated in 2018. Conductor: Keita Matsui Solo singers: Shoko Kumada, Naoko Fujii, Aigaku Kishinami, and Takahito Asai Performer: Tokushima Kinen Orchestra Chorus: Musashino Chorus

Beethoven Symphony No. 9 – Mvt. 4 – Barenboim/West-Eastern Divan Orchestra

2 016 541 vues

Flashmob à Nurenberg, 2014.

Introduction par une fillette qui joue de la flûte devant un bassiste

Egalité femmes/hommes en Europe. Chiffres.

jupe-femme-insulte-sexisme

 

insultes-feministes

L’égalité homme/femme… tu déconnes Simone ?

insultes-feministes

Voici une contribution signée « Salomé Saqué » :

Féministe (n.f.) : Membre de la gente féminine généralement aigrie, trop laide pour plaire aux hommes s’appliquant donc logiquement à les détester et à leur pourrir la vie afin de pallier à leur frustration chronique.

Synonymes : Mégère, fémen, hystérique. Et castratrice aussi.

Vous les connaissez ? Le gang des harpies à l’affût du moindre « mademoiselle » dans un formulaire, prêtes à dégainer leur poitrine nue devant les caméras de BFMTV sous n’importe quel prétexte ?

http://www.indigne-du-canape.com/legalite-hommefemme-tu-deconnes-simone/

Faire rentrer le féminin dans l’écriture et le langage, c’est bien mais ça ne saurait rééquilibrer la différence de traitement entre les femmes et les hommes. Ce n’est pas le langage qui donnera leur place aux femmes mais la condition des femmes qui modifiera naturellement le langage.

Pour établir une réelle égalité entre femmes et hommes, il conviendrait avant toute chose à veiller à l’application rigoureuses des lois, ce qui est loin d’être fait. Parallèlement à cela, notre société ne devrait pas tolérer que l’image de la femme soit soumise aux fantasmes des hommes. Le mouvement récent de libération de la parole  #balancetonporc et #moiaussi, dans la foulée de l’affaire Weinstein est une formidable opportunité pour réfléchir à l’inanité du traitement des femmes par beaucoup trop d’hommes et y remédier. Le harcèlement sexuel banalisé par des siècles de domination masculine pervertit le rapport femmes/hommes et on peut espérer que ces derniers prennent conscience de leur comportement dominateur et méprisant pour le modifier.

Il est triste et inquiétant que de nombreux hommes de tous les milieux, de tous les niveaux d’éducation et de savoir tentent d’étouffer la parole des femmes en les culpabilisant ( délatrices, moralisatrices, castratrices, majorité morale… ), en fusionnant de mauvaise foi les notions de harcèlement et de séduction et en se moquant d’elles. Heureusement, ce mouvement de révolte tient bon et chaque jour de nouvelles femmes y adhèrent et témoignent de la banalité de ce mal de mâles.

Aujourd’hui, malgré des années de revendications et de dénonciation des inégalités, la condition des femmes est toujours soumise à la domination masculine. Les chiffres ci-dessous démontrent qu’il y a encore beaucoup de travail pour réaliser l’égalité entre les femmes et les hommes.

La Connectrice

Avantages masculins en Europe

https://www.touteleurope.eu/actualite/l-egalite-entre-les-hommes-et-les-femmes-en-europe.html

Datavisualisation Egalité Hommes-Femmes

Droits des femmes : quel bilan en Europe

https://www.touteleurope.eu/actualite/droits-des-femmes-quel-bilan-en-europe.html

Synthèse 07.03.2017

En 2017, les hommes et les femmes ne sont toujours pas sur un pied d’égalité en Europe. En moyenne dans l’Union européenne, les femmes gagnent 16,3% de moins pour un travail de même valeur et ne sont que 28% à être représentées dans les parlements nationaux. Si de nombreux progrès restent à faire, des avancées sont enregistrées. La Commission européenne a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes dans cinq domaines prioritaires comme l’indépendance économique, tandis que le Parlement européen poursuit son travail législatif au sein de la commission des droits des femmes et de l’égalité des genres.

Déesse de la justice


Droits des femmes : un enjeu européen

L’Union européenne est l’une des régions du monde où le principe de l’égalité entre les femmes et les hommes est affirmé avec le plus de vigueur. Un principe fondamental reconnu dans le traité sur l’UE et dans la charte des droits fondamentaux. Egalité de rémunération, lutte contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles, droit à l’avortement… l’Union européenne s’efforce de faire progresser les droits des femmes.


Améliorer l’indépendance économique des femmes

Même si les femmes ont en moyenne un niveau d’instruction supérieur à celui des hommes, elles sont quatre fois plus susceptibles d’exercer et de conserver un emploi à temps partiel. Elles ont également plus de mal à accéder à des postes à responsabilités. Quel est l’écart de salaire entre les hommes et les femmes et quel est le taux d’emploi des femmes dans l’UE ? Retrouvez nos cartes comparatives et interviews sur le sujet.


Accroître la présence des femmes en politique

Si dans de nombreux pays d’Europe, la question de l’égalité femmes-hommes dans la vie politique évolue, très rares sont les femmes à avoir occupé ou à occuper actuellement les fonctions de chef d’Etat ou de gouvernement. Au sein du Parlement européen, 37% des députés européens sont des femmes, tandis que l’on compte en moyenne 28% de femmes ministres au sein des gouvernements de l’UE.

 

Lire aussi

http://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/dossiers/actions-dispositifs-interministeriels/chronologie-des-dispositions-en-faveur-de-legalite-des-femmes-et-des-hommes/

 

Viviane Teitelbaum, présidente du Lobby Européen des Femmes répondra à vos questions jeudi 4 février de 15h à 16h.

Afficher l'image d'origine

Source image

Le lobby européen des femmes a le mérite d’exister d’autant plus que, dès les années 70 des féministes connues comme Yvette Roudy (élue députée européenne en 1979) ou Geneviève Fraisse  (députée au parlement européen de 1999 à 2004) avaient déclaré : c’est maintenant au niveau de l’Europe que se joue l’amélioration de la condition des femmes.

La coordination du Lobby européen des Femmes (CLEF) agit au niveau des institutions nationales et européennes afin de contribuer à transformer ou créer des lois favorables à l’égalité femmes/hommes.

La Connectrice

Afficher l'image d'origine

Source image

Ce que prévoit la loi

Un décret en Conseil d’État détermine, après avis des organisations d’employeurs et de salariés représentatives au niveau national, la liste des emplois et des activités professionnelles pour l’exercice desquels l’appartenance à l’un ou l’autre sexe constitue la condition déterminante. Cette liste est révisée périodiquement.

Les dispositions de l’article L.1132-1 du Code du travail s’opposent à toute forme de discrimination en matière de rémunération des salariés et l’article R 3222-1 interdit l’établissement des éléments composant la rémunération selon des normes différentes pour les hommes et les femmes.

Afficher l'image d'origine

Source image

mvz5mzp

Source image https://lagazettedu107.wordpress.com/2015/03/08/le-8-mars-la-difference-salariale-entre-hommes-et-femmes/

Source http://www.touteleurope.eu/evenements/2012-2016-eu-talk-les-chats-mensuels-de-toute-l-europe.html

2012-2016 – EU-Talk : les chats mensuels de Toute l’Europe

Chaque mois Toute l’Europe invite un expert pour dialoguer en direct sur un sujet d’actualité européenne !

Toute l’Europe propose à ses internautes des échanges nourris avec des personnalités de haut niveau sur des sujets brûlants : l’Europe pour quoi faire, faut-il sortir de l’euro, vers quelle Europe allons-nous, etc.

Posez vos questions, échangez, dialoguez !

EU-Talk n° 23 avec Viviane Teitelbaum, présidente du Lobby Européen des Femmes

Après les agressions de Cologne, Touteleurope.eu revient sur les violences faites aux femmes. Comment définit-on la violence à l’égard des femmes ? Quelles actions mène le Lobby Européen des Femmes à l’échelle de l’UE pour lutter contre ces violences ? Constate-t-on des avancées ?

Viviane Teitelbaum, présidente du Lobby Européen des Femmes répondra à vos questions jeudi 4 février de 15h à 16h.

Après avoir effectué des études en journalisme et communications sociales (ULB), ainsi qu’en relations internationales (USA), Viviane Teitelbaum a été journaliste pendant 12 ans. Elle a publié plusieurs livres et a collaboré à divers ouvrages collectifs. Engagée pendant plus de 20 ans dans la vie associative, elle a milité sans relâche et avec passion pour les droits des femmes et la démocratie, et contre l’extrême-droite, l’intolérance, l’antisémitisme, le racisme et toute forme d’exclusion. Depuis février 2010, elle préside le Conseil des Femmes Francophones de Belgique et devient deux ans plus tard présidente du Lobby Européen des Femmes, la plus grande organisation d’associations de femmes en Europe. Par ailleurs, elle est députée au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale depuis 2004  et échevine – adjointe au maire –  à Ixelles (Bruxelles) depuis 2012.

Posez vos questions dès maintenant !

  1. Nom / PseudoOBLIGATOIRE
  2. Email
  3. Votre questionOBLIGATOIRE

Lire aussi

  • Stratégie du Conseil de l’Europe 2014-2017 pour l’égalité entre les femmes et les hommes

Toute demande de reproduction ou de traduction de tout ou d’une partie de ce document doit être adressée à la Direction de la communication (F 67075 Strasbourg ou publishing@coe.int). Toute autre correspondance relative à ce document doit être adressée à la Direction générale de la démocratie

www.coe.int

  • La convention d’Istanbul contre les violences faites aux femmes

https://www.coe.int/t/dghl/standardsetting/equality/02_GenderEqualityProgramme/Strat%C3%A9gie%20du%20Conseil%20de%20l’Europe%20pour%20l’%C3%A9galit%C3%A9%20entre%20les%20femmes%20et%20les%20hommes%202014-2017.pdf

CommonSearchServices/DisplayDCTMContent?documentId=0900001680462533

Préambule

Les Etats membres du Conseil de l’Europe et les autres signataires de la présente Convention, Rappelant la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (STE n° 5, 1950) et ses Protocoles, la Charte sociale européenne (STE n° 35, 1961, révisée en 1996, STE n° 163), la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains (STCE n° 197, 2005) et la Convention du Conseil de l’Europe sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels (STCE n° 201, 2007);

Rappelant les recommandations suivantes du Comité des Ministres aux Etats membres du Conseil de l’Europe : la Recommandation Rec(2002)5 sur la protection des femmes contre la violence, la Recommandation CM/Rec(2007)17 sur les normes et mécanismes d’égalité entre les femmes et les hommes, la Recommandation CM/Rec(2010)10 sur le rôle des femmes et des hommes dans la prévention et la résolution des conflits et la consolidation de la paix, et les autres recommandations pertinentes;

Tenant compte du volume croissant de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme qui établit des normes importantes en matière de violence à l’égard des femmes; Ayant à l’esprit le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (1966), le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (1966), la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (« CEDEF », 1979) et son Protocole facultatif (1999) ainsi que la Recommandation générale n° 19 du Comité de la CEDEF sur la violence à l’égard des femmes, la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (1989) et ses Protocoles facultatifs (2000) et la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (2006); Ayant à l’esprit le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (2002);

Rappelant les principes de base du droit humanitaire international, et en particulier la Convention (IV) de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre (1949) et ses Protocoles additionnels I et II (1977);

Condamnant toutes les formes de violence à l’égard des femmes et de violence domestique;

Reconnaissant que la réalisation de jure et de facto de l’égalité entre les femmes et les hommes est un élément clé dans la prévention de la violence à l’égard des femmes;

Reconnaissant que la violence à l’égard des femmes est une manifestation des rapports de force historiquement inégaux entre les femmes et les hommes ayant conduit à la domination et à la discrimination des femmes par les hommes, privant ainsi les femmes de leur pleine émancipation; 6

Reconnaissant que la nature structurelle de la violence à l’égard des femmes est fondée sur le genre, et que la violence à l’égard des femmes est un des mécanismes sociaux cruciaux par lesquels les femmes sont maintenues dans une position de subordination par rapport aux hommes;

Reconnaissant avec une profonde préoccupation que les femmes et les filles sont souvent exposées à des formes graves de violence telles que la violence domestique, le harcèlement sexuel, le viol, le mariage forcé, les crimes commis au nom du prétendu « honneur » et les mutilations génitales, lesquelles constituent une violation grave des droits humains des femmes et des filles et un obstacle majeur à la réalisation de l’égalité entre les femmes et les hommes;

Reconnaissant les violations constantes des droits de l’homme en situation de conflits armés affectant la population civile, et en particulier les femmes, sous la forme de viols et de violences sexuelles généralisés ou systématiques et la potentialité d’une augmentation de la violence fondée sur le genre aussi bien pendant qu’après les conflits;

Reconnaissant que les femmes et les filles sont exposées à un risque plus élevé de violence fondée sur le genre que ne le sont les hommes;

Reconnaissant que la violence domestique affecte les femmes de manière disproportionnée et que les hommes peuvent également être victimes de violence domestique;

Reconnaissant que les enfants sont des victimes de la violence domestique, y compris en tant que témoins de violence au sein de la famille; Aspirant à créer une Europe libre de violence à l’égard des femmes et de violence domestique, Sont convenus de ce qui suit :

Suite ici

  • Statuts de la coordination du Lobby européen des femmes

http://www.clef-femmes.fr/index.php?option=com_flexicontent&view=items&cid=37&id=49&Itemid=61CLEF

Communiqués de presse 2015

Communiqués de presse 2014

 

L’Union européenne encourage le boycott des produits israéliens

L’union européenne vient de voter à l’unanimité l’étiquetage des produits en provenance des colonies israéliennes afin que le consommateur soit informé de l’origine des marchandises qu’il achète.

Présentée comme une mesure technique, cette exigence conforte le BDS, mouvement de boycott des produits israéliens et conforte la politique palestinienne qui vient de remporter une double victoire politique à l’ONU en étant autorisée à hisser son drapeau et en étant soutenue par la nomination d’un musulman saoudien au comité consultatif des Droits de l’Homme.

Rappelons à ce propos que l’intifida actuelle sous forme d’égorgement et d’attaques au couteau suit exactement les recommandations de l’Etat islamique au nom de l’Islam.

Bien que les produits, essentiellement agricoles, issus des territoires occupés ne représentent que 1% des exportations israéliennes, elles donnent du travail à des arabes et leur famille qui seront directement touchés par la mesure si les consommateurs boycottent ces marchandises. Selon Slate.fr, 100 000 familles arabes seraient concernées, un drame économique résultant d’un éventuel boycott mais présenté par les antisionistes comme un chantage exercé par les colons qui les emploient ….

Quoique prétendent les représentants de l’UE sur cette mesure, elle est éminemment politique, antisioniste, antisémite et pro palestinienne et met de l’huile sur le feu de cet interminable conflit israélo palestinien..

La Connectrice

Voici la revue de presse de « toute l’Europe » sur le sujet

[Revue de presse] L’Union européenne décide d’étiqueter les produits en provenance de colonies israéliennes

L'Union européenne décide d'étiqueter les produits en provenance de colonies israéliennes

« L’Union européenne a adopté ce mercredi l’étiquetage obligatoire des produits des colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés », annonce L’Humanité. Une « décision controversée, reportée à plusieurs reprises et à laquelle s’oppose vivement Israël », précise Le Monde.

Le Figaro détaille : « la Commission européenne a adopté des ‘lignes directrices’ qui contraignent les États membres à faire étiqueter les produits fabriqués dans les colonies de Cisjordanie, de Jérusalem-Est et du plateau du Golan« .

Actuellement aux Etats-Unis, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a vivement réagi :  « l’Union européenne devrait avoir honte » a-t-il déclaré, qualifiant « la décision de l’Union européenne[d’hypocrite, dictée] par une politique du deux poids, deux mesures, puisqu’elle ne concerne qu’Israël et pas les 200 autres conflits (territoriaux) ailleurs dans le monde » [France24].

Face à la « réaction épidermique israélienne » [Slate.fr], « l’Union européenne considère qu’il s’agit avant tout d’une mesure ‘technique’ visant à informer les consommateurs européens et non d’une décision ‘politique’ comme l’affirme le gouvernement israélien » [Le Monde].

D’après L’Humanité, « l’UE en fait ne fait que rattraper le droit international en la matière, qui reconnaît les frontières d’Israël telles qu’elles étaient établies avant la guerre de juin 1967« . « La Commission précise bien que ‘l’UE ne soutient aucune forme de boycott ou de sanctions contre Israël’ » ajoute le quotidien.

Particulièrement réactif sur la question, « Israël a condamné l’annonce […] et a convoqué le représentant de l’UE« , rapporte Le Figaro. « Le ministère israélien a annoncé qu’il suspendrait son dialogue diplomatique avec l’UE dans les prochaines semaines » ajoute La Tribune.

Libération rapporte la réaction de « l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) [qui] a qualifié l’étiquetage par l’Union européenne des produits des colonies israéliennes dans les territoires occupés de ‘pas dans la bonne direction’, mais ‘insuffisant’« . Pour l’OLP, « les produits issus d’un crime de guerre doivent être interdits, pas seulement étiquetés » [Le Monde].

Selon l’analyse de Libération, « Israël exporte 30% de sa production vers l’UE, qui est son plus gros client. Les produits des territoires occupés ne représentent que 0,8% à 1,5% de ce flux« .

Slate.fr évoque une « mesure symbolique« , « les produits continueront d’entrer sur le continent : seuls les ménages européens décideront ou non du sort qui sera réservé aux produits des implantations« . Pour le journal en ligne « le prix et la qualité des produits primeront sur l’origine« .

Si l’impact sur les échanges entre l’Europe et Israël apparait dérisoire, certaines conséquences doivent être attendues sur le marché du travail palestinien. Selon Slate.fr, « le boycott des produits des implantions peut mettre en danger les revenus de près 100.000 familles arabes« .

Libération estime que « les dirigeants du Yecha (le lobby des colons) pratiquent un chantage à l’emploi en affirmant que ‘ces travailleurs feront les frais de la mesure européenne’« .

D’après Le Monde, plus que son impact commercial, Israël « craint que la mesure européenne ne ‘soutienne et encourage’ le mouvement international BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) contre l’Etat hébreu« .

Libération rappelle que « la décision de l’UE intervient moins d’un mois après la condamnation d’une douzaine de militants français de la campagne BDS« .

Ils en parlent aussi

En France

En Europe

Lire aussi

http://ripostelaique.com/en-voulant-sanctionner-israel-lue-lui-fait-la-plus-belle-pub.html

En voulant sanctionner Israël, l’UE lui fait la plus belle pub !

Publié le 12 novembre 2015 – par Pas de commentaires

Je suis sympathisant des Israéliens et je soutiens tout à fait la cause de ce pays, petit par la taille, mais immense par ses qualités, si fort et si efficace.

Situé dans la pire des adversités au sein même du nid de l’islam, ces valeureux Israéliens, résistent à toutes les pressions et ne cessent de progresser.

Israël est bâti sur ce qui était avant le RETOUR des Juifs à Sion, un tas de cailloux inculte et situé au bord de la mer. C’est ce qui leur a permis de s’y ancrer, car les Arabes pensaient et disaient « Si jamais les Juifs arrivaient à faire quelque chose de ce tas de cailloux, nous n’aurions plus qu’à les pousser à la mer »…

Israël s’est construit envers et contre tous. Israël s’est défendu envers et contre tous.

Agressé, provoqué sans cesse par ses voisins arabes, en 6 jours, Israël a flanqué à ces barbares la plus vaste tripotée qu’ils n’ont jamais reçue… Et de ce fait, Israël s’est mis en droit de revendiquer des territoires que l’ennemi leur a abandonnés. C’est la juste conséquence de la punition que doivent assumer ces Arabes…

Cette guerre, déclenchée par Israël au titre d’attaque préventive contre ses voisins arabes, résultait d’une grave décision prise à la suite du blocus du détroit de Tiran aux navires israéliens par l’Égypte le 23 mai 1967, alors que les Israéliens avaient préalablement annoncé qu’ils considéreraient cet acte comme un casus belli. Quoi de plus juste alors que cette guerre ?

Le soir de la première journée de guerre, la moitié de l’aviation arabe était détruite ; le soir du sixième jour, les armées égyptiennes, syriennes et jordaniennes étaient défaites. Les chars de l’armée israélienne bousculèrent leurs adversaires sur tous les fronts. En moins d’une semaine, l’État hébreu tripla son emprise territoriale : l’Égypte perdit la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï, la Syrie fut amputée du plateau du Golan et la Jordanie de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est (source : Wikipedia).

Mais, loin d’écraser ces peuples, là où Israël étend ses territoires il y apporte richesses et prospérité. Israël apporte du travail à tous et cette prospérité totalement nouvelle, apportée par les colons juifs est telle qu’ils arrivent à EXPORTER DES PRODUITS APPRÉCIÉS DANS LE MONDE ENTIER !

Ainsi, merci à l’UE de favoriser ces produits en les mettant en valeur sur l’avant-scène de toute l’Europe ; ce qui constitue indiscutablement une manière de saluer et de reconnaître l’efficacité d’Israël. De surcroît, cette mise en évidence va nous permettre, à nous Européens, de faire un choix juste pour des produits de qualité et d’éviter ainsi acheter en toute ignorance les produits frelatés halal en provenance d’États ou de ces communautés mahométanes aussi agressives qu’arriérées.

Incidemment et pour en terminer, une petite question : « Pourquoi Israël ne met-il pas maintenant à nouveau bon ordre dans cette partie du monde, si infectée par l’Islam et ses fanatiques coreligionnaires » ?

%d blogueurs aiment cette page :