Flux RSS

Archives de Catégorie: USA Féminisme

GPA. Il n’y a pas d’ÉGALITÉ ENTRE LE SPERME, L’OVULE ET LES NEUF MOIS DE GROSSESSE ET l’ACCOUCHEMENT

Publié le

PUBLIÉ LE 11 MARS 2019 PAR PHYLLIS CHESLER ET SUSAN L. BENDER

ÉCRIT POUR LE NEW YORK LAW JOURNAL

LA MATERNITÉ DE SUBSTITUTION COMMERCIALE ENGENDRE UNE FAUSSE ÉGALITÉ ENTRE LE SPERME, L’OVULE ET LES NEUF MOIS DE GROSSESSE ET D’ACCOUCHEMENT

Considérer une femme comme un simple bateau pour des biens qui appartiennent contractuellement à des «parents intentionnels» s’érode et est en conflit direct avec les motifs du droit d’une femme à un avortement.


Sanford M. Benardo, fondateur du Northeast Assisted Fertility Group, souhaite élargir les «droits en matière de procréation» des infertiles, incapables de porter un enfant, atteints du cancer ou des hommes. Il dresse un portrait très sympathique de tels «parents d’intention» et affirme que la plupart des «mères porteuses» sont des femmes bien éduquées et de la classe moyenne qui ne sont «pas riches, mais loin d’être démunies».

Benardo fait partie de ceux qui croient que tout le monde a le droit de devenir les parents d ‘«enfants de substitution». Cette phrase est dure et choquante, mais pas plus que les expressions «transporteur de substitution» ou «éleveur de substitution», ainsi que Benardo se réfère à quelles lois ont historiquement défini comme «mère», à savoir la femme enceinte de neuf mois et qui accouche.

Considérer une femme comme un simple bateau pour des biens qui appartiennent contractuellement à des «parents intentionnels» s’érode et est en conflit direct avec les motifs du droit d’une femme à un avortement. L’embryon / fœtus / enfant en développement fait partie de la femme, il lui appartient car il est dans son corps. Ce fait lui donne le droit de mettre fin à une grossesse. Si d’autres personnes – le profiteur de la maternité de substitution, le donneur de sperme ou d’ovules – réclament ce droit, alors qu’est-ce qui peut empêcher l’Etat ou l’église de faire la même chose?

Les contrats de maternité de substitution commerciaux génèrent une fausse égalité entre le sperme, l’ovule et neuf mois de grossesse et d’accouchement. Plus: Ils disparaissent complètement la femme enceinte et l’accouchement. Cela éloigne encore plus les femmes et privilégie le matériel génétique externe par rapport à la réalité biologique de la grossesse, qui comprend un échange de sang, de cellules, d’émotions, d’idées, etc. De nombreuses femmes enceintes sont liées au développement de l’embryon dans leur corps, que le matériel génétique soit ou non leur appartient ou appartient à leurs maris. Les fœtus en développement entretiennent également des liens avec leurs mères biologiques, ce qui peut être l’une des nombreuses raisons pour lesquelles les enfants adoptés sont souvent à risque en psychiatrie.

Un don de sperme de cinq minutes et un ovule douloureusement récolté ne sont pas identiques et ne doivent pas préjuger de neuf mois de grossesse et d’accouchement, avec tous les risques médicaux qui s’y rattachent.

Dans son article intitulé «Corps enceintes et sujets de droits: le lien de substitution – avortement», l’avocate et sociologue de l’université Columbia, Yasmine Ergas, écrit: «Ni les droits parentaux ni les droits de propriété ne peuvent être cédés à des fœtus. d’attribuer des droits au corps de la femme, et donc à sa personne. « 

Ainsi, outre le problème de l’achat et de la vente de bébés, les motifs de notre droit à un avortement peuvent être en totale contradiction avec les droits d’un «enfant de substitution».

Soit la loi relative à la sécurité des enfants ne doit pas être légalisée dans l’État de New York, soit elle doit suivre de près la loi sur l’adoption, par exemple, la mère de naissance peut changer d’avis et ne pas donner l’enfant; ne peut pas être contraint d’avorter ou de faire gester un enfant qui n’est pas parfait, un enfant qui pourrait être rejeté par ses parents d’intention – qui ne peut tout simplement pas se soustraire à ses obligations, etc. Et oui, la mère de naissance devrait toujours être autorisée à garder l’argent pour avoir travaillé pendant neuf mois.

Cela mettrait gravement en péril une industrie de la maternité de substitution à but lucratif et ouvrirait la voie à des ententes de maternité de substitution altruistes et fondées sur des protections juridiques créatives pour tous.

Phyllis Chesler : la marche des femmes est une arnaque pour les femmes

https://scenesdelavisquotidien.com/2017/11/21/refuser-la-connivence-et-la-lethargie-masculines/

Nous sommes trop peu de féministes historiques françaises  (Anne Zélensky, Elisseievna et moi-même) à faire le même constat que Phyllis Chesler sur la dérive du féminisme actuel qui renie la défense de l’injuste condition des femmes au profit du communautarisme en fermant les yeux sur le poison du modèle islamique et sur la lutte que mènent au péril de leur vie des femmes de pays musulmans, en particulier en Iran, Arabie saoudite, Irak, Kurdistan, Turquie, Tunisie, Algérie, Soudan et ghettos islamiques français.

Aux USA comme en France, le féminisme est redevenu ce qu’il était avant 1968, une contradiction secondaire. Des femmes retombent dans le complexe maternisant ancestral qui veut que protéger l’homme, surtout l’Autre, soit devenu leur engagement principal. La lutte des classes et tous les crypto marxisme trotzkysme maoïsme et socialo communismes imposent leur dictature du politiquement correct.

De leur côté, les « mâles blancs » comme ils se dénomment, pleurnichent sur les méchantes féministes qui les castreraient au lieu de prendre fait et cause pour les quelques féministes qui croient encore à l’égalité femme/homme réelle, raisonnée et éclairée. Le magazine « Causeur » est le lieu de rendez-vous préféré de ces pleurnichards cultivant leur propre impuissance. « Riposte laïque » fait de même mais je dois honnêtement mentionner que ces organes ouvrent leurs colonnes à la contradiction.  Anne Zélensky publie dans Causeur, Elisseievna dans Boulevard Voltaire et moi-même dans Riposte laïque. J’ose espérer que leurs lecteurs soient sensibles à la main que nous leur tendons pour refaire un bout de chemin ensemble dans l’intérêt de toutes et tous pour une société plus juste.

La Connectrice

NB j’ai utilisé Google traduction pour ce texte originalement écrit en anglais. Il y a donc quelques erreurs, en particulier le non respect du genre féminin; Lire « elles au lieu de « ils ».

 

Phyllis Chesler, Ph.D. est professeure émérite de psychologie et d’études féminines et est l’auteur de dix-huit ouvrages, dont le classique phare «Women and Madness» (1972); «Mères en procès (1986); Inhumanité d’une femme à une femme »(2002),« Une épouse américaine à Kaboul (2013) »et« Une féministe politiquement incorrecte… »(2018). Elle est cofondatrice de l’Association pour les femmes en psychologie (1969), du Réseau national pour la santé des femmes (1974) et du Comité international pour les femmes du mur (1989).

TU NE ME VERRAS PAS À LA MARCHE DES FEMMES – C’EST UNE ARNAQUE

https://phyllis-chesler.com/articles/you-wont-see-me-at-the-womens-march-its-a-con-job

Les problèmes des femmes – même ceux qui sont influencés par la race, la classe, la religion et l’ethnie – sont toujours spécifiques aux femmes, mais vous n’en entendrez pas parler à ce mois de mars. Je suis en deuil pour un mouvement féministe radical et dynamique. Mais ce n’est pas ça.


Cela fait très longtemps que je défends les droits des femmes – avec mes pieds, ma voix et mon stylo. Je le fais encore.

Actuellement, l’activité la plus en vue du soi-disant «mouvement des femmes» aux États-Unis est une activité qui m’attriste et me choque. La marche des femmes (et plus particulièrement le leadership de la marche des femmes) aux États-Unis ne semble avoir rien à voir avec les femmes ou le féminisme. Je ne me suis jamais soucié des chapeaux, mais j’ai toujours soutenu les manifestants de base, dont beaucoup étaient des féministes sérieuses et de longue date dans leurs communautés. Les dirigeants, par contre, semblaient étrangement n’avoir aucune expérience en matière de lutte pour les droits des femmes.

Je suis en deuil pour un mouvement féministe radical et dynamique. Mais ce n’est pas ça. C’est plutôt un jeu de passe-passe, une performance, un arnaque.

La direction de la Marche des femmes se compose de femmes complètement nouvelles dans le mouvement, qui portent la même marque que les actrices ou les célébrités de la téléréalité. Ils savent comment obtenir un financement d’entreprise et encore plus impliquer des stars hollywoodiennes. Ils mettent en scène des événements, pas des révolutions.

Le plus préoccupant, cependant, est que la direction de la Marche des femmes ne semble pas s’intéresser particulièrement aux mouvements de libération des femmes indépendants. J’ai lu abondamment leur littérature et tout ce que je peux trouver, ce sont des problèmes qui, si dignes qu’ils soient, ne sont pas à proprement parler des problèmes féministes. La Marche des femmes aborde des sujets tels que «réforme de l’immigration» et «violences policières contre des hommes noirs»; elles se disent «anti-racistes», plus qu’elles ne le sont «anti-sexistes»; elles accordent la priorité à la politique «queer et transgenre», mais jamais plaine vieux problèmes de femmes variété de jardin variété.

Les problèmes des femmes – même ceux qui sont influencés par la race, la classe, la religion et l’appartenance ethnique – sont toujours spécifiques à la femme: harcèlement sexuel au travail; râpé; inceste; violence domestique; discrimination économique, sociale et juridique; et bien sûr les droits en matière de procréation, y compris l’accès au contrôle des naissances, à l’avortement et aux soins prénatals.

Mais alors que la Marche des femmes veut parler de choses comme la criminalisation des hommes et des hommes de couleur pauvres – les femmes de couleur sont définitivement touchées, car ce sont leurs fils, leurs frères et leurs maris qui sont emprisonnés – les femmes de couleur et les femmes pauvres sont également beaucoup emprisonnées elles-mêmes . Et contrairement aux hommes prisonniers – y compris les tueurs en série – personne ne se marie avec des femmes prisonniers. Peu leur rendre visite. Et les femmes emprisonnées (qui ont souvent été les principales gardiennes de leurs enfants) perdent la garde de leurs enfants.

Les femmes battues qui tuent leurs agresseurs en état de légitime défense sont trop souvent emprisonnées à vie . Les femmes enlevées ou incitées à devenir esclaves sexuels sont traitées comme des non-humains jetables. Les filles et les femmes prostituées souffrent du SSPT (syndrome de stress post traumatique) bien plus que les anciens soldats de combat. Les femmes enceintes sont accusées de maltraitance d’enfants .

Ce sont des questions qui méritent d’être abordées par la Marche des femmes, mais ne le sont pas.

Les mères perdent injustement la garde des enfants – souvent au profit de leurs agresseurs – tous les jours en Amérique du Nord (ainsi qu’en Europe et dans le monde ). J’ai étudié cela en profondeur . On entend parfois parler de cela lorsque la mère en question est un immigrant qui tente de franchir la frontière, mais presque jamais lorsque la mère est simplement citoyenne. Les mères nord-américaines qui affirment que leur enfant est abusé sexuellement sont traitées comme des « folles » et « détestent les pères », et les juges, armés de rapports de police scientifique anti-femme, retirent la garde des mères « assez bonnes » , c’est-à-dire mères compétentes et aimantes qui ont également été les principales gardiennes de leur enfant.

La garde des enfants et les pensions alimentaires restent des questions pressantes pour les femmes, mais ne sont pas réglées par la Marche des femmes. L’accès à l’avortement est essentiel pour les femmes à travers les États-Unis, mais j’ai encore entendu les dirigeants de la Marche des femmes, sauf au passage. Ils sont beaucoup plus passionnés par la justice raciale; justice reproductive, pas autant. .

Le trafic sexuel? Le mariage d’enfants? MGF? Visage forcé au voile? Honor Tuer? Aucun de ces problèmes n’est abordé par les dirigeants de la American Women’s March.

Que se passe-t-il?

La première marche des femmes a eu lieu le 21 janvier 2017 , le lendemain de l’investiture du président Trump. À ce moment-là, les dirigeants se contentaient de parler des « problèmes des femmes» et de la «justice entre les sexes», mais étaient plus spécifiques à la «réforme de l’immigration», à la «liberté de religion», aux droits des LGBT, aux droits des travailleurs, à l’égalité raciale et aux questions environnementales. . Les coprésidents étaient Tamika D. Mallory, ancienne directrice exécutive d’Al Sharpton (le premier joueur de cartes de course), National Action Network; Carmen Perez, directrice de The Gathering for Justice (une organisation qui s’occupe de l’injustice raciale dans le système de justice pénale); Linda Sarsour, directrice de l’Association arabo-américaine de New York(organisation travaillant avec des immigrants arabo-américains et musulmans); et Bob Bland, une créatrice de mode féminine.

Lors de la marche à Washington, de nombreuses célébrités et des co-présidents honoraires, principalement des personnes de couleur – Harry Belafonte , La Donna Harris, Angela Davis, Dolores Huerta – ainsi que Gloria Steinem, seule femme blanche -chaise. Le co-fondateur juif, Vanessa Wruble dit qu’elle a été poussé hors de l’organisation en raison de l’ antisémitisme sur les parties des autres chefs, qui était soit jamais reconnu ou jamais condamné. Elle a dit au New York Timesl’un des animateurs de la marche a déclaré qu’ils «ne pourraient vraiment pas placer les femmes juives dans cette situation, sinon nous pourrions fermer des groupes comme Black Lives Matter» (Wruble a ensuite aidé à fonder March On, une organisation à but non lucratif qui a organisé des marches autour L’Amérique du Nord coïncide avec la Marche des femmes.)

Il semble que certaines identités importent beaucoup plus que d’autres et que l’identité de «femme» n’est pas la priorité. Avant de rejoindre la Marche des femmes, de nombreuses dirigeantes travaillaient au sein de communautés spécifiques. Leur travail ne concernait pas spécifiquement la justice en matière de procréation, la lutte contre l’exploitation sexuelle, la violence domestique ou le féminisme au sens large.

Bien que cette première marche ait été massive et galvanisante, le véritable potentiel révolutionnaire était encore à venir. Je fais référence au mouvement #MeToo qui a explosé à l’automne 2017, environ huit mois plus tard. Les femmes ont commencé à parler, à devenir des dénonciatrices, à donner des noms, à engager des poursuites et à organiser des manifestations d’un océan à l’autre et dans le monde entier. Cet activisme est une continuation évoluée et numériquement améliorée de nos discours du début des années 1970 sur le viol, l’inceste, la violence conjugale et le harcèlement sexuel. La direction de la Marche des femmes est redevable du mouvement # MeToo (ainsi que du mouvement de libération des femmes de la deuxième vague) et l’a reprise, mais sans rien ajouter.

Considérant que la marche a commencé en réaction à un homme puissant vantant les agressions sexuelles, pourquoi cette question est-elle tombée au bord du chemin?

La direction de la Marche des femmes a-t-elle financé des poursuites en justice pour les femmes pauvres victimes de harcèlement sexuel dans leurs activités dans les champs de laitues et dans les fabriques, dont les harceleurs et les violeurs exigent que le sexe soit le prix à payer pour des salaires inférieurs à la pauvreté? Peut-être qu’ils ont et n’ont tout simplement pas réclamé le crédit pour cela. Ont-ils financé des évasions pour des filles prostituées piégées dans des maisons de prostitution ou pour des dissidents et des femmes en fuite qui ont été tués pour l’honneur? Si c’est le cas, ils ont gardé le silence à ce sujet. Qu’en est-il des femmes victimes de violence dans la pornographie et chez elles, même?

Dans un sens, il est très bienvenu de voir des femmes aussi diverses agir sur toute une gamme de questions. Mais font-ils un travail féministe ? Est-ce qu’ils abordent leurs communautés tribales, ethniques, de préférences sexuelles et raciales avec une analyse féministe? Si oui, à quoi ça ressemble?

Pour le moment, je suis prêt à oublier les allégations d’ antisémitisme qui bouleversent l’âme et que les dirigeants continuent de refuser de traiter. Tamika Mallory n’a toujours pas publiquement condamné le dirigeant de Nation of Islam, Louis Farrahkan, pour son rang, ses propos répugnants et incessants, qualifiant les Juifs de « sataniques » et de «termites». Linda Sarsour a condamné à plusieurs reprises l’État juif, mais est restée silencieuse violations des droits de l’homme dans les 57 États musulmans. Sa condamnation d’Israël ne concerne même pas les femmes – elle concerne les mauvais traitements que Israël aurait prétendument infligés à un peuple (palestinien) qui n’existait pas avant le milieu des années 1960.

Je suis également prêt à mettre de côté la prétendue corruption financière et la cupidité dont ces dirigeants sont accusés. Selon Leah McSweeney et Jacob Siegel de Tablet , les responsables de la Marche des femmes ont recueilli des sommes énormes qu’elles n’ont pas distribuées à leurs militantes locales. Ils ont plutôt gardé et / ou utilisé l’argent pour eux-mêmes et pour leur nouveau style de vie.

McSweeney et Siegel ont également révélé que les dirigeants de la Marche avaient utilisé les membres de Nation of Islam pour leur sécurité. En d’autres termes, des islamistes dont les opinions sur les femmes sont indiscutables – au lieu d’embaucher d’anciennes officiers de police ou des femmes militaires pour les protéger.

Cette semaine, la Marche des femmes a publié une déclaration expliquant qu’elle avait élargi son comité directeur. Si jamais il y avait un empereur nu (ou dans ce cas, une impératrice nue), la voici.

Ce nouveau comité de pilotage est, explique le communiqué, composé de «32 femmes d’horizons divers … composées de femmes visionnaires – cis et trans, hétéros et bizarres, handicapées et non handicapées, blanches (non capitalisées). ), Asiatiques et sud-asiatiques, noirs, latins, arabes, autochtones, juifs, musulmans, sikhs, chrétiens (tous capitalisés), âgés de 24 à 70 ans. ”

Je ne sais pas ce qu’il est advenu de Mallory, Perez ou Bland. Ils ne se sont pas inscrits à l’annonce des 32 nouveaux partenaires du comité directeur. Mais voici ce que Sarsour, Nina Turner et Christina Jimenez ont écrit dans un courriel explosif:

«Le 19 janvier et au-delà, nous rassemblons nos communautés et nous nous engageons à nous défendre mutuellement, à comprendre les différentes luttes que nous menons et que nous partageons. Notre #WomensWave s’élèvera suffisamment haut pour pouvoir abattre n’importe quel mur sur notre chemin. Ce ne sera pas pareil sans toi. Voulez-vous marcher avec nous? « 

Malgré ce qui semble être une tentative d’ajouter «juive» à la liste des identités que la Marche des femmes voudrait prétendre représenter, la déclaration ne répond en réalité pas aux critiques de fond formulées.

La première personne et photo présentée dans le cadre du nouveau comité directeur est celle d’Abby Stein, décrite comme suit:

«Un éducateur, écrivain, conférencier et activiste juif. Elle est née et a grandi dans une famille hassidique d’ascendance rabbinique; elle est la 10ème génération de Baal Shem Tov – fondatrice du judaïsme hassidique … en 2012, elle a quitté le monde hassidique pour explorer différentes conceptions du monde. En 2015, Abby est devenue une femme d’expérience trans. Depuis sa sortie, elle s’efforce de sensibiliser les gens aux droits des personnes trans et à ceux qui quittent l’Ultra-Orthodoxie.

Le premier membre du comité directeur est donc juif, mais il a laissé le judaïsme derrière lui. Ce que “une femme d’expérience trans” signifie n’est pas expliqué. Abby est-elle un homme qui s’identifie maintenant comme une femme? Ou une femme qui s’identifie comme « trans »? Qu’est-ce que ça veut dire? Et quelle pertinence cela a-t-il avec la Marche des femmes ?

Bamby Salcedo est la deuxième personne transidentifiée mentionnée en tant que nouveau membre – un «activiste transgenre latina et président de la TransLatin @ Coalition». Encore un autre homme, mais qui se concentre sur des questions telles que «la migration, le VIH, les jeunes, les LGBT, incarcération et communautés latines @. « 

Ni Stein ni Salcedo ne semblent travailler sur l’avortement ou sur le droit de garde des femmes.

Les autres membres du comité directeur énumérés restent fièrement membres de leurs groupes d’identité ethnique, raciale, de classe et de genre. Ces descripteurs sont utilisés systématiquement.

April Baskin est décrite comme la fille d’une «mère juive blanche et d’un père juif noir». Elle est également membre de « Bend the Arc» , un groupe de défense des droits juif combattant le «nationalisme blanc», la «justice raciale» et le « mur de Trump » . . ” Il s’agit d’une entité politiquement correcte, et si vous êtes un Juif qui se croise dans les cheveux, c’est ce qui vous préoccupe. La pauvreté dans la communauté juive, le sexisme au sein des tribus juives, les droits religieux des femmes juives ne sont pas mentionnés. Baskin est en faveur de la «justice sociale» et de la «réforme de l’immigration», mais rien ne dit de ce qu’elle a fait contre la violence domestique, la violence sexuelle et la justice en matière de reproduction.

Est-ce que le fait qu’elle soit à moitié noire «nettoie» en quelque sorte le fait qu’elle est également une Juive à moitié blanche?

À un moment donné, tous les Juifs – même les Juifs d’un blanc pâle d’Europe orientale et septentrionale – étaient autrefois considérés comme «autres» sur le plan racial. Pourtant, l’identité juive ne gagne pas aujourd’hui de points d’identité, contrairement aux autres. La question de l’antisémitisme est rarement incluse dans les manuels scolaires modernes ou dans les programmes d’enseignement traitant de l’oppression et de la justice sociale. Ce n’est pas en vogue.

La troisième membre juive est Yavilah McCoy, décrite comme un «Juif de couleur», qui se concentre sur le parcours générationnel de «une famille juive afro-américaine». La lutte pour les droits civiques en Amérique dans les années 1960 était composée d’activistes afro-américains, rejoints par Activistes juifs «blancs». Comme leurs camarades afro-américains, certains de ces «Blancs» ont été battus, emprisonnés et même assassinés dans leur quête de justice pour les Noirs. (Vous souvenez-vous de Mickey Schwerner, Andrew Goodman et Viola Liuzzo ?) Les Juifs de couleur étaient trop peu nombreux en Amérique pour avoir participé de manière visible à cette lutte légendaire.

Qui McCoy représente-t-il historiquement et actuellement?

À une exception près (quelqu’un qui a été impliqué dans la question du viol sur le campus), la plupart de ces 32 femmes éminemment colorées et attrayantes et des personnes trans identifiées représentent fièrement leur communauté. Mais rien n’explique comment ils représentent ou travaillent pour les mouvements féministes. Et nous ne savons pas comment ils gèrent la misogynie au sein ou au-delà de leurs communautés – et s’ils le font du tout.

Un Juif transidentifié et deux Juifs de couleur peuvent être considérés comme politiquement corrects, mais ils ne représentent pas nécessairement plus qu’une minorité de Juifs en Amérique. Ils ont principalement été choisis comme garniture de fenêtre et comme preuve de «l’intersectionnalité».

Ceux qui savent quelque chose sur Israël savent que près de la moitié du pays est peuplée de Juifs de couleur qui ont fui la persécution la plus profonde aux mains de foules et de gouvernements musulmans dans les pays arabes, asiatiques, sud-asiatiques et nord-africains. Le point important: les dirigeants de la marche n’ont choisi que des Juifs qui ont soit quitté le judaïsme et sont des hommes trans ou des juifs de couleur dont la politique est davantage axée sur la justice raciale, l’immigration et la réforme des prisons que sur le sexisme en général ou le sexisme au sein du judaïsme. Les Juifs de couleur sont minoritaires aux États-Unis – mais ironiquement, les Juifs de couleur sont nombreux en Israël où les dirigeants du mois de mars croient que tout le monde est un Juif blanc.

La direction est tellement hyper-tendance qu’elle a invité deux hommes (transsexuels) à se joindre à son nouveau comité de direction élargi. Encore une fois, je ne suis pas sûr du lien entre le fait d’être trans et le combat pour les droits des femmes en matière de procréation ou contre la violence sexuelle masculine à l’égard des femmes et des enfants.

En dépit de l’obsession des dirigeants de mars pour les signes de vertu et les politiques d’identité, des centaines de sponsors corporatifs et progressistes de la marche se sont discrètement retirés . Selon un article paru dans la Revue nationale d’aujourd’hui , alors que le mois de mars «réunissait près de 550 partenaires (en 2017), le nombre de partenaires a considérablement chuté pour atteindre un peu plus de 200 – et ces partenaires sont beaucoup moins importants». La NAACP, le Comité national démocratique, l’Organisation nationale des femmes et Emily’s List ne sont plus des sponsors.

Ils comprennent peut-être enfin que ce leadership est un ersatz, une impasse, et non la vraie affaire. Peut-être craignent-ils d’être associés à un événement devenu désastreux. Peut-être voient-ils aussi que cette impératrice n’a pas de vêtements.

Je suis en deuil pour un mouvement de femmes dynamique et radical. Mais ce n’est pas ça.

Articles publiés dans Times of Israel , New English Review et T

La féministe américaine Phyllis Chesler s’insurge contre les féministes opportunistes

Phyllis Chesler est une féministe américaine, psychologue de formation, qui a écrit de nombreux livres depuis 50 ans, pour dénoncer l’oppression des femmes et sa conséquence sur leur équilibre psychologique. Mariée à un Afghan rencontré aux USA pendant ses études à Bard College, elle a raconté son abominable transformation lors de son retour à Kaboul et sa terrible expérience du monde musulman.  Militant contre le traitement indigne des femmes dans les pays musulmans, elle a écrit sur les crimes d’honneur et les mariages forcés.
Engagée dans le judaïsme, elle soutient Israël et défend le droit des femmes à prier au Kotel, le mur des lamentations à Jérusalem. Elle fait donc tâche dans le milieu féministe politiquement correct antisioniste et islamophile. Cet ostracisme l’a conduite à réfléchir sur le féminisme opportuniste soumis aux idéologies politiques et à conclure que certaines féministes non seulement ne soutiennent pas toutes les femmes victimes d’abus mais ignorent les victimes lorsqu’elles ne rentrent pas dans le champ de leurs options politiques.
Phyllis Chesler dénonce le féminisme à géométrie variable et ce qu’elle a observé aux USA est tout à fait identique à ce que nous vivons en France et dans toute l’Europe. L’exemple le plus marquant étant le refus de défendre les femmes violées à la gare de Cologne et d’excuser les violeurs immigrés, le mâle musulman immigrant étant aujourd’hui pour les bien pensants de gôche le véritable damné de la terre.
Je vous invite donc à lire le dernier article de Phyllis Chesler, un pavé dans la mare de ces féministes aveuglées par leur « servitude volontaire » comme dirait Etienne de la Boëtie.
October 16, 2018 • 12:30 PM

https://www.tabletmag.com/scroll/272605/feminists-against-women?mc_cid=87dd82d613&mc_eid=b2cbd7fbec

NB J’ai utilisé la traduction automatique et je l’ai rapidement corrigée. Le texte original en anglais est au-dessous.

Hier encore, Hillary Clinton a insisté sur le fait que Bill  n’avait pas abusé de son pouvoir en permettant à sa stagiaire, Monica Lewinsky, qui avait la moitié de son âge, de le servir sexuellement. Les paroles d’Hillary sont incroyables et embarrassantes.

 En tant que personne qui étudie la violence sexuelle à l’égard des femmes depuis près de cinquante ans, je suis profondément troublée de la voir utilisée à des fins politiques partisanes. Cela enflamme les anti-féministes, mais plus important encore, cela affaiblit l’élan du mouvement # MeToo et, je le crains, rendra plus difficile à la prochaine victime de viol de porter plainte.

Mon dernier livre,  Une féministe politiquement incorrecte , traite de cette question de manière approfondie . À mon époque, la plupart des femmes américaines étaient régulièrement harcelées et agressées sexuellement. On nous a appris à nous en vouloir. Nous avons également compris que si nous nous plaignions, nous ne serions pas crues ou nous serions encore honteux. Nous avons appris à tolérer les lieux de travail hostiles, les espaces publics hostiles et les environnements domestiques hostiles. Beaucoup d’entre nous sont devenues des survivantes agressives. Certaines, en particulier les victimes d’inceste, sont tombées dans toutes les failles.

Tout cela a été oublié ou, plutôt, ce savoir a systématiquement disparu. Au milieu des années 80, sinon plus tôt, notre travail féministe le plus radical et le plus radical n’était plus enseigné dans les universités. Le mouvement # MeToo devait réinventer la roue féministe.

Etre violée est une chose qu’une femme n’oublie jamais – surtout si elle est une dirigeante féministe, car elle comprend que le viol est un acte de domination violente destiné à humilier et traumatiser une femme. Le fait d’être harcelée sexuellement et violée par votre employeur – lorsque vous devez conserver votre emploi – consigne une femme à l’enfer.

Une victime de viol porte son fardeau, absorbe le coup et tente de passer à autre chose. Certaines femmes ne peuvent pas le faire; Elles s’effondrent et tombent en morceaux Mais même une personne qui a pu apprendre à vivre avec son traumatisme est toujours hantée par la honte ou le chagrin pour toujours.

Une enfant violée par son père peut également passer à autre chose, mais une victime de l’inceste n’oublie jamais et ne pardonne jamais à la mère qui ne l’a pas protégée, l’a vendue pour payer le loyer, a refusé de la croire et l’a expulsée de la famille lorsqu’elle a protesté et rendu le crime public. La plupart des victimes d’inceste n’éprouvent pas autant de rage contre leur père violeur que contre la trahison intime de leur mère.

De tels événements traumatisants sont difficiles à raconter. La victime elle-même hésite à plonger dans le marais des souvenirs. Cela peut littéralement la rendre malade. Le regard des non-thérapeutes et des non-féministes brillent. Les thérapeutes féministes sont formés pour écouter – mais une bonne thérapie prend du temps, et les détails comptent vraiment – chaque détail a son importance.

À une époque où les femmes qui dénoncent les violences sexuelles sont censées être crues – moi aussi, j’écris au sujet du harcèlement sexuel et du viol commis par mon patron aux Nations Unies. Ce qui me hante, c’est que deux icônes du féminisme américain, Robin Morgan et Gloria Steinem (qui étaient aussi mes amies et alliées), ont ignoré mon viol, ont fait cause commune avec mon violeur et m’ont accusée de délation.

Oui, cela ne me fait aucun plaisir de les exposer – et je ne pense pas que ce qu’elles ont fait signifie que le féminisme fait fausse route. Morgan était le vrai délinquant, l’opportuniste par excellence. Steinem s’est simplement couvert pour elle. Ce faisant, MS Magazine s’est imposé sur le «territoire» du féminisme international.

Une décennie plus tard, Steinem semblait avoir appris sa leçon, du moins lorsqu’un   juge conservateur , Clarence Thomas, était sur le point d’être nommé à la Cour suprême. Elle se tenait avec Anita Hill. Mais elle ne m’a pas soutenue – ni avec Paula Jones, Juanita Broderick ou Monica Lewinsky (qui n’a affirmé aucun crime) en ce qui concerne la prédation sexuelle et les peccadillos de Bill Clinton. En fait, certaines grandes féministes se moquaient de Lewinsky: «style fille moyenne». Elle a écrit à ce sujet dans  Vanity Fair .

C’était aussi horrible pour elle que l’était son amie, une femme beaucoup plus âgée, la trahison originale de Linda Tripp. Psychologiquement, les femmes sont très blessées par les femmes que nous croyons être nos amies quand elles s’en prennent à nous. Les victimes, les prétendues «bonnes» personnes, se souviennent clairement des victimes de crimes beaucoup plus terribles.

Vers la fin de 2017, dans les pages du New York Times, Maureen Dowd a appelé Gloria pour sa défense de l’abus de pouvoir et du priapisme de Bill Clinton. Dowd a écrit: « Le féminisme institutionnel est mort lorsque Gloria Steinem, Madeleine Albright et d’autres féministes de premier plan ont plaidé en faveur du président Clinton alors qu’il avait menti effrontément pour n’avoir jamais eu de relation sexuelle avec » cette femme « – Monica Lewinsky. »

Les autres victimes connues de Clinton ont-elles été crues? Ont-elles obtenu justice? Qu’en est-il des victimes inconnues?

En outre, vers la fin de 2017, un  article  de Peggy Noonan dans  le Wall Street Journal  décrivait le rôle de Gloria dans la protection de Bill Clinton. Elle a cité un  article  de Caitlyn Flanagan dans l’Atlantique indiquant que, dans les années 1990, «le mouvement [féministe] était devenu un mouvement partisan». Flanagan nous rappelait le fameux éditorial de mars 1998 que Gloria avait écrit pour le  New  York Times,  elle a «humilié la victime, blâmé la victime et vieilli» et «exhorté la compassion et la gratitude envers l’homme accusé». Elle a souligné que Steinem avait qualifié les agressions de «passables».

Le 30 novembre 2017, Gloria a  imprudemment répondu  à ces critiques dans une interview dans les pages du Guardian. Elle aurait déclaré que «ce que vous écrivez au cours d’une décennie, vous ne l’écrivez pas nécessairement au cours de la prochaine». J’interprète cela comme si elle disait que les temps étaient différents, que nous ne savions pas ce que nous savons maintenant. Ce n’est pas vrai. Les féministes savaient tout sur le viol et le harcèlement sexuel à l’époque.

C’était le Gloria que j’avais rencontré au début des années 1980. À l’époque, elle a dissimulé la collaboration opportuniste de Robin avec un violeur et la trahison de sa victime. elle savait que je la voyais, ainsi que celle de Gloria, avoir échoué à confronter mon violeur (c’est ce que je lui avais demandé de le faire) comme un échec du courage féministe, du principe féministe et de la loyauté personnelle. Elle savait que je pensais qu’un homme comme mon violeur continuerait à s’attaquer aux femmes. Tout cela ne faisait aucune différence.

La semaine dernière, j’ai écrit directement à une féministe de premier plan, très proche de Gloria, pour l’inviter à utiliser son influence considérable auprès des principaux médias féministes et grand public au nom de mon travail. Je n’ai rien entendu en retour. Je l’ai fait parce qu’il semble y avoir une sorte de blocus général des médias contre mon livre. Au moins quarante grands points de vente de gauche, féministes et grand public n’ont même pas attaqué ce travail. Pour eux, cela n’existe pas. Je reste un dissident dans le goulag américain. C’est le sujet d’une autre pièce entièrement.

Et maintenant, ce que je craignais peut arriver. Les médias conservateurs qui, jusqu’à présent, ont commenté ce livre de manière très très positive relèveront bientôt cette histoire et la poursuivront. Les féministes ont eu de nombreux mois pour reconnaître la manière dont les dirigeantes féministes se sont parfois comportées comme des mères dans des familles incestes. Ils auraient pu le « posséder », le filer, le contester, en tirer des leçons. Eux et les médias qu’ils ont influencés ont jusqu’à présent échoué.

Je ne suis pas responsable de ce qui peut arriver ensuite.

The sordid history of famous feminists shaming victims of sexual abuse

October 16, 2018 • 12:30 PM

https://www.tabletmag.com/scroll/272605/feminists-against-women?mc_cid=87dd82d613&mc_eid=b2cbd7fbec

Just yesterday, Hillary Clinton insisted that Bill did not abuse any power when he allowed his intern, Monica Lewinsky, who was half his age, to sexually service him. Hillary’s words are beyond belief and beyond embarrassing.

 As someone who has studied sexual violence against women for nearly fifty years, I am deeply troubled to see it used for partisan political gain. Doing so inflames anti-feminists but more important, it cheapens the momentum of the #MeToo movement and, I fear, will make it harder, not easier, for the next rape victim to successfully press charges.

My latest book, A Politically Incorrect Feminist, deals with this issue in depth and at length. In my day, most women in America were routinely sexually harassed as well as sexually assaulted. We were taught to blame ourselves. We also understood that if we complained we would not be believed or we’d be further shamed. We learned how to tolerate hostile workplaces, hostile public spaces, and hostile home environments. Many of us became tough survivors. Some, especially incest victims, fell through all the cracks.

All this was forgotten or, rather, this was knowledge that was systematically disappeared. By the mid-1980s, if not sooner, our best and most radical feminist work was no longer being taught in universities. The #MeToo movement had to reinvent the feminist wheel.

Being raped is something that a woman never forgets—especially if she’s a feminist leader because she understands that rape is an act of violent domination meant to humiliate and traumatize a woman. Being sexually harassed and raped by your employer—when you need to keep the job—consigns a woman to a special circle of hell.

A rape victim bears up under the weight of it, absorbs the blow, and tries to move on. Some women cannot do it; they break down and break apart. But even someone who can numbly, dumbly move on may still be dimly and occasionally haunted by shame or sorrow forever after.

A child who is raped by her father can also move on, but an incest victim never forgets and never forgives the mother who did not protect her, sold her for rent money, refused to believe her, and ejected her from the family when her protests became too public. Most incest victims do not rage against their rapist fathers as much as against their mother’s intimate betrayal.

Such traumatic events are difficult to discuss. The victim herself is reluctant to re-enter the memory swamp. It can literally make her sick. The eyes of non-therapists and non-feminists glaze over. Feminist therapists are trained to listen—but good therapy takes a long time, and the details really matter—they’re all that matter.

In an era in which women who allege sexual violence are supposed to be believed—I, too write about being sexually harassed and raped by my boss at the United Nations. What haunts me, is that two icons of American feminism, Robin Morgan and Gloria Steinem, (who were also my friends and allies), covered up my rape, made common cause with my rapist, and ostracized me for whistleblowing.

Yes, they did. it gives me no pleasure to expose them—and I do not think that what they did means that feminism is all wrong. Morgan was the real offender, the quintessential opportunist. Steinem merely covered for her. By so doing, Ms. Magazine gained a lock-hold on the “territory” of international feminism.

A decade later, Steinem seemed to have learned her lesson, at least when a conservative judge, Clarence Thomas, was about to be appointed to the Supreme Court. She stood with Anita Hill. But she did not stand with me—nor did she stand with Paula Jones, Juanita Broderick, or Monica Lewinsky (who alleged no crimes) when it came to Bill Clinton’s sexual predation and peccadillos. In fact, Lewinsky was mocked by some leading feminists, “mean girl style.” She has written about this in Vanity Fair.

This was as awful for her as was her friend,  a much older woman, Linda Tripp’s original betrayal. Psychologically, women are very hurt by the women whom we believe to be our friends when they turn on us. Bystanders, the supposedly “good” people, are clearly remembered by the victims of far more terrible crimes.

Towards the end of 2017, in the pages of the New York Times, Maureen Dowd called out Gloria for defending Bill Clinton’s abuse of power and priapism. Dowd wrote: “Institutional feminism died when Gloria Steinem, Madeleine Albright and other top feminists vouched for President Clinton as he brazenly lied about never having had a sexual relationship with ‘that woman’—Monica Lewinsky.”

Were Clinton’s other known victims believed? Did they receive justice? What about the unknown victims?

Also, toward the end of 2017, an article by Peggy Noonan in The Wall Street Journal described Gloria’s role in protecting Bill Clinton. She cited an article by Caitlyn Flanagan in the Atlantic that said that by the 1990s, “The [feminist] movement had by then ossified into a partisan operation.” Flanagan reminded us of the famous March, 1998 op-ed Gloria wrote for the New York Times in which she “slut-shamed, victim-blamed, and age-shamed” the victims and “urged compassion for and gratitude to the man the women accused.” She pointed out that Steinem characterized the assaults as “passes.”

On November 30, 2017, Gloria unwisely responded to these critiques in an interview in the pages of the Guardian. She is quoted as saying that “what you write in one decade you don’t necessarily write in the next.” I interpret that as her saying that the times were different then, that we didn’t know then what we know now. This is not true. Feminists knew all about rape and sexual harassment back then.

This was the Gloria whom I had encountered in the early 1980s. Back then, she covered up Robin’s opportunistic collaboration with a rapist and her betrayal of his victim; she knew that I viewed her, Gloria’s, failure to confront my rapist together with me (this is what I’d asked her to do) as a failure of feminist courage, feminist principle, and personal loyalty. She knew that I thought that a man like my rapist would keep preying on women. This all made no difference.

Last week, I wrote directly to a leading feminist who is very close to Gloria and asked her to consider using her considerable influence with the major mainstream and feminist media on behalf of my work. I’ve heard nothing back. I did so because there seems to be some kind of mainstream media blockade against my book. At least forty major left-wing, feminist and mainstream outlets have not even attacked this work. To them, It does not exist. I remain a dissident in the American Gulag. That is the subject of another piece entirely.

And now, what I feared may come to pass. The conservative media which, so far, has reviewed this book very, very positively, will soon pick up this particular story and run with it. Feminists had many months to acknowledge the way in which feminist leaders have sometimes behaved just like mothers in incest families. They could have “owned” it, spun it, challenged it, learned from it. They, and the media that they’ve influenced have so far failed to do so.

I am not responsible for what may happen next.

Pour en savoir plus

Phyllis et Kate Millet, New York 1976

Le regard de Marieme Helie Lucas, sociologue algérienne spécialiste des droits des femmes lutte depuis des décennies contre l’intégrisme islamique . Elle a fondé « Femmes sous loi musulmane »

Que la gauche et bien trop de féministes s’en tiennent à la théorie des priorités (exclusive défense des émigrés – rebaptisés ‘musulmans’- contre la droite occidentale capitaliste) est une erreur fatale dont elles répondront devant l’histoire, et un abandon des forces progressistes de nos pays dont l’absurde inhumanité fera tâche indélébile sur le drapeau de l’internationalisme. 


A ce boulet conceptuel de la gauche (l’ennemi principal vs l’ennemi secondaire) s’ajoute une autre théorie des priorités, celle ci issue des organisations de droits humains : une implicite hiérarchie des droits fondamentaux selon laquelle les droits des femmes viennent loin après les droits des minorités, les droits religieux, les droits culturels, pour ne nommer que quelques uns de ceux qui sont régulièrement opposés aux droits des femmes, – et ce jusqu’à l’ONU.

  • D’autres réactions à chaud après les viols de Cologne

https://laconnectrice.wordpress.com/2016/01/13/viols-de-cologne-reponse-dune-feministe-historique-a-des-feministes-islamophiles/

Quand donc sortirez-vous de votre aveuglement antiraciste qui voile la
réalité du sexisme de ces cultures que vous défendez becs et ongles ? Vous
vous trompez constamment de cible : vous préférez attaquer vos sœurs
féministes qui, comme moi, depuis des décennies, dénoncent la progression
fatale en Europe, d’une idéologie incompatible avec les droits des femmes.
Partout, jaillit l’interrogation « Où sont passé les féministes ? ». Pourquoi
leur silence sur ce machisme venu d’ailleurs ? Mais à l’évidence, nous ne
nous réclamons pas du même féminisme. Le vôtre est gangrené par un gauchisme
qui a toujours préféré l’Autre, fut-il barbare, aux siens. Le féminisme est
une pensée et un combat qui vise l’autonomie et qui rompt avec les
dépendances idéologiques. Etes-vous sûres de faire partie de cette noble
entreprise ? Je ne me suis jamais reconnue dans vos positions, calquées sur
celles de l’extrême-gauche, qui ne donnent pas la priorité à la cause des
femmes. Réveillez-vous mes sœurs ! Sortez donc de la colonisation
idéologique qui vous barre la route à une pensée libre.

https://laconnectrice.wordpress.com/2016/02/01/viols-de-cologne-analyse-de-kamel-daoud-ecrivain-algerien/

https://laconnectrice.wordpress.com/2016/02/01/viols-de-cologne-reaction-du-parti-des-femmes-du-quebec/

 

Rosie la riveteuse vient de mourir pour la sixième fois

Résultat de recherche d'images pour "rosie the riveter" à gauche La Rosie de Miller pour Westinghouse, 1942 ; à droite celle de Norman Rockwell pour le Post 1943

 

Qui a inspiré le personnage de Rosie the riveter, Rosie la riveteuse dont l’image est connue  dans le monde entier depuis sa création en 1942 ? Cette femme symbolise désormais les luttes féministes avec son slogan We can do it ! nous pouvons le faire ! slogan qui a sans doute inspiré ce que nous disions dans le mouvement de libération des femmes de 1969 : les femmes peuvent tout faire, il suffit d’apprendre. Slogan qui s’est avéré plus que pertinent dans de nombreuses situations.

Chaque fois qu’une ancienne ouvrière ayant travaillé dans les usines d’armement au titre de l’effort de guerre WWII décède, on nous annonce la disparition de la vraie de vraie Rosie la riveteuse. Cette semaine, des médias ont donc annoncé pour la énième fois la disparition de « Rosie la riveteuse« , la femme qui avait servi de modèle en 1943 à l’élaboration du symbole de la participation des femmes à l’effort de guerre américain.

J’ai compté sept femmes présentées toutes comme le modèle de Rosie et dont la plupart sont mortes autour de 90 ans, sachant qu’elles avaient entre 17et20 ans en 1941.

Elinor Otto, Naomi Parker Fraley, Mary Doyle Keefe, Dr Frances Carter, Geraldine Hoff Doyle,  Rosie Bonavita Hickey, Veronica Foster la canadienne.

Selon les sources américaines, toutes sensées être parfaitement documentées selon leurs auteurs, la chronologie de l’apparition de Rosie et de ses représentations varie. Le prénom « Rosie » pour désigner l’ouvrière type mère de famille issue de la classe moyenne, qui travaillait pour la première fois en usine, serait apparu en 1942 dans une chanson « Rosie the riveter » composée pour rallier les femmes à la cause de défense du pays.

World War II song « Rosie the Riveter » LYRICS & RARE VISUALS Four Vagabonds

 

En 1942, Américaines et Américains étaient fortement encouragés à participer à l’effort de guerre. Les hommes étaient envoyés au front et les femmes devaient accomplir leur part en les remplaçant dans les usines d’armement, en particulier celles d’aviation où elles rivetaient à deux les carcasses. L’une était équipée d’un pistolet (the riveter)  et l’autre maintenait l’écrou (the bucker). Une campagne de propagande avait été lancée à coup de films, d’affiches, d’articles et de chansons. Les médias étaient contraints d’accomplir leur devoir patriotique en suivant les consignes écrites du ministère des armées.

Le film de propagande ci-dessous montre que rien n’était négligé pour convaincre les femmes de s’engager dans l’armée et de se donner les moyens d’effectuer dignement et efficacement le travail qui leur était demandé. On y entend des recommandations sur leur habillement et une alimentation saine pour entretenir leur force. Des garderies et des crèches furent ouvertes pour qu’elles puissent accomplir leur devoir patriotique, aussitôt refermées lorsque la guerre fut terminée et qu’on n’eut plus besoin d’elles.

Film de propagande destiné à recruter les femmes dans le Women Army Auxiliary Corp WAAC

Freely downloadable at the Internet Archive, where I first uploaded it. « On the Women’s Army Auxiliary Corps. Reel 1, Gen. Marshall watches Oveta Hobby take the oath of office. Women enter a WAAC recruiting office, fill out applications, take physical examinations, and take the oath. Uniforms are issued and shots are given. Reel 2, WAAC’s eat in a mess hall. A sergeant corrects a recruit at drill and demonstrates the salute. Shows a series of various duties and recreation. WAAC’s parade at the end of their training period. Newly assigned WAAC’s arrive at their quarters. The first WAAC detachment in North Africa is shown. Depicts clerical, technical, and other types of work done by WAAC’s. » National Archives Identifier: 35838

Norman Rockwell est sans doute le deuxième à donner une apparence et un nom au symbole qui devait représenter toutes les ouvrières participant à l’effort de guerre. Son tableau qui illustrait une édition du magazine Post daté du 1943 05 29 avait été commandé par l’éditeur qui suivait les consignes gouvernementales sur la propagande. Sur ce tableau, le prénom « Rosie » est peint sur la boite à sandwich de l’ouvrière qui mange un sandwich en écrasant un exemplaire de Mein Kampf de son godillot. Le gros sandwich appêtissant n’est pas étonnant, il illustre les recommandations diététiques véniculées par la propagande : il faut bien manger et un peu plus que d’habitude pour avoir suffisamment de force pour accomplir un travail d’homme.

L’image que nous connaissons de Rosie est la reproduction d’une affiche peinte par J. Howard Miller pour la Westinghouse Company. Son texte disait « We can do it! » (Nous pouvons le faire!). ..
La Rosie de Miller venait en fait d’une photo prise en 1941 par un photographe de l’agence UPI (United Press International)  dans l’usine d’American Broach & Machine Co. à Ann Harbor, Michigan. Il s’agissait d’ une jeune ouvrière de dix-sept ans nommée Geraldine Doyle. L’année suivante, l’illustrateur J. Howard Miller réalisa pour le compte de Westinghouse une série d’affiches appelant à l’effort de guerre. Parmi elles, celle-ci dont le personnage s’inspire de la photo représentant Geraldine Doyle.

En réalité, il semble bien que « Rosie the Riveter » soit le résultat du croisement d’une chanson, d’une affiche de Howard Miller, d’un tableau de Norman Rockwell et de différentes affiches de propagande destinées à inciter les femmes à participer à l’effort de guerre. Le slogan « We can do it », « nous pouvons le faire » sous-entendu ‘travailler comme les hommes » devait s’entendre plutôt comme « vous pouvez le faire ».

Après les trésors de créativité, les flatteries, les encouragements, les compliments, la valorisation de leur compétence et de leur talent, tout cela distillé par la propagande de l’effort de guerre qui voulait convaincre les femmes de remplacer les hommes dans tous les domaines, on comprend aisément que les Américaines ne se soient pas aisément laissées reconduire dans leur foyer et ce sont les filles de ces femmes qui, dans les années 60, initièrent le mouvement de libération des femmes qui devait gagner tout l’Occident.

Quelle que soit l’origine de l’image de Rosie la riveteuse, son esthétique et son message continuent à séduire les féministes et d’autres femmes depuis 1942 et on ne voit pas pourquoi ce symbole de la force et de la compétence féminines disparaïtrait.

La Connectrice

The Smoothies – Rosie the Riveter (1943)

https://youtu.be/A58Iavr9BJ4

Les sept Rosies connues

1)Elinor Otto

Wing mechanic Elinor Otto, 93, reacts with her 2013 We Can Do It Award. Otto, the oldest still working Rosie the Riveter, was honored at the 2013 We Can Do It Awards.

Wing mechanic Elinor Otto, 93, reacts with her 2013 We Can Do It Award. Otto, the oldest still working Rosie the Riveter, was honored at the 2013 We Can Do It Awards. https://www.ocregister.com/2013/10/17/she-can-do-it/

Wing mechanic Elinor Otto, 93, works on a portion of a C-17 at Boeing in Long Beach on Wednesday. Otto is the oldest still working Rosie the Riveter and was honored at the 2013 We Can Do It Awards.

En 2013, Elinor Otto avait 93 ans et travaillait encore dans une usine d’aviation à visser des rivets. Hum, hum ! Et avec des ongles vernis !

2)Naomi Parker Fraley

A 1942 photograph of Naomi Parker Fraley that was the likely inspiration for the Rosie the Riveter poster.CreditGetty Images https://mobile.nytimes.com/2018/01/22/obituaries/naomi-parker-fraley-the-real-rosie-the-riveter-dies-at-96.html?referer=https://www.google.com/

Cette photo aurait servi de preuve au découvreur de la dernière « vraie » Rosie  malgré une mise en scène évidente : attitude du mannequin, tenue de soirée, attitude peu crédible face à une lourde machine, mules à talons, etc.

Naomi Parker Fraley, une Américaine ayant travaillé dans une usine américaine au début des années 1940 et à l’origine d’une célèbre affiche des ouvrières de la seconde guerre mondiale, est morte lundi.

L’affiche de « Rosie the riveter » est restée longtemps dans l’oubli.© Eric Risberg / AP L’affiche de « Rosie the riveter » est restée longtemps dans l’oubli.

L’image de ce foulard à pois et de cette manche retroussée c’était elle, « Rosie the riveter » (littéralement Rosie la riveteuse). Naomi Parker Fraley, l’Américaine qui avait inspiré l’affiche emblématique de l’ouvrière de la seconde guerre mondiale, est morte lundi 22 janvier à 96 ans, a annoncé le New York Times.

De nombreuses femmes avaient été identifiées comme les inspiratrices de l’affiche, mais selon le quotidien américain c’est bien Naomie Parker Fraley qui était la plus « légitime ». Le journal relate l’histoire de cette femme, et surtout du travail réalisé par un universitaire, James J. Kimble, pour retrouver la trace de l’inspiratrice originale.

Ouvrière de la Navy

La recherche de « Rosie » a commencé sérieusement en 2010 selon James J. Kimble et est rapidement devenue pour lui « une obsession ». Après de nombreuses années, ses recherches le menèrent à Naomi Parker Fraley, une ancienne ouvrière de la Navy (la marine américaine) durant la seconde guerre mondiale, comme il le raconte dans un article publié en 2016 dans la revue Rhetoric & Public Affairs, et intitulé « Rosie’s Secret Identity ».

Présente sur une affiche de l’artiste J. Howard Miller de 1943, Rosie la riveteuse porte une chemise de travail, un bandana à pois et arbore un bras replié surmonté de ce slogan : « We can do it ! » (« nous pouvons le faire ! »). Le NYT raconte que cette affiche n’avait pas vocation à être largement publiée, mais seulement à combattre l’absentéisme et les grèves au sein des employés de la Westinghouse Electric Corporation, une entreprise de production énergétique américaine.

Six ans d’enquête

Longtemps restée dans l’oubli, l’affiche est ressortie au début des années 1980, et est rapidement devenue un symbole féministe. De nombreuses femmes ayant travaillé dans les usines durant la guerre se sont par la suite identifiées à l’image de cette ouvrière déterminée.

Le travail de James J. Kimble, qui passa six ans à rechercher l’inspiratrice originale de J. Howard Miller, cherchant d’abord à confirmer une première affirmation qui donnait une ouvrière du Michigan comme celle qui était à l’origine du portrait, puis découvrant que c’était Mme Fraley qui était derrière l’inspiration de l’artiste, est également l’histoire du décryptage d’une légende américaine.

Dans une interview au magazine américain People, Naomie Parker Fraley expliquait en 2016 : « Je ne cherchais pas la gloire ou la fortune, mais je voulais ma propre identité. » Depuis, « Rosie the riveter » est devenue une icône du militantisme pour les droits des femmes, s’affichant aussi bien sur les tasses à café, les t-shirts, qu’au milieu des manifestations féministes.

3)Mary Doyle Keefe

Mary Doyle Keefe, la "Rosie the Riveter" de Norman Rockwell

En servant de modèle à un dessin de Norman Rockwell publié en 1943, Mary Doyle a donné naissance au symbole féministe et patriotique par excellence dans la culture américaine. Elle est décédée mardi à l’âge de 92 ans.

Mary Doyle Keefe a 19 ans et n’est qu’une simple opératrice téléphonique. Mais elle habite tout près d’un certain Norman Rockwell, illustrateur et peintre de la vie américaine du XXe siècle devenu très célèbre aux États-Unis. Chargé de réaliser une couverture du Saturday Evening Post, l’artiste sollicite la jeune femme pour qu’elle lui serve de modèle. En acceptant de poser à deux reprises pour l’artiste, Mary Doyle Keefe ne sait pas encore qu’elle s’apprête à offrir une image au féminisme patriotique de L’illustration réalisée par Rockwell à partir de la photo prise de la jeune femme est publiée le 23 mai 1943.

Dernier détail, et non des moindres: la fière travailleuse arbore sous un coude sa boîte de déjeuner ornée d’un prénom : Rosie. L’illustrateur a puisé dans une chanson écrite quelques mois auparavant, Rosie The Riveter (Rosie la riveteuse) pour choisir ce prénom. « Toute la journée, qu’il pleuve ou qu’il fasse soleil, elle fait partie de la ligne d’assemblage ; elle fait l’histoire en travaillant pour la victoire, Rosie la riveteuse », scandent les paroles de la chanson, en l’honneur de cette ouvrière travailleuse et patriote qui pose des rivets sur des armes et offre son salaire au budget de la Défense.

Le visuel connaît un grand succès. À tel point qu’il sera réutilisé par le gouvernement américain pour promouvoir la vente d’obligations de guerre, des titres achetés par des citoyens afin d’offrir un capital supplémentaire à l’État. « Rosie la riveteuse » devient rapidement une icône à laquelle s’identitient les femmes employées dans les usines pour produire les armes utilisées sur le front.

 Mary Doyle n’est toutefois pas le premier modèle à avoir prêté son visage à une figure patriotique destinée à la propagande. En 1942, l’artiste J. Howard Miller a été sollicité pour réaliser une série de posters encourageant la population à l’effort de guerre. L’un d’eux, We Can Do It! (« Nous pouvons le faire ») présente, sur un fond jaune vif, une ouvrière avec un foulard rouge sur la tête, le poing levé, les manches de sa chemise retroussées. Ce poster restera peu connu, jusqu’à ce que le Saturday Evening Post publie le dessin de Norman Rockwell. En faisant de cette Rosie un emblème national, l’artiste fait sortir de l’ombre l’œuvre précédente, bientôt baptisée elle aussi Rosie la riveteuse. Si Mary Doyle n’a pas servi de modèle à cette affiche reprise par les féministes pendant des décennies, elle a contribué à son statut d’emblème.

Mardi, cette même Mary Doyle est décédée dans le Connecticut, à l’âge de 92 ans. Elle restera « Rosie la riveteuse », quand bien même elle n’a jamais posé un seul rivet : après avoir servi de modèle à Rockwell, elle a obtenu un diplôme en hygiène dentaire, en a fait son métier et est partie vivre dans le Massachusetts avec son mari et ses enfants. Les deux photographies réalisées en 1942 lui ont rapporté 10 dollars (9 euros). Quant à l’œuvre qu’elle a inspirée, elle a été vendue par Sotheby’s en 2002 pour 5 millions de dollars (4,6 millions d’euros). Depuis 2009, elle est conservée au Crystal Bridges Museum of American Art, dans l’Arkansas.

4)Dr Frances Carter

5)Geraldine Hoff Doyle, the Face of Rosie the Riveter, Passes at 86

Geraldine Hoff Doyle, AKA Rosie, the Riveter

Geraldine Hoff Doyle, the inspiration behind the now-iconic Rose the Riveter WWII poster, has died at age 86 in Michigan.Geraldine Hoff Doyle, AKA Rosie, the Riveter

The poster of a young woman in a factory uniform and red polka dot head kerchief, her arm flexed to show off her muscle with a speech balloon stating boldly, “We can do it!” was designed to encourage young woman to volunteer for the war effort while men were serving overseas.

Eventually 6 million women would heed the call and enter the workforce during the war years.

The image of Rosie the Riveter, itself inspired by a Norman Rockwell painting of the same name, became an instant classic and was later adopted by the women’s rights movements of the 1960s and 1970s.

There was also a 1942 song called “Rosie the Riveter” that paid homage to the women who worked during the war. Many women claimed to be the inspiration for Rosie and indeed there were film shorts and photographs that documented the phenomenon of women working on ballistics, airplanes and bombs.

Read the full article in the December 30, 2010 edition of the New York Daily News.

  1. 6) Rosie Bonavita Hickey

Rosie Bonavita Hickey, right, set her second speed record in 1944 with riveting partner Susan Esposito, left, at the Eastern Aircraft Division plant in Tarrytown, N.Y.
Rosie Bonavita Hickey, right, set her second speed record in 1944 with riveting partner Susan Esposito, left, at the Eastern Aircraft Division plant in Tarrytown, N.Y. Special to the Packet, Gazette DAVID LAUDERDALE

How the real ‘Rosie the Riveter’ helped hold America, her family together

January 08, 2011 05:19 PM

Updated January 08, 2011 05:32 PM

#balancetonporc#moiaussi. Des héroïnes pour le magazine Time

Le magazine Time vient de nommer « personnalité de l’année » 6 femmes, les « briseuses de silence » qui ont eu le courage de dénoncer les agressions sexuelles dont elles avaient été victimes. Si 5 d’entre elles posent sur la couverture à visage découvert, on ne voit de la 6ème que le coude car elle a souhaité préserver son anonymat par crainte de représailles. Cette dernière est une jeune employée d’un hôpital du Texas.

Chaque année depuis 1927, les rédacteurs du magazine TIME élisent la Personne de l’année en reconnaissance de celle ou du groupe qui ont le plus influencé l’information pendant l’année, pour le meilleur ou pour le pire. Il ne s’agit donc pas d’un jugement de valeur (l’année dernière Trump avait été élu) mais d’un constat quantitatif. Autrement dit, #me too, #moi aussi et #balance ton porc ont fait le buzz. Il n’en demeure pas moins que cette publication reste un hommage pour toutes les femmes qui se sont élevées nominalement ou anonymement contre le harcèlement sexuel. Qu’on se le dise !

Photo composite by Billy & Hells for TIME. Swift photographed Nov. 16 in Los Angeles; Pascual, Iwu, Judd, Fowler and Anonymous photographed Nov. 19 in San Francisco.

http://time.com/5052362/time-person-of-the-year-2017-arm-cover/?xid=homepage

5 victimes de harcèlement et agression sexuelles posent à visage découvert sur la couverture du Time : les actrices Taylor Swift et Ashley Judd, l’ex ingénieur Uber  Susan Fowler, la lobbyiste Adama Iwu et Isabel Pascual, une cueilleuse de fraises immigrée mexicaines dont le nom a été changé pour protéger son identité.

Cette jeune victime a raconté au Time qu’elle conservait le souvenir douloureux des détails de son agression et qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de se demander si elle aurait pu se protéger, que s’était-il passé, pourquoi n’avait-elle pas réagi, avait-elle fait quelque chose , avait-elle dit quelque chose, avait-elle eu un comportement qui avait pu faire penser à son agresseur qu’elle était consentante ?

La femme anonyme a souhaité être mentionnée afin d’encourager toutes les femmes victimes de harcèlement et agression sexuelles à s’exprimer même si elles doivent se protéger et protéger leur famille en gardant l’anonymat.

Dans le même temps, en France des personnalités s’acharnent contre ces ignobles délatrices, ces fanatiques féministes, ces castratrices menaçantes. Une fois de plus nos zélites prouvent que la France est bien la patrie des Droits de l’Homme (du mâle). En ces temps de djihadisme civilisationnel, le mépris des musulmans pour la femme conforte les machos qui n’attendaient que ce soutien pour sortir de l’ombre.

Pour en savoir plus

https://twitter.com/hashtag/metoo

http://www.boursorama.com/actualites/le-mouvement-metoo-personnalite-de-l-annee-2017-pour-time-933fe54fc177dc40df836f71c06d558e

 

 

 

Harcèlement sexuel. L’humoriste américain Louis C.K. reconnaît les faits

http://www.europe1.fr/international/abus-sexuels-lhumoriste-americain-louis-ck-reconnait-les-faits-3489212

Cinq femmes ont accusé Louis C.K. de les avoir sexuellement agressées et d’avoir eu des comportements déplacés à leur encontre.

Chose rare et respectable à souligner, l’homme ne s’est pas défaussé et a admis les faits mentionnés. Il a présenté ses excuses.

Amende honorable spontanée ou calculée ? Netflix rompt avec lui. Louis C.K. a publié son communiqué d’aveux alors que l’avant-première de son prochain film, I love you Daddy a été annulée vendredi. Netflix a également annulé un événement avec C.K., et la chaîne FX Networks, filiale de la 21st Century Fox a également coupé les liens avec le comique.

J’estime que si ses victimes ont accepté ses excuses parce qu’elles le croient sincère, le show business ne devrait pas le sanctionner.

D’après les commentaires des lectrices et lecteurs du NYT, le comportement de Louis CK n’aurait rien à voir avec celui de Weinstein ou Kevin Stacy parce qu’il aurait demandé leur consentement aux femmes qu’il aurait harcelées. D’ailleurs une lectrice qui se dit féministe alerte sur le manque de nuances pour ces cas différents selon elle. Elle déplore la soif de vengeance, d’humiliation et de stigmatisation des gens qui domine dans notre société alors qu’elle ferait mieux de comprendre les questions sous-jacentes au harcèlement sexuel, mettre de l’ordre dans la société et la soigner ainsi que modifier le comportement masculin en général.

Je suis plutôt d’accord avec ce commentaire et je répète que, sans la coopération des hommes, il est impossible de transformer les relations femmes/hommes vers plus d’égalité et de respect. Dans le cas de Louis CK, une meilleure lecture des faits laisse apparaître une volonté de changement, attestée par des témoins, qui mérite le respect.

LC

Seth

Phoenix 2 days ago

…He asked these ladies for permission, and appears to have « misread » the situation. He thought about it for years and even contacted the women on his own to apologize later. Over the past decade he has spoken our strongly in favor of women’s rights and against misogyny. Why do we want to attack someone on the same side who has shown remorse and even apologized for his prior actions, and appears to have bettered himself since? There is something very wrong in our society where there seems to be an ever-growing hunger for vengeance, humiliation, and locking people up rather than trying to figure out the underlying issues, fix and heal our society and modify men’s behavior in general.

Pour en savoir plus

 

Chasse à la femme. Ces hommes qui brisent nos ailes dont Tariq Ramadan

La réaction des hommes qui voudraient museler ces milliers de femmes qui prennent la parole avec #balance ton porc, me mettent en rage. Comment peuvent-ils descendre en flamme cette juste et courageuse campagne quand, dans le même temps on assassine Alexia Daval, les cousines Mauranne et Laura , 

que chaque jour des femmes sont violées, harcelées, manipulées, dévalorisées, menacées et confrontées à du chantage au boulot ou au ragot si elles ne couchent pas ?

Alexia vient s’ajouter à une liste déjà trop longue : Nelly, Martine, Natacha, Marie-Christine, Patricia, Marie-Jeanne, Jouda, Gwendoline… Chacune avait sa personnalité, ses particularités. Mariées, en couple ou célibataires, elles avaient en commun le goût de l’effort qui emplit les poumons, exalte le plaisir de parcourir l’espace d’une foulée régulière et de sentir le battement de leur sang, témoignage de leur joie d’exister. Elles avaient entre 17 et 49 ans. Certaines s’élançaient à l’aube, d’autres au coucher du soleil. Les plus prudentes avaient leur téléphone ; Martine, l’une d’elles, était même accompagnée de sa chienne. Elles sont toutes tombées entre les griffes de tueurs, proies de pervers sexuels qui leur ont ôté la vie pour assouvir leurs sombres pulsions. http://www.parismatch.com/Actu/Faits-divers/Meurtre-d-Alexia-Duval-la-traque-du-predateur-1389389

Qu’est-ce qui permet à ces hommes et ces femmes de mettre en doute la parole de milliers de femmes et de s’enfoncer dans le déni de la chasse à la femme constante en les accusant de « délation » sans s’interroger sur les réalités du harcèlement sexuel qui affecte la liberté de toutes les femmes sans exception ? Ces mêmes personnes conspuent le déni de l’islamisation de la France car la cohérence ne les étouffe pas.

Henda Ayari et «Yasmina», qui ont tous deux porté des accusations criminelles contre Ramadan, sont exceptionnellement héroïques. Elles … risquent de perdre leur vie et la vie de leurs enfants et de leurs parents. Je les soutiens. Phyllis Chessler

Pourtant, il y a un lien évident entre l’islamisation et le harcèlement sexuel, le cas de Tariq Ramadan en étant l’exemple le plus extrême. Ce rapport est fermement mis en évidence par Phyllis Chesler, féministe historique américaine qui a publié de nombreux ouvrages sur la maltraitance cruelle des femmes en Islamie.

Phyllis Chesler sait de quoi elle parle car elle avait épousé en 1961 un condisciple Afghan occidentalisé en apparence, un musulman qu’elle suivit dans son pays pour se retrouver rdans un harem sous la surveillance de son beau-père. Elle raconte son calvaire dans An American Bride in Kabul: A Memoir (2013). Elle a également écrit plusieurs articles contre les crimes d’honneur 

Dans l’un de ses derniers articles, Chesler déclare fermement soutenir les femmes qui dénoncent les agressions sexuelles de Tariq Ramadan et mentionne le cas d’une américaine musulmane qui reste discrète pour « ne pas faire le jeu des islamophobes ». http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/21226

It is one thing for Western actresses and would-be actresses (and actors) to name their sexual harassers and rapists in entertainment, (Harvey Weinstein, Bill Cosby, Kevin Spacy, Roger Ailes, Bill O’Reilly); politics (Bill Clinton, Anthony Weiner);  and the arts (Leon Wieseltier, Hamilton Fish); it is quite another thing to name a powerful “holy” man when you, yourself, are a mere woman in a Muslim community.

Elle souligne que c’est une chose de dénoncer les harcèleurs et violeurs  dans le show business, la politique et les arts mais c’en est une autre de dénoncer un puissant « saint » homme quand on n’est qu’une simple femme dans la communauté musulmane.

Un certain nombre de leaders religieux chrétiens et juifs ont été accusés et reconnus coupables d’avoir abusé de leur pouvoir de manière monstrueuse. Bien que le viol soit pandémique dans les pays et les communautés à majorité musulmane, peu de religieux musulmans ont été accusés ou condamnés de la même manière. Leurs victimes craignent d’être tuées par leur propre famille si elles admettent avoir été séduites ou même violées par un homme à qui elles ne sont pas mariées. Ils sont terrifiés à l’idée que leurs communautés les ostracisent, pas leurs violeurs.

Leurs craintes sont bien fondées.

C’est peut-être la première fois dans l’histoire qu’un clerc musulman ou un chef religieux sera jugé dans un tribunal occidental.

Tariq Ramadan et sa société d’adoration occidentale sont juste le genre d’homme qui a rendu beaucoup plus facile pour les djihadistes de s’infiltrer et de nous attaquer. C’est peut-être la première fois qu’un éminent religieux musulman est accusé de viol (et d’abus de pouvoir) dans un tribunal occidental.  

Phyllis Chesler, Ph.D., est l’auteure de dix-sept livres, dont Woman’s Inhumanity to Woman, Le nouvel antisémitisme, et de son nouvel apartheid islamique: exposer une guerre voilée contre les femmes. Son livre, A Political Incorrect Feminist, sortira en 2018.

 

%d blogueurs aiment cette page :