Flux RSS

Archives de Tag: abstention électorale

Paris XIXème. le maire a été élu avec 30 542 voix sur 95 298 inscrits soit moins d’un tiers des électeurs

Publié le

Nous vivons sous une monarchie républicaine dans un simulacre de démocratie.

Comment s’étonner alors que les Français soient de plus en plus nombreux à s’abstenir de voter ? Face aux mensonges des politiques, leur surdité aux revendications du peuple, leur immoralité, leur collusion, leur mépris du bien commun, les bras leur en tombent.

le système électoral a été revu et corrigé de telle façon qu’une élection ne veut plus rien dire et que les élus ne représentent que leurs copains.

Voici l’exemple de la réélection du maire du XIXème dont la légitimité légale n’a rien d’un choix démocratique de la population qu’il est sensé administrer.

L.C.

source http://www.francetvinfo.fr/elections/resultats/paris_75/paris-19e-arrondissement_75019

 Résultats 2ème tour

Source : Ministère de l’intérieurDernière mise à jour : 02/04 à 14:11

PARTICIPATION : 51,85 %

François Dagnaud LUG

Anne HIDALGO Paris qui ose, Rassemblement de la Gauche et des Ecologistes

Elu64,45 %30 542 votes

Jean-jacques Giannesini LUD

Union UMP-UDI-MODEM avec Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET

 35,54 %16 845 votes
Votes blancs et nuls
4,10 %2026 votes
POPULATION 186 507 habitants(Données Insee 2009)
INSCRITS 51,10 % 95 298 ABSTENTION 48,15 % 45 885
VOTANTS 51,85 % 49 413 EXPRIMÉS 49,73 % 47 387

 abstentions

48,15 % 45 885

le maire a été élu avec 30 542 votes sur 95 298 inscrits soit moins d’un tiers des électeurs

Résultats 1er tour

 

Source : Ministère de l’intérieurDernière mise à jour : 25/03 à 12:03

PARTICIPATION : 50,03 %

François Dagnaud LUG

Anne HIDALGO Paris qui ose

Ballottage42,18 %19 533 votes

Jean-jacques Giannesini LUD

Union UMP-UDI-MODEM avec Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET

Ballottage25,76 %11 932 votes

Bernard Jomier LVEC

Vivre mieux à Paris Liste soutenue par Europe Ecologie- les Verts avec Christophe NAJDOVSKI

Ballottage12,86 %5 956 votes

Michel Bulte LFN

Paris capitale de la France, avec Wallerand de Saint Just, soutenue par le Front national et le Rassemblement Bleu Marine

 7,94 %3 678 votes

Ingrid Hayes LPG

Front de Gauche – A Paris, Place au Peuple !

 7,11 %3 295 votes

Wafa Guiga LEXG

PARIS ANTICAPITALISTE

 1,72 %797 votes

Soulé Diawara LDVD

Paris libéré 19ème

 1,36 %630 votes

Marina Podgorny LEXG

Lutte Ouvrière Faire entendre le camp des travailleurs

 1,04 %486 votes
Votes blancs et nuls
2,83 %1347 votes
POPULATION 186 507 habitants(Données Insee 2009)
INSCRITS 51,07 % 95 244 ABSTENTION 49,97 % 47 590
VOTANTS 50,03 % 47 654 EXPRIMÉS 48,62 % 46 307

 Les communes limitrophes

Brignoles. Se démettre, abstention. Se soumettre, FN.

La grande victoire des élections cantonales partielles de Brignoles, c’est l’abstention. Plus de la moitié des électeurs inscrits ne se sont pas prononcés au deuxième tour. En réalité, le candidat FN a obtenu les voix d’un électeur inscrit sur 4 ou 25% des inscrits ou, en chiffres, 5 031 voix sur 20 728 citoyens inscrits sur les listes électorales.

L’abstention est la championne de notre système électoral. Rares sont les élections qui mobilisent plus de 50% des citoyens inscrits. Le résultat étant que les élus sont légitimes du point de vue du système électoral mais illégitimes du point de vue de l’expression populaire. Cette situation explique vraisemblablement pourquoi les Français semblent si volatiles. Ils désavouent rapidement ceux et celles  qui ont obtenu la majorité des suffrages dont, possiblement, les leurs.

Comme l’écrit Dominique Jamet sur Boulevard Voltaire, le système électoral est biaisé Si les socialistes se sont, depuis des années, parfaitement accommodés du scrutin majoritaire instauré par la droite dès 1959, c’est que celui-ci, favorable aux grands partis, mettait l’électeur dans l’obligation de choisir au second tour entre l’un des deux grands blocs qui, en vertu d’une loi non écrite, jouissaient alternativement de l’exclusivité du gouvernement.

Quand je discute avec les gens de la rue, je n’entends que lassitude, scepticisme et découragement. On ne fait plus confiance aux politiques et soit on se met en colère en soutenant le FN parce qu’il « ferait le ménage » ou en baissant les bras, soit s’abstenir.

Il existe sans doute en France des endroits qui respirent la joie de vivre au quotidien mais à Paris qui accumule les difficultés sociales et économiques en même temps que tous les espoirs de richesse et de bien-être, le mécontentement de la population se traduit par de l’agressivité, de la méchanceté, de la hargne, des agressions verbales et physiques, du communautarisme ennemi du bien commun et, en conséquence un énorme sentiment d’insécurité. Or l’insécurité est le principal cheval de bataille du FN avec la pauvreté et la pression fiscale. Depuis l’antiquité tous les philosophes expliquent que la sécurité est le premier besoin de l’être humain, que sans elle il ne peut construire ni se reproduire. La déliquescence de la société française s’explique par la grande insécurité physique, matérielle et psychologique de notre peuple.

Au lieu de nous rassurer, le gouvernement actuel s’inquiète du bien-être des délinquants et criminels, supprime des milliers d’emplois dans l’armée, abandonne des milliers d’emplois dans la production, en particulier l’agro-alimentaire qui est pourtant un atout français et accentue la pression fiscale directe et indirecte.

Au lieu de nous rassurer, le gouvernement s’investit dans la remise en question de la base familiale avec le mariage homosexuel et, en perspective la GPA et la PMA.

Au lieu de nous rassurer, le gouvernement encourage le laxisme de la Justice, la complaisance vis à vis de l’immigration illégale, en majorité musulmane et insoluble dans nos valeurs.

Et j’en passe sur toutes les dispositions qui bouleversent notre fragile équilibre-en particulier les rythmes scolaires- au nom d’une idéologie qui a fait ses preuves dans les pays totalitaires.

Pendant la campagne « électorale » globale (cantonales, municipales, européennes, présidentielle, on fait tout à la fois) au lieu de proposer des solutions correctes et rassurantes aux électeurs, les membres du PS et leurs alliés se sont déchaînés hystériquement contre le Front National. En psychologie comportementale, on apprend que le baba de la communication est de positiver. On insiste sur le positif. En l’occurrence, les Français n’ont pas eu l’impression que la classe politique au pouvoir se souciait du bien commun de la France et des Français.

Voilà pourquoi les électeurs français se détournent des urnes ou choisissent le parti du Front national qui est le seul en opposition claire et ferme à l’UMPS.

Premier tour de la cantonale partielle de Brignoles (Var)

Abstention 13 815 voix
2718 voix
Laurent Lopez (FN)
1397 voix
Catherine Delzers (UMP)
981 voix
Laurent Carratal (PCF)
612 voix
Jean-Paul Dispard
598 voix
Magda Igyarto-Arnoult (EE-LV)
422 voix
Christian Proust (Divers droite)
5031
Laurent Lopez (FN)
4301
Catherine Delzers (UMP)
0
Magda Igyarto-Arnoult (EE-LV)
0
Laurent Carratal (PCF)
0
Christian Proust (Divers droite)
0
Jean-Paul Dispard

Elections présidentielles, je voterai blanc

Publié le

Oui, je sais, on nous répète que ce n’est pas bien de voter blanc, que ce n’est pas comptabilisé, que ça profite aux méchants, autrement dit à tous ceux qui sont socialistes ou apparentés. Je ne marche pas dans la combine car pour moi, le vote blanc a une signification forte.

En votant blanc, je dis que la politique m’intéresse, que je me soucie de l’avenir de mon pays mais que je n’adhère à aucune des politiques qui me sont proposées.

Depuis le début de la campagne, je refuse de regarder les campagnes présidentielles des uns et des autres, d’écouter leur, d’applaudir à leurs shows que je trouve vides de contenu mais gonflés de mensonges, de vulgarités, de mauvaise foi et de clowneries méprisantes. Je refuse d’être spectatrice captive de leurs simagrées. C’est pour moi une forme de résistance à la bêtise et la malhonneteté et j’en suis très fière.

Alors, me direz-vous, si je n’assiste pas aux ébats obcènes des uns et des autres, comment puis je juger de la teneur de leurs discours ?

Je suis au courant parce que j’écoute les informations et que tous les journalistes se font un plaisir de nous raconter ce qu’ils ont entendu ou imaginé; ensuite j’ai lu quelques programmes, histoire de voir si j’y trouvais matière à m’emballer. J’estime que j’en sais assez pour décider de voter blanc.

définitions du vote blanc

Le vote blanc consiste pour un électeur à déposer dans l’urne un bulletin dépourvu de tout nom de candidat (ou de toute indication dans le cas d’un référendum). Ce type de vote indique une volonté de se démarquer du choix proposé par l’élection.

Le vote nul correspond à des bulletins déchirés ou annotés. Il est parfois difficile d’interpréter le sens d’un vote nul. L’électeur peut ne pas avoir souhaité que son vote ne soit pas décompté (il a cru qu’une mention manuscrite ajoutée n’aurait aucune incidence). Mais, il arrive également que l’électeur ait volontairement déposé un bulletin nul pour manifester son opposition aux différents candidats et programmes présentés.

Lors du dépouillement les votes blancs et nuls sont comptabilisés et sont annexés au procès verbal dressé par les responsables du bureau de vote. Mais ils n’apparaissent pas dans le résultat officiel où ne sont mentionnés que le nombre des électeurs innscrits, le nombre de votants, les suffrages exprimés ( ensemble des bulletins moins les votes blancs et nuls).http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/citoyen/participation/voter/droit-vote/abstention-vote-blanc-vote-nul-quelles-differences.html

Exiger la prise en compte du vote blanc

Le site voteblanc propose de découper le bulletin revendicatif que j’ai posté au début de cet article http://vote-blanc.org/

Je vous recommande la visite de ce site bien documenté, y compris avec les perles des opposants au vote blanc. Exemple : «Reconnaître le vote blanc reviendrait à rendre visible et légitime l’expression de la défiance vis-à-vis de l’offre politique et à valider ainsi un vote potentiellement révolutionnaire.» Xavier Magnon, professeur de droit public, université de Toulouse.

Un lecteur du Monde écrit : Le vote blanc n’est pas pris en compte. S’il l’était, je voterais blanc afin demanifester mon désaccord avec le système politique français. Le seul moyen defaire entendre son désaccord en France est de s’abstenir. (…) Si toutes les personnes qui s’abstenaient volontairement votaient blanc, alors on se rendrait compte de l’illégitimité de la plupart des candidats, pour ne pas dire de la totalité. Ne pas prendre en compte les votes blancs est le comble de l’anti-démocratie.http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/10/abstention-vote-blanc-des-electeurs-expliquent-leur-choix_1682700_1471069.html

Vote blanc ou abstention ?

Je choisis le vote blanc pour marquer mon respect de mon statut de citoyenne active. J’ai une opinion qu’aucun des candidats en lice ne représente mais une opinion quand même.

Je pense qu’il est important de voter pour participer au fonctionnement de notre société qui est démocratique, quoiqu’on en dise. Je vote donc en pensant à ma grand-mère qui n’avait pas le droit de voter parce que femme et à toutes les femmes du monde qui n’ont pas le droit de voter ni de se faire élire et qui sont si peu représentées, y compris en France, dans les instances de décision.

Je vote en pensant à toutes celles et ceux qui ne peuvent voter librement, qui ne peuvent librement exprimer leur opinion à cause de toutes sortes de combines manipulatrices mises en place par les candidats et qui les font élire avec près de 100% de votes en leur faveur.

Je reconnais que s’abstenir est plus confortable, évite de se déplacer et de s’impliquer dans cette mascarade électorale. C’est tentant. J’estime toutefois que l’exercice de sa citoyenneté mérite un petit effort….

Le vote blanc est un vote actif

Signe particulier, par rapport à l’abstention, a étudié Adelaïde Zulfikarpasic (1), « le vote blanc n’a rien d’une abstention civique, sauf peut-être dans les petits villages, de peur d’être montré du doigt pour ne pas être allé voter. Le vote blanc représente, au contraire, une vraie expression politique. Ceux qui votent blanc expriment clairement qu’ils ne trouvent pas leur compte ».http://www.lavoixdunord.fr/Election-presidentielle-2012/2012/04/12/article_abstention-et-vote-blanc-desinteret-ou-c.shtml

ELECTIONS MUNICIPALES : Vague rose ou vague à l’âme ?

Publié le

Bipolarisation et balancier sont les principaux concepts utilisés par les journalistes et les politologues pour expliquer la conquête par le PS de plus de 30 villes au dessus de 20 000 habitants.

L’analyse est courte, politiquement correcte, consensuelle et terriblement pauvre.

A mon avis, le phénomène le plus important révélé par ces élections est la formidable abstention des citoyens. Près de un Français sur deux a laissé pisser le mérinos.

Les Français ne croient plus au pouvoir des urnes. Ils ne croient plus au système pseudo-démocratique qui est le nôtre. Ils se sentent impuissants devant la neutralisation des médias au service d’une seule personne, devant le totalitarisme de celui qui nous préside, devant l’absolutisme des réseaux d’influence, devant la démission des contre pouvoirs (en particulier les syndicats – l’affaire de l’UIMM ne touche pas que les syndicats patronaux, c’est une bombe -), devant la corruption et l’indécence des grands patrons et face au mépris de tous ceux qui, dans notre société, détiennent un tant soit peu de pouvoir …

Dire que la gauche l’a emporté, que le PS a gagné est d’un ridicule insondable quand on sait la déliquescence dans laquelle se trouve l’opposition de gauche avec ses divisions, ses rivalités, ses querelles de personnes, son opportunisme, son absence de prises de position claire et ferme face aux actions délétères du pouvoir en place.

Les Français qui ont voté pour les candidats PS l’ont fait avant tout pour désavouer la politique de la droite et l’arrogance ,nuisible à leurs intérêts, des candidats de l’UMP.Ils ont également manifesté leur déception face au comportement surréaliste du Modem.

Les Français comme souvent, et sans doute cette fois plus que d’autres, ont davantage voté contre que pour et se sont abstenus devant un non choix.

Les médias nous avaient annoncé fermement que les élections municipales n’avaient rien à voir avec la politique nationale, que tout se jouait au niveau local.

Si c’était vrai, les Français se seraient mobilisés pour choisir leur maire comme défenseur et porte parole de leurs intérêts locaux. Mais les Français ne sont pas les veaux pour lesquels les puissants les prennent. Preuve en est Strasbourg, par exemple, ou l’UMP Fabienne Keller a été battue par un socialiste alors qu’elle est considérée comme une bonne gestionnaire de sa ville.
Explication des médias : elle a perdu à cause de son autoritarisme… Les Srasbourgeois seraient tellement inconsistants qu’ils auraient éjecté une bonne gestionnaire uniquement à cause de son style ?????

Je pense que ces élections démontrent surtout, outre un désaveu formel de la gouvernance actuelle, un grand désarroi, une grande perte de confiance dans les instances « représentatives » par lesquelles ils ne se sentent pas du tout représentés et encore moins défendus.

Je suis certaine que ça va péter. Où, quand, comment ? Difficile à dire même si j’ai quelques idées.
L’avenir nous réserve des surprises ;-))

%d blogueurs aiment cette page :