Flux RSS

Archives de Tag: Alaouites Sunnites Chiites Kurdes Chrétiens Syrie

17 avril fête de l’indépendance syrienne

Publié le

Le 17 avril 1946, le dernier soldat de la mandature française quittait la Syrie après 25 ans de présence depuis la chute de l’Empire ottoman en 1920, un mandat attribué par la Société des Nations qui venait de naître. C’est en 1941 que les Forces françaises libres avaient accordé son indépendance à la Syrie après de laborieuses négociations (1). La date du 17 avril a été retenue comme journée nationale de l’Indépendance de la Syrie.

Le mandat français dura un quart de siècle au cours duquel la France dû faire face en 1924 à la création de la Confrérie des Frères musulmans par Hassan-al-Banna grand père de Tarik Ramadan, à la fermentation du futur parti Bass avec grèves et émeutes et à la coalition de la Syrie avec le gouvernement de Vichy, les Allemands et les Turcs. On le comprend, le contentieux entre la Syrie et la France est de taille.

Que nous réserve cette année le 71ème anniversaire de la proclamation d’indépendance de la Syrie ? L’année dernière, le 17 avril  a été marqué par le bombardement d’Alep par Al Assad et la prise de nouvelles positions stratégiques par l’Etat islamique et Al Nosra.  L’Etat français va-t-il faire officiellement amende honorable et battre sa coulpe en notre nom ? Nos candidats à l’élection présidentielle vont-ils se fendre d’actes de repentance ? L’Etat Islamique va-t-il faire péter ses munitions de fabrication française, que mijote-t-il de concert avec  Al Nosra pour la Syrie mais aussi en France ? Assad nous réserve-t-il une éclatante surprise avec l’appui de Poutine , de la Chine (3), de l’Inde et/ou des Iraniens avec le Hezbollah chiite qui se partagent déjà le gâteau de la reconstruction de la Syrie et de sa position stratégique (6) ? La Turquie lancera-t-elle une grande offensive contre les Kurdes des deux côtés de sa frontière (2)? L’Etat français va-t-il faire une importante livraison d’armes aux rebelles et à Daech par l’intermédiaire du Qatar,de l’Arabie saoudite et de la Turquie ?  L’Union européenne lèvera-t-elle l’embargo sur la nourriture et l’aide médicale médicale malgré l’opposition de la France  (4) ? Nombreux sont les Syriens qui nourrissent une forte rancune contre la France en sus de l’Etat islamique et autres djihadistes, sans oublier non plus que le 17 avril tombe le lundi de Pâques, une journée de nombre d’opportunités pour les terroristes.

Mardi  dernier, un colloque (4) organisé par les députés qui suivent le drame syrien depuis 6 ans, s’est tenu au centre culturel russe , Jean-Marc Ayrault (5), ministre des Affaires étrangères, ayant banni l’accueil du ministre des affaires étrangères de Bachar Al Assad à l’Assemblé nationale. Il avait affirmé peu de temps auparavant qu’il fallait maintenir le dialogue avec la Syrie. Sans doute pensait-il plus aux insurgés et aux djihadistes qu’au gouvernement en place. Rappelons qu’Ayrault et ses comparses s’appuient sur le présumé usage par Assad d’armes chimiques (5) alors qu’aucune commission internationale ne l’a prouvé. Sur place les humanitaires attestent de morts et de blessés mais pas de l’identité des responsables. Etat islamique, Al Nosra, militaires dissidents, autres rebelles, Turquie ou autres puissances étrangères ?

Les députés organisateurs de ce colloque, des journalistes et les représentants d’associations caritatives présents  ne partagent pas du tout l’opinion de notre gouvernement, même quand, comme Gérard Pabst, ils sont dans le même parti. Ils compatissent avant tout au sort du peuple syrien et redoutent que la chute d’Assad ne conduise au même chaos que celui qui a muté en cloaque l’Irak et la Libye après la neutralisation de Saddam Hussein et Kadhafi.

Syria Cartoon

Le Chaos syrien, dec. 2015 : Coalition contre l’Etat islamique en Syrie. Tous le monde tire sur tout le monde à l’exception de l’armée syrienne qui se tire une balle dans la tête.

Le géopoliticologue Alexandre del Valle a dit, comme de nombreuses personnalités avant lui à travers les âges, que la crise syrienne était des plus complexes. On se rappellera ce vieux dicton syrien : Lors de la création du monde, l’Intelligence dit : « Je vais en Syrie ». L’esprit de Discorde ajouta : « J’y vais avec toi ». et ce constat de Joseph Kessel  en 1927, après les soulèvements nationalistes de 1925-26  Il apparaît que tous les systèmes y sont vains, car nul pays n’est plus complexe, plus difficile, plus révolté par nature que la Syrie.

Les relations franco-syriennes reposent sur un malentendu évoqué en 1939, par  Pierre Viénot, député, ancien ministre, L’origine du mandat français en Syrie a été la révolte des populations arabes contre la Turquie pendant la guerre. L’origine du mandat français au Liban remonte beaucoup plus loin. C’est la protection par la France des minorités chrétiennes du Levant, qui s’était exercée avec plus d’efficacité que partout ailleurs vis-à-vis des Maronites de la montagne libanaise. Au Liban, le mandat français était sollicité. Notre langue y est une langue populaire. De plus, en ce qui concerne notre action en Méditerranée, le Liban est pour nous une base importante et solide. Plus loin, Viénot explique que pour assurer la sécurité du Liban, il fallait contrôler la Syrie et que la France ne se souciait pas plus de cette dernière que d’une possession parmi d’autres.

Pourquoi la France soutient-elle et finance-t-elle les terroristes ?

Si la France a pu avoir de bonnes relations avec les communautés chrétiennes de Syrie, du fait de leur francophonie,  celles-ci l’ont complètement désavouée lorsqu’elle s’est engagée contre Bachar-Al-Assad alors que ce président alaouite les protégeait. Aujourd’hui, certains chrétiens demandent protection au Hezbollah chiite et surtout pas à la France. Les Syriens dans leur ensemble n’ont jamais pardonné à la France d’avoir bombardé Damas en 1925, 1926 et le 29 mai 1945 (ordre du général de Gaulle) pour mâter le parti Baas qui réclamait l’indépendance, les Frères musulmans et les représentants du régime de Vichy protégés par les Turcs et les Syriens alliés des nazis.

Le témoignage de cette religieuse francophone illustre la complexité de la société syrienne que le dictateur Al Assad parvenait à contenir. Le Hezbollah a réaffirmé son soutien à Bachar-al-Assad après les récentes frappes américaines.(8)

Il est dommageable pour tous que l’histoire de la Syrie depuis 527 et les relations compliquées que nous avons entretenues avec ce pays n’aient rien enseigné aux responsables occidentaux, ce qui fait le lit des pays asiatiques et de la Russie qui sont en train de tirer les marrons économiques du feu. Si nos dirigeants avaient compris que le plus grand danger qui guette notre civilisation est le djihad, ils auraient fait alliance avec Bachar-al-Assad contre l’Etat islamique et ses mercenaires mais, à en croire la plupart des candidats à l’élection présidentielle, nos meilleurs amis seraient les musulmans, ce qui vaut bien quelques accommodements raisonnables avec leurs menaces et leurs exigences exponentielles. Et tant pis pour le peuple syrien qui ne demande qu’à vivre tranquille.

La France de Hollande a prétexté le sauvetage des réfugiés syriens  chrétiens qui ont la sympathie du pays (7) pour ouvrir ses portes aux migrants musulmans d’Asie et d’Afrique qui constituent la majeure partie des arrivants. La plupart des Syriens sont restés pour défendre leur pays ou fuir pas trop loin, au Liban, en Turquie ou en Jordanie en espérant y revenir bientôt. Si l’Etat français avait réellement voulu aider le peuple syrien, il aurait soutenu Bachar-al-Assad et apporté une aide humanitaire aux réfugiés aux frontières de leur pays et ne serait pas allé sur place les encourager à émigrer au-delà de la Méditerranée.

Le 17 avril, nous verrons ce qui se passera en Syrie et en France sur le terrain de la guerre et si nos 11 candidats à l’élection présidentielle auront une pensée positive pour le peuple syrien malgré leur indigestion d’œufs de Pâques et de l’agneau de libération pour les juifs et de résurrection du Christ pour les chrétiens.

Alice Braitberg 

http://ripostelaique.com/17-avril-1946-le-dernier-soldat-francais-quittait-la-syrie.html

Pour en savoir plus 

(1) Histoire de la Syrie de 527 à 2013 https://laconnectrice.wordpress.com/2013/09/03/france-syrie-et-liban-chronologie-dun-desastre-527-3-septembre-2013/

(2) Erdogan qui a soutenu Daech s’est allié à la France, aux US  et à la Grande-Bretagne contre Bachar Al Assad avant de rejoindre l’Arabie saoudite et le Qatar

La Turquie a donc insisté pour qu’Assad fasse des réformes. Face au refus de Damas, Ankara a pris le parti des opposants, en accord à l’époque avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Quand le parlement britannique, puis les États-Unis ont refusé l’intervention en Syrie en 2013, la Turquie et la France se sont retrouvées seules sur la ligne dure anti-Assad. Puis la France a lâché aussi, et Erdogan s’est retrouvé dans l’axe sunnite, aux côtés de l’Arabie saoudite et du Qatar, enfermé dans un positionnement confessionnel. http://www.lefigaro.fr/international/2015/07/29/01003-20150729ARTFIG00305-entre-assad-daech-et-les-kurdes-l-impossible-equation-d-erdogan.php

(3) L’armée chinoise en Syrie. 16 milliards d’investissement dans l’exploitation du pétrole et accords de reconstruction des infrastructures de communication.  http://www.strategic-culture.org/news/2016/09/22/china-joins-russia-in-syria-shaping-new-anti-terrorist-alliance.html

(4) Vidéo des intervenants au colloque Syrie du 11/04/2017. Précis et court.  http://www.bvoltaire.fr/colloque-syrie-rendre-a-conflit-terrible-toute-complexite/

(5) http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/un-vice-ministre-syrien-en-colloque-a-paris-et-thierry-mariani-repondent-a-l-indignation-de-jean-marc-ayrault_2142164.html

(6) Importance stratégique de la Syrie pour les oléoducs et gazoducs https://laconnectrice.wordpress.com/2016/03/12/syrie-nos-dirigeants-nont-rien-appris-de-son-histoire/

(7) Les Français favorables à l’accueil des chrétiens de Syrie en 2014

la vice- présidente de l’ Association d’aide aux minorités d’Orient ( AEMO ) préfère voir le problème d’un point de vue économique . « La France n’a accueilli que 1850 chrétiens d’Orient depuis le début des conflits. Rien à voir avec les dizaines de milliers de migrants qui transitent. La France n’a pas la possibilité de tous les intégrer », souligne Elisabeth Gobry. Selon la militante, les migrants « ne sont pas tous éduqués et viennent souvent pour des raisons économiques  » là où les chrétiens d’Orient « ont des diplômes et ont vu leurs biens spoliés par les terroristes ».  » Calais , c’est quand même autre chose que Notre-Dame de Chaldée », s’emporte-t-elle, évoquant ainsi les risques d’une montée de la délinquance. Les seuls chiffres sur ce sujet proviennent des syndicats de police et n’ont jamais été confirmés par les autorités.  http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-sort-des-migrants-emeut-il-moins-que-celui-des-chretiens-d-orient_1712284.html

(8) Les sacrifices auxquels se soumet le Hezbollah en Syrie pourraient finalement lui rapporter gros. L’espèce d’équilibre de la terreur en train de s’installer avec Israël est une assurance contre toute intervention militaire future de l’Etat hébreux et pérennise la présence du « parti de Dieu » au Liban. Il convient de mettre tout cela en relation avec la brusque décision de l’Arabie saoudite de couper son aide financière militaire à Beyrouth et des pétromonarchies fondamentalistes du Golfe d’appeler sans rire leurs ressortissants à quitter le pays, arguant de la « mainmise du Hezbollah sur l’Etat libanais ». http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/02/quand-le-hezbollah-profite-de-l-intervention-russe.html

 

La Syrie victime de son communautarisme

Nouveau au 5 août 2012

L’émissaire de l’ONU Kofi Annan rend son tablier. Les belligérants n’ont pas respecté les accords proposé et les bras lui en tombent. Les affrontements reprennent de plus belle. Un ministre de El-Assad est allé à Moscou signer un accord de fourniture de gaz et de mazout. Confirmation si besoin était de l’intérêt des Russes dans le conflit et en conséquence de leur refus de participer à l’effort de paix. Sale histoire.

Moscou et Damas se sont mis d’accord sur la livraison de gaz et mazout russes à la Syrie, a ajouté le vice-Premier ministre syrien. « La Russie s’est chargée d’aider économiquement la Syrie. De notre côté, nous ferons tout notre possible pour surmonter la crise », a-t-il souligné. La Russie, partenaire de longue date du régime syrien auquel elle livre des armes malgré les critiques occidentales, s’oppose à toute ingérence étrangère en Syrie.

La Russie a bloqué trois fois avec la Chine les résolutions occidentales à l’ONU visant à faire pression par la menace de sanctions sur le régime du président El-Assad depuis le début du conflit en Syrie il y a 16 mois.http://www.lalibre.be/actu/international/article/753399/le-depart-d-assad-ne-reglerait-pas-la-crise-en-syrie.html

Lire aussi « l’influence russe en trois chiffres » : http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2012/07/syrie-linfluence-russe-en-troi.html

—————————————————————————–

Pour une société constituée de communautarismes, la nation se construit par la force de la dictature ou l’alliance fédéraliste . Une société qui, comme la France rejette (ou rejetait jusqu’à ce jour) le communautarisme, l’état de droit est garant de la nation.

Les politiques qui favorisent le communautarisme au nom de la diversité, du métissage, du respect des cultures, du respect de la différence ne semblent pas avoir conscience du danger que le communautarisme représente pour l’unité de la Nation. Comme nous le lirons dans les extraits ci-dessous, le chaos syrien est directement lié à son histoire qui oblige à vivre ensemble par la dictature des communautés différentes qui se haïssent depuis des siècles.

L’union soviétique avait choisi la dictature qui a explosé. La Chine survit encore, on ne sait pour combien de temps.

Les Etats-Unis d’Amérique, l’Allemagne et la Suisse ont choisi le fédéralisme, le sentiment national en étant le ciment.

Ailleurs dans le monde, les sociétés qui privilégient le communautarisme sont le plus souvent des dictatures militaires qui maintiennent l’unité de la nation par la force et la terreur, ne pouvant empêcher des luttes que l’ont dit fratricides parce qu’elles opposent des ressortissants d’une même nation mais elles n’ont rien de fraternel puisque les communautés refusent de reconnaître l’autorité de la nation.

Le Soudan, le Rwanda, le Nigeria, le Cameroun, le Congo, le Mali et de nombreux pays d’Afrique connaissent en permanences des guerres communautaristes  qui nuisent à leur développement.

Le Moyen-Orient est régulièrement secoué par des luttes inter communautaires, les affrontements entre Chiites et Sunnites ayant été mis sous le feu des projecteurs au sujet de l’Irak.

A son tour, la Syrie est victime de son communautarisme et c’est sans doute pour cela que nous avons tellement de mal à comprendre ce qu’y s’y passe, embrouillés que nous sommes par les protagonistes et les médias qui se contentent de répéter ce que les porte-parole des uns et des autres leur racontent.

Nous avons trouvé un texte qui nous semble apporter un éclairage intéressant à la question syrienne . http://ripostelaique.com/que-se-passe-t-il-reellement-en-syrie-ce-quecrivait-pour-rl-hamdane-ammar-il-y-a-6-mois.html Ce texte édifiant mérite d’être lu dans son intégralité, je vous en livre quelques extraits significatifs pour vous donner envie de le lire en entier.

…La famille Assad est issue de la minorité des Alaouites, car la Syrie est composée de plusieurs éthnies ( Sunnites, Alaouites, Chrétiens, Druzes) mais la plus importante est celle des Sunnites.
Les Alaouites sont une branche du chiisme qui fut créée par Mohamed Ibn Nysyr Al Namiri Abdi au 9 siècle. Ils sont installés dans l’ouest de la Syrie, notamment au Djebel et à la ville de Lattaquié.
Ils sont considérés par les Sunnites comme les pires hérétiques de l’islam au même titre que les Druzes qu’il faut soumettre par le glaive. Ils rejettent la charia et ses obligations cultuelles à l’exemple du pèlerinage mais le coran demeure leur livre saint. Ils se sentent plus proches des Chrétiens orientaux et fêtent même l’épiphanie. Ils fréquentent rarement les mosquées.
En 1188, Saladin avait tenté de les écraser mais sans succès. A leur tour les Turcs au 19 siècle voulurent les convertir au sunnisme mais sans y parvenir. Durant la première guerre mondiale quand ils reçurent mandat sur la Syrie, les Français leur avaient aménagés un territoire pour les soustraire aux razzias sunnites.
Durant ce mandat, les élites alaouites commencèrent à émerger et le plus célèbre d’entre eux fut sans aucun doute Zaki Al-Arsyzi qui avait fait des études de philosophie à la Sorbonne. Il fonda le parti Baas le 29 novembre 1940 qu’il fusionna avec l’autre branche du Baas créée par Michel Aflak, un Chrétien et par Salah Din Al Bitar, un Sunnite.
Le parti Baas est laïc, avant-gardiste, prône l’unité arabe et la modernité.
Les Alouites s’étaient engagés massivement dans le parti Baas, ainsi que les Chrétiens. A vrai dire, ils voulaient se protéger des visées hégémoniques des Sunnites qui sont majoritaires en Syrie.

C’est une vraie guerre de religion qui est train de prendre forme dans le monde arabe qui est encore sous le choc de la succession de Mahomet qui avait opposé les Omeyades aux Béni Hicham, une guerre fratricide qui fit quarante mille morts qui dure encore depuis 14 siècles(les omeyades et les beni Hicham sont cousins germains de la tribu des Qoreiches de la Mecque).Et cette succession n’est pas encore soldée…
Il ne faut pas qu’on oublie que les Alides (compagnons d’Ali gendre et cousin de Mahomet) qui sont devenus les Chiites, ne sont pas prêts d’oublier l’assassinat de l’imam Hysayn, le fils d’Ali et de Fatima la fille bien aimée du prophète par Yazid le fils de Mouaouia à Kerbala en 680. Il fut surnommé par les Chiites sayyd ach-chouhada (seigneur des martyrs). Il fut le troisième imam du chiisme après son père Ali et son frère Hussein. Sa mort est célébrée le jour de l’Achoura par les Chiites.

Avec la complicité des frères musulmans, l’émir du Qatar refuse d’admettre qu’il est un sous-traitant de l’Occident notamment des Américains qui veulent détricoter l’accord de Sykes-Picot signé entre la Grande Bretagne et la France avec l’aval des Russes et des Italiens, le 16 mai 1916 pour le partage de l’espace territorial qui s’étend entre la mer Méditerranée, la mer Rouge, la mer Caspienne, la mer Noire et l’océan Indien qui avait permis le démembrement du Califat Ottoman. Et c’est ainsi que des états artificiels virent le jour , à l’exemple de la Syrie, du Liban, de l’Irak, du Koweït, de la Transjordanie, du Qatar… Par contre les Kurdes furent les grands perdants de ce partage scandaleux et furent éparpillés sur quatre pays( Irak, Turquie, Syrie et Iran.)
Cette sous-traitance se déroule sous le regard intéressé de la Turquie qui cherche à prendre pied dans ses anciennes colonies au vu de l’activisme débordant de son premier ministre M Erdogan.

En Occident les médias continuent de mentir. Et ceux des monarchies arabes, il ne faut pas en parler, ils sont dans le déni de la réalité. Les Salafistes tuent et égorgent et ils sont qualifiés de révolutionnaires. c’est le comble!
Et ce même Occident, hier comme aujourd’hui, est dans l’incapacité de comprendre que l’islam est une religion de conquête et pas de paix. Pour preuve, les Sunnites et les Chiites s’entretuent depuis 14 siècles.
Et si les parrains occidentaux de la mouvance islamiste ne tiennent pas compte de la dure réalité de la région, la violence djihadiste aveugle s’inviterait de l’Afrique du Nord jusqu’à la frontière chinoise en Asie Centrale. Et l’Europe en subirait les conséquences.

%d blogueurs aiment cette page :