Flux RSS

Archives de Tag: antisionisme

Antisionisme, retour à l’antisémitisme des années 30

Avec une telle imagerie au nom de la Palestine, qui peut encore nier que des militants antisionistes diffusent une violente propagande antisémite reprenant les schémas picturaux et les motifs des caricaturistes de l’entre-deux-guerres et des communications nazies ?

Pouvoir capitaliste, espionnage sur internet, main-mise sur l’industrie cinématographique et les médias traditionnels, sur la justice, la cancérologie (rendre malade pour faire payer les soins ou tuer « les goys » et les musulmans), l’industrie pornographique, les guerres dans le monde, le trafic d’êtres humains à but sexuel, le mensonge démocratique (« fake opposition ») : tout ceci est imputé à une caricature de Juif singulier, essentialisé, mais dont le visage caractéristique est décliné en plusieurs couleurs pour appuyer l’argument des emprises.

En même temps que se diffusent les théories conspirationnistes qu’elle illustre, ici en France, l’épicerie casher de Créteil a été incendiée la semaine dernière après avoir été taguée de croix gammées. Une adolescente juive a été agressée au couteau il y a quatre jours. Et l’on apprend aujourd’hui que le centre communautaire de Saint-Maur a reçu une lettre anonyme contenant propos antisémites et croix gammées, le menaçant d’incendie.

Le combat contre cet antisémitisme devenu quotidien est notre combat à tous.

Pour signaler à la plateforme Pharos :
https://www.interieur.gouv.fr/…/Signaler-un-contenu-suspect…

[NB : L’antisionisme radical n’est pas spécifique à l’extrême gauche, d’ailleurs peu encline à utiliser la Swatiska, puisqu’une partie de l’extrême droite aussi a toujours vu en l’État d’Israël le visage « du Juif dominateur » et le produit d’une conspiration : la Shoah… En témoignent de nos jours Soral et Dieudonné.]

[NB2 : Critiquer raisonnablement, c’est-à-dire à coups d’arguments politiques raisonnés, la politique du gouvernement israélien, n’est pas de l’antisionisme.]

Image may contain: one or more people and text
 

Renaissance des caricatures antisémites

Publié le

On ne le sait que trop, l’antisémitisme se porte bien en France au point que, ces dernières années des milliers de Juifs l’ont quittée pour s’installer en Israël ou partout où ils sont les bienvenus. Combien de futurs prix Nobel, de grands musiciens, artistes et écrivains parmi ces exilés ?

Nous savons aussi que des milliers de cerveaux quittent la France faute de moyens et de conditions de travail dignes de leur talent. Combien de Juifs parmi eux ?

La France est trop préoccupée par l’autre misérable, asocial, inculte et bon marché pour les patrons pour remédier à ces exodes de véritables Français, authentique par leur fidélité, leur culture, leur respect pour la République et ses lois. Au nom d’une idéologie crypto marxiste elle a choisi de tirer les forces vives de la Nation en favorisant la criminalité, l’ignorance, la mixité de la bêtise, de la misogynie, de la vulgarité et de la méchanceté. Le niveau de nos zélites est tombé si bas qu’elles ont besoin de faire valoir décérébrés.

Dieudonné antisémite national s’est acoquiné avec un certain Zéon qui vient de recevoir un prix à sa mesure , il a remporté la deuxième édition du Concours international de caricature et de dessin de l’Holocauste, dont la cérémonie de clôture s’est tenue à Téhéran le 31 mai. Il a obtenu le premier prix assorti de 12 000 dollars (10 700 euros).

Pascal Fernandez de son vrai nom, est très proche de l’essayiste Alain Soral et de l’humoriste controversé Dieudonné M’Bala M’Bala, avec qui il a signé une bande dessinée, Yacht Club. Il partage avec eux le mépris pour l’instrumentalisation supposée de la Shoah, expliquant sur son blog que « c’est rendre hommage à toutes les victimes (…) de la seconde guerre mondiale que de dénoncer ceux qui utilisent leur martyre à des fins de basse politique et de justification de massacres comme en Palestine », tout en reconnaissant avoir été « peut-être parfois un peu maladroit dans [s]a manière d’aborder [s]es sujets ».

Source informations http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/06/03/un-proche-de-dieudonne-gagne-un-concours-iranien-de-caricature-sur-l-holocauste_4933622_3218.html

Quelle différence entre la propagande nazie et celle de Zéon ?

Jugez par vous-même du talent de Zéon. https://zeondessinateur.wordpress.com/

Afficher l'image d'origine

Source image

Le fantasme du juif riche a coûté la vie au jeune Ilan Halimi. Zéon le perpétue avec sa caricature d’Auschwitz caisse enregistreuse comme les nazis travaillaient le cerveau des Allemands et des Polonais pour s’approprier les biens et le corps encombrant des juifs.

Ilan Halimi séquestré. Voici ce que produisent les antisémites comme Zéon. http://www.liguedefensejuive.com/dix-ans-apres-que-sont-devenus-les-protagonistes-de-laffaire-ilan-halimi-2016-01-21.html

A en juger par les commentaires d’approbation et de soutien qui suivent les caricatures de Zéon, il y a de quoi se faire du souci tant ils sont admiratifs et enthousiastes. Zéon, Dieudonné et Soral sont des pousse-au-crime qui portent une lourde responsabilité dans la recrudescence des actes antisémites au même titre que les musulmans de France et de l’étranger.

image007Source image 

Le tiroir-caisse est coiffé de la porte d’entrée du camp d’Auschwitz, son compteur est arrêté sur 6 millions – l’estimation du nombre de juifs tués lors de l’Holocauste –, et son tiroir plein de billets porte la mention « Shoah Business ». Le clavier, lui, évoque la loi Gayssot de 1990 sur la répression des actes racistes, antisémites ou xénophobes. C’est avec cette production que le dessinateur Zéon a remporté la deuxième édition du Concours international de caricature et de dessin de l’Holocauste, dont la cérémonie de clôture s’est tenue à Téhéran le 31 mai. Il a obtenu le premier prix assorti de 12 000 dollars (10 700 euros). Le site ActuaBD s’en est fait l’écho dès le lendemain.

Caricature de Philipp Rupprecht, dit « Fips », pour Der Stürmer. Der Stürmer (« l’attaquant ») était un journal hebdomadaire, publié de 1923 jusqu’à la fin de la guerre, qui était encore plus sauvagement antisémite que le magazine précédent. Alors que Neues Volk gardait tout de même l’apparence voilée d’un magazine respectable, Der Stürmer publiait des articles choquants et presque ridicules, comportant des accusations grotesques contre les Juifs comme la pornographie, l’anticapitalisme et l’anticatholicisme, entre autres. Entre les années 1941 et 1944, le journal publiait même des articles exigeant l’extermination et l’annihilation des Juifs. Le journal était connu pour ses caricatures antisémites, représentant les Juifs comme répugnants, avec des défauts exagérés et des corps difformes. On représentait souvent les Juifs comme des criminels sexuels, des violeurs, des meurtriers, des voleurs et tout simplement des parasites. http://propagande-nazie.e-monsite.com/pages/ii-a-la-devalorisation-du-juif.html

Source image  Der Ewige Juden, 1940  (« Le Juif éternel »). Le film a été commissionné par Joseph Goebbels, le Ministre de la Propagande, et réalisé par Fritz Hippler. Ce film violemment antisémite a été considéré comme un film documentaire sous le Troisième Reich. Il consiste de matériaux filmés peu après l’occupation Nazie de la Pologne. Le but fondamental du film est de faire une opposition entre l’Aryen et le Juif. L’Aryen est montré comme un homme vivant sainement, et étant satisfait du labeur physique. Le Juif, au contraire, est montré comme trouvant toujours du plaisir dans l’argent et dans un style de vie hédonique, et vivant dans la saleté. Le film fait parvenir de nombreuses accusations antisémites : Les Juifs s’associent à l’anarchisme, à la libération sexuelle et à la pornographie, ils torturent les animaux et sont responsables de la chute de la musique, de la science, de l’art et du commerce. Aucun crime n’est oublié ; le Juif est responsable de tout. Le film s’ouvre sur une scène montrant des rats sortant d’un égout, accompagnée de sous-titres annonçant : « Si les rats représentent la vermine du royaume des animaux, les Juifs sont la vermine de la race humaine et, comme les rats, diffusent les maladies et la corruption. Seulement, les Juifs diffèrent des rats car ils sont capables de changer leur apparence et de se transformer en leurs hôtes humains. »

Et voici les conséquences des caricatures nazies

Source

Rafle du Vel d’hiv

Déportation des Juifs vers Riga, Lettonie. Bielefeld, Allemagne, 13 décembre 1941.

Déportation des Juifs vers Riga, Lettonie. Bielefeld, Allemagne, 13 décembre 1941.

— Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz

https://www.ushmm.org/wlc/fr/media_ph.php?MediaId=1644

Source image 

En 1945, 90 % des 3,3 M de Juifs polonais ont été exterminés, et 32 % des 3,1 millions de Juifs russes.

France, Chine, Israël : start-ups, Innovations & nouveaux marchés

Publié le
Israel China

Prime Minister Benjamin Netanyahu and China’s Vice Premier Liu Yandong sign an agreement in Jerusalem.. (photo credit:REUTERS)

 Israël and China sign an agreement Tuesday instituting a 10-year, multi-visit visa that will facilitate business and tourist travel between the two countries.

Prime Minister Benjamin Netanyahu will sign the agreement with Chinese Vice Premier Liu Yandong, who is heading an 80-member delegation taking part in the second annual Israel-China Committee for Cooperation in Innovation.

The previous meeting, which is the annual equivalent of the government- to-government confabs Israel holds with countries such as Germany, Italy, Greece, Cyprus and Bulgaria, was held in Beijing in January 2015.

La Chine et Israël n’ont établi des relations diplomatiques qu’en 1992 et la dernière visite d’un Premier ministre israélien en Chine remonte à 2007, du temps d’Ehud Olmert.

Les échanges commerciaux ne cessent de progresser entre les deux pays. En 2012, Israël a importé pour 5,32 milliards de dollars de produits chinois et exporté pour 2,74 milliards de dollars vers l’Empire du milieu, selon des chiffres officiels israéliens. L’objectif israélien est que le commerce bilatéral atteigne les 10 milliards de dollars d’ici trois ans.

Israël et la Chine ont établi des partenariats dans tous les domaines, notamment universitaires. Les Chinois éprouvent une grande admiration pour les chercheurs israéliens, en technologie et médecine. Ils se demande aussi pourquoi le peuple juif a produit autant de prix Nobel et de musiciens.  Les touristes chinois sont de plus en plus nombreux à visiter Israël et les produits israéliens ont beaucoup de succès, entre autres les produits cosmétiques à base de sels de la mer morte qui sont boycottés en France..

Le peuple chinois éprouve beaucoup de sympathie pour les juifs, entre autres parce ses ressortissants se sentent discriminés comme eux. C’est ce que m’a confié un Chinois français né en France où le racisme anti niakoué est très vif mais ignoré par les ténors de l’antiracisme, ceux qui se disent antisionistes et ne connaissent que l’islamophobie.. On se souvient aussi de la communauté juive de Shanghaï, des juifs fuyant le nazisme se réfugiant dans la concession internationale qui était la seule à ne pas réclamer de passeport et qui accueillait tous les réfugiés qui parvenaient à faire le voyage depuis l’Europe de l’Est. Cette histoire est pertinemment romancée dans l’ouvrage de Michèle Khan, Shanghaï la juive.

La conférence de ce soir promet d’être passionnante.

La Connectrice

FRANCE, CHINE, ISRAËL : START-UPS, INNOVATIONS & NOUVEAUX MARCHÉS

MARDI 7 JUIN 2016 à 19h30
Mairie du IIIe arrondissement
2, rue Eugène Spuller 75003 Paris

Conversation avec :
DIDIER RAPPAPORT
Fondateur et CEO de Happn, Investisseur et consultant en stratégie web et business development, Cofondateur et ex-COO de Dailymotion.

LIONEL FRIEDFELD et PHILIPPE METOUDI
Entrepreneurs internationauxbasés à Hong Kong et Tel-Aviv, auteurs d’ « Israël et la Chine : de la Route de la Soie à l’autoroute de l’innovation »

La conversation sera suivie de questions-réponses avec la salle
MARDI 7 JUIN 2016 à 19h30
Mairie du IIIe arrondissement
2, rue Eugène Spuller 75003 Paris

Cet événement est gratuit et libre d’accès.
N’hésitez pas à diffuser cette invitation et à venir accompagné!
Cet événement vous est proposé par les loges Bialik, Daniel Pearl,Hanoucah, Paris- Jérusalem du B’nai B’rith France La Maison Yitzhak Rabin et l’association Pitch my startup

siliconwadi.fr's photo.
LikeShow more reactions

Comment

35 siècles d’antisémitisme exogène et endogène

Publié le

Le juif créé-t-il l’antisémite chez les autres mais aussi dans sa propre communauté ?

Albert Soued, écrivain et animateur de plusieurs lettres d’information sur le judaïsme, les juifs et le Moyen-Orient, nous livre dans l’article ci-dessous des réflexions qui prêtent à réflexion.

La Connectrice

mar 7 à 11h50 AM

  1. (ieu) ! Où es-tu ?

Par Albert Soued, écrivain, http://symbole.chez.com pour www.nuitdorient.com

7 mars 2016

Tout a commencé, il y a environ 35 siècles, par une innovation dans la spiritualité, la croyance en un dieu unique créateur. Et cela dure depuis ce temps-là. L’homme est fait différent aussi bien dans sa physionomie que dans son cerveau et sa façon de concevoir le monde. Mais si un individu peut accepter la différence, un ensemble d’individus l’accepte plus difficilement ? Depuis 35 siècles les groupes les plus importants ou les plus puissants se battent pour imposer leur façon de concevoir le monde et/ou le divin, aux groupes les moins importants.

On peut croire à 0, 1, 2, 3, n dieux de différente nature, mais c’est la croyance en un seul dieu omniscient et abstrait qui a engendré une incompréhension et une hostilité constante. Jusqu’au retour de la barbarie.

Le parcours va de l’exil et de l’éloignement d’Abraham de la localité « Our » en Mésopotamie polythéiste et païenne, jusqu’à la renaissance actuelle de l’Etat d’Israël, créant l’antisionisme, c’est-à-dire l’opposition à ce retour et à cette renaissance. En passant par la Perse (Iran d’aujourd’hui). Dans le livre biblique d’Esther, Haman, le vice-roi de Perse, tient ce raisonnement pour convaincre son roi d’ordonner l’annihilation des Juifs :« Il existe un peuple réparti et dispersé parmi le peuple de toutes les provinces de votre royaume, et leurs lois sont différentes de celles de tous les autres peuples, et ces gens ne respectent pas les lois du roi, de sorte qu’il n’est d’aucun bénéfice pour le roi de les tolérer. S’il plaît au roi, permettez de prescrire par écrit leur destruction ».

35 siècles d’anathème

Epoque Thèmes Mode d’Expression de la Haine, de la Jalousie, et

de la Fascination/Obsession perverse

Antiquité égyptienne et perse Groupe, Peuple à part Esclavage, complot, guerre

Guerre, déportation

Interdictions religieuse, géographique & professionnelle, autodafés, Inquisition

Taxations, port de signes distinctifs, calomnies, accaparements, usurpation(1)

Pogroms

 

Génocide, shoah

 

Guerres et « intifadas »

Boycott et condamnation internationale Dérision permanente dans chants, vidéos, caricatures, réseaux sociaux, scènes de théâtre, manifs …

Négation de la shoah

Mensonge et désinformation

La victime, c’est l’autre

Antiquité gréco-romaine Exclusivisme, isolationnisme
Chrétienté Peuple déicide
Moyen Age & Luther Suppôt du démon
Siècle des Lumières & Voltaire, Hegel… Peuple inventeur de D. & monothéisme
Siècle des Sciences et de l’Industrie & Proudhon, Drumont, Marx, Heidegger… Peuple inventeur du capital et de l’argent

Usure et sacrifice rituel

Siècle des « ismes » & Sorel, Gentile, Jungler, Spengler Race de vermine à éliminer
Siècle de la renaissance d’Israël, de l’islamisme et de l’agonie de l’Islam Nation d’apartheid, état « nazi » (2)

Invention du « Palestinisme »

 

D’après un spécialiste, Robert Wistrich, « l’antisémitisme se propage en revêtant sans cesse des formes différentes, il s’adapte à l’esprit du temps – comme un virus malin qui puise des forces nouvelles à chaque fois que l’épidémie est déclarée ».

Selon certains, l’antisémitisme s’empare des groupes « vaincus », sur le plan social, politique ou militaire, groupes qui trouvent là un moyen aisé d’étancher leur vengeance ou leur frustration. Ainsi selon Shmouel Trigano « l’antisionisme est le cheval de Troie de l’islam politique et l’opium d’une société en crise ».

Selon d’autres, le Juif créerait l’antisémite (3), ou inversement, comme la thèse crée l’antithèse, ou la matière crée l’antimatière, sans laquelle l’univers n’existerait pas. Comme des dirigeants français l’ont dit, « sans les Juifs la France ne serait plus la France », on peut aussi bien dire que l’Univers, sans les Juifs, ne serait plus l’univers ou n’existerait plus.

Mais comment expliquer le Juif antisémite (4) ?

Kenneth Levin, psychiatre à Harvard, pense que l’une des raisons de cet antisémitisme, c’est le désir de certains Juifs d’être reconnus sur le plan social, dans un environnement hostile aux Juifs. Ou une tentative infantile de neutraliser une situation menaçante par un auto-blâme, attitude qu’on rencontre chez les jeunes enfants qui ont été violés. Ou la manifestation du fameux « syndrome de Stockholm« , où la victime adopte le point de vue et les arguments de l’agresseur.

Un exemple typique est celui d’un certain Shlomo Sand qui a écrit 3 livres successifs pour détruire cette antinomie qui le gênait ou qu’il n’a pas comprise :

Comment le peuple juif fut inventé

Comment la terre d’Israël fut inventée

Comment j’ai cessé d’être juif,

Devant la renaissance d’Israël et la persistance du judaïsme, il ne restait plus à Shlomo Sand que de se suicider, en 3 étapes, à sa manière d’ « intello ».

On peut citer 3 autres moyens constatés pour résoudre cette antinomie gênante pour beaucoup de Juifs et assimilés:

– noyer le Mal vécu depuis des millénaires par les Juifs dans le Mal général sur terre

– chercher le Mal dans l’Ecriture ou les us et coutumes juives pour les dénigrer

– tourner la tête devant les faits, en se disant « non concerné »

Et pour faire court, récemment on me pose cette question « Berto ! Dis-moi ! Pourquoi on nous cherche querelle ? »

Instinctivement, je lui réponds : « Parce que nous possédons un bijou très précieux »

Notes

(1) Signes distinctifs : rouelle, étoile jaune, numéro …

Calomnies : accusation d’intempérance sexuelle, mise en parallèle avec la circoncision, sacrifices rituels d’enfants pour faire la matsa (ou pain azyme), rumeurs d’enlèvements à Orléans…, « Protocoles des sages de Sion » faux document programme de domination du monde, le Juif descend du singe ou inversement, « mitage » de la Cisjordanie…

Accaparement de la Torah et des personnages bibliques, aussi bien par les Evangiles que par le Coran et détournement de leur identité…

Usurpation systématique de tous les symboles, expressions et terminologie de l’histoire juive…

(2) Ce mot est utilisé uniquement contre Israël par les islamo-nazis et leurs admirateurs, et non contre des pays ou des groupes réellement coupables de génocides et de meurtres de masse. Pour substituer Israël aux vrais nazis et réhabiliter ces derniers.

Cela rejoint les votes massifs anti-israéliens d’organismes internationaux, contrôlés par ces mêmes groupes, où on applique systématiquement le « 2 poids 2 mesures »

(3) Pour certains juifs religieux l’antisémitisme est une punition divine lorsque le peuple s’éloigne de D.

(4) Liste non exhaustive de gens qui s’expriment à voix haute: Shlomo Sand, Norman Finkelstein, Gilad Atzmon, Avraham Burg, Gideon Levy, Israel Shahak, Paul Eisen, Noam Chomsky, Adam Ermash (Ex Israel Shamir)…

 

Sami El Soudi, journaliste palestinien « les Occidentaux ont perdu leurs repères »

sacsenpapier.jpg

Ces hommes dont la tête a été recouverte d’un sac en papier vont être exécutés sans jugement en pleine rue à Gaza Ils sont soupçonnés d’avoir communiqué avec l’ennemi Source

Une Tache de Barbarie à la Surface de la Terre

 Par Sami El Soudi, journaliste palestinien http://www.menapress.org/une-tache-de-barbarie-la-surface-de-la-terre-info-010502-16.html

Mena le 5/02/16

Il y a maintenant plusieurs années de cela, le magazine français Télérama, appartenant au groupe Le Monde, se moquait de la Ména parce qu’elle me comptait dans ses rangs et que j’étais un improbable « Palestinien pro-israélien ! ».  

Le public a sans doute eu le temps de se demander, depuis, qui d’une terroriste de treize ans poignardant un Juif ou de Sari Nusseibeh, universitaire qui œuvre avec des Israéliens à la recherche d’une solution applicable du différend israélo-palestinien est le plus efficace pour faire avancer notre cause. Et qui, d’Ismaïl Hanya, dirigeant du Hamas, qui prône l’éradication de l’Etat hébreu et qui construit des chars d’assaut en bois, ou de Salam Fayyad, ex-Premier ministre de l’Autorité Palestinienne, qui a tenté de nous doter de structures et d’infrastructures étatiques en évitant la confrontation avec Israël, pose un réel problème politique pour la coalition Netanyahu.   

Je suis un Arabe et un Palestinien athée, né dans une famille sunnite. Mon père, qui se rendait à la mosquée plusieurs fois par jour, avait appris à ses enfants à respecter tout le monde, à commencer par les chrétiens et les Juifs, à ne pas avoir de préjugés basés sur l’origine des personnes, à prendre le temps de discerner nos objectifs personnels ainsi que la manière de les atteindre, et à bien réfléchir avant de nous exprimer.  

C’est l’héritage précieux qu’il nous a légué. J’ai tourné le dos depuis longtemps à la religion mais je sais qu’il existe des dizaines de millions de mahométans paisibles qui ne demandent qu’à vivre leur vie en laissant les autres poursuivre la leur. Je connais personnellement aussi des dizaines d’agnostiques arabes, et je crois qu’il en existe quelques millions parmi le milliard et demi de musulmans vivant actuellement sur Terre. Ils sont contraints de dissimuler leurs opinions car ils vivent au sein d’une culture dans laquelle il est interdit de ne pas croire.

Depuis l’éclatement de l’Intifada des couteaux, je traverse une déprime intellectuelle profonde. Non pas une dépression psychologique, mais une remise en question de ma motivation ainsi que de mes finalités. Je ne chôme pas pour autant, essayant de me trouver au plus près des milieux de poignardeurs pour comprendre ce qui les pousse à agir, des autorités de l’AP, pour observer leurs réactions, des sympathisants islamistes connus en Cisjordanie, ainsi que des familles des terroristes-assassins, afin de mesurer les intentions des foules lors des enterrements, ce qui m’aide à me figurer la voie vers laquelle se dirige la cause palestinienne. Une cause pour laquelle j’avais décidé de consacrer mon existence, allant jusqu’à suivre Yasser Arafat au Liban, puis dans son exil tunisien, avant de le quitter alors qu’il occupait la Moukata de Ramallah, horrifié par sa pédophilie étalée aux yeux de tous, et par ses agissements qui nous conduisaient droit à l’apocalypse plutôt qu’à la paix.  

Cette semaine, alors que j’assistais aux obsèques d’un homme qui avait tué une jeune israélienne, j’ai entendu les participants hurler qu’il était désormais temps d’utiliser des armes automatiques pour éliminer les Juifs.  

Je n’ai pas discerné la moindre expression de regret ou d’humanité. La moindre trace d’intelligence ou de désir construit d’édifier l’Etat de Palestine. Je n’ai vu que bave et rage, que besoin de tuer ; en fermant les yeux j’avais l’impression d’être entouré de morts-vivants en train d’avancer, tels qu’on les voit dans les films d’horreur.  

J’ai ressenti instinctivement qu’il était temps pour moi de faire un pas de retrait et de réflexion pour envisager la poursuite de mes combats politiques. Je l’écris comme je le pense : non seulement je ne parviens pas à me reconnaître au milieu de ces individus déshumanisés, mais je me surprends à n’avoir plus rien en commun avec eux. Et je me demande si je pourrais vivre dans l’Etat de Palestine en leur compagnie et aussi si j’en ai l’envie, mais j’éprouve en réponse l’inverse d’une certitude.  

La question n’est cependant pas à l’ordre du jour, puisque l’écrasante majorité de mon peuple a pris un chemin qui ne mène pas à l’émancipation mais à la destruction et au suicide. Ces gens baignent dans un environnement mental hétéroclite, fait d’une bonne dose d’islamisme, même si je doute que la plupart d’entre eux entende quoi que ce soit à la religion, de nationalisme arabe, du remord de n’être pas en train de combattre en Syrie et en Irak, de délabrement matériel autant que mental, nourri par une vie de promesses infondées et donc inévitablement pas tenues, et d’une poussée de monoculturalisme assorti de son lot de racisme, de xénophobie et d’antisémitisme.  

Le pire étant que je suis convaincu – parce que je leur parle autant que faire se peut, ce qui est délicat, car raisonner les irrite rapidement – qu’aucun de ceux que je vois s’agiter autour de la dépouille du terroriste n’est intellectuellement capable d’assimiler le contenu du paragraphe précédent. Ils sont comme une potion médicamenteuse dont on ignorerait les ingrédients mais qui s’intitulerait « Aliénation mortelle ».   

Ils ne cherchent nullement à remporter un quelconque combat, mais uniquement à tuer des ennemis et à mourir ensuite pour atteindre le ciel et les vierges qui s’y prélassent en les y attendant. Ils en sont à ce point persuadés qu’ils le crient en chœur à la moindre occasion.  

Ils ne sont responsables de rien, ils sont irresponsables, la vie terrestre n’a aucune valeur à leurs yeux, la mépriser, c’est se rapprocher d’Allah, tout est la faute de l’autre, et l’autre le plus proche est l’Israélien. Donc ils se jettent sur les Israéliens pour les tuer.  

Leur « détermination », en fait leur délire, impressionne les journalistes et les gouvernements des Etats industrialisés qui ne s’intéressent pas vraiment à la situation que je décris. Cela les pousse à s’auto-flageller et à leur montrer de la compassion au détriment des Israéliens. Au point que l’un des membres de notre rédaction a écrit cette semaine sur Facebook que « si ce sont des terroristes », comme la Ména l’écrit, « ce sont des monstres. Mais si ceux qui commettent ces crimes sont des Palestiniens », comme le rapportent les media occidentaux, « alors les Palestiniens sont des monstres ».  

Ce n’est pas tout de l’aveuglement du monde chrétien : la situation que je décris en Cisjordanie est la même que celle qui ravage actuellement la presque-totalité du monde musulman. Or face à une violence inouïe qui les effraye, les Occidentaux ont perdu leurs repères, et, partant, l’énergie nécessaire à se protéger. Au prétexte d’éviter l’islamophobie et l’amalgame, ils ont abandonné leur sens critique et ne discernent plus le phénomène abominable qui se déroule pourtant sous leurs yeux. C’est donc moi, un Arabe, pétri de honte et de repentir, pour sauver l’honneur des quelques-uns, à l’instar de ceux que j’ai déjà cités et d’esprits supérieurs à l’image de l’écrivain Boualem Sansal, qui vais leur proposer un petit récapitulatif.  

Actuellement, sur l’ensemble du globe, de manière systématique et au nom de l’Islam :  

Seuls des musulmans participent à des guerres.

Seuls des musulmans tranchent les têtes de leurs adversaires.

Seuls des musulmans les brûlent vifs.

Seuls des musulmans les noient.

Seuls des musulmans pendent leurs détracteurs.

Seuls des musulmans procèdent à la pendaison par étouffement.

Seuls des musulmans condamnent des gens à la décapitation par le sabre.

Seuls des musulmans procèdent à la crucifixion.

Seuls des musulmans précipitent des condamnés depuis le toit des immeubles.

Seuls des musulmans condamnent les homosexuels à mort.

Seuls des musulmans ont recours à la lapidation.

Seuls des musulmans réalisent l’ablation punitive de certaines parties du corps.

Seuls des musulmans condamnent des gens à recevoir des centaines de coups de fouet.

Seuls des musulmans pratiquent le terrorisme, tant dans leurs régions que dans les pays étrangers.

Seuls des musulmans assassinent sans discernement des êtres humains, sans les avoir identifiés autrement que par leur supposée identité nationale ou religieuse.

Seuls des musulmans pratiquent des assassinats-suicides

Seuls des musulmans pratiquent des assassinats à la voiture tueuse.

Seuls des musulmans assassinent des journalistes dans leur rédaction.

Seuls des musulmans assassinent des gens attablés dans des restaurants.

Seuls des musulmans assassinent des gens assistant à des spectacles.

Seuls des musulmans assassinent des Juifs, y compris des enfants, dans des écoles.

Seuls des musulmans assassinent des Juifs dans des supermarchés casher.

Seuls des musulmans assassinent des innocents dans des gares et des stations de métro.

Seuls des musulmans assassinent des Juifs dans des musées.

Seuls des musulmans ont assassiné 2 500 innocents n’ayant jamais offensé l’islam (le 11 septembre 2001 aux Etats Unis) en une seule journée.

Seuls des musulmans détruisent des lieux de culte d’autres religions.

Seuls des musulmans détruisent des vestiges historiques appartenant au patrimoine de l’humanité.

Seuls des musulmans invoquent le nom de Dieu lorsqu’ils assassinent.

Seuls des musulmans réduisent des êtres humains à l’esclavage et à l’esclavage sexuel.

Seuls des musulmans œuvrent en faveur d’une doctrine visant à soumettre le monde à leur croyance.

Seuls des musulmans épousent des enfants impubères. [1/3 des mariages célébrés en Turquie le sont avec des mineurs. Source : Fonds des Nations Unies pour la Population. Ndlr.].

Seuls des musulmans condamnent à mort les femmes prétendument infidèles.

Seuls des autorités d’Etats et d’entités étatiques musulmans honorent les terroristes pour les assassinats qu’ils ont commis.

Seuls des musulmans persécutent, chassent et massacrent les minorités qui vivent parmi eux, Yazidi, Kurdes, Coptes, chrétiens, zoroastriens, bahaïs, bouddhistes, etc.

En 1960, le Liban était un pays à majorité chrétienne ; les membres de cette communauté ne représentent plus aujourd’hui que vingt pour cent de la population.

En 1950, les chrétiens constituaient 85 % de la population de Bethlehem, ils sont aujourd’hui 35 %. Le même phénomène se retrouve partout en Cisjordanie, où des communautés entières ont émigré à l’étranger, notamment en Amérique du Sud.

Il reste 350 000 chrétiens en Irak, en 1980, ils étaient un million. Les chrétiens d’Irak sont en voie de disparition.

Seuls des Etats musulmans menacent d’autres Etats d’éradication.

Les seuls Etats à nier l’extermination industrielle des Juifs durant la Seconde Guerre Mondiale sont musulmans.

Le seul Etat dans lequel selon l’OMS plus de 90 % des femmes sont exclitorisées est musulman (l’Egypte).

Seuls des musulmans pratiquent le viol de masse.

Seuls des musulmans pratiquent le Crime d’honneur.

Seuls des musulmans masquent la totalité du corps des femmes y compris leurs yeux.   

Seuls des musulmans punissent les femmes qui montrent leur visage.

Il n’existe qu’un seul Etat musulman réellement démocratique : la Tunisie.

Seuls des musulmans punissent les femmes qui se trouvent en compagnie d’hommes n’appartenant pas à leur famille.

Si j’ai mentionné le moindre crime exclusivement musulman par erreur ou pratiqué le moindre amalgame, je vous invite à le faire savoir à la rédaction et je m’engage à apporter les corrections nécessaires.  

Si vous assimilez le fait d’établir la liste des crimes exclusivement pratiqués par des musulmans à de l’islamophobie, c’est que vous entendez museler l’expression de la réalité.  

Ceux qui prétendent qu’une religion dont les membres s’adonnent aux genres de crimes figurant sur cette liste et dans les quantités où ils les perpètrent est une « religion de paix », devraient être invités à s’expliquer. En ce qui me concerne, je crois que le monde serait largement plus viable et paisible si cette croyance n’existait pas et qu’elle est un fléau pour les êtres humains et les nations, dont la mienne. Une tache de barbarie à la surface de la Terre.  

J’ai honte.

Lire aussi

  • Interview de Sami El Soudi qui raconte l’histoire de son engagement après avoir longuement côtoyé Yasser Arafat et s’en être séparé avoir avoir observé ses mensonges, son immoralité, sa corruption et ses tromperies;

http://www.metulanews.net/article.php?sid=2011

Introduction à la Ména

jeudi, 15 octobre 2009
A la Ména, nous avons compris très tôt que seule une information professionnelle, faite par des professionnels du meilleur niveau, pouvait servir nos objectifs. Nous n’avons jamais non plus dissimulé la nature de nos finalités, elles consistent à exploiter au mieux notre connaissance du Moyen Orient, ainsi que le fait que nous en faisons partie de manière homogène, qu’il nous accueille, nous taraude et nous nourrit.

 
La Ména, de son nom complet la Metula News Agency, est dirigée au plan rédactionnel depuis le village israélien de Métula qui lui donne son nom. Ce village est le plus septentrional de l’État d’Israël, il est en fait l’aboutissement géographique d’un isthme politique entre le Sud-Liban et la Syrie. D’où que nous regardions depuis les fenêtres de l’agence, nous ne distinguons que les maisons de ces États voisins, leurs montagnes et leurs neiges en hiver.

 
Là ne s’arrête pas la particularité de la Ména pour autant, puisque nous sommes la seule agence de presse dont la direction rédactionnelle se situe en Israël, qui emploie en permanence des correspondants dans les pays et territoires arabes, que sont le Liban, la Jordanie et la Palestine.

 

Notre correspondant principal au Liban, par exemple, Michaël Béhé, joue un rôle prépondérant dans la réinformation des Libanais de la diaspora, aussi bien que pour ceux qui subissent au pays la domination syro-iranienne, par Hezbollah interposé.

 

Le chef de la Ména palestinienne, quant à lui, Sami El-Soudi, fait partie de la tendance Sari Nusseiba, qui prône une approche réaliste à la solution du conflit régional, qui soit basée sur la reconnaissance et le respect mutuel et qui prenne en compte les droits légitimes de son peuple. Sami, par son langage simple, par une honnêteté intellectuelle sans concessions, a trouvé le moyen d’accéder directement au cœur et à la réflexion de ses lecteurs par chacun de ses articles.

 
La Ména est constituée d’une mosaïque d’analystes et de commentateurs, qui respirent l’air de tous les pays de la région et dont les idées vont de l’anarchisme déclaré d’Ilan Tsadik au néo-conservatisme pro américain d’un Guy Millière.

 

Ce qui les a fait se rencontrer, c’est d’abord le grand talent d’hommes qui les anime mais surtout leur refus de la fatalité de la discorde entre des personnes appartenant à des cultures différentes. Aussi, au lieu de laisser leur conviction en jachère, ils ont décidé de servir cet espoir commun, en faisant se réunir leur expression professionnelle dans la même agence.

 

A la Ména nous sommes en effet persuadés que la paix repose, entre autres choses, sur trois paramètres pratiques : La connaissance de la réalité de l’autre – qui est largement exposée dans les articles de l’agence. L’analyse rationnelle, à laquelle nous nous livrons quotidiennement afin d’éliminer du chemin de la compréhension l’écueil du manque de réalisme, et la réinformation.

 

La réinformation est un terme que j’ai inventé, au détour d’une digression avec Sami El-Soudi, et qui signifie que nous nous attelons ici au rééquilibrage des informations erronées ou tronquées qui parviennent à l’étranger sur ce qui se passe chez nous…

L’Union européenne encourage le boycott des produits israéliens

L’union européenne vient de voter à l’unanimité l’étiquetage des produits en provenance des colonies israéliennes afin que le consommateur soit informé de l’origine des marchandises qu’il achète.

Présentée comme une mesure technique, cette exigence conforte le BDS, mouvement de boycott des produits israéliens et conforte la politique palestinienne qui vient de remporter une double victoire politique à l’ONU en étant autorisée à hisser son drapeau et en étant soutenue par la nomination d’un musulman saoudien au comité consultatif des Droits de l’Homme.

Rappelons à ce propos que l’intifida actuelle sous forme d’égorgement et d’attaques au couteau suit exactement les recommandations de l’Etat islamique au nom de l’Islam.

Bien que les produits, essentiellement agricoles, issus des territoires occupés ne représentent que 1% des exportations israéliennes, elles donnent du travail à des arabes et leur famille qui seront directement touchés par la mesure si les consommateurs boycottent ces marchandises. Selon Slate.fr, 100 000 familles arabes seraient concernées, un drame économique résultant d’un éventuel boycott mais présenté par les antisionistes comme un chantage exercé par les colons qui les emploient ….

Quoique prétendent les représentants de l’UE sur cette mesure, elle est éminemment politique, antisioniste, antisémite et pro palestinienne et met de l’huile sur le feu de cet interminable conflit israélo palestinien..

La Connectrice

Voici la revue de presse de « toute l’Europe » sur le sujet

[Revue de presse] L’Union européenne décide d’étiqueter les produits en provenance de colonies israéliennes

L'Union européenne décide d'étiqueter les produits en provenance de colonies israéliennes

« L’Union européenne a adopté ce mercredi l’étiquetage obligatoire des produits des colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés », annonce L’Humanité. Une « décision controversée, reportée à plusieurs reprises et à laquelle s’oppose vivement Israël », précise Le Monde.

Le Figaro détaille : « la Commission européenne a adopté des ‘lignes directrices’ qui contraignent les États membres à faire étiqueter les produits fabriqués dans les colonies de Cisjordanie, de Jérusalem-Est et du plateau du Golan« .

Actuellement aux Etats-Unis, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a vivement réagi :  « l’Union européenne devrait avoir honte » a-t-il déclaré, qualifiant « la décision de l’Union européenne[d’hypocrite, dictée] par une politique du deux poids, deux mesures, puisqu’elle ne concerne qu’Israël et pas les 200 autres conflits (territoriaux) ailleurs dans le monde » [France24].

Face à la « réaction épidermique israélienne » [Slate.fr], « l’Union européenne considère qu’il s’agit avant tout d’une mesure ‘technique’ visant à informer les consommateurs européens et non d’une décision ‘politique’ comme l’affirme le gouvernement israélien » [Le Monde].

D’après L’Humanité, « l’UE en fait ne fait que rattraper le droit international en la matière, qui reconnaît les frontières d’Israël telles qu’elles étaient établies avant la guerre de juin 1967« . « La Commission précise bien que ‘l’UE ne soutient aucune forme de boycott ou de sanctions contre Israël’ » ajoute le quotidien.

Particulièrement réactif sur la question, « Israël a condamné l’annonce […] et a convoqué le représentant de l’UE« , rapporte Le Figaro. « Le ministère israélien a annoncé qu’il suspendrait son dialogue diplomatique avec l’UE dans les prochaines semaines » ajoute La Tribune.

Libération rapporte la réaction de « l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) [qui] a qualifié l’étiquetage par l’Union européenne des produits des colonies israéliennes dans les territoires occupés de ‘pas dans la bonne direction’, mais ‘insuffisant’« . Pour l’OLP, « les produits issus d’un crime de guerre doivent être interdits, pas seulement étiquetés » [Le Monde].

Selon l’analyse de Libération, « Israël exporte 30% de sa production vers l’UE, qui est son plus gros client. Les produits des territoires occupés ne représentent que 0,8% à 1,5% de ce flux« .

Slate.fr évoque une « mesure symbolique« , « les produits continueront d’entrer sur le continent : seuls les ménages européens décideront ou non du sort qui sera réservé aux produits des implantations« . Pour le journal en ligne « le prix et la qualité des produits primeront sur l’origine« .

Si l’impact sur les échanges entre l’Europe et Israël apparait dérisoire, certaines conséquences doivent être attendues sur le marché du travail palestinien. Selon Slate.fr, « le boycott des produits des implantions peut mettre en danger les revenus de près 100.000 familles arabes« .

Libération estime que « les dirigeants du Yecha (le lobby des colons) pratiquent un chantage à l’emploi en affirmant que ‘ces travailleurs feront les frais de la mesure européenne’« .

D’après Le Monde, plus que son impact commercial, Israël « craint que la mesure européenne ne ‘soutienne et encourage’ le mouvement international BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) contre l’Etat hébreu« .

Libération rappelle que « la décision de l’UE intervient moins d’un mois après la condamnation d’une douzaine de militants français de la campagne BDS« .

Ils en parlent aussi

En France

En Europe

Lire aussi

http://ripostelaique.com/en-voulant-sanctionner-israel-lue-lui-fait-la-plus-belle-pub.html

En voulant sanctionner Israël, l’UE lui fait la plus belle pub !

Publié le 12 novembre 2015 – par Pas de commentaires

Je suis sympathisant des Israéliens et je soutiens tout à fait la cause de ce pays, petit par la taille, mais immense par ses qualités, si fort et si efficace.

Situé dans la pire des adversités au sein même du nid de l’islam, ces valeureux Israéliens, résistent à toutes les pressions et ne cessent de progresser.

Israël est bâti sur ce qui était avant le RETOUR des Juifs à Sion, un tas de cailloux inculte et situé au bord de la mer. C’est ce qui leur a permis de s’y ancrer, car les Arabes pensaient et disaient « Si jamais les Juifs arrivaient à faire quelque chose de ce tas de cailloux, nous n’aurions plus qu’à les pousser à la mer »…

Israël s’est construit envers et contre tous. Israël s’est défendu envers et contre tous.

Agressé, provoqué sans cesse par ses voisins arabes, en 6 jours, Israël a flanqué à ces barbares la plus vaste tripotée qu’ils n’ont jamais reçue… Et de ce fait, Israël s’est mis en droit de revendiquer des territoires que l’ennemi leur a abandonnés. C’est la juste conséquence de la punition que doivent assumer ces Arabes…

Cette guerre, déclenchée par Israël au titre d’attaque préventive contre ses voisins arabes, résultait d’une grave décision prise à la suite du blocus du détroit de Tiran aux navires israéliens par l’Égypte le 23 mai 1967, alors que les Israéliens avaient préalablement annoncé qu’ils considéreraient cet acte comme un casus belli. Quoi de plus juste alors que cette guerre ?

Le soir de la première journée de guerre, la moitié de l’aviation arabe était détruite ; le soir du sixième jour, les armées égyptiennes, syriennes et jordaniennes étaient défaites. Les chars de l’armée israélienne bousculèrent leurs adversaires sur tous les fronts. En moins d’une semaine, l’État hébreu tripla son emprise territoriale : l’Égypte perdit la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï, la Syrie fut amputée du plateau du Golan et la Jordanie de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est (source : Wikipedia).

Mais, loin d’écraser ces peuples, là où Israël étend ses territoires il y apporte richesses et prospérité. Israël apporte du travail à tous et cette prospérité totalement nouvelle, apportée par les colons juifs est telle qu’ils arrivent à EXPORTER DES PRODUITS APPRÉCIÉS DANS LE MONDE ENTIER !

Ainsi, merci à l’UE de favoriser ces produits en les mettant en valeur sur l’avant-scène de toute l’Europe ; ce qui constitue indiscutablement une manière de saluer et de reconnaître l’efficacité d’Israël. De surcroît, cette mise en évidence va nous permettre, à nous Européens, de faire un choix juste pour des produits de qualité et d’éviter ainsi acheter en toute ignorance les produits frelatés halal en provenance d’États ou de ces communautés mahométanes aussi agressives qu’arriérées.

Incidemment et pour en terminer, une petite question : « Pourquoi Israël ne met-il pas maintenant à nouveau bon ordre dans cette partie du monde, si infectée par l’Islam et ses fanatiques coreligionnaires » ?

Horreur antisémite à Créteil. Un jeune couple agressé par Ladji, Yacine et Omar

Lundi dernier, un jeune couple de 19 et 20 ans a été agressé par trois hommes armés au domicile des parents du jeune homme. Les numéros de leurs cartes bancaires leur ont été extorqués sous la menace d’un fusil à canon scié et la jeune femme de 19 ans a été violée tandis que l’un des criminels allait retirer de l’argent.

D’après le témoignage du jeune homme, les victimes avaient été choisies parce qu’elles étaient juives et que « les juifs ont de l’argent ». La condamnation de Youssouf Fofana pour avoir séquestré et assassiné Ilan Halimi pour le même motif n’a pas été dissuasive.

Une agression au processus identique avait été commise peu de temps auparavant , le 10 novembre dans le même quartier résidentiel habité par plusieurs familles juives. La victime avait décrit l’un de ses agresseurs comme « black ». Il n’a pas dit s’ils étaient musulmans mais qui pourrait en douter ?

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/12/02/01016-20141202ARTFIG00473-deux-hommes-interpelles-pour-le-braquage-d-un-couple-qui-a-tourne-au-viol.php

Bien entendu, les médias ne donnent ni les noms ni l’origine des criminels « bien connus des services de police ». Il s’agit pourtant de criminels armés, récidivistes, en bande organisée. Ils n’ont que 18 et 20 ans et ont commencé bien tôt. Inutile de s’interroger sur la valeur de leur cursus scolaire (que dit Belkacem ?) et de leur niveau d’intégration dans la société française.

Il faut être sourd, aveugle et débile mental pour ne pas rapprocher ce crime antisémite de l’antisémitisme qui fleurit en France au même rythme que l’islamisation et ne pas faire le lien avec l’incitation à la haine du juif en particulier et du non musulman en général propagé par le Coran et ses digests à l’intention des islamistes et de la faune antisioniste.

L’antisémitisme en France prolifère au rythme de la tolérance gouvernementale pour la charia et le djihad. Mais cette dernière produit un effet d’entrainement sur le bon antisémitisme franco français lié à l’Eglise catholique qui n’a que récemment affirmé que les juifs n’étaient pas un peuple déïcide comme elle l’a martelé pendant deux millénaires. Les cris d’orfraie de Valls, Cazeneuve et Hollande ne nous rassurent pas car ils ne sont qu’hypocrisie puisqu’ils encouragent l’antisémitisme en favorisant les Musulmans, les antisionistes et les racistes anti blancs.

La conséquence de ce renouveau de l’antisémitisme est que des milliers de Juifs FRANCAIS quittent la France chaque année tandis que des milliers de Musulmans ETRANGERS y pénètrent légalement et illégalement avec la  volonté de nous imposer la charia. Il ne reste plus qu’à peine 300 000 Juifs en France alors que la population musulmane est estimée entre 6 et 10 millions.

Ce n’est pas un hasard si cette agression antisémite a eu lieu au moment où l’Assemblée nationale s’apprêtait à reconnaître la Palestine pour faire plaisir aux Musulmans.

Complément au 07/12/2014

D’après un article de Riposte laïque, les criminels se prénommeraient Ladji, Yacine et Omar. http://ripostelaique.com/creteil-les-vrais-coupables-sont-jakubowicz-et-ses-potes.html

Pour en savoir plus

Tout le monde se souvient des heures sombres de l’Histoire où les Juifs, en France, devaient porter l’étoile Jaune sur leur vêtement pour être plus facilement  reconnus, désignés, discriminés, déportés… De nos jours, à l’heure où l’on crie encore « mort aux juifs » dans les rues de Paris, sans provoquer aucune nausée dans l’opinion publique, ces moments délétères se sont mués en un amalgame nauséabond présentant tous les stigmates de : l’Antisémitisme, de l’Antisionisme, de l’Antijudaîsme.

nazislamist girls

 

Ainsi, porter une kippa dans la rue devient provocant, dangereux, et de risque fatal d’agression à 95% par des jeunes des banlieues, lorsque la presse veut bien nous divulguer les prénoms des agresseurs. Ainsi,  Ladji, Yacine et Omar ne font aucun doute sur leur appartenance communautaire et à leur volonté décervelée, d’appliquer à la lettre des prescriptions de la Charia envers les Juifs de ce pays, qu’ils haïssent, par religion interposée via les antennes paraboliques de nos cités.

L’islam est une idéologie violemment anti-juive, basée sur le coran, qui prône l’extermination des juifs, des chrétiens, et plus généralement des non-musulmans – avec une focalisation particulière sur les juifs.

Dès leur plus jeune âge, un très grand nombre de musulmans sont dressés à haïr les juifs, comme en témoigne l’agression antisémite dont a été victime une fillette juive, jeudi 4 décembre, à Lyon. (3)

Selon diverses sources [dont RTL], une petite fillette juive a été agressée par deux gamins musulmans de 8 et 9 ans parce qu’elle était juive. Les deux gamins issus de familles musulmanes maghrébines ont justifié cette agression antisémite en indiquant que « Les musulmans sont en guerre contre les juifs ! ».
Lyon: Agression antisémite d’une petite fille juive par deux gamins « parce que les musulmans sont en guerre contre les juifs ! »

Et le résultat de cet endoctrinement antisémite, c’est que, selon une étude récente, 83% des musulmans ont un préjugé raciste contre les juifs. (4)…

Gilles-William Goldnadel revient cette semaine sur l’agression à caractère antisémite de Créteil et sur les expérimentations de Najat Vallaud-Belkacem à l’école.

On aurait pu la croire plus modeste, au fur et à mesure de ses déconvenues électorales et intellectuelles.

Las, la gauche gauchisante n’est toujours pas décomplexée.

Coups sur coups, la voilà qui récidive.

D’abord, un rapport de l’éducation nationale sur la suppression de la notation auquel n’a pas dit non Mme Vallaud-Belkacem. Tout a été dit, et plutôt bien, de Luc Ferry a Éric Zemmour, sur l’absurdité d’une théorie soixante-huitarde d’essence bourdivine destinée à déchoir de leurs droits successoraux les «héritiers» privilégiés de la culture de classe.

Mais en réalité, et plus profondément, l’idéologie des petits maîtres post-marxistes est à replacer dans ce mouvement rageur qui s’applique à déstructurer compulsivement l’identité de l’être occidental.

Après l’avoir dépouillé de son état, de sa nation, de son sexe, gommer toute différence reconnaissable et quantifiable entre les individus intelligents et les autres devient un impératif utile, «puisque tous les hommes sont intelligents» à l’état de nature.

Dans ce cadre sublimement destructeur, il était délicieux de vouloir priver le français encore majoritaire d’un des symboles les plus festifs de sa culture historique: la crèche de Noël.

Et ici encore l’explication de cette ineptie gauchisante, de cette anti-divine bourde, par une crise de prurit laïcarde, encore qu’elle soit pertinente, est trop courte.

Car c’est la vieille fille aînée de l’église que les préfets de la république socialiste poursuivent de leur aigreur, et elle seule.

Quand le maire de Paris invite à ripailler pour la nuit du ramadan, de manière plus dispendieuse que d’admirer un santon en Vendée ou à Béziers, les arrière-petits-fils arriérés du petit père Combes se font moins maniérés.

Je sais aussi un journaliste à Radio France, Fabrice le Quintrec pour ne pas le nommer, qui se bat depuis des lustres pour ne pas être pénalisé sur son salaire – au rebours de ses confrères juifs et musulmans – quand il veut fêter l’Ascension ou l’Assomption.

Mais la bêtise bornée de la gauche gauchisante ne connaît point de bornes.

Un couple de jeunes juifs a été violenté à Créteil après avoir été ciblé spécifiquement.

Aussitôt, il n’est question que de lutter chaque jour contre l’antisémitisme.

À quoi bon ce prêchi-prêcha stérile, si c’est pour refuser de désigner, derrière ce tendre vocable de «jeunes», une haine allogène principalement d’origine islamique dont on sait pertinemment qu’elle est le premier terreau d’une violence non seulement antisémite mais encore anti-occidentale qui pourrit la vie des juifs et de ceux qui ne le sont pas.

Le Monde de cette semaine, tout en publiant un article sur le drame de Créteil dans lequel est reconnu le caractère antisémite du cambriolage suivi de viol, a publié une opinion de Nonna Mayer, dans laquelle celle-ci invite à plus de «rigueur» pour traiter de l’antisémitisme en France.

En substance, elle dénie toute pertinence au rapport Fondapol qui révèle que 8 musulmans sur 10 nourriraient des préjugés à l’encontre des juifs. Déni est le mot juste.

C’est avec la même cohérence, à défaut de rigueur, que la même dame, dans le mitan des années 90, considérait que les Français qui trouvaient l’immigration excessive étaient racistes et xénophobes.

Le premier ministre, ordinairement plus explicite, a déclaré que l’antisémitisme devait être un combat de tous les jours.

Personne ne m’empêchera d’écrire que ce 2 décembre dernier où l’extrême gauche et la gauche socialiste ont formé le vœu rien moins que pieux de déclarer un état Palestine pour caresser dans le sens du poil les barbus des cités, ne fut pas un jour de glorieux combat.

La veille, lors d’un débat télévisé, je reprochais à la sénatrice Benbassa la présence de certains de ses verts camarades à ces manifestations de juillet «en faveur de Gaza», où l’on cria mort aux juifs! Et attaqua des synagogues. Notre antiraciste revendiquée hurla à la calomnie.

Pour savoir qui dit vrai et qui ment je renvoie mes lecteurs au Figaro du 24 juillet, et notamment au rôle du maire EELV du deuxième arrondissement de Paris.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois
par jour en fin d’après-midi.

Manuel Valls, irréprochable sur le sujet, sermonna vertement les élus prétendument écologistes pour leur scandaleuse présence.

Mais ce sont ces mêmes Verts, ce sont les communistes, c’est le Front de gauche, également présents dans les manifestations de haine, que le premier ministre, que le premier secrétaire du parti socialiste, continuent de vouloir enrôler dans une union de la gauche dont ils ne sont toujours pas revenus.

Le combat de tous les jours est déjà terminé.

Ce combat, contre la bêtise, la violence et le conformisme intolérant, qui gâchent la vie des gens, et pas seulement des juifs, la droite n’a toujours pas compris qu’il était avant tout médiatique.

Je ne cesse ici et ailleurs de dénoncer les errements de l’audiovisuel de service public en la matière.

L’excellent «Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique» (OJIM.fr) vient d’en donner récemment un exemple accablant.

Le vendredi 21 novembre, l’animatrice productrice de France Culture, Hélène Hazéra, par ailleurs transsexuelle et militante LGBT, a tenu au micro des propos invraisemblables sans que personne ne s’en offusque.

Interrogé(e) sur le thème de la transsexualité abordée dans les médias, celle-ci a en effet estimé très sérieusement et avec agacement qu’«il faudrait prendre tous les journalistes et les mettre dans des camps de travail et leur faire un peu de remise à niveau!»

On imagine le sort d’un intellectuel de droite qui aurait eu la funeste idée de proposer un tel programme pour contraindre les journalistes de service public à une plus grande neutralité.

%d blogueurs aiment cette page :