Flux RSS

Archives de Tag: Australie

Humour. Réponse à l’interdiction du bikini pendant le ramadan

Publié le

Cette blague australienne a été postée ici

Traduction :

-En Australie, les musulmans réclament l’interdiction du bikini sur la célèbre plage de Bondi

-Les australiennent ont répondu « Ok, pas de problème » (en enlevant leur bikini)

Sur ce forum, l’auteur du post précise que c’est une blague et que le naturisme est interdit sur la plage de Bondi

Le Français Smail Ayad poignarde à mort la Britannique Mia Ayliffe-Chung aux cris de Allahou Akbar

Publié le

Nouveau au 30/08/2016

Nous apprenons avec tristesse le décès de Tom Jackson, 30 ans, – jours après l’agression mortelle de la jeune Mia Ayliffe-Chung. Il avait reçu 15 coups de couteau en tentant de sauver sa compatriote britannique. Ce courageux jeune homme était journaliste free lance.

J’ai mal de lire que l’assassin, Smail Ayad était Français. Pour moi, les musulmans de cet acabit ne sont pas français, ce sont des français de papier mais ils sont imperméables à la culture, au us et coutumes, ainsi qu’aux traditions françaises.

I am upset to hear that Smaïl Ayad is a French citizen.He might be French citizen with a French passport but he certainly is not French, cuture proof to French traditions and usages. Muslims hate France and French people since they all belong to Oumma Islamiya and believe in the Quran which reads that « who acts as kouffar does not belong anymore to Oumma Islamiya. »

La Connectrice

Heartbroken:The family of murdered backpacker Tom Jackson  have spoken of their deep grief at losing a much-loved son and brother today

Heartbroken:The family of murdered backpacker Tom Jackson have spoken of their deep grief at losing a much-loved son and brother today

Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/article-3764493/Backpacker-Tom-Jackson-dies-hospital-Home-Hill-hostel-knife-attack.html#ixzz4Inwowu00
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook

 

Heroic: Tom died trying to save his friend in a savage attack that has shocked Britain and Australia

Heroic: Tom died trying to save his friend in a savage attack that has shocked Britain and Australia

Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/article-3764493/Backpacker-Tom-Jackson-dies-hospital-Home-Hill-hostel-knife-attack.html#ixzz4InxpZZyt
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook

 

 

Smail Ayad, 29, has been named as the man who shouted ‘Allahu Akbar’ as he allegedly went on a bloody rampage in north Queensland

Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/article-3757404/French-man-killed-British-backpacker-Queensland-hostel-stabbing-entranced-her.html#ixzz4IkeAamiZ
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook

Ms Ayliffe-Chung, who is originally from Wirksworth in the UK, studied psychology at Chesterfield College Official and went to high school at The Ecclesbourne School

Ms Ayliffe-Chung, who is originally from Wirksworth in the UK, studied psychology at Chesterfield College Official and went to high school at The Ecclesbourne School  http://www.dailymail.co.uk/news/article-3757404/French-man-killed-British-backpacker-Queensland-hostel-stabbing-entranced-her.html#ixzz4IkfvoctD
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook

Smaïl Ayad a agressé Mia Ayliffe-Chung le mardi 23 août dans son dortoir de l’auberge de jeunesse où elle s’était arrêtée après un long périple à travers le monde et l’Australie. Elle venait de quitter un job de serveuse. Au cours de cette agression mortelle, un jeune homme a été blessé ainsi que celui qui était intervenu pour neutraliser le forcené.Tom Jackson a reçu une quinzaine de coups de couteau au visage, à la poitrine et au cou. Une trentaine de personnes ont assisté au drame et confirmé qu’il avait crié « Allahou Akbar ».

L’assassin aurait été sous l’emprise de cannabis et aurait écrit des mots morbides, paranoïaques et désespérés sur FCB. Il semblait déséquilibré, nourrissant une obsession pour une modèle. Pour l’instant on ne sait pas s’il avait prêté allégeance à l’Etat islamique. Il a été arrêté et l’enquête se poursuit. Il était tellement enragé que les policiers ont du le menotter au sol et utiliser une bombe au poivre. Dans le fourgon qui le conduisait au poste de police il a mordu la jambe d’un agent.

Au regard du nombre de musulmans déséquilibrés qui poignardent des gens à travers le monde, on se demande s’il ne faudrait pas rétablir de stricts contrôles sanitaires aux frontières afin de vérifier la santé mentale des musulmans. Après tout, on met bien en quarantaine les gens atteints de maladies contagieuses…

Non à la GPA. Signez la pétition

Publié le

Surrogacy Services

A louer. http://blog.lawinfo.com/2015/02/20/foreigners-prohibited-from-seeking-surrogacy-services-in-thailand/

Afficher l'image d'origine

ni à louer, ni à vendre. http://www.mfc.org/get-involved-commercial-surrogacy/

Je suis totalement opposée à la GPA-gestation pour autrui, mères porteuses-car c’est une forme d’esclavage et de prostitution indigne de notre civilisation et parce que cette procréation décide cyniquement de fabriquer a priori des orphelins et des traumatisés affectifs.

J’adhère totalement à la déclaration ci-dessous et je l’ai signée.

Le mouvement Stop surrogacy now fait savoir que le parlement australien vient de rejeter une proposition de loi pour autoriser la GPA commerciale sachant que l’Australie autorise la GPA « altruiste »…

Le 10 mai, anniversaire de l’abolition de l’esclavage, la manif pour tous organise une manifestation contre la GPA

La Connectrice

http://admi.net/cgi-bin/wiki?GPA. Sur ce site de très nombreux liens vers des articles sur la GPA de toutes les opinions

Afficher l'image d'origine

http://keline.over-blog.com/article-la-modernite-a-la-mode-taubira-114878835.html

DÉCLARATION : CAMPAGNE VISANT À L’ARRÊT IMMÉDIAT DE LA GESTATION POUR AUTRUI

Nous sommes des femmes et des hommes d’origines ethniques, religieuses, culturelles, socio-économiques différentes venant de toutes les régions du monde. Ensemble nous tenons ici à exprimer notre inquiétude concernant les femmes et les enfants exploités au travers des conventions de gestation pour autrui (GPA).

La gestation pour autrui repose souvent sur l’exploitation des femmes les plus démunies. Dans de nombreux cas, ce sont les pauvres qui sont contraints de vendre et les riches qui peuvent se permettre d’acheter. Ces transactions iniques impliquent un consentement de la part de femmes sous informées, voire pas du tout informées, une rémunération faible, une coercition, une insuffisance de suivi médical et des risques sévères pour la santé, à court et à long terme, des femmes qui acceptent la gestation pour autrui.Tous, nous reconnaissons la force du désir de parentalité qui est naturel et universel. Toutefois, comme s’agissant de la plupart des désirs, des limites doivent être posées. Les Droits Humains nous fournissent un marqueur significatif à qui veut savoir identifier ces limites et déterminer leur champ d’application. Nous pensons que la gestation pour autrui doit être interdite en ce qu’elle constitue une violation des droits humains des femmes et des enfants.

Le processus médical de la gestation pour autrui entraîne des risques pour la mère de substitution, pour les jeunes femmes qui vendent leurs ovocytes et pour les enfants nés grâce aux techniques d’assistance médicale à la procréation. Parmi les risques encourus par les femmes : le Syndrome d’Hyper Stimulation Ovarienne (SHSO), la torsion ovarienne, le kyste ovarien, une douleur pelvienne chronique, une ménopause précoce, une perte de fertilité, une tumeur cancéreuse du système reproductif, des caillots sanguins, une insuffisance rénale, un arrêt cardiaque et, dans un certain nombre de cas, la mort. Les femmes faisant une grossesse à partir d’ovocytes provenant d’autres femmes présentent un risque plus élevé de pré-éclampsie et d’hypertension.

Les enfants nés grâce aux techniques d’assistance médicale à la procréation, qui sont généralement mises en œuvre dans la gestation pour autrui, présentent également des risques de pathologies parmi lesquelles : une naissance avant terme, un décès à la naissance, un poids insuffisant à la naissance, des malformations du fœtus et une pression artérielle élevée. La gestation pour autrui rompt le lien maternel naturel qui s’établit pendant la grossesse – un lien que les professionnels de la médecine encouragent et cherchent à renforcer sans relâche. Le lien biologique entre la mère et l’enfant est indéniablement de nature intime, et lorsqu’il est rompu, les conséquences en sont durables pour les deux parties. Dans les pays où la gestation pour autrui est autorisée, cette souffrance potentielle est institutionnalisée.

Nous sommes donc convaincus qu’il n’y a pas de différence entre la pratique commerciale de la gestation pour autrui et la vente ainsi que l’achat d’enfants. Même s’il n’y a pas échange d’argent (c’est-à-dire la version non rémunérée, ou « altruiste »), toute pratique qui expose des femmes et des enfants à de tels risques doit être interdite.

Personne n’a droit à un enfant, pas plus les hétérosexuels que les homosexuels ou les individus ayant fait le choix de rester célibataire.

Nous sommes unis pour demander aux gouvernements des nations du monde ainsi qu’aux leaders de la communauté internationale de travailler ensemble à l’arrêt immédiat de la gestation pour autrui.

Sign This Statement Signez cette déclaration

– See more at: http://www.stopsurrogacynow.com/the-statement/statement-french/#sthash.7FUhzW75.xKnMQQcz.dpuf

Yunupingu , homme de paix, chanteur aborigène, militant et éducateur disparait à l’âge de 56 ans

Publié le

M. Yunupingu s’est éteint dimanche 2 juin des suites d’une grave maladie des reins et d’alcoolisme. L’Australie et le monde de la World music sont en grande peine.

Je souhaite à M. Yunupingu un délectable repos éternel dans les « rêves’ de ses ancêtres sous le regard bienveillant des mânes des nôtres.

wp_post_1044_5_img_6702

Source photo : http://www.australia-australie.com/articles/aborigenes-la-culture-du-reve

Il avait seulement 56 ans et une vie bien remplie en tant que fondateur du groupe Yothu Yindi et premier aborigène diplômé d’université. Il a beaucoup agi pour le rapprochement de la culture aborigène et de la culture anglo-saxone et se disait persuadé que noirs et blancs australiens pouvaient vivre harmonieusement ensemble en s’enrichissant mutuellement de leur culture réciproque. Cette action avait été saluée par le gouvernement australien qui l’avait élu homme de l’année en 1992.

Le groupe Yothu Yindi qu’il avait co-fondé en 1986 était une sorte de laboratoire de son idéal de paix.Le groupe, comme on peut le voir sur la vidéo ci-dessus jouait du rock avec des instruments de métal en y adjoignant des instruments en bois traditionnels dont le didjiridoo qui est très prisé par les musiciens du monde entier.

Yothu Yindi, Festival of Aboriginal Rock Music, Darwin 1988 http://www.youtube.com/watch?v=NTP65qOMREk

En effet, Yunipingu se plaignait depuis des années d’avoir à subir des dialyses et refusait de s’y soumettre. Mais il continuait à chanter malgré sa faiblesse que l’on peut observer sur certaines vidéos. Il était soutenu, encouragé et aidé par son épouse et son entourage proche constitué de noirs et de balandas (les blancs)

Le monde de la World music lui rend hommage comme Troy Cassar qui salue en lui un véritable constructeur de pont (bridge builder) ainsi que la première ministre australienne, Julia Gillard qui le décrit comme une grande voix australienne d’encouragement à la réconciliation   »a great Australian voice in the efforts towards reconciliation ». http://www.theage.com.au/entertainment/music/yothu-yindi-singer-dies-after-disease-battle-20130603-2nkl8.html#ixzz2VApUtHxf

Yunupingu formed Yothu Yindi in 1986 with Stuart Kellaway, Cal Williams, Witiyana Marika, Milkayngu Mununggurr and Geoffrey Gurrumul Yunupingu, under a banner of uniting cultures.

Aided by Paul Kelly, the band wrote their signature song Treaty to highlight the Hawke government’s promise of a treaty for Aboriginal people, something they apparently heard about « on the radio ».

Released in 1991, it peaked at No.11 on the Australian singles chart and went on to become a timeless protest song in the campaign for indigenous rights reform.

Yothu Yindi toured the US with Midnight Oil and famously performed Treaty at the launch the UN International Year of the World’s Indigenous People in 1992.

Back home, they had the rare honour of performing above Nirvana at the first ever Big Day Out. http://www.smh.com.au/entertainment/music/yunupingu-broke-indigenous-barriers-20130603-2nkmr.html#ixzz2VAuejl7L

Je ne publie pas la photo de l’artiste car il est de coutume chez les aborigènes de ne pas représenter le visage des morts et de ne pas les nommer par leur prénom. Dans sa nécronologie, le journal The Age précise à ses lecteurs que pour respecter la coutue il a supprimé le prénom et les photos de l’artiste *Due to cultural sensitivities Fairfax Media has removed images and the first name of Mr Yunupingu.
Read more: http://www.theage.com.au/entertainment/music/yothu-yindi-singer-dies-after-disease-battle-20130603-2nkl8.html#ixzz2VAnuIWGz

 

Le didgeridoo

Le didgeridoo est un instrument de musique à vent de la famille des cuivres. À l’origine, cet instrument est joué par les Aborigènes du Nord de l’Australie, son usage semble très ancien et pourrait remonter à l’âge de la pierre (20 000 ans), d’après une peinture rupestre représentant un joueur de didgeridoo, analysée au carbone 14. C’est une trompe en bois, lointaine cousine du cor des Alpes ou du tongqin tibétain.

Didgeridoo, didjeridoo, didjeridu ou didjeridou, est un mot d’origine onomatopéique inventé par les colons occidentaux à partir du son de cet instrument. Les Aborigènes le nomment différemment en fonction de leur ethnie. Parmi la cinquantaine de noms, les plus courants sont : yidaki, mooloo, djubini, ganbag, gamalag, mago, maluk, yirago, yiraki, etc. ..

Une légende aborigène raconte l’origine de cet instrument23 :

« Au commencement, tout était froid et sombre.

Bur Buk Boon était en train de préparer du bois pour le feu afin d’apporter protection, chaleur et lumière à sa famille.

Bur Buk Boon remarqua soudain qu’une bûche était creuse et qu’une famille de termites grignotait le bois tendre du centre de la bûche.

Ne voulant pas blesser les termites, Bur Buk Boon porta la bûche creuse à sa bouche et commença à souffler.

Les termites furent projetées dans le ciel nocturne, formèrent les étoiles et la Voie lactée, illuminant le paysage.

Et pour la première fois le son du didgeridoo bénit la Terre-Mère, la protégeant elle et tous les esprits du Temps du rêve, avec ce son vibrant pour l’éternité. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Didgeridoo

Gumatj/Rrakpala peoples

Australia 1943/1947 – 2012

139089

 
Garak I
[The Universe] 2004

  • (AK10553 – 2509Q)

Australia
Painting, Bark painting, natural earth pigments on bark
212.0 h x 57.0 w cm
Purchased 2005
Accession No: NGA 2005.105
© Gulumbu Yunupingu

Représentation de l’univers, peint telle une voie lactée à l’aide de pigments naturels sur l’écorce d’un tronc d’arbre. Le motif de base, une sorte de croix , un motif sacré dit rarrk,est reproduit à l’infini.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://artsearch.nga.gov.au/Detail.cfm?IRN=139089

Pour en savoir plus

 

An Introduction to the Yolngu world view

Yolngu culture in northeast Arnhem Land — a heartland of Aboriginal culture and land rights — is among the oldest living cultures on earth, stretching back more than 40,000 years.

Yolngu life is divided into two moieties: Dhuwa and Yirritja. Each of these are represented by people of a number of different groups, each of which have their own lands, languages and philosophies. Learn more about Dhuwa and Yirritja(This is a 1p PDF written in 2000)

Yolngu groups are connected by a complex kinship system (gurrutu). This system governs fundamental aspects of Yolngu life, including responsibilities for ceremony and marriage rules. Kinship relations are also mapped onto the lands owned by the Yolngu through their hereditary estates. Learn more about Gurrutu (This is a 1p PDF written in 2000)

Yolngu have many ways of talking about processes of learning which draw on aspects of their world view. For example, some yirritja groups talk about the meeting of the salt and fresh water as a metaphor for the concept of garma. Some dhuwa groups use the metaphor of milngurr – the relation between an artesian freshwater spring and their tidal influences – to elaborate similar ideas.

Yolngu people speak a dozen dialects of a language group known as Yolngu Matha. English is a second (or thirteenth) language for many Yolngu.

%d blogueurs aiment cette page :