Flux RSS

Archives de Tag: balcon parisien

Un papillon Myrtil sur mon balcon parisien !

Publié le

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Myrtil

 

 

 

La première photo est celle de wikipedia. On ne voit pas très bien le myrtil sur mes photos car je les ai prises à l’aveugle, éblouie par le soleil je ne voyais rien dans le viseur.

Pourquoi me suis-je étonnée de la visite de ce papillon ? Parce que les insectes sont rares à butiner mes fleurs. Dernièrement, mon mandarinier étant fleuri, j’espérais que les abeilles des ruches alentour viendraient butiner et en même temps polliniser l’arbuste. Il n’en fut rien à ma grande surprise car les petites fleurs blanches étaient merveilleusement odorantes.

J’ai ouïe dire que les insectes se faisaient rares à Paris à cause de la pollution, de la lumière et du bruit qui est favoriser par la politique de la ville de Paris, en particulier avec l’ouverture nocturne des parcs et les autorisations pléthoriques de concerts électroniques , la privatisation d’espaces  naturels pour le bronzage comme le lac Daumesnil et bientôt l’ouverture des cimetières pour la fête. Cet état de fait fait également disparaître les petites oiseaux au profit de leurs prédateurs comme les corneilles et les cormorans.

1-IMG_3966

Paris. Balcon sauvage

Publié le

Il devient de plus en plus difficile d’arroser les plantes de mon balcon tant la végétation y est dense, surtout avec les ipomées qui déploient leurs lianes dans tous les sens. En ce moment fleurissent les glaïeuls d’autant plus éphémères que la canicule grille leurs fleurs délicates et translucides. Les boutons des lys mûrissent de jour en jour et devraient éclore très bientôt répandant leur odeur suave dans mon logis.

Canicule. Une jungle sur mon balcon parisien

Publié le

Cette année, la canicule appelant  d’abondants arrosages et de l’engrais (bio bien sûr !) mon balcon haussmannien s’est transformé en une véritable jungle. Les lianes de volubilis s’accrochent aux tuteurs et à leurs voisines comme les glaïeuls, les mauves, l’olivier, le mandarinier, la verveine, le laurier, le sapin, les fraisiers et les lys qui sont sur le point de fleurir.

Par contre, le rosier « fruité » n’a pas supporté la chaleur et a rendu l’âme. Je n’ai jamais pu garder un rosier plus d’une année. Ils n’aiment pas mon balcon : trop de soleil et de vent.

Les centaurées et les marguerites se sont desséchées assez rapidement. Quand le climat est plus tempéré, elles fleurissent jusqu’au début de l’hiver.

De leur côté, les pétunias semblent ravis et ne cessent de s’étendre.

Le persil, les thyms, la ciboulette et le laurier restent timides mais se portent bien. La lavande véritable grossit au détriment de la lavande papillon et c’est tant mieux car je n’aime pas l’odeur de cette dernière.

Chaque matin des dizaines de volubilis s’épanouissent pour mourir en fin de journée. On les appelle aussi « belles de jour » mais on devrait dire « belles d’un jour »…

Chaque année apporte son lot de surprises car les bulbes et les graines ne réussissent pas forcément et, parfois les graines n’éclosent que l’année suivant leur mise en terre.

Cette année mon figuier a commencé à produire des fruits en février et ils ont avorté car il faisait trop froid pour qu’elles mûrissent et maintenant je ne vois pas poindre de nouveaux fruits. L’arbuste donne très peu de figues mais elles sont délicieuses.

 

Buttes-chaumont. Automne 2014

03-IMG_1059Les fruits du Houx sont déjà rouges. La végétation est encore bien verte.

 

02-IMG_1066La vigne-vierge commence à rougir

 

01-IMG_1056

Quel est ce petit canard au bec rouge et pointu ? La photo est floue car il n’a pas voulu prendre la pause. Harle ou Anas erythrorhyncha ? Non, d’après un lecteur, c’est une galinule-poule-d’eau !

06-IMG_1051Peu farouches, les oies Bernaches de Hutchins picorent près des promeneurs. Non, d’après un lecteur ce sont des outardes du Québec ou Bernaches du Canada ( branta canadensis). famille des anatidés !

 

05-IMG_1053

 

04-IMG_1055  Oies et canards pratiquent le communautarisme, ces racistes ne se mélangent pas avec les autres espèces. A chacun son pré carré.

 

07-IMG_1049

Cyclamens, lavande, chlorophytum et chrysanthèmes

08-IMG_1043Géraniums, chrysanthèmes et volubilis

 

09-IMG_1042Chlorophytum, cyclamens et chrysanthèmes

Nuits parisiennes. Automne 2014

15-IMG_1032

 

14-IMG_1031

 

13-IMG_1029

 

12-IMG_1035

 

11-IMG_1027

 

10-IMG_1024

 

 

 

 

La grêle a épargné mon jardin suspendu

Publié le

J’attends avec impatience que les plantations de mon balcon s’épanouissent.

Lys, roses trémières, fraisiers et poivrons ont sorti des boutons qui grossissent de jour en jour. Aussi me suis-je inquiétée lorsque j’ai appris que la grêle avait frappé dans la région parisienne et je comprends la douleur des gens dont les maisons et les voitures ont été gravement endommagées par des grêlons de la taille d’un œuf de pigeon. Je plains aussi les agriculteurs qui ont perdu de précieuses récoltes.

La nuit dernière, je regardais la pluie tomber dru lorsque j’entendis un vacarme en provenance de la cour intérieure. Il grêlait et je m’empressai de fermer les fenêtres. Comme il faisait chaud et lourd je restais devant mon balcon pour regarder tomber la pluie et me rafraîchir. Ma Freebox indiquait 1h15 lorsque le bruit de la pluie se transforma en salves de mitraillette et que je reçu sur les pieds des grêlons de la taille d’une amande. Aïe, ça fait mal.

Je ramassai quelques morceaux de glace pour les offrir à ma chienne afin qu’elle se rafraîchisse, en général, elle aime léger les glaçons mais, à ma surprise, elle tourna la tête. Pourquoi ? étaient-ils trop acides, toxiques ? Normalement, elle aurait du s’en saisir car elle souffre de la chaleur. Que tombait-il exactement du ciel ?

Heureusement, l’orage de grêle s’interrompit assez rapidement et j’allai me coucher.

Ce matin, à peine réveillée, je me précipitai sur mon balcon pour savoir si mes plantations avaient été hachées menues. Nenni ! J’ai eu beaucoup de chance …

1-IMG_0769

Les bleuets  (Centaurea cyanus) se sont un peu couchés mais les boutons des lys et les fleurs de pélargonium sont intacts

2-IMG_0773

Des gouttes d’eau sont restées accrochées parmi les bleuets mais comme le ciel est couvert, elles ne scintillent pas sous les rayons du soleil levant. J’ai tenté de les faire ressortir en retouchant un peu la photo originale.

3-IMG_0776

Les fleurs des fraisiers sont intactes, je devrais récolter quelques fraises fin juin

4-IMG_0774

Les corolles fragiles des pétunias ont souffert sous le poids de la pluie mais n’ont pas été déchirées par les grêlons

De la douceur dans ce monde de brutes. Des figues sur mon balcon parisien

06-IMG_0526

J’ai le plaisir de pouvoir cultiver mon jardin sur mon balcon parisien.

Depuis trois ans, mon petit figuier rachitique végétait dans son pot et cette année, ô surprise, il a produit deux figues. Je pensais qu’elles avorteraient mais non, elles sont arrivées à maturation. D’abord une, tandis que l’autre restait bien verte et dure, puis la seconde se mit à gonfler dès la cueillette de la première. Je n’en demandais pas tant. Je n’ai pu goûter la première car ma chienne me l’a volée, elle a disparu dans son estomac. Oui, les labradors sont omnivores, ils adorent les fruits (et beaucoup d’autres choses).

Chaque fois que ma chienne engloutit subrepticement quelque chose que bien sûr je cherche vainement avant de me rendre à l’évidence, j’entends dans ma tête « mais de pain yen avait point, il était dans l’ventre du chien » http://www.youtube.com/watch?v=Sr6I7hY8MJM

La fille en coupant son pain s’est coupée dedans la main
Affolée en criant accourut chez l’pharmacien

Rendue chez le pharmacien, on cherchait un assassin
Qui venait de tuer le pharmacien dans un coin

Quand la fille est arrivée, on l’a d’abord soupçonnée
On lui a barré le chemin à cause du sang dans la main

Mais c’est en coupant mon pain que j’me suis coupée la main
Les voisins l’œil en coin, disaient : C’est pas bien malin

Elle a dit : Bande de crétins je vais vous faire voir le pain
Mais de pain y’en avait point, il était dans l’ventre du chien

Elle a rit et elle a geint, que pensez-vous qu’il advint
On l’a mise dans le moulin, elle sera pendue demain

Quand vous couperez le pain, ne vous coupez pas la main
Surtout si un assassin vient de tuer le pharmacien

05-IMG_0519

Deux figues miraculeuses. Comment le figuier a-t-il été pollinisé ?

09-IMG_0532

11-IMG_0538

La figue n’est pas malade. Cette tâche brune résulte du frottement de la feuille agitée par le vent.

13-IMG_0542

Belle maturité, la figue s’épanouit, le fuit s’ouvre prêt à lâcher ses graines dans la nature.

08-IMG_0531

L’environnement de mon figuier. Des centaurées fleurissent encore fin octobre

12-IMG_0540

Automne, la saison des cyclamens qui fleuriront tout l’hiver s’il ne gèle pas trop fort

Dégustation de LA figue miraculeuse

1-IMG_0548

J’ouvre la figue. Elle est parfaite, mûre à point

2-IMG_0549

Je déguste la première moitié, douce et parfumée, sucrée et fondante

 

3-IMG_0550

La deuxième moitié est tout aussi délicieuse. La dégustation est terminée et je m’en lèche les babines

4-IMG_0551

Ma chienne attendait patiemment que je lui offre les restes de mon modeste festin

5-IMG_0552Et voilà, de la figue yen avait point, elle était dans l’ventre du chien. Et aussi et surtout dans le mien …

%d blogueurs aiment cette page :