Flux RSS

Archives de Tag: balcon

De la douceur dans ce monde de brutes. Iris translucide dans tous ses états

Publié le

Evolution des trois pieds d’iris de mon balcon du 9 au 14 mai 2018 par temps maussade et pluvieux. Je ne me lasse pas d’admirer leur beauté complexe avec leurs couleurs et leur fragrance subtiles, la translucité de leurs pétales ondulées, leur résistance à la pluie et à la morosité du temps.

J’ai attendu dix ans la floraison de l’unique rhizome que j’avais acquis quai de la Messagerie, je l’ai divisé au fil des années et puis j’ai abandonné la jardinière dans un coin désespérant de voir sortir des fleurs et je ne m’y attendais plus lorsqu’enfin elles sont apparues.

Une chose que j’ai apprise avec le jardinage, c’est que les plantes sont imprévisibles. Les graines peuvent éclore une ou deux années après les semis, certaines plantes fleurissent une année ou plus après la plantation (giroflées), certaines graines produisent des plantes stériles (volubilis)et beaucoup d »espèces ne résistent pas au soleil et au vent de mon balcon (rosiers, jasmin, bambou, laurier rose, chèvrefeuille…). D’autres plantes comme les pensées s’autosèment.

Jardinage. En mai, attention aux saints de glace

Publié le
Mamert, Pancrace, Servais sont les trois saints de glace, mais saint Urbain les tient tous dans sa main. (dicton ancien)
11,12,13et 25 mai 2016
IMG_1237
Si comme moi vous cultivez votre jardin, au sens propre comme au figuré, ne vous fiez pas au dicton « En mai fais ce qu’il te plait » car, jusqu’au 25 mai, nous ne pouvons pas nous fier aux rayons du soleil, aussi câlins soient-ils.
Je me souviens d’un mois de mai, peut-être en 1983 quand il faisait tellement froid que nous avions du remettre nos doudounes d’hiver.
Je revois et j’entends toujours la désolation de ces cultivateurs qui, en quelques nuits, avaient perdu toute la récolte de l’année, bourgeons de fruitiers et de vignes ayant gelé malgré les réchauds qu’ils avaient installés dans leurs plantations.
J’ai donc retenu la leçon et je surveille attentivement la météo jusqu’à la fin du mois de mai.
La Connectrice et son jardin suspendu
IMG_1248

Les saints de glace : dates 2016 et histoire

L’histoire

Il faut remonter jusqu’en 500 ans après Jésus-Christ pour retrouver les premières traces de ces croyances liées aux saints de glace. À cette époque, les gens priaient saint Mamert pour qu’il protège les cultures et les plantations. N’obtenant pas toujours gain de cause, ils constatèrent que le temps se dégradait, cette baisse des températures intervenant toujours à la même période et pouvant aller jusqu’au gel. Initialement, ce furent saint Mamert (archevêque de Vienne), saint Pancrace, saint Servais et saint Urbain les premiers saints de glace. Les saints de glace changèrent de nom au fil de l’évolution des religions et des calendriers. Aujourd’hui, les saints de glace sont : sainte Estelle, saint Achille et sainte Rolande. Les scientifiques ont évidemment une toute autre interprétation et considèrent, grâce à des observations astronomiques, que la Terre arrive, à cette période de l’année, dans un espace où les poussières stellaires seraient plus importantes.

Les dates des saints de glace

Si le nom des saints de glace a changé, les dates quant à elles restent fidèles aux origines. Il s’agit des11, 12 et 13 mai. Une quatrième date, le 25 mai, est souvent évoquée et correspond au vieil adage : Mamert, Pancrace, Servais sont les trois saints de glace, mais saint Urbain les tient tous dans sa main. Ces saints ont chacun non seulement leur date mais également leur dicton. Le 11 mai, Attention, le premier saint de glace, souvent tu en gardes la trace. Le 12 mai, Saint Pancrace souvent apporte la glace, et le 13 mai, Avant saint Servais point d’été, après saint Servais plus de gelée. Le 25 mai, qui n’est pas un saint de glace mais qui y est rattaché, indique : Mamert, Pancrace et Servais sont des saints de glace, mais saint Urbain les tient tous les trois dans sa main.

%d blogueurs aiment cette page :