Flux RSS

Archives de Tag: cimetières américains

D-day. Une pensée pour nos amis américains

Publié le

 

Cimetière provisoire le 6 juin 1944 à Omaha beach

Résultat de recherche d'images pour "cimetière américain en france"

Cimetière américain de Colleville-sur-mer (Normandie)

saint-james

Cimetière américain de Saint-James (Bretagne)

Le 75ème anniversaire du débarquement et de la défaite des envahisseurs allemands rappelle que des centaines de milliers de militaires de toutes nationalités et de civils sont morts pour la libération de la France.

Parmi ces militaires venus à la rescousse, on compte 200 000 américains, la plupart très jeunes, une plaie toujours ouverte pour leurs familles. Si la plaie reste ouverte, c’est parce que les familles se sentent méprisées, ignorées par l’ingratitude de la France représentée par ses gouvernants et par une partie de son peuple anti américain au prétexte de l’anti capitalisme.

Expérience personnelle

J’ai vécu aux USA et j’y ai rencontré des gens de toutes origines qui me demandaient pourquoi les français étaient aussi ingrats alors que leurs proches étaient morts pour libérer la France. J’hésitais à leur donner une réponse juste mais je  comprenais leur douleur devant cette injustice ressentie personnellement. Je ne pouvais que confirmer que des français étaient effectivement anti américains bien qu’ils imitent la culture américaine avec la musique (rock, rap, etc), l’alimentation (hamburgers, coca-cola, ketchup, philadelphia cheese, chips, pancakes, cocktails, etc), accoutrement (baggy, hoodies, casquette de base ball à l’envers, sweat, baskets, etc) et langage sans compter le monde de l’informatique et de l’Internet avec les réseaux dits « sociaux ».

Alors je pense à tous ces américains universitaires, enseignants, ouvriers, employés, professions libérales que j’ai rencontrés dans les villes et les campagnes, dans les hôpitaux et les magasins, les restaurants et les bars, les taxis et les théâtres, les universités et les écoles.

Je pense à ces femmes mariées à des militaires, l’armée de métier étant un secteur recherché par les chômeurs, les déclassés et victimes de la crise industrielle comme dans la rust belt ou Detroit. Des femmes aimables acceptant de petits boulots pour nourrir leurs enfants, l’angoisse au ventre se demandant si leur époux reviendrait sain et sauf.

On peut porter toutes sortes de jugement sur la politique américaine impérialiste mais tous les individus ne sont pas impérialistes même s’ils sont contraints et forcés de participer à cette politique pour des motifs économiques.

Partager la peine et l’humiliation des familles et proches des 200 000 soldats américains morts pour la France est une question d’humanité.

La connectrice

%d blogueurs aiment cette page :