Flux RSS

Archives de Tag: circoncision féminine

L’excision. Le dernier documentaire de Mireille Darc ce soir sur France2

Le sur 

L’excision : le plaisir interdit, le dernier combat de Mireille Darc

Par  Blaise de Chabalier Publié le 
FRANCE 2/ 22H55 – Dans ce documentaire, la comédienne décédée offre une écoute inédite aux victimes.

«J’ai voulu aller à la rencontre de ces femmes, dire leur douleur, laisser la souffrance et la violence s’exprimer.» L’excision: le plaisir interdit , documentaire inédit et poignant, le dernier réalisé par Mireille Darc, décédée le 28 août dernier, évoque une violence inouïe faite aux femmes. De sa voix douce mais déterminée, elle dit vouloir «comprendre, et puis dire non. Non à cette pratique qui met en danger la vie des femmes. Non à cette pratique, parce qu’aujourd’hui une petite fille est excisée toutes les quatre minutes dans le monde.»

Les chiffres donnent le tournis: deux cents millions de femmes sont mutilées à travers la planète. En France, elles sont soixante mille à avoir été excisées, parfois dans l’Hexagone, même si cette pratique est un crime en droit français. Le plus souvent, c’est à l’occasion de vacances dans leur pays d’origine (Égypte, Soudan, Éthiopie, Somalie, Mali, Guinée), que ces fillettes, parfois même des adolescentes, sont «coupées». Au nom d’une tradition barbare qui n’a en réalité rien à voir avec la religion. Une tradition qui correspond à une volonté masculine de contrôle des femmes. «C’est toute la société qui demande aux mères de préparer leurs filles aux critères du mariage. Or l’excision est un critère important puisque les hommes refusent de se marier avec une femme non mutilée, jugée impure», dit Serena, une Égyptienne vivant en France. Elle est la seule de sa famille, depuis dix générations, à ne pas avoir subi l’ablation du clitoris. «Mon père s’y est opposé», glisse-t-elle.

Halimata, Fanta, Sérénade ou encore Diaryata, toutes témoignent de leur traumatisme. Mondialement reconnu, le docteur Foldès, chirurgien français sait «réparer» ces femmes et leur offre une lueur d’espoir.

Programme

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/l-excision-le-plaisir-interdit-le-dernier-combat-de-mireille-darc_bc274a50-d428-11e7-8428-569ae9712d9b/

Vous avez besoin d’aide ?

  • L’institut en santé génésique est devenu Women Safe pour poursuivre son travail parrainé par Florence Foresti

Communiqué de presse :

http://www.datapressepremium.com/rmdiff/2010143/CPWomenSafeInstitut1.pdf

  • Missions, engagement et contact pour Women Safe

http://www.women-safe.org/association/connaitre-women-safe-institut-sante-genesique.html

Women Safe est un centre opérationnel pilote de prise en charge des femmes victimes de violences, unique par son mode opérationnel global.

Les modalités d’accueil assurent la confidentialité, la gratuité, l’égalité d’accès et de traitement pour toutes les victimes.

Éveiller les consciences et prendre en charge les victimes

Habituellement, les violences faites aux femmes sont traitées de façon spécifique et trop ciblée.

Plus inquiétant : les professionnels ne travaillent pas de concert, les services sociaux sont généralement distincts des réponses juridiques, et la médecine est absente.

Women-Safe propose une approche radicalement différente qui repose sur des principes essentiels :

  • Un seul lieu de prise en charge, réunissant médecine et justice, basé dans l’enceinte d’un centre hospitalier ;
  • Une organisation pluridisciplinaire (infirmières, psychologues, médecins, juristes, avocats), représente l’ensemble des actions psycho-sociales, juridiques et médicales, de l’accueil à la prise en charge de la femme victime de violences, jusqu’à la résolution de la situation ;
  • Une prise en charge de tous les types de violences (physiques, sexuelles, psychologiques, économiques, rituelles…), quelle qu’en soit l’origine ;
  • Women Safe a protocolisé avec les Urgences Adultes du centre hospitalier de proximité et le dispositif de prise en charge chirurgicale, ainsi qu’avec le Parquet et le Barreau de Versailles ;
  • La formation et l’information de l’ensemble des professionnels de santé, du social, de la justice, des élus,  des institutions et de la société civile, à la prise en charge des femmes victimes, quel que soit le type de violences : de la prévention et du dépistage au traitement et au suivi.

Revue de presse

Contact Women Safe

Women Safe numéro d'urgence pour les femmes victimes de violences : 01 39 10 85 35. 20 rue Armagis 78110 Saint-Germain-en-Laye Vous rendre à l'institut...

Standard Women Safe : 01 39 10 85 35

Violences femmes info : 3919 

 

Excision. En Egypte le tribunal sanctionne le père de la fillette décédée, le médecin et la clinique

Les Égyptiens sont des gens modernes. 97% des femmes sont excisées mais dans des cliniques et par des médecins, contrairement à ce que laisse supposer l’illustration de l’article. Alors que l’article 242 du code pénal égyptien sanctionne (légèrement) les exciseurs depuis 2008, c’est la première fois qu’un tribunal condamne le medecin qui a mutilé la jeune fille et son père qui l’a organisée ainsi que la clinique où a eu lieu le crime. Soheir al-Batea, 13 ans, en était morte.

Comme le précise l’article ci-dessous cette coutume barbare touche aussi bien les jeunes filles musulmanes que les jeunes filles chrétiennes (coptes) et trouve ses fondements dans des racines animistes identiques à celles qu’on retrouve dans toute l’Afrique, des pratiques qui datent d’avant les religions révélées mais qui sont en synchrétisme avec elles.

L’excision pratiquée en Egypte est dite aussi « sunna » ou circoncision féminine ou  Excision à minima ou « circoncision sunna » ou excision de type I selon la classification de l’OMS car c’est une excision circulaire du prépuce clitoridien, analogue à la circoncision masculine. En principe elle ne comprend pas l’ablation du clitoris.

 Ce que dit le Coran

Les Musulmans sont en désaccord sur la question de l’excision qui semble être plutôt une pratique sunnite. Récemment l’Etat islamique et Boko Haram auraient déclaré projeter d’exciser les jeunes filles et femmes chrétiennes qu’ils avaient enlevées.

Les différentes formes d’excision
DÉFINITION ET CLASSIFICATION

L’excision, également appelée Mutilations Génitales Féminines (MGF), recouvre « toutes les interventions incluant l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou autre lésion des organes génitaux féminins pratiquées pour des raisons non médicales » (Définition de l’Organisation Mondiale de la Santé).

Selon les pays, les coutumes et les ethnies, l’excision peut prendre diverses formes. La Déclaration commune OMS/UNICEF/FNUAP a classé les mutilations sexuelles féminines en quatre types :

Type I : ablation partielle ou totale du gland du clitoris et/ou du prépuce (clitoridectomie).

Type II : ablation partielle ou totale du gland du clitoris et des petites lèvres, avec ou sans ablation des grandes lèvres (excision).

Type III : rétrécissement de l’orifice vaginal avec recouvrement par l’ablation et l’accolement des petites lèvres et/ou des grandes lèvres, avec ou sans excision du clitoris (infibulation)

Type IV : Toutes les autres interventions nocives pratiquées sur les organes génitaux féminins à des fins non thérapeutiques, telles que la ponction, le percement, l’incision, la scarification et la cautérisation.

Source http://www.excisionparlonsen.org/excision/

La Connectrice

Egypte: Le décès de Soheir al-Batea victime d’une mutilation génitale fait réagir la justice égyptienne (INTERVIEWS)

Publication: 27/01/2015 20h52 CET Mis à jour: 27/01/2015 20h52 CET
FGM 

Le 26 janvier, la cour d’appel égyptienne a condamné un médecin à 3 mois de prison ferme sur la base de la loi criminalisant la mutilation génitale. C’est la première fois qu’un tel jugement est prononcé depuis l’entrée en vigueur de cette loi en 2008.

L’opération ayant conduit au décès de la victime, Soheir al-Batea, âgée de 13 ans, l’accusé a également écopé d’une peine de deux ans de prison ferme assortie de travaux forcés et d’une amende.

La cour a en outre ordonné la fermeture de la clinique pour une durée d’un an. Le père de la fillette a écopé quant à lui de trois mois de prison avec sursis.

Ce jugement unique en son genre est le résultat des efforts du juge de la cour d’appel en vue de l’implantation d’une loi souvent remise en question. Cette loi qui avait vu le jour suite à un incident semblable prévoit une sanction pouvant aller jusqu’à deux ans de prison et 715 dollars d’amende.

Ce procès historique qui fournira dans le futur un précédent juridique en la matière est le fruit de la pression exercée par les Nations unies et les associations locales.

En effet, le programme « Mutilations génitales des femmes: accélérer le changement » initié par les Nations unies en collaboration avec les autorités gouvernementales égyptiennes et une coalition d’associations locales pour la lutte contre les mutilations génitales sont à l’origine de cette plainte, symbolisant une longue bataille en faveur de l’abolition des violences faites aux femmes.

Contacté par la rédaction du HuffPost Tunisie, l’avocat chargé de l’affaire et représentant du Centre des femmes pour l’orientation et la sensibilisation juridique, Reda Eldanbouki revient sur les débuts et l’évolution de l’affaire.

« L’importance de cette décision trouve son fondement dans le fait que c’est la première fois que l’article 242 du code pénal relatif à la criminalisation de la mutilation génitale est concrètement appliqué en Egypte. C’est surtout la première fois qu’un père est accusé et enfin jugé. Ceci est une réelle évolution dans la lutte contre les violences faites aux femmes »

 
 

L’avocat de la victime ajoute que le recours en appel était dû à la négligence du juge de première instance qui selon lui n’a pas accordé d’intérêt au dossier et qu’il décrit comme étant partial et influencé par les traditions rétrogrades qui l’ont poussé à prendre parti en faveur du médecin.

Pour autant, il existait une contradiction entre la conclusion du rapport du médecin légiste qui avait abouti à une mort causée par une allergie à un produit médical et le rapport du Délégué de la santé qui de son côté avait établi que le décès était le résultat direct de le la circoncision. Cette contradiction a permis au procureur de la République, soumis à la pression de la société civile et de la communauté internationale, de faire appel.

Le jugement favorable à la victime est survenu suite au réexamen du corps, prouvant les dommages subis suite à la mutilation des organes génitaux de la fillette et la nécessité de l’application de la peine appropriée en conséquence.

Magedy ElKhayat, chargé du plaidoyer de la communication de la coalition pour la lutte contre les mutilations génitales déclare à la rédaction:

« L’homicide involontaire n’est pas susceptible de prescription et il était donc de notre devoir de mener la bataille judiciaire jusqu’au bout. Le réel défi réside dans la nécessité de mettre fin aux agissements de ces prétendus médecins car les parents sont bien souvent ignorants, analphabètes ou inconscients. »

 Ce phénomène grave qu’est la circoncision des petites filles se produit en moyenne et selon les chiffres toutes le 15 secondes dans le monde.

En Egypte, l’UNICF a estimé récemment que 27.2 millions de femmes sont excisées c’est-à-dire environ entre 91% et 97% de la population féminine selon les différents organes de Nations Unies.

 
 

fgm

Bien que les chiffres demeurent alarmants, le recours à ce genre de pratiques est de moins en moins populaire. Les statistiques évoquent même une baisse pour compter74% de jeunes filles excisées entre l’âge de 15 à 17 ans surtout dans les régions urbaines.

La pénalisation de cet acte plutôt rituel que religieux a été remise en cause ces dernières années par des mouvements réactionnaire. En ce sens, l’ancienne députée islamiste Azza Al Garf, qui considère comme son parti la circoncision féminine comme étant une chirurgie plastique, avait déclaré:

« L’excision est une décision personnelle propre à chaque femme, en fonction de ses besoins. Si elle en a besoin, elle peut aller voir un médecin. »

 Cet avis n’est évidemment pas pris en compte par l’Organisation mondiale de la santéqui considère le FGM (mutilation génitale féminine) comme une intervention qui altère ou lèse intentionnellement les organes génitaux externes de la femme pour des raisons non médicales.

fgm

Walaa Ismail, jeune médecin et activiste évoque le besoin de lois plus strictes et surtout la nécessité d’exiger un suivi de ces nombreux cas, spécialement dans les régions rurales.

« La plupart des mes patientes ont de sévères problèmes en matière de relations sentimentales ou conjugales. Ceci est dû au trauma psychologique qu’elles ont subit ou à la suppression de leur clitoris. Elles sont inaptes à avoir des orgasmes optimaux et sont souvent répulsées à l’idée même d’avoir des rapports sexuels », a-t-elle déclaré au HuffPost Tunisie.

 PLUS:
Egypte: Les efforts du gouvernement pour exécuter la mutilation …

la pratique de l’excision/mutilation genitale feminine – UNICEF Office …

Polémique sur l’excision en Égypte – Les Observateurs – France 24

En rue ou à la maison, les Égyptiennes restent des proies trop faciles

Le sexe, un tabou qui fait mal aux Egyptien-ne-s

Comment mettre fin aux mutilations génitales féminines ?

 
%d blogueurs aiment cette page :