Flux RSS

Archives de Tag: cormoran

Buttes-Chaumont. Les cormorans sont à la fête

Cormoran joli

2 cormoran paris rec 31 janv 2015 204 (2).jpg

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2015/02/01/les-cormorans-de-paris-3036117.html

2-IMG_3789

Des cormorans perchés sur un « reposoir », ici un platane près du lac des Buttes-Chaumont

Hier, je m’interrogeais sur l’identité de ces oiseaux haut perchés et un lecteur me répondait qu’il s’agissait de cormorans ce qui m’a été confirmé aujourd’hui par plusieurs personnes. J’ai même pu les voir plonger depuis le sommet du platane sur le lac, replonger pour pêcher et se reposer sur la digue en déployant leurs ailes à moitié.

Cormoran_Poudrette red-recadré.jpg

Pourquoi le cormoran déploie-t-il ses ailes lorsqu’il est au repos ? Pour les sécher ? pour se réchauffer en faisant travailler ses muscles ? pour mieux digérer le poisson qu’il vient d’avaler tout cru ? http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2014/02/02/les-voies-du-cormoran-sont-difficiles-a-suivre-8092889.html

Une amie me racontait qu’elle en voyait régulièrement depuis environ quatre ans sur le canal de l’Ourcq. On lui avait dit que leur présence annonçait un changement de temps et je veux bien le croire si, comme les mouettes, en cas de tempête sur les côtes ils remontent la Seine pour se mettre à l’abri dans les terres.

Cormoran nuisible

Cormorans_Arsenal-27nov10d.jpg

L’arrivée des cormorans ( ph. Y.Gestraud) http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2010/11/28/d-ou-viennet-les-cormorans.html

Il y a quarante ans, ils étaient au bord de la disparition dans nos pays. Aujourd’hui, ils sont presque devenus un fléau, provoquant depuis plusieurs années la colère des pisciculteurs et des pêcheurs, inquiétant les responsables d’aéroports, mobilisant les députés français et européens, des dizaines d’équipes de recherche de par le monde, suscitant des plans d’action et de lutte, des réunions de toutes sortes… Les cormorans sont devenus une «cause». Peut-être moins médiatiques que les loups ou les ours, ces oiseaux illustrent parfaitement la difficulté des relations entre l’homme, et ses activités, et la faune sauvage. Et leur pullulation menace de plus certaines espèces rares de poissons.

Le cormoran n’a pas, en général, dans nos esprits, une image trop négative. Pourtant, il était parti du mauvais pied. Ainsi, à bord de l’Arche de Noé, il est puni par le patriarche pour mauvaise conduite. Qui lui retire donc la petite glande productrice d’une substance qui, chez les autres oiseaux, imperméabilise le plumage. Noé lui donne également une couleur noire. D’où sans doute son nom. Car cormoran veut dire «corbeau de mer». Ce qui n’est pas trop encourageant. Même La Fontaine le brocarde dans la fable Les Poissons et le Cormoran où il apparaît sous un jour très fourbe…

http://www.lefigaro.fr/sciences/2009/08/26/01008-20090826ARTFIG00318-pourquoi-les-cormorans-sont-ils-devenus-un-fleau-.php

Tout d’abord, deux mots sur le Grand Cormoran qu’on peut voir en hiver à Paris et en banlieue : il nous vient du nord, essentiellement Pays-bas et Danemark,  pour passer l’hiver dans toute la France. C’est un pêcheur de poisson qui vit en groupe. La sous-espèce qui nous visite se reconnait en plumage nuptial ( dès janvier…) à sa nuque marquée de blanc.

lI coupe son temps de pêche de périodes de repos où on le voit souvent prendre sa position caractéristique, ailes écartées. Cela a longtemps été interprété comme une manière de sécher ses ailes, mais c’est actuellement remis en cause : on parle plutôt d’une méthode pour se réchauffer le corps en faisant travailler ses muscles.

La population hivernante de la Petite Couronne est d’environ 700 individus qui se regroupent en 2 gros dortoirs ( sur la Seine en aval de Saint-Denis et sur la Marne, dans la bouche de St-Maur) ainsi que 3 dortoirs de taille plus réduite ( Île Seguin, la Courneuve et Villepinte )…

Donc… souvent je me suis levé de bonne heure… pour être sur le terrain avant les cormorans, que ce soit à la Villette où arrive un canal qui conduit les cormorans venant de Saint-Denis, à Sevran pour voir s’il en venait de Villepinte ( un peu) ou de plus à l’est (un peu aussi), au pont de Sèvres ou au pont d’Austerlitz. J’ai ainsi pu confirmer l’idée qu’ils suivent bien les cours d’eau, du moins à l’aller. Je pense même que c’est ce qui explique la modification progressive des lieux de pêche : les plus motivés partent tôt et savent où ils vont. Les autres attendent un peu puis longent les cours d’eau jusqu’à trouver des copains en train de pêcher ! Ils se joignent alors à la pêche qui peut donc rapidement atteindre la centaine de participants( cas de la Villette en 2011). Quand le secteur est épuisé, ou si les premiers arrivés n’ont rien trouvé, ils vont plus loin… C’est ainsi qu’un joli groupe ( au moins 70) a visité plusieurs jours de suite le secteur de la Folie à Bobigny avant d’aller plus loin jusqu’au pont de Bondy.

C’est à cette occasion qu’ils peuvent former des reposoirs comme on en voit par exemple en plein coeur de Paris.

http://lesoiseauxenville.skynetblogs.be/archive/2014/02/02/les-voies-du-cormoran-sont-difficiles-a-suivre-8092889.html

Le cormoran est le symbole des contradictions de notre époque. Devenu protégé sur ses lieux de nidification dans les pays scandinaves , il prolifère. Et donc extermine les poissons de nos rivières au grand dam des pêcheurs et surtout vide les étangs, ce qui porte un coup mortel à une pisciculture douce.
Un cormoran isolé c’est joli sur la Seine, une troupe de cormorans qui digère sur les bords d’un étang vers midi, c’est sombre, inquiétant, et ça sent très mauvais…http://www.pariscotejardin.fr/2018/01/grand-cormoran-sur-la-seine-a-paris/

%d blogueurs aiment cette page :