Flux RSS

Archives de Tag: délinquance

L’institut pour la Justice interroge les candidats sur sécurité, prisons, victimes et Justice

Publié le

Je trouve dommage que personne ne propose d’alternative à la prison comme le bannissement/exil, le bagne/travaux forcés, une forme sérieuse des travaux d’intérêt général, une amélioration du bracelet électronique, etc.

On le sait, la prison est souvent l’école du crime. Par exemple de nombreux terroristes se sont radicalisés en prison, de petits délinquants sont devenus braqueurs, des prisonniers agressent ou violent des codétenus, les prisonniers sortent enragés et la prison n’empêche pas la récidive.

L’institut pour la Justice a interrogé les candidats à l’élection présidentielle sur le sujet de la sécurité. Pour l’instant, seul Nicolas Dupont-Aignan a répondu. A suivre.

LC

Les candidats à l’élection présidentielle le sont désormais officiellement.

Leurs programmes sont achevés, publiés, diffusés. Avec mon équipe nous les avons décortiqués pour y trouver les réponses à toutes nos demandes en matière de justice et de sécurité.

Certains expliquent :

Que l’on doit lutter contre la délinquance en légalisant le cannabis, cette drogue qui fait des ravages chez nos jeunes les plus vulnérables.

D’autres veulent construire 15 000, 16 000, 40 000 places de prison. La majorité des candidats ne veulent en construire aucune, je dois vous l’écrire, cela m’inquiète.

Certains s’intéressent au sort des victimes et d’autres un peu moins… Je ne peux m’empêcher de penser aux parents d’un petit garçon sauvagement assassiné qui nous écrivent régulièrement.

Mais qui parle vraiment du terrorisme et de l’atroce menace qu’il fait planer ?

Ne comptez pas sur les médias, qui ont vraisemblablement mieux à faire, pour vous expliquer sans parti pris les propositions de chacun.

Mais, nous l’avons fait.

Et nous avons même contacté tous les candidats pour leur proposer de nous détailler leur programme justice et sécurité.

Le premier à avoir répondu est Nicolas Dupont-Aignan, qui a enregistré un entretien vidéo avec nous.

 

Beaumont-Persan. Au moins deux délinquants dans la famille Traoré qui se dit victime de harcèlement policier

Nouveau au 02/08/2016

Ce matin sur France Inter , le nouvel avocat de la famille Traoré, Yacine Bouzrou, annonçait qu’il allait déposer plainte dans le courant de la semaine, pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner » en se basant sur le « syndrome asphyxique » mentionné dans les autopsies et le rapport des gendarmes qui disent s’être mis à trois pour maîtriser le fuyard.

 Nous pouvons nous attendre à un long débat d’experts sur le thème  : l’asphyxie à retard est-elle vraisemblable ? Ils ne manqueront pas de souligner qu’Adama Traoré était toujours vivant après que les trois gendarmes se soient couchés sur lui pour le maintenir au sol. Les autopsies n’ont pas relevé un écrasement de la cage thoracique ou une perforation des poumons ni de traces de strangulation.

Par ailleurs on remarquera que les manifestants réclamant que justice soit faite pour Adam sont revêtus de superbes T-shirts et tiennent des banderoles parfaitement imprimées. Qui a payé pour ces produits ? Qui a organisé leur distribution ?

Rassemblement devant la Gare du Nord à l'appel des proches d'Adama Traoré, samedi 30 juillet, à Paris.

http://www.liberation.fr/france/2016/07/31/a-paris-la-marche-en-memoire-d-adama-traore-bloquee-par-la-prefecture_1469495

Afficher l'image d'origine

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20160726.OBS5307/mort-d-adama-traore-ce-que-l-on-sait-une-semaine-apres-les-faits.html

Par contraste avec la mort malheureuse d’un repris de justice, Les citoyennes et citoyens qui ont marché en hommage au père Hamel égorgé par des djihadistes pendant sa messe dans son église n’ont pas eu besoin de faire imprimer des T-shirts et ont appelé à la fraternité.

Afficher l'image d'origine

http://media1.woopic.com/661/f/822×700/q/85/p/afp-news%7C49e%7C9ac%7C2a8ed803a184ac5449fe4dd746/000_DP8EX-highDef.jpg

© Imaz Press Réunion

http://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/une-marche-silencieuse-en-hommage-au-pere-hamel-383803.html

__________________________________________________________

_______

Après le décès malencontreux d’Adama Traoré, lui même repris de justice et interpellé pour rébellion à l’exercice de la force publique parce qu’il s’était opposé à l’arrestation de son frère Baguy sur réquisition du parquet pour extorsion de fonds et agression à domicile, les manifestations et émeutes se poursuivent pour dénoncer les brutalités et le harcèlement policiers dont auraient été victimes la famille.

Cette famille, apparemment nombreuse selon les traditions africaines qui incluent  le père, plusieurs épouses et leurs enfants, les cousins et toutes les personnes que le patriarche a fait venir du village parfois sous une fausse identité pour bénéficier des allocations familiales, cette famille ose se poser en victime du harcèlement policier.

A celles et ceux qui m’accuseraient de trop regarder et écouter les médias, je précise que je parle en connaissance de cause ayant été bénévole auprès de ce type de famille à l’époque où mon bon cœur me rendait aveugle. J’ai personnellement aidé et défendu des familles arabo et afro-musulmanes. Je ne le regrette pas parce que ça m’a ouvert les yeux.

Au moins deux délinquants qui ont fait profiter la famille de leurs largesses, laquelle famille a profité des larcins, trafics  et escroqueries de ses gentils membres sans se soucier de l’origine de cette aisance, à l’image de la plupart des familles de délinquants. La pratique est très répandue dans les regroupements communautaires, ce qui explique le soutien que reçoit la famille Traoré. Il ne faudrait pas perdre le poulailler aux oeufs d’or.

Les manifestations et émeutes qui suivent le décès malheureux d’Adama Traoré sont clairement des rassemblements de délinquants qui défendent leur zone de non droit, ces repaires de malfrats,  avec tous les trafics qu’ils comptent continuer à mener au mépris des lois de la République. En réponse à ces provocations, Baguy Traoré a été remis en liberté et la force publique laisse faire les rassemblements alors que nous sommes en état d’urgence renforcé.Quelle cohérence ! Les Français ont de quoi se faire du souci.

Il reste un petit espoir d’arrêt des émeutes puisque l’avocat de la famille Traoré demande une contre expertise de l’autopsie d’Adama en précisant que le but de sa requête est précisément de faire toute la lumière sur les causes de son décès. A suivre…Il y a eu une deuxième autopsie qui a confirmé la première sur un point au moins : le corps ne portait pas de marques de violences. Rien de nouveau n’a été trouvé sur les causes du décès car il faut attendre les résultats des analyses biologiques, toxicologiques et anatomopathologiques, ce qui prendra un peu de temps supplémentaire. Mécontente du résultat des deux autopsies, la famille a changé d’avocat et demandé une troisième autopsie qui a été refusée par le procureur.

On attend les résultats des analyses, complément indispensable aux autopsie pour identifier les causes de la mort.

Il reste que rien ni personne ne ramènera les insurgés à la raison sachant qu’ils sont convaincus de leur droit à l’économie parallèle et qu’ils vouent une haine sans bornes à cette police qui risquerait (tout dépend des ordres qu’ils reçoivent de Cazeneuve)  de mettre un terme à leur délinquance. Pour se justifier ils invoquent les mânes de Zyied et Bouna, ces deux gamins ignorants qui, pour échapper à la police, s’étaient réfugiés dans un transformateur électrique. Ils invoquent aussi leurs « frères » afro-américains en reprenant leur slogan « Black lives  matter » comme si la situation était comparable. Si « tout est bon dans le cochon », il est évident que tout est bon dans le chaos.

La Connectrice

PS je ne crois pas à l’innocence absolue des policiers et gendarmes dans l’exercice de leur fonction mais je crois encore moins à l’innocence de leurs dites victimes lorsqu’elles sont des délinquantes ou des criminelles et qu’elles sont tuées ou accidentées dans l’exercice de leurs activités illégales et qu’elles s’empressent de fuir les représentants de la loi en prenant des risques mortels.

J’avoue que la famille Traoré me fait assez rigoler quand elle se plaint du harcèlement policier alors qu’elle profite des fruits de la délinquance de ses membres délinquants. Depuis quand les enquêtes de police sont du harcèlement ? Elle ne manque pas de culot la famille Traoré !

Lire aussi

http://www.bvoltaire.fr/philippebilger/affaire-traore-la-gendarmerie-forcement-coupable,273851

Personne, évidemment, ne se risque à évoquer le passé d’Adama Traoré. Etait-il effectivement ou non sorti de prison un mois et demi avant le 19 juillet ? On glisse sur le fait qu’il serait intervenu pour assister son frère Bagui concerné, avec d’autres, par une enquête préliminaire pour extorsion de fonds, même si ce dernier affirme qu’Adama aurait fui parce qu’il n’avait pas ses papiers.

Ces informations n’auraient pas rendu moins douloureuse la mort d’Adama pour sa famille, ses parents, son frère et sa sœur Assa, tous deux très présents médiatiquement, mais elles seraient nécessaires pour déterminer si les gendarmes ont été confrontés à des angelots ou à des jeunes gens décidés à en découdre.

[…]

Dans le climat de ces dernières années, il est tristement normal que la famille Traoré soupçonne et incrimine.

Il n’est pas habituel, en revanche, qu’un avocat sollicite une « contre-autopsie », comme si la première était sujette à caution « malgré la compétence des médecins légistes […] et pour rassembler le maximum d’informations claires pour la famille ». Comment laisser entendre plus élégamment qu’il doit y avoir une vérité acceptable pour la famille ?

Il est vaudevillesque mais prévisible que Me Karim Achoui s’immisce sans titre dans ces péripéties et qu’il soit clairement renvoyé à la déontologie par le confrère en charge du dossier, Me Zajak.

[…]

Tout est fait, depuis le 19 juillet, pour susciter le trouble dans le certain et la malignité dans l’évidence.

Car il est manifeste que la déontologie des journalistes s’arrête juste avant le traitement de ces incandescences régulières, toujours appréhendées sur le même mode. L’objectivité est inconcevable puisque la cause est toujours entendue.

Pas pour moi. Je regrette, mais les Traoré ne sont pas forcément respectables et la police et la gendarmerie pas forcément coupables.

Extrait de : Les Traoré forcément respectables, la gendarmerie coupable forcément !

En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/philippebilger/affaire-traore-la-gendarmerie-forcement-coupable,273851#8IQhep36Mcz8ompq.99

Faux islam et délinquance. Deux cambrioleurs arrêtés dans la nuit du 23 au 24/01/2015

Deux faux musulmans connus pour leur radicalisation, ont été pris en flagrant délit de cambriolage dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24 janvier 2015.

Âgés de 28 et 34 ans, ils avaient repéré une maison inoccupée au Chesnay dans les Yvelines. Heureusement, un voisin a donné l’alerte et prévenu la police qui n’a eu qu’à cueillir les délinquants d’un l’un était fortement alcoolisé malgré son engagement islamique. L’islam interdit la consommation d’alcool. On peut donc en déduire qu’il s’agissait encore de faux musulmans comme les Kelkal, les Mérah, les Nemmouche, les Coulibaly, les Kouachi et tous les autres qui garnissent les prisons françaises.

Les deux hommes ont menacé de mort les fonctionnaires de police ce qui est habituel avec ces faux musulmans qui affirment que les lois d’Allah sont supérieures à celles de la République et qui, en conséquence, ne reconnaissent pas l’autorité des représentants de l’ordre public.

LC

http://www.leparisien.fr/yvelines-78/yvelines-deux-cambrioleurs-fiches-pour-radicalisation-islamique-interpelles-24-01-2015-4475233.php

 

Non à la suppression de la rétention de sûreté. Pétition

Tout le monde n’a pas les moyens de sortir protégé par une petite dizaine de gardes du corps comme Madame Taubira, notre ministre de la Justice qui, par son mépris des victimes et sa tendre indulgence pour les délinquants et criminels nous jette en pâture à ceux-ci.
C’est pourquoi j’ai signé sans hésitation la pétition lancée par l’Institut pour la justice contre la suppression de la rétention de sûreté, ce cadeau infâme fait aux criminels.
Signez aussi cette pétition qui a déjà recueilli près de 80 000 signatures.
La Connectrice

Pétition à l’attention du Président de la République et du Premier ministre

Monsieur le Président de la République et monsieur le Premier ministre,

En tant que citoyen de notre pays, je vous demande de bien vouloir me protéger ainsi que mes proches et ma famille. La sécurité est au fondement de notre société, c’est même un droit naturel de l’Homme.

Votre garde des Sceaux s’est engagé à supprimer la rétention de sûreté, alors même que c’est un dispositif très encadré qui permet de protéger la société des criminels les plus dangereux présentant un risque élevé de récidive.

Je vous demande de ne pas supprimer la rétention de sûreté car il est de votre devoir de nous protéger et de lutter efficacement contre la récidive.

J’attends de vous que vous agissiez avec responsabilité, courage et fermeté.

Respectueusement.

Délinquance, ça grimpe, ça grimpe. L’âge des délinquants, ça baisse, ça baisse

Publié le

A la lecture des faits divers et dans la vie quotidienne chacun de nous peut constater que la délinquance progresse à un rythme effrayant et qu’elle ne touche pas que les « autres ».

Qui, aujourd’hui en France n’a pas été insulté, menacé, agressé, cambriolé, délesté de son argent et de ses papiers, abusé, escroqué, et vu sa carte bancaire utilisée à son insu ? Qui ne connait pas dans son entourage au moins une femme violée, une femme battue, des enfants rackettés, des enfants obligés de travailler parfois de se prostituer, des enfants contraints de se plier aux exigences de leurs grands frères délinquants qui trafiquent en tout genre, un professeur giflé par des élèves ou leurs parents, etc. ?

Le plus grave, me semble-t-il, c’est que nos enfants ne sont plus à l’abri de la délinquance dans leur vie quotidienne, à l’école, sur le trajet de l’école et dans la pratique de leurs loisirs. L’école n’est plus le havre de paix qu’elle doit être et qu’elle était encore il y a une vingtaine d’années.

Les violences entre enfants commencent dès la maternelle et se traduisent par du harcèlement psychologique (moqueries, méchancetés verbales relayées par les téléphones et Internet), du harcèlement physique (bousculades, coups), agressions sexuelles (exhibitionnisme, attouchements, viols), insultes, menaces, rackett et, à leur paroxysme par des meurtres ou assassinats.

 En France, 10 % des collégiens rencontrent des problèmes avec le harcèlement et 6 % en subissent un qu’on peut qualifier de sévère à très sévère. Et le tabou est encore très fort sur ces questions : les jeunes n’osent pas dénoncer, ni les parents porter plainte, et l’Education nationale peine à juguler le problème.

Des insultes aux violences. Insultes, bousculades, racket de goûter ou d’argent, obligation de voler, coups, attouchements… Le harcèlement existe sous toutes les formes, depuis l’école primaire jusqu’au lycée. Désormais, le web et les réseaux sociaux font que ces calvaires se poursuivent parfois une fois les cours finis.

www.agircontreleharcelementalecole.gouv.fr/

Dès leur entrée en 6ème, moment où les écoliers sont moins protégés par leurs parents du fait des rythmes scolaires, ils subissent toutes sortes de violences, coups, rackett et viols qui s’ajoutent aux violences ordinaires que nous avons tous et toutes connues, résultant des contraintes des établissements et de la pression découlant de la difficulté des études, de l’arbitraire de certains enseignants, des jalousies des condisciples et de l’impossibilité pour la plupart de définir des objectifs d’avenir. L’enseignement public n’ayant pas la volonté de protéger les enfants contre toutes les formes de violence, ils sont de plus en plus nombreux à suivre leur scolarité dans l’enseignement privé, ce qui est fort dommage pour l’école de Jules Ferry, publique, laïque et gratuite.

Un élève de cinquième me racontait récemment comment il avait dû quitter son collège public pour se réfugier dans un collège privé. Il racontait qu’il avait été victime de rackett de la part d’un cancre afro-musulman de 13 ans qui le frappait régulièrement et menaçait de cambrioler son appartement sans que le directeur de son collège n’intervienne. Pourtant le tortionnaire était déjà connu de la police. Ce gamin est futé, il a envie de travailler et travaille bien, il est gentil et poli, il est blanc, toutes caractéristiques qui sont mal venues dans nos établissements publics aujourd’hui. Le directeur du collège non seulement restait dans le déni des violences que subissait l’enfant mais il tentait de dissuader les parents de porter plainte. Finalement, les parents ont porté plainte et inscrit leur fils dans un collège privé où il est très heureux et dit lui  même que responsables et enseignants protègent les collégiens d’agressions d’éléments extérieurs à l’établissement. Il peut étudier et travailler en paix.

Malheureusement, dans la plupart des établissements scolaires, être bon élève est une tare. Il faut être cancre, bête et méchant pour se faire respecter. Les bons élèves sont persécutés par les mauvais qui ont inventé le « jeu de l’abattage contre les bons élèves ». Exemple à Carcassonne, au collège Chénier.

Le « jeu de l’abattage » contre les bons élèves. Collège Chénier, Carcassonne : En décembre 2010, une maman témoignait : « Mon fils a peur, il ne veut plus aller au collège. Il m’a dit qu’il n’allait pas y couper, que la prochaine victime de l’abattage, c’est lui ». L’abattage est un engrenage aussi bête que méchant. L’espace de quelques secondes, un groupe se forme autour d’un enfant auquel ses camarades infligent une pluie de coups, de plus en plus fort. « Il y a un an déjà, mon fils était rentré avec un œil au beurre noir. Ce n’était pas gravissime, mais mon garçon a été choqué ». Un élève de 3e confirme : « Dans ma classe, c’est mal vu d’être bon, c’est presque la honte d’avoir des bonnes notes. On se fait insulter. Alors on garde le silence pendant les cours ».

D’autres enfants sont victimes de harcèlement au prétexte de ne pas se soumettre à la dictature de la mode et de ne pas ressembler à des stars de la téléréalité.

Insultées pour leur physique. Sylvie Voisin, Grenade (Haute-Garonne) : « Nos deux jumelles, se levaient le matin angoissées en nous disant qu’elles ne voulaient plus aller à l’école, et le soir on les récupérait en pleurs ». Scolarisées en CM2 dans une école religieuse, « elles étaient bousculées, insultées, on leur disait qu’elles étaient moches, grosses, mal habillées… Elles prenaient le chemin de la dépression. Du coup, avec l’aide du CNED, nous avons décidé de les retirer de l’école et je leur ai fait l’enseignement à la maison en attendant la rentrée en sixième.»

Attachée à un poteau. BTS hôtellerie, Saint-Girons : Le mois dernier, le tribunal de Foix a condamné sept lycéens pour violences volontaires. Le harcèlement qu’ils imposaient à une jeune fille de leur classe est allé jusqu’à tenter de l’attacher à un poteau d’arrêt de bus en face du lycée professionnel, où ils avaient peint « tu pues » et « t’es moche ». N’y arrivant pas, ils l’ont aspergée de shampoing, de lessive et de liquide vaisselle. La jeune fille a interrompu sa scolarité de longues semaines. http://www.ladepeche.fr/article/2012/01/25/1269402-harcelement-a-l-ecole-faire-tomber-le-tabou.html

Mais le harcèlement peut partir d’un mot, d’un regard, d’une broutille. Ce soir, dans Zone interdite, sur M6, un reportage donnait la parole à une harceleuse et une harcelée. L’affaire avait été arrêtée par le comportement énergique du CPE. La harceleuse avait été renvoyée de l’établissement scolaire et la harcelée avait été accompagnée pas à pas dans une collaboration étroite entre sa mère et le CPE. A contrario, on revenait sur la tragédie de Carla, assassinée par Gaétan qui était venu « défendre » sa soeur https://laconnectrice.wordpress.com/2011/06/22/assassinat-de-clara-la-mere-du-tueur-approuvait-la-paire-de-claques/. L’établissement scolaire et la gendarmerie, prévenues par les parents de Carla n’avaient pas réagi ne prenant pas au sérieux une dispute qui ne cessait de grossir. Ce documentaire nous emmène en Finlande, à où après des massacres dans les lycées, les établissements scolaires ont mis au oint des méthodes efficaces d’éducation au respect de l’autre. Les Finlandais sont partis du constat que les lycéens assassins avaient été eux-m^mes harcelés à l’école.

De nombreux faits de violences dans les établissements scolaires

On apprenait cette semaine que le lycéen poignardé par un camarade à Blaye était décédé suite aux coups portés. Il est absolument inadmissible qu’un enfant puisse mourir sous les coups d’un autre dans un établissement scolaire. Malheureusement, les agressions à l’arme blanche et le rackett sont devenus monnaie courante dans l’environnement scolaire qui est gangrené par la violence. Les enfants ne sont pas les seules victimes de cette peste Depuis le début de la rentrée scolaire en septembre 2012, une dizaine d’enseignants ou surveillants ont été agressés, et parfois blessés, dans des établissements scolaires français. Face à ces violences, le ministre de l’éducation Vincent Peillon avait annoncé à la mi-septembre la création d’une délégation visant à lutter contre les violences scolaires.http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/03/21/mort-de-l-eleve-poignarde-dans-un-lycee-a-blaye_1851398_3224.html

  • Février 2013 Les statistiques de la police en attestent, ainsi que les témoignages d’élèves. Les agressions, doublées de vols (souvent de smartphones) sont en recrudescence. Encore sous le choc. Le petit Julien*, 14 ans, a très précisément décrit la scène aux policiers, quand sa mère, Estelle*, l’a emmené porter plainte au commissariat d’Orléans. « Pour vol avec violence. Après qu’on lui a racketté son smartphone, à la sortie du collège. »…Autre lieu, le collège Saint-Euverte, même acte délictueux. Élève en classe de sixième, Arthur* dit régulièrement observer des faits de racket. « Ça arrive très souvent. Les gars n’attendent pas devant les portes du collège, mais dans une rue juste à côté. » À l’écart des surveillants donc. D’après lui, les délinquants ciblent les téléphones portables et les affaires de marques, des vêtements aux trousses. Certains volent carrément les sacs. « Si on ne se laisse pas faire, ils nous projettent à terre, en tirant sur nos affaires. C’est déjà arrivé que des gars soient poussés sur la route. C’est pour ça que l’on voie régulièrement des voitures de police rôder autour du collège, aux heures de sortie », analyse le collégien, outré….Les petits délinquants ciblent les smartphones 

Un phénomène que confirme la police orléanaise : en 2012, 22 plaintes ont été enregistrées pour extorsions ou vols avec violence, dans l’enceinte d’établissements scolaires ou aux abords immédiats. C’est deux fois plus qu’en 2011 La scène se déroule devant un établissement du centre-ville. Il est 16 heures quand, à la sortie des cours, un jeune l’aborde « et me demande de lui prêter mon portable ». Le collégien refuse. Cinq autres jeunes l’entourent, menacent de s’en prendre physiquement à lui, le poussent violemment. Et le détrousse. http://www.larep.fr/loiret/actualite/2013/02/08/l-inquietante-progression-du-racket-1436316.html

  • 27 février 2013. Migennes, dans l’Yonne. Racket. Entre le 31 janvier et le 19 février dernier, un élève scolarisé en classe de 6e au collège de Migennes aurait été victime de racket de la part d’un de ses camarades de classe.

    La jeune victime aurait été menacée et se serait fait extorquer plusieurs biens, dont un téléphone mobile, un ordinateur portable, une console de jeu, une lunette astronomique et une tablette tactile. Pour se faire remettre ces objets, le racketteur présumé aurait menacé la victime de représailles de la part de jeunes de 3e si elle ne cédait pas.

    L’enquête, menée par les gendarmes de la brigade de Migennes, a permis d’interpeller l’auteur présumé des faits. Celui-ci devra s’expliquer, fin mars, devant le juge des enfants. 

    http://www.lyonne.fr/yonne/actualite/2013/02/27/un-collegien-devant-la-justice-pour-une-affaire-de-racket-1457635.html

  • 27 février 2013. Lycéen poignardé.  un lycéen parisien de 18 ans a été blessé mercredi 27 février par un agresseur qui est entré dans sa classe et qu’il a suivi, avant de recevoir plusieurs coups de couteau dans le hall de l’établissement, a-t-on appris de sources proches de l’enquête et auprès du rectorat. L’agresseur présumé est un ancien élève de ce lycée du 13e arrondissement de Paris, âgé de 17 ans, qui venait « de quitter l’établissement il y a quelques jours », selon une source proche de l’enquête http://tempsreel.nouvelobs.com/faits-divers/20130227.OBS0240/paris-un-lyceen-poignarde-dans-son-etablissement.html
  • 22 JUIN 2012 Libourne . Collégiens rackettés. Deux élèves ont été rackettés par quatre jeunes de 15 ans, extérieurs au collège Saint Joseph. Les faits remontent au début de la semaine. Quatre jeunes de 15 ans encadrent un élève de sixième à la sortie des cours, vers 16 heures, à proximité du collège Saint-Joseph. Pendant que l’un d’eux menace le plus jeune avec un couteau, les trois autres fouillent son sac et lui volent des objets personnels. En fin d’après-midi, le père d’un autre collégien d’une douzaine d’années, lui aussi victime de racket de la part des mêmes adolescents, prend ces derniers à partie, place Abel-Surchamp. Alors qu’ils prennent la fuite, il parvient à en rattraper un. Un jeune de la bande revient alors sur ses pas, parvient à mettre le père à terre et le roue de coups de pied. L’arrivée de la police municipale mettra en fuite le quatuor infernal. Le quinquagénaire s’en sort avec des points de suture au niveau du crâne. http://www.sudouest.fr/2012/06/22/deux-cas-de-racket-au-college-saint-joseph-750524-2966.php

  •  L’opinion du responsable sécurité de l’UMP, Eric Ciotti

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Eric-Ciotti-La-delinquance-n-a-jamais-ete-aussi-elevee-597999 Eric Ciotti : « La délinquance n’a jamais été aussi élevée »

INTERVIEW – Éric Ciotti, député des Alpes-Maritimes et « Monsieur Sécurité » de l’UMP, dénonce la hausse de la délinquance et demande à François Hollande d’arbitrer « entre la ligne Valls et la ligne Taubira ».

Eric CiottiParu dans leJDD

Eric Ciotti estime que Christianne Taubira « incarne avec beaucoup de zèle cette gauche qui refuse l’autorité et la sanction ». (Reuters)

Pourquoi pensez-vous que les chiffres présentés en fin de semaine par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales sont alarmants?
Jamais dans notre pays les niveaux de délinquance n’ont été aussi élevés! On compte plus 15% de cambriolages en février 2013 par rapport à février 2012, et même plus 60% à Paris, une augmentation de 6% de la délinquance de proximité et de plus de 4% des violences contre les personnes. Tous les indicateurs sont au rouge, sans parler, hélas, des exemples tragiques qui se multiplient. Il y a eu Marseille, la Corse, mais aussi cette incroyable attaque de train dans l’Essonne.

François Hollande doit-il directement s’emparer de ces sujets?
J’aimerais qu’il arbitre entre la ligne Valls et la ligne Taubira. On est dans une situation totalement ahurissante. Au premier plan, le ministre de l’Intérieur dresse un écran de fumée : il tient des discours martiaux sur la sécurité et laisse entendre que la gauche a fait sa révolution culturelle. De son côté, la garde des Sceaux, qui incarne avec beaucoup de zèle cette gauche qui refuse l’autorité et la sanction, est en train de procéder à une véritable révolution pénale : elle veut aménager les peines de prison ferme, limiter les comparutions immédiates…

Et cela engendre automatiquement une augmentation de la délinquance, selon vous?
Cela modifie le sens de la peine dans notre pays ! Aujourd’hui, même ceux qui commettent des actes de délinquance très graves ne sont plus certains d’aller en prison, ce message a été compris par les délinquants ! Circonstance aggravante : Manuel Valls a désorganisé toute la hiérarchie policière mise en place par Nicolas Sarkozy. Des fonctionnaires efficaces ont été remplacés au seul motif qu’ils étaient amis de l’ancien président. On en paye aujourd’hui les conséquences.

N’est-ce pas habile de la part de Hollande d’avoir créé ce duo Valls-Taubira?
On ne peut pas gouverner avec de l’habilité. Je pense que Manuel Valls a mangé son pain blanc et que cette ambiguïté entre deux lignes ne va pas tenir très longtemps.

Macire, Salah et Seydou torturaient leurs victimes

Publié le

Macire Sy, 24 ans, Salah Khorchid, 22 ans et Seydou Tandjigora, 23 ans, habitants de la cité Curial, dans le 19ème arrondissement de Paris, attaquaient des hommes seuls (à trois c’est plus courageux…) pour les dépouiller de leurs biens et les torturer.

La plupart des victimes étant blanches, on se attend encore les protestations de Sos racisme, de la LDH et du PS.

http://www.leparisien.fr/paris-75/l-incroyable-violence-du-gang-de-la-cite-curial-15-06-2011-1493761.php

Et dire que Zemmour a été condamné pour avoir pointé l’origine culturelle des délinquants….

Kader, Selim et Mohamed ont battu à mort Thierry Simon

Publié le

Une marche blanche pour Thierry Simon

Thierry Simon, 39 ans a été battu à mort par trois jeunes chances pour la France ou, selon Sandrine Mazetier, des immigrés surdiplomés qui rapportent plus qu’ils ne coûtent, à Bollène, dans le Vaucluse. Le motif, les tueurs l’avaient pris pour une fille puis il leur avait fait le deuxième affront de leur refuser une cigarette.

http://www.europe1.fr/Faits-divers/Une-marche-blanche-pour-Thierry-Simon-541711/

Voici une sélection de commentaires d’internautes sur le forum d’Europe 1. A mon avis, l’essentiel y est dit.

  1. par marlou31 à 17:49 le 14/05/2011

    encore et encore…

    Voilà , et après on s’étonne de voir le front national arriver en bonne place dans les sondages. Pourquoi frapper à mort un innocent , pour une cigarette. C’est lamentable!! si il y avait eu une femme au volant , je pense qu’elle serait morte aussi , pour une autre raison. Un homme ne meurt pas comme ça , après un simple coup de poing. Ils l’ont massacré , ce sont des animaux barbares.

    1. par franman525 à 18:28 le 14/05/2011

      encore et encore…

      les personnes qui soutiennent ces gens là seront peut-être un jour responsables de l arrivée du front national au pouvoir…

  2. par Faux-reveur à 17:43 le 14/05/2011

    Enfin

    Ainsi nous avons fini par connaître les patronymes de ces trois « jeunes ». Simple confirmation hélas de ce que nous soupçonnions déjà…

  3. par lefada à 17:22 le 14/05/2011

    Bravo Mongolo75

    merci pour ces précisions je pense que les français ont droit à la vérité même si elle dérange.

  4. par Aurus à 17:16 le 14/05/2011

    Etonnant que les noms des agresseurs de soient

    pas communiqués ?

    1. par Faux-reveur à 18:00 le 14/05/2011

      Etonnant que les noms des agresseurs de soient

      Non pas étonnant, affligeant.Dans le même temps, certains de nos chers journalistes n’hésitent pas à divulguer dans leurs « articles » les nom, prénom et lieu de résidence de l’homme ayant brûlé récemment un Coran en Alsace, qui a été relaxé d’ailleurs. Dans quel but ?

  5. par .daika à 17:06 le 14/05/2011

    Thierry Simon

    Nous ne sommes plus en sécurité dans notre pays. Cet hommme n’avait rien fait de mal. Toutes nos pensées à sa famille qui sont dans la douleur, à cause de la bétise humaine. C’est révoltant

  6. par Mongolo75 à 17:03 le 14/05/2011

    Des précisions…

    Etant donné que le nom de la victime est communiqué, il est de bon ton de communiquer aussi ceux de ses bourreaux : Kader Chadli, 24 ans, Selim Benkhedidja, 23 ans, et Mohamed Amallou, 19 ans.

    1. par Faux-reveur à 18:41 le 14/05/2011

      Des précisions…

      Voyons, voyons, comment osez-vous insinuer qu’il pourrait y avoir ne serait-ce que le plus infime rapport entre ces patronymes et cette sauvage agression gratuite et mortelle ? Ceci est inadmissible Mongolo 75…

    2. par franman525 à 17:44 le 14/05/2011

      Des précisions…

      quand on fait le lien entre délinquance et é….. on n est pas politiquement correct et pourtant!!!!j

  7. par COCOMU à 16:55 le 14/05/2011

    De pire en pire !!!!

    Maintenant donner la mort est devenu presque un sport !On tue pour le plaisir !Cela devient c’est le cas de le dire tuant !a un moment donné , il va bien falloir remettre de l’ordre !Cette jeunesse devient (ce n’est que mon avis bien sûr) un peu trop violente ! Si elle n’a pas ce qu’elle veut, elle agresse jusqu’à tuer son prochain ! Qu’apprennent les parents à leurs enfants ???Lamentable !

  8. par kimooo à 16:47 le 14/05/2011

    Mort pour que des imbéciles prouvent leur virilité

    Ca a dû les blesser dans leur âme de siffler un mec alors qu’ils pensaient que c’était une femme. Ils avaient l’impression de passer pour des homos entre eux et donc ont voulu prouver leur virilité pour effacer cet affront qu’ils s’étaient fait à même (c’est dire si ils ne sont pas très intelligents) et ont donc décider de tabasser un mec qui n’avait rien demandé. Comme quoi, l’homophobie tue.

  9. par sissie84 à 16:33 le 14/05/2011

    Affligé par le mépris

    3000 personnes passant devant les commerces fermés en guise de soutien SAUF les deux bars où les copains des meurtriers buvaient tranquillement un petit coup en nous regardant passer avec beaucoup de mépris et de provocation !La communauté Maghrébine de la ville ne s’est pas joint à cette marche Blanche symbole de non violence ! Seule certaines mères ont eu ce courage mais à quel prix !

%d blogueurs aiment cette page :