Flux RSS

Archives de Tag: dignité

France blessée. Depuis des décades ILS nous divisent pour mieux régner

 

Nouveau Gouvernement Macron, ce que la Presse ne dira pas

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/nouveau-gouvernement-macron-ce-que-193322

Diviser pour mieux régner est la stratégie intemporelle des dictateurs. Pendant que les ennemis (le peuple est l’ennemi du pouvoir ) se disputent, le Machiavel sort les marrons du feu, empoche les dividendes et s’assied sur son magot. C’est ainsi qu’ont procédé tous les gouvernements, de droite comme de gauche, qui se sont succédés depuis des décades. Au fur et à mesure que les pouvoirs se concentraient en moins de mains, le souci du Bien commun devenait plus rare jusqu’à quasiment disparaître. A sa place le communautarisme prenait de plus en plus d’importance jusqu’à faire disparaître la conscience nationale avec tout ce qui l’entretient comme l’Histoire, la Culture, la Langue et ses symboles et autres allégories.

Aujourd’hui, l’individu n’est qu’un grain de sable écrasé dans la base de la pyramide au sommet de laquelle trônent quelques individus plus riches que riches et décidés mordicus à le rester quitte à utiliser toutes les manipulations inventées par les Hommes depuis que le monde existe mais en s’appuyant sur des notions qui, en leur temps, permirent à l’humanité de devenir plus humaine. Je veux parler des Droits de l’Homme, de la Démocratie, de l’Egalité, de la Liberté et de la Fraternité.

Les améliorations concrètes apportées par les sciences et les techniques sont détournées au profit de l’élargissement de la division entre les pauvres et les riches.

Par exemple, la science médicale permet aux femmes et aux hommes riches d’acheter des enfants aux femmes pauvres qui leur louent leur corps ; les pauvres vendent leurs organes aux riches ; la compétition entre les laids pauvres et les beaux riches n’est qu’une question de chirurgie esthétique ; les médicaments les plus efficaces sont expérimentés sur les pauvres afin de pouvoir guérir les riches ; tandis que les plus riches se font soigner dans les meilleures cliniques par des professeurs émérites, quelques pauvres font tourner les boutiques grâce à la CMU et l’AME alors que les classes moyennes ne peuvent plus s’offrir des prothèses dentaires, auditives ou optiques et accusent les pauvres de se faire soigner à leurs dépens.

L’argent mène le monde, me direz-vous. C’est bien là le problème car notre système social, le service public de la santé sont sensés faire mentir cette affirmation grâce à un ingrédient majeur, la démocratie qui a engendré notre devise nationale  liberté, égalité fraternité. L’essence de cette devise a disparu car l’Etat ne l’a pas défendue. Nos dirigeants ont maquillé le système monarchique pyramidal en démocratie Canada Dry. Ils nous contrôlent en nous imposant des principes républicains alors qu’ils se comportent comme des monarques avides de privilèges dorés avec lesquels ils éblouissent, pour les neutraliser, les ignorants qu’ils ont formés en nivelant l’éducation par le bas. La destruction de l’Education nationale au prétexte de la démocratiser est l’un des moyens utilisés pour neutraliser le peuple et renforcer la domination de ceux qui ont accès à des systèmes éducatifs performants soit des écoles élitistes en France ou des universités prestigieuses à l’étranger.

Que faire contre la destruction de la France dans son essence son essence, le patrimoine culturel ? Que les hommes et les femmes de bonne volonté se tiennent la main pour cultiver ensemble ce qu’ils.elles (c’est ça l’écriture inclusive ???) ont de plus précieux, leur dignité.

La Connectrice

Boycottons les marques qui se soumettent à la mode islamique

Publié le

Dans un entretien au Monde, la philosophe féministe Elisabeth Badinter évoque le relativisme culturel qui, selon elle, a empêché de voir l’inquiétante montée de l’islamisme en France.

Lire l’entretien en intégralité en zone abonnés :   Elisabeth Badinter appelle au boycott des marques qui se lancent dans la mode islamique

  • Sur le rôle de la loi

« La “tolérance” s’est retournée contre celles que l’on croyait aider », explique la militante de la laïcité, qui assure qu’en dix ans le port du voile s’est répandu chez les « filles des quartiers », et ce du fait d’une « montée de la pression islamique ». « Seule la loi peut protéger celles qui le portent sous cette pression. »

  • Sur l’accusation d’islamophobie

Elle estime que beaucoup de citoyens sont « tétanisés par l’accusation d’islamophobie ».

« Etre traité d’islamophobe est un opprobre, une arme que les islamo-gauchistes ont offerte aux extrémistes. Taxer d’islamophobie ceux qui ont le courage de dire  : “Nous voulons que les lois de la République s’appliquent à tous et d’abord à toutes” est une infamie. »

  • Sur la mode islamique

Réagissant aux propos de Laurence Rossignol, la ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes, qui a suscité un concert de protestations en effectuant un parallèle pour le moins hasardeux entre l’esclavage et le port du voile par les musulmanes, Elisabeth Badinter argue que si la ministre a eu « un mot malheureux en parlant de “nègres” », elle a « parfaitement raison sur le fond. Je pense même que les femmes doivent appeler au boycott de ces enseignes » qui ont décidé de créer des lignes de vêtements de mode islamique.

Lire aussi :   Les propos de Laurence Rossignol comparant le voile à l’esclavage soulèvent un tollé

  • Sur les échecs de la République

Elisabeth Badinter souligne également les échecs de l’Etat vis-à-vis des populations issues de l’immigration, ou de celles qui vivent dans les « quartiers difficiles ». Selon elle, « la République n’a pas su fédérer et proposer un horizon d’émancipation » à ces jeunes, qui ont fini« enfermés dans leur ghetto ».

La « priorité absolue de la France », aujourd’hui, doit être, selon elle, de « ramener dans le giron de la République cette frange de la population en sécession ».

  • Sur « l’affaire » de Cologne

« Faut-il défendre d’abord les femmes agressées ou bien protéger les réfugiés des amalgames ? » La féministe universaliste revient également sur les agressions de la nuit de la Saint-Sylvestre, à Cologne, en Allemagne. Elle évoque la difficulté dans laquelle « l’affaire » l’a placée :

« Pris en tenailles entre l’extrême droite qui voulait mettre tous les immigrés dans le même panier et le gauchisme qui voulait, une fois encore, relativiser, Cologne a conduit les féministes universalistes à condamner fermement les agressions sexuelles tout en prenant soin de ne pas associer tous les immigrés à ces pratiques honteuses. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/04/03/elisabeth-badinter-la-tolerance-s-est-retournee-contre-celles-que-l-on-croyait-aider_4894712_3232.html#4j68oyC1gk4m6hYv.99

La philosophe Elisabeth Badinter est une figure du féminisme universaliste. Militante de la laïcité, elle appelle au boycott des marques de vêtements qui se lancent dans la mode islamique. Elle est l’auteure, notamment, de Fausse route  : réflexions sur trente années de féminisme (Odile Jacob, 2003).

La gauche a-t-elle fait fausse route face au communautarisme ?

La gauche est coupée en deux pour des raisons idéologiques respectables et des motivations politiques qui le sont moins. Ma génération a été élevée au lait du relativisme culturel de Claude Lévi-Strauss, qui nous apprit à nous défier du péché d’ethnocentrisme, à penser qu’aucune culture n’était supérieure aux autres.

Dans les années 1980, le différentialisme philosophique, largement porté par les féministes américaines, est venu renforcer cette vision du monde. Les universalistes, Simone de Beauvoir en tête, pensaient que les ressemblances entre les hommes et les femmes primaient sur leurs différences. Dans les années 1980, les différentialistes insistaient au contraire sur leurs dissemblances. La collusion du relativisme culturel et du différentialisme fut dramatique et contribua à la remise en cause de l’universalité des droits de l’homme.

Vivons-nous la fin de l’universalisme ?

Nous avions pensé qu’il y avait des valeurs universelles, que les libertés individuelles et l’égalité des sexes s’appliquaient à tous les êtres humains. Or aujourd’hui une partie de la gauche est imprégnée de l’idée que toutes les cultures et traditions…

Lire aussi

 

 

Afficher l'image d'origine

 Source dessin http://www.huffingtonpost.fr/2016/03/31/dessin-plantu-le-monde-terrorisme-scandale_n_9579832.html

L’ouverture des marques internationales de renom à ce marché qui représenterait près de 484 milliards de dollars d’ici 2019 n’est pas du goût de tous. Interrogée mercredi 30 mars au matin sur l’intérêt grandissant des marques pour la mode islamique, Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes s’est indignée au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC. « Ce qui m’a frappée, ce sont les justifications que donnent ces marques qui expliquent « c’est juste des vêtements qui ne font la promotion d’aucun mode de vie ». Comme s’il y avait une dissociation entre les vêtements et les modes de vie. Or dans l’histoire, par exemple à la fin des années 60 par exemple, les femmes peuvent avoir un compte en banque, elles vont à l’école, à l’université, elles accèdent à la contraception et en même temps, les jupes raccourcissent ou elles mettent des pantalons aussi. Ce qui prouve bien qu’entre la tenue des femmes et leurs droits, il y a un lien, parce que l’enjeu est celui du contrôle social sur les corps des femmes ».

Rossignol, Bergé, Plantu : Haro sur la "mode islamique" !

La dignité de Gbagbo, c’est aussi la mienne et la votre

Publié le

Gbagbo doit être jugé normalement pour les fautes, les délits et les crimes qu’il a commis. La justice doit passer dans les règles, que ce soit en Côte d’Ivoire ou auprès du Tribunal international. Mais la justice, ce n’est pas la vengeance et humilier un être humain n’a rien à voir avec la justice. Au contraire, c’est un déni de justice car l’humiliation est l’expression de sentiments qui, par définition, n’obéissent à aucune règle citoyenne, civique ou sociale.

Je le disais déjà dans un article précédent,

https://laconnectrice.wordpress.com/2011/04/12/gbagbo-le-chretien-et-ouattara-le-musulman/

j’ai eu mal à ma dignité et à mon humanité en voyant Laurent et Simone Gbagbo humiliés publiquement, violés dans l’intimité de leur vie personnelle et de leur souffrance. Ce n’est pas que je les plaigne, ni que je compatisse à leur souffrance qui est la résultante de la responsabilité qu’ils ont prise en s’accrochant à un pouvoir que le résultat des élections leur avait retiré. Ils se sont comportés en dictateurs conduisant leur pays au chaos, à la guerre civile et à l’humiliation de leur peuple. Des centaines, peut-être des milliers d’Ivoiriens ont péri du fait de l’obstination de Gbagbo à rester accroché à une présidence qu’il prenait pour son royaume. Gbagbo n’a aucune excuse et les faits suffisent à le juger avec les outils de la justice.

Alors pourquoi laisser les sentiments intervenir dans une affaire qui relève clairement de la justice avec des éléments de preuves irréfutables sur la culpabilité de Gbagbo ?

Les militaires qui ont permis aux journalistes de filmer la misère humaine, la souffrance pathétique et pitoyable de Gbagbo et de son épouse se sont mis au même niveau que les exactions de Gbagbo. Ils ne valent pas mieux et on peut les imaginer capables des mêmes méfaits. Ils ont eu la chance d’être dans le camp du vainqueur mais ils nous font douter de leur humanité et craindre pour le futur.

La dignité est inséparable de l’humanité. C’est une affaire globale qui touche à la spécificité de l’être humain. C’est la reconnaissance des efforts que font les êtres humains pour se tenir debout, pour agir sur leur environnement, pour améliorer leur existence, pour conjuguer les forces des uns et des autres afin de vivre ensemble dans le plaisir et le bonheur. La dignité, c’est le respect de tout ce qu’il y a d’unique et d’exceptionnel dans l’humanité. La dignité, c’est l’amour du potentiel qui git dans chaque être à sa naissance et qui pourra se développer harmonieusement si cette dignité est entretenue et respectée tout au long de sa vie.

La dignité est à l’humanité ce que l’oxygène est à la vie.

%d blogueurs aiment cette page :