Flux RSS

Archives de Tag: discrimination des femmes

Le Corse Arnaud Seassari en colère contre les musulmans et affaire SISCO

Publié le

 

Arnaud menace les musulmans. les Corses ne se laisseront pas faire.

Lire sur cette vidéo http://ripostelaique.com/corse-arnaud-ne-sera-poursuivi-contrairement-a-pascal-pierre-christine.html

Témoignages sur les affrontements de Sisco et manifestations des Corses en colère

Marwan Muhamad, responsable du collectif contre l’islamophobie répète que la loi n’interdit pas de s’habiller comme on le souhaite et fustige l’intolérance des français.

« Vivre ensemble c’est faire une démarche active de sa part pour aller vers l’autre… » La journaliste aurait du lui demander pourquoi c’est à sens unique, du koufar vers le musulman mais surtout pas du musulman vers le koufar !

Il ne vient pas à l’idée de la journaliste de lui rappeler que la « pudeur » des musulmanes est une insulte à la liberté durement conquise des française de s’habiller comme elles le souhaitent. Il y a encore 100 ans les femmes et les hommes devaient respecter des codes vestimentaires en fonction de leur sexe, de leur statut familial, de leur statut social et de la fonction sociale; Par exemple, chaque profession avait son habit de travail : bleu pour l’ouvrier, velours noir pour le charpentier, blanc et noir pour le gatçon de café, etc. Les femmes devaient demander une autorisation préfectorale pour porter le pantalon et une femme en cheveux, sans chapeau ni foulard, était une femme « de mauvaise vie ».

Autre question qui eut du être évoqué, le vêtement musulman des femmes établit une discrimination entre les femmes respectables et les salopes. Une femmes non voilée ou non burkinisée est violable aux yeux du mâle musulman, pour ne pas citer le cas de Sohane brûlée vive pour ne pas s’être voilée ,avoir refusé  le harcèlement létigime d’un musulman qu’elle avait « provoqué » par son comportement libéré

Le voile en débat contradictoire chez les féministes. Non à l’abrogation de la loi de 2004 sur le voile

Publié le

Le texte ci-dessous écrit en réponse à une pétition-tribune du journal Le Monde demandant l’abrogation de la loi de 2004 contre le voile, a été refusé par le journal Le Monde. Faites-le circuler. Merci.

J’adhère complètement à la réponse d’Anne Zélensky, féministe historique lucide, éclairée, sincère et libre qui sait parfaitement adapter ses convictions féministes aux évolutions sociétales de notre époque, en particulier l’islamisation qui représente un danger pour la liberté des femmes. Le voile est l’étendard visible et provocateur de la discrimination des femmes selon la charia. Bravo Anne pour la lucidité bienveillante de ton observation constante de la condition des femmes.

La Connectrice

————————————————–

Le féminisme n’est pas un fleuve tranquille

Anne Zelensky, présidente de la Ligue du Droit des femmes, cofondée en 1974 avec Simone de Beauvoir.
30 mars 2015

Il y a 12 ans en 2003, dans ces mêmes colonnes, nous publiions avec Anne Vigerie un texte qui a fait date. « Laicardes, puisque féministes ». Nous y analysions la menace que représentait pour nos libertés le voile, ce symbole de la soumission des femmes, nous y affirmions notre solidarité avec les millions de femmes qui de par le monde sont obligées, elles, de le porter . Nous concluions en demandant le vote d’une loi interdisant à l’école le port des signes religieux. Cette loi a été votée en 2004. Aujourd’hui, certaines féministes en demandent l’abrogation. Au nom de la « tranquillité » des femmes voilées à qui il faudrait laisser le temps de se retourner et de faire en toute conscience leur choix. « Laissons les filles tranquilles ! Laissons-les réfléchir et discuter ensemble des voies et moyens de leur propre libération » ( Le Monde 24 mars 2015 ) Le problème est que nous sommes en France, pays des droits de l’Homme, qui inclut l’égalité des sexes, qu’on n’abroge pas une loi d’intérêt général pour satisfaire la tranquillité d’esprit d’une minorité de la population et que nous ne sommes pas seules sur terre. A t on réfléchi au signe que ces féministes envoient au reste du monde ? Par quelle aberration en vient on, quand on est féministe, à demander dans un pays laïc, l’abrogation d’une loi qui consolide la laicité, garantit les libertés de chacun/e et encourage l’émancipation des femmes hors des carcans religieux ? Mais parle t on du même féminisme ? Une clarification du terme s’impose. Par définition le féminisme est intranquille. Il ne s’accommode guère de l’ordre des choses. Depuis quelques siècles, il s’ingénie à le bousculer pour mieux octroyer aux femmes les mêmes droits qu’aux hommes. On peut certes préférer que les choses avancent toutes seules. Ca prend du temps ! Ainsi le BIT ( Bureau International du Travail) avait calculé que si on ne donnait pas de coups de pouce à l’égalité au travail entre hommes et femmes, il faudrait bien quelques 400 ans pour y parvenir. Le féminisme est l’ensemble des coups de pouce donnés au cours de l’Histoire pour en accélérer le rythme. Comment se fait il alors que les mêmes féministes qui se sont engagées dans des combats de libération pour elles mêmes et leurs consoeurs, prônent étrangement, quand il s’agit de femmes musulmanes, celles qui se voilent, un attentisme contradictoire ? L’air de dire « ne leur en demandons pas trop quand même ». N’y aurait il pas par la dessous comme un relent paternaliste qui choque sous la plume de dames qui pourfendent le racisme et le colonialisme ? Les beaux principes se heurtent là, comme toujours à la réalité. La notre, pétrie de contradictions : pour être pourfendeuses du racisme, on n’en est pas moins fille de ce vilain occident colonialiste. Celle du monde, où le voile et autres burquas, ne sont pas signes de libération. Mais ce malheureux mot de liberté est dévoyé sous le travestissement pervers de la « servitude volontaire ». Voyez ce qu’en pensent les femmes de Africa 93 La Courneuve, association qui œuvre en pleine cité, pour l’émancipation des femmes.
« Pourquoi elle – Christine Delphy – n‘a pas dit ça au moment des luttes pour la contraception , pour la criminalisation du viol ; Il aurait fallu laisser les femmes se débrouiller seules. C est insupportable ces propos , nous les arabes ou immigrées on ne mérite pas que le féminisme s ‘interesse à notre situation . On peut se faire exciser , violer , tabasser tant pis pour nous , personne ne doit nous soutenir »
Oui, pourquoi ce deux poids, deux mesures ? Par quelle gymnastique intellectuelle, des féministes peuvent elles choisir de défendre la cause d’une minorité de voilées, plutôt que de se soucier du sort de millions de leurs consoeurs et de l’avancée de notre propre cause ici et maintenant ? Tiennent elles compte du tort que cause symboliquement à notre fragile démarche de libération ici, ce signe objectif de relégation des femmes ? Entendent elles la colère et la déception de ces milliers de femmes fuyant le monde musulman pour chercher en France cette liberté qui leur est déniée là bas ? Elles souffrent de la complaisance de ces féministes françaises pour le voile. Elles attendaient du pays des droits de l’Homme qu’il défende aussi la dignité des femmes. Il faut citer ici, entre autres, cette « Lettre ouverte à nos amies féministes » que nous ont envoyé en 2009 des “Féministes Laïques Algériennes et Iraniennes” ( contact : feministelaiquepointbarre@yahoo. J’en cite un extrait :
« Ce message, certes chargé de colère, s’adresse à certaines de nos camarades féministes engagées dans les luttes antiracistes, altermondialistes, traversées par une certaine culpabilité coloniale et postcoloniale. Militantes et/ou chercheuses, porteuses des valeurs féministes, nous n’arrivons pas à concevoir, à comprendre ni à accepter votre engagement aux côtés de celles qui se nomment « féministes musulmanes et/ou voilées », au dépend des féministes laïques ».
Ce texte pointe la différence d’approche entre féministes, dont les choix s’opposent. Il nous pose problème de notre responsabilité. Nous avons la chance, nous les femmes occidentales d’avoir accédé à une certaine liberté, conquise de haute lutte. Nous n’avons pas décidé d’être un modèle pour des millions de femmes et d’hommes de par le monde. Nous sommes, que nous le vouions ou non, un modèle pour ces aspirants à la démocratie. Le féminisme en est partie prenante. Nous n’avons pas en avoir honte. Il ne s’agit pas d’affirmer une quelconque supériorité ni d’imposer notre mode de pensée et d’être. Mais d’être conscientes et fières d’être tombées du bon côté du mur et d’en faire profiter les autres. Fille d’émigrés russes, je me félicite d’être devenue française et je n’aurais peut être pas accédé aux mêmes privilèges dans le pays d’origine de mes parents. A quoi sert de se vautrer dans le reniement de soi et une culpabilité contreproductive ?
.La recherche de liberté est du côté de ces femmes et hommes qui s’exilent chez nous pour tenter de la vivre enfin, pas du côté d’une poignée de filles voilées, qui risquent de comprendre en effet un peu tard qu’elles se sont fourvoyées. Cessons de les désespérer, ces femmes et ces hommes, qui cherchaient chez nous ce dont ils étaient cruellement privés chez eux. Cessons de leur offrir le lamentable spectacle de nos contorsions intellectuelles sans rapport avec la réalité. Ils rêvent à cette même laïcité émancipatrice que d’aucunes veulent amputer. Par quel retournement aberrant de sens en arrive t on a imputer à la laïcité, courant émancipateur, une victimisation des « filles voilées », alors qu’en fait elles sont victimes des interdits des religions qui les infériorisent ?
La loi de 2004, n’oblige personne à opter pour ou contre le voile, elle se contente dans le cadre très précis de l’école, d’exiger qu’on n’y affiche pas de signes religieux. Elle est l’affirmation d’une identité bien spécifique et le soutien minimum et vital apporte ici à la lutte des femmes en rupture avec un système d’asservissement objectif. Le progrès de notre espèce est incompatible avec l’immobilisme des traditions et des religions. Le féminisme est un mouvement qui déplace les lignes figées des idéologies de la soumission. Nous nous situons dans cette lignée et revendiquons le droit à l’intranquillité de la révolte. Pour toutes.

Anne Zelensky.,
présidente de la Ligue du Droit des femmes, cofondée en 1974 avec Simone de Beauvoir.
30 mars 2015

8 mars 2015. Quand les femmes devaient se travestir en homme pour vivre libres

Publié le

La discrimination des femmes est universelle et intemporelle. Les femmes ont toujours été soumises à la loi des hommes qui visait à les cantonner à la reproduction, leur service et leur  plaisir. Certaines, à toutes les époques de l’Histoire ont tenté d’échapper à leur condition subalterne en se travestissant en homme car, jusqu’au XXème siècle en Occident, il n’y avait pas d’autre alternative que tenir un rôle de femme ou tenir un rôle d’homme. Les attributions des unes et des autres étaient extrêmement précises et y déroger constituait un acte contre nature qui était sanctionné par les lois et les religions. En conséquence, le costume des hommes codifiait la virilité en s’inspirant des arts de la chasse et de la guerre tandis que celui des femmes était codifié pour limiter leurs mouvements afin qu’elles incarnent l’idéal féminin de grâce, de douceur, de maternité et de soumission.

La philosophe Hélène Soumet a rassemblé 23 portraits de ces femmes qui ont pris le risque de se travestir en homme pour vivre aussi libres qu’un homme de leur condition et, surtout pour pouvoir réaliser leur passion. Guerroyer, chasser, courir, peindre, sculpter, explorer, voyager, soigner ou philosopher sont quelques-unes des activités que nos ancêtres mystiques, guerrières, savantes, aventurières ou artistes ne purent mener que sous un habit d’homme.

Hélène Soumet précise que si le déguisement est un jeu temporaire, comme le Carnaval, le travestissement obéit à une nécessité vitale visant à changer de rôle définitivement ou pour le temps d’une « mission ». La plupart commençaient d’ailleurs par se couper les cheveux, un acte sacrilège pour les religions. Rappelons ici que les femmes commencèrent à se couper les cheveux seulement vers 1920 à l’époque où le vêtement féminin s’allège et les corsets disparaissent, des transformations radicales provoquées par la première guerre mondiale qui avait envoyé les femmes faire le travail des hommes soit parce qu’ils étaient sur le front, soit parce qu’il y avaient disparu et que la main d’oeuvre masculine manquait. Cette transformation de la condition des femmes est agréablement reconstituée dans le feuilleton  » Downton Abbey« .

Aimable et Zappy Max Elle S’était Fait Couper Les Cheveux

En regardant les portraits de ces femmes on pense qu’elles sont bien viriles et c’était bien là leur but : passer pour un homme. Il ne s’agissait pas de se masculiniser mais de se travestir de manière à croire qu’on était vraiment un homme, ce qui n’empêchait pas d’avoir éventuellement des enfants et de reprendre ses oripeaux de femme une fois la mission terminée.

En quelques coups de plume bien acérée sur 3 ou 4 pages, Hélène Soumet dresse des portraits qui nous racontent l’essentiel et nous donne envie d’en connaître davantage sur ces femmes étonnantes que leur condition d’infériorisation et de dépendance n’a pas empêchées d’accomplir des prouesses. L’auteur a choisi 23 portraits choisis parmi les 128 femmes travesties qu’elle a répertoriées à travers les âges. L’ouvrage, de type encyclopédique est facile et agréable à lire, l’auteure étant habituée des œuvres pédagogiques.

La Connectrice

NB Pour voir davantage d’images des « Travesties de l’Histoire » on se reportera à l’article de la revue féministe Sisyphe http://sisyphe.org/spip.php?article5066

catalina-de-erauso1

Catalina de Erauso (vers 1581-vers 1645). A 15 ans, elle s’enfuit du couvent où elle avait été placée  par son père à l’âge de 4 ans : »Je sortis dans la rue que je n’avais jamais vue de ma vie ». p. 61 Archives de l’auteure.

 

dourova-portrait

 Nadedja Dourova combattit contre Napoléon avec les armées du Tzar qui, lorsque son sexe fut découvert, la couvrit d’honneurs malgré la réprobation de sa cour. p.97. Archives de l’auteure.

220px-Jane_Dieulafoy_photo

Jane Dieulafoy, archéologue. Archives de l’auteure

anne_bonny_color_72

Anne Bonny. Sur cette image caricaturale  la féminité de la pirate est clairement exhibée par sa chevelure et ses seins pour exciter les hommes. Archives de l’auteure.

Billy_Tipton

Billy Tipton. Archives de l’auteure.

James_Barry_(surgeon)01

James Barry, chirurgien. Archives de l’auteure

Jeanne d'Arc

Jeanne d’Arc. Archives de l’auteure

 JPEG - 47.6 koMulan en Chine IV-Ve s. archives de l’auteure

Pour en savoir plus

 Hélène Soumet

Source photo http://sisyphe.org/spip.php?article5066

Professeure de philosophie, auteure d’ouvrages d’histoire de la philosophie pour le grand public, de livres scolaires et de cahiers de culture générale. Elle a décidé d’écrire un livre sur les femmes lorsqu’un éditeur a, sans son avis, supprimé tous les textes sur les femmes philosophes.

  • Hélène Soumet. Les travesties de l’Histoire. Editions First, Paris mai 2014 , 255 pages. 19,95 €
  • Les ouvrages d’Hélène Soumet

www.helene-soumet.fr

http://www.amazon.fr/H%C3%A9l%C3%A8ne-Soumet/e/B004Z2TUF0

  • La critique des « travesties de l’Histoire » sur la revue féministe Sisyphe

…Actuellement au Moyen-Orient, une femme travestie en homme pour assister à un match de football a été transférée à la police terroriste, tout comme celle qui s’était travestie pour conduire. En 2012 au Soudan, une journaliste a été fouettée et une jeune fille lapidée pour avoir porté un pantalon. En Afghanistan, des fillettes sont travesties pour étudier ou pour travailler afin de nourrir une famille qui n’a pas de fils.

En Europe, où sexisme et discriminations perdurent, les femmes se travestissent pour protester contre les violences ou les injustices. Des femmes politiques influentes se travestissent pour montrer que les choses seraient différentes si elles étaient des hommes. Ainsi à chaque époque, dans chaque civilisation, le travestissement révèle le niveau d’inégalité et les discriminations dont les femmes sont victimes…

http://sisyphe.org/spip.php?article5066

  •  L’ordonnance qui interdisait aux femmes de porter le pantalon n’a été abolie qu’en 2013

« L’ordonnance du préfet de police Dubois n°22 du 16 brumaire an IX (7 novembre 1800), intitulée ‘ordonnance concernant le travestissement des femmes’ est incompatible avec les principes d’égalité entre les femmes et les hommes qui sont inscrits dans la Constitution et les engagements européens de la France (…) De cette incompatibilité découle l’abrogation implicite de l’ordonnance du 7 novembre qui est donc dépourvue de tout effet juridique et ne constitue qu’une pièce d’archives, conservée comme telle par la Préfecture de police de Paris“, écrit le ministère au Journal Officiel. »

https://laconnectrice.wordpress.com/2013/02/04/les-femmes-ont-le-droit-de-porter-le-pantalon-en-france/

  • La peintre animalière Rosa Bonheur devait demander deux fois par an au préfet l’autorisation de porter le pantalon « pour raison de santé »

rosapantalon

https://laconnectrice.wordpress.com/2011/06/13/une-nouvelle-vie-pour-rosa-bonheur-peintre-des-animaux/

Gel d’ovocytes. Le lobby médical au secours du sexisme

Le sexisme, la discrimination des femmes, est l’injustice la plus universelle, la plus répandue et la mieux acceptée à travers les âges et les mondes.

L’intervention de la médecine pour résoudre les questions sociétales est sans doute une révolution technologique mais c’est surtout le terrible aveu du refus profond des hommes à considérer les femmes comme leurs égales et à les respecter.

Il ne se trouve que de folles féministes (dont je suis) pour s’en indigner et tenter contre vents et marées houleuses à raisonner les hommes et les femmes aussi.

Nous avons au moins gagné le droit de travailler mais il ne faut pas exagérer. Nous sommes moins rémunérées que les hommes et écartées des instances de décision au prétexte que nous nous investissons moins dans notre travail, que nous nous absentons en congés maternité ou pour soigner un enfant malade. Les femmes ont eu beau faire leur preuve dans les activités professionnelles et politiques, elles restent sur un strapontin car il est bien connu qu’une femme doit s’occuper d’abord de ses enfants, de son mari et de sa maison.

Aux femmes la double journée de travail, les soins aux malades, aux handicapés et aux démunis. Ce serait la loi de la nature comme s’il fallait autre chose qu’un cœur, des mains, un cerveau, des connaissances, de l’expérience et des jambes pour accomplir ces tâches. Comme les femmes, les hommes sont aussi dotés de ces outils mais ils les réservent à des tâches qui leur garantiront indépendance, égoïsme, liberté, pouvoir et argent.

Le sexisme ne régressant pas, la médecine vient au secours du système. Mesdames, nous apprécions vos compétences et nous souhaitons vous exploiter honorablement, alors nous vous payons la congélation de vos ovocytes afin que vous ne deviez pas vous absenter pour reproduire l’espèce. Grâce à la médecine, point n’est besoin de changer la société et d’ennuyer les hommes en leur demandant de partager à la maison, dans l’entreprise et au sommet de l’Etat la charge de la reproduction des enfants et de la reproduction de la force de travail. Laissez les vivre tranquilles, arrêtez de menacer leur virilité en menaçant leur domination « naturelle ». Mais comme nous ne sommes ni ingrats ni sexistes, nous confions votre corps à la médecine qui peut désormais vous permettre de faire des enfants quand vous êtes stériles, de faire des enfants avec une femme, de faire des enfants à tout âge, de faire des enfants sans utérus, de faire porter vos enfants par une autre femme et de faire vivre vos enfants gravement malformés et handicapés quand le corps a provoqué un  accouchement très prématuré comme signal de sélection naturelle. On le sait certains magiciens médecins se font une gloire de réanimer les « crevettes ».

La médecine a toujours été l’auxiliaire du machisme parce qu’elle véhicule le fantasme de son pouvoir sur le corps des femmes parce qu’elle peut le soigner comme le contrôler. Des hystériques du bon docteur Charcot au gel des ovocytes, en passant par l’excision thérapeutique, le continent noir de Freud, l’hystérectomie abusive, le mouvement anti avortement du professeur Lejeune, la PMA, la GPA, l’inaboutissement de la contraception masculine le lobby médical n’a jamais cessé de proposer à chaque époque des alternatives au contrôle du corps des femmes pour les maintenir sous la domination des hommes.

Pour en savoir plus

http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/civilisation/3960-congelation-d-ovocytes-avantage-en-nature-dans-la-silicon-valley

Facebook et Apple financeraient la congélation des ovocytes de leurs employées pour, selon ces sociétés, leur permettre de mieux gérer leur carrière et favoriser l’égalité femmes hommes au travail…

Prix Nobel de la paix pour l’éducation des filles et contre le commerce des enfants

Voir l'image sur Twitter

Le comité Nobel vient de décerner le prix Nobel de la paix à la Pakistanaise musulmane Malala Yousafzai et à  l’Indien  hindou Kailash Satyarthi. Tous deux mènent une courageuse lutte en faveur de la protection de l’enfance, la première en réclamant le droit à l’éducation des filles, le second en se battant contre le commerce des enfants.

Toutefois, les termes de la déclaration du comité Nobel n’insistent pas sur le genre féminin des enfants concernés. Il est question d’enfants -Children- Par contre il souligne que Malala est musulmane et que Kailash est hindou, un choix qui doit contribuer à la paix entre les deux communautés. On sait en effet que la haine entre hindous et musulmans qui a conduit à la création du Pakistan musulman est toujours brûlante, ce que Talisma Nasreen  dépeint et dénonce dans ses romans. Malala, Talisma et bien d’autres pakistanaises ont du s’exiler en Europe pour sauver leur vie car elles étaient menacées de mort par les Talibans. Malala a elle-même reçu une balle en pleine tête.

Kailash Satyarthi pendant une campagne contre la confection de ballons de football par les enfants. Source image http://beta.globalmarch.org/news/061008.php

malala-yousafzai-and-taliban

Source image http://www.etatdexception.net/?p=5964

Kailash Sathiarthy, 60 ans, lutte depuis des années contre le commerce des enfants

Activiste du droit des enfants et fondateur de l’ONG Bachpan Bachao Andolan (Mouvement pour sauver l’enfance), Kailash Satyarthi évoque les raisons de la hausse des disparitions d’enfants.

Quelle est la situation dans la capitale New Delhi ?

Les chiffres montrent une augmentation de 30% par rapport à l’année précédente. Depuis janvier 2012, parmi les 3 000 enfants qui ont disparu, un tiers d’entre eux n’ont toujours pas été retrouvés. Ils sont enlevés par des gangs puis revendus comme des animaux, réduits en esclavage dans des fermes ou des ateliers, utilisés pour la prostitution. Ils peuvent être emmenés dans d’autres régions du pays, mutilés pour en faire des mendiants, sans parler du trafic d’organes. Ce business est très lucratif, on parle là de dizaine de millions de dollars par an en Inde. Une partie de cet argent noir est utilisée pour corrompre la police et les autorités locales, afin qu’ils ferment les yeux. Ces gangs sont puissants. Les services secrets en ont dénombré sept à New Delhi il y a quelques années, mais ils n’ont pas été réellement démantelés.

http://www.liberation.fr/monde/2013/01/02/ils-sont-revendus-comme-des-animaux_871286

Malala, 17 ans s’est faite connaître en tenant un blog en faveur de l’éducation des filles

Les talibans pakistanais voulaient l’éliminer : bien malgré eux, ils en ont fait une star. Un an après l’attaque contre cette adolescente pakistanaise militant pour le droit à l’éducation des filles, Malala Yousafzaï a fêté ses 16 ans à la tribune de l’ONU, reçu des récompenses prestigieuses, dont hier le prix Sakharov, publié un livre, ému Angelina Jolie, et été invitée au palais de Buckingham… Elle est même candidate au prix Nobel de la paix qui sera décerné aujourd’hui.

Une avalanche d’honneurs aux antipodes des difficultés auxquelles font face les écolières du Pakistan, deuxième pays au monde pour le nombre d’enfants non scolarisés. Professeurs «fantômes», écoles détruites par les extrémistes, mentalités conservatrices et pressions des talibans, notamment dans la région d’origine de Malala, dans le nord-ouest… les raisons sont multiples.

Blessée par balle à la tête alors qu’elle rentrait de l’école, Malala a subi des opérations du crâne et de l’oreille depuis son exil forcé en Angleterre avec sa famille. Elle reste paralysée d’une partie du visage, qui a perdu sa douceur enfantine. L’émotion suscitée dans le monde et sa forte médiatisation, notamment en Occident, ont eu depuis un an une «valeur symbolique très importante» au Pakistan, explique Quraysh Khan, analyste spécialiste du nord-ouest. «Malala a redonné du courage et de l’espoir à tous ceux qui travaillent au Pakistan en faveur de l’éducation et de l’émancipation des femmes», dit-il….http://www.liberation.fr/monde/2013/10/10/malala-pas-prophete-en-son-pays_938598

Discrimination universelle des femmes. Excision féminicide

Dossier réalisé par Cristine GMD à consulter avec les images et les videos sur son site http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/excision-feminicide.html

Excision féminicide

« Votre sourire, votre dédain me diront qu’est-ce que sauver l’homme ? Ce n’est pas le mutiler et c’est lui donner sa chance de justice qu’il est le seul à concevoir » Lettre à un ami allemand,
(Malheureusement, ni la mutilation symbolique des femmes, ni même les tortures de mutilation des petites filles ne lui venaient alors à l’esprit)
« Trente millions de fillettes ou d’adolescentes …risquent encore d’en être victimes dans les dix prochaines années, selon l’Unicef. » Voir étude comparative 2012 plus bas-

Toutes les couches de la population perpètrent cette torture sur petites filles, copte (descendante par la langue des anciens Egyptiens de culte orthodoxe – 6 à 10% de la population estimée à 84 millions) et arabe musulmane… avec la bénédiction des institutions – « Après l’opération pratiquée à l’insu d’Inayate, Dounia explose face à la vieille femme : « Tu croyais la protéger en faisant ça mais tu l’as égorgée, tu l’as éteinte ! Sa cuisine sera toujours froide, sur n’importe quel feu ». Jocelyne Saab a aussi choisi de terminer son film sur un chiffre, peu connu : « Selon Amnesty International et le PNUD, 97% des Egyptiennes sont excisées ». Une phrase qu’elle est obligée d’enlever pour sortir son film en Egypte. » http://www.rfi.fr/actufr/articles/075/article_42824.asp

Dès lors qu’un rituel quelconque s’aviserait d’amputer le gland des petits garçons pour les marier et leur éviter la prétentaine, sans ronds de jambe aucuns, ce masculicide serait interdit et de lourdes sanctions à la clef. En France, le mot ne figure même pas dans le Code pénal d’excision féminicide ou de féminicide excisionnel… Exigeons GEL immédiat de tout don aux pays qui voilent, violent et excisent en toute tolérance petites filles et femmes. http://www.crashdebug.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=7026%3Ala-france-accorde-a-l-egypte-une-subvention-non-remboursable-d-une-valeur-de-300-000-000-dans-le-cadre-de-l-extension-du-metro-du-caire&catid=90%3Aca-sest-dit-par-la&Itemid=54

Quand va-t-on convoquer un tribunal pénal international ? Pas assez de victimes, trop de survivantes ? Le féminicide excisionnel ravage les petites filles et on n’en a cure ? A quand tous les féminicides, y compris celui-là, pas moins nombreux ou graves que les pratiques génocidaires dans le Code pénal ?

EUROPE – Pourtant, environ 60 000 habitantes excisées et le danger qui plane sur 40 à 50 000 petites filles. L’Institut pour l’égalité des sexes européen EIGE s’alarme du risque sur 180 000 fillettes, et selon l’OMS, 500 000 excisées habitant l’Europe. Des Etats-Unis, de prétendus intellectuels, anthropologues pour certains, osent prôner l’hygiène de l’excision. Autodétermination à la torture et au servage pour les femmes, quel avenir sombre veulent-ils donc inventer pour nos petites filles ? Quel respect devoir à ces criminels qui préconisent  la torture d’excision féminicide sur petites filles !

Ignorance, déséquilibre, instrumentalisation par l’activisme queer qui veut justifier la croyance en l’avènement du sexe neutre (prothèse de la vieille croyance dans le troisième) d’annihilation du sexe féminin, de rendre courantes les mutilations sexuelles des trans en liberté de désir et de choix mariés aux libertariens qui nous enfoncent dans la gorge bien profond la liberté individuelle s’asseyant sur l’égalité des sexes ? http://www.sbs.com.au/news/article/1737516/Women-with-FGM-can-have-healthy-sex-lives-expert-s

Revenons au patriarcat cristallisé et leurs mâles champions de l’excision féminicide -Pour mémoire 83 000 000/2 d’Egyptiennes pour lesquelles l’on sait tout cela dans le détail depuis le scandale de 97 : « 91,8 % des Egyptiennes ont été excisées (source : Planning familial). Plus de 1 million d’excision (3600 par jour – source : ministère de la Santé) sont exécutées chaque année. 85 % sont faites par des matrones et par des « barbiers chirurgiens ». 1 300 petites filles décèdent chaque année avant l’âge de dix ans à la suite d’une excision pratiquée hors de l’hôpital. 25 % des stérilités, 35 % des inflammations chroniques chez les femmes ont pour origine l’excision. 85 % des problèmes de l’appareil génital féminin seraint le résultat d’erreurs commises par les non médecins (source : Association égyptienne des obstétriciens). » http://spark.pagesperso-orange.fr/excision.html

« CHIR. Action d’enlever, à l’aide d’un instrument tranchant (un fragment d’organe malade, des tissus nécrosés, une tumeur généralement peu volumineuse). Excision d’une plaie, d’une verrue, d’un panaris excision au bistouri; faire une excision. Chirurgiens plastiques, spécialistes de l’excision du double menton (Morand, New-York,1930, p. 215). La thérapeutique consiste à obturer l’orifice de la carie après excision du tissu mortifié (QuilletMéd.1965, p. 178). » http://www.cnrtl.fr/definition/excision

  • Biologie des organes sexuels féminins
Il existe manifestement un grave déficit en simple connaissance anatomique et il est donc vital de clairement afficher l’anatomie toute simple du corps humain de sexe féminin car pour des raisons absconses ces croquis sont retirés de sous les yeux malgré leur évidente utilité et alors que, par ailleurs, sont laissées en vue des photographies d’exhibitions de servage sexuel sur milles plateformes nétiques-
En première illustration, la démonstration médicale et anatomique en 3 D de l’organe massacré de la petite fille :
Description anatomique des organes internes et externes du sexe féminin
Illustration 1 – Conférence audiovisuelle du Dr Odile BUISSON
Hormis la différence anatomique, comparer les deux avec pour but de les mettre au même niveau de mutilation se révèle injuste et dangereux pour les filles victimes de cette mutilation de « déféminisation » et stérilisation (semi réversibles), maîtrisées, contrôlées par la hiérarchie patriarcale. Les femmes, toutes depuis des générations, convaincues de gré ou de force qu’en cas de refus de se plier au rituel ne trouveraient pas leur place dans la société, ainsi que leurs filles. Plus que symbolique, plus que castration partielle.

Peut-on ajouter foi à un interview de femme médecin égyptienne embauchée du fait du manque de formation au Yémen, au courant des « bonnes » méthodes « fignolant » au fil métallique selon leur « spécialité [qui] s‘appelle l’ablation « harem » de plus en plus recherchée (février  2007) !? Certes des références précises et fiables seraient nécessaires mais sachant que l’OMS connait les chiffres et soutient la médicalisation des excisions par des doctoresses afin d’éviter les septicémies et pratiques traditionnelles moins hygiéniques, que la traite des blanches et les harems ne sont pas non plus des découvertes de la dernière pluie… http://instinctdesurvie.blogspot.fr/2006/12/de-lexcision-et-de-la-traite-des.html

En France, sont notables par relativisme culturel et absence totale de féminisme les condamnations ridicules à la limite de l’invite à la récidive élude les responsabilités, toujours fondées sur l’antienne du statut social, la culpabilité et le paternalisme ?  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/06/excision-feminicide-la-chaine-nevers.html

Nous allons donc continuer à parler ici du féminicide de l’excision du clitoris. Il n’est pas trop tôt qu’enfin l’on intensifie non seulement la parole mais le droit contre les féminicides excisionnels. En parler, on ne fait que cela depuis des siècles. En décembre 2012, l’ONU rappelle qu’il s’agit d’un crime et met sur pied la Journée Internationale contre l’excision – Enfin interdit par expression claire et sans détour – Il ne manque plus que le féminicide et son sale type excision soit mis en Code pénal- Plus perpétré que les tortures génocidaires ! http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/12/mgf-feminicide-dexcision-bannirarchivenu.html
Hérodote (484-424 avant notre ère), Strabon (vers 25 av.n.e.) relatèrent et surtout les momies témoignent ! En Egypte, pendant la « sixième dynastie (2340 -2180 ANE -avant notre ère-), comme si cela était une justification. Malheureusement, comme on le voit ici, certains font tout pour garder les racines de cette coutume vivantes par des justifications oiseuses..

Encore au XIXème, ces mutilations féminicides faisaient l’objet de monographies de voyageurs. Duhousset Emile, Les huis-clos de l’ethnographie : Moeurs orientales, Londres : impr. particulière de la Société d’anthropologie et d’ethnologie comparées 1878  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5719939q/f2.image

 

« L’OMS définit l’excision comme l’ablation du clitoris et ou les lèvres ou toute intervention sur le sexe féminin pour les buts non thérapeutiques. Elle est restée pratiquée dans les régions du Haut Nil, où les momies infibulées et /ou excisées ont été retrouvées. Cette pratique s’est étendue à l’Afrique orientale [17 ; 18 ; 27]. » « Les momies qui ont montré que l’excision était pratiquée en Egypte du temps des pharaons XVIème siècle avant Jésus Christ confirmant que l’excision se pratiquait dans la zone qui correspond au foyer de la première néolithisation occidentale, à savoir l’Egypte, l’Ethiopie, la Syrie et la Perse. C’est d’ailleurs la technique constatée qui a été à l’origine de ‘‘l’excision pharaonique » Issa Keita, Thèse de médecine, Bamako, 2008 http://www.keneya.net/fmpos/theses/2008/med/pdf/08M347.pdf
Il n’y a pourtant plus de pharaons… le régime a changé, et pourtant les femmes sont toujours réduites à néant ! « [Selon une étude du ministère égyptien de la Santé, réalisée en 2009, 91% des femmes âgées de 15 à 49 ans seraient excisées] » mais les petites filles sont toujours violées et mutilées en série ! http://blog.slateafrique.com/femmes-afrique/2012/01/23/30-ans-dexistence-du-gams-loccasion-de-dresser-un-bilan/
Les Egyptiennes ont grand mal à se sortir de cette situation de torture constante – 96 % de femmes excisées, ce n’est rien ? http://dailynewsegypt.com/2012/11/15/the-battle-against-female-genital-mutilation/
Suffisamment d’entraves sont mises aux femmes et au féminisme – Il est temps que le monde entier se débarrasse des tentations résectionnelles et résiduelles. A suivre Marie Bonaparte, dont pourtant son appréhension de la distance entre meat urinaire et clitoris officier en frigidité le lui fit déplacer trois fois par des opérations en clinique suisse, coachée par Sigmund Freud lui-même persuadé que le clitoris constituant un « pénis vestigial » (il reste curieux que ce médecin n’ait jamais vu ou réalisé que l’urètre ne passe jamais par le clitoris et un meat ne pourra jamais le couronner) – C’est donc du pipeau de comparer un seul instant pénis et clitoris. Et ce n’est pas de crier à la symbolique phallique qui fera rentrer les choses dans l’ordre… « Les hommes se sentent menacés par ce qui aurait une apparence phallique chez la femme, c’est pourquoi ils insistent pour que le clitoris soit enlevé » Marie Bonaparte, Notes sur l’excision, Revue française de psychanalyse XII, 1946 http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Bonaparte
Puis part encore plus loin en sa justification, c’est dramatique de lire cela et de ne voir personne crier au scandale !?« l’occasion d’examiner beaucoup de femmes excisées en Égypte et qui conclut dans La sexualité de la femmeen 1951, que cette mutilation est parfaitement justifiée « puisqu’elle parfait la féminisation en supprimant un reliquat inutile du phallus ». » (sic !) (Ibid. p. 97) » http://unevingtaine.blogspot.fr/2010/08/femmes-et-liberation.html

Négligé, renié le clitoris, nous sommes vaginalisées au point de crier au clitoridisme « Marie Bonaparte en conclut que le dommage était vraiment minime, et que l’« opération » avait l’avantage d’empêcher les femmes de succomber au « clitoridisme ». Une maladie imaginaire dont seraient atteintes les vilaines « clitoridiennes ». Celles qui sont d’enragées masturbatrices et/ou des lesbiennes plus ou moins bien refoulées, alors que la femme adulte normale se doit d’être une pure « vaginale », renonçant aux prétentions viriloïdes, revendicatives, du clitoris. » suivant religieusement en cela « Freud de traiter hardiment le clitoris d’organe masculin, mais avorté, inabouti : c’est « le prototype de l’organe inférieur », citation textuelle de la conclusion de son article sur le fétichisme paru en 1927″ https://laconnectrice.wordpress.com/2011/03/19/le-drame-de-lexcision-par-louisiane-dore-miloch/

Waris Dirie témoigne et supplie
Ce n’est déjà pas joli joli de persécuter un adulte pour raison politique mais persécuter systématiquement les filles de moins de 15 ans pour raison sexiste, qu’est-ce donc ? Et mettons tout de suite les choses d’équerre, cette amputation déféminisante, torture, se trouve précédé d’un féminicide agravé de viol en réunion par personnes ayant ascendant.Ce qui se pourrait aller jusqu’à être traduit en inceste non prohibé. « Affaire de femmes », loin de là, puisque les « pères d’églises » très divers (manisme, animisme, islam, chrétiens… ) tolèrent, tout autant que les chefs traditionnels, sorciers et guérisseurs – Quel homme s’y oppose ? Dîtes-le nous donc.  http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=20247&Cr=mutilations&Cr1=
  • Pas encore à la Cour Pénale Internationale pour incitation à la mutilation des filles ? 
Non seulement, il faut juger les Etats qui perpètrent par procuration l’excision féminicide, ou Mutilations Génitales Féminines (MGF ou Female Genital Mutilation FGM) mais aussi tout individu qui en fasse publicité, continuant à oser énoncer publiquement qu’elle relève de l’esthétique et du traitement médical.http://www.mosaiquefm.net/fr/index/a/ActuDetail/Element/18228-habib-ellouze-l-excision-des-filles-est-une-operation-esthetique
L’Organisation Mondiale de la Santé qui se contente de compter le nombre de fillettes torturées doit répondre de sa responsabilité de laisser perpétrer en toute connaissance de cause cette torture féminicide subie par 120 000 000 de femmes vivantes à ce jour et ne comptabilisant même pas les quelques 5 % d’infantes et de jeunes accouchées décédées de l’excision féminicide, doublement féminicidées.
Ci-dessous, des moyens de droits à faire valoir contre ceux tant en Tunisie qu’ailleurs qui veulent rendre polygamie et excision légales ! On peut y rajouter des articles du Protocole de Maputo.  http://www.dreuz.info/2013/03/tunisie-instauration-de-la-polygamie-et-lexcision-des-femmes/
Tableau des droits bafoués par les féminicides excsionnels, ) calquer comme un gant pour tout féminicide
p. 33 http://www.eige.europa.eu/sites/default/files/EIGE-Report-FGM-in-the-EU-and-Croatia.pdf
L’UNICEF en 2005 évaluait que la « convention sociale néfaste » de « l’excision/mutilation génitale féminine (E/MGF) » touchait trois millions de petites filles (à l’année, je suppose, une paille…). Les fact sheets se suivent et se ressemblent. http://www.unicef.ch/sites/default/files/documents/unicef_fs_mutilation_sexuelles_feminines_2012_2.pdf
Dans le rapport UNICEF 2011, jamais le mot de viol sur mineure n’est utilisé, ni de castration partielle, ni « de déféminisation », ni de féminicides, ni de torture, ni de pédocriminalité, ni d’inceste. Pourtant, qu’est ce d’autre donc d’autre que du FEMINICIDE pédocriminel, pur et simple ?. A savoir que le viol parfois nommé par certains « meurtre psychique », d’autant plus sur des enfants) : p. 41 « Mutilation génitale féminine/excision La prévalence de la mutilation génitale féminine/ excision (MGF/E), bien qu’en déclin, est toujours très répandue dans 29 pays. Plus de 70 millions de filles et de femmes âgées de 15 à 49 ans ont subi une mutilation génitale féminine/excision (MGF/E), généralement à l’aube de leur puberté. Les MGF/E sont extrêmement dangereuses, …. Elles peuvent entraîner des problèmes à long terme et accroître le risque de complications pendant l’accouchement, tant pour la mère que pour l’enfant. Elles nuisent également au développement sexuel, normal et sain des jeunes filles. ….Mais les progrès sont lents et des millions de filles continuent d’être menacées par cette pratique. » http://www.unicef.org/french/sowc2011

L’Unicef, lundi 22 juillet 2013 – « établie à partir des études réalisées au cours des vingt dernières années dans les vingt-neuf pays les plus touchés par ces pratiques. Au niveau planétaire, l’estimation avoisinerait 140 millions de femmes et fillettes, selon l’agence des Nations unies consacrée aux droits de l’enfant.« 
Pendant paix, guerres, famines, misère, crises, les fêtes, rituels, opérations d’excisions féminicides et autres féminicides continuent ! Au XXème siècle, environ 150 000 000 femmes mutilées x 3 cohortes = 450 000 000–  Bien sur, il faut souligner les avancées en chirurgie réparatrice remarquables qui peuvent restituer l’orgasme à environ moitié des opérées mais qui, cependant, ne viendront jamais à bout de centaines de millions d’excisions féminicides. Et puis tout de même être obligés de réparer ce que d’autres sagouins criminels détruisent et laissent à l’état de moignon… http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(12)60400-0/fulltext
« Pour soutenir nos amies africaines dans l’abandon de l’excision, l’association Marche en Corps organise deux marches : La première, du 8 mars au 7 avril 2013 entre Quimperlé (Bretagne, France), ville jumelle de Nara (située dans la zone sahélienne du Mali) et Angers, ville jumelle de Bamako. »  http://marcheencorps.wordpress.com/
Nous sommes loin de la prévision d’éradication en 2015 de cette torture sur petites filles, tendant à les déféminiser, forme subtile, si l’on peut dire, de castration et de contrôle et la Belgique constate les blessures – Résultats de SPF Santé publique d’étude de prévalence de juin 2010 par l’Institut de médecine tropicale : 6.220 femmes (très probablement) excisées et 1.975 fillettes qui risquent l’excision, dont moitié dans la région de Bruxelles-
CEUX qui APPELLENT à l’EXCISION se révèlent trop NOMBREUX – Et si l’on si prend un par un, cela peut durer… car pourquoi la demande ne serait adressée qu’à l’Indonésie parmi la trentaine de pays qui tolère de fait ou de droit le « féminicide excisionnel » ? http://asie-info.fr/2012/12/27/lonu-demande-a-lindonesie-de-ne-plus-tolerer-lexcision-515325.html
Mieux, des conseils de phallocrates avoués prétendent en Indonésie que torturer une petite fille en lui enlevant partie de son sexe fait partie des « droits humains garantis par la Constitution » ! Indonésie : le Conseil des Oulemas déclare que l’excision est recommandée, et que cette mutilation barbare fait partie des « droits humains garantis par la Constitution ». http://www.asianews.it/news-en/Indonesian-Ulema-in-favour-of-female-circumcision:-a-human-right-26948.html
Me Borchra Belhaj Hmida par son dossier de dépôt de plainte, contre le prédicateur égyptien et associations l’invitant, pour incitation à la haine et la violence, avec le soutien de la Ligue des Droits de l’Homme de Tunisie avec toute la Tunisie qui clame ce 15 février 2012 son opposition à l’Excision / Mutilation Génitale Féminine qui n’est pas une opération esthétique comme l’on ose encore le prétendre  : http://www.leaders.com.tn/article/les-partis-d-opposition-et-la-societe-civile-unanimes-pour-condamner-les-propos-de-ghenim-sur-l-excision?id=7709
Surtout que des personnes au sein même des organisations des droits de l’Homme promeuvent la torture contre les petites filles car, à nouveau et toujours, obligées de reparler de ceux qui prônent ouvertement le crime de l’excision féminicide- Encore un médecin de la mort ! Et sur Internet sa propagande prétendant qu’il n’y aurait pas de mal à exciser une enfant, au contraire ! http://www.desertflowerfoundation.org/en/fgm-is-a-crime-stop-this-doctor/
Ainsi la proportion microscopique de condamnation de l’excision féminicide par la société humaine et ses tribunaux reste redoutable. Ne reste de commun entre les deux rituels opératoires que l’atteinte à l’intégrité du corps sans consentement de l’intéressé du fait de décision prise par les parents, sous la pression de l’entourage. Ce qui ne suffit absolument en rien à poster en même catégorie les rituels d’excision et de circoncision, religieux ou coutumiers. Axe rhétorique de la neutralité des corps, prétendu épicène ? Alors que l’on sait que justement sur le point de protéger des féminicides, ses victimes et plaignantes, les lois restent indigentes, absentes, semi muettes, aveugles à constater le nombre effarant de féminicides excisionnels de sexisme systémique.  Il n’est qu’à voir qu’il suffirait de licencier un pédiatre qui croit à l' »honneur » de la mutilation sexuelle féminicide, se réclamant de vénérer  » l’honneur » phallocentrique (au sens strict) de coutumes patriarcales criminelles, pour le dédouaner ? Que ferait-on si c’était sur un pénis ? http://www.desertflowerfoundation.org/en/achievement-fgm-supporting-pediatrician-fired/
Moins importante parfois que l’intactivisme qui fait florès pour combattre la circoncision qu’il lui est bien pratique de classer comme l’excision féminicide- Malheureusement à négliger la gravité de cette dernière, l’intactivisme se révèle et montre tout son hominisme peu humaniste en toutes conséquences.
Ou que d’autres médecins opèrent criminellement aux Royaume-Uni pour déféminiser par excision dans la plus parfaite tolérance : Against FMG femicide in UK http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N23969 (cf. Britain’s 100,000 mutilated women Mazher Mahmood and Eleanor Mills 22/04/12 http://www.thesundaytimes.co.uk/sto/)
Encore à mi-mai 2012, la Fondation du Désert appelle à arrêter les médecins criminels de torture féminicide pédocriminelle au Etats Unis : http://www.desertflowerfoundation.org/en/fgm-scandal-in-the-us/
  • Rappelons que, en 2000 aux EUA selon recensement  hospitalier, 227 887 en risque FGM/excision – Seules 20 sur 50 états répriment la torture de mutilation génitale de déféminisation féminicide sur petites filles –http://theahafoundation.org/pdf/FGMLAWSFINA.pdf
Osera-t-on nous dire que les médecins partent aussi du bon sentiment qu’il vaut mieux mutiler d’une partie de leur sexe les bébées sous scialytique comme aux Philippines ? Les pages du sexe féminin complet auraient-elles été arrachées des manuels de médecine et de leurs serments ? Des gouttes de sang dans l’océan – L’on tente de mettre en place des rites d’abandon de l’excision qui reste en contradiction avec les rites de passage d’initiation à l’âge adulte et à la soumission aux classes d’âges plus et au sommet aux hommes puisque les populations d’éleveurs de bétail fonctionnent sous un régime patriarcale phallocrate fort de pouvoir exclusivement masculin- Et des que les hommes auront envie que cela recommence, cela recommencera car cela sert à calmer et civiliser les femmes, à les « tenir » http://www.epochtimes.fr/front/12/10/23/n3507307.htm
Mais avant de basculer dans le sujet féminicide de l’excision, introduction sommaire sur l’introcision féminicide :« Introcision : Cette forme de mutilation est pratiquée par les aborigènes Pitta-Patta d’Australie : Lorsqu’une fillette atteint la puberté, l’ensemble de la tribu (des deux sexes) se réunit. L’officiant, un homme âgé, élargit l’orifice vaginal en le déchirant vers le bas à l’aide de trois doigts attachés par une ficelle d’opossum. Dans d’autres régions, le périnée est déchiré à l’aide d’une lame en pierre. Cette opération est généralement suivie d’actes sexuels, sous la contrainte, avec de nombreux jeunes hommes. L’introcision est également pratiquée au Pérou, notamment chez les Conibos, branche des indiens Panos dans le Nord-Est du pays : dès qu’une fillette atteint sa maturité, elle est droguée et soumise à des mutilations devant son groupe. L’opération est pratiquée par une femme âgée, à l’aide d’une lame en bambou. Elle consiste à découper l’hymen à l’entrée du vagin et à le séparer des lèvres, tout en exposant le clitoris. Des herbes médicinales sont ensuite appliquées avant d’introduire dans le vagin un objet légèrement humecté, en forme de verge, fabriqué en terre cuite. » http://www.ipu.org/wmn-f/fgm-what.htm
  • Ce n’est pas une coupure, « cutting« , c’est une EXCISION. Ce n’est pas une circoncision « circumcision », c’est une EXCISION, torture, mutilation, amputation, viol sur infante.
Une coutume prépubertaire, en avant-propos aux rites de passage, consiste en quelques mois à allonger les nymphes externes ou grandes lèvres et le capuchon du clitoris en tirant dessus au moyen de bâtonnets de ricin, notamment. En Afrique australe et orientale, ce « tablier hottentot » serre en fait principalement au plaisir masculin ainsi que les scarifications sur leurs cuisses (lomué). Ce qui explique notamment le succès de l’exhibition de cirque et la prostitution dont fût victime la Vénus hottentote à Londres puis Paris jusqu’en 1815. Les aborigènes envahis vers le XVIème par les Zulus, guerriers et pasteurs, qui depuis les tenaient fréquemment en esclavage- Les langues zulus comportent des cliques de ces appropriations des femmes khoï -Me référant à mes propres terrains en Haute Zambézie à partir de 1991-
Ainsi, jusqu’aux rumeurs qui ont la peau dure, surtout lorsqu’elles sont racistes : « le capuchon clitoridien ou prépuce », ce « repli, peu développé chez les occidentales est beaucoup plus long chez certaines asiatiques ou africaines, ce qui fait procéder à une circoncision (chez les abyssins notamment) » dixit une urologue un tant soit peu attardée scientifiquement parlant de ce qu’elle avait constaté sur ses patientes (manifestement sans avoir su leur poser les questions adéquates) et copiant tel quel en référence « repli préputial est relativement peu développé dans nos races européennes. Chez certains peuples de l’Asie et de l’Afrique, il atteint une longueur beaucoup plus considérable et l’on sait que quelques-uns d’entre eux, notamment les Abyssins pratiquent la circoncision chez la femme aussi bien que chez l’homme. » « Vulve », in P. Brenot (dir.), Dictionnaire de la sexualité humaine, L’esprit du temps, 2004, p. 702 & L. Testut, Traité d’anatomie humaine, t. 4 (« Appareil de la digestion – Appareil uro-génital – Embryologie »), Paris, Octave Doin éditeur, 1905, p. 778
Aff. Brigitte Mauroy c/ Antoine Fischetti et Charlie Hebdo http://charlieenchaine.free.fr/?Les-cinq-arguments-de-Charlie
Egalement tolérée sous ce terme idiot et révoltant, du fait de la bénédiction donnée au XVIe siècle pour faciliter l’évangélisation. http://labrique.net/numeros/nouvelle-rubrique/article/proces-brigitte-mauroy-contre 
Liberticide et dignicide, de plus, gravement, criminellement discriminatoire. Vous devez savoir que l’excision féminicide excise le clitoris, tranche son capuchon de peau et les lèvres génitales, nymphes, parfois de femmes jeunes accouchées. Ainsi, utiliser un mot pour un autre se révèle négationnisme de la torture du féminicide excisionnel et doit être condamné en tant que tel.
Sexes féminin et masculin – Vue de profil
L’excision du clitoris (5 figure de gauche, sexe féminin) sans comparaison possible
à la circoncision du prépuce (6 figure à droite, sexe masculin) protégeant le gland (5 à droite)
Il n’y a pas de débat possible : 8 000 terminaisons nerveuses en partie externe du clitoris (6 000 au gland du pénis)- Les deux restent incomparables pour encore une autre raison : les petits garçons ne sont circoncis, bien que ce soit évidemment du fait de leur sexe masculin, ni par sexisme, ni par misandrie, ni pour les garder fidèles, ni les « civiliser ». Ne s’agissant alors ni de torture, ni de castration partielle et n’empêche pas de jouir normalement de leur sexualité et de leur vie d’homme.
La circoncision ne représente donc aucune caractéristique de « masculicide » puisque pas de contrôle patriarcal phallocrate viriarque pesant sur les bénéficiaires statutaires. Seule la peau du prépuce masculin est coupée à la circoncision et absolument pas excisé son pénis. Alors que l’excision reste l’expression de la domination, de la maîtrise et du contrôle des filles en toutes leurs dimensions, en supprimant toutes leurs chances d’équilibre et de liberté. D’avoir entendu sur le terrain, les effets de l’emploi à tort (-turant et tuant) et pernicieux de la circoncision pour les petites filles, que l’on ose faire passer pour opération esthétique ! Combien de personnes se dépêchent d’aller exciser les filles parce que ce serait égalitaire et que ce n’est pas si grave que cela ; se référant fièrement à leur propre circoncision, qui fût une si belle fête ! L’expression « circoncision féminine » devra être strictement interdite et mis en demeure de retirer de tout document officiel, et de tout document circulant en media et Internet. Ce terme impropre va à rebours, annihile les campagnes de sensibilisation, et se ligue contre les femmes qui luttent
Ce terme fautif de circoncision féminine tentant de masquer l’excision féminicide et de la faire passer pour de l’hygiène ou de l’esthétique grippe toute velléité de s’en défaire car

– favorise la thèse d’opération d’égalité abusivement mais ce à quoi croient beaucoup de populations,
– fragilisant ainsi jusqu’à ruiner les efforts des campagnes de sensibilisation de maintes associations
– met en péril les décisions d’abandon du rituel criminel de 6 000 communautés répertoriées à ce jour.
Rituels de passage connus de tout temps http://www.icl-fi.org/francais/oldsite/excision.htm Quoi de nouveau depuis ? Beaucoup mais encore pas assez ! http://www.icl-fi.org/english/womendrev/oldsite/FGM.HTM Il y a onze ans, ce qui se disait et vous pouvez ajouter en commentaires pour faire le point, vos données des villages qui ont abandonné cette convention sociale de coutume contraire au Droit en commentaires http://susaufeminicides.blogspot.com/2012/02/violences-femincides-et-abandon-de.html?showComment=1329402625435#c721646435021594514
  • Séquelles de l’extrême violence du « féminicide excisionnel »
(dessin gracieux de Carlos Latuff)
A propos de l’excision du clitoris (étant un clitoris, ce n’est ni un gland, ni un pénis et les quatre lèvres génitales, nymphes n’étant pas un prépuce, qui n’est pas non plus un vagin- Seul le prépuce pourrait éventuellement et uniquement être comparable au capuchon du clitoris, dit aussi prépuce clitoridien – soyons claires !)
PURE TORTURE de MUTILATION SEXOSPECIFIQUE UNILATERALE de castration partielle de « déféminisation » des petites filles et des jeunes accouchées, dont les éléments anatomiques disent que l’excision est incomparable à la bénigne opération de circoncision :
« Les Conséquences des MGF/E préjudiciables pour la santé sont : non cicatrisation ; formation d’abcès ; kystes ; croissance excessive des tissus cicatriciels ; infections urinaires ; rapports sexuels douloureux ; prédisposition renforcée au VIH/SIDA, à l’hépatite et à d’autres maladies transmissibles par le sang ; infections de l’appareil reproducteur ; pelvipéritonites ; stérilité ; règles douloureuses ; obstacle urinaire chronique/ calculs vésicaux ; incontinence urinaire (fistules) ; arrêt de progression du travail ; risque accru d’hémorragie et d’infection pendant l’accouchement. »  Source : UIP-IPU / CIAF-IAC – Il est estimé que les décès dus à ces féminicides portent sur 5 à 15 % de petites filles mutilées. Et précisément http://nenehawa.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1486%3Ales-consequences-sanitaires-ignorees-des-mutulations-geneitales&catid=44%3Asoc&Itemid=63
Prévalence  – Légende Vert pâle – Sans / Vert très clair – Rare ou limité à des enclaves de minorité ethnique / Vert clair – 11-25 % des femmes dont le sexe est excisé / Vert moyen – 26-50 % des femmes dont le sexe est excisé / Vert foncé – Plus de la moitié des femmes ont eu le sexe excisé / Gris – Sans données http://womanstats.org/data/images/infibmap_correct2011.jpg
APPEL à l’action contre les tortures féminicides aggravées – De la mise en danger d’autrui et de mineures, d’incitation à la violence, à la haine, à la torture des filles et jeunes femmes
a – Qui va enfin solliciter la Cour Pénale Internationale concernant l’incitation à la torture féminicide par « criminel en temps de paix » et demande d’un tribunal pénal international sur les féminicides (tortures des viols féminicides, féminicides excisionnels jusqu’à la mort) qui relèvent du Traité de Rome art. 7 et de la Convention UN génocides et autres textes des Nations Unies ?
b – Certains condamnent mais tellement d’autres criminels appellent au crime du féminicide excisionnel Les seconds sont beaucoup plus nombreux. « Wejdi Ghenim, le défenseur de l’excision enflamme la coupole d’El Menzah« . A noter qu’il va contre une condamnations religieuse des mutilations féminicides http://susaufeminicides.blogspot.com/2006/11/condamnation-du-feminicide-excisionnel.html
c – Action positive notable de la part des Gynécologues sans Frontières et de cliniques en France qui restaurent partiellement le clitoris, sans pour cela que soient annulées les séquelles personnelles et sociales de l’excision féminicide. Attention – A noter que la secte Clitoraid.Raël.Clonaid, afin de concurrencer toutes les d’implantations chrétiennes en Afrique et se faire adopter par les autres croyances, tente de s’engouffrer dans la brèche médicale et lever des fonds pour ses cliniques, profitant de l’esprit syncrétique très développé en Afrique. En 2009, le docteur Pierre Foldès « Ce n’est pas aux Raëliens de prendre une telle initiative. L’influence religieuse ou sectaire est néfaste, surtout sur le sujet des mutilations. Ce projet de clinique ne doit pas être soutenu, car les motivations ne sont pas claires et servent des objectifs qui ne sont pas la simple santé des femmes. Une telle structure doit dans l’idéal reposer sur le système de santé officiel et respecter la pyramide de soins. » http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20090806173135/
Stopper toutes incitations à la prévention du SIDA par l’excision sur la Toile www (appelée fallacieusement circoncision) & d’incitation JE RELANCE APPEL : Faites retirer, interdire et poursuivre les sites Internet -et forums d’appel à « circoncision féminine », cette expression devant être immédiatement interdite pour toutes les mutilations génitales MGF/FMG- et les cinq vidéos de l’américain qui s’en fait l’apôtre (minois de bébées qui défilent sur YT Top 5 reasons…) ?!! Je me refuse à mettre ce lien criminel ici, la vidéo (/watch?v=9r46b-Lm25s) figure dans un groupe FB féminicide et androcides
Alors, où sont les Anonymous sur ce coup-là ? Je croyais qu’ils s’intéressaient à combattre la pédocriminalité ? Où sont ceux qui devraient porter cela devant la Cour Pénale Internationale ? Le pénal n’est réservé qu’aux guerres et, en tant de paix, l’on peut massacrer les petites filles ?
Quand donc les enfants ne verront plus les tortures féminicides des filles et des femmes, en particulier, et deviendront porteurs d’une culture de paix que les femmes respectées et non mutilées pourront enfin inculquer sans ambivalence. Les filles ne sont pas sales et leur sexe n’a pas à être « nettoyé » par des papas abusifs.
Il parait si normal que pour le bonheur du mari, l’on tripote, triture et déforme l’organe sexuel et de plaisir de la petite fille que la seule Mutilation Génitale Féminine non castratrice du « tablier hottentot » d’élongation des lèvres génitales jusqu’à huit/dix centimètres -FGM de 4ème type- de son malheur de pouvoir stimuler le désir, que celle-ci n’est pas même considérée violence sexuelle. Comme les autres MGF, participant des rites de passage d’initiation sexuelle, de soumission aux hommes (convoités époux), et à la classe d’âge des anciens. http://www.irb-cisr.gc.ca:8080/RIR_RDI/RIR_RDI.aspx?id=453956&l=f ;  http://www.irb-cisr.gc.ca/
Multiple agression du féminicide excisionnel – Le principe commun à toutes les atteintes à l’intégrité se résumant à « l’on peut opérer lorsqu’il y a une raison médicale sérieuse et importante« . Le patient est censé donner son consentement. Le Code pénal réprouve l’atteinte à l’intégrité, la violence, la mutilation attentant aux fonctions de reproduction. Cela au départ pensé pour la castration masculine, très dissuasif pourquoi cela ne l’est plus dans le cas des filles ?
Malheureusement, comme déjà signalé la carte ci-dessous est incomplète et les féminicides excisionnels sont bien confirmés en Colombie (Emberas), au Pérou, en Indonésie, au Pakistan, en Inde et jusqu’à l’extrémité du continent par les Vendas SAR http://africlaw.com/2012/06/07/female-genital-mutilation-in-south-africa/
Excision – carte source Wikipedia – incomplète
– Mutilations sexuelles et droit à l’intégrité physique de l’enfant en Afrique : l’exemple du Cameroun, Thérèse Atangana-Malongué, 2005, Docteur en droit – Lutter contre les mutilations génitales féminines http://www.justice.gouv.fr/art_pix/1_1_mutilationsgenitalesfeminines.pdf Céline Verbrouck Bruxelles
Experte judiciaire sur féminicides, excisionnel, de viol, mariages forcés, etc. – http://www.lightfoot-klein.com/
En Colombie :
Quelques mots d’une autre mutilation féminicide qui a tué des femmes et grand nombre d’autres avec de graves séquelles. La contraception drastique des stérilisations par ligature des trompes : 300 000 femmes péruviennes stérilisées (double peine, femme et Quechua) et 10% d’hommes indiens Quechua vasectomisés http://lamouette.blog.lemonde.fr/2011/06/07/quand-le-perou-pratiquait-des-sterilisations-massives-avec-la-benediction-du-fmi/
 NOIRES DOULEURS, elles témoignent : http://www.lesecransdusocial.gouv.fr/spip.php?article410
Dans le monde, quelque 228 excisions féminicides d’enfants et de jeunes accouchées à l’heure ! La « castration féminine partielle féminicide excisionnelle » peut-elle se comparer à la circoncision ? NON. Je le reprécise car j’ai été en butte par d’aucuns d’obédience psy-chôse qui ont voulu m’obliger à croire et accréditer que ce serait de même acabit. Ce mot, fer de lance de la « théorie égalitariste de la circoncision » mine les campagnes de terrain contre les excisions féminicides car il permet de croire aux pratiquants que les deux opérations seraient comparables, bénignes, festives ! S’il vous plait, faîtes savoir à tous vos amis anglophones et anglicistes de bannir sans retour concernant ce féminicide de la Mutilation Génitale Féminine, le mot étranger (anglais) et trompeur de circoncision.
La danse contre l’excision féminicide
Sweden – Les victimes survivantes de la torture féminicide des excisions MFG demandent raison et excuses de l’exhibition d’un gâteau figurant l’excision féminicide par une négresse aux anneaux couchée grandeur nature. Où sont les Droits de l’Homme et le Statut de Rome, la Suède ne connait pas ? Que dirait-on si l’on faisait de même pour figurer une victime des tortures de la Guerre Mondiale ? Quelqu’un oserait-il seulement ? Soutien aux survivantes qui s’époumonnent à demander des excuses qui tardent à venir – Trop aimables, elles devraient demander la Cour Pénale Internationale pour ces crimes  http://www.change.org/petitions/fgm-racist-cake-all-survivors-of-fgm-want-is-a-true-apology-that-is-all-we-ask
A quand l’interdiction des féminicides en Droit, afin que je puisse supprimer la gazette des pétitions contre les féminicides excisionnels avec tous les autres ?! http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/05/feminicidesgazette-des-petitions.html
Prologue de cet article dans un échange et des informations supplémentaires sur les rituels de mutilations sexuelles et la castration androcide  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/mutilation-sexuelle-feminicide.html
Source autorisée sous condition de citation fidèle et de la source précise- de contexte, avec auteur version, date, blog « Thémis – Haro sur les fémincides et androcides dans le monde » http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d’usage du logotype montage photographique « Eradication des féminicides – Larmes de sang » CGMD ©Tous droits réservés international
Publié il y a 1st January 2012 par 

Sanctionner les clients des prostituées pour leur salut et celui des femmes

Publié le

Les Nouvelles News et Rue89 se repenchent sur les résultats observés de la loi suédoise qui punit le consommateur de prostituées http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/revue-de-presse/54-lu-sur-la-toile/3020-punir-clients-prostituees-etude-cas-suedois

J’approuve le commentaire d’une lectrice de cet article qui résume ainsi les observations sur le cas suédois : difficile d’en tirer des conclusions peut être, mais en attendant on constate a contrario que légaliser entraîne clairement une hausse de la traite… donc à choisir j’aime encore mieux le moins pire des systèmes. vous oubliez de mentionner le fait que des personnes prostituées en Suède témoignent que pour elles c’est une reconnaissance de leur souffrances et difficultés. et que la majorité des suédois sont auj favorable à une lois qui arrête de faire la chasse aux femmes. un meilleur partage des responsabilités me parait essentiel pour changer les regard et les mentalités sur ce triste problème de société (intimement lié au crime organisé pour rappel)

En effet, je suis totalement opposée à la prostitution qui, quoiqu’on en dise, est préjudiciable autant pour les femmes que pour les hommes. Non seulement elle est nocive pour les femmes qui se prostituent à défaut de trouver une autre solution pour gagner leur vie mais elle est nocive pour les hommes qui sont incapables de construire une relation égalitaire avec une femme.

Le plus grave étant que tant que la prostitution des femmes existera, toutes les femmes sans exception seront considérées comme des prostituées en puissance. De cette vision des femmes découle leur infériorisation, leur vulnérabilité et la dévalorisation de leurs compétences professionnelles. La prostitution est une allégorie de la place que les hommes accordent aux femmes dans toutes les sociétés.

Autant je ne peux admettre qu’un homme puisse penser acheter une relation sexuelle, autant je comprends qu’une femme puisse se résigner à se prostituer, en admettant qu’elle soit « libre » de le faire et qu’elle n’y soit pas contrainte comme le montre le film « Chaos » de Coline Serreau http://fr.wikipedia.org/wiki/Chaos_(film,_2001) prénommée Malika, elle a fui sa famille quelques années plus tôt après avoir appris que son père allait la donner en mariage à un vieil homme algérien contre de l’argent. Elle a alors seize ans. Ne sachant où aller, ni même comment se nourrir, elle est victime d’un réseau de proxénètes. Pour s’assurer de pouvoir se servir d’elle à leurs fins, les proxénètes la violent entre huit à dix fois par jour et la droguent à l’héroïne afin de la dissuader de s’échapper. De plus, ils prennent la précaution de lui fournir un faux passeport au nom de Noémie à présenter à la police en cas de contrôle d’identité, le vrai passeport de Malika se trouvant en possession de son père.

La prostitution est le modèle dominant des relations entre hommes et femmes. Il est convenu dans la société que les femmes se vendent et que les hommes les achètent. C’est tellement ancré dans les mentalités que seules les féministes le dénoncent et se font haïr par les plupart des femmes et des hommes qui sont résignés en répétant que « la prostitution est le plus vieux métier du monde ». L’esclavage était aussi le statut le plus ancien du monde et pourtant, nous l’avons interdit. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour la prostitution ?

Il est urgent d’abolir la prostitution car son acceptation conduit à une nouvelle marchandisation du corps des femmes avec la GPA, les mères porteuses. Le discours qui justifie cette monstruosité est le même que celui qui justifie le commerce sexuel : elles décident librement personne ne les y oblige, elles font ça par goût, c’est une forme particulièrement admirable de la générosité, elles le font pour rendre service. C’est totalement faux puisque la plupart des femmes qui louent leur corps pour gester l’enfant d’autrui sont des femmes pauvres qui ne trouvent pas d’autre solution pour gagner leur vie.

On voudrait nous faire croire que porter l’enfant d’autrui ou donner ses ovocytes serait aussi bénin, sinon banal, que donner son sperme. C’est faux et malhonnête. Le don d’ovocytes comme la location d’utérus n’ont rien à voir avec le don de sperme pour lequel il suffit à l’homme de se masturber. Aucune intervention médicale sous forme de prise d’hormones ou intervention chirurgicale n’est nécessaire. L’homme a l’habitude de se masturber et il est fier de sa fertilité et de sa semence. Certains hommes conservent leur semence dans des bouteilles, d’autres qui se disent artistes peignent avec, sans compter tous ceux qui en aspergent les femmes pour « voir » la matérialisation de leur « puissance ». D’autres encore font le maximum d’enfants au maximum de femmes, sans assurer la subsistance des uns comme les autres. Et puis il y a cet Hollandais, Ed Houben, qui a engendré plus d’une centaine d’enfants par « méthode naturelle » ou « artisanale », soit-disant pour « rendre service » et qui organise chaque année une fête avec tous ces enfants qu’il n’assume pas soit-disant avec l’accord des mères. J’attends avec impatience le jour où l’une d’entre elle réclamera une pension alimentaire ou que ce soit l’enfant qui le réclame pour payer ses études, par exemple.http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/30/01016-20130730ARTFIG00401-ed-neerlandais-de-43ans-et-pere-de-peut-etre-plus-de-cent-vingt-enfants.php

Car si Ed est «convaincu que les enfants doivent savoir d’où ils viennent», il ne veut pas non plus s’imposer. Ce contrat tacite n’a aucune valeur juridique, mais le donneur renonce à tout droit sur l’enfant à venir, et la maman à toute pension alimentaire. «Les parents savent qu’avec moi, ils n’auront pas à envoyer des comptes rendus réguliers, précise-t-il. En revanche, à tout âge, l’enfant saura qu’il pourra venir me voir et me poser des questions.»

Chaque année, Ed organise d’ailleurs une petite fête à Maastricht, en invitant tous ses enfants, «pour que ceux qui veulent puissent faire connaissance». L’aîné vient d’avoir dix ans. «Jusqu’à présent, je ne me suis pas autorisé de grands sentiments envers eux, confesse-t-il, les yeux humides. Pour la protection de leur famille et la mienne, il vaut peut-être mieux…»

On ne dit pas dans l’article si Ed Houben et les femmes qu’il engrosse sont médicalement contrôlés pour le Sida et autres MST. Dans l’article Houben explique qu’il sélectionne les femmes qu’il met enceintes. Elle doivent être ordonnées, ni grosses, ni fumeuses et on se doute qu’il ne doit pas sexer avec les plus moches bien qu’il ne soit pas lui-même un Apollon. Cette discrimination mériterait un passage au Tribunal international…

Notre société doit arrêter de réduire les femmes à un corps mis à la disposition des hommes et du système qui les ramène à l’état d’accessoire des besoins du mâle. Les femmes sont des êtres humains à part entière et l’abolition de la prostitution des femmes -je ne parle pas de celles, minoritaire des hommes et transsexuels- serait une véritable révolution qui profiterait à tout le monde, au même titre que celle qui a aboli l’esclavage.

PS

Je comprends le désespoir des couples stériles qui sont prêts à faire n’importe quoi pour avoir un enfant quand ils ne peuvent pas en adopter mais je crois savoir qu’il est toujours possible de « bricoler » une solution personnelle sans en faire un système.

Je ne blâme pas les personnes qui se prostituent mais je rejette la société qui en fait un système et toutes celles et ceux qui en profitent au détriment du bien commun., plus précisément en cultivant le mépris des femmes et l’acceptation de leur infériorisation.

%d blogueurs aiment cette page :