Flux RSS

Archives de Tag: discrimination salariale

Féminisme et retour de bâton

Publié le

Publié le 21 septembre 2018 – par  – 99 commentaires – 1 145 vues

L'assemblée des chasseurs attentive hier à l'espace Valentré./ Photo DDM A.L.

Source image https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/08/2775824-les-chasseurs-du-lot-ont-fait-le-point.html

Pour paraphraser Aznavour, je vous parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître. Celles et ceux qui sont nés à partir des années 70 ignorent presque tout de la condition des femmes avant 1968. La plupart des femmes ne mesurent pas l’intensité de la lutte des femmes pour leurs droits et leur liberté. Nous, féministes historiques, avons œuvré pour étudier sans discrimination et avoir accès à toutes les formations (certaines écoles ont longtemps été interdites aux femmes), pour le droit de contrôler nos maternités et notre sexualité, pour à travail égal avoir le même salaire qu’un homme, pour le droit de travailler sans l’autorisation du père ou du mari dans tous les secteurs, pour le droit d’ouvrir un compte bancaire à notre nom sans avoir de comptes à rendre à un père ou à un mari, pour le droit à la contraception et à l’avortement, pour la liberté de choisir de nous marier ou pas, d’avoir un enfant sans être mariée, pour que les enfants nés hors mariage aient les mêmes droits que les enfants du mariage, pour l’autorité parentale, pour pouvoir nous habiller comme nous le souhaitions et ne pas être contraintes de cacher notre corps et nos cheveux, pour avoir le droit de réclamer une pension alimentaire au géniteur qui n’assume pas sa responsabilité, le droit d’accéder à toutes les professions, la criminalisation de l’acte de viol et son jugement aux assises, le droit de donner à l’enfant le nom du père et celui de la mère, etc. Nous avons obtenu la parité dans la représentation politique et, récemment, un cap a été franchi avec le mouvement #metoo #balancetonporc et la loi contre le harcèlement sexuel.

Emmanuel Macron pose au milieu de dirigeants d'entreprises du numérique, mercredi 23 mai 2018 à l'Elysée

Source image https://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/macron-demande-aux-patrons-de-la-high-tech-de-s-engager_2010940.html

Alors bien sûr, ces lois ne sont pas toujours appliquées car il existe mille manières de détourner leur application. Trop peu de femmes choisissent des formations scientifiques car elles sont orientées vers des métiers dits féminins.

L’égalité salariale est loin d’être acquise car les patrons redoublent d’astuces pour démontrer qu’une femme n’occupe pas le même poste qu’un homme et une enquête publiée ce mercredi 19 septembre confirme qu’à travail égal, les femmes sont moins payées que les hommes, surtout aux postes de responsabilité. Pourtant, la loi sur l’égalité salariale a été promulguée en 1972, il y a 46 ans !  La journaliste confirmée d’un célèbre magazine de gôche me confirme qu’elle gagne 2 000 € de moins que son équivalent masculin mais qu’elle serait grillée dans la profession si elle demandait l’application de la loi.

Le crime de viol est souvent correctionnalisé  en agression sexuelle pour éviter les assises où le criminel risque 20 ans, une durée d’incarcération qui est rarement prononcée, un suivi médical aléatoire, une libération anticipée pour bonne conduite… carcérale et une possible récidive, comme le suspect de l’assassinat récent d’une étudiante de Strasbourg.

Nos présidents s’arrangent pour confier les principaux ministères à des hommes ou, comme Macron l’a fait pendant sa campagne, pour promettre un ministère des droits des femmes et finalement donner un secrétariat d’État.

L’égalité entre femmes et hommes est loin d’être acquise mais, malgré cette réalité, des femmes se sentent obligées de dire « je ne suis pas féministe, mais… » et ces précautions oratoires se comprennent quand on constate que « les féministes » ont mauvaise presse, qu’elles sont dénigrées, que leurs revendications sont ridiculisées, qu’elles sont brandies comme épouvantails au regard des femmes comme des hommes. Le pédophile raciste et misogyne Paul Gauguin qualifiait de « bas-bleu » sa grand-mère Flora Tristan, cette  grande actrice de la libération des femmes, également fondatrice des premières mutuelles, une contribution oubliée. « La féministe » est désignée comme remède contre l’amour, elle est décrite comme hommasse, hideuse et castratrice quand elle n’est pas étiquetée lesbienne. À ce propos, je me souviens d’un homme qui m’avait traitée de lesbienne parce qu’après qu’il m’avait attrapé les fesses, je m’étais retournée illico pour lui saisir les couilles… ce qu’aucune femme n’aurait intérêt à faire de nos jours au regard de la recrudescence de la violence masculine. L’affaire Marie Laguerre en est la preuve.

Résultat de recherche d'images pour "medef"

Source photo https://www.lesechos.fr/economie-france/social/0301917178795-medef-les-huit-chantiers-de-roux-de-bezieux-2189636.php

Dans une société en mutation, alors que les choix sexuels sont le critère principal des interventions politiques, que la pornographie est le modèle, que les couples peinent à durer et que les lobbies médicaux inventent des techniques juteuses en flattant le bas-ventre des hommes et leur désir de prendre la place des femmes avec la GPA, avec le retour de coutumes archaïques régissant la position sociale des femmes du fait de l’islamisation, de nombreux hommes veulent reprendre la main sur la gestion (gestation ?) des femmes. Le féminisme est devenu le mal à abattre, une menace pire que l’insurrection musulmane qui gangrène notre société. Toutes les tendances politiques et apolitiques se rejoignent pour vilipender celles qui auraient tout obtenu, qui auraient tous les pouvoir, y compris celui de l’ombre (Brigitte Macron serait le véritable président de la République), ces femmes qui œuvreraient à l’éradication de l’homme blanc. Ces accusations font fi des réalités qui prouvent que les mâles ont toujours le pouvoir politique, économique et sexuel, en témoignent les photos des dirigeants d’entreprise, des dirigeants des nations, des dirigeants politiques et de toutes les instances de direction, dans tous les domaines et à tous les niveaux de pouvoir.

Source image https://www.express.co.uk/news/world/825800/G20-summit-2017-news-live-stream-Trump-merkel-putin-may-countries-latest-updates

De même que l’antisémitisme ou l’antichristianisme sont virulents dans les contrées où juifs et chrétiens ont été chassés, sinon exterminés, l’antiféminisme n’a jamais été aussi actif que depuis que la condition des femmes régresse, en partie à cause du terrible modèle importé par les musulmans, surtout là où ils sont présents en force, comme dans les « quartiers ».

Alors, Messieurs les mâles blancs, vous qui vous sentez menacés par « les néo-féministes », réfléchissez un peu et insurgez-vous avec les citoyennes contre le véritable danger, le modèle musulman qui esclavagise, méprise et prend le ventre des femmes pour une fabrique à djihadistes. Apprenez à respecter votre moitié du ciel, protégez-la contre la discrimination la plus intemporelle et universelle du monde et cessez de craindre pour vos bijoux de famille, plus menacés par les sabres que par le clitoris. Sachez être des machos féministes et agissez pour le bien de notre société tout entière.

Alice Braitberg

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/enjeux-europeens-et-internationaux/reperes-chronologiques-33/

http://www.leparisien.fr/economie/egalite-salariale-femme-homme-ca-coince-18-09-2018-7893738.php

https://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/discriminations-a-l-embauche-difficultes-au-quotidien-a-la-rencontre-des-meres-celibataires-1102591.html

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2338655-20180919-strasbourg-profil-complique-principal-suspect-disparition-etudiante

Loi travail El Khomri : régression de la condition des femmes

Publié le

img1.jpg

http://lesfemmesenentreprise.e-monsite.com/pages/http-lesfemmesenentreprise-e-monsite-com-pages3-html.html

Afficher l'image d'origine

http://blog.plafonddeverre.fr/tag/m%C3%A9dias/page/2

Afficher l'image d'origine

http://discriminationautravail.e-monsite.com/pages/apprendre/discrimination-envers-les-femmes-au-travail.html

Afficher l'image d'origine

http://lesfemmesenentreprise.e-monsite.com/pages/http-lesfemmesenentreprise-e-monsite-com-pages3-html.html

Comment la loi El Khomri va pénaliser les femmes

De l’avis du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle, la loi Travail s’avérera pénalisante pour les femmes. Il explique pourquoi…

Catherine Gasté | 13 Mars 2016, 00h00 | MAJ : 13 Mars 2016, 07h28 http://www.leparisien.fr/economie/comment-la-loi-el-khomri-va-penaliser-les-femmes-13-03-2016-5622163.php

RÉAGIR

56
EXCLUSIF

Voilà un avis rendu le 11 mars, en toute discrétion, par le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle (CSEP, rattaché au ministère des Droits des femmes) qui risque de faire jaser. A la demande du gouvernement, plusieurs personnalités qualifiées, mais aussi les organisations syndicales, patronales et les associations familiales ont été chargées de passer le projet de loi Travail au crible de l’égalité hommes-femmes.

Le verdict est salé : « Un déséquilibre apparaît dans ce texte en défaveur des salarié(e)s et singulièrement des femmes », lit-on en conclusion de ces 23 pages dont nous nous sommes procuré une copie.

Deux lignes plus loin, ils enfoncent le clou : « Même si ces mesures ne visent pas explicitement une dégradation de la situation des femmes, elles auront un impact négatif sur elles. Il s’agit bien d’un risque de discrimination indirecte. » Au total, quatre syndicats ont rendu un avis négatif (CFDT, CGT, FO et CFE-CGC). La CFTC et la CGPME émettent des réserves importantes. Quant au Medef, qui soutient totalement le texte, il a refusé de se prononcer sur l’impact du projet de loi en termes d’égalité hommes-femmes, comme l’UPA (Union professionnelle artisanale).

 

La négociation en entreprise va nuire aux salarié(e)s

Certes, le préambule de l’avant-projet de loi rappelle bien que « l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes doit être respectée dans l’entreprise », relève le Conseil. Voilà pour la théorie, mais tout au long des 150 pages « à aucun moment la prise en compte » du problème « n’apparaît dans le texte », critique dans cet avis l’économiste Rachel Silvera, spécialiste des inégalités salariales. Certains articles du futur Code du travail sont même « moins-disant » par rapport aux règles européennes. Comme l’article 31 qui prévoit que « l’employeur assure l’égalité de rémunération entre les salariés pour un même travail », et non pas « l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes », pointe ainsi le Conseil.

Et d’affirmer plus loin : « Cela signe une méconnaissance notoire de la construction des inégalités. » Même chose pour la primauté des accords d’entreprise sur les accords de branche ou la loi. Pièce maîtresse du projet de la loi El Khomri, ce principe est selon l’avis du CSEP nuisible aux avancées de l’égalité professionnelle. Car « les femmes sont plus nombreuses dans les secteurs les moins couverts syndicalement », comme le commerce, l’aide à domicile ou encore dans les PME de moins de 50 salariés où les syndicats sont absents.

Une flexibilité du temps plus défavorable aux femmes

Autre point noir, les mesures touchant au « temps de travail, premier facteur discriminant pour les femmes ». Le projet de loi renforce considérablement la flexibilité en augmentant les durées maximales de travail, notamment pour les cadres et les possibilités pour l’employeur de modifier de façon unilatérale les horaires. Pour la CFDT, « il convient de dénoncer le fait qu’un certain nombre d’articles sont en complète contradiction avec le principe de conciliation entre la vie professionnelle et la vie familiale ». La CGT y voit « une double peine pour les salariés à temps partiel (80 % sont des femmes) dont les heures supplémentaires seront demain encore moins bien payées ». En effet, le projet de loi prévoit une majoration de 10 % seulement des heures complémentaires, contre 25 % actuellement dans un grand nombre de branches.

L’avis pointe enfin un « risque de licenciement plus grand pour les femmes ». Le texte prévoit notamment d’élargir les accords « compétitivité » qui permettent aux employeurs d’imposer une modulation des horaires de travail, des salaires, de la mobilité. En cas de refus, le salarié sera licencié. « Ces mesures sont particulièrement défavorables aux femmes, pour qui cela peut signifier d’être obligé de renoncer à son emploi. Car du fait d’autres charges qu’elles assument, elles ont beaucoup moins de possibilités d’adaptation », rappelle le CSEP. Quant aux congés légaux « de solidarité familiale » ou « de proche aidant » — majoritairement utilisés par des femmes —, le Conseil redoute « une régression » puisque leur durée n’est plus fixée par la loi.

Lire aussi

http://inegaleloitravail.fr/

Une fois de plus, le gouvernement oublie les droits des femmes. Le préambule de l’avant-projet de loi rappelle que “le principe d’égalité s’applique dans l’entreprise. L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes doit y être respectée”. Voilà pour la théorie, et c’est bien le minimum quand on sait que les femmes continuent de gagner en moyenne un quart de moins que leurs homologues masculins et que la France se classe 132ème en matière d’égalité salariale sur 145 pays. Le problème, c’est que cette déclaration de principe n’est accompagnée d’aucune mesure pour rendre enfin l’égalité effective.

Surtout, le projet de loi repose sur l’inversion de la hiérarchie des normes et fait systématiquement primer les accords d’entreprise sur les accords de branche ou la loi. Ce principe est fondamentalement nuisible à la lutte pour l’égalité professionnelle, qui n’a avancé qu’imposée par la loi et sous la pression des luttes féministes. Ajoutons que les femmes sont plus nombreuses dans les TPE/PME, où il y a moins d’implantation syndicale, et donc moins de possibilité de négocier et de se mobiliser. Faire primer les accords d’entreprise entraînera donc une baisse des droits et garanties collectives dans les secteurs à prédominance féminine.

Dans la (longue) série de régressions prévues pour l’ensemble des salarié-e-s, certaines seront particulièrement discriminantes pour les femmes. C’est d’abord le cas sur la négociation égalité professionnelle, déjà bien malmenée par la loi Rebsamen. Les obligations des employeurs sont encore allégées : les négociations annuelles peuvent devenir triennales, les accords d’entreprise primeront sur les accords de branche, et la durée de vie des accords sera limitée à 5 ans, sans garantie de maintien des avantages acquis ! En bref, l’égalité professionnelle qui avance déjà très très lentement sur le terrain, est renvoyée aux calendes grecques!

….

Congé maternité : discussion publique au sénat le 1er juin

Publié le

L’allongement du congé maternité sans garanties de carrière et d’application de la loi sur la discrimination salariale est une catastrophe pour les femmes.

Le Sénat débattra publiquement de la loi sur la protection des femmes enceintes et de l’allongement du congé maternité de 14 à 18 semaines, le  mercredi 1er juin 2011, soit la veille du jeudi de l’Ascension pour s’assurer qu’il n’y aura pas trop de monde pour contrer les sénateurs UMP et assimilés qui s’opposent au maintien du salaire intégral de la salariée pendant son congé maternité.

Une opposition qui est contradictoire avec la présentation du projet de loi qui dit qu’elle vise  à relancer la natalité.

Si le salaire n’est pas maintenu à 100%, les salariés les plus modestes, celles qui font le plus d’enfants seront les premières pénalisées et risquent se retirer du marcher du travail pour élever leurs enfants avec, comme seule ressource, les allocations familiales.

Allonger le congé maternité sans incitation à  se former ou reprendre son travail est implicitement un encouragement à l’abandon d’une activité professionnelle, un retour des femmes à la maison comme le souhaite le Front national, une dévalorisation du travail féminin pour cause de discontinuité et obsolescence de son expérience interrompue longuement à chaque grossesse et une incitation à faire le plus d’enfants possible pour toucher des allocations familiales plus importantes.

Des dispositions qui prétendent avoir été conçues en faveur des femmes enceintes constitue en réalité un énorme pas en arrière pour les femmes car elle ne dit pas un mot de leur carrière professionnelle.

Les femmes sont déjà les premières victimes de la discrimination à l’embauche car les employeurs redoutent qu’elles s’absentent pour congé maternité, pour soigner un enfant malade ou qu’elles réclament un temps partiel pour s’occuper de leurs enfants.

Quand ces craintes arrangent les employeurs, ils embauchent des femmes sur de petits salaires ou avec des contraintes horaires insupportables comme pour les caissières.

Quand ces craintes dérangent les employeurs, ils embauchent des hommes.

La directive relative à la protection des femmes enceintes recommande l’allongement du congé maternité, la liberté de le prendre en totalité après la naissance, le maintien du salaire précédant la grossesse pendant le congé maternité, l’égalité salariale et le versement de primes et augmentations qui auraient été accordées aux salariés de l’entreprise pendant le congé maternité de l’intéressée, la généralisation du congé paternité.

On lira l »ensemble du rapport ici: http://www.senat.fr/rap/l10-555/l10-5554.html

Le gouvernement français rejette la proposition de garantir 100% du salaire de la salariée enceinte pendant son congé maternité parce que ça coûterait trop cher:

En ce qui concerne l’indemnisation du congé de maternité, les autorités françaises attirent l’attention sur le surcoût financier extrêmement important qu’entraînerait une indemnisation à hauteur de 100 % du congé de maternité : environ + 35 % à + 45 % (soit 1 milliard à 1,3 milliard d’euros) pour l’assurance maladie, selon que la durée du congé serait portée à dix-huit ou à vingt semaines.

(Ca fait combien d’indemnisations de 285 Millions d’euros à Bernard Tapie???? : un peu moins de 6. Des millions de mères valent seulement 6 Tapie??????)

En revanche, l’allongement de la durée du congé de maternité à dix-huit semaines, avec un niveau d’indemnisation compatible avec les règles françaises actuellement en vigueur (c’est-à-dire en fixant un plafond d’indemnisation), aurait une incidence financière bien moindre : + 9,5 % (soit 250 millions d’euros) pour l’assurance maladie.

B-3-c du rapport. Curieusement, il n’est pas écrit le détail de cette donnée chiffrée: nombre de femmes concernées, période de référence? Rien.

………………….

Parmi les recommandations formulées par votre commission, plusieurs ont été prises en compte par le Gouvernement et défendues lors de la réunion du Conseil de décembre dernier :

– l’allongement de la durée du congé de maternité à dix-huit semaines ;

– le respect du principe de subsidiarité s’agissant de la répartition du congé de maternité entre les périodes prénatale et postnatale ;

– la promotion au niveau de l’Union européenne de l’instauration d’un congé de paternité.

S’agissant du niveau de rémunération, la France refuse l’idée d’une indemnisation à 100 % du salairetelle que le propose le Parlement européen, en raison du surcoût que cette mesure ferait peser sur les régimes de sécurité sociale, dans un contexte où les instances européennes appellent fermement les Etats à réduire leurs déficits publics.

Seule la faculté pour les Etats membres de définir un plafond d’indemnisation, comme le prévoit la proposition de résolution précédemment soutenue par votre commission, rendrait cette proposition acceptable aux yeux du Gouvernement.

Le congé maternité est nécessaire et légitime mais sa durée devrait être optionnelle. Certaines femmes désirent reprendre le travail plus tôt.

Le congé paternité devrait être obligatoire. Les hommes qui sont largement majoritaires à décider du sort des femmes et qui sont heureux de procréer sans avoir à se soucier des charges que représentent l’élevage et l’éducation des enfants seraient susceptibles de revoir leurs décisions s’ils s’en occupaient eux-mêmes, non pas en « aidant », en « contribuant », en « participant » mais en ayant la même charge de travail et de responsabilité que la mère.

On se croirait encore aux temps préhistoriques quand la mère devait rester dans la grotte pour nourrir ses enfants et entretenir le feu tandis que l’homme allait cueillir et chasser pour rapporter la pitance. Un schéma qui reste ancré dans les mentalités car ça arrange bien nos maîtres et seigneurs alors que ça n’a aucune justification biologique ou matérielle.

Le retour du congé maternité au travail devrait être très sérieusement encadré afin que la femme ne soit pas pénalisée tant au niveau de son activité que de ses revenus.

La loi sur la discrimination salariale devrait être assortie de très lourdes amendes et son application surveillée afin que les femmes ne soient pas discriminées à l’embauche.

Enfin, l’orientation des filles en 3ème ne devrait pas tenir compte de leur futur de mère de famille car, certaines n’auront jamais d’enfants et les autres doivent pouvoir concilier harmonieusement vie professionnelle et maternité.

L’orientation des garçons devrait aussi prendre en compte leur responsabilité de « producteur d’enfants ».

Si les congés pour naissance d’enfants étaient équitablement répartis entre la mère et le père, les discriminations de genre chuteraient spectaculairement.

%d blogueurs aiment cette page :