Flux RSS

Archives de Tag: diversité

Le maire socialiste du XIXème victime d’une transformation stupéfiante

Publié le

 

Monsieur François Dagnaud maire socialiste du XIXème arrondissement de Paris : une transformation stupéfiante pour présenter ses vœux à ses administrés

Qu’est-il arrivé à nôtre gentil maire ? En quelques mois il a subi une transformation stupéfiante pour nous présenter ses bons vœux.

A-t-il subi l’influence radicale de ses administrés et non administrés préférés ?

Blanc, homosexuel, père de deux filles tombées du ciel de ses rêves les plus fous de défier la nature, amoureux de la diversité et généreux -avec nos sous- hébergeur  de pauvres migrants, protecteur des gentils musulmans comme Yacine Chaouat condamné pour violences conjugales, si peu privilégié dans ses amitiés politiques -Hidalgo, Delanoë), Monsieur Dagnaud aurait-il honte d’être tout ça, un représentant des horribles  blancs bourgeois capitalistes responsables de tout la misère du monde ?

Eté 2017

Piscine-dagnaud2

Sur cette photo, François Dagnaud à droite, inaugure la piscine flottante du canal de l’Ourcq dans le cadre de Paris Plages

Hiver 2017-2018

Le Maire, François Dagnaud
et l’équipe municipale
vous adressent
leurs meilleurs vœux pour 2018 

http://mailchi.mp/f7465c13bb76/actualits-de-la-mairie-du-19e-newsletter-5?e=eaf69c171a

Newsletter n°5 // Janvier 2018

 

Après quelques recherches, je découvre que ce François Dagnaud nouvelle formule est la reproduction d’une oeuvre de street art réalisée par un heureux copain subventionné, journaliste, auteur, réalisateur et producteur, Julien de Casabianca, à l’origine du projet Outings. Cette oeuvre monumentale s’inspire d’un tableau de Louis Béroud conservé au musée Carnavalet. Et pour les ignorantes de mon espèce, cette oeuvre est collée sur le mur d’un immeuble de la rue Mathis dans l’arrondissement que François Dagnaud administre.

Vous autres, habitantes et habitants du XIXème qui me lisez, vous le saviez sans nul doute …Et vous avez aussi fait le lien entre le nom du projet « outings » et le lobby homosexuel qui fait désormais plus d’entrisme politique que de sorties forcées du placard (outing).

Rassurez-vous, je ne suis pas homophobe mais je déteste les groupes de pression, surtout ceux qui font semblant, seulement semblant d’aimer les femmes et comparent leur ventre à des bras (Pierre Bergé)…

 

Je n’ai pas retrouvé la peinture de Louis Béroud dont un personnage aurait servi de modèle à Mr Dagnaud.

Désolée, avec mon mauvais esprit, je n’avais pas compris que notre maire était un amateur d’art qui faisait la promotion d’un artiste émérite.

 

LC

Black M. Pas de grand-père tirailleur sénégalais aux archives militaires

Publié le

Nouveau au 19/05/2016

Une idée vient de me traverser la tête.

Et si le M. du rappeur figurait pour Mérah et non pour Mesrines ? Après tout les trois premières lettres sont identiques …

Connaissant l’admiration du terroriste de Toulouse parmi les djeuns, il ne serait pas étonnant que ce soit un hommage caché à Mérah, lequel expliquerait le succès de Black M.

——————————————

Afficher l'image d'origine

Black M a déclaré que son grand-père, Alpha Mamoudou Diallo aurait délivré la France avec le régiment des tirailleurs sénégalais qui comprenait aussi des Guinéens et d’autres nationaux africains.

Pascal Guy, historien, serait allé rechercher la trace de ce valeureux grand-père auquel Black Mesrines s’adosse pour justifier son patriotisme pour cette France qu’il a qualifiée de « pays de kouffars ».

L’historien, n’a rien trouvé malgré sa connaissance des archives et sa compétence en recherches historiques.

On attend la réaction de Black Mesrines et sa contribution à la mémoire de son grand-père.

Cette info a été relayée par le journaliste Robert Ménard sur LCI le 18/05/2016 et le site Fdsouche qui a contacté l’historien.

Personnellement je ne relaierais pas cette information si elle ne me semblait pas fondée mais j’attends avec impatience les explications de Black Mesrines. Je rectifierai s’il y a lieu.

La Connectrice

Afficher l'image d'origine

Suite à l’annulation de son concert à Verdun, Black M avait communiqué sur sa page Facebook : « Une terre pour laquelle mon grand-père Alpha Mamoudou Diallo, d’origine guinéenne, a combattu lors de la guerre 39-45 au sein des Tirailleurs Sénégalais » avant de dénoncer « une polémique incompréhensible et inquiétante ».

Contacté par téléphone Pascal Guy est formel : historien et spécialiste du Ier Empire, qui a en sa qualité de chercheur a une carte d’accès aux archives militaires de Vincennes : « Il n’y a pas d’Alpha Mamoudou Diallo guinéen incorporé dans les troupes coloniales ».

Le chercheur ajoute qu’après avoir fait des recherches minutieuses avec toutes les orthographes possibles, et en supprimant le prénom « Alpha Mamoudou », seuls deux Guinéens (qui donc n’ont pas « Alpha » dans leur prénom) figurent dans les archives militaire l’un est trop agé née 1888, quand l’autre né en 1905 à été démobilisé en 1941 et n’a donc pas participé à la libération de la France.

Le chercheur explique que ces archives sont publiques et qu’il est possible pour chacun de faire la recherche soi-même.

Les médias auraient-ils pris le post Facebook de Black M pour argent comptant sans la moindre vérification ? Partout, dans presque tous les médias, des journalistes annonçaient sans aucune précaution la qualité d’ancien combattant du grand-père de Black M comme argument pour démontrer l’injustice qui était faite au rappeur.

Voici un lien vers un pdf de la liste complète des combattants des Troupes coloniales et indigènes (1850-1950) du Service historique de la Défense

Laicart

Conférence de presse du Président Hollande. Bien joué !

Je ne regarde jamais les conférences de presse du Président parce que la langue de bois m’ennuie. C’est donc tout à fait par hasard que j’ai allumé ma TV à l’heure de ce discours et que j’ai regardé jusqu’au bout. Je n’ai toutefois aucun point de comparaison et voici ce que j’ai observé à la volée.

J’ai trouvé que François Hollande jouait très bien le rôle du Président car il était digne, grave mais non dénué de quelques pointes d’humour, sûr de lui et de ses dossiers et même rassurant, non sur l’avenir de la France mais sur sa volonté d’assurer le plus consciencieusement possible les charges de son mandat. Bien maquillé, bien habillé dans son complet en cachemire bleu nuit, il avait même une bonne allure qui pouvait laisser comprendre ses succès amoureux.

Le cadre était magnifique sous les ors de l’Élysée, dont on avait choisi un bel angle pour placer la tribune : devant une fenêtre ouvrant sur le jardin avec un encadrement de lourds rideaux rouges plissés sur leurs embrasses.

Source photo http://www.leparisien.fr/politique/en-direct-suivez-le-grand-oral-de-francois-hollande-18-09-2014-4145321.php

Les femmes ministres avaient été regroupées offrant un bouquet de turquoises et pastels au milieu de leurs collègues mâles enveloppés de couleurs sombres. NVB avait mis un pantalon sombre pour faire regretter la généreuse exhibition de ses jambes, une apparente pudeur détrompée par la peinture rouge vif de ses lèvres. Elle n’avait pu cependant éviter la faute de goût de porter une veste de soirée à l’heure du cocktail (voir la photo). Notre pauvre ministre de l’Éducation n’aurait pas les moyens de s’offrir un coach ?

Parmi les hommes, le front haut et les yeux clairs du jeune Macron , souriant de concert avec Valls, valait bien le rouge à lèvres de NVB pour l’éclat seulement. Un beau visage souriant à l’Économie, c’est une révolution. Toujours ça de gagné sur la bête ministérielle.

Côté journalistes, une marée de gris viril laissait apparaître quelques couleurs portés par des femmes plus minoritaires dans leur corporation que les ministres de l’actuel gouvernement. Que d’hommes, que d’hommes pour frimer à l’Élysée ! Et que d’hommes blancs ! Plus blancs que le gouvernement qui, dans un élan inverse, affiche une diversité très affichée. J’ai également remarqué, que la grande majorité des questionneurs et questionneuses respectaient une politesse protocolaire, quoique se disputant le micro, à l’exception notable d’un journaleux étranger très mal léché. Il avait été précédé par la question inopportune d’une journaliste « indépendante » sur le problème VT. Encore une arriviste qui ne fait pas honneur aux femmes.

Le Président n’a pas manqué toutefois, très paternel,  de passer de la pommade sur le dos des journalistes, notamment en les suppliant de ne pas se prêter à la prise d’otages.

J’ai entendu, comme ça, entre le réchauffement de mon dîner au micro-onde et la distribution de leur pâtée à mes bêtes, que le Président avait de nouveau rendu un hommage très très appuyé aux combattants maghrébins et africains qui avaient délivré la France et dont les descendants méritaient bien qu’on les remercie en leur réservant le meilleur accueil. Rien pour les Amerloques, les Rosbeefs, les Polacks, les Russkofs, les Ritals, les Youpins, les Niakoués et tous les bons à rien de la Légion étrangère, lesquels ont le gros désavantage de ne pas nous menacer d’attentats, de « paiement de la dette coloniale » et d’invasion. (j’ironise, bien sûr !)

Sur les sujets économiques, le Président nous a conjurés de bien vouloir attendre la fin de son mandat pour juger de la pertinence de ses orientations en nous assurant de toute sa compassion et de sa compréhension pour nos difficultés. Il a minimisé le deficit, les taux d’intérêt et l’importance des notations.

Le Président a montré les dents vis à vis des ennemis de l’extérieur lointain en Irak et au Mali.

Grâce à la dernière question très judicieuse et tombée à pic d’un journaliste sur les leçons de sa fonction, le Président nous a presque fait pleurer en nous avouant qu’il était confronté à des choix trés durs pour nous, le peuple de France, mais encore plus durs pour lui, Président de bonne volonté à défaut de changement.

Ce soir, après la conférence de presse, les commentaires de l’opposition et des commentateurs professionnels sont eux aussi très durs et méprisants rappelant à qui mieux mieux le lamentable score de Hollande en matière de sondage de popularité comme si, quoiqu’il fasse et quoiqu’il dise il n’était plus un interlocuteur valable.

Pour ma part, et quoique je pense de ce Président pour lequel je n’ai pas voté et dont je désapprouve la plupart des choix, je salue la performance que, pour une fois, j’ai trouvé digne et respectable. De toutes façons, la vraie vie se joue ailleurs …et je demeure « agnostique » en matière de politique.

Ce soir, les symboles de la République étaient au rendez-vous, ne les boudons pas.

 

La culture de la diversité, c’est le viol et ça fait rire Jack Lang et les journaleux

Publié le

       Au cours d’un reportage télévisé, Dominique Poncet, journaliste, est embrassée de force par une racaille hurlant « police beautiful » et son complice se frotte contre son dos, un happening  joyeux du groupe « mille visages » exposant au palais de Tokyo.

Sur le plateau, Jack Lang, référence en matière de culture et d’homosexualité, apprécie tandis que le journaliste se réjouit.

Nous ne sommes plus dans le scénario « Touche pas à la femme blanche » mais au contraire « tu peux toucher à la femme blanche » !…

Il faut bien comprendre que la racaille musulmane viole et insulte les femmes « blanche » parce qu’elle ne craint pas « leurs » hommes comme c’est la tradition dans la communauté musulmane où les violeurs risquent la peine de mort. Dans leur langage, l’homme blanc n’a pas de c…s et ils ne craignent pas notre justice, a fortiori quand elle est représentée par une femme, un aveu de faiblesse selon leur vision du monde. De surcroît, quand la justice représentée dans les tribunaux par une majorité de femmes prononce des peines largement inférieures au maximum prévu par la loi et que des violeurs sont remis en liberté aux deux-tiers de de l’exécution de la sanction, il n’y a pas de quoi dissuader les violeurs…de se multiplier ou de récidiver. Un petit séjour en prison leur permettra d’être nourri et blanchi à l’œil, de se faire des copains pour de bons coups à venir, de raffermir leur foi et de dorer leur image de dur qui ne craint ni la police ni la réaction de l’homme blanc. J’ai déjà écrit sur ce blog que je pensais que la prison n’était pas une solution pour la racaille, qu’il fallait les envoyer travailler aux urgences des hôpitaux (travaux d’intérêt général-TIG- véritablement encadrés et effectifs) pour les délits et au bagne pour les crimes.

Il est aussi essentiel de lutter contre la prostitution qui donne une image dégradée et infériorisée de la femme, de lutter contre le porno accessible aujourd’hui aux enfants dès l’école primaire, de censurer (oh le gros mot !) les chansons des rappeurs qui encouragent le viol, le mépris des femmes et de l’homme blanc.

Je vous invite à lire sur le même sujet un article de Lucette Jeanpierre qui s’insurge contre le silence de Najat Valaud-Belkacem, ministre des droits des femmes et l’article de Gabrielle Delarue qui dénonce la culture du Q

La Connectrice

Il y en a ras le bol, de ce prosélytisme gay, lequel – précisons-le encore – déplaît souverainement à nombre d’homosexuels qui aimeraient pouvoir vivre leur vie tranquillement sans être frappés de l’étoile rose. Marre de toutes ces injonctions, de ce totalitarisme qui, sous prétexte de briser « les normes bourgeoises », cherche absolument à nous en imposer de nouvelles. D’autant, si l’on en croit L’Express du 14 mai dernier, que les nouvelles normes en question sont largement intégrées par la jeunesse…

n une : « Sexe : ce que vous cachent les jeunes. » Ça décoiffe ! Drague par géolocalisation avec les nouvelles applis, culture porno dès le primaire et mode du bi, c’est peu dire que la révolution Q initiée par leurs grands-parents a porté ses fruits. On découvre que « l’approche brut de brut » chez les 14-25 ans est devenue la norme. On apprend qu’« un tiers des consommateurs de sites pornographiques sont des ados, parmi lesquels 75 % ont moins de 12 ans ». Et ça ne fait pas dans le soft. Pendant que le prof pose ses équations au tableau, on s’échange des vidéos – éventuellement d’une fellation faite au voisin pendant le cours –, et à la récré, c’est youpi la fête : « L’autre jour, il y avait un gros attroupement dans la cour », rapporte une collégienne de quatrième, « les garçons étaient en train de regarder des vidéos scatos et zoophiles. » Pour les jeunes, c’est simple : sexe = porno. Il paraît que le sexe est ainsi « devenu l’un des meilleurs moyens d’être “populaire” ; auréole mille fois plus essentielle qu’un carnet de notes de futur président du Conseil d’État ».

Alors, à quand une option Q au bac ?

Enfin, et pour en revenir au thème initial de ce papier : on nous dit que « la bisexualité explose ». Selon un sondage IFOP, « 20 % des Françaises et 11 % des Français de 18 à 24 ans disent avoir déjà été attirés sexuellement par des personnes des deux sexes en 2013 », contre seulement 7,4 % et 4,8 % en 2006. Quant aux rapports homosexuels, le taux « est même passé de 5,7 % à 10 % pour les filles entre 2006 et 2013, et de 3,8 % à 11 % pour les garçons ».

Une remarque en passant : et si l’on comptabilisait le nombre de jeunes filles qui, dans le même temps, ont décidé de porter le voile ? D’adolescents de toutes origines qui se sont radicalisés, en pensée ou en religion ? (souligné par LC)

Il parait que nous avons en France un ministre des Droits des femmes. Il paraît même qu’elle lutte contre toutes les discriminations faites aux femmes.

On l’a vu à l’école endoctriner des jeunes enfants, en leur expliquant qu’on pouvait avoir deux mamans, et que c’était normal.

On l’a vue s’indigner quand quelques députés réactionnaires ont sifflé, certes de manière un peu lourde, un tenue par ailleurs assez particulière de Duflot à l’Assemblée.

On l’a vu récemment encore nous expliquer qu’il fallait que les garçons portent des jupes pour mieux défendre les filles victimes du sexisme.

Mais lorsqu’un attaché parlementaire d’un sénateur socialiste qualifie Marion Le Pen Maréchal de « conne », cela ne l’offusque pas.

Certes, elle évoque les mariages forcés entre enfants et adultes, mais réussit l’exploit de ne pas parler de l’islam.

Curieusement, cette franco-marocaine n’exige pas de son pays d’origine qu’il applique la théorie du genre et le mariage homosexuel, réservant ces évolutions à nos société occidentales.

On attendait donc avec impatience sa réaction, devant l’agression (cela s’appelle ainsi) qu’a subie, hier, en direct, la journaliste Dominique Poncet, de la part d’un jeune garçon qui, après lui avoir fait subir par la force ce qui s’apparente à un viol buccal, s’est trémoussé derrière elle, se frottant à son dos de manière particulièrement osée.

...On aurait attendu d’un ministre des droits des femmes qu’il explique qu’un baiser violent volé de manière brutale, c’est le schéma du viol, et qu’elle encourage la journaliste à déposer plainte. On aurait aimé qu’elle fasse le lien entre le fait que la majorité des violences sexuelles, en France, sont subies par des femmes d’origine européenne, et que nombre d’agresseurs sexuels sont issus de communautés extra-européennes. On aurait aimé qu’elle nous parle des proies que constituent, pour certains barbares, comme ceux qui, récemment, ont violé de manière raciste une femme à Evry, un type de population français et de type européen.

  •  Police Beautiful » éructé par le djeun après son baiser forcé

J’ai cherche sur Internet et j’ai trouvé ceci, était-ce la référence du djeun ? Si oui, non seulement cela se rajoute à leur panoplie mentale de leur vision de la femme mais ça en dit long sur leur respect de la police et des représentants de l’autorité. Alors, pensez-donc à ce qu’ils peuvent se dire quand ils sont en face d’une magistrate qui leur fait la leçon …http://www.veidt.com/?p=1632

  • Mille visages

1000 VISAGES : PRÉSENTATION

Les arts cinématographiques et audiovisuels de masse, en France, sont très loin d’incarner un modèle de diversité.

Sans réelle égalité des chances et réservés à « l’élite », les cercles culturels se replient sur eux-mêmes alors que les quartiers populaires renferment un réel vivier de compétences et de talents qui demeure encore invisible.

C’est à partir de ce constat que l’association 1000 VISAGES a vu le jour le 3 février 2006 créée par Eiji Ieno et Uda Benyamina.

Nous avons décidé ensemble d’agir plutôt que de rester passifs, portés par le désir d’insuffler une dynamique plus ouverte et plus démocratique au cinéma français afin qu’il soit représentatif des 1000 visages et des 1000 compétences de la France d’aujourd’hui, représentatif aussi de la richesse issue de toutes ses classes sociales.

Nous refusons qu’il demeure le véhicule implicite des stéréotypes et des stigmates plaqués sur la banlieue.

Foot et violence : une nouvelle vidéo révèle la main mise de la racaille sur le sport

Publié le

Le Parisien publie ce jour une vidéo montrant des racailles armées envahissant un terrain de sport. 

Voir la vidéo ici http://www.leparisien.fr/sports/iledefrance/video-l-incroyable-video-qui-ebranle-le-foot-amateur-15-06-2013-2898647.php

On notera que la plupart de ces racailles sont encapuchonnées et africaines, un exemple supplémentaire, s’il en était besoin, de l’intégration de nos immigrés et du respect de la « diversité » pour ses chances en France.

C’est une vidéo de 7’38 qui témoigne de la violence qui gangrène encore et toujours le football amateur. Ce document, que nous nous sommes procuré, et dont les principaux extraits sont à voir sur notre site Internet, reflète la triste réalité des terrains de foot du dimanche.

Ce match en date du 2 juin, où les spectateurs s’affrontent à coups de batte de base-ball, de barre de fer ou de bombe lacrymogène, se déroulait à Ivry-sur-Seine, en banlieue parisienne.

 Toutefois, il aurait bien pu se tenir dans le Doubs, où un arbitre a manqué d’être étranglé récemment, ou dans une autre région deFrance. « Et, pourtant, c’était un match à enjeu mais qui n’était pas classé à risque, témoigne Thierry Mercier, le président du District du Val-de-Marne où se sont déroulés les faits. Mais on n’est pas à l’abri, tout peut arriver. » http://www.leparisien.fr/sports/iledefrance/video-l-incroyable-video-qui-ebranle-le-foot-amateur-15-06-2013-2898647.php
Ce phénomène récurrent semble monter en puissance et en fréquence contredisant certaines thèses affirmant que le sport canalise la violence pour pacifier les jeunes au tempérament agressif. En effet, le sport, et le foot en particulier, canalise la violence pour transformer les terrains de sport en camps d’entrainement pour terroristes en tous genre.
J’ai déjà traité le sujet dans deux articles :
%d blogueurs aiment cette page :