Flux RSS

Archives de Tag: Education nationale en échec

France blessée. Depuis des décades ILS nous divisent pour mieux régner

 

Nouveau Gouvernement Macron, ce que la Presse ne dira pas

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/nouveau-gouvernement-macron-ce-que-193322

Diviser pour mieux régner est la stratégie intemporelle des dictateurs. Pendant que les ennemis (le peuple est l’ennemi du pouvoir ) se disputent, le Machiavel sort les marrons du feu, empoche les dividendes et s’assied sur son magot. C’est ainsi qu’ont procédé tous les gouvernements, de droite comme de gauche, qui se sont succédés depuis des décades. Au fur et à mesure que les pouvoirs se concentraient en moins de mains, le souci du Bien commun devenait plus rare jusqu’à quasiment disparaître. A sa place le communautarisme prenait de plus en plus d’importance jusqu’à faire disparaître la conscience nationale avec tout ce qui l’entretient comme l’Histoire, la Culture, la Langue et ses symboles et autres allégories.

Aujourd’hui, l’individu n’est qu’un grain de sable écrasé dans la base de la pyramide au sommet de laquelle trônent quelques individus plus riches que riches et décidés mordicus à le rester quitte à utiliser toutes les manipulations inventées par les Hommes depuis que le monde existe mais en s’appuyant sur des notions qui, en leur temps, permirent à l’humanité de devenir plus humaine. Je veux parler des Droits de l’Homme, de la Démocratie, de l’Egalité, de la Liberté et de la Fraternité.

Les améliorations concrètes apportées par les sciences et les techniques sont détournées au profit de l’élargissement de la division entre les pauvres et les riches.

Par exemple, la science médicale permet aux femmes et aux hommes riches d’acheter des enfants aux femmes pauvres qui leur louent leur corps ; les pauvres vendent leurs organes aux riches ; la compétition entre les laids pauvres et les beaux riches n’est qu’une question de chirurgie esthétique ; les médicaments les plus efficaces sont expérimentés sur les pauvres afin de pouvoir guérir les riches ; tandis que les plus riches se font soigner dans les meilleures cliniques par des professeurs émérites, quelques pauvres font tourner les boutiques grâce à la CMU et l’AME alors que les classes moyennes ne peuvent plus s’offrir des prothèses dentaires, auditives ou optiques et accusent les pauvres de se faire soigner à leurs dépens.

L’argent mène le monde, me direz-vous. C’est bien là le problème car notre système social, le service public de la santé sont sensés faire mentir cette affirmation grâce à un ingrédient majeur, la démocratie qui a engendré notre devise nationale  liberté, égalité fraternité. L’essence de cette devise a disparu car l’Etat ne l’a pas défendue. Nos dirigeants ont maquillé le système monarchique pyramidal en démocratie Canada Dry. Ils nous contrôlent en nous imposant des principes républicains alors qu’ils se comportent comme des monarques avides de privilèges dorés avec lesquels ils éblouissent, pour les neutraliser, les ignorants qu’ils ont formés en nivelant l’éducation par le bas. La destruction de l’Education nationale au prétexte de la démocratiser est l’un des moyens utilisés pour neutraliser le peuple et renforcer la domination de ceux qui ont accès à des systèmes éducatifs performants soit des écoles élitistes en France ou des universités prestigieuses à l’étranger.

Que faire contre la destruction de la France dans son essence son essence, le patrimoine culturel ? Que les hommes et les femmes de bonne volonté se tiennent la main pour cultiver ensemble ce qu’ils.elles (c’est ça l’écriture inclusive ???) ont de plus précieux, leur dignité.

La Connectrice

Un élève sur cinq ne maîtrise pas la langue française

Dans le cadre de mon souci permanent pour l’éducation des jeunes, je copie-colle cet excellent article de Riposte laïque qui confirme, chiffres à l’appui, le constat que j’établissais dans un article précédent .https://laconnectrice.wordpress.com/2013/02/24/a-paris-les-lycees-prives-sont-en-tete-pour-la-reussite-au-bac/

La juge-écrivain Sophie Endelys explique l’ultra-violence des racailles par leur illettrisme

Publié le 23 février 2013 par Marcus Graven – Article du nº 291http://ripostelaique.com/lla-juge-ecrivain-sophie-endelys-explique-lultra-violence-des-racailles-par-leur-illetrisme.html

Depuis des années, la France ne cesse de dégringoler dans les classements internationaux concernant les résultats scolaires des petits Français. Et au niveau national, c’est aussi catastrophique. Pain béni pour nos juges ?

De Pisa en Pirls

Selon l’enquête Pisa (Programme for International Student Assessment) qui compare les pays de l’OCDE, entre 2000 et 2009, dans le domaine de la compréhension de l’écrit, près de 20% des élèves français ne maîtrisent pas la langue de leur pays.

Et d’après une autre enquête internationale, le Pirls (The Progress in International Reading Literacy Study) qui estime la compétence en lecture c’est à dire l’aptitude à comprendre et à utiliser les formes du langage écrit que requiert la société, la France obtient un score de 520 loin derrière la moyenne européenne (534) ou celle de l’OCDE (538). En haut du classement caracolent Hong Kong et Singapour, la Russie et les Etats-Unis, la Finlande, la Croatie, le Danemark et l’Irlande du Nord.

Au niveau national, les enquêtes françaises ne sont pas particulièrement plus optimistes. Elles se basent sur les évaluations que passent les écoliers entre le CM2 et la sixième. En dictée, par exemple, 21% des élèves faisaient plus de 15 fautes en 1997, contre 46% en 2007. L’évolution en calcul est également négative.

Pour le retour du savoir au centre du système

Evidemment, la Déséducation nationale conteste en général les chiffres, sauf en ce moment. Peillon s’en sert pour justifier sa « refondation » de l’école.

Mais créer des postes et réinstaurer la semaine de quatre jours et demi ne va pas rétablir la situation. Le mal est ailleurs.

« Il faut mettre l’enfant au centre du système éducatif », préconisent toujours les pédagogistes forcenés. « Comme si autrefois, soulignait Finkielkraut dans «  L’ingratitude  », on y mettait des lampadaires ou des pots de fleurs. »

En réalité, il est nécessaire de mettre fin à cette inversion aberrante des rôles par laquelle l’élève n’a plus obligation d’écouter le professeur[1]alors qu’on enjoint au professeur d’écouter l’élève.

Aujourd’hui, l’école doit retrouver son statut de lieu de culture, cesser d’être perçue comme un centre d’éducation où les enseignants se substituent à la famille[2], endossant les habits d’animateurs socioculturels et d’assistantes sociales. La bonne conscience humanitaire ne doit plus l’emporter sur la culture et le savoir.

L’enseignement ne doit pas craindre de se débarrasser de l’utopie égalitaire (comme cette idiote promesse électorale d’amener 80% de chaque classe d’âge au baccalauréat). Bavasser sur l’écologie avec des analyses de café du commerce, sur le soutien moral aux sans-papiers, sur la préparation d’un concert de petites cuillères ne sont pas des activités essentielles.

Ce n’est ni l’élève ni l’enseignant qui doivent être au cœur du système éducatif mais « l’approbation de la culture par l’élève avec l’aide du professeur » (Michel Barat).

Et en 2013, nous en sommes loin.

Quand l’illettré peut tabasser sans crainte

Ces résultats catastrophiques sont pain béni pour les magistrats. Ils leur permettent d’expliquer la violence des agressions, parfois leur barbarie, pour des vols de cartes de crédit ou de sac à main. C’est à cause de l’absence de vocabulaire, disent-ils. Sophie Endelys, juge et écrivain, citée dans « La France orange mécanique » d’Obertone, balance que lorsque « les gens possèdent peu de mots pour exprimer leurs émotions du quotidien, ils n’ont pas d’autres moyens que les coups et l’agressivité pour exprimer leur désaccord ou leur agressivité[3]. »

Les balafrés au cutter, les esquintés à coups de pied, les tabassés à la batte de baseball sont heureux de connaître l’explication. C’est parce que leurs agresseurs manquent de vocabulaire qu’ils ont été massacrés. Sinon, ils leur auraient demandé très poliment de leur remettre carte de crédit ou sac à main.

Et d’après les résultats Pirls, les choses ne vont pas s’arranger.

Imaginons une seconde qu’un sursaut ait lieu. Que les enfants de France deviennent tous des lecteurs efficaces à la sortie du primaire et non plus cette multitude de gamins découragés par les textes dès que ceux-ci font plus de cinq lignes, textes qu’ils ânonnent tellement, qu’arrivés au bout de la phrase, il y a un moment qu’ils ne souviennent plus du début.

Quelle nouvelle excuse nos juges trouveront-ils aux délinquants ?

Qu’une augmentation du vocabulaire – qui pour l’instant ne dépasse pas celui compris par un chien de garde – leur a grillé les neurones ?

Marcus Graven

%d blogueurs aiment cette page :