Flux RSS

Archives de Tag: esclavage

Le roi d’Arabie saoudite et ses esclaves à Vallauris ? Que font les droitsdel’hommistes ?

L’Arabie saoudite est connue pour perpétuer la tradition esclavagiste au profit de ses élites. Les Saoudiens sont non seulement consommateurs mais aussi trafiquants.

Voici un article édifiant paru en mai 2015 http://www.dakaractu.com/Convoi-de-senegalaises-en-Arabie-saoudite-pour-esclavage-sexuel-le-reseau-de-proxenetes-reprend-du-service_a90392.html

Entre janvier et mai 2015, ce sont des dizaines de filles qui ont été convoyées en Arabie saoudite sur la base d’une immigration légale. Mais en réalité, il s’agit d’un vaste réseau de trafiquants de femmes dont leurs cibles sont des Sénégalaises, candidates à l’immigration pour les pays arabes.
 

 
Coumba raconte sa vie au quotidien dans la maison de son patron : «On nous bat, on ne nous paie pas» «En venant ici, je pensais à un travail décent comme domestique. Mais en réalité, on m’a amenée ici pour être une esclave. Je suis la bonne à tout faire pour mon patron saoudien. Et nous sommes beaucoup de filles à vivre ce calvaire. On nous bat, on ne nous paie pas», témoignage Coumba. Qui lâche, en sanglot : «je suis traitée parfois comme un objet sexuel par mon patron».
 

 
En effet, Coumba fait partie de ces centaines de femmes sénégalaises prises au piège par des convoyeurs sénégalais. Le mode opératoire est simple: «Les trafiquants, qui sont en relation avec leurs clients saoudiens qui leur font part de leur volonté d’avoir des domestiques, choisissent des femmes prêtes à travailler en Arabie Saoudite et leur trouvent le visa. Ils promettent à ces dernières un emploi pour un particulier saoudien avec un bon salaire sur la base d’un contrat».
 
 Selon le témoignage de Coumba, «dès leur arrivée en Arabie Saoudite, leur nouveau patron, en présence de leur convoyeur, leur fait signer un contrat dont elles ne comprennent rien des termes, car écrit en arabe».
 
Trompées, elles sont amenées dans des régions lointaines pour «être utilisées comme esclaves», alors qu’elles étaient sensées travailler chez des particuliers à Ryad. Une fois entre les mains de leur maîtres, les voilà qui perdent toute leur dignité et sont coupées du reste du monde.
 
«On a confisqué mon passeport, ma carte d’identité et le té- léphone que j’avais amené avec moi. Je ne suis plus en contact avec ma famille», explique Coumba qui fait partie d’un groupe de filles convoyées au mois de janvier dernier en Arabie Saoudite.
 
Des ramifications dans la sous-région : un réseau de 3 délinquants dont un saoudien démantelé
 
Comme au Sénégal, ce trafic de filles dans les pays du Golfe, s’est développé dans la sous-région. Au mois d’avril dernier la Division des investigations criminelles de la police nationale du Burkina Faso a démantelé un réseau de 3 délinquants, dont un saoudien spécialisé dans la traite des personnes principalement des jeunes filles.
 
Ces individus s’apprêtaient à convoyer 17 filles âgées entre 15 et 26 ans, dont 5 sont encore mineures. Avec les enquêtes, des ramifications du réseau ont été identifiées en Côte d’Ivoire, en Inde, en Indonésie, au Sri Lanka et en Arabie Saoudite.
 
Le trafic des sénégalaises ne date pas d’aujourd’hui : la Dic suit l’affaire depuis 2013
 
En 2013, la Division des investigations criminelles s’était saisie de ce genre d’affaire suite aux témoignages recueillis par notre confrère Mamadou Bitèye à l’époque journaliste à Walfadjri et qui avait fait l’objet d’une émission.
 
 La Dic avait même auditionné 2 filles vendues comme esclaves qui s’étaient échappées des griffes de leurs maîtres saoudiens et qui ont eu la chance d’être rapatriées. La presse avait, à l’époque, relayée le témoignage d’une des Sénégalaises domestiques en Arabie Saoudite qui, selon elles, sont violées. L’une d’elles témoigne qu’elle servait d’objet sexuel au fils de son maître.
 
En 2012, aussi la presse avait relayé le cas de 2 ressortissants saoudiens qui étaient activement recherchés par les limiers de la Dic suite à une correspondance adressée par l’ambassade du Sénégal en Arabie saoudite au ministère de l’Intérieur.
 
Dans ses notes, le diplomate sénégalais fait parvenir aux autorités sénégalaises les témoignages de sénégalaises qui exercent comme employées de domicile qui se sont faites berner par leurs convoyeurs.
 
Ces derniers, 2 saoudiens, qui logeaient dans un hôtel de la place ont pris la poudre d’escampette avant que les redoutables enquêteurs de la Division des investigations criminelles ne fassent une descente sur les lieux.
 
Ce trafic, qui semblait observer un temps de pause, a, d’ailleurs, repris ces derniers mois avec le convoi de dizaines de filles sénégalaises, presque toutes la vingtaine, selon Coumba. «On était plusieurs filles à partir au mois de janvier, d’autres étaient programmées pour les prochains mois.
 
Il y avait même des diplômées, car on espérait que c’est un travail avec un bon contrat. Alors qu’on ne voit même pas la couleur de notre salaire. Notre patron le donne à celui qui nous amené ici», raconte Coumba avec amertume au bout du fil.
 
BOUBACAR SEYE, PRESIDENT DE «HORIZON SANS FRONTIERES»  «ELLES TRAVAILLENT COMME ESCLAVES DANS TOUS LES PAYS ARABES»
 
La situation des femmes africaines et sénégalaises, en particulier, n’échappe pas aux organisations de défense des immigrés. Comme pour confirmer le témoignage de Coumba qui a joint la rédaction de Grand-Place, le président de l’Ong Horizon sans frontière déclare qu’«en réalité, leurs parents pensent qu’elles travaillent comme des domestiques dans les maisons, mais en réalité elles sont vendues comme des esclaves».
 
«Il s’agit d’un réseau très organisé de trafiquants, les cerveaux de ce trafic sont des gens qui ont eu à séjourner dans les pays arabes et qui ont beaucoup de contact dans ces pays. Ils font croire aux femmes qu’elles leur font trouver un travail, alors qu’ils sont là pour recruter des esclaves au profit de leurs clients», révèle Boubacar Sèye. Le président de l’Ong «Horizon sans frontières» a d’ailleurs reçu, il y a un mois, les parents d’une fille qui est actuellement en Arabie Saoudite.
 
 Ces parents, qui n’ont plus de nouvelles d’elle, se sont approchés de lui pour faire rapatrier la fille. «Je les ai orientés au ministère chargé de l’immigration. Des filles qui voulaient immigrer, elles aussi, en Arabie Saoudite sont venues me voir je les ai dissuadées, mais elles ne semblaient pas convaincues».
 
M. Sèye estime, par ailleurs, que «c’est l’occasion de poser le débat sur la féminisation du flux migratoire. Beaucoup de femmes immigrent dans les pays arabes, alors que là bas elles ne bénéficient d’aucune protection».
 
Le président de l’Ong «Horizon sans frontières» explique que la situation que vivent des filles en Arabie Saoudite est pareille voire pire dans les autres pays arabes. «Elles vivent pire au Liban», se désole-t-il.
Grand PlaceL

Non à la privatisation de la plage publique de la Mirandole pour le roi d’Arabie saoudite

Le roi d’Arabie saoudite devrait s’installer dans sa villa trop petite pour accueillir sa suite de 1 000 personnes; 500 chambres d’hôtel auraient été louées dans les environs et les commerçants se réjouissent à commencer par le fleuriste auquel auraient été commandées des milliers d’orchidées.

La préfecture de la région engage sa responsabilité en privatisant la plage car elle ne pourra pas recevoir 1 000 personnes + leurs invités+leurs esclaves. Elle devra également fermer les yeux sr les maltraitances, les harcèlements des jeunes filles esclaves attachées à la suite des princes et princesses.

Espérons que les esclaves du roi et de sa suite trouverons le moyen de s’évader avec l’aide des associations droitsdel’hommistes qui ne manquent pas de se préparer à les accueillir …

LC

Des nouvelles de la pétition contre la privatisation d’une plage publique de Vallauris-Golfe Juan par le roi saoudien :

Plus de de 50.000 personnes ont signé cet appel lancé par Jean-Noël Falcou qui s’apprête à soulever le sujet en conseil municipal cette après-midi. La presse relaie la mobilisation.

Si vous souhaitez rejoindre le mouvement, cliquez ici.

Non à la privatisation de la plage de la Mirandole à Golfe-Juan Vallauris par le roi saoudien

Jean-Noël Falcou – Ensemble pour Vallauris Golfe-Juan
France

L’État français envisage d’interdire l’accès de la plage publique de la Mirandole afin d’en réserver la jouissance au roi d’Arabie Saoudite lors de sa venue dans sa propriété attenante.
Nous ne sommes pas d’accord et demandons le maintien de l’accessibilité publique de cette plage.

Nous rappelons que cette zone naturelle, comme tout domaine public maritime, est un bien commun inaliénable qui doit bénéficier à tous, habitants, touristes, français, étrangers, résidents ou de passage.
Nous demandons à l’Etat de faire respecter le principe fondamental d’égalité des citoyens face à la loi.
Nous souhaitons que les dirigeants de notre pays entendent et reconnaissent la vague d’indignation unanime qui s’élève. La situation actuelle doit être régularisée ; elle doit aussi mettre un terme définitif aux passe-droits habituels dont bénéficient certaines personnes riches ou puissantes, au détriment des citoyens.
Cette affaire est grave, une nouvelle étape qui résonne comme le symbole de l’abandon de certaines de nos valeurs démocratiques les plus chères.

Les signataires de cette pétition en appellent en urgence à leurs représentants pour obtenir le retrait de toutes les constructions sur le domaine public de la plage de la Mirandole (notamment la dalle en béton destinée à accueillir un ascenseur privé) ainsi que le libre accès à cette portion du littoral maralpin.

La personne (ou l’organisation) qui a lancé cette pétition n’est pas liée à Change.org. Change.org n’a pas créé cette pétition et n’est pas responsable de son contenu.

Rome, Ankara, Doha, Madrid,Ndjamena …Tous les colonisateurs doivent payer !

Publié le

Réglons les comptes des colonisations une bonne fois !

Publié le 18 mai 2015 – par    http://ripostelaique.com/reglons-les-comptes-des-colonisations-une-fois-pour-toutes.html


Pourquoi Isabelle la Catholique a-t-elle dû expulser les juifs?

Parce que les juifs avaient envahi son Espagne. Et pourquoi? Parce que les Romains avaient envahi la Palestine et chassé les juifs qui y habitaient comme c’est écrit dans La Passion selon Michel De Ghelderode :  “Allez Smauske, pakt a bottinen” (allez p’tit juif, enfile tes godasses et dégage…).

Bon alors, les juifs, ils ont essaimé et maintenant au lieu d’avoir des juifs simples nous en avons des hybrides, des sépharades, ashkénazes, orthodoxes, hassidiques, messianiques, il y en a même qui, avec 35°C à l’ombre, portent des chapeaux en astrakan, kolpik et schtreimel qui n’ont rien de hiérosolymite… Ça complique terriblement leur vivre ensemble en Israël. A mon avis, Israël devrait assigner Matteo Renzi en justice pour se faire rembourser des dégâts causés par la colonisation d’Israël avant l’an zéro par les Romains qui sont les ancêtres de Matteo Renzi.

Et si Jérusalem demandait à Rome de lui restituer les trésors volés dans le Temple ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_J%C3%A9rusalem_%2870%29

Ces Romains, parlons-en! Ils ont fait du grabuge jusqu’en Belgique et donc ont falsifié les us et coutumes de mes ancêtres Nerviens et se sont installés à Outisplou comme au Parioli. Les Belges feraient bien de s’allier avec les Israéliens pour demander des réparations pour les dégâts causés par la colonisation romaine.

Mais c’est pas tout! La Belgique a été colonisée par les Huns, Goths,  Wisigoths, Anglais, Autrichiens, Allemands, Vikings, Français et surtout par les Espagnols avec leur terrible Duc d’Albe et son Inquisition qui ont brûlé les protestants sur des bûchers à tel point que les riches et intellectuels ont fui en Hollande et y ont créé le Siècle d’Or avec les Rembrandt et autres capitalistes qui, sans le Duc d’Albe, auraient créé leur siècle d’or chez nous, dans nos Flandres… Pour les Flamands, il s’agit d’un manque à gagner considérable! Il faut penser à assigner Philippe et Laetitia d’Espagne en justice et réclamer des dommages et intérêts colossaux! Mais, comme l’Espagne n’en mène pas large, elle pourrait se retourner contre l’Arabie qui a occupé la péninsule ibérique de 711 et jusqu’à ce que le Cid n’aille refouler les envahisseurs outre Gibraltar.

(Et, tant qu’on y est, si on commençait à éliminer de notre langue tous les mots imposés par les envahisseurs comme les romains,  grecs et autres indo-européens? Retournons à l’authenticité gauloise du patois de notre terroir.)

Si on somme la dette des descendants des colonisateurs qui ont colonisé la Belgique ces derniers 2000 ans, il y a de quoi renflouer les caisses de l’Etat.

Et les Turcs alors? Eux, ils ont colonisé une partie de l’Europe, le Maghreb, le Maschrek et le Moyen Orient de 1299 à 1923… il faut lire Wiki pour en prendre l’effarante  mesure http://fr.wikipedia.org/wiki/Empire_ottoman

Là, monsieur Erdogan, si on vous demande des dommages et intérêts, votre tirelire va avoir le tournis.

Mais il y en a d’autres… Les chrétiens sont partis de Jérusalem et ils ont colonisé le monde entier… et si on demandait des dommages et intérêts au Pape François ? Et après les chrétiens, les arabo-musulmans ne sont pas en reste… et si on demandait des dommages et intérêts au roi d’Arabie? Bon, il ne s’agit que d’une question d’argent, mais que va-t-il se passer si tous ces déplacés renversaient la vapeur et se considéraient  victimes déportées et exigeaient le droit au retour comme les Palestiniens ou comme les juifs qui font leur alya? Si tous les chrétiens retournaient à Jérusalem et tous les musulmans à la Mecque?

Et encore,  ça c’est seulement depuis les derniers 2000 ans.

Et quelle nouvelle avant l’an zéro?

Nous, en Europe, nos terres étaient en hibernatus felix sous nos calottes glacières alors que sur les rives du Lac Tchad il y avait un dénommé Tumaï qui a eu une nombreuse descendance qui, petit à petit, a envahi les contrées voisines pour arriver progressivement jusque chez nous et coloniser nos terres. Ne pourrions-nous pas assigner le Tchad en justice pour demander réparation, dommages et intérêts à cause de la colonisation issue de son lac?

Ah, mais il parait qu’il y a une branche de colonisateurs qui provient de l’Asie. Ils sont plus discrets justement parce qu’ils ont peur qu’on ne leur demande des excuses, repentances, réparations, compensations, et surtout … dommages et intérêts.

Là, on n’a encore considéré que le colonialisme, parlons de l’esclavage… Encore une fois les Romains… Ben, les peuples vaincus étaient réduits à l’esclavage et l’esclave n’était pas une personne mais une chose… Et les razzias mauresques et la traite des blanches qui kidnappait les Angéliques pour fournir les harem des sultans?

La traite négrière vers l’Ouest a fait des victimes et maintenant tous ces descendants “Afro-Américains” ont droit,  non seulement à demander des dommages et intérêts mais surtout le rapatriement vers les pays de leurs ancêtres.

Par contre la traite négrière vers l’Est faite par les arabo-musulmans

http://fr.wikipedia.org/wiki/Esclavage_dans_le_monde_arabo-musulman

sous la férule d’énergumènes genre Tippo Tip de Zanzibarhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Tippo_Tip

c’est encore plus cruel car les mâles étaient castrés pour fournir des eunuques.

http://www.herodote.net/622_au_XXe_siecle-synthese-12.php

Les Chinois n’achetaient que des mâles castrés de peur du mélange des couleurs… Ça se comprend: mélanoderme x leucoderme = résultats superbes mais mélanodermes x xanthodermes = ??? .

Du noir avec du jaune ça donne du vert olive qu’on peut confondre avec le kaki (beurk : Kaki = couleur militaire… non, je n’ai pas dit “caca d’oie” )

J’ai un ami flamand qui a épousé une congolaise, leurs enfants sont magnifiques, mais comment seraient les enfants de Mao Zedong et Rokhaya Diallo ? Il est superbe, elle est superbe, mais mélangés ? Trêve de digression.

De toute façon, il ne va pas y avoir de repentance, ni de dédommagements des descendants des malheureuses victimes de la traite négrière arabo-musulmane parce qu’il n’y a pas de descendants puisque les hommes étaient castrés.

Oui mais… les esclaves femmes ? Elles ont peut-être eu des enfants de leurs propriétaires arabes et leurs descendants auraient droit à des dommages et intérêts. C’est à regarder de plus près surtout que ces pays du Golfe ont les moyens. Et si le Qatar et autres émirats s’étaient enrichis sur le dos d’autrui ? Ah, voilà, la question vaut la peine d’être posée car avec un bon cabinet d’avocats…

Bref … il serait temps de faire la comptabilité des colonisations et esclavages et en balançant les dettes réciproques on pourrait arriver à l’annulation des différentes dettes. On remet les compteurs à zéro.

Ça, ce ne serait pas mal car si la tendance actuelle se confirme, d’ici peu les Européens vont être colonisés par des néo colonisateurs et un jour ou l’autre un socialiste va ressortir la fameuse histoire des peuples qui ont droit à disposer d’eux-mêmes et à l’autodétermination et on va prier tous les colonisateurs actuels à retourner d’où ils viennent et ensuite les Européens vont, à leur tour, exiger des dommages et intérêts… Le problème c’est que d’ici là l’euro aura crashé et que donc au lieu de monnaie de singe, l’Europe exigera d’être dédommagée en nature et là on serait repartis pour un tour.

Anne Lauwaert

Esclavage sexuel dans l’Islam. L’Etat islamique enlève encore des dizaines de chrétiennes

L’Etat islamique a enlevé 90 villageoises et villageois dans le Nord de la Syrie, sous protection kurde. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/90-chretiens-enleves-par-daech-en-syrie_1654842.html

Rappelons que nous sommes toujours sans nouvelles des 300 lycéennes enlevées par Boko Haram au Nigeria. Le mouvement « Bring back our girls » n’a pas réussi à semer l’indignation dans la communauté musulmane internationale qui reste silencieuse face aux enlèvements, viols et mariages forcées des chrétiennes enlevées par des musulmans dans le monde entier.

Je vous livre un article bien documenté sur l’esclavage sexuel dans l’islam.http://ripostelaique.com/de-mahomet-a-leil-quatorze-siecles-desclavage-sexuel-dans-lislam.html

Avant d’entamer l’article, j’aimerais conseiller une conférence donnée à l’Université de Lausanne : « Le Coran et le pouvoir politique ». Cette présentation précise et documentée peut être vue sur le lien Internet :
http://www.scienceetfoi.ch/coran

mahometcontrechrétiensLe drame des nigérianes, des chrétiennes et des yazidies réduites à l’esclavage sexuel.
Pour l’esclavage sexuel dans l’islam, on commencera par rappeler que l’Etat Islamique au Levant ou Boko Haram, ne font que suivre les préceptes de l’islam et la Sunna de Mahomet. Le monde entier a été horrifié par les nigérianes, les chrétiennes et les yazidies d’Irak, vendues comme esclaves sexuelles. Et les autorités musulmanes, relayées par nos médias et partis politiques, ont entamé avec unanimité ce mensonge monstrueux : cet esclavage sexuel n’a rien à voir avec l’islam. Un mensonge effroyable, qui montre à quel point notre caste mediatico-politique montre son mépris total envers les victimes de l’islam. Ces victimes de l’horreur islamique, ne représentent rien pour cette caste qui a une seule priorité : sauver l’’islam à tout prix.

L’esclavage, et l’esclavage sexuel en particulier, font partie intégrante de l’islam, pendant quatorze siècles sans aucune interruption à l’exception des périodes correspondant à la colonisation franco-anglaise, et l’interdiction faite par les autorités sous la pression de l’ONU (1948 en Egypte, 1962 en Arabie).
Quand on connait les préceptes de l’islam, on reste interloqué par le discours des autorités musulmanes : elles condamnent l’esclavage sexuel pratiqué par les islamistes, tout en gardant un silence cynique sur le même esclavage pratiqué par Mahomet lui-même. Avec un cynisme sans borne, ces autorités, relayées par nos médias et responsables politiques prosternés dans la dhimitude, gardent un silence honteux sur les versets de Coran qui donnent une légitimité divine à ce crime monstrueux.

Les musulmans savent que Mahomet possédait des esclaves, était marchand d’esclaves et réduisait à l’esclavage sexuel les captives de ses razzias. Les historiens musulmans, rapportent avec exactitude cet esclavagisme de Mahomet. On doit bien constater que ceux qui ont écrit les premières biographies de Mahomet (Ibn Ishaq, Ibn Hisahm, Tabarri ou Waqidi) étaient mille fois plus honnêtes que les autorités musulmanes, les médias et les responsables politiques d’aujourd’hui. Il faut également reconnaitre que ceux qui ont compilé les Hadiths de Mahomet, aux premiers siècles de l’islam (Bukkhari, Muslim, Abu Dawud etc.), étaient beaucoup plus honnêtes que François Hollande, qui ment devant des millions de Français, en disant que les attentats n’avaient rien à voir avec l’islam !!!!
L’esclavage sexuel fait partie intégrante de l’islam : il a été pratiqué par Mahomet lui-même.

Nos responsables politiques, nos intellectuels et nos médias entièrement dhimitisés, continuent à matraquer leur mensonge sur le prétendu islamisme, qui ne serait qu’une déformation de l’islam. Ils saturent l’espace médiatique par ce slogan inouïe : « l’islam est contraire à l’islamisme» ! Emportés par leur cynisme et leur déni de la réalité, ces menteurs vont finir par nous jurer que Mahomet, le Coran et Allah lui-même, n’ont rien à voir avec l’islam !!!!

Ne reculant devant rien, ils cachent aussi bien le Coran et la vie de Mahomet, mais l’ensemble des écrits musulmans, qui fondent l’islam.
Et pourtant, tous ces écrits sont unanimes : Mahomet et ses fidèles, pratiquaient non seulement l’esclavage, mais bel et bien l’esclavage sexuel.

Pendant ses razzias, Mahomet capturait les femmes et les filles de ses victimes et les réduisait à esclavage sexuel. Il n’hésitait pas à violer ses esclaves, le jour même où il avait tué et torturé leurs pères et leurs maris. Après s’être servi, Mahomet partageait les captives qui restaient entre ses compagnons. Ces premiers musulmans pratiquaient ainsi le viol en toute légalité.

Les esclaves sexuelles de Mahomet

On rappellera à nos politiciens et journalistes «spécialistes», que les historiens musulmans sont unanimes sur le fait que Mahomet lui-même avait au moins quatre esclaves sexuelles ((Voir « Sirat Rassoul Allah » par Ibn Ishaq, Ibn Hsham. « Kitab At Tabaqat »d’Ibn Sa’d, ou les recueils de Hadiths authentiques de Bukhari et Msulim) :

• Maria la copte : Elle était d’une rare beauté. Elle fut offerte comme esclave, en tant que cadeau à Mahomet, par Jourayj bin Mînâ, le gouverneur d’Alexandrie. Celui-ci avait agi ainsi suite aux menaces de Mahomet. Les historiens musulmans sont unanimes sur le fait que Maria est restée esclave sexuelle jusqu’à sa mort.
• Juwairiyah : elle fut capturée lors du raid contre les Bani al-Mustaliq, attaqués par surprise alors qu’ils faisaient paitre leurs troupeaux. Les hommes furent tués et leurs femmes et enfants pris comme esclaves selon les prescriptions coraniques sur le butin. Lorsque les femmes furent distribuées aux soldats de Mahomet, Juwairiyah fut donnée à Thabit, qui la vendit à Mahomet.
• Rayhâna : cette jeune fille de 15 ans, faisait partie des prisonnières capturées lors de l’attaque et du massacre de la tribu juive de Médine : les Bani Qurayza. Lors du partage du butin, Mahomet se garda Rayhana pour lui-même. Il distribua les autres captives entre ses soldats. Au même moment, il ordonne de décapiter le mari de Rayhana et les 700 à 900 hommes de sa tribu. Mahomet proposa à Rayhana de choisir entre se convertir à l’islam et devenir son épouse, ou garder sa religion juive et rester esclave sexuelle. Les historiens musulmans rapportent que Rayhana refusa et préféra le statut d’esclave de religion juive, à celui d’épouse musulmane. Ce qui n’a pas empêché Mahomet d’avoir des relations charnelles avec elle, jusqu’à sa mort.
• Safiya : elle était une jeune mariée de 17 ans. Elle fut capturée par Mahomet quand il a envahi l’oasis de Khaybar. Mahomet a tué les hommes, dont le père et le frère de Safiya. Il a également décapité son mari Kinana, après l’avoir torturé. Mahomet distribua les prisonnières en tant qu’esclaves sexuelles à ses combattants, et se garda la Safiya, la princesse de Banu Nadir, pour lui-même. Alors que Safiya disait : « Nul ne me paraissait plus détestable que Mahomet car il avait tué mon père et mon époux », Mahomet la viola le soir même en arrangeant à la hâte une «cérémonie de mariage». On expliqua aux musulmans : «si Safiya prenait le voile islamique, elle serait considérée comme « épouse » de Mahomet. Si elle refusait, elle serait considérée comme esclave sexuelle !» Ce récit montre l’immense mépris de Mahomet pour les captives dont il a massacré la famille.

EsclavessexuellesPour disposer de ces esclaves sexuelles, Mahomet se légitimait par la parole d’Allah, révélée dans le Coran. Ce livre sacré de l’islam, consacre plusieurs versets pour rendre « licites et purs » le viol des captives. Le Coran s’adresse à Mahomet lui-même :
Coran (S33: V50) : « Ô Prophète ! Nous t’avons rendu licites tes épouses à qui tu as donné leur dot, ce que tu as possédé légalement parmi les captives [ou esclaves] qu’Allah t’a destinées, les filles de tes oncles et de tes tantes, ainsi que toute femme croyante si elle te fait don de sa personne, pourvu que tu consentes à te marier avec elle : c’est là un privilège pour toi, à l’exclusion des autres croyants. Nous savons ce que nous leur avons imposé au sujet de leurs épouses et des esclaves qu’ils possèdent, afin qu’il n’y eût point de blâme contre toi.».
Avec ce verset, Mahomet peu avoir un nombre illimité de femmes entre épouses et esclaves sexuelles.

Viol et esclavage sexuel : carburant de la guerre pour Allah

Après s’être servi en premier, Mahomet s’occupe de ses compagnons : Ils ont droit à quatre épouses « seulement » et â un nombre illimité d’esclaves sexuelles :

Coran (8:69) : « Disposez donc de ce qui vous est échu en tant que butin licite et pur.»
Coran (23:1-6) : «Sont bienheureux les croyants qui se gardent de tout rapport charnel, sauf avec leurs épouses ou les esclaves sexuelles qu’ils possèdent, car en cela, personne ne peut les blâmer.»

Le verset le plus intéressant montre le mépris total qu’éprouvait Mahomet pour les filles et les femmes de ses victimes. Ce mépris a été transmis à des générations de moudjahidines qui, pendant quatorze siècles, peuvent capturer et violer les femmes, les filles et même les fillettes, avec la bénédiction d’Allah :
Coran (S4 :V23-24) : « Vous sont interdites vos mères, filles, sœurs…et parmi les femmes, celles qui ont un mari, sauf si elles sont vos captives de guerre ».

Parmi les premiers historiens musulmans qui rapportent cet épisode monstrueux de la vie de Mahomet, on citera AbuDawud (Sunan AbuDawud, livre du mariage, Hadith 2155) : «Mahomet lança une expédition à Awtas, lors de la bataille de Hunayne. Ses soldats tuèrent les mécréants et prirent les survivants comme prisonniers. Les soldats hésitaient à violer les femmes capturées en présence de leurs maris mécréants. Alors Allah autorisa aux musulmans ces viols, en révélant à Mahomet ce verset du Coran : « Vous sont interdites les femmes mariées, sauf si elles sont vos captives de guerre».

Ainsi, Allah autorise non seulement de violer des captives, mais de le faire du vivant de leurs maris. Et on constatera, que même les guerriers habitués aux pires massacres, hésitèrent devant cette monstruosité : le viol des femmes en présence de leurs maris. Mais Allah ne reculait devant aucune barbarie. Le Dieu de Mahomet, lui révéla sa loi « divine » qui légitime cette barbarie. Des générations de moudjahidines violeurs ont commis cette barbarie pendant quatorze siècles. Aujourd’hui, les moudjahidines de l’Etat Islamique et de Boko Haram, continuent à violer les fillettes, les filles et les femmes de leurs victimes.

La seule différence, avec les époques précédentes, réside dans l’hypocrisie des autorités musulmanes et de notre caste politico-médiatique, qui jurent avec un cynisme abject que cette barbarie n’a rien à voir avec l’islam.

Zohra Nedaa-Amal

Sanctionner les clients des prostituées pour leur salut et celui des femmes

Publié le

Les Nouvelles News et Rue89 se repenchent sur les résultats observés de la loi suédoise qui punit le consommateur de prostituées http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/revue-de-presse/54-lu-sur-la-toile/3020-punir-clients-prostituees-etude-cas-suedois

J’approuve le commentaire d’une lectrice de cet article qui résume ainsi les observations sur le cas suédois : difficile d’en tirer des conclusions peut être, mais en attendant on constate a contrario que légaliser entraîne clairement une hausse de la traite… donc à choisir j’aime encore mieux le moins pire des systèmes. vous oubliez de mentionner le fait que des personnes prostituées en Suède témoignent que pour elles c’est une reconnaissance de leur souffrances et difficultés. et que la majorité des suédois sont auj favorable à une lois qui arrête de faire la chasse aux femmes. un meilleur partage des responsabilités me parait essentiel pour changer les regard et les mentalités sur ce triste problème de société (intimement lié au crime organisé pour rappel)

En effet, je suis totalement opposée à la prostitution qui, quoiqu’on en dise, est préjudiciable autant pour les femmes que pour les hommes. Non seulement elle est nocive pour les femmes qui se prostituent à défaut de trouver une autre solution pour gagner leur vie mais elle est nocive pour les hommes qui sont incapables de construire une relation égalitaire avec une femme.

Le plus grave étant que tant que la prostitution des femmes existera, toutes les femmes sans exception seront considérées comme des prostituées en puissance. De cette vision des femmes découle leur infériorisation, leur vulnérabilité et la dévalorisation de leurs compétences professionnelles. La prostitution est une allégorie de la place que les hommes accordent aux femmes dans toutes les sociétés.

Autant je ne peux admettre qu’un homme puisse penser acheter une relation sexuelle, autant je comprends qu’une femme puisse se résigner à se prostituer, en admettant qu’elle soit « libre » de le faire et qu’elle n’y soit pas contrainte comme le montre le film « Chaos » de Coline Serreau http://fr.wikipedia.org/wiki/Chaos_(film,_2001) prénommée Malika, elle a fui sa famille quelques années plus tôt après avoir appris que son père allait la donner en mariage à un vieil homme algérien contre de l’argent. Elle a alors seize ans. Ne sachant où aller, ni même comment se nourrir, elle est victime d’un réseau de proxénètes. Pour s’assurer de pouvoir se servir d’elle à leurs fins, les proxénètes la violent entre huit à dix fois par jour et la droguent à l’héroïne afin de la dissuader de s’échapper. De plus, ils prennent la précaution de lui fournir un faux passeport au nom de Noémie à présenter à la police en cas de contrôle d’identité, le vrai passeport de Malika se trouvant en possession de son père.

La prostitution est le modèle dominant des relations entre hommes et femmes. Il est convenu dans la société que les femmes se vendent et que les hommes les achètent. C’est tellement ancré dans les mentalités que seules les féministes le dénoncent et se font haïr par les plupart des femmes et des hommes qui sont résignés en répétant que « la prostitution est le plus vieux métier du monde ». L’esclavage était aussi le statut le plus ancien du monde et pourtant, nous l’avons interdit. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour la prostitution ?

Il est urgent d’abolir la prostitution car son acceptation conduit à une nouvelle marchandisation du corps des femmes avec la GPA, les mères porteuses. Le discours qui justifie cette monstruosité est le même que celui qui justifie le commerce sexuel : elles décident librement personne ne les y oblige, elles font ça par goût, c’est une forme particulièrement admirable de la générosité, elles le font pour rendre service. C’est totalement faux puisque la plupart des femmes qui louent leur corps pour gester l’enfant d’autrui sont des femmes pauvres qui ne trouvent pas d’autre solution pour gagner leur vie.

On voudrait nous faire croire que porter l’enfant d’autrui ou donner ses ovocytes serait aussi bénin, sinon banal, que donner son sperme. C’est faux et malhonnête. Le don d’ovocytes comme la location d’utérus n’ont rien à voir avec le don de sperme pour lequel il suffit à l’homme de se masturber. Aucune intervention médicale sous forme de prise d’hormones ou intervention chirurgicale n’est nécessaire. L’homme a l’habitude de se masturber et il est fier de sa fertilité et de sa semence. Certains hommes conservent leur semence dans des bouteilles, d’autres qui se disent artistes peignent avec, sans compter tous ceux qui en aspergent les femmes pour « voir » la matérialisation de leur « puissance ». D’autres encore font le maximum d’enfants au maximum de femmes, sans assurer la subsistance des uns comme les autres. Et puis il y a cet Hollandais, Ed Houben, qui a engendré plus d’une centaine d’enfants par « méthode naturelle » ou « artisanale », soit-disant pour « rendre service » et qui organise chaque année une fête avec tous ces enfants qu’il n’assume pas soit-disant avec l’accord des mères. J’attends avec impatience le jour où l’une d’entre elle réclamera une pension alimentaire ou que ce soit l’enfant qui le réclame pour payer ses études, par exemple.http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/30/01016-20130730ARTFIG00401-ed-neerlandais-de-43ans-et-pere-de-peut-etre-plus-de-cent-vingt-enfants.php

Car si Ed est «convaincu que les enfants doivent savoir d’où ils viennent», il ne veut pas non plus s’imposer. Ce contrat tacite n’a aucune valeur juridique, mais le donneur renonce à tout droit sur l’enfant à venir, et la maman à toute pension alimentaire. «Les parents savent qu’avec moi, ils n’auront pas à envoyer des comptes rendus réguliers, précise-t-il. En revanche, à tout âge, l’enfant saura qu’il pourra venir me voir et me poser des questions.»

Chaque année, Ed organise d’ailleurs une petite fête à Maastricht, en invitant tous ses enfants, «pour que ceux qui veulent puissent faire connaissance». L’aîné vient d’avoir dix ans. «Jusqu’à présent, je ne me suis pas autorisé de grands sentiments envers eux, confesse-t-il, les yeux humides. Pour la protection de leur famille et la mienne, il vaut peut-être mieux…»

On ne dit pas dans l’article si Ed Houben et les femmes qu’il engrosse sont médicalement contrôlés pour le Sida et autres MST. Dans l’article Houben explique qu’il sélectionne les femmes qu’il met enceintes. Elle doivent être ordonnées, ni grosses, ni fumeuses et on se doute qu’il ne doit pas sexer avec les plus moches bien qu’il ne soit pas lui-même un Apollon. Cette discrimination mériterait un passage au Tribunal international…

Notre société doit arrêter de réduire les femmes à un corps mis à la disposition des hommes et du système qui les ramène à l’état d’accessoire des besoins du mâle. Les femmes sont des êtres humains à part entière et l’abolition de la prostitution des femmes -je ne parle pas de celles, minoritaire des hommes et transsexuels- serait une véritable révolution qui profiterait à tout le monde, au même titre que celle qui a aboli l’esclavage.

PS

Je comprends le désespoir des couples stériles qui sont prêts à faire n’importe quoi pour avoir un enfant quand ils ne peuvent pas en adopter mais je crois savoir qu’il est toujours possible de « bricoler » une solution personnelle sans en faire un système.

Je ne blâme pas les personnes qui se prostituent mais je rejette la société qui en fait un système et toutes celles et ceux qui en profitent au détriment du bien commun., plus précisément en cultivant le mépris des femmes et l’acceptation de leur infériorisation.

Le Qatar disséqué sur France cuture ce vendredi 22 mars 2013

Publié le

 

En introduction du dossier Qatar, Hakim Kasmi explique les difficultés qu’il a rencontrées pour faire son travail. Multiples rencontres et vérifications du projet éditorial. Refus des responsables français d’entreprises à capitaux Qataris, y compris au Paris Saint-Germain .

le dossier de France Culture a invité Mohamed El Oifi qui nous explique d’emblée et sans ambages que l’importance du Qatar en France est surestimée car bien que riche, ce pays ne peut pas acheter la France. Ce à quoi on lui répond, « peut-être pas la France entière mais certainement des politiques et des journalistes »…Curieusement, ce Mohamed El Oifi a co-écrit « Qatar, les nouveaux maitres du jeu » auquel, ‘à son écoute, on n’a pas envie d’accorder de crédit.

On nous rappelle aussi la belle amitié de Sarkozy et de son épouse avec l’émir du Qatar et l’UNE de ses épouses. Tiens, curieux, la presse ne s’est pas étalée sur le harem de l’émir …Et l’esclavage des travailleurs immigrés sans lesquels le Qatar ne pourrait pas vivre ? Une employée prédit qu’il y aura plus de morts durant la construction du stade de la coupe du monde que de footballeurs qui fouleront la pelouse …Allez les supporteurs beaufs du Paris Saint-Germain, honorez ce Qatar criminel …Des centaines de travailleurs Népalais seraient déjà morts et ce n’est qu’un début.

Nicole Bricq aurait rassuré le Qatar en déclarant que les dispositions  prises à son profit par Nicolas Sarkozy ne seraient pas modifiées. Ouf, nous sommes rassurés. Pourtant, le Qatar arme Aqmi que nous sommes actuellement sensés combattre au Mali …Boudiou, quelle chienlit dans la gouvernance de la France !

http://www.franceculture.fr/blog-au-fil-des-ondes-2013-03-20-dossier-special-qatar-sur-france-culture-vendredi-22-mars

Dossier spécial Qatar sur France Culture Vendredi 22 mars

En partenariat avec
Rachat du PSG, Al Jazeera bientôt en français, acquisition dans l’industrie de luxe mais aussi dans les quartiers sensibles, Coupe du monde 2022… la liste des investissements du Qatar est longue et ne s’arrête pas là. France Culture enquête sur la volonté de puissance de l’émirat du Golfe vendredi 22 mars.

6h30 – 9h Les matins de France Culture par Marc Voinchet et la rédaction
Qatar : le double jeu ?
Avec Willy Le Devin et Mohammed El Oifi, co-auteurs de Qatar, Les nouveaux maîtres du jeu (Demopolis)
Jean-Marie Fardeau, directeur  of Human Rights Watch’s
Reportages de Christophe Payet et Tanguy Blum sur le soft power du Qatar et les droits de l’homme
17h à 17h55 Sur La Route – Olivia Gesbert en direct du Salon du Livre
Pourquoi le Qatar cherche-t-il à investir dans nos banlieues ? Et pourquoi nos jeunes, issus des quartiers populaires, lorgnent-ils du côté du Qatar ? Quelles sont les clés de la séduction qu’exerce l’Emirat sur les étudiants et les jeunes entrepreneurs, sur les élus français et les représentants du culte musulman ? Stratégie d’investissement ou intrusion durable dans nos affaires ?
avec Mohamed-Ali Adraoui, chercheur enseignant à l’IEP de Paris, auteur de « Du Golfe aux Banlieues : le salafisme mondialisé », PUF et Nicolas Beau, journaliste, auteur de « Le Vilain Petit Qatar » à paraître en mai chez Fayard.
Reportage : Quand être « un jeune des quartiers » devient soudain un atout…
– Retour avec Fouad Sari, élu Europe Ecologie dans l’Essonne, sur la levée d’espoir suscitée par l’annonce de la création d’un Fonds d’investissement pour les banlieues et les suites de cette affaire. 
– Et M’hamed, jeune entrepreneur, qui a postulé pour bénéficier de ce fonds qatari.
– Dida Diafat, champion du monde de boxe Thaï, créateur de la marque de vêtements Kobey, comédien, lauréat 2011 du Prix Richesse de la diversité, lancé par le Qatar la même année
18h15 -19h Le magazine de la rédaction  par Tara Schlegel
« Les investissements qataris en France: bouffée d’oxygène ou risque d’asphyxie ? »
Reportage d’Hakim Kasmi : Experts, économistes, politiciens expliquent les enjeux stratégiques et politiques des investissements du Qatar et la place qu’entend prendre l’émirat du Golfe dans le monde en termes d’influence.
Avec Christian Chesnot, journaliste à France Inter, auteur de « Qatar, les secrets du coffre fort »
Laurence Louer, chercheuse à Sciences Po, CERI, spécialiste des monarchies du Golfe.
                                                                franceculture.fr

Prostitution : de la chair bien fraîche

Publié le

%d blogueurs aiment cette page :