Flux RSS

Archives de Tag: Fanny Truchelut

Procès du restaurant Le Cénacle ce jour. Le CCIF appelle à l’insurrection

laconnectrice.wordpress.com

L’ audience est reportée au 16 février 2017 à 13 heures à la 16eme chambre du TGI de Bobigny car les avocats de la défense disent n’ avoir pas reçu des avocats de la partie civile copies des pièces du dossier.

Je ne puis croire que des avocats du CCIF et de la plaignante aient pu commettre une telle erreur à leur insu. C’est tout de même curieux, pourquoi le CCIF voulait-il que le procès soit reporté à l’année prochaine ?

————————————————————

Le 27 août dernier, deux voilées affamées se rendaient au Tremblay, dans une zone improbable pour déjeuner au restaurant Le Cénacle alors qu’elles auraient pu choisir le restaurant libanais qui le jouxte ou bien les autres restaurants, italien et asiatique qui le voisinent. On aurait pu penser que ces musulmanes auraient évité un restaurant ostensiblement haram qui exhibe dès l’entrée une collection d’alcools forts et un jambon sec trônant sur sa planche à découper. Mais non, les courageuses musulmanes tenaient à honorer de leur présence un restaurateur au prénom bien chrétien, Jean-Baptiste, et au cœur meurtri par la perte d’un ami au Bataclan. Pur hasard, feront-elle croire soutenues par le CCIF qui organisait un meeting dès le lendemain au Tremblay et se chargeait de diffuser la vidéo qu’elles avaient filmée, toujours par hasard, du restaurateur hors de ses gongs, hurlant contre les musulmans et les terroristes. Du fioul pour le CCIF qui vit de dons, de subventions et du fruit des procès qu’il gagne contre les « islamophobes » et du trouble qu’il sème dans notre société en menant son djihad civilisationnel.

Le CCIF a déclaré la guerre à la France et aux Françaises et Français qu’il insulte et humilie, en particulier dans son rapport présenté à l’ONU intitulé Être musulmane aujourd’hui en France : Les femmes, premières victimes de l’islamophobie. Un rapport de 46 pages qui vaut le détour pour savoir qui est réellement le CCIF et comprendre le danger qu’il représente pour la France et son peuple.

Photos prises par La Connectrice le 13 octobre 2016 : On y voit la zone improbable où est situé le restaurant, la collection d’Armagnac et de Cognac de tous âges disposée tout de suite à gauche en entrant, et le jambon trônant sur sa planche à découper à côté des alcools et devant l’aquarium aux homards et écrevisses.

laconnectrice.wordpress.com

Le communiqué du CCIF largement diffusé sur twitter et de nombreux sites islamophiles et islamistes

Ce jeudi 24 novembre à 13h se déroulera le procès du restaurateur du « Cénacle » au Tribunal de Grande Instance de Bobigny. Le CCIF, assisté par Me El Hamamouchi, sera présent aux côtés de la plaignante, défendue par Maître Accardo. L’audience mettra un point final à une actualité illustrant un malaise contemporain : la banalisation de l’islamophobie et la volonté délibérée de l’ignorer.

Dans la foulée de la chasse au burkini durant la saison estivale, le 26 août dernier, à Tremblay-en – France, ce sont deux clientes de confession musulmane et revêtues d’un foulard qui sont refoulées violemment du restaurant « Le Cénacle » en raison de leur islamité.

Les déclarations islamophobes du restaurateur sont éloquentes.

Mais contre toute attente, et en dépit de l’enregistrement vidéo de la scène de l’expulsion de ces dames, le restaurateur, par la voie de son conseil, Maître Cohen – Sabban, a choisi la thèse du complotisme impulsée par la fachosphère comme système de défense.

Les deux clientes refoulées seraient précisément venues dans ce restaurant pour provoquer. Selon Maître Cohen-Sabban : Il y a un « contexte de provocation où il se fait traiter de raciste alors qu’il leur a courtoisement demandé d’être plus discrètes dans leur tenue ».

Non seulement cette assertion est fausse mais surtout au nom de quoi ce Monsieur serait-il autorisé à dicter leur tenue à des femmes ? Injuriées, mises haineusement à la porte, au point que des sanglots soient perceptibles au visionnage de la vidéo, et que deux des serveuses présentes soient sous le choc, ces femmes françaises de confession musulmane – qui ne sauraient être des victimes à part entière parce que de toute façon elles seraient des citoyennes à part – sont forcément diaboliques et provocantes.

Certains médias (Le Point; La Dépêche)  participent aussi à ce jeu de diabolisation des victimes d’islamophobie en illustrant leurs articles par la publication de la photographie d’une femme revêtue d’un voile intégral que ne portent pas les victimes. Il s’agit là d’endiguer tout mouvement d’empathie de l’opinion publique envers ces femmes discriminées.

Nous osons donc espérer que les juges de la 16ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Bobigny ne se laisseront pas abuser par ces thèses fallacieuses et opportunistes destinées à instiller le doute dans leur esprit et à amoindrir la responsabilité patente de ce restaurateur aux propos et aux agissements peu honorables en l’espèce.

Nous osons espérer qu’ils sauront rendre justice en toute indépendance, équité et impartialité à l’abri des pressions médiatiques.

Provocation musulmane au restau du Tremblay. Le coup monté se confirme

laconnectrice.wordpress.com

Modification au 25/09/2016

Nous irons toutes et tous nous régaler au Cénacle …

Depuis la provocation des deux voilées, le patron du Cénacle a perdu environ 30% de couverts. Cette diminution des couverts ne signifie pas que la clientèle du restaurateur le désapprouve mais qu’elle ne veut pas se retrouver au milieu de provocations musulmanes et, éventuellement d’embrouilles, pire dans l’épicentre d’un attentat. Cela se comprend, quand on se rend dans un restaurant gastronomique on compte réjouir son palais dans une ambiance aimable et sereine.

Il n’empêche, beaucoup de personnes soutiennent Jean-Baptiste Debreux et le montrent en venant se restaurer au Cénacle. C’est ce qu’a fait Caroline Alamachère, rédactrice à Riposte Laïque, ce qu’a fait Fanny Truchelut, elle-même victime d’une provocation de deux voilées qui a entraîné la fermeture de son gîte et ce que je compte faire avec un petit groupe d’amies. Tiens, seulement des femmes seraient assez courageuses pour soutenir Le Cénacle ?

http://ripostelaique.com/jai-dine-au-cenacle-les-mets-y-sont-delicieux-et-laccueil-irreprochable.html

http://www.restaurantcenacle.com/

Provocation

Source http://objectifterre.over-blog.org/2016/08/provocation.html

Le patron du restaurant Le Cénacle, au Tremblay a été grossièrement provoqué par deux voilées soldates de l’islam. Ami malheureux d’une victime du Bataclan, Jean-Baptiste Debreux s’est énervé à juste titre étant « judicieusement » filmé par les deux djihadistes civilisationnelles, la vidéo étant immédiatement postée sur le net et devenant virale.

Nous sommes nombreux à avoir décelé une grossière manipulation dès la diffusion de l’information et les réactions décérébrées de ce que la France compte d’idiots et d’idiotes utiles de l’islam.

Il n’est pas besoin de s’appuyer sur RT (Russia Today) pour rassembler les preuves de la manipulation, et heureusement car RT, arme médiatique de Poutine, se fait un plaisir de mettre de l’huile sur le feu pour nous inciter à nous réfugier dans les bras musclés de Vladimir.

Dans l’article ci-dessous, Oriana Garibaldi de Riposte laïque, toujours vigilante, rassemble les indices de la manipulation.

LC

Enquête policière : Le restaurateur du Cénacle aurait été piégé

Publié le 3 septembre 2016 – par 25 commentaires

Restaurant Le Cénacle 2e épisode. Selon une information du 01/09 du site de réinformation RT, l’enquête se tourne vers une nouvelle hypothèse (correspondant à celle que nous avions évoquée d’emblée) selon laquelle des organisations antiracistes auraient piégé le restaurateur.

Une source proche de l’enquête aurait indiqué au quotidien Parisien que la personnalité des deux « victimes » de l’altercation survenue il y a quelques jours dans le restaurant « Le Cénacle » à Tremblay (encore) en France était actuellement passée au crible.

Il faut éclaircir plusieurs points. Notamment pourquoi ces deux femmes, qui sont originaires de Trappes (Yvelines) et Argenteuil (Val-d’Oise) sont allées déjeuner dans un restaurant de Tremblay, a indiqué la source. Selon l’hypothèse à l’étude, qui reste pour l’heure une simple piste «à confirmer», le restaurant pourrait avoir été «ciblé» par des organisations antiracistes et sciemment testé par les deux voilées. Pourquoi la vidéo largement diffusée sur internet commence-t-elle à 2 mn… ? Qu’y avait-il qu’il ne fallait pas que l’on voie et entende ?

Une interview de « Sarah » l’une des « victimes humiliées » réalisée par le CCIF mérite que l’on s’y attarde. Un modèle d’hypocrisie et de taqqiya. Sarah, donc, face aux précisions données par le restaurateur, à la vue des signes ostentatoires de la religion affichée des deux voilées, cherche un appui auprès des clients, appui qu’elle ne trouve pas, et a le culot de dire « c’est pas la France ça, c’est la France des années 30 ». Ah bon, parce qu’elle sait ce qu’était la France d’alors ? Elle répète comme un perroquet ce qu’elle a entendu à la TV et aurait sans doute été bien en peine de préciser !

Puis « là, j’ai vraiment eu peur et j’ai appelé la police » Mais peur de quoi ? Que le restaurateur lui saute à la gorge et tente de l’égorger ?? A la différence des musulmans, les Chrétiens ne pratiquent pas ce genre d’horreur et savent se maîtriser. Il semble évident que le but était atteint : appeler la police et jouer les victimes, le rôle préféré des disciples d’Allah !

Je continue : « on va dans ce genre d’endroit, parce qu’on se dit qu’on a le droitd’aller où on veut » voilà l’aveu du but. On n’y va pas « parce que c’est un endroit réputé, qui nous a été recommandé, ou parce que l’on veut goûter une autre cuisine » non, on a le droit !!

Toujours le droit… Quel aveu ! Et quelle maladresse !

« On y va dans un bon état d’esprit » oui, en affichant d’emblée son appartenance à l’islam ! Il fallait y aller comme y vont les Chrétiens ou athées, ou disciples d’autres religions  sans chercher à se faire remarquer. Elle devrait essayer d’imaginer une inversion des rôles et se demander comment se seraient comportés ses coreligionnaires, pour moi aucun doute : la communauté avant tout !

Mais le pire, qui risque peut-être de devenir le meilleur, par un effet boomerang, ou retour de manivelle, au choix. Marwan Muhammad, directeur du CCIF a suggéré de diffuser l’info aussi largement que possible, puis iI a ensuite proposé de « ruiner la réputation de ce restaurant sur tous les espaces en ligne où il est listé ». Rien que ça ! Une fatwa en quelque sorte !!

On a envie, une fois de plus, de citer la célèbre réplique de Michel Audiard « Les C… ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ! » Le restaurateur est, lui, tout à fait en droit de porter plainte à son tour.

La réalité, à propos de ce restaurant est toute autre, et pour se faire une idée exacte de l’établissement, je vous invite à le visiter virtuellement :

Restaurant gastronomique, dîner d’affaires – Tremblay-en-France | Le Cenacle

Il n’est pas inutile de préciser que certains restaurants exigent une tenue correcte, il me semble que c’est quand même leur droit. Et en tout état de cause une tenue qui ne soit pas de nature à mettre mal à l’aise l’ensemble de la clientèle.

Aux USA, par exemple, pour le dîner, de nombreux restaurants exigent que les messieurs portent veston et cravate, quitte à leur en prêter pour la soirée.

Nous sommes de tout cœur avec Jean-Baptiste Debreux et espérons qu’il va se défendre et ne pas abandonner la partie.

Oriana Garibaldi

Seine-Saint-Mohamed remplace Seine-Saint-Denis

Publié le

http://www.a-voix-haute.net/index.php?option=com_content&view=article&id=38:seine-st-denis-lieux-de-priere-&catid=3:dernier-article-publie&Itemid=12Information communiquée par Fanny Truchelut

La Seine Saint Denis, premier département

à avoir plus de lieux de prière de la religion musulmane

En juin 2009, lorsque André Gerin demandait une commission d’enquête concernant le port de la burqa, dans une lettre ouverte aux Députés, j’écrivais : »Si La France est parsemée d’églises catholiques, c’est le témoignage d’une histoire millénaire. La religion musulmane ne bénéficie en France d’aucun « héritage » en matière de lieux de culte.

Deux ans après la Seine Saint Denis est le premier département à avoir plus de lieux de prière de la religion musulmane (mosquées, salles de prière) que de lieux de prière de la religion catholique (Eglises, Chapelles)……

Lieux de prière de la religion musulmane Lieux de prière de la religion catholique
Aubervilliers

9

Aubervilliers

2

Aulnay sous Bois

8

Aulnay sous Bois

6

Bagnolet

4

Bagnolet

3

Bobigny

6

Bobigny

4

Bondy

5

Bondy

1

Clichy sous Bois

4

Clichy sous Bois

3

Coubron

1

Drancy

5

Drancy

5

Dugny

3

Dugny

1

Epinay sur Seine

4

Epinay sur Seine

4

Gagny

2

Gagny

3

Gournay sur Marne

1

La Courneuve

10

La Courneuve

3

Le Blanc Mesnil

4

Le Blanc Mesnil

3

Le Bourget

1

Le Pré Saint Gervais

1

Le Pré Saint Gervais

1

Le Raincy

2

Les Lilas

1

Les Pavillons sous Bois

2

Livry Gargan

2

Livry Gargan

3

Montfermeil

10

Montfermeil

3

Montreuil

16

Montreuil

7

Neuilly Plaisance

1

Neuilly Plaisance

2

Neuilly sur Marne

3

Neuilly sur Marne

2

Neuilly sur Seine

2

Neuilly sur Seine

4

Noisy le Grand

4

Noisy les Grand

5

Noisy le Sec

1

Noisy le Sec

3

Pantin

3

Pantin

2

Pierrefitte

3

Romainville

2

Romain

3

Rosny sous Bois

5

Rosny sous Bois

3

Saint Denis

12

Saint Denis

4

Saint Ouen

8

Saint Ouen

3

Sevran

7

Sevran

4

Stains

3

Stains

3

Tremblay en France

4

Tremblay en France

4

Vaujours

1

Villemomble

3

Villemomble

3

Villepinte

4

Villepinte

2

Villetaneuse

1

Villetaneuse

1

143

112

Je suis athée et si mon athéisme n’engendre pas chez moi le rejet des religions, je ne peux m’empêcher de m’inquiéter de ce phénomène d’implantation des mosquées surtout en tant que femme. La religion musulmane prônant l’infériorité de la femme, le voile, la burqa étant la première visibilité de cette soumission.

il a fallu que les femmes portent un voile plus enveloppant qui s’appelle la burqa pour que les politiques s’inquiètent de ce phénomène et votent une loi pour en interdire le port. Le coran ne mentionne pas que les femmes doivent porter la burqa nous dit-on, sauf que tous les reportages où les femmes s’expriment, elles disent le porter par soumission à leur dieu et de ce fait refusent de l’enlever et refusent par là de se soumettre aux lois de la République.

Voir mon article : http://www.a-voix-haute.net/index.php?option=com_content&view=article&id=37:aout-2011&catid=3:dernier-article-publie&Itemid=12

La stratégie de vouloir faire reculer la démocratie marche à plein, avec la complicité des politiques et des maires de communes.

25 août 2011 – FR3 reportage

« je pense qu’en cette période la mosquée des caves est révolu et qu’aujourd’hui, il y a une vague de construction de mosquées qui sont digne de l’islam de France. »

commentaire de Baddre-Eddine Bentaïb – source

http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/france-focus-sur-le-ramadan-2935282/#read-2935282

Il faut dire qu’il y a un net progrès tout de même, on le voit dans le reportage, l’islam des caves n’existe plus ou pas tellement, il y a une raison pour cela, une prise de conscience des deux côtés :

  • les croyants musulmans ont pris conscience qu’ils ne peuvent plus prier dans les rues, ils font des efforts

  • les autorités publiques ont pris conscience, ils ont vu en effet que ce n’était pas bon de laisser les musulmans prier dans la rue

commentaire de Malek Chebel – même source

Mon inquiétude grandit encore, car dans ces mosquées, des cours sont dispensés les mercredis et les week-ends aux enfants et aux adultes pour l’apprentissage de la langue arabe et l’étude du coran, en attendant surement qu’il y ait autant d’écoles privées musulmanes que d’écoles privées catholiques voire plus.

Juste un petit rappel, la loi de mars 2004 qui interdit le port du voile à l’école ne s’applique pas aux écoles privées musulmanes et comme il n’est pas interdit dans la rue, les petites filles qui fréquentent ces écoles sont voilées dès leur plus jeune âge et en permanence dans l’indifférence générale des féministes!!!!

Femmes, réveillez-vous!

Election de Mitterrand vue par deux femmes

Publié le

Fanny Truchelut déçue par Mitterrand

http://www.a-voix-haute.net/index.php?option=com_content&view=article&id=36:le-10-mai-1981-jai-vote-pour-francois-mitterrand&catid=3:dernier-article-publie&Itemid=12

Anne Zelensky raconte sa collaboration avec Yvette Roudy, Ministre des droits de la femme

http://ripostelaique.com/mai-1981-une-chance-pour-les-femmes.html

Fanny Truchelut demande à la République de respecter ses 34% d’athées

Publié le

Combattante de la Laïcité, Fanny Truchelut avait été injustement condamnée pour avoir demandée à deux provocatrices voilées de retirer leur voile dans la salle commune de son gîte.

Depuis sa condamnation, Fanny a perdu son gîte mais continue courageusement sa lutte.

Elle vient d’écrire une lettre ouverte à Claude Guéant, Ministre de l’intérieur qui est aussi le ministre des cultes, dans laquelle elle souligne que le tiers de la population française qui se déclare athée n’est pas représenté lorsqu’il reçoit les dignitaires religieux.

La religion, comme l’athéïsme est une expression de la spiritualité et, à ce titre, on ne comprend pas pourquoi elle est ignorée par les responsables politiques.

Je soutiens la revendication de Fanny Truchelut et son rappel de l’incohérence de la justice qui l’a condamnée mais accepte de multiples infractions à la loi sur la laïcité.

http://www.a-voix-haute.net/index.php?option=com_content&view=article&id=35:lettre-a-monsieur-le-ministre-de-linterieur&catid=3:dernier-article-publie&Itemid=12

Toutes les religions s’emmêlent dans l’islamofolie

Publié le

Si l’athée que je suis prétendait défendre et imposer un dogme de non croyance, elle jugerait hérétiques les dignitaires religieux qui d’une seule voix viennent de s’élever contre la « stigmatisation » des musulmans à travers les propose de Marine le Pen et les projets de débat sur la laïcité et l’islam.

Comment les Chrétiens et les Juifs qui sont persécutés et interdits de culte dans les pays musulmans peuvent ils défendre l’invasion musulmane qui se déverse sur la France depuis une quinzaine d’années, grignotant petit à petit les us et coutumes françaises, les budgets publics, les usages, les lois, l’économie et la finance? Comment peuvent-ils prendre le parti d’à peine un dixième de la population de France contre la liberté et les intérêts de 9 dixième?

Les Musulmans ont enfoncé la porte de la tolérance pour imposer l’intégrisme religieux au moment même où l’intégrisme religieux touche toutes les religions. Quelle aubaine ces boute-en-train de Musulmans. Ils font tout le boulot pour les catholiques intégristes, les Juifs intégristes, les protestants évangéliques et toutes les sectes qui fleurissent pour apporter des réponses aux craintes et angoisses légitimes de populations inquiètes par des changements sociétaux et économiques importants et globaux. Dieu a toujours été un refuge sécurisant pour les âmes inquiètes qui se sentaient impuissantes devant les drames personnels et plus généraux.

On prie Dieu pour s’assurer un meilleur destin et on se soumet à sa volonté quand tout va mal car « Dieu l’a voulu ». C’est rassurant.

Grâce à des mouvements comme les évangélistes, le Renouveau charismatique, le bouddhisme, les Témoins de Jéhovah, l’Armée du salut, les Journées mondiales de la jeunesse en présence du Pape, la Scientologie, l’écolo-ethico-durablo attitude stricte, les chamanes, les Loubavitch, le Salafisme, le zen, l’Opus Dei, la Franc-maçonnerie, l’anti-sionisme et la neuro-linguistique, il y a des sectes pour tous les goûts et tous les fanatismes. Une belle occasion pour les hiérarchies religieuses les plus installées et les plus anciennes de se donner un coup de jeune, de rallier des ouailles manipulables et soumises et, bien sûr d’engraisser leurs caisses. Car c’est surtout cela qui intéresse nos papes, curés, pasteurs, rabbins, gourous et imams, glâner le maximum d’argent grâce à une refonte de la loi de 1905 pour pouvoir donner des coups de canifs dans la séparation des Eglises et de l’Etat et financer leurs cultes et leurs prédicateurs par la même occasion. La religion rend ses chefs riches.

Toutes ces religions qui voudraient imposer leur morale liberticide sont en réalité des plus immorales dans leur soudain intérêt pour le respect des autres religions et pour la laïcité. Le désintérêt, la probité, le respect et l’amour du prochain, le partage des richesses et du savoir, c’est bon pour la plèbe et les pauvres ouailles qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Il y a longtemps que les Eglises de tous bords se sont accomodées de la loi de 1905 grâce à d’habiles montage entre le culturel, l’éducatif et le culturel. Mais ça ne suffit pas, il leur en faut encore et encore, convertir plus pour gagner plus, casser la laïcité pour remplir les tirelires.

L’Ici, l’Institut des cultures de l’Islam http://www.paris.fr/ici/institut-des-cultures-d-islam/p8711 est la parfaite allégorie de la destruction de la laïcité au nom du respect des cultes.

On fait venir des gens de toute la région parisienne et de la France pour prier par centaines dans les rues, le trouble à l’ordre public n’est pas sanctionné au prétexte que les pauvres musulmans n’ont pas de mosquée (Pourtant Boubakeur dit que sa mosquée de 2 000 places est vide et les deux mosquées de la Goutte d’Or sont également vides), on dit que la « deuxième religion de France » (5 millions de musulmans pour 45 millions de catholiques et 15 millions d’athées et autres) n’a pas son institut culturel (L’institut du Monde arabe ne montre absolument rien sur l’Islam ?) et on entreprend aux frais du contribuable (qui manque de logements et d’emplois) la construction d’un ensemble pharaonique qui permettra de toucher des dessous de table pour financer la campagne présidentielle du PS qui fermera les yeux sur les infractions au financement des partis de l’UMP. Cela permet aussi à Sarkozy de passer un accord avec Poutine pour le grand chantier d’un institut russe culturel et cultuel, avec des dessous de table en perspective pour financer sa campagne électorale.

Alors on ne voit pas pourquoi toutes les autres religions ne seraient pas de la fête, ne profiteraient pas des largesses forcées des contribuables pour réclamer leur part du gâteau. Et comme tout ce beau monde se tient par la barbichette, il n’y aura que « les gros cons » d’ extrême droite, les « ayatollah laïques » et les « putains d’athées » pour crier dans le désert du bien commun.

Voici la tribune de nos doctes directeurs de conscience, tous des hommes, comme par hasard. Quand les religions ne respectent pas la » moitié du ciel », on peut avoir des doutes sur leur souci du bien commun.
29-03-2011  

«N’ajoutons pas de la confusion dans la période trouble que nous traversons»

Tribune de la conférence des responsables de culte en France 

« La Conférence des responsables de culte en France a été créée le 23 novembre dernier et elle regroupe six instances responsables du bouddhisme, des Églises chrétiennes (catholique, orthodoxe, protestante), de l’islam et du judaïsme. Cette initiative est justifiée par la volonté d’approfondir notre connaissance mutuelle, par le sentiment de contribuer ensemble à la cohésion de notre société dans le respect des autres courants de pensée et par la reconnaissance de la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société. La laïcité est un des piliers de notre pacte républicain, un des supports de notre démocratie, un des fondements de notre vouloir vivre ensemble. Veillons à ne pas dilapider ce précieux acquis. Il nous paraît capital, pendant cette période préélectorale, de bien garder sereinement le cap en évitant amalgames et risques de stigmatisation.

Nous signons ensemble cette tribune sans aucun esprit polémique ou partisan. Une parole commune nous semble néanmoins nécessaire. Notre cohésion au sein de la Conférence que nous avons fondée est significative dans notre société française. Elle a été rendue possible grâce notamment au climat de coopération instauré entre les religions, que la “laïcité à la française” et ses évolutions depuis plus d’un siècle ont permis.

Mais cette cohésion ne signifie pas pour autant uniformité ! Elle ne nous engage nullement en faveur d’un quelconque amalgame syncrétiste ou d’un nivellement de nos positions individuelles et de celles des cultes que nous représentons. Nous travaillons ensemble dans la confiance, en intégrant nos histoires et identités respectives. Nous continuons à avoir des approches différenciées sur telle ou telle question, sans pour autant faire de nos différences des facteurs d’opposition. Nous sommes déterminés à réfléchir et à œuvrer ensemble sur la durée, en relation avec les autorités et les forces vives de notre pays, afin que le facteur religieux y soit un élément de paix et de progrès.

L’accélération des agendas politiques risque, à la veille de rendez-vous électoraux importants pour l’avenir de notre pays, de brouiller cette perspective et de susciter des confusions qui ne peuvent qu’être préjudiciables. Nous en sommes conscients. Cela ne doit pas nous dissuader pour autant de rappeler l’essentiel quand il le faut. Nous restons très attentifs aux évolutions profondes de notre société, notamment celles qui concernent les religions, dans le respect du cadre de la République. Ces évolutions appellent parfois des adaptations, voire des améliorations du cadre juridique et réglementaire de l’expression et de la vie des cultes en France. Nous ne manquerons pas d’être une force positive de propositions dans ce sens.

Faut-il dans le contexte actuel un débat sur la laïcité ? Le débat est toujours signe de santé et de vitalité. Le dialogue est toujours une nécessité. Il a un rôle majeur dans une société libre, démocratique et respectueuse de la personne humaine. Mais un parti politique, fût-il majoritaire, est-il la bonne instance pour le conduire seul ? Ce ne sont ni les débats ni les travaux qui manquent dans ce domaine ! La loi 1905 est déjà plus que centenaire. Elle a permis d’apporter depuis lors des solutions à des questions nées de nouvelles situations et des évolutions de notre société dans un monde de plus en plus rapide. Tous les cultes adhèrent sans réserve à ses principes fondamentaux tels qu’ils s’expriment en particulier dans ses deux premiers articles. Mais les modalités d’application de ces principes restent toujours perfectibles. Faut-il recenser tous les colloques et autres séminaires qui ont abordé en long et en large la question de la laïcité et de ses applications dans notre pays depuis des années ? Faut-il rappeler, dans la période récente, les travaux étendus et exhaustifs de la Commission présidée par le professeur Jean-Pierre Machelon qui ont donné lieu à un rapport sur “Les relations des cultes avec les pouvoirs publics” remis au ministre de l’intérieur le 20 septembre 2006 ? Ce rapport avait abordé d’une manière approfondie les différents aspects liés à l’exercice du culte en France, dont celui du “support institutionnel” de son exercice dans notre pays. Faut-il rappeler de même les travaux du “Groupe juridique inter-cultes” qui travaille depuis 2007, dans le prolongement des recommandations du rapport Machelon au sein du ministère de l’intérieur, et où siègent des représentants des principaux cultes ? Ce groupe a bien fonctionné et a permis la publication de plusieurs circulaires dont la dernière, du 23 juin 2010, conjointe aux ministères de l’intérieur et des finances, aborde d’une manière détaillée à l’attention des préfets, des directeurs départementaux des finances publiques et des trésoriers payeurs généraux, les différents aspects liés au “support institutionnel de l’exercice du culte en France”. Faut-il rappeler aussi la production intellectuelle abondante d’articles et d’écrits divers, ainsi que les nombreux ouvrages qui paraissent sur l’histoire, les fondements, la pratique et les perspectives de la laïcité en France ? La liste en sera longue. Elle illustre parfaitement toute la richesse et la profondeur de notre expérience française de la laïcité. Nous y reviendrons lors de la rencontre publique que nous comptons organiser en octobre prochain.

Secouée par des crises à répétition, politique, économique, financière et morale, la période actuelle manque de lisibilité mais sans doute pas d’espérance ! Le devoir de ceux qui sont “en responsabilité” consiste à éclairer le chemin et à élaborer des solutions conformes au bien de tous. N’ajoutons pas de la confusion dans la période trouble que nous traversons. Nous militons ensemble pour une laïcité de bonne intelligence. La laïcité n’est pas séparable des valeurs fondamentales que nous partageons, en particulier de la dignité et du respect de la personne humaine et de sa liberté inaliénable. Ces valeurs qui ne peuvent s’épanouir que dans la confiance mutuelle source de paix pour notre société. »

Cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, avec Mgr Laurent Ulrich, vice-président de la Conférence des évêques de France
Pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France, avec le pasteur Laurent Schlumberger, membre du Conseil de la Fédération protestante de France, président du Conseil national de l’Église réformée de France
Métropolite Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, avec le Métropolite Joseph, secrétaire de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France et Carol SABA, porte-parole de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France
Grand rabbin Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, avec le rabbin Moshé Lewin, porte-parole du Grand rabbin de France
Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, avecAnouar Kbibech, secrétaire général du Conseil français du culte musulman
Révérend Olivier Wang-Genh, président de l’Union bouddhiste de France

A Lire aussi

N° spécial « Islamisation » sur Riposte laïque :

http://ripostelaique.com/un-numero-special-islamisation-et-une-conference-de-presse-le-lundi-4-mars-a-paris.html

L’avis de Fanny Truchelut (condamnée pour avoir refusé à une militante voilée l’accès aux parties communes de son gîte) sur le débat sur la laïcité

http://www.a-voix-haute.net/index.php?option=com_content&view=article&id=31:debat-sur-la-laicite&catid=3:dernier-article-publie&Itemid=12

Athéisme, tout savoir

http://atheisme.free.fr/index.html

On a le droit de prier dans la rue mais pas d’afficher que Dieu n’existe pas:

http://www.lefigaro.fr/international/2009/01/12/01003-20090112ARTFIG00291-emoi-autour-d-un-slogan-athee-sur-les-bus-anglais-.php

MARIANNE NE SERA PAS VOILEE : SAUVONS FANNY TRUCHELUT !

Publié le

PETITION

Fanny Truchelut doit être relaxée

vendredi 15 août 2008

Le 6 juillet 2006, Fanny Truchelut, propriétaire d’un gîte de montagne dans les Vosges, accueillait cinq personnes qui avaient réservé leur séjour par Internet. Deux femmes de ce groupe étaient ostensiblement voilées. Surprise par un voile aussi patent, Fanny leur a demandé de bien vouloir le retirer dans les parties communes de son gîte, en hôtesse soucieuse de préserver l’harmonie d’un lieu paisible et les convictions de ses autres locataires qu’une tenue symbolisant la soumission des femmes pouvait troubler.

Son interlocutrice, Horia Demiati, militante active du port du voile – notamment sur les lieux de travail – se montrera intransigeante, repoussant le compromis proposé par la propriétaire. Devant cette attitude, et à la demande de la cliente, Fanny Truchelut lui a rendu ses arrhes, pensant ainsi clore le différend par respect mutuel. Mais Horia Demiati est allée aussitôt porter plainte, soutenue en la circonstance par le Mrap local.

Le procès de Fanny Truchelut a eu lieu quinze mois plus tard, le 2 octobre 2007, à Epinal. L’accusée, qui s’est retrouvée bien seule, a été salie par les avocats du Mrap, de la LDH, de la Licra, et même par la presse locale, chacun de ces organismes s’empressant de voir en elle une femme « raciste » et, qui plus est, « peu intelligente » ! Conséquence : Fanny Truchelut a été condamnée pour « discrimination religieuse » à quatre mois de prison avec sursis et à 8.490 euros d’amende et de dommages et intérêts. L’accusation de racisme n’a pas été retenue.

On ne peut qu’être abasourdi par la sévérité d’une telle condamnation et par son incohérence avec d’autres sentences : défendre l’égalité républicaine en récusant la « négation de l’égalité des sexes » coûterait donc plus cher que mettre en danger la vie d’autrui ?

Rappelons qu’en 1998, à l’hôpital de Bourg-en-Bresse, un mari musulman, qui s’était opposé violemment à ce qu’un obstétricien assistât son épouse lors d’une délivrance difficile, s’est vu condamné à 1000 euros d’amende (il avait, quant à lui, l’outrecuidance de demander 100 000 euros de dommages et intérêts en raison du handicap dont son propre enfant a été victime suite aux interminables minutes qu’ont exigées les négociations destinées à permettre l’intervention du médecin accoucheur).

N’oublions pas que l’homme qui a menacé de mort Robert Redeker n’a été condamné qu’à 750 euros d’amende et à 6 mois de prison avec sursis, alors que depuis cette fatwa, Robert Redeker connaît l’enfer d’une existence cloîtrée.

Comment ne pas être révolté face à la situation alarmante de Fanny Truchelut, qui, peu après sa condamnation, a dû vendre son gîte, changer de domicile, pour se retrouver finalement, à cinquante-quatre ans, dans l’obligation de se reconstruire seule, avec, à charge, ses deux plus jeunes enfants !

Son procès en appel aura lieu dans les prochaines semaines, à Nancy. Nous lui apportons d’ores et déjà notre indéfectible soutien doublé d’une solidarité sans faille. Nous demandons qu’elle soit relaxée. Une peine de prison, même avec sursis, serait déplacée pour cette femme qui a toujours veillé à éduquer ses quatre enfants dans le respect des lois.

En outre, une amende ou des dommages et intérêts, dont la plus grande partie récompenserait le Mrap, la LDH et Horia Demiati pour leur militantisme discriminatoire, serait non seulement inique mais grèverait – peut-être pour toujours – la possibilité qu’a Fanny Truchelut de s’en sortir.

Par ailleurs, ce procès est un test grandeur nature pour la société tout entière. Des directrices d’écoles, des enseignantes et des enseignants ont déjà été déférés devant les tribunaux pour avoir contesté la présence d’accompagnatrices voilées lors de sorties scolaires.

Or, le 27 juin 2008, le Conseil d’Etat a refusé d’accorder la nationalité française à une femme d’origine marocaine qui portait la burqa. Fadela Amara, secrétaire d’Etat à la Ville, a jugé cette décision « excellente, légitime, particulièrement crédible parce qu’elle se fonde sur les valeurs de notre République ». Mieux : lorsque Le Parisien du 16 juillet dernier a demandé à Fadela Amara si elle faisait « la différence entre le voile et la burqa », la secrétaire d’Etat à la Ville a répondu ceci : « Tout est question de centimètres de tissu. Mais pour moi, c’est la même chose », rendant ipso facto « excellente, légitime, et particulièrement crédible » la décision par laquelle Fanny Truchelut s’est opposée, le 6 juillet 2006, « au port du voile, qui n’est pas un signe religieux mais, comme la burqa, un signe d’oppression des femmes » (Fadela Amara, Le Parisien, 16- 07-2008).

Toute condamnation, même symbolique, de Fanny Truchelut serait donc interprétée par les fondamentalistes musulmans comme un encouragement à multiplier les poursuites judiciaires à l’encontre de ceux qui entendent défendre « les valeurs de notre République », et contraire à l’Arrêt du Conseil d’Etat du 27 juin 2008.

Les valeurs de la République française « ne sont pas négociables » ! Voilà pourquoi nous demandons au législateur de prendre les dispositions nécessaires pour que des personnes lucides et courageuses comme Fanny Truchelut ne soient plus traînées en justice par ceux-là mêmes qui rêvent de voir les lois religieuses se substituer aux lois de la République.

Premiers signataires : Anne Zelensky, présidente de la Ligue du Droit des Femmes, Michèle Vianès, présidente de Regards de Femmes, Annie Sugier, présidente de la Ligue du Droit International des Femmes, Pierre Cassen, animateur de Riposte Laïque, président de l’Ufal des Yvelines, Robert Redeker, philosophe, Pierre-André Taguieff, philosophe et historien des idées, directeur de recherche au CNRS, Monia Haddaoui, association Ghofrane, Ivan Rioufol, journaliste, Jean-François Chalot, président de l’Ufal 77, Martine Ruppé, présidente du Comité Ornais de Défense de la Laïcité (COD), Denis Pelletier, président sortant de l’Association Des Libres Penseurs de France, Inspecteur de l’Education Nationale honoraire, Evelyne Rochedereux, militante féministe, présidente associative, Simon Blumental, président d’Algérie Ensemble, Françoise Flamant, auteure, Léon Ouaknine, ex directeur général de l’Institut Universitaire de Gérontologie Sociale du Québec, Johannes Robyn, président de l’Union des Athées, Pascal Hilout, fondateur du nouvel islam, Jean-Claude Santana, président de l’Ufal du Rhône, Michèle Bruhat, militante féministe et laïque, Dominique Gay, médecin généraliste, Hubert Sage, président de l’UFAL-38, président du cercle « Laicité et République Sociale », Pierre Lefebvre, président de Primo, Pierre Régnier, ancien secrétaire national CFDT de la radio-télé publique, Suzy Candido, présidente de l’Ufal de Toulouse, Roland Monnet, Président du « Cercle Edgar Quinet Aristide Briand, Chantal Crabère, retraitée de l’Education nationale, Kebir Jbil, président de l’Ufal de Strasbourg, Robert Albarèdes, maire honoraire de Gréasque, Arielle Campin, étudiante en psychologie, vivant en Australie, Pierre Baracca, président de l’Ufal de Lille, Hervé Boyer, conseiller municipal à Golbey (88), Christine Tasin, militante du MRC17, Roman Bernard, rédacteur du blog Criticus, Evelyne Szafarz, professeur assistant, française, vivant aux Etats-Unis, Josiane Sberro, chef d’établissement retraite, vice-présidente Primo, Adeline Fauconnier, conseillère principale d’Education, Louis Chagnon, professeur d’histoire chargé de recherche, Simon Archipenko, président de Voltaire République, Ricardo Zugaro, pianiste concertiste, Laurence Gresse, enseignante à Echirolles (38), Jean-Loup Bidot, professeur de philosophie, Brigitte Bré Bayle, enseignante à Marseille, Georges Brousse, militant laïque (Libre Pensée), Mireille Popelin, enseignante retraitée, secrétaire de l’Ufal de Lyon, Guy Philippe, agrégé de mathématiques à la retraite, Maurice Vidal, professeur de philosophie, Pierre Crolais, militant laïque, Lemballe (22), Isabelle Voltaire, administratrice nationale de l’Ufal, secrétaire de l’Ufal 77, Gérard Charollois, Président de la convention vie et nature pour une écologie radicale, Radu Stoenescu, philosophe, Aube Passeron, citoyenne laïque, Denis Carnet, LDH Le Pecq, Patricia Degallaix-Maury, sage-femme, Rosa Valentini, enseignante, trésorière de l’UFAL des Yvelines, Alain Bonet, enseignant, Emmanuel Itié, ingénieur en informatique, Charlotte Bré, enseignante, Guylain Chevrier, historien, administrateur national de l’Ufal, Sorel Zissu, retraité, Régis Rousseau, photographe, Yves Pialot, retraité Education nationale (professeur de lettres), Guy Beaupin, chef d’entreprise retraité, Jean-Eric Lagesse, libraire, Jacky Eonin, retraité, Leon Tourtzevitch, enseignant retraité, Benoît Drouot, professeur d’histoire géographie en lycée, Annie Lecompte-Billard, institutrice retraitée, Vincent Maunoury, traducteur, Annie Ségure Daudé, directrice de crèche, retraitée, Michel Tonarelli, informaticien, Pierre Bellenger, ancien conducteur de travaux publics, Jacques Le Roux, citoyen laïque, Françoise Magnard, retraitée de l’enseignement public, Alain Escriou, installateur, Annick Mouillé, retraitée de l’EN, Zoé Bosquet, retraitée.

Pour signer la pétition, aller sur le site : http://www.ripostelaique.com/

ATTENTION : LE PROCES EN APPEL DE fANNY EST FIXE

mercredi 3 septembre 2008 à 13 h 30 à Nancy

Soyons nombreuses et nombreux à l’accompagner!!!

%d blogueurs aiment cette page :