Flux RSS

Archives de Tag: femmes gilets jaunes

Gilets jaunes et provocateurs professionnels pour décrédibiliser leurs revendications

LA COMPIL’ DES GILETS JAUNES

39 684 vues

Première diffusion il y a 21 heures

Tous les médias sans exception focalisent sur les débordements, violences, destructions, désorganisation, provocations, caractère incontrôlable du mouvement, anarchie et tout ce qu’ils peuvent dire et montrer de négatif sur ce mouvement réellement populaire et approuvé par a majorité de la population française.

https://www.france.tv/france-5/c-dans-l-air/798695-les-francais-et-l-impot-le-grand-ras-le-bol.html Les Français et l’impôt : le grand ras-le-bol

diffusé le ven. 23.11.18 à 17h45
La question fiscale est revenue en force dans le débat public avec le mouvement des gilets jaunes. Hasard du calendrier, un sondage réalisé par Ipsos pour Le Monde et la Fondation internationale de finances publiques met en évidence une progression du ras-le-bol fiscal chez les Français au cours des cinq dernières années. Ainsi seulement 54 % des Français considèrent aujourd’hui que le paiement de l’impôt est un « acte citoyen » au service de l’intérêt général, soit trois points de moins qu’en 2013. Et près de la moitié d’entre eux (47 %) approuvent la décision de certains contribuables « de s’installer à l’étranger pour payer moins d’impôts ». Pourquoi une telle érosion du consentement à l’impôt chez les Français ? L’enquête montre en premier lieu que le montant des prélèvements obligatoires (impôts et taxes) est jugé « excessif » par deux Français sur trois (67 %). D’autre part, 83 % des Français estiment que l’argent des impôts et des taxes est mal utilisé par les pouvoirs publics (48 % le jugent très mal utilisé), contre 17 % seulement d’avis contraire.

Dans le contexte actuel de mobilisation des gilets jaunes contre la hausse des taxes sur les carburants, ce sondage est révélateur d’une rupture entre l’impôt et la société.
Alors que se passe-t-il ? Une autre étude réalisée par l’Insee a montré cette semaine que si les prélèvements ont grimpé de 4 à 5 % en moyenne entre 2008 et 2016 pour les 10 % des Français les plus aisés, sur cette période les ménages ont perdu en moyenne près de 500 euros de revenu disponible. Cette baisse concerne une grande partie de la classe moyenne (67%) et s’explique par les réformes fiscales et sociales.

Alors ces enquêtes donnent-elles du grain à moudre aux gilets jaunes ? Paie-t-on trop de taxes en France ? A seulement un mois du lancement du prélèvement à la source, quel est le rapport des Français à l’impôt ?

Invités Philippe Dessertine – économiste, Directeur de l’Institut de Haute Finance , Brice Teinturier – directeur Délégué de l’institut de sondages IPSOS, Fanny Guinochet – journaliste en charge des questions économiques et sociales à « L’Opinion », Pierre Madec- économiste à l’OFCE

Le mouvement des Gilets jaunes est formidable parce qu’il touche le peuple de France dans sa totalité et qu’il révèle  l’injustice dont nous sommes tous victimes à des degrés divers. Les Gilets jaunes sont authentiques, courageux et indépendants des partis et d’organisations syndicales et professionnelles qui n’ont aucun respect pour le Bien commun France. De nombreuses femmes participent à ce mouvement avec enthousiasme et ne mâchent pas leurs mots sur les injustices qu’elles subissent, mères, mères célibataires, grand-mères, actives ou retraitées, déjà victimes de discriminations salariales et professionnelles. Et même si de plus en plus d’hommes participent à l vie domestiques elles sont au premier rang pour faire bouillir la marmite et mesurer la baisse du pouvoir d’achat.

Ayant participé à de nombreuses manifestations depuis 1968, je suis en mesure d’affirmer que les provocations organisées ou spontanées ont toujours existé dans le but de décrédibiliser les revendications des manifestants et, plus récemment, de les piller et de piller les commerces à la faveur des désordres que les pilleurs créent à dessein. Ces pillages sont tolérés sur ordre des gouvernants car ils leur permettent de monter les français les uns contre les autres, diviser pour régner, et qu’ils les aident à botter en touche comme le fait Castaner en ce moment : il cause sécurité, menace les dissidents au lieu de laisser la parole au président et aux ministres concernés par les revendications.

Ce jour, alors que les Gilets jaunes manifestent sur les Champs-Elysées, les journalistes présents sur le terrain ne manquent pas de respecter la tradition du dénigrement des luttes mais ils sont contredits par des manifestants, surtout des manifestantes, qui hurlent dans leur micro que tout se passe calmement et que le mouvement est pacifiste et qu’en province, les barrages filtrants laissent passer les véhicules contraints de circuler pour des motifs professionnels ou familiaux. On apprend que les Gilets jaunes manifestent avec joie et humeur, qu’ils font des « chenilles » en chantant et que la plupart des automobilistes les approuvent tandis que d’autres leur apportent boissons et nourriture. Mais cette solidarité populaire et la bonhomie des manifestants ne sont pas assez spectaculaires pour faire la une des rédactions.

Dans mon expérience des manifestations, sur 40 ans, j’ai observé de nombreuses provocations dont voici quelques exemples.

  • Les anarchistes toujours présents en queue de manifestation venus pour contester l’ordre, qu’il soit syndical, politique ou gouvernemental, avec drapeaux rouges et noirs, sortant leurs cagoules pour casser incognito
  • Des professionnels encagoulés, en battle dress, nantis de matraques, allure très sportive cassant tout sur leur passage, en particulier les vitres des banques. Des hommes visiblement entraînés à la violence, sans doute des barbouzes, des nervis, des militaires ou des policiers chargés de semer la panique chez les riverains et les manifestants dans le but de brouiller le message des revendications et/ou de faire la guerre aux organisations qui les gênent.
  • Des décérébrés qui profitent de la marée humaine pour se défouler
  • Depuis les années 2000, des groupes de racailles encapuchonnées issues souvent de banlieues ou de quartiers difficiles fondent comme des oiseaux de proie sur de jeunes manifestants naïfs pour les dépouiller de leur téléphone et de leurs biens, éventuellement de harceler sexuellement les filles. J’ai pu voir de mes yeux la panique que ces groupes suscitaient parmi des manifestants qui défilaient tranquillement. Je n’exclue pas que certaines de ces racailles soient rémunérées par les pouvoirs pour effrayer les contestataires.

On peut compter sur les Gilets jaunes pour continuer le mouvement avec calme, courage et détermination en espérant que le vieux monde des vieux requins et des vieilles ficelles manipulatrices cède au profit d’un véritable nouveau monde, plus juste et respectueux du peuple.

La Connectrice

%d blogueurs aiment cette page :