Flux RSS

Archives de Tag: fiscalité qatar en france

Le Qatar poursuit sa main mise sur Paris en s’appropriant Le Printemps et son histoire

Publié le

Le Parisien publie cette information économique importante dans sa rubrique « mode » de son supplément « La Parisienne » ! Le Qatar est-il désormais l’arbitre de la mode française ?

Mode

Le Printemps reconverti en centre commercial de luxe, 226 emplois menacés

<btn_p>

Le Printemps pourrait se transformer en centre commercial de luxe. ( Thomas Samson )

24.04.2013, 18h55 | Mise à jour : 18h59

Après la Samarataine, c’est un autre grand magasin mythique qui pourrait bien évoluer.  LePrintemps, qui doit être racheté par un groupe d’investisseurs qataris, pourrait devenir un centre commercial de luxe. Les emplacements seraient loués au prix fort à des marques prestigieuse, menaçant ainsi 226 emplois, selon le site Mediapart.
D’après des documents internes que s’est procuré Mediapart, le magasin-amiral du Printemps sur les Grands Boulevards parisiens, «le seul qui intéresse les acheteurs qataris», sera radicalement transformé après le rachat et «n’aura plus grand-chose à voir» avec le grand magasin actuel. 

 

Le futur plan d’action, baptisé «Arthur 3» a servi à vendre le projet de rachat aux qataris et a été signé par les parties le 21 décembre. Toutefois, selon la direction du Printemps, ce plan, sur lequel figure uniquement la mention «projet», n’existe pas. Selon les documents publiés par Mediapart, il «prévoit la suppression totale du rayon enfant, du rayon bain, la division par deux des produits de la maison, des arts de la table, des meubles».

Selon Bernard Demarcq, secrétaire général du syndicat UGICT-CGT du Printemps, contacté par l’AFP, le rayon lingerie devrait également être réduit de moitié. L’objectif est simple: transformer le Printemps en temple du luxe, dédié aux marques haut de gamme, et destiné à attirer la riche clientèle de touristes étrangers. Avec en ligne de mire un doublement du chiffre d’affaires d’ici 2019, et des taux de marges de 38% pour l’horlogerie et de 36,7% pour les chaussures, rien que dans le bâtiment abritant actuellement le Printemps de l’Homme, qui sera entièrement repensé.

Rien que sur cet espace Homme, les acheteurs prévoient de dégager 152 millions de ventes supplémentaires en augmentant la surface de 78%, pour y accueillir les grandes marques internationales comme Vuitton, Hermès, Saint Laurent, Gucci, Dior. Chacune d’entre elles devra louer «à prix d’or» les espaces dont elle souhaite disposer. Les mêmes transformations seront adoptées pour la Beauté et la Maison, avec chaque fois pour objectif de rassembler les marques les plus haut de gamme et exclusives, qui géreront tout par elles-mêmes, y compris les salariés.

D’après les syndicats du Printemps, qui ont reçu copie des documents par Mediapart, «ce sont au moins 226 postes qui seront supprimés, des salariés des marques mais aussi des salariés Printemps dans la centrale d’achat, la logistique, la comptabilité et dans les réserves si la direction met en place ce projet Arthur 3», a dit M. Demarcq.

«Les Qataris ne veulent pas s’embarrasser de salariés et veulent aller vers la concession, c’est-à-dire que toutes les activités seront cédées aux marques de luxe qui, elles, emploient souvent des intérimaires qui ne bénéficient pas de la même protection sociale que celle des salariés Printemps», a-t-il expliqué. «Le Printemps ne sera plus qu’une coquille vide», a conclu M. Demarcq

Pour en savoir plus

La France accueille environ 10 % des investissements du Qatar à l’étranger. Le Qatar est très présent dans les grandes entreprises françaises avec des participations dans Total (3 %), Vinci (7 %), Lagardère (12 %), Veolia Environnement (5 %), LVMH (1 %) ou Vivendi (3 %). Il possède par ailleurs des hôtels de luxe, le club de football Paris-Saint-Germain (PSG) et a investi dans l’achat de droits télévisés et le marché de l’art.

VIOLENTES CRITIQUES EN FRANCE

Ces prises de participation tous azimuts ont suscité de violentes critiques en France, deuxième récipiendaire des investissements du Qatar, derrière leRoyaume-Uni (27 %). Une annonce avait également suscité une forte polémique en pleine campagne pour la présidentielle. Le richissime émirat gazier avait évoqué fin 2011 un projet de fonds pour les banlieues françaises doté de 50 millions d’euros, à la suite d’une visite au Qatar d’élus de quartiers en difficulté. Le nouveau gouvernement de gauche a finalement donné son accord, à condition d’y être associé.

Nicole Bricq a indiqué avoir proposé à ses interlocuteurs au Qatar de « constituer un fonds qui nous permette de financer ensemble des opérations à l’export ». Fin novembre, la Caisse des dépôts, groupe public français, et Qatar Holding LLC, émanation du fonds souverain Qatar Investment Authority (QIA), avaient annoncé la création d’un fonds de 300 millions d’euros qui investira dans des PME françaises.

La ministre a souligné être venue au Qatar avec des entreprises françaises intéressées par les perspectives qu’offrent la tenue dans ce pays d’événements sportifs dont la Coupe du monde de football en 2022 et le championnat mondial de handball en 2015. « Avec les entreprises qui m’accompagnent, nous avons présenté tout le savoir-faire de l’offre française en la matière », a-t-elle dit, soulignant que les autorités du Qatar souhaitent des projets de construction « le moins polluants possible ».

Bourse de Paris : Les investissements du Qatar en France

20/02/2013| 19:29
Le fonds immobilier Rreef, appartenant à Deutsche Bank, est entré en négociations exclusives avec le groupe financier italien Borletti associé à des investisseurs du Qatar pour leur céder ses 70% dans le groupe français Le Printemps, ont annoncé conjointement mercredi Rreef et Borletti. (voir )

Voici la liste des principaux investissements connus du Qatar en France, qui entrent dans le cadre d’une stratégie européenne de l’émirat :

MÉDIAS

LAGARDERE – Qatar Holding, une des branches d’investissement du fonds souverain Qatar Investment Autority (QIA), détient 12,83% du capital du groupe de médias, selon des données Thomson Reuters.

QIA avait dit en mars 2012 se réserver la possibilité d’augmenter encore sa participation dans Lagardère – groupe qui détient 7,5% d’EADS – sans en prendre le contrôle et envisager de demander à siéger au conseil de surveillance.

VIVENDI – Qatar Holding détient 1,67% du capital du groupe de télécoms, maison mère de l’opérateur téléphonique mobile SFR, selon des données Thomson Reuters.

INDUSTRIE

VINCI – Le Qatar possède environ 5,5% du capital, ce qui en fait le deuxième actionnaire du numéro un mondial du BTP et des concessions derrière les salariés.

VEOLIA ENVIRONNEMENT – L’émirat détient 4,7% du capital, ce qui en fait l’un des cinq premiers investisseurs du groupe de services aux collectivités.

TOTAL – Le PDG du groupe pétrolier Christophe de Margerie a annoncé en avril 2012 que le Qatar avait augmenté sa participation à 3%.

LUXE

LVMH – Le Qatar est devenu actionnaire du groupe en 2011 en acquérant 1% du capital, selon le document de référence du numéro un mondial du luxe pour l’exercice 2011.

LE TANNEUR – Qatar Luxury Group contrôle le maroquinier.

SPORTS

TV – Le groupe de télévision Al Djazira, détenu par le Qatar, a lancé début juin les chaînes beIN Sport 1 et beIN Sport 2 après s’être vu attribuer en février une partie des droits de la Ligue 1 de football pour la période 2012-2016.

FOOT – Qatar Sports Investments a racheté la participation de 30% qu’il restait à Colony Capital dans le Paris Saint-Germain, concluant ainsi sa prise de contrôle du club de football.

HANDBALL – En juin, le fonds a aussi racheté le club Paris Handball.

IMMOBILIER

A Paris, l’émirat, via le gestionnaire de portefeuille hôtelier de luxe Katara Hospitality, possède l’hôtel Royal Monceau ainsi que l’hôtel Péninsula dont l’ouverture est attendue en 2014.

Sur les Champs-Elysées, le Qatar possède l’immeuble du Virgin Megastore et l’ancien siège de HSBC France.

La banque centrale du Qatar est également propriétaire de la galerie commerciale Elysées 26, un immeuble de bureaux et de logements également situé sur les Champs-Elysées.

Le Qatar est actionnaire minoritaire de la Société Fermière du Casino Municipal de Cannes, qui exploite le Gray d’Albion et le Majestic. (Blandine Hénault, avec le Service Economique France, édité par Dominique Rodriguez)

Des relations privilégiées

 La France et le Qatar entretiennent des relations privilégiées depuis les années 70. Le pays devient indépendant en 1971 et dès 1974, l’émir se rend en voyage dans le Sud de la France, où il achète une villa. Encore aujourd’hui les émirs qataris viendraient passer leurs étés en France. Ils connaissent et fréquentent les hommes politiques français, et les grands groupes industriels. Cette monarchie absolue dont les richesses proviennent quasi exclusivement de l’exploitation d’hydrocarbures investit à l’international. Elle aurait investi 250 milliards de dollars dans une quarantaine de pays dans le monde. Mais la France reste un pays privilégié, ne serait-ce que pour les sommes en jeu.Reuters

1,6 milliard d’euros pour le Printemps

 Un fonds d’investissement du Qatar devrait racheter le Printemps, pour une valeur d’1,6 milliard d’euros. Ce fonds qatari devrait ainsi acquérir les avoirs de la Deutsche Bank, qui voulait céder ses 70% du Printemps, et de la société italienne Borletti, qui détient les 30% restants. Il était prévu que le groupe Borletti rachète les parts de la Deutsche Bank. Le fonds du Qatar quant à lui devrait acquérir l’intégralité du groupe Borletti, et donc devenir propriétaire à 100% du Printemps. Le montant de cession du Printemps s’élèverait au total à 1,6 milliard d’euros. Le Printemps dispose de seize magasins en France, ainsi que des enseignes Citadium et Made in Sport.Reuters

6 milliards d’euros dans les grandes entreprises

 Le Qatar possède des parts dans de nombreuses entreprises françaises, qui atteindraient au total la valeur de six milliards d’euros au minimum. L’émirat du Moyen-Orient possèderait des parts dans les groupes Total (4%), Vinci (5%), EADS (6%), Lagardère (12%), Veolia Environnement (5%), LVMH (1%) et Vivendi (3%). Soit des investissements dans les secteurs de l’énergie, de la défense, et des médias entre autres. Reuters

150 millions d’euros dans les banlieues

 Le Qatar avait déclaré fin 2011 la volonté d’investir dans les banlieues de France, à hauteur de 50 millions d’euros. Cette annonce avait suscité une polémique lors de la campagne présidentielle. Le gouvernement actuel a finalement donné son feu vert, à condition d’y être associé. Ce projet sera donc soutenu par le fonds d’investissement Qatar Investment Authority, le fonds souverain du Qatar, à hauteur de 100 à 150 millions d’euros, et l’autre moitié sera assurée par la Caisse des dépôts, groupe français public. Des partenaires privés pourraient également s’y associer.Reuters

Paris-Saint-Germain, 253 millions d’euros de transfert

 Le Qatar contrôle le club du Paris-Saint-Germain depuis la fin juin 2011 et a déjà investi 253 millions d’euros dans les transferts. Le club a ainsi pu s’octroyer des grands noms du foot comme Zlatan Ibrahimovic ou encore David Beckham. Et le PSG a revu à la hausse ses objectifs. Le club a affiché son ambition de remporter la Ligue des champions à l’horizon 2015. Le Paris-Saint-Germain est déjà arrivé jusqu’aux quarts de finale de cette compétition cette saison, un niveau qu’il n’avait pas atteint depuis dix-huit ans.Reuters

500 millions d’euros pour un immeuble sur les Champs-Elysées

 Ce serait la troisième transaction la plus importante en immobilier d’entreprise depuis dix ans. Le fonds d’investissement Qatar Investment Authority (QIA) a acheté en juin dernier à Groupama l’immeuble de 27.000 m² situé au 52-60 avenue des Champs-Elysées à Paris, qui abrite les magasins Virgin et Monoprix. Une dizaine de fonds d’investissements étaient en concurrence pour acquérir l’immeuble. Le Qatar détient déjà 35.000 m² sur les Champs-Elysées, dont la galerie commerciale Elysée 26. Reuters

Immobilier de grand luxe à Paris

 Le fonds d’investissement Qatar Investment Authority (QIA) possède plusieurs biens immobiliers de premier choix à Paris. Il détient entre autres le prestigieux hôtel Royal Monceau-Raffles et le Centre de conférences internationales de l’avenue Kléber à Paris, qui sera aménagé en hôtel et ouvrira fin 2013. La Qatar a également racheté l’Hôtel du Louvre et le Concorde Lafayette à Paris en début d’année. L’émirat détenait déjà l’hôtel Evreux, situé sur la place Vendôme à Paris et estimé à 230 millions d’euros, ainsi qu’une maison de 4.000 m² à Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine). Enfin, le frère de l’émir du Qatar possède l’un des plus beaux hôtels particuliers de Paris, l’hôtel Lambert situé sur l’île Saint-Louis, au plein centre de la capitale. Cet engouement des Qataris pour l’immobilier s’explique par un statut fiscal avantageux pour l’émirat voté en 2008.Reuters

Hôtels de luxe dans le Sud

 En février le Qatar a racheté à la société américaine Starwood Capital le palace Le Martinez à Cannes, et le Palais de la Méditerranée, à Nice. Le rachat impliquait également les palaces parisiens Concorde-Lafayette et l’Hôtel du Louvre. Au total la transaction aurait porté sur 1.700 chambres et pourrait atteindre 700 à 800 millions d’euros. Un investisseur qatari avait déjà acquis Le Carlton, mythique palace de Cannes en janvier 2012. D’autre part les fonds qataris détiennent la Société fermière des casinos de Cannes, qui comprend deux casinos, ainsi que les hôtels Majestic et Gray d’Albion.Reuters

Prix de l’Arc de Triomphe

 Le Qatar sponsorise depuis 2008 le prix de l’Arc de Triomphe, le championnat du monde des purs-sangs qui se déroule en octobre à Longchamp. Le Qatar s’est engagé jusqu’en 2022. La course rassemble les meilleurs cracks, surtout depuis que l’émirat fait monter les dotations. Celles-ci atteindront 4,8 millions d’euros en 2013. C’est plus de deux fois plus qu’en 2007, quand le prix était sponsorisé par le groupe de casinos Lucien Barrière.Reuters

240 millions d’euros pour des matchs de Ligue 1

 La chaîne qatarie Al-Jazeera Sport aurait versé 240 millions d’euros à la Ligue de football professionnel pour diffuser huit matchs par journée de Ligue 1 jusqu’en 2016. L’engagement porte sur la période entre 2012 et 2016, et s’élève donc à environ 60 millions d’euros par saison, selonL’Equipe. En parallèle, Al-Jazeera aurait obtenu de l’Union européenne des associations de football (UEFA) le droit de diffuser 133 rencontres par saison de la Ligue des Champions, contre la somme de 61 millions d’euros par an. Reuters

Des mosquées?

 Les investissements massifs de cette monarchie absolue entraîneraient la peur de certains citoyens. Certains craindraient que le Qatar investisse dans des mosquées. ‘Le gouvernement qatari n’a jamais investi dans des mosquées, sauf dans la Grande Mosquée de Paris, mais à la demande du gouvernement français, à hauteur de deux millions d’euros’. C’est ce qu’avait déclaré l’ambassadeur du Qatar fin 2012. Autre forme de méfiance, certains spécialistes auraient mis au jour des liens entre le Qatar et des organisations terroristes au Mali. Des liens qui n’ont jamais été certifiés. L’émirat assume cependant entretenir un dialogue avec le Hamas, parti au pouvoir en Palestine et considéré comme terroriste par de nombreux Etats.Reuters

L’investissement du Qatar dans nos banlieues

Des débats sans langue de bois – Zemmour et Naulleau

Football, télévision, palaces, les nombreux investissements du Qatar en France font polémique. En septembre 2012, le gouvernement a notamment approuvé la création d’un fonds, financé par l’émirat à hauteur de 50 millions d’euros, pour subventionner des projets de PME dans les banlieues. Aussitôt, Julien Dray, vice-président de la région Ile-de-France, a demandé la mise en place d’une commission d’enquête pour lever tout soupçon d’investissements autres qu’économiques. Le député socialiste s’interroge en effet lorsqu’il apprend que ce fonds serait en réalité destiné au tissu associatif. Il craint des intentions cachées, plus particulièrement du prosélytisme religieux, de la part du Qatar. Sa requête n’a pour le moment pas encore trouvé écho. Jean-Christophe Lagarde tente d’apporter la lumière sur le sujet. Le vice-président du groupe d’amitié France-Qatar à l’Assemblée nationale, qui ne rejette pas l’idée de la création d’une commission d’enquête, se veut rassurant. Il explique l’intérêt que portent les Qataris à la France par une alliance stratégique au vu des risques de conflits avec l’Iran. En outre, il réfute formellement les affirmations de Julien Dray selon lesquelles le fonds qatari pour les banlieues serait destiné au tissu associatif. Selon lui, les Qataris, qui « ne sont pas des philanthropes », attendent là un retour sur investissement. Retrouvez Zemmour & Naulleau sur Paris Première.5

Videos, séries et émissions sur Paris-premiere.fr : L’investissement du Qatar dans nos banlieues – Paris Première http://www.paris-premiere.fr/emission-zemmour_et_naulleau/videos/11274014-l_investissement_du_qatar_dans_nos_banlieues.html#ixzz2RPKMAHQK

PSG contre Barça, ou Qatar Sports Investment (QSI) contreQatar Foundation ? Le petit émirat du golfe persique sera partout mardi soir au Parc des Princes, dans la tribune officielle, sur le maillot catalan ou sur les panneaux publicitaires autour de la pelouse.C’est via QSI, un fonds souverain, que le Qatar est devenu propriétaire à l’été 2011 du club parisien. L’investissement était alors plutôt « modeste », le PSG étant valorisé autour de 100 millions d’euros. Depuis, QSI en a dépensé plus du double pour attirer des vedettes du calibre d’Ibrahimovic (20 millions d’euros), Thiago Silva (45), Pastore (42), Lucas (40) ou Lavezzi (26).

Encore 600 millions d’euros à venir pour le PSG

A cet investissement direct s’est ajouté depuis cette saison le soutien financier d’un autre organisme qatarien, la Qatar Tourism Authority (QTA). Le PSG a conclu avec l’équivalent du ministère du tourisme qatari un très lucratif contrat, qui doit notamment lui permettre de rentrer dans les clous du fair play financier.

Très inhabituel dans le monde du football – et déjà contesté par plusieurs dirigeants de clubs, notamment ceux du Bayern Munich -, cet accord, qui doit rapporter au PSG quelque 600 millions d’euros sur quatre ans, est lié à la bonne image de l’émirat véhiculée par le club de la capitale.

« Ce contrat est un symbole fort : le Qatar tire beaucoup de bénéfices de ses investissements dans le PSG. Et ses investissements vont se poursuivre », avait expliqué en janvier le président du club, Nasser Al Khelaifi. En outre, la Banque nationale du Qatar (QNB), déjà partenaire du PSG, apparaît sur les panneaux publicitaires du Parc des Princes.

La Fondation du Qatar donne 171 millions d’euros au Barça

La relation entre le Qatar et Barcelone est plus classique mais également rémunératrice.
Depuis décembre 2010, c’est la Fondation du Qatar, un organisme censé développer des projets humanitaires dans l’émirat, qui est le principal sponsor maillot du club catalan en échange de 171 millions d’euros sur cinq ans et demi. 

En dépit des débats enfiévrés que l’apparition de ce sponsor avait suscité à l’époque – Johan Cruyff, ancien joueur et entraîneur mythique du club avait notamment affirmé que cette pub reléguant l’Unicef au dos du maillot « salissait » les couleursblaugrana – l’accord avait été validé à une écrasante majorité par les socios.

Le Qatar grand gagnant de ce PSG-Barça

La saison prochaine, la Fondation du Qatar laissera sa place à la marque Qatar Airways, selon une clause du contrat permettant aux deux parties de changer la marque figurant sur le maillot.
La compagnie aérienne de l’émirat deviendra ainsi le premier sponsor commercial à apparaître sur le maillot catalan, qui était resté vierge de toute publicité jusqu’à l’apparition du logo de l’Unicef en 2006.

Le PSG et le Barça sont donc largement liés économiquement, via les investissements qataris. Pas de quoi pour autant se faire des cadeaux sur le terrain mardi soir. Mais à l’issue de ce quart de finale de Ligue des champions, il y aura un autre gagnant : le Qatar.

En plein débat sur la transparence financière et la dénonciation des paradis fiscaux, un pays théoriquement insoupçonnable sur cette question joue aussi de sa loi fiscale pour arranger certains investisseurs. Ce paradis fiscal c’est… la France au profit des investissements qataris.

Paris a en effet signé une convention fiscale avec le Qatar. Cette convention, qui datait de 1990, a été révisée en 1998 par Nicolas Sarkozy et l’émir du Qatar. Les conventions fiscales entre Etats sont légions, afin en général de gérer la question des doubles impositions, mais celle avec le Qatar apparaît comme très favorable aux investisseurs venus de l’émirat.

C’est lors d’un déplacement à Doha, le 14 janvier 2008, qu’a été signé cet avenant dont le but était d’«améliorer l’attractivité de la France pour les investisseurs qataris, notamment dans le secteur immobilier». Un texte ensuite aprouvé par L’Assemblée nationale.

Que propose cette convention ? 
Elle exonère d’impôt les plus-values immobilières et les gains en capital réalisés par le Qatar ou ses «entités publiques» ─ y compris, donc, la famille de l’émir, le Sheikh Hamad bin Khalifa al-Thani ─ sur des biens détenus en France. «Seul le Koweït bénéficie d’une clause similaire», selon Le Monde.

«Alors que le Qatar, même s’il ne figure pas dans la liste des paradis fiscaux non-coopératifs en France, n’impose tout simplement pas les revenus des personnes physiques. Munis de la convention fiscale, qui leur assure un traitement adouci, les businessmen qataris n’hésitent plus a s’installer en France pour y investir les milliards de dollars de leur rente gazière», s’étonnaitMarianne en 2011.

La convention permet aussi aux Qataris installés en France de ne pas payer l’ISF sur «les biens situés hors de France pour une période de cinq ans après qu’il est devenu résident français».

 

Une «OPA sur l’Islam sunnite» ?
Qui croire entre le Premier ministre du Qatar, cheikh Hamed Ben Jassem Al-Thani, qui affirmait «le Qatar n’a pas de grande ambition politique» et Samir Amghar, chercheur à l’EHESS, selon qui «le Qatar connaît actuellement une croissance à deux chiffres. Et de cette croissance économique, le pays espère bien en retirer des dividendes politiques». Ou encore David Rigoulet-Roze, chercheur rattaché à l’IFAS, l’institut français d’analyse stratégique, qui estime l’émirat tente «de faire une OPA sur l’Islam sunnite».

Le Qatar a aidé l’Egypte a maintenir ses réserves de change. Une aide que certains ont vu comme un soutien au pouvoir des frères musulmans, symbolisé par le président Morsi.

Qatar gaza23 octobre 2012 : visite historique à Gaza du Sheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani (à droite) avec sa femme Sheikha Mozah bint Nasser Al-Missned (à gauche) et le Premier ministre du Hamas Haniyeh (au centre). © Hatem Moussa / POOL / AFP

Autre geste politico-financier, l’émir du Qatar a effectué en octobre 2012 une visite historique à Gaza, la première d’un chef d’Etat depuis que le Hamas a pris le contrôle de ce territoire palestinien en 2007. A la clef de ce déplacement, le Qatar a fait parvenir des matériaux de construction via l’Egypte et a promis d’augmenter son aide à l’enclave palestinienne.

Syrie, Libye : une diplomatie active 
Certes, on ne prête qu’aux riches, mais on voit la main du Qatar dans tous les événements du monde arabe ou musulman. Que ce soit le conflit israélo-palestinien, les révolutions libyenne ou syrienne, ou même la situation dans le Sahel en général et au Mali en particulier.

L’armée qatarie est officiellement intervenue en Libye. Quatre de ses avions sont intervenus dans la guerre contre le régime de Khadafi. «Le Qatar est probablement le grand vainqueur de l’intervention occidentale. Du soft power grâce à la chaîne Al-Jazeera au hard power par l’envoi des Forces spéciales», notait d’ailleurs Slate Afrique.

Qatar france gbSeptembre 2011 : conférence des «amis de la Libye» avec, de gauche à droite, Nicolas Sarkozy, David Cameron et l’émir du Qatar. © AFP/ PATRICK KOVARIK

Dans la guerre civile en Syrie, Doha n’a pas hésité à critiquer la position de l’Europe. «Nous sommes pour un soutien total à l’opposition afin d’en finir avec la crise syrienne», titre le journal Al Arab du Qatar, qui cite le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères. Celui-ci, dans un entretien accordé à la chaîne qatarie Al-Jazeera, a critiqué la décision de l’Union européenne le 18 février 2013 de maintenir l’embargo sur les armes en direction de la Syrie.

Plus proche de nous, certains voient la main de l’émirat gazier dans l’action des djihadistes. Le journal algérien El-Watan souligne : «il est établi que dans cette région du Mali (le nord), devenue un immense sanctuaire du terrorisme, l’émirat du Qatar distribue généreusement de gros sous via son Croissant-Rouge. Cette ONG qatarie aurait effectué de nombreuses missions à Gao».

Alain Chouet, ex-chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE, affirmait d’ailleurs dans Marianne : «Nous n’avons pas de preuves d’un soutien financier du Qatar à ces différents groupes et vous n’en trouverez pas mais tout le monde en est à peu près convaincu».

«Je pense que le dialogue politique est important et nécessaire. Je ne pense pas que la force réglera le problème», a d’ailleurs affirmé Doha en réaction à l’engagement de la France, rappelle Jeune Afrique.

Le Qatar accroît ses investissements en France

Publié le

Le Qatar, une chance pour la France ou des investissements empoisonnés ?

A part les médias et la presse économiques, les autres médias parlent peu de la marche lente et sûre du Qatar sur la France à travers ses investissements dont les plus récents seraient les fleurons encore français de l’hôtellerie de luxe et de nos casinos. Il ne s’agit pour l’instant que d’un nouveau projet mis à l’ordre du jour du 28 juin de la réunion d’entreprise du groupe Starwood.

Si les investissements du Qatar dans l’industrie du luxe et dans notre patrimoine de prestige sont bien connus, l’entrée du Qatar dans Total et EADS -notre armement- fait couler moins d’encre et de salive.

Autant nos politiques et nos intellectuels montent au créneau lorsqu’il s’agit de dénoncer l’impérialisme américain, ils se font beaucoup plus discrets face à l’islamisation de la France et l’impérialisme musulman. Sans doute trouvent-ils exotique la perspective de voir des minarets rivaliser avec les clochers de nos églises, la burqa défier la mini jupe, la polygamie triompher de la monogamie, le rythme des entreprises se calquer sur celui des 5 prières quotidiennes, les mâles retrouver leur place ébranlée par les féministes et la charia remplacer nos lois héritées de la Révolution de 1789.

L’émirat va acquérir auprès de la société de capital-investissement américaine l’Hôtel du Louvre et le Concorde Lafayette à Paris, le Martinez à Cannes, le Palais de la Méditerranée à Nice. Il ferait appel à l’Américain Hyatt Hotels comme exploitant

.http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/actu/0202134485171-le-qatar-reprendrait-l-hotellerie-de-prestige-de-starwood-capital-336836.php?xtor=AL-4003-%5BChoix_de_la_redaction%5D-%5BLe%20Qatar%20reprendrait%20l’h%C3%B4tellerie%20de%20prestige%20de%20Starwood%20Capital%5D

De son côté, Claude Levy du syndicat CGT des hôtels de prestige et économiques a confirmé à l’AFP la cession des quatre hôtels et de préciser qu’un comité central d’entreprise de Groupe du Louvre se tiendra le 28 juin avec pour ordre du jour leur vente…Si son engagement dans le football, avec le PSG, et la télévision payante sportive, avec ses deux nouvelles chaînes BeIN Sport, a été particulièrement médiatique, le Qatar apparaît surtout comme un grand investisseur dans l’hôtellerie de luxe, et pas seulement à Paris. Dans la capitale, l’émirat détient ainsi le Royal Monceau, situé non loin de l’Arc de Triomphe. Cet établissement a été acquis courant 2007 par Barwa Real Estate pour un montant de l’ordre de 250 millions d’euros, auquel s’est ajouté le montant de sa rénovation lourde -pilotée par Philippe Stark -, soit 70 à 80 millions d’euros, dont le nouvel exploitant, la chaîne de Singapour Raffles, a, pour sa part, assuré 10 à 15% du financement. Au début de l’année, le Royal Monceau Raffles Paris est passé dans le giron de Katara Hospitality dont la mission est de développer la position du Qatar dans l’hôtellerie en tant que propriétaire mais aussi opérateur…

En 2007, le Qatar avait également repris, à prix d’or, auprès de l’Etat français, l’ancien centre de conférences internationales de l’avenue Kléber pour le convertir en palace. Acheté pour 404 millions d’euros par Barwa Real Estate, le bâtiment avait été rétrocédé dans la foulée pour 456 millions à son actionnaire de référence, Qatari Diar. L’hôtel de luxe, qui sera exploité sous l’enseigne asiatique Peninsula, devrait ouvrir en 2013, le chantier, plus complexe qu’escompté, étant plus long que prévu. L’opération est estimée à au moins 1 million d’euros la chambre, soit au moins 210 millions.

Par ailleurs, dans le cadre de sa stratégie patrimoniale de long terme, le Qatar était entré, à la fin 2008, dans le capital de la Société Fermière du Casino Municipal de Cannes (SFCMC) via Qatari Diar à hauteur de 22,7%, montant par la suite à 23,34%. La SFCM, contrôlée par la famille Desseigne-Barrière, exploite les deux casinos cannois Le Croisette et Les Princes, et les deux hôtels de luxe Gray d’Albion et Majestic Barrière.

Il y a un peu plus d’un mois, le président de Katara Hospitality n’avait, il est vrai, pas caché que « compte tenu de la récession en Europe et les très bas prix des actifs » il voyait « d’énormes opportunités d’acquisition en Europe et aux Etats-Unis ».

Car le Qatar est présent en France dans bien des secteurs. Dans l’immobilier et l’hôtellerie de luxe d’abord avec notamment l’acquisition du centre de conférences internationales et du palace Royal Monceau à Paris, ou encore du Carlton de Cannes.

 
Le Qatar est présent aussi dans l’industrie et le bâtiment : participation de 5,6% au sein de BTP Vinci, de 5% au sein de Veolia, de 10,1% au sein de Lagardère. C’est sans doute cette dernière participation qui constitue le point fort de l’ancrage hexagonal de l’émirat : outre qu’elle lui a permis de devenir le premier actionnaire du groupe, devant Arnaud Lagardère, elle lui offre un ticket d’entrée au sein d’EADS, le géant européen de l’aéronautique et de la défense.  http://www.rfi.fr/moyen-orient/20120314-investissements-tres-francophiles-qatar

De leur côté, les associations qui se réjouissaient à l’annonce d’un manne qatari de 50 millions en banlieue n’a toujours rien vu venir et s’inquiète de l’attribution à l’Etat français de cette somme au profit des PME.

Une pétition, destinée à François Hollande, sera lancée mardi pour défendre le projet de fonds d’investissement qatari en banlieue et empêcher son « hold-up » par le gouvernement, a annoncé samedi l’Association nationale des élus locaux de la diversité (Aneld).

Ce fonds de 50 millions d’euros destiné aux entrepreneurs de banlieue, avait été annoncé fin 2011 par l’ambassadeur de l’émirat à Paris, Mohamed Jahan Al-Kuwari.http://www.boursorama.com/actualites/petition-contre-le-hold-up-par-le-gouvernement-du-fonds-banlieue-du-qatar-1600f526e2412cd955c140306f87dad2

Pour en savoir plus

  • Le Qatar investit le musée du Louvre

https://laconnectrice.wordpress.com/2012/04/09/le-voile-islamique-est-tombe-sur-le-louvre-un-chantier-qui-progresse-dans-le-silence-des-medias/

https://laconnectrice.wordpress.com/2012/01/06/apres-le-psg-le-qatar-achete-le-louvre/

http://ripostelaique.com/lislam-au-louvre-une-violation-de-la-loi-de-1905.html

  • Le Qatar veut imposer l’islam à la France

http://ripostelaique.com/le-journal-des-resistants-ils-veulent-nous-imposer-une-nouvelle-civilisation-lislam.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ripostelaique%2FznSM+%28Riposte+Laique%29

https://laconnectrice.wordpress.com/2011/06/27/religion-et-economie-imperialisme-arabo-musulman/

http://ripostelaique.com/lemir-du-qatar-distribue-des-enveloppes-aux-mairies-pour-nous-acheter.html

https://laconnectrice.wordpress.com/2012/01/06/la-mode-qatari-arrive-en-france/Voici ce qui nous attend avec les investissements qataris dans toutes les sphères de notre économie et de notre culture.

Le Qatar autorise la pôlygamie. Officiellement elle est en baisse mais les Qataris qui s’expriment sur Internet estiment que c’est une bonne solution pour éviter que les femmes Qatari ne deviennent des “vieilles filles” (spinster)

La polygamie ne serait plus que de 4% au Qatar parce que les hommes se marient ailleurs dans d’autres pays du Golfe, au Maroc ou en Europe.

Toujours officiellement, les femmes ont les mêmes droits que les hommes mais les étrangères qui ont choisi d’épouser un Qatari n’obtiennent pas la nationalité qatari pour elles mêmes et leurs enfants, même en cas de veuvage.

Le footballeur franco-algérien Nadir Belhadj s’est marié en juin au Qatar alors qu’il était déjà marié en France. Sa première épouse a porté plainte.

En principe, les femmes qatari n’ont pas le droit de fréquenter les mêmes lieux que les hommes et doivent demander à leur père ou leur époux l’autorisation de sortir et, a fortiori, de voyager.

Par ailleurs, l’homosexualité est illégale au Qatar.

  • La France se met à genou devant le Qatar

http://www.toutsurlesimpots.com/convention-fiscale-france-qatar.html

https://laconnectrice.wordpress.com/2011/06/12/le-qatar-meilleur-ami-de-la-france-les-francais-aboient-le-viol-passe/

  • Le Qatar antisémite

https://laconnectrice.wordpress.com/2012/02/26/le-qatar-appelle-au-djihad-contre-les-juifs/

Après le PSG, le Qatar achète le Louvre

Publié le

Le Qatar, avec ses airs propre sur lui est indiscutablement le fer de lance de l’impérialisme musulman en France avec l’accueil plus que bienveillant de nos dirigeants et de tous les politiques confondus. Le Qatar ne dispense pas ses pétrodollars sans contrepartie et son soutien aux extrémistes musulmans dans les révolutions arabes prouve, s’il en était besoin, que ses arrières pensées sont djihadistes  http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20111227.OBS7586/qatar-les-liaisons-dangereuses.html

Nos dirigeants font semblant d’oublier que les pétro dollars en général et l’argent qatari en particulier n’ont pas que l’odeur de la charia et de la takkya, ils en ont aussi le goût, l’impact et les conséquences.

Nouveau au 14/06/2012

La dictature Qatari exploite scandaleusement les ouvriers qui préparent le mondial de foot 2022 http://www.marianne2.fr/Qatar-la-face-cachee-de-la-Coupe-du-Monde-2022_a219633.html La France a-t-elle vraiment envie de fréquenter ces esclavagistes ?

Nouveau au 3/03/2012

J’avais loupé cet article intéressant sur l’enjeu de l’Art islamique http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/08/curieuse-alliance-entre-integristes-et-marchands-d-art-islamique_1615094_3232.html

Nouveau au 24/01/2012

Les Arts de l’Islam au Louvre, c’est une infraction à la loi de 1905. Pourquoi pas une section arts du christianisme, arts du judaïsme, art du bouddhisme, etc. ? http://ripostelaique.com/lislam-au-louvre-une-violation-de-la-loi-de-1905.html

Imaginez le tollé si on avait créé une section « Arts du Judaïsme » au sein du musée du Louvre comme on le fait pour l’Islam.

Je rappelle d’ailleurs que c’était le projet d’Emile Guimet, quand il a créé son musée (Musée Guimet près du Trocadéro, aujourd’hui nommé musée des arts asiatiques), d’ouvrir un panthéon pour faire connaitre les religions du monde aux Français ….

…’un musée consacré aux religions du monde entier que Jules Ferry, alors Ministre de l’Instruction publique, inaugure en 1879. Mais dès 1882, il décide de transférer son musée à Paris pour être plus proche des principales institutions avantes. Un projet de loi est déposé en 1885 par lequel Emile Guimet s’engage « A céder et transporter à l’État la propriété pleine et entière de ses collections ; A faire construire à
Paris, à ses frais, risques et périls, sur un terrain cédé à cet effet par la ville de Paris, un immeuble plus important que celui de Lyon ».

La Connectrice souligne : L’émir du Qatar et ses amis musulmans, s’ils étaient de véritables mécènes pourraient, à l’image d’Emile Guimet, créer leur propre musée au lieu de faire le coucou dans notre musée national.

..En novembre 1889, au moment où se déroulaient à Paris les cérémonies marquant la fin de l’exposition universelle qui venait de doter notre capitale de la tour Eiffel, le Président Sadi Carnot inaugurait le musée Guimet de Paris. Dans ce musée consacré à tous les dieux de l’Inde, de la Chine, du Japon, de l’Égypte, de la Grèce et du monde romain, les présentations sont alors organisées uniquement selon des critères d’iconographie religieuse. On 

cite souvent une phrase célèbre d’Emile Guimet déclarant qu’il veut que son musée soit « un laboratoire d’idées » et non pas un musée des beaux-arts et sans doute encore moins une de ces collections de curiosités exotiques fort en vogue à une époque marquée par la mode des chinoiseries ou des « japoniaiseries ». Dans ce musée qui doit être un véritable centre de recherches et de réflexions sur les religions et les civilisations du monde…, http://www.guimet.fr/IMG/pdf/DP_Guimet_complet_maj.pdfl

Nouveau au 16/01/2012 : articles informatifs et complémentaires de celui-ci

http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/organe.asp?id_organe=/13/tribun/xml/xml/organes/393333.xml

Qu’est-ce qui va arrêter l’impérialisme économique et culturel du Qatar et de l’Islam ?

Notre Louvre, le plus grand, le plus beau et le plus populaire musée du monde se vendrait au Qatar pour 10 M€http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/frequentation-le-louvre-plus-que-jamais-n-1-mondial-02-01-2012-1793376.php

On apprend que le Qatar, non content de donner des coups au ballon souhaite courir au Louvre, peut-être à cheval comme le faisait Henri IV dans les grandes galeries….http://www.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/le-louvre-aussi-drague-le-qatar-05-01-2012-1797315.php

Cette information a été très discrètement rapportée par le Parisien et n’a pas pour l’instant été relayée par d’autres médias. Dans le Parisien d’hier, jeudi 5 janvier on pouvait lire en première page « Les arts de l’Islam arrivent au Louvre ». Puis en page 30, le titre de l’article était beaucoup plus offensif « Le Louvre aussi drague le Qatar ». On apprend que courant 2012 un huitième département va naître au Louvre sous une immense verrière. « Un projet qui dépasse le cadre de l’art : il s’agit de montrer « la face lumineuse » d’une civilisation, assène le patron du Louvre…Sophie Makariou directrice de ce nouveau département, a soutenu hier qu’il fallait « assumer ce terme » d’art islamique. « Il ne faut pas laisser le mot Islam à ceux qui le salissent » …Tout est dit, le projet est bien politique, il s’agit de réhabiliter l’islam…

Le projet est évalué à un coût total de 98,5 M€. l’état français en assume 31M€. 17M€ seraient versés par la fondation Alwaleed bin Talal basée en Arabie saoudite et au Liban. Le Maroc, l’Azerbaidjan, le Koweit et le sultanat d’Oman contribueraient pour 26M€. On compte sur le Qatar pour apporter les 10M€ manquants. Espérons que ces contributions ne sont pas que des promesses et qu’elles seront réellement versées. Souvenons nous de la trahison des pays arabes vis à vis de l’IMA  A l’ origine, l’ IMA a été conçu pour fonctionner avec un financement à 60% français et à 40% arabes . Or, les 22 États de la Ligue arabe ont cessé de verser leur quote-part depuis belle lurette. En 2006, 34 millions d’ euros de contributions des États fondateurs – dont 13,9 millions pour l’Irak et 12,5 millions pour la Libye -, n’avaient toujours pas été honorés. La France ne dispose même pas d’un siège au conseil d’ administration, alors qu’elle a versé au total 104 millions d’ euros en 10 ans et qu’elle verse 12,6 millions par an à compter de 2008. Le contribuable français aboie et la caravane passe …http://observatoire-des-subventions.impots-economie.com/126-millions-par-an-pour-l-institut-du-monde-arabe/

Qui supplée au non respect des engagements des pays arabes ? le contribuable français, c’est à dire ceux qui paient des impôts, en majorité les classes moyennes qu’on pressure de toutes parts et dont le pouvoir d’achat diminue dramatiquement, celles auxquelles on demande toujours plus de sacrifices et auxquelles on ose parler d’économies nécessaires sur le service public.

On se demande à quoi servent les millions que le contribuable a déboursés à l’insu de son plein  gré pour financer l’Institut du Monde arabe et L’institut des cultures de l’Islam, le fameux ICI qui devrait voir le jour en 2012 dans le XVIIIème, un projet pharaonique porté par Delanoë. La culture de l’Islam n’aurait-elle pas plus d’espaces valables que son culte qui réclame chaque jour davantage de mosquées ?

L’islam étant très divisé un comprend que nos édiles choisissent chacun son cheval. Le Qatar c’est la chasse gardée de notre président, il lui ouvre donc les portes de notre musée national. Le PS joue plutôt avec les Algériens et les copains tunisiens de Delanoë. A chacun son carré islamique en espérant bénéficier des fonds souverains des puissances pétrolières. Parce que le nerf de la guerre reste l’argent. Les prétextes culturels ou cultuels ne parviennent pas à masquer l’avidité de nos dirigeants pour l’or noir, l’or jaune, l’or brun, l’or sous toutes ses couleurs mais de préférence en espèces sonnantes et trébuchantes.

Le Qatar continue son expansion tranquille ayant porté récemment à 10% sa participation au capital de Lagardère et visant EADS http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/le-qatar-pourrait-encore-augmenter-sa-participation-dans-lagardere-03-01-2012-1794902.php

La trop grande dépendance à l’égard des ressources naturelles incite les autorités qataris à procéder à des investissements à l’étranger. Notamment en France. Tous les secteurs économiques sont concernés. A commencer par l’immobilier de luxe : hôtel d’Evreux, place Vendôme, hôtel Lambert sur l’île Saint-Louis, le palace Royal Monceau… Invités à investir en France, les qataris bénéficient de nombreux avantages fiscaux. « Vous gagnez, nous gagnons », se plaît à dire l’émir qui lorgne sur les plus prestigieuses entreprises nationales. Le 23 décembre 2011 le Qatar est devenu le premier actionnaire de Lagardère Média via son fonds d’investissement Qatar Holding LLC en portant sa participation de 7,6 % à 10,07 % du capital.

Le fonds souverain qatarien multiplie ses prises de participation dans le capital des grandes entreprises comme les Allemands Hochtief (9,1 %) ou Volkswagen (17 %), l’Espagnol Iberdrola (6,16 %) mais aussi les Français Véolia Environnement (5 %) et Vinci (10 %). Le Qatar a racheté des banques en difficulté au Luxembourg.

L’émirat fait aussi une entrée remarquée dans le sport. En mai dernier, il a racheté le PSG et Al Jazeera a acheté les droits audiovisuels du championnat de France et de la Champions League. Nicolas Sarkozy serait intervenu directement pour appuyer le dossier. Le Qatar a aussi gagné dans des conditions contestées l’organisation du Mondial de foot en 2022. En 2015, il organisera les championnats du monde de handball. Il est sur les rangs pour de prochains jeux olympiques. Sa boulimie est sans fin.http://www.estrepublicain.fr/actualite/2012/01/05/un-roi-mage-a-l-elysee

Et ce n’est pas tout, le Qatar va investir 50M€ dans nos banlieues http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/05/apres-le-psg-le-qatar-au-chevet-des-banlieues-francaises_1626112_3224.html Imaginez que la France subventionne l’émancipation des femmes qataris ….

L’amitié de Sarkozy avec l’émir du Qatar est solide. Il vient encore de le recevoir à l’Elysée mais, curieusement, la presse en a peu parlé. Heureusement que l’Est républicain fait son travail http://www.estrepublicain.fr/actualite/2012/01/05/un-roi-mage-a-l-elysee Une amitié consolidée par des avantages fiscaux considérables au point que la France peut être considéré paradis fiscal pour les Qataris http://www.marianne2.fr/La-France-un-paradis-fiscal-pour-residents-qataris_a213572.html Rappelons que le Qatar est exempté, entre autres avantages fiscaux, de la double imposition. http://www.toutsurlesimpots.com/convention-fiscale-france-qatar.html Et on nous demande de nous serrer la ceinture !

Rappelons nous comment le soldat de Stravinsky et Ramuz a vendu son âme au diable

L’argument de la pièce est d’inspiration faustienne mais reprend un vieux conte russe compilé par Alexandre Afanasiev : un soldat pauvre vend son âme (représentée par le violon) au Diable contre un livre qui permet de prédire l’avenir. Après avoir montré au Diable comment se servir du violon, il revient dans son village. Hélas, au lieu des trois jours promis, le séjour passé avec le Diable a duré trois longues années. Personne au village ne reconnaît le soldat : ni sa mère, ni sa fiancée.

Le soldat utilise alors son livre magique pour devenir fabuleusement riche. Incapable d’être heureux avec sa fortune, le soldat joue aux cartes contre le Diable : son argent contre le violon. Le Diable gagne, mais enivré par ses gains il se laisse voler le violon. Le soldat peut alors guérir et séduire la princesse malade promise par son père le Roi à qui la guérirait. Malheureusement cherchant toujours plus de bonheur, le soldat et la princesse quittent alors le royaume et désobéissent au Diable. Le soldat est emporté en enfer.

L’œuvre se termine cependant par le triomphe du démon dans une marche sarcastique.

J’aime énormément ce conte de Stravinski sur un livret de Ramuz. En voici un extrait http://www.youtube.com/watch?v=8a-7pW2lo0Q&feature=related La marche du soldat, il avait beaucoup marché, beaucoup marché….J’ai une merveilleuse version sur cassette de l’histoire musicale, séduisante pour les adultes comme pour les enfants.

A écouter aussi sur le même sujet, la chronique de Christine Tasin du 5 janvier à 8mn13 http://ripostelaique.com/le-journal-des-resistants-ils-veulent-nous-imposer-une-nouvelle-civilisation-lislam.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ripostelaique%2FznSM+%28Riposte+Laique%29

chronique de Christine Tasin du 6 janvier avec de nouveau le Qatar à 5mn20 de cette vidéo http://www.youtube.com/watch?v=alSPIw51H1w&feature=player_embedded.  La vidéo comprend aussi un reportage de BFM TV sur le Qatar.

A lire sur le même sujet un article du Monde

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/01/05/au-qatar-l-art-pour-l-image_1626342_3218.html

Extrait :

…Interrogée par Le Monde en 2008, au moment de l’inauguration du Musée d’art islamique, la fille de l’émir, la cheikha Al-Mayassa, définissait la mission du lieu : »Aider à définir le caractère et la contribution au monde de la culture islamique. Le défi est double : familiariser les autres avec notre culture, pour faciliter le dialogue, leur montrer que l’islam est une religion de tolérance, de savoir et de civilisation, contrairement à l’image qu’on s’en fait parfois, et aussi améliorer les connaissances de nos populations. »

Religion de tolérance ? C’est, selon le chercheur Alexandre Kazerouni, qui prépare une thèse de sciences politiques sur les musées de la région, un des noeuds de l’affaire. Le Qatar est en effet un des hauts lieux du wahhabisme, la branche la plus rigoriste de l’islam. Mais il s’agit d’une importation, relativement récente, de sa voisine l’Arabie saoudite. Du reste, le Qatar voit ce pays comme une menace – parfois militaire, comme en témoignent certains incidents de frontière meurtriers. »Tout le travail de la cheikha, c’est de reprendre le contrôle via l’éducation des jeunes », de favoriser l’ouverture afin de faire évoluer une société rigoriste…

le Qatar est donc un mélange d’ouverture et de conservatisme. Ouverture ? Une visite au Musée d’art islamique le montre. Une exposition temporaire est consacrée à la très méconnue « Grünes Gewölbe » (« La Voûte verte ») du château de laRésidence de Dresde, une merveille du baroque allemand. Y figure une chope à bière aux flancs d’ivoire sculptés en bas-relief, représentant une sévère défaite de l’armée turque opposée aux chevaliers chrétiens. Et aussi un vase, sculpté également, mais de scènes bachiques telles qu’aucun gardien de harem ne saurait en rêver.

Le Qatar est donc riche, mais aussi pragmatique, avec à sa tête un émir qui a financé les révolutions arabes comme les mouvements religieux les plus durs. Il en résulte, comme le signale un article de la dernière livraison du Nouvel Observateur, un Etat « qui voulait être aimé par tout le monde » mais « se découvre tous les jours de nouveaux ennemis ». Selon Alexandre Kazerouni, « ils vont simplement chercherplus loin des solutions aux conflits régionaux ».

Reste que l’éducation, la culture, le sport de haut niveau sont des valeurs positives qui embellissent l’image du pays. …

%d blogueurs aiment cette page :