Flux RSS

Archives de Tag: gilets jaunes

Dans les « quartiers », les dealers contrôlent la police

Publié le

Dans l’article ci-dessous, Michel Thooris, Secrétaire général du syndicat France Police -policiers en colère, explique la démission de l’Etat, responsable de la désespérance des policiers car, Lorsqu’ils les interpellent, ces dealers accusent tout naturellement les policiers d’acte de torture et de barbarie. Il évoque en particulier l’affaire Théo, ce pôvre dealer soit-disant sodomisé par une matraque, que François Hollande, alors président de la république, avait été consoler sur son lit d’hôpital.

Michel Thooris évoque également la différence de traitement des Gilets jaunes et des dealers soulignant que les autorités se retournent contre les policiers qui font leur travail contre le trafic de drogues mais les encouragent implicitement à casser du Gilet jaune.

On notera que dans cet entretien édifiant, le secrétaire général du syndicat le plus important de la police, ne donne pas l’origine ethnico-religieuse des insurgés dealers mais on la devine aisément quand Thooris raconte Dès qu’un dealer est arrêté, une espèce de bien-pensance prend immédiatement parti pour le dealer contre le policier en soupçonnant des violences à caractère raciste. Dès qu’on intervient et interpelle dans les quartiers, des policiers sont rapidement suspectés de racisme. En effet, avec l’aide de bobos décérébrés, les musulmans de toutes origines ont bien compris que les occidentaux n’en finissaient pas de faire leur repentance pour la colonisation et le racisme et ils nous tiennent en appuyant là où ça fait mal, de même que les pouvoirs en place tiennent le peuple en rabachant que le RN est un parti raciste.

Personnellement, j’ai trouvé la parade, quand un musulman me manque de respect, je le traite de « raciste » et ça le décontenance immédiatement …

La Connectrice

Après avoir demandé toujours plus de répression contre les Gilets jaunes et refusé de se rassembler à nos côtés le 12 mars dernier pour dénoncer les suicides dans la police nationale, les syndicats majoritaires organisent en intersyndicale un barbecue de la colère policière le 23 août prochain avant le début du G7 à Biarritz !

les touristes mission école de police castaner démission plainte CSA scandale syndicat de police policiers en colère.png

La chaîne TF1 a diffusé vendredi 9 août 2019 de 21H10 à 22H55 un programme intitulé « Les touristes, mission école de police ». Durant 01h35, la police nationale a été ridiculisée et humiliée devant quelques 2,7 millions de téléspectateurs.


https://www.bvoltaire.fr/michel-thooris-des-lobbies-mettent-la-pression-sur-la-police-pour-assurer-limpunite-des-dealers/

Réaction de Michel Thooris au micro de Boulevard Voltaire, qui dénonce le recul de l’État de droit dans certains quartiers, mais également le malaise grandissant dans la police.


Des policiers sont accusés d’acte de barbarie dans le cadre d’une interpellation musclée à Saint-Ouen.
Que s’est-il passé ?

Il s’est passé quelque chose de très naturel. Des trafiquants de drogue opèrent en toute impunité sur cette commune. Les fonctionnaires de police tentent de faire leur travail dans des conditions extrêmement difficiles. Lorsqu’ils les interpellent, ces dealers accusent tout naturellement les policiers d’acte de torture et de barbarie.
Voilà où en est aujourd’hui la société française.


Cette histoire rappelle un peu l’histoire Théo…

Elle rappelle en partie l’affaire Théo. D’un point de vue général, cela démontre que des lobbies mettent la pression sur la police pour assurer l’impunité totale des criminels, et notamment des trafiquants de drogue. Derrière cette affaire, on tente de faire reculer la police face aux dealers. Ces derniers contrôlent des pans entiers de l’économie de la nation et des quartiers tombent petit à petit sous leur coupe.


On parle très régulièrement dans l’actualité des zones de non-droits. On a l’impression que les policiers ne peuvent même plus intervenir.
Quelle est la réalité ? N’avez-vous plus les moyens matériels d’intervenir ou avez-vous des ordres pour ne plus intervenir ?

Il y a deux aspects.
Celui de «l’opinion publique» dit que certains lobbys vont instrumentaliser la moindre intervention de police pour la faire passer pour une bavure policière et assurer ainsi l’impunité des criminels dans les quartiers.
Notre hiérarchie et l’institution judiciaire sont totalement débordées. Elles ne sont pas en mesure d’envoyer les dealers en prison. Les prisons sont pleines et saturées.
La hiérarchie policière est parfois extrêmement frileuse. Elle peut parfois être très zélée quand il s’agit d’envoyer nos collègues pour faire de la répression des Gilets jaunes. En revanche, quand il s’agit des dealers dans les quartiers, la prudence est malheureusement de mise.


Cela intervient au cours d’une année de grosses tensions à l’égard des forces de l’ordre.
Le nombre de suicides est en hausse.
Les policiers souffrent-ils de devoir intervenir dans des conditions difficiles ?

Les policiers ne peuvent plus exercer le métier de policier.
Dès qu’ils remplissent une mission de police, ils sont systématiquement mis en cause et jetés à la vindicte populaire par une certaine presse. Ils risquent des ennuis judiciaires. Le pouvoir policier instrumentalise la police à tout va. Le ministre de l’Intérieur prend systématiquement parti quand il s’agit de Gilets jaunes blessés lors des manifestations. En revanche, on n’entend pas un seul politicien soutenir les forces de police lorsqu’il s’agit d’aller enrayer le trafic de drogue et d’aller chercher les dealers dans les quartiers. Encore une fois, les policiers sont victimes d’une instrumentalisation politicienne qui nuit gravement à notre institution et qui pèse lourdement sur le moral des troupes. La vague de suicides le rappelle de manière quotidienne.

Pensez-vous à des lobbies particuliers ?

Dès qu’un dealer est arrêté, une espèce de bien-pensance prend immédiatement parti pour le dealer contre le policier en soupçonnant des violences à caractère raciste. Dès qu’on intervient et interpelle dans les quartiers, des policiers sont rapidement suspectés de racisme. Ces
lobbies ont une influence absolument considérable dans le paysage médiatique. Ils se mettent immédiatement à l’oeuvre et jettent en pâture les fonctionnaires de police.

La France sombre lentement dans le chaos. par Guy Millière

Publié le

Pour que la Loi Anicet le Pors soit respectée et qu’Alexandre Langlois devienne le référent des Gilets Jaunes sur les questions de Sécurité Intérieure

Pour que la Loi Anicet le Pors soit respectée et qu’Alexandre Langlois devienne le référent des Gilets Jaunes sur les questions de Sécurité Intérieure

Pétition : Pour que la Loi Anicet le Pors soit respectée et qu'Alexandre Langlois devienne le référent des Gilets Jaunes sur les questions de Sécurité Intérieure

Par Sylvain Baron

Pétition adressée à tous les citoyens

Alexandre Langlois est policier. Il dépend de la préfecture de Versailles et attaché aux services de renseignements. 

Son avis sur les questions de criminalité et de délinquance, que ce soit en terme de terrorisme ou des agissements des milices politiques est toujours éclairé. A travers le syndicat VIGI, il défend aussi parfaitement l’institution qu’est la Police Nationale, que ce soit pour rétablir son honneur, sa nécessité publique, les démystifications sur sa réalité sociale et ses méthodes de travail, ainsi que les besoins humains, réglementaires et matériels qui sont les siens.
Alexandre Langlois est aussi un juriste éclairé, et défend une vision politique équilibrée sur l’usage  nos forces de police et de gendarmerie, au profit de la Sécurité Publique et d’une meilleure entente avec la population générale. Evidemment, cela ne peut en rien satisfaire M. Castaner et consort qui ont une toute autre vision de l’usage qui doit être fait de la Police Nationale. Remettre en cause leurs méthodes, c’est s’exposer à leur arbitraire.
Bien que la Loi Anicet le Pors qui prévoit dans son article 6 que la Liberté d’opinion est garantie à tous les fonctionnaires (sans exceptions, ni « devoir de réserve »), Alexandre Langlois se retrouve menacé par sa hiérarchie pour « déloyauté ».
Gilets jaunes : un policier met le gouvernement en cause
En rien le message que peut adresser aux Français sur les questions de sécurité, ne porte atteinte à l’honneur de l’institution et aux intérêts supérieurs de l’Etat dans son devoir de maintien de la Sécurité Publique, bien au contraire.
A ce titre, cette pétition s’adresse à tous les Gilets Jaunes et à leurs soutiens (les 80 %) et se propose d’adresser un plébiscite pour qu’Alexandre Langlois devienne notre référent sur les questions de sécurité publique dans les médias ; lui proposer le ministère actuellement usurpé par M. Castaner à l’issue de notre révolution ; et imposer à la haute fonction publique de la Police Nationale, de se montrer digne et ne pas trahir les policiers qui la défendent avec courage et conviction face à l’oligarchie.
Attendu que l’article 7 de notre Constitution dispose qu’en cas de vacance de la Présidence de la République, le président du Sénat assure la continuité de la charge présidentielle par intérim, cette pétition se propose aussi de débuter la nomination d’un Gouvernement à imposer à M. Gérard Larcher désormais Président de la République, et subconséquemment des donneurs d’ordre légitimes à nos institutions.
Pour rappeler et faire ce que de droit souverain.

 

Signer la pétition ici

https://www.mesopinions.com/petition/social/loi-anicet-pors-soit-respectee-qu/58585

Maintien de l’ordre sur les Gilets jaunes, un policier confirme la gestion politique catastrophique

Dans cette vidéo, le policier Alexandre Langlois confirme exactement les conclusions du journaliste indépendant David Dufresne et c’est gravissime.

 

Alexandre Langlois est policier. Menacé par sa hiérarchie pour « déloyauté », il dénonce la gestion du maintien de l’ordre par le gouvernement dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, l’instrumentalisation des forces de l’ordre par le pouvoir, et les conditions de travail difficiles dans un contexte de hausse des cas de suicides chez les policiers. Par Virginie Cresci.

Combattre les violences sociales, individuelles ou collectives

LIGUE DU DROIT INTERNATIONAL DES FEMMES,

ASSOCIATION PLURIEL FACE AUX ABUS SEXUELS

      REUSSIR L’EGALITE FEMMES HOMMES

                               LE CRI

                       LES FEMMES d’AB

                                                                                                 Paris, le 13 janvier 2019

 

                   Gilets jaunes, CRS, ou casseurs : halte au feu !

 

A Toulouse une journaliste à La Dépêche du Midi a été agressée lors des manifestations des gilets jaunes, et menacée de viol.

A Bordeaux une femme a été rouée de coups par sept CRS.

A Paris une femme gilet jaune est trainée par terre et tirée par les cheveux par un CRS…

Nous sommes solidaires de celles qui, refusant la spirale de la violence, ont organisé des rassemblements pacifiques à Paris et en province, afin de montrer un autre visage d’une révolte juste.

En tant qu’associations féministes nous dénonçons depuis des années les « logiques de précarisation » qui touchent prioritairement les femmes tout comme les violences dont elles sont les victimes dans l’espace public, privé ou professionnel.

Nous ne saurions rester silencieuses face à ces nouvelles violences, de quelque côté qu’elles viennent et qu’elles touchent des femmes ou des hommes.

Les femmes gilets jaunes ont pris leur destin en main et nous nous en réjouissons. Il s’agit de combattre les violences sociales, individuelles ou collectives.

Contact : 06 38 39 42 92

 

 

 

 

l’ISF est injuste pour les riches qui ont travaillé toute leur vie. Et les retraités alors ?

Information à compléter . Entendu ce 11 janvier 2019 vers midi sur radioBFM; Interview d’un valet de Macron par Edwige Chevrier

Interrogé sur les gilets jeunes et leur demande de rétablissement de l’ISF, le valet de Macron dont je n’ai pas saisi le nom, expliquait qu’il était injuste de parler de « fortune » quand ces patrons avaient travaillé durement toute leur vie pour se constituer un capital bien mérité.

J’ai bondi

Et nous les retraités qui avons bossé et cotisé toute notre vie active, nous n’avons pas droit à une défiscalisation ? Bien au contraire, nos impôts augmentent quand on touche plus de 1 200 euros de pension. une fortune pour les vampires de Macron.

Le même Macron affirmait récemment droit dans les yeux d’une retraitée : vous avez travaillé pour payer les retraites et maintenant ce sont les actifs qui paient la vôtre et ils ne sont plus assez nombreux. Sauf que Macron oublie que les cotisations sont un salaire différé et que le gouvernement est garant du paiement de nos retraites.

C’est alors que j’ai eu une idée lumineuse : puisque l’Etat nous oblige à cotiser mais est incapable de garantir nos retraites, ne cotisons plus. Les cotisations retraites devraient être facultatives et nous devrions avoir le choix individuel de constituer nôtre capital retraite où bon nous semble.

De même nous pourrions nous retirer des banques puisque le contrat, la parole donnée, la garantie, l’engagement sont des notions caduques. J’ai connu un enseignant américain qui, ne faisant pas confiance aux banques, retirait la totalité de son salaire en espèces et rangeait ses dollars dans une boite à chaussures. Je ne dis pas que c’est une solution mais ça donne des idées…

Idem pour les cotisations de sécurité sociale puisque le service de santé public est en faillite.

Redonnons aux mutuelles leur sens premier, l’entraide mutuelle comme la courageuse féministe Flora Tristan l’avait instituée.

Dégageons la patte de l’Etat de nos sous puisqu’il les redistribue de façon inique et qu’il nous trahit.

La Connectrice, Gilet jaune, retraitée appauvrie par Sarkozy, Hollande et Macron

Gilets jaunes. On va vivre quand ? vidéo

Publié le

Tout, tout, vous saurez tout sur les doléances des Gilets jaunes et des réponses des responsables irresponsables

Vidéo réalisée par un internaute

 

%d blogueurs aiment cette page :