Flux RSS

Archives de Tag: GPA PMA don d’ovocytes mères porteuses

Opposition mondiale à la GPA dont l’horreur ressort d’une étude 2019

Trois organisations anglo-saxonnes rejoignent La Coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution,  (CIAMS) lancée le samedi 22 septembre 2018 à Paris. Le CIAMS a été signé par de nombreuses associations féministes issues du monde entier. (voir plus bas)

http://abolition-ms.org/actualites/lancement-de-la-coalition-internationale-pour-labolition-de-la-maternite-de-substitution-ciams/

L’horreur de la réalité de la maternité de substitution d’après une étude réalisée en 2019 par Sheela Saravanan http://abolition-ms.org/actualites/de-graves-violations-des-droits-humains-se-commettent-au-nom-de-la-liberte-reproductive/

Il me semble tout à fait incroyable que les opposantes à la GPA (et de rares opposants, demandez-vous pourquoi ) doivent avancer une multitude d’arguments éthiques et médicaux alors que les partisans de cette abomination se contentent d’arroser de sirop compassionnel cette consommation honteuse de femmes et d’enfants.

La Connectrice

Le travail de la scientifique Sheela Saravanan

…Le fait de séquestrer des femmes dans un bâtiment est une violation des droits humains. Les enfants transformés en marchandise sont étiquetés en fonction de leur poids à la naissance, de leur sexe, de leur apparence et, par voie de conséquence, il est clair que les foetus sont avortés de façons sélective (on parle de réduction embryonnaire). Selon la nouvelle étude mise à jour de Sheela Saravanan, pour devenir mères porteuses, les femmes sont sélectionnées selon de leur classe, leur âge, la couleur de leur peau, leur religion, leur caste et leur rémunération, et varient en fonction de ces paramètres.

Nous avons déjà rendu compte d’un entretien avec Sheela Saravanan réalisé lors de la conférence internationale «Broken Bonds and big money sur la GPA à l’Université RMIT de Melbourne, en Australie, dans un article intitulé  «Une vision féministe du marché mondialisé de la maternité de substitution» «. ». Saravanan est professeure au département d’anthropologie de l’université de Heidelberg, en Allemagne, titulaire de deux masters en géographie et développement, Docteur en santé publique.  Elle s’est spécialisée dans les pratiques de santé reproductive et d’accouchement en Inde. Ses travaux postdoctoraux dans des universités allemandes étaient axés sur la santé maternelle et infantile, les avortements sélectifs, les techniques de procréation et la maternité de substitution.

Son approche a toujours été basée sur la justice reproductive et le féminisme transnational. C’est une excellente oratrice, qui a exposé à de nombreuses reprises son travail aux Nations Unies et à d’autres conférences importantes en tant que chercheuse indépendante sur la violence exercée à l’égard des femmes en Asie et en Europe, ainsi que sur la santé de la reproduction. Son livre, « Une vision féministe transnationale du bio-marché de la maternité de substitution en Inde », est le fruit de recherches approfondies sur le terrain, une documentation rassemblant de nombreuses interviews de femmes qui révèlent les terribles conditions dans lesquelles les mères « de substitution » sont surveillée tout au long de leur grossesse et sur le commerce des ovocytes et embryons.

En 2019,  Sheela Saravann a actualisé ses recherches précédentes (Présentationtexte intégral) gràce au financement et l’intérêt de « l’Observatoire Européen de la Non-Discrimination et des Droits Fondamentaux » La spécificité de cet observatoire réside dans sa structure flexible, qui non seulement théorise, mais mène également ses propres actions sur le terrain et développe ses propres priorités liées aux sans-abri, aux personnes handicapées, aux migrants, aux femmes et aux enfants dans le contexte de la protection de l’enfance. Leur rôle : Engager un dialogue constant avec les institutions européennes, ainsi qu’avec les autorités politiques nationales et régionales, afin d’échanger des informations et contribuer à la mise en œuvre de mesures politiques efficaces…

Stop surrogacy now

Unification de l’opposition mondiale

StopSurrogacyNow continue d’unifier et de promouvoir l’opposition mondiale à la maternité de substitution, trois organisations rejoignant la campagne mondiale SSN: OBJECT (Royaume-Uni), Breaking Free (États-Unis) et Nordic Model Now! (ROYAUME-UNI).

OBJEcT (UK)

« OBJECT combat les systèmes sociaux qui objectivent les femmes: les métiers du sexe, la maternité de substitution et le transgenre. OBJECT veut abolir la maternité de substitution, car celle-ci exploite les femmes et ignore les droits des enfants. La femme agricultrice ne peut jamais avoir raison.

– Janice Will, présidente de OBJECT – Women Not Sex Objects

Breaking Free (Etats-Unis)

« Breaking Free est une organisation à but non lucratif basée à Saint-Paul qui dessert les femmes et les filles impliquées dans des systèmes de maltraitance, d’exploitation et de prostitution / trafic sexuel. Nous travaillons pour aider les femmes à échapper à ces systèmes et situations dangereux et oppressifs par le biais de la sensibilisation, des services directs, du logement et de l’éducation. Chez Breaking Free, nous sommes investis dans la lutte contre tous les aspects de la violence à l’égard des femmes dans le Minnesota et dans tout le comté et nous pensons que la maternité de substitution fait partie de cette catégorie ».

–Teresa Forliti, directrice exécutive (États-Unis)

Modèle nordique maintenant! (ROYAUME-UNI) 

“ Modèle nordique maintenant! est fier de soutenir la campagne Stop Surrogacy Now. Nous sommes un petit groupe de femmes de base au Royaume-Uni. Notre principal objectif est de faire campagne en faveur de l’approche du modèle nordique en matière de prostitution, qui vise à parvenir à l’abolition de la prostitution tout en aidant les personnes qui en sont prises à se reconstruire à l’extérieur.

Nous avons toujours considéré que la maternité de substitution était étroitement liée à la prostitution – à la fois, le corps même de la femme et son instrumentation au profit de quelqu’un d’autre, tandis que toute une chaîne alimentaire de tiers bénéficie économiquement de cet arrangement.

Dans la prostitution, elle devient un jouet sexuel pour une succession d’hommes sans nom et est obligée de flatter chacun d’eux et de prétendre qu’elle les aime. Dans la maternité de substitution, elle devient une ligne de production dont le produit est un bébé réel, et encore une fois, elle subit de nombreuses pressions pour prétendre que c’est autre chose que ce qu’elle est réellement – qu’elle a été réduite à une fonction au profit de quelqu’un d’autre, et le bébé a été réduit à une marchandise à vendre.

Les droits de l’homme sont fondés sur la dignité inhérente à chaque être humain. Instrumentaliser et commercialiser un être humain est une violation fondamentale et flagrante de cette réalité et a un impact sur chacun de nous et sur le type de société dans laquelle nous vivons – car si vous pouvez violer les droits humains d’une personne, il est plus facile de violer les droits de quelqu’un .

Le fait qu’il soit si difficile pour beaucoup de voir les violations des droits de l’homme inhérentes à la prostitution et à la maternité de substitution est une indication claire que les femmes n’ont pas encore bénéficié de tous les droits de l’homme, dans la pratique et dans la culture. Nous sommes toujours considérés en deuxième classe.

Au Royaume-Uni, la Law Commission organise une consultation sur les propositions d’ouverture de la maternité de substitution, notamment pour permettre aux mères biologiques de recevoir une indemnité et pour lever toutes les restrictions sur la publicité pour des services permettant la maternité de substitution.

Si vous ne voulez pas que des bébés soient vendus au Royaume-Uni et que les femmes pauvres et défavorisées soient réduites au rang d’éleveurs pour les riches, nous vous invitons à soumettre une réponse. Cela ne prend que 10 minutes!

– Anna Fisher, présidente du modèle nordique maintenant!

Partager Partager
Tweet Tweet

Signataires français du CIAMS :

Assemblée des Femmes
Association Bagdam Espace lesbien, Toulouse.
CADAC Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception
CEL, Centre Evolutif Lilith, Lesbiennes Féministes de Marseille
CMPDF, Collectif Midi-Pyrénées pour les Droits des Femme
Collectif « Tout.e.s contre les violences obstétricales et gynécologiques »
CoRP Collectif pour le Respect de la Personne.
CQFD Lesbiennes Féministes
Forum Femmes Méditerranée
Initiative  Féministe Euromed IFE-EFI
Les Chiennes de Garde
LIbres MarianneS
Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie- LFID
Maison des Femmes de Paris
MFPF 93 Mouvement Français pour le Planning Familial section seine saint denis – 93
REFH Réussir l’égalité Femmes-hommes
Regard de femmes
Réseau Féministe « Ruptures »
Zéromacho, réseau international d’hommes contre le système prostitueur
Collectif 13 Droits des femmes
Marche Mondiale des Femmes ( France)
ELCEM – Elus Locaux Contre l’Enfance Maltraitée
Encore Féministes
Amicale du nid
Femmes Libres
CNN Conseil National des Femmes Françaises
Femmes et hommes d’avenir – Clermont Ferrand
V.iDeaux TELEDEBOUT
VI GILANTES
Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir
LDIF – Ligue du Droit International des Femmes
NCL – Nouvelle Collective lesbienne
CNDF Collectif National pour les Droits des Femmes
Fondation Scelles
Stoppt Leihmutterschaft
Arcilesbica

La PMA, GPA, don d’ovocytes font courir des risques à la mère et l’enfant

Publié le

Je suis toujours tristement étonnée de l’absence d’information sur les risques encourus pour les femmes et les enfants dans le cycle de la procréation artificielle. Les risques pour la santé de l’une et de l’autre sont pourtant parfaitement établis.

Voici donc un rappel de ce que j’avais recensé dans un post d’octobre 2017

https://laconnectrice.wordpress.com/2015/10/17/exploitation-du-corps-des-femmes-le-don-dovocytes-na-rien-a-voir-avec-le-don-de-spermatozoides/

Exploitation du corps des femmes. Le don d’ovocytes n’a rien à voir avec le don de spermatozoïdes

Publié le  

La Ministre de la santé vient d’annoncer que le don de gamètes (ce terme générique choisi cache hypocritement l’énorme différence entre le don d’ovocytes et le don de spermatozïdes) serait facilité pour venir en aide aux couples stériles. Ce faisant elle répond au lobby médical qui s’inquiète de ce que si peu de femmes se précipitent pour gentiment donner leurs ovocytes aux femmes en mal d’enfant dans un paquet cadeau comme l’illustre l’affiche gouvernementale ci-dessous.

Quelle donneuse de bonheur êtes-vous ? Pour le découvrir cliquez-ici

Ces gamètes sont les ovocytes et les spermatozoïdes.

Pour donner des spermatozoïdes, il suffit que l’homme se masturbe, aucune intervention médicale n’est requise sur son corps.

L’Etat appelle au don d’ovocytes

Il en va différemment pour le don d’ovocytes et c’est pourquoi les campagnes d’appel au don cherchent à culpabiliser les femmes qui refuseraient d’être des « donneuses de bonheur ».

Le commerce de l’infertilité rapporte gros et de nombreuses cliniques se sont lancées dans le bizness, en particulier à nos frontières, en Espagne et en Belgique où les lois sont plus souples.

Le corps médical s’inquiète du manque de donneuses d’ovocytes car il est prêt, toutes spécialités confondues, à implanter des ovocytes dans le ventre des femmes stériles en passant par la case FIV (fécondation in vitro)..Etant donné la complexité de la procédure, des dizaines de professionnels, gynécologues, obstétriciens, radiologues,  sexologues, endocrinologues, cardiologues, biochimistes, fabricants de matériel médical, infirmières, psychologues, psychanalystes, psychiatres, assistantes sociales. Entre la donneuse, la receveuse et le bébé, les cliniques spécialisées peuvent compter sur une chiffre d’affaires très conséquent. La donneuse est rémunérée par les bons sentiments puisque le don d’ovocyte est gratuit. Par contre, elle doit payer son transport pour se rendre aux consultations et examens, payer de sa personne pour les effets secondaires des hormones nécessaires à la stimulation de ses ovaires et éventuellement subir les conséquences de sa folle entreprise dans son couple. Elle doit également tirer un trait sur sa carrière car ses absences répétées pour les examens médicaux et éventuellement pour sa fatigue ne font pas l’affaire de ses patrons, même si la loi prévoit des autorisations de congés.

Les chasseurs d’ovocytes mentent aux femmes en leur faisant croire que c’est une opération aussi anodine que le don de sperme et prennent les femmes pour des idiotes en minimisant les conséquences du don d’ovocyte.

Depuis longtemps, les médecins et agences gouvernementales de santé font appel à la générosité publique pour faire des dons de matériel humain.

Afficher l'image d'origine

Ce « bonheur » cache une exploitation éhontée du corps des femmes qui prennent de sérieux risques de santé pour donner ce bonheur. En effet, de multiples examens médicaux sont nécessaires avant, pendant et après le don d’ovocytes. La donneuse doit prendre des hormones, subir des échographies et une anesthésie locale ou totale pour l’extraction du produit humain tant désiré par les médecins et la femme stérile..

A la lueur du protocole de stimulation ovarienne, on comprend que les femmes ne se précipitent pas pour sacrifier leur corps, leur santé, leur famille, leur couple, leur argent, leur temps et leur carrière pour devenir « donneuse de bonheur » comme le dit la campagne gouvernementale.

La Connectrice

La PMA, une affaire qui marche pour le lobby médical

Des milliers de sites Internet français et étrangers font de la publicité pour le don d’ovocytes, la FIV et toutes les formes de PMA ou d’AMP. Amateurs et amatrices ont le choix … à condition de pouvoir payer car la prise en charge médicale de la détresse des couples et des femmes en mal d’enfants est un commerce juteux dont s’est emparé le lobby médical avec la complicité des gouvernements qui comptent nombre de médecins et de professionnels de l’industrie pharmaceutique dans leurs rangs.

Jacques Testard père scientifique d’Amandine, premier bébé éprouvette français s’inquiétait de la croissance exponentielle des Fiv (Fécondation in vitro).http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/5626-FIV-des-specialistes-denoncent-certaines-derives

La préparation de la donneuse d’ovocytes

La deuxième étape concerne l’acte de don en lui-même. Ainsi,une stimulation des ovaires est mise en place pendant 10 à 12 jours. Elle permet d’aboutir à la maturation de plusieurs ovocytes par une injection sous-cutanée quotidienne. Pendant cette période de stimulation, 3 à 4 prises de sang et / ou d’échographies ovariennes sont réalisées pour évaluer la bonne réponse du corps au traitement. Enfin, les ovocytes sont prélevés au cours d’une hospitalisation de un jour.
Pour information, les emplois du temps professionnel et/ou familial des donneuses sont respectés, et la loi prévoit même qu’elles puissent bénéficier d’une autorisation d’absence de la part de leur employeur afin d’être disponibles à chaque étape du don.

Après le don, un suivi médical de la donneuse est réalisé. Certains petits effets indésirables peuvent se manifester dans les jours qui suivent le prélèvement :  une sensation de pesanteur, de lourdeurs pelviennes ou de légers saignements. Quoi qu’il en soit, les complications sont rarissimes. Quant à la contraception, dès le déclenchement de l’ovulation, il est recommandé d’utiliser une contraception type préservatifs jusqu’aux prochaines règles, sauf si un stérilet a été laissé en place. Le mode de contraception antérieur pourra être repris dès le premier jour des règles suivant le don.

Pour en savoir plus : Don d’ovocytes : mode d’emploi – Magicmaman.com

> Les injections d’hormones.
Ce traitement agit directement sur les ovaires, et donc sur la maturation d’un ovocyte. Les médicaments sont constitués d’hormones (gonadotrophines : FSH et/ou LH). Les injections sous-cutanées sont réalisées entre le quatrième et le treizième jour du cycle. Ce traitement ne peut être uniquement prescrit que par un médecin spécialiste, et exige une étroite surveillance.

L’ovulation elle-même ne se fera que dans un second temps. Lorsque le médecin décèle à l’échographie la présence d’un follicule mature (avec un ovocyte prêt à sortir), il déclenchera l’expulsion de l’ovocyte vers la trompe utérine grâce à l’injection d’une seconde hormone … 

L’augmentation importante du taux d’hormones due au traitement peut provoquer certains effets secondaires (bouffées de chaleurmaux de tête…), mais l’un des risques majeurs est une hyperstimulation des ovaires. Celle-ci peut se manifester par des douleurs abdominales dues à une augmentation du volume des ovaires et/ou à la formation de kystes. Autre risque majeur : un oedème pulmonaire, ou parfois un accident cardio-vasculaire.

Il arrive encore que, non pas un, mais plusieurs follicules se développent en même temps. Dans ce cas, il est préférable de suspendre le traitement de manière temporaire, et d’avoir recours aux préservatifs lors des rapports suivants afin de ne pas risquer une grossesse multiple.

Dans tous les cas, la stimulation ovarienne doit impérativement faire l’objet d’une surveillance médicale (échographies, et dosages d’hormones réguliers) et ne sera jamais envisagée sur une durée supérieure à 12 mois. Au-delà, il existe un risque potentiel de développer un cancer dit hormono-dépendant (cancer du sein, des ovaires ou de l’utérus). Mais pas de panique : pour l’heure, aucune étude ne l’a démontré.

————————————————-

 La donneuse va subir une stimulation ovarienne (c’est l’étape clé), afin d’obtenir plusieurs ovocytes lors de la ponction. De façon générale, la stimulation ovarienne est réalisée par des injections intramusculaires ou sous-cutanées quotidiennes d’hormones et dure environs 10 à 15 jours selon la réponse à la stimulation.

Durant cette période, une surveillance étroite hormonale et échographique est nécessaire pour juger :
– De la qualité de la croissance et de la maturation folliculaire
– De la qualité des doses d’hormones stimulantes à injecter
– De la date et de l’heure du déclenchement de l’ovulation

Cette surveillance s’effectue sous le contrôle d’un gynécologue, grâce à des prises de sang et des échographies régulières (tous les 2 jours environ, variable selon les protocoles). Cette surveillance est impérative et doit être réalisée très soigneusement pour éviter tout risque d’hyperstimulation qui peut être dangereuse.

L’ovulation est obtenue par une injection intramusculaire de gonadotrophine chorioniques lorsque la maturité folliculaire est acquise et se fait 36 heures avant la ponction.Le prélèvement des ovocytes s’effectue sous échographie par voie vaginale, sous anesthésie locale ou générale.

L’intervention dure environ 20 à 25 mn, et nécessite une hospitalisation de jour (entrée le matin, sortie en fin de matinée ou début d’après-midi selon l’anesthésie effectuée).

http://www.maia-asso.org/2009041182/infertilite-et-sterilite/assistance-medicale-a-la-procreation/don-d-ovocyte.html

Des risques réels minimisés pour la donneuse, la receveuse et le bébé

  • Donneuse il existe un risque potentiel de développer un cancer dit hormono-dépendant (cancer du sein, des ovaires ou de l’utérus)

Agonistes du GnRH (Décapeptyl©, Suprefact©, Synarel©) pour la mise au repos des ovaires, phase 1 de la préparation. Leurs effets secondaires sont nombreux et méconnus, leur liste est impressionnante http://enantone-effets-secondaires.hautetfort.com/effets_secondaires_france/

FSH

Quels est le risque associé à l’utilisation de GONAL-f? Les effets indésirables les plus fréquents sous GONDAL-f (observés chez plus d’un patient sur 10) sont: des réactions au site d’injection (douleur, rougeur, apparition de bleus, gonflement ou irritation). Chez les femmes, des kystes ovariens (sacs contenant du liquide dans les ovaires) et maux de tête sont également observés chez plus d’une patiente sur 10. Pour une description complète des effets indésirables observés sous GONAL-f, voir la notice. GONAL-f ne doit pas être utilisé chez les personnes susceptibles d’être hypersensibles (allergiques) à la follitropine alfa, à la FSH ou à l’un des autres composants. Il ne peut pas être utilisé chez les patientes atteintes de tumeurs de l’hypothalamus, de l’hypophyse, de l’ovaire, de l’utérus ou du sein. Il ne doit pas être utilisé lorsqu’une réponse efficace ne peut être obtenue par le patient, notamment chez les patients présentant une insuffisance ovarienne ou testiculaire ou encore chez les femmes chez lesquelles une grossesse n’est pas souhaitable pour des raisons médicales. Chez les femmes, GONAL-f ne doit pas être utilisé en cas d’agrandissement de l’ovaire ou de kyste ovarien qui n’est pas dû à un syndrome des ovaires polykystiques, ou lorsqu’il y a des saignements vaginaux inexpliqués. Pour une liste complète des restrictions, voir la notice. Chez certaines femmes, il arrive que les ovaires répondent de façon exagérée à la stimulation. C’est ce que l’on appelle le «syndrome d’hyperstimulation ovarienne». Les médecins et patients doivent être conscients de cette possibilité.http://www.ema.europa.eu/docs/fr_FR/document_library/EPAR_-_Summary_for_the_public/human/000071/WC500023742.pdf

hCG 

A la fin de la préparation, une injection d’HCG déclenche l’ovulation.

La gonadotrophine chorionique humaine (HCG) est produite à partir de l’urine de femme enceinte.

douleur ou rougeur au point d’injection, éruption cutanée,réaction allergique.

  • receveuse hypertention gestionnelle, diabète et pré éclampsie

Selon une étude présentée au congrès annuel de l’European Society for Human Reproduction and Embryology (ESHRE), ce 1ejuillet à Munich (Allemagne), les grossesses issues de dons augmentent le risque d’hypertension chez la femme enceinte, dite hypertension gestationnelle.

http://www.pourquoidocteur.fr/Femme/7052-Le-don-d-ovocytes-triple-le-risque-d-hypertension-pour-la-femme-enceinte

  • bébé risques de prématurité, de petit poids de naissance et de certaines malformations congénitales sont accrus.

http://www.onmeda.fr/conception/stimulation-ovarienne-quels-examens-pratiquer—2311-2.html

Quelles sont les hormones injectées à la donneuse

Source http://www.fiv.fr/protocole-long-fiv/

Principe commun à tous les protocoles longs

Tous les protocoles hormonaux associent 3 médicaments qui ont chacun leur rôle :

Les agonistes du GnRH (Décapeptyl©, Suprefact©, Synarel©)

Mise au repos de l’hypophyse afin de mettre au repos les ovaires et bloquer le risque d’ovulation spontanée 

Decapeptyl©

La FSH : Gonal-F©, Puregon©, Menopur© Pergoveris©,Fostimon©

Permet de stimuler les ovaires et donc la croissance de plusieurs follicules

Gonal-F©

L’hormone HcG : Ovitrelle 250©, Gonadotrophines Chorioniques 5000 Unités©

Permet de déclenche l’ovulation

Ovitrelle 250©

En fonction des éléments de votre dossier médical, le médecin choisit un protocole qui lui semble le plus favorable pour recueillir le plus possible d’ovocytes fécondables.

En pratique chaque patiente bénéficie d’un protocole adapté, parmi ceux-ci le protocole long est l’un des premiers protocoles à avoir été mis en place .

Principe du protocole long

Pour qui ?

– Lors des premières tentatives

– Réserve ovarienne à priori normale

– Indiqué lorsque la seule cause d’infertilité semble masculine

Déroulement

Le protocole commence :

– soit en première partie du cycle du 1er au 3ème jour du cycle

– soit en deuxième partie du cycle à partir du 20ème jour

Le protocole commence par l’injection d’un agoniste du GnRH : Decapeptyl© … lequel est injecté chaque jour pendant un peu moins de 3 semaines, cela permet de mettre au repos les ovaires et éviter l’ovulation prématurée.

Une douzaine de jour après le début du protocole, une injection quotidienne de FSH : Gonal-F©… est faite.

Dans le même temps, des prises de sang permettent de suivre l’augmentation du taux d’œstradiol et des échographies permettent de confirmer la bonne croissance des follicules.

Lorsque les images échographiques et les dosages d’œstradiol sont satisfaisants, l’injection d’hCG  est programmée pour déclencher l’ovulation et organiser environ 36 heures plus tard la ponction des follicules.

La durée totale de ce protocole est donc de 3 semaines à 1 mois.

Exemple de protocole long lutéal

Ci-joint un schéma simplifié avec un début de « protocole long lutéal » dit aussi «  protocole long » au 20ème jour du cycle.

Dans un souci de clarté, les médicaments indiqués représentent leur «  famille » respective et les échelles de temps ne sont pas à prendre au jour près, le protocole étant allongé ou raccourci à chaque étape en fonction de la réponse de chacune.

Plus de détails sur la stimulation ovarienne en cliquant ici

Ce schéma est fourni à titre indicatif.

Déclaration de Marisol Touraine, Ministre de la Santé

La ministre de la Santé Marisol Touraine annonce qu’elle élargit le don d’ovocytes et de spermatozoïdes aux personnes sans enfants face à la pénurie à laquelle sont confrontés les couples infertiles, dans une interview ce jeudi au quotidien Ouest France. 

Le don de gamètes – ovocytes et spermatozoïdes – jusque-là réservé aux adultes en bonne santé ayant déjà eu des enfants est élargi « à des personnes adultes qui n’ont pas d’enfants », explique la ministre. Un décret en ce sens doit être publié au Journal Officiel jeudi.Désormais même sans avoir eu d’enfant, une femme qui a entre 18 et 37 ans peut donner ses ovocytes et un homme qui a entre 18 et 45 ans peut donner ses spermatozoïdes. 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/infertilite-touraine-elargit-le-don-d-ovocytes-et-de-spermatozoides_1726048.html

Le commerce du corps des femmes : GPA (mères porteuses) et prostitution

Publié le

 


Voici des titres récents et des plus anciens en rappel du site Sisyphe sur le thème de l’instrumentation du corps et de la sexualité des femmes.
GESTATION POUR AUTRUI, MÈRES PORTEUSES ET PATRIARCAT
* «Mères porteuses – gestation pour autrui», par Sandrine Goldschmidt, À dire d’elles
http://sisyphe.org/spip.php?article4749
* «Le remboursement des mères porteuses? Du délire!»,
par Céline Lafontaine, professeure de sociologie à l’Université de Montréal
http://sisyphe.org/spip.php?article4748
* «La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses»,
par Pascale Camirand, éthicienne et féministe
http://sisyphe.org/spip.php?article4443
* «La maternité de substitution, une industrie grandissante»,
par Kajsa Ekis Ekman
http://sisyphe.org/spip.php?article4419
* «La légalisation de la gestation pour autrui», par Ana Pak, féministe laïque
http://sisyphe.org/spip.php?article185
* «Québec – Commentaires sur la réglementation entourant la procréation,
par le Conseil du statut de la femme du Québec (2010)
http://sisyphe.org/spip.php?article3596
* «L’éthique de la parole donnée : condition de l’engendrement de l’être et du savoir», par Louise Vandelac, sociologue, UQAM
http://sisyphe.org/spip.php?article217
PROSTITUTION ET TRAITE DES PERSONNES
* «Feuilleton – La disparue du Mouton Noir – Épisode 16. Comment Geneviève devient Marilyn», par Élaine Audet
Prostitution – Quand réalité et fiction se rejoignent
http://sisyphe.org/spip.php?article4751
* «Traite de personnes à Ottawa: au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel», par Derek Spalding, Ottawa Citizen
http://sisyphe.org/spip.php?article4746
* «Réponse au manifeste des 343 « salauds ». Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix», par Dimitri Guérin, étudiant
http://sisyphe.org/spip.php?article4747
* «Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau», par Catherine Albertini, chercheure et membre de Choisir la cause des femmes
http://sisyphe.org/spip.php?article4750
* «Services sexuels pour les handicapés: la pitié dangereuse», par Catherine Albertini, chercheure et membre de Choisir la cause des femmes
http://sisyphe.org/spip.php?article3873
 
* Consultez quotidiennement le Fil de presse de Sisyphe:
Sisyphe.org: http://sisyphe.org
Sur Facebook: https://www.facebook.com/sitesisyphe
Les éditions Sisyphe: http://sisyphe.org/editions/
Courriel de Sisyphe: sisyphe.info@videotron.ca
--

Mariage pour tous, la victoire des phallocrates du lobby gay, Pierre Bergé en tête

Je fais un distinguo entre les hommes homosexuels qui sont contraints d’exploiter deux femmes (don d’ovocyte +mère porteuse) pour avoir leur bébé à eux et les lesbiennes qui recourent à la PMA pour concevoir et porter leur propre enfant. Les deuxièmes choisissent l’épreuve librement et en connaissance de cause, pour leur propre compte. Comme toujours, le privilège « naturel » du phallocrate étouffe la spécificité féminine car contrairement à ce que nous entendons en ce moment, il n’y a pas d’égalité physique et sociale entre l’homme et la femme et « l’égalité de droits » actuellement revendiquée ne peut que davantage léser les femmes. Les femmes se font berner en reprenant à leur compte la revendication d’égalité entre homos et hétéros car, en réalité, il s’agit pour les phallocrates du lobby gay de passer au dessus des différences sexuelles pour exploiter sans vergogne le ventre des femmes.

Ils se croient plus forts que la nature ces grands phallocrates. La nature ne leur permet pas de fabriquer leurs propres enfants, hé bien la technique médicale le fera pour eux. Malheureusement pour les femmes, elle n’a pas évolué au point de pouvoir se passer de leur corps. Qu’importe, la loi va subvenir à ce manque, changeons la !

Avec le mariage pour tous et « agissons pour l’égalité » le gouvernement nous refait le coup de la loi anti raciste qui était censée englober le sexisme sans qu’on ai besoin de le préciser. Actuellement, la loi anti raciste est saisie pour favoriser les hommes immigrés et museler les opposants à l’islamisation de la France et l’application de la charia qui lèse les femmes en priorité. Il est consternant d’observer que les femmes du PS n’ont pas tiré les leçons de cette déplorable expérience et qu’une fois de plus elles font le lit de la phallocratie.

La déclaration de Pierre Bergé, maître penseur et financier du PS reflète les orientations des socialistes et justifie mon opposition au mariage gay qui repose sur la certitude que c’est le cheval de Troie de la GPA (gestation pour autrui=mères porteuses).

Le mois dernier, Pierre Bergé avait déclaré au Figaro Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? C’est faire un distinguo qui est choquant »

Pierre Bergé a construit sa fortune en exploitant les femmes, en leur fourguant des produits de luxe qui leur donnent l’illusion d’être plus belles, plus séduisantes, plus puissantes et plus désirables. L’argent de ce phallocrate provient essentiellement de la misère psychologique de femmes qui manquent d’estime de soi et se sentent tellement inférieures aux hommes qu’elles sont prêtes à se ruiner et se martyriser pour avoir leur attention. Plus la société est en crise, plus les femmes sont en difficulté économique car le machisme augmente et le travail est femmes entre en concurrence avec celui des hommes, on reparle de « salaire d’appoint » et les femmes se sentant implicitement rejetées par la société dépensent davantage en outils de séduction. Le commerce de luxe à destination des femmes a tendance à progresser en période de crise pour le bénéfice de Pierre Bergé et ses semblables car il y a beaucoup d’homosexuels dans le secteur de la mode et du luxe.

Le cynisme de Pierre Bergé s’appuie sur l’ignorance volontaire des risques encourus par les femmes dans le don d’ovocytes et les grossesses. La fécondation artificielles d’ovules et le don d’ovocytes nécessitent la prise d’hormones qui ont des effets indésirables sur la santé des femmes. L’implantation d’ovocytes dans l’utérus de la mère porteuse nécessite également la prise d’hormones et une surveillance médicale constante dans l’intérêt du client. Les grossesses normales et a fortiori provoquées sont toujours à risques du fait de la transformation physiologique du corps féminin.

Les changements du corps pendant la grossesse

 

Jour après jour, durant votre grossesse, votre corps se transforme. Certaines modifications sont rapidement visibles, d’autres non. Toutes suivent la naissance et le développement de votre enfant.

C’est à partir du 4e ou du 5e mois que vous allez remarquer les transformations de votre corps. L’utérus grossit dès le début de la grossesse. En neuf mois, il passe de 50 grammes à 1 kilo en moyenne ! Les seins gonflent et s’alourdissent. La cambrure des reins modifie la silhouette. D’autres modifications, plus discrètes, concernent les systèmes circulatoire, respiratoire, urinaire, digestif et hormonal.

La circulation du sang

Pendant la grossesse, le volume sanguin augmente : il passe de 4 litres à 5 ou 6 litres. Vos besoins en fer augmentent en conséquence. Votre médecin vous prescrira un supplément en fer. La veine cave, qui ramène le sang au cœur, est comprimée par l’utérus, ce qui peut provoquer des malaises quand vous êtes couchée sur le dos ; pour les éviter, couchez-vous sur le côté gauche, la veine cave passant à droite de l’utérus.

Votre pouls s’accélère de 10 à 15 battements par minute. Jusqu’à la fin de la grossesse, votre cœur bat plus vite car il a plus de sang à faire circuler dans l’organisme. Avec une masse sanguine plus importante et des vaisseaux dilatés, votre tension artérielle baisse un peu les six premiers mois. A l’approche du terme, elle retrouvera son niveau d’avant la grossesse.

La respiration

Votre voix change de tonalité et vous ne respirez pas très bien par le nez. C’est normal, les modifications hormonales provoquent parfois une congestion de la muqueuse du larynx, de la trachée et des bronches. En fin de grossesse, l’utérus repousse le diaphragme vers le haut. L’amplitude étant réduite, votre respiration devient « haute » ou thoracique.

En outre, comme les poumons du bébé ne fonctionnent pas, vous respirez pour lui. A chaque inspiration, vous emmagasinez ainsi de 10 à 15 % d’air supplémentaire. Cette hyperventilation est utile au bébé, car elle fait baisser la pression en gaz carbonique.

Le système urinaire

Vous avez envie d’uriner plus souvent que d’habitude : le poids de votre bébé augmente, l’utérus comprime la vessie et les reins, chargés d’évacuer les déchets en quantités importantes, travaillent davantage. Des traces de sucre apparaissent parfois dans les urines : elles sont dues à une hormone qui ralentit les fonctions urinaires et doivent être surveillées.

La digestion

Elle est perturbée par la progestérone. L’estomac se vide moins vite, devient plus paresseux. Vous avez parfois, en début de grossesse, des nausées et l’impression d’être vite rassasiée. Vers le 4ème mois, une sensation de brûlure dans la gorge, accompagnée de renvois acides, peut apparaître. C’est ce qu’on appelle le pyrosis. Il dure jusqu’à l’accouchement et s’aggrave en position couchée. Toujours sous l’effet de la progestérone, le transit intestinal est ralenti.

Une tendance à la constipation s’installe. Adaptez votre alimentation pour retrouver des selles normales. Dans la bouche, la sécrétion de salive augmente en début de grossesse. Les gencives sont plus fragiles, le risque d’avoir des caries est plus important. Brossez-vous systématiquement les dents après chaque repas, limitez votre consommation de sucre et allez régulièrement chez le dentiste.

Les modifications hormonales

Elles sont très complexes et permettent à votre organisme de s’adapter à ses nouveaux besoins. La progestérone et les œstrogènes, hormones produites par le placenta pendant la grossesse, sont essentiels dans votre vie sexuelle et génitale. L’équilibre entre ces deux hormones permet à l’œuf de s’implanter dans l’utérus. Ce sont elles aussi qui empêchent les contractions intempestives de l’utérus et assurent ainsi la survie du futur bébé.

D’autres transformations chimiques aident votre organisme à subvenir à ses besoins. L’alimentation, en particulier, joue un rôle très important : d’elle dépendent les différents apports en calcium, en fer et en vitamines qui vont faire grandir votre enfant.

Le profil de la mère du 3ème au 9ème mois

3ème mois. Votre ventre n’a pratiquement pas bougé. Les seins prennent du volume. Le fœtus pèse moins de 20 grammes. Vous avez pris de 1 à 3 kilos. L’utérus a la taille d’un pamplemousse. Vous commencez à prendre du poids.

5ème mois. Votre ventre s’arrondit nettement. Le fond de l’utérus atteint le nombril. Le futur bébé pèse environ 350 grammes. Vous avez pris entre 3 et 6 kilos. Vous consommez chaque jour de 500 à 600 calories de plus qu’avant la grossesse.

8ème mois. Votre ventre atteint presque son développement maximal. Votre enfant pèse à peu près 2,5 kilos. Vous avez pris entre 9 et 11 kilos. Vous vous sentez lourde, des douleurs diffuses vous surprennent.

Jambes lourdes et varices

Même s’il ne s’agit pas de varices, vous pouvez ressentir des lourdeurs dans les jambes. Pour atténuer celles-ci, essayez de respecter quelques règles :

 

« Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l’adoption. Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant oulouer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? C’est faire un distinguo qui est choquant ». Telle est la déclaration de Pierre Bergé, publiée le 16 décembre au soir sur le site du Figaro. Alors qu’il soutenait la manifestation pour le mariage pour tous qui a rassemblé près de 60 000 personnes à Paris, le président du Sidaction et fondateur du magazine Têtu a ainsi relancé le débat sur la gestation par autrui (GPA).

 Le commentaire du journal Marie-Claire témoigne de son indignation : 

Pour lui, la GPA est un mode de procréation au même titre que la procréation naturelle, se fondant sur le fait qu’une femme peut disposer librement de son corps. Une vision qui divise même les féministes :

D’un côté les rationalistes comme Elizabeth Badinter, qui prônent la désacralisation du ventre de la mère, de la maternité et de la procréation assistée. De l’autre, les différentialistes comme Sylviane Agacinski qui dénonceNT une dérive de l’esclavage moderne, dont le dénominateur commun est l’argent et l’exploitation de l’autre, les mères porteuses étant dans leur grande majorité issues de milieux défavorisés :
Rappelons qu’aux Etats-Unis, il faut compter en moyenne 100 000 dollars pour bénéficier des « services » d’une mère porteuse, impossible donc pour les couples ayant de faibles revenus de l’envisager. Les opposants à la GPA soulignent d’ailleurs qu’on a rarement vu, pour ne pas dire jamais, une femme riche porter un enfant pour une femme pauvre…

Pour en savoir plus : Pierre Bergé : « Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? » – Marie Claire

 

 

%d blogueurs aiment cette page :