Flux RSS

Archives de Tag: inégalités

Journée internationale des femmes 2016

Publié le

Cette journée internationale des femmes recèle en elle-même l’injustice millénaire qui est faite à la moitié de l’humanité. La preuve étant qu’il n’existe pas de journée internationale des hommes ou des droits des hommes. No comment.

Dire que les femmes se battent pour exister comme des hommes à part entière depuis des millénaires et que l’égalité et le partage ne sont toujours pas de mise fend le cœur des féministes dont je suis. Nous sommes humiliées de devoir encore réclamer, demander, exiger et quémander l’égalité des droits et, tout simplement le Respect. Notre imagination, notre créativité, notre contribution à la marche et l’existence de l’humanité ne nous a toujours pas sorties de notre statut de sous-hommes.

Aujourd’hui, nous subissons une terrible régression du fait de la couardise des hommes trop heureux de trouver en d’autres cultures rétrogrades un soutien de leur machisme. Tous ces mâles qui accusent les féministes de les avoir castrés se réjouissent secrètement du soutien de populations qui maintiennent la terreur sur leurs femmes.Rien d’étonnant alors qu’ils appellent, protègent et encouragent les musulmans à nous harceler, nous humilier, nous agresser, nous menacer et nous violer.

Malheureusement, des pseudos féministes étranglées par leur laisse gauchiste (dixit Anne Zélensky) hurlent au racisme quand nous osons décrire la qualité des violeurs comme ceux de Cologne la nuit de la Saint-Sylvestre. La doxa socialo-communiste-anticolonialiste continue d’obscurcir la vision des réalités et à renforcer la cécité du déni. Nous aurions pu croire que les idéologies, toutes les idéologies, avaient été démontées depuis la dissidence soviétique mais leurs germes sont si virulents qu’ils reviennent même quand on détruit leur sommet visible.

Il ne fait pas bon être femme par les temps qui courent et notre situation n’est pas près de s’améliorer.

La Connectrice

Egalité professionnelle. Ecrivez à votre député ! Urgent.

Publié le

Illustration Deligne - tous droits reserves

Source dessin http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2013/12/05/en-limousin-l-egalite-homme-femme-au-travail-peut-encore-mieux-faire_1789306.html

Les hommes sont toujours largement majoritaires dans les instances de décision publiques et privées. Ils continuent à traiter les femmes comme des « citoyens » de seconde zone, ils décident pour elles une part congrue des richesses nationales au prétexte qu’elles « seraient faites pour faire des enfants », « que la place d’une femme est à la maison », »qu’elles ne seraient pas fiables quand elles ont des gosses », « qu’elles s’absentent pour bénéficier d’un congé maternité », « qu’elles sont caractérielles quand elles ont leurs règles », « qu’elles ne sont pas obligées de travailler quand elles sont mariées », « qu’elles obéissent plus à leur mari qu’à leur patron », « qu’elles sont susceptibles de quitter leur entreprise pour suivre leur mari », « qu’elles sont plus préoccupées de leurs tâches domestiques que de leur travail », « qu’une femme sème la zizanie quand elle travaille avec des hommes », etc.

Tous ces préjugés sont savamment distillés par les hommes pour justifier la discrimination et l’infériorisation des femmes.

Source dessin http://www.altaide.com/blog/legalite-professionnelle-hommes-femmes-en-12-dessins/

Et pourtant les femmes sont souvent plus diplômées que les hommes, plus consciencieuses dans leur activité professionnelle, plus sincères, plus directes, plus honnêtes, plus humaines et moins manipulatrices.Malheureusement, elles doivent se conformer aux mentalités masculines et, éventuellement faire mieux dans la manipulation, le secret et le mensonge pour se faire une place au milieu de ces guerriers d’opérette sans scrupules. On dit alors que les cheffes sont pires que les chefs alors qu’elles ne sont que les bonnes élèves de ces messieurs.

La société des hommes enferme les femmes dans une position de quémandeuses et se permettent ensuite de le leur reprocher, une réponse perverse à ce rapport de force qu’ils ont créé et qu’ils maintiennent. Les mâles ne veulent pas partager le pouvoir et l’argent.

Le harcèlement sexuel, la prostitution, la marchandisation du corps des femmes dont la GPA  (gestation pour autrui, mères porteuses), les bonne blagues graveleuses que les hommes se racontent autour d’un bock de bière ou d’un godet de pinard font partie de la dévalorisation des femmes en général et de leur travail en particulier. Quelle que soit son statut professionnel, la femme est « bonne à baiser » ou « pas baisable ».

Dessinfemmeorse

Source dessin http://www.blog-emploi.com/journee-de-la-femme-au-dela-des-cliches/

Récemment les journalistes politiques nous donnaient un échantillon des obscénités qui occupent le cerveau des hommes politiques, échantillon valable pour tous les dirigeants de notre société.

Les jeunes femmes qui se moquent des féministes et qui commencent souvent une phrase par « je ne suis pas féministe mais … »ne se rendent pas compte du travail que les féministes ont du abattre pour disposer du droit de vote, de pouvoir voyager et travailler sans l’autorisation du père ou du mari, de pouvoir ouvrir un compte en banque sans l’autorisation du mari, de pouvoir choisir leurs études et d’étudier dans la faculté de leur choix, de choisir leur profession, de disposer de la planification des naissances (contraception et avortement), de se marier et de divorcer selon leur choix, de pouvoir donner leur nom à leurs enfants, de faire valoir la loi du 6 Fructidor An II (1793) qui stipule que « nul ne devra changer de nom de naissance » (autrement dit s’appeler Mme Robert Dupont quand on est née Cécile Martin est un usage et non un droit), pouvoir porter le pantalon sans demander une autorisation préfectorale, avoir en théorie « à travail égal, salaire égal », etc.

Or c’est précisément « à travail égal salaire égal » que s’attaquent les machos qui veulent supprimer les outils de mesure et d’étude des discrimination qui accablent les femmes dans leur activité professionnelle.

Ne nous laissons pas faire, protestons en submergeant les députés de nos courriers indignés.http://foulepower.org/Y7ClCXGZI4

La Connectrice

egalite-homme-femme

 Source dessin https://unsanatixisamblog.wordpress.com/2013/04/30/humour-du-jour-egalite-hommefemme/

Ci-dessous, voici l’outil que le gouvernement veut supprimer :

Altaïr Conseil réalise le diagnostic de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes et vous accompagne dans l’élaboration d’un accord ou d’un plan d’action http://www.egalite-hommes-femmes.fr/

Source http://www.sudcam-cmds.org/egalite-professionnelle

N’enterrons pas l’égalité professionnelle !

  • Les femmes touchent des salaires inférieurs à ceux des hommes de 27%;
  • Deux tiers des smicards sont des femmes;
  • Elles représentent 82% des travailleurs à temps partiel;
  • Elles touchent des pensions de retraite inférieures de 40%;
  • Aucune femme ne dirige une entreprise du CAC 40;
  • La quasi-totalité ont déjà été confrontées au sexisme dans leur entreprise;
  • ….

la liste est longue – les inégalités hommes-femmes en entreprises sont criantes!

Mais au lieu de s’attacher à réduire ces inégalités, le gouvernement s’apprête au contraire à nous faire revenir 30 ans en arrière.

Le projet de loi sur le dialogue social du ministre du travail Mr Rebsamen supprime en effet des outils indispensables de lutte contre les inégalités. De l’établissement d’indicateurs, au diagnostique des inégalités, jusqu’à la négociation annuelle sur l’égalité professsionnelle en entreprise, et aux pénalités pour les entreprises ne respectant pas leurs engagements… toutes ces mesures qui commencent à porter leur fruit vont être vidées, voir supprimées.

Notre seul espoir : des amendements qui viennent d’être déposés et qui permettraient de garder et renforcer nos outils de lutte contre l’inégalité. Mais il ne nous reste que quelques jours pour convaincre les député-esréunis en séance dés mardi, de les voter.

Votre témoignage peut avoir un impact!

Envoyez un message à votre député-e en lui disant pourquoi il-elle doit soutenir ces amendements et la lutte contre l’inégalité hommes-femmes! Puis demandez à vos amis d’en faire autant !

Merci

URGENT – Prenez 2 minutes, demandez à votre député-e de voter pour l’égalité professionnelle

Yvette ROUDY

France

26 mai 2015 — Chère signataire, cher signataire,

C’est cette semaine que les député-es vont décider de rétablir ou non les outils de l’égalité professionnelle dans la loi. Nous avons besoin de vous pour leur faire passer le message ! Envoyez un message au député-e de votre circonscription ici : https://www.powerfoule.org/sosegalitepro

Vous avez été plus de 40 000 à signer la pétition pour demander au gouvernement de rétablir dans la loi les outils de l’égalité professionnelle. Ce dernier n’a pas donné suite à notre demande. Il a simplement étoffé la base de données unique des entreprises sans rétablir ni le Rapport de Situation Comparée (diagnostic égalité) ni la négociation dédiée. Ces deux outils sont indispensables pour mesurer les inégalités, les rendre visibles et agir.

Le texte arrive cette semaine à l’Assemblée Nationale. Les député-es vont donc devoir choisir entre supprimer les outils de l’égalité professionnelle ou les maintenir.

A nous de jouer ! Si nous sommes 40 000 à écrire à notre député-e, nous pouvons faire bouger les choses !

Partagez la lettre sur les réseaux sociaux pour qu’un maximum de personnes envoient un message à leur député-e :
Pour partager sur Twitter, cliquez ici : http://ow.ly/Npsvv
Pour partager sur Facebook, cliquez ici : http://ow.ly/NpsAs

A bientôt,

L’équipe de campagne #SOSEgalitepro

http://foulepower.org/Y7ClCXGZI4

Pour écrire à votre député, c’est simple

Pour écrire à votre député, c’est très simple, vous cliquez sur ce lien http://foulepower.org/Y7ClCXGZI4 qui vous donnera le nom de votre député en fonction de votre code postal. Vous indiquerez votre adresse mail, votre nom et il suffira de cliquer au bas de la lettre type pour envoyer ce message à votre député.

#SOS égalité professionnelle. Signez la pétition !

Publié le
Le rapport de situation comparée est un outils qui permet de mesurer les différences de salaires et de carrière entre hommes et femmes. Il est obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés.
Les négociations collectives réalisées tous les ans doivent s’appuyer sur ce rapport. Le projet de loi sur le dialogue social et l’emploi prévoit de supprimer purement et simplement tous les outils de l’égalité professionnelle du Code du travail! Pourtant, l’égalité entre hommes et femmes sur les salaires et les carrières est loin d’être atteinte. Les femmes gagnent en moyenne 24% de moins que les hommes, ce qui se répercute sur leur retraite et tout le monde peut constater que, dans les entreprises, très peu de femmes atteignent le plus haut niveau.
Tout le monde peut également constater que, dans les médias, la présence de femmes responsables ou expertes a spectaculairement reculé. Pourtant les filles sont meilleures que les garçons dans les études
Plafond de verre, discrimination, inégalités de tous ordres, dévalorisation, mépris, harcèlement, exclusion sont malheureusement le lot de la plupart des femmes dans les entreprises publiques et privées.
Ne permettons pas que le recul de la condition des femmes s’aggravent avec la suppression de l’obligation de rapport de situation comparée.
La Connectrice
valere_chances_a_l_embauche
 

Je signe la pétition !

 

Yvette Roudy et plus de 100 personnalités engagées sur l’égalité (voir la liste complète ici) lancent lundi 11 mai une pétition pour demander à François Rebsamen de préserver les outils de l’égalité professionnelle.

Signez la pétition sur Change.org

Capture d’écran 2015-05-10 à 20.44.11

Le texte de la pétition

 

En France, en 2015, les femmes touchent 27% de salaire en moins que les hommes, 1 sur 3 travaille à temps partiel, elles sont majoritaires dans les métiers les moins bien rémunérés, aucune femme n’est à la tête d’une entreprise du CAC 40, elles touchent 40% de retraite en moins et 1 sur 5 est victime de harcèlement sexuel en entreprise

#SOS Egalité professionnelle

François Rebsamen, ministre du Travail, prépare en ce moment un projet de loi sur le dialogue social et l’emploi. Ce texte sera présenté fin mai  aux députées et députés. Dans les multiples articles du projet de loi, on découvre des propositions… étonnantes :  le texte prévoit de supprimer purement et simplement tous les outils de l’égalité professionnelle du Code du travail.

Le projet de loi supprime en effet l’obligation d’établir un diagnostic de l’égalité dans l’entreprise (Rapport de Situation Comparée*), de négocier sur cette question et pire, rend les sanctions pour les entreprises qui ne respectent pas l’égalité professionnelle… impossibles à appliquer !

De nombreuses entreprises rechignent encore à produire ces chiffres et à prendre des mesures contre le sexisme au travail et les inégalités professionnelles. Avec ce projet de loi, le gouvernement envoie un message limpide : l’égalité ? C’est réglé. Circulez, il n’y a rien à voir.

Le gouvernement se moque manifestement de nous. Et sans doute aussi de l’égalité femmes – hommes.

Exigeons qu’il rétablisse dans son projet de loi les obligations légales en matière d’égalité professionnelle.

 

Avec Yvette Roudy et plus de 100 personnalités**, je signe la pétition !

Interpellez François Rebsamen sur Twitter

Interpellez Marisol Touraine sur sa page Facebook

Retrouvez la campagne sur http://sosegalitepro.fr

Suivez la mobilisation sur Twitter avec #SOSEgalitépro

* * * * *

* Ce rapport de situation comparée et la négociation, fruits de nombreuses batailles syndicales, féministes et politiques, sont des outils indispensables pour mesurer les inégalités et faire avancer l’égalité. Ils permettent d’aborder les multiples facettes des inégalités professionnelles : salaires, accès à la formation, déroulement de carrière, temps partiel, conditions de travail, mixité des emplois, accès aux postes à responsabilité, harcèlement sexuel, etc…  

** Retrouvez la liste des premières et premiers signataires ici 

 

 

Signez la pétition sur Change.org

Capture d’écran 2015-05-10 à 20.44.11

 

Pour en savoir plus

  • Rapport de situation comparée

26 août 2008

http://travail-emploi.gouv.fr/espaces,770/dialogue-social,2173/dossiers,2178/egalite-professionnelle,506/le-rapport-de-situation-comparee,1138/rapport-de-situation-comparee,8061.html

Objectifs et contenu

Objectifs

L’égalité professionnelle constitue un thème de la négociation collective. Pour enrichircette négociation et permettre ainsi aux partenaires sociaux de fixer des objectifs en la matière, les employeurs doivent repérer et analyser la situation des hommes et des femmes au sein de leur entreprise, et définir les actions à mener visant à supprimer les inégalités.

Tel est l’objet du rapport annuel de situation comparée des conditions générales d’emploi et de formation des femmes et des hommes, obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés.

Ce rapport permet d’identifier les inégalités et de définir les actions à mener pour aller vers l’égalité des hommes et des femmes en entreprise. C’est sur la base de ce rapport rédigé tous les ans, dont les indicateurs sont adaptés à la réalité de l’entreprise, que doit s’engager la négociation collective. Il s’agit donc d’un élément de diagnostic, mais aussi d’une base pour agir en faveur de l’égalité hommes-femmes

Contenu

Le contenu de ce rapport a été renforcé par la loi sur l’égalité professionnelle du 9 mai 2001.

Il comporte une analyse chiffrée qui s’appuie sur des indicateurs pertinents, reposant sur des éléments chiffrés et définis par décret, qui retracent pour chacune des catégories professionnelles, la situation respective des femmes et des hommes en matière d’embauche, de formation, de promotion professionnelle, de qualification, de classification, de conditions de travail et de rémunération effective. Ces indicateurs offrent une grille de lecture, commune à toutes les entreprises, comportant des statistiques exprimées en pourcentages.

Éventuellement, ceux-ci peuvent être complétés par des indicateurs spécifiques à l’entreprise.

Le rapport doit ainsi répondre aux trois objectifs suivants :

  • Mesurer
  • Comprendre
  • Agir
Rapport de situation comparée - guide de réalisation Vous pouvez également consulter l’intégralité du rapport :

.

Comment remplir le rapport ? Une démarche simplifiée, un accompagnement des entreprises renforcé

Afin de faciliter le travail des entreprises et de les accompagner dans l’élaboration de ce rapport et des plans d’actions en faveur de l’égalité hommes-femmes qui peuvent en résulter, l’Etat et les partenaires sociaux ont décidé, au cours la conférence tripartite sur l’égalité professionnelle et salariale du 26 novembre 2007 de mettre à la disposition des entreprises les outils suivants :

  • une liste a minima des indicateurs devant figurer dans ce rapport, cette liste pouvant être complétée librement par l’entreprise si celle-ci souhaite fournir des informations complémentaires permettant de préciser sa situation au regard de l’égalité hommes-femmes ;
  • des outils d’accompagnement, et notamment deux modèles types de rapport, l’un destiné aux entreprises d’au moins 300 salariés, l’autre aux entreprises de moins de 300 salariés, ainsi qu’un guide pratique , que vous pouvez consulter en cliquant sur le lien suivant :

Vous pouvez télécharger ci-dessous les propositions de modèle de rapport de situation comparée, en fonction de la taille de votre entreprise.

Entreprises de - de 300 salariés
Si les entreprises de 50 à 299 salariés ne sont pas soumises à l’obligation de réaliser le rapport de situation comparée tel que prévu à l’article L. 2323-57 du Code du travail, elles ne sont pas dispensées de recueillir des informations portant sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, de les analyser et de réaliser des plans d’actions.

Entreprises de 300 salariés et plus
Les entreprises de 300 salariés et plus sont quant à elles tenues, chaque année, de réaliser un rapport écrit sur la situation comparée des conditions générales d’emploi et de formation des femmes et des hommes dans l’entreprise.

Ce rapport comporte une analyse permettant d’apprécier la situation respective des femmes et des hommes en matière d’embauche, de formation, de promotion professionnelle, de qualification, de classification, de conditions de travail, de rémunération effective et d’articulation entre l’activité professionnelle et l’exercice de la responsabilité familiale. Il est établi à partir d’indicateurs, définis par décret et éventuellement complétés par des indicateurs tenant compte de la situation particulière de l’entreprise.

Il recense les mesures prises au cours de l’année écoulée en vue d’assurer l’égalité professionnelle, les objectifs prévus pour l’année à venir et la définition qualitative et quantitative des actions à mener à ce titre ainsi que l’évaluation de leur coût.

Le patrimoine retraite des ministres, un secret honteux et mal gardé

Publié le

Je viens de découvrir le site sauvegarde retraite qui fait un travail de recherche et d’information des plus utiles.http://www.sauvegarde-retraites.org/index.php

Voici son dernier billet qui complète quelques lacune (il y en a d’autres) de la soit-disante déclaration de patrimoine de nos chers hypocrites.

Le « patrimoine retraite » des ministres toujours occulte…

Cumulant sans limites les régimes spéciaux, les politiques se préparent discrètement un confortable « patrimoine retraite »… qui ne fait, jusqu’à ce jour, l’objet d’aucune déclaration publique.

Chacun appréciera les déclarations de patrimoine des ministres, récemment publiées par le gouvernement. Force est de constater que la fameuse transparence ne va pas jusqu’au bout…

En effet, l’un des avantages les plus déterminants dont bénéficient nos ministres réside dans le cumul sans limites de régimes spéciaux, qui affichent une grande générosité : régimes des parlementaires, régimes de la fonction publique, etc.

Ils se constituent ainsi progressivement un véritable « patrimoine retraite », c’est-à-dire le cumul des droits à pension acquis, qu’ils toucheront l’âge venu. Ainsi, le patrimoine affiché, avec plus ou moins de crédibilité, ne constitue que la partie émergée de l’iceberg : qui dit cumul des mandats ou des fonctions dit cumul des pensions de retraite.

A tout seigneur tout honneur, le premier de tous les ministres est probablement l’un des plus grands cumulards parmi ses pairs. Jugez plutôt : successivement ou concomitamment fonctionnaire de l’éducation nationale, conseiller général, maire, président d’agglomération puis de communauté urbaine, député (président de groupe) et enfin Premier ministre, Jean-Marc Ayrault est le roi des cumulards… et de la multiple affiliation aux régimes spéciaux.

Tout compris, ses avantages retraite devraient dépasser la barre des 15 000 euros par mois… Avec une espérance de vie à la retraite de 20 ans, le Premier ministre est potentiellement assis sur un tas d’or de 3,6 millions d’euros : un chiffre bien supérieur à son patrimoine déclaré (1,5 million d’euros) !

Laurent Fabius, numéro 1 au box-office du patrimoine (6,5 millions d’euros), est également bien placé à celui du « patrimoine retraite ». Là encore, la clé réside dans le cumul des mandats et la longévité de la carrière de l’ancien « plus jeune Premier ministre de France » : conseiller d’Etat, député, Premier ministre puis ministre, adjoint au maire, président de communauté d’agglomérations… De quoi voir venir, d’autant que Laurent Fabius a liquidé sa retraite de haut fonctionnaire, dès 2001, à l’âge de 55 ans, juste avant que les règles ne changent.

Les cas sont courants, dans le gouvernement, de ministres ayant occupé tout un panel de mandats locaux et nationaux : Michel Sapin, Marylise Lebranchu, Michèle Delaunay, Pierre Moscovici, etc.

Au-delà du patrimoine déclaré, ils s’apprêtent donc à toucher le pactole de futures pensions assises sur des règles dérogatoires au droit commun et qui demeurent taboues. Si les ministres voulaient vraiment la « transparence », il serait judicieux qu’ils publient également leur « patrimoine retraite » et, surtout, qu’ils mettent fin aux régimes spéciaux dont ils sont souvent les premiers à bénéficier.

Bien cordialement

  Marie-Laure Dufrêche
  Déléguée Générale

__________________________________________________
Sauvegarde Retraites, association Loi 1901 indépendante de toute
formation politique, syndicale ou professionnelle, rassemble
plus de 103 000 personnes qui veulent obtenir un système de retraite
plus efficace, plus juste et plus responsable.
L’association se refuse statutairement de recevoir des subventions.
Elle ne vit que des dons de ses membres donateurs.

Pour faire un don en ligne, c’est simple, rapide et sécurisé en cliquant ici.

Pour connaître les dernières informations concernant les retraites, cliquez ici

Si vous souhaitez vous abonner ou modifier votre adresse e-mail, cliquez ici.

Vous recevez le billet de Sauvegarde Retraites parce que vous
(ou un de vos proches) nous avez indiqué votre e-mail sur notre site
Internet ou par courrier. Si vous souhaitez vous désabonner, cliquez ici.

Femme violée interpellée par la police

Publié le

Parodie des Inconnus tout à fait d’actualité : la femme violée est la coupable

http://www.youtube.com/watch?v=HoA6debXqOM&feature=BFa&list=AV4oVf-d_DwKCiWAFf6KRaToBgK_xklqrW&index=15

En effet, on trouve sur le net des commentaires disant que la femme de chambre est une « salope » qui a fait une pipe à DSK et a trouvé qu’il ne l’avait pas assez payée, d’où ses « affabulations ». Un type de commentaire qui en dit long sur la misogynie de certains français;-((((

Fanny Truchelut demande à la République de respecter ses 34% d’athées

Publié le

Combattante de la Laïcité, Fanny Truchelut avait été injustement condamnée pour avoir demandée à deux provocatrices voilées de retirer leur voile dans la salle commune de son gîte.

Depuis sa condamnation, Fanny a perdu son gîte mais continue courageusement sa lutte.

Elle vient d’écrire une lettre ouverte à Claude Guéant, Ministre de l’intérieur qui est aussi le ministre des cultes, dans laquelle elle souligne que le tiers de la population française qui se déclare athée n’est pas représenté lorsqu’il reçoit les dignitaires religieux.

La religion, comme l’athéïsme est une expression de la spiritualité et, à ce titre, on ne comprend pas pourquoi elle est ignorée par les responsables politiques.

Je soutiens la revendication de Fanny Truchelut et son rappel de l’incohérence de la justice qui l’a condamnée mais accepte de multiples infractions à la loi sur la laïcité.

http://www.a-voix-haute.net/index.php?option=com_content&view=article&id=35:lettre-a-monsieur-le-ministre-de-linterieur&catid=3:dernier-article-publie&Itemid=12

Le poulet du Zimbabwe et les 428 poulets du Qatar

Publié le

Ce matin dans sa revue de presse sur Frane inter, Yvan Levaï rappelait qu’au 18ème siècle l’écart entre riches et pauvres était de Un à deux. Quand un pauvre mangeait un poulet, le riche en mangeait deux.

Aujourd’hui, l’écart entre riche et pauvres est devenu tellement large qu’entre le pays le plus pauvre du monde, le Zimbabwe et le plus riche du monde, le Qatar, l’écart est de un à 428 !

On comprend pourquoi Sarkozy est tellement ami avec l’émir du qatar, pourquoi il lui accorde de nombreuses faveurs, notamment l’exonération de la double imposition, et soutient ses investissements en France. Les modifications apportées à nos lois pour développer la finance islamique dans les banques et les universités, la création d’Euro-place pour rivaliser avec la City de Londres afin d’attirer les capitaux des fonds souverains des pays musulmans,  ont certainement à voir avec cette belle amitié

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/sport/20110304.OBS9117/mondial-2022-sarkozy-a-souffle-a-platini-de-voter-pour-le-qatar.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20090623.OBS1547/nicolas-sarkozy-recoit-l-emir-du-qatar.html

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/doha-sur-seine-ce-qatar-qui-aime-la-france_743673.html

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/le-qatar-ami-discret-de-paris_743498.html

Je n’ai pas vérifié les chiffes avancés par Yvan Levaï mais, à vue de nez, on sait bien qu’il n’y a pas de commune mesure entre les quelques 1 200 euros des smicards à plein temps (les femmes à temps partiel contraint touchent moins) et les rémunérations des patrons du CAC 40.

Yvan Levaï rappelait aussi que Bernard Tapie avait touché 45 millions d’euros à titre de préjudice moral, payé par les contribuables et que le Sidaction avait recueilli 3 millions d’euros, ce qui est considéré comme une belle somme.

Tant va la cruche en or massif des riches, à l’eau, qu’à la fin elle se transforme en pépites que les chercheurs d’or ne manqueront pas d’aller tamiser à la faveur de révoltes et peut être de révolutions à venir.

Mode féminine 2011 : fascisme sexiste

Publié le

Le fascisme sexiste se porte mieux que jamais. Ah si les femmes pouvaient retourner à la maison pour reproduire, assurer le repos du guerrier et libérer des emplois qu’elles occupent, c’est bien connu, pour s’acheter des fringues et compléter le revenu du mâle.

Voici trois exemples de ce que les modes intellectuelles et matérielles feront subir aux femmes en 2011:

1-Les chaussures de violables

En 2011, les femmes porteront des chaussures de violables : des talons très hauts qui entraînent des chutes, des fractures des chevilles selon les rhumatologues qui se frottent les mains à la perspective de voir leurs cabinets de consultation se remplir de femmes aux chevilles brisées et autres traumatismes osseux et articulaires conséquence du port de chaussures compensées, donc rigides, aux talons trèss hauts et instables. Ils recevront également davantage de femmes affectées de lumbagos, scolioses et douleurs dorsales liées au port de chaussures qui contraignent et affectent la stature debout.

Au quotidien, avec de telles chaussures, on marche mal et on ne peut pas courir, on est plus fatiguée et plus attentive à son corps qu’à sa tête.

De plus,des pieds chaussés de tels instruments de torture attisent l’appétit des mâles fétichistes qui ne manqueront pas de poursuivre la biche qui aura du mal à échapper au chasseur. Sachant qu’actuellement en France une femme est violée toutes les 20 mn, on peut légitimement se demander si la fréquence ne va pas augmenter.

La sécurité sociale va-t-elle réagir contre la recrudescence d’actes médicaux liés au port de chaussures dangereuses ?

Les femmes vont-elle refuser de porter ces instruments de torture destinés à les faire ressembler à des poupées Barbie décoratives qui confirmeront leur exclusion des domaines de responsabilité et leur discrimination salariale et générale?

2-Hijab et voiles

La loi contre le port du niqab qui masque le visage relancera les discussions polémiques et oiseuses sur la liberté de porter le voile. Des « féministes musulmanes » défendront leur « liberté ». Celles qui ne porteront pas le niqab, porteront le hijab ou le tchador sans complexes puisqu’elles « respecteront » la loi. Actuellement, seule une minorité de femme porte le niqab ou la burqa en France mais elles sont de plus en plus nombreuses à arborer des voiles de toutes longueurs et de toutes couleurs. La question de l’affichage ostentatoire de sa religion, de la stigmatisation de l’infériorité des femmes, de la discrimination et des revendications de « liberté de s’habiller comme on veut », continuera à tourmenter notre société.

Ce qui sera interdit:


Liberté sur les Champs Elysées à Paris

http://www.modem76.com/article-vue-du-canada-la-burqa-n-est-pas-une-question-d-identite-nationale-mais-de-droit-des-femmes-47977375.html

Ce qui reste autorisé :

Notons que l’offre de vêtements halal, de voiles de toutes sortes, y compris de costumes de mariées avec bonnet, est extrêmement importante sur le net où on a l’embarras du choix.

Mariée halal à la pose suggestive…

3-Discours machiste et sexiste

Le bon machisme gaulois commence déjà à s’en mettre plein la lampe, se lâche en toute impunité, avec obscénité au prétexte que Marine le Pen est fasciste. Mais on avait eu droit à des commentaires sexistes et méprisants pour Ségolène Royal, comme pour pratiquement toutes les femmes célèbres.

« Si je n’étais pas féministe et partisan de la parité au Parlement, je me serais dit que c’est exactement le genre de fille qu’on a envie de sauter entre deux portes en espérant qu’elle vous demande de lui donner des baffes avant de jouir pour pouvoir se mettre un instant dans la peau d’un sans-papiers macho et irascible ».

http://www.liberation.fr/politiques/01012325989-la-fille-du-bedouin

Les voiles et autres signes discriminatoires, trouble à l’ordre public, infraction à l’égalité

Publié le

La loi contre le port du niqab entrera en vigueur le 11 avril, ce qui donne l’occasion aux gens qui réfléchissent de revenir sur le port de signes religieux ostentatoires et aux politiques de l’UMP d’essayer de piquer des voix au FN.

Dans un article de Riposte laïque, Catherine Ségurane expose clairement et simplement pourquoi tous les voiles, quelle que soit leur longueur, leur couleur et la manière de les porter sont un signe discriminatoire, une stigmatisation des femmes contraire aux principes mêmes de la République française : Liberté, Egalité, Fraternité et ceux de la Déclaration des droits de l’homme : tous les citoyens naissent libres et égaux en droit …

Elle explique aussi pourquoi mettre toutes les religions dans le même sac est une manière de noyer le poisson de l’islamisation.

Contrairement à tous les gémissements actuels sur la soit-disante intolérance des Français, leur « racisme » et leur « xénophobie », les Français, à travers l’histoire, ont toujours accueuilli les étrangers, les réfugiés qui les respectaient. Des générations d’Italiens, de Portugais, d’Espagnols, de Polonais, de Grecs, de Chinois, de Vietnamiens, de Libanais, d’Africains et d’Arméniens se sont parfaitement intégrés dans la société française en conservant leurs coutumes et leurs religions pour lesquelles les Français ne les ont jamais persécutés dans l’histoire récente. Ils n’ont jamais réclamé des modifications des lois de la République.

Ce qui est nouveau dans l’histoire de la France avec les Musulmans, c’est que leur religion est un projet politique de conquête, qu’ils viennent en France réclamer ouvertement le « paiement de la dette coloniale », qu’ils insultent les Français et leur culture dans leurs chansons, qu’ils nous menacent comme les Indigènes de la République et sa porte parole Houria Bouteldja qui n’a toujours pas été condamné pour injures racistes, qu’ils « niquent la France et les Céfrans » en toute fierté et impunité.

Le problème qu’ont les Français avec l’Islam est généré par le comportement agressif, méprisant et conquérant des Musulmans qui se désignent eux-mêmes comme tels au détriment de leur nationalité française ou de leur appartenance à notre société.

Malheureusement, nos politiques et nos élites, au lieu de rappeler à ces insolents les valeurs de la société française et de la République laïque, reprennent leurs arguments à leur compte, se couchent devant leurs revendications destructrices de l’unité nationale, et se battent la coulpe tandis que le peuple subit tous les jours les incivilités, les agressions, les menaces, les insultes, les troubles à l’ordre public, les financements illégaux de mosquées, les menaces pour la laïcité et la loi de 1905, et le traitement ignoble des femmes.

Dans ce contexte, il ne faut pas s’étonner que le peuple se tourne vers celle qui a le courage d’appeler un chat un chat, Marine le Pen. Quand on traite de « gros cons » (Sofia Aram sur France Inter) les partisans du FN, on fait le jeu de ce même FN et non pas celui de la République.

Si les politiques et les élites écoutaient le peuple français et lui apportaient des réponses appropriées, le FN resterait embryonnaire.

 

Déjà, il faudrait se situer sur le terrain juridique adéquat, qui n’est pas celui des signes religieux mais celui  de l’ordre public et du respect des droits et libertés d’autrui.

Le premier débat sur le voile à l’école fut habilement enlisé par la bien-pensance, qui le situa sur le terrain des signes religieux et de la neutralité des services publics, ce qui nous entraîna dans un marécage dont nous ne sommes pas encore sortis aujourd’hui : signes religieux ostentatoires ou pas ostentoires ? Portés par les agents du service public ou par les usagers ? Signes musulmans, juifs ou chrétiens ? Sachant qu’il ne faut pas avoir l’air de cibler une religion plus qu’une autre, même quand ces religions n’attentent pas de la même façon à l’ordre public et aux droits et libertés d’autrui.

En réalité, la question n’est pas là. Le scandale du voile n’est pas qu’il soit plus long ou plus court ou qu’il soit porté par l’institutrice ou par l’élève. Ce scandale tient au fait que le voile affirme l’infériorité de la femme et par là même porte atteinte aux principes fondamentaux qui régissent notre République, qui a pourtant l’égalité inscrite dans sa devise. Les voiles, tous les voiles, doivent être interdits, en tous temps et en tous lieux, et sans qu’il faille pour cela s’embarquer dans des débats sur les kippas, les cornettes des religieuses, les croix plus ou moins grandes et autres impasses.

La plupart des signes religieux ne font rien d’autre qu’affirmer une appartenance religieuse, ce qui n’est pas criticable en soi (sauf pour les agents du service public dans le cadre de leurs fonctions). Tant que ces signes n’ont pas d’autres projet, pas de problème. Mais, quand le projet d’affirmation d’appartenance religieuse cache un projet politique, et que ce projet politique consiste à rétablir la subordination de la femme, il faut dénoncer l’imposture et refuser au signe en question le statut protecteur de signe religieux. Il faut le combattre et l’interdire comme on interdit les emblèmes d’autres idéologies anti-républicaines ou suprémacistes. On ne comprend pas pourquoi il serait moins grave d’affirmer l’infériorité de la femme que d’affirmer l’infériorité de tout autre groupe.

La liberté religieuse n’est pas au dessus des autres. Même la Convention européenne des droits de l’homme le reconnait en son article 9 :

« Article 9 : 1.  Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites.
2.  La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui. »

Il est donc parfaitement possible de restreindre la liberté religieuse au nom des droits et libertés d’autrui, par exemple le droit des femmes à l’égalité.

Il est de même possible de la restreindre au nom de l’ordre et de la santé publique, par exemple pour mettre fin aux caprices dans les hopitaux.

Il n’y a qu’une seule religion, l’islam, qui pose de tels problèmes actuellement. Il n’y a donc aucun besoin d’élargir le sujet au christianisme et au judaïsme, provoquant une alliance des religions contre le projet.

S’il advient, sur un autre sujet, qu’une autre religion porte atteinte à l’ordre public ou aux droits et libertés d’autrui, on combattra cette autre religion sur le problème qu’elle posera, mais sans généraliser au delà d’elle.

Catherine Ségurane

 

http://ripostelaique.com/claude-gueant-les-usagers-des-services-publics-et-les-signes-religieux.html?

Journée de l’égalité salariale le 15 avril

Publié le

L’Europe est gentille, elle a décrété le 5 mars la nécessiter d’instaurer un « Equal Pay Day » qui sera célébré dans les pays membres à des dates différentes, le 15 avril pour la France.

Selon l’adage « Fêtées un jour, exploitées toute l’année », une fois de plus on aura droit à des statistiques, des chiffres, des déclarations, un constat exhaustif et crédible de toutes les discriminations salariales en fonction des secteurs d’activité, selon la géographie, selon l’évolution chronologique, selon les qualifications et l’expérience, selon l’âge des femmes en activité ou à la retraite.

Une fois de plus, les bras nous en tomberont devant un tableau catastrophique des réalités de la discrimination sexiste et puis, tout continuera comme avant….

Il n’empêche qu’il vaut mieux une journée d’information que rien du tout.

http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/parite/971-egalite-salaires-equal-pay-day

%d blogueurs aiment cette page :