Flux RSS

Archives de Tag: Irak

Esclaves chrétiennes pour le plaisir des hommes musulmans

 

Etat islamique. Belle vierge 12 ans 12 500 $ à saisir

L’Etat islamique l’avait promis, il le fait. Les esclaves sexuelles font partie de son programme pour le repos de ses guerriers mais aussi pour contribuer à son trésor de guerre.

Qu’en disent tous ces musulmans qui nous jurent que l’Etat islamique, ce n’est pas l’Islam, que l’Islam est une religion de paix et d’amour qui respecte les femmes et qui serait même féministe ?

J’attends depuis longtemps des manifestations massives de musulmans s’indignant contre ces crimes contre l’humanité et pratiques du VIIème siècle…

Tant que les musulmans ne bougeront pas, enlèvements, séquestration et esclavage sexuel de fillettes et de femmes se poursuivront dans les dictatures musulmanes et pas seulement dans le califat. Il appartient aux musulmans de mettre de l’ordre dans l’oumma islamiya, encore faudrait-ils qu’ils le veuillent. Pour l’instant, tous les musulmans qui se taisent sont des complices objectifs du rapt, de la séquestration, du viol et de la mise en esclavage des fillettes, des jeunes filles et des femmes.

La Connectrice

L’Etat islamique vend des esclaves en ligne, les féministes occidentales se taisent, Lidia Catalano

Publié le 10 juillet 2016  http://www.danilette.com/2016/07/l-etat-islamique-vend-des-esclaves-en-ligne-les-feministes-occidentales-se-taisent-lidia-catalano.html

« Vierge. Belle. 12 ans. Son prix a atteint 12 500 $ et elle sera vendue très vite ».

On trouve cette annonce au milieu de dizaines d’autres annonces qui proposent au plus offrant, une portée de chatons, des armes ou du matériel militaire. Qu’il s’agisse d’un équipement militaire de camouflage ou d’une fillette ne fait aucune différence ! Ces messages sont postés sur Telegram, une application comme WhatsApp mais avec un niveau de protection des données tellement élevé que les décrypter est une mission impossible même pour le FBI. Celui qui a mis en lumière les ultimes atrocités perpétrées par l’Etat islamique contre la minorité Yazidi, est un homme qui se bat pour arracher aux hommes du Califat, les trois mille femmes et filles enlevées et transformées en esclaves sexuelles.

L’État islamique perd progressivement du terrain en Syrie, en Libye et en Irak mais son emprise sur les prisonniers ne se relâche pas et il utilise un mix de technologie et de barbarie. La traite des esclaves en 2016 est gérée par une application de Smartphone, il existe une base de données avec les photos des prisonnières accompagnées du nom de leur maître pour bloquer toute tentative d’évasion.

Le calvaire des Yazidi a commencé il y a exactement deux ans. Durant l’été 2014 les miliciens du califat ont conquis leurs villages dans le nord de l’Irak dans le but d’anéantir la minorité kurde. Depuis lors, environ 130 personnes par mois réussissaient à s’enfuir et à se mettre en sécurité grâce à l’aide des combattants kurdes. Mais depuis le mois de mai, le contrôle s’est intensifié et seul 39 prisonnières ont réussi à retrouver la liberté, selon les données fournies par le Gouvernement régional du Kurdistan. Toutes les esclaves sont répertoriées et si l’une d’entre elles essaye de s’échapper, son signalement est diffusé dans tous les check-points et immédiatement des miliciens se lancent à sa poursuite, raconte Mirza Danaï, fondateur de l’organisation humanitaire irako-allemande « Luftbrucke Irak ».

L'Etat islamique vend des esclaves en ligne, les féministes occidentales se taisent, Lidia Catalano

Lamiya Aji Bashar a essayé de s’échapper à quatre reprises avant de réussir à atteindre les territoires contrôlés par le gouvernement. Ces deux camarades qui étaient avec elle n’ont pas réussi. Elles ont sauté sur une bombe alors qu’elles traversaient à pied un champ de mines. Almas avait huit ans, Katherine en avait 20. « C’est tout ce que je sais car malheureusement je ne peux pas me rappeler de leurs noms de famille », a raconté la jeune fille de 18 ans à l’Associated Press. L’explosion lui a arraché l’œil droit et son visage garde les multiples impacts de l’explosion. Pourtant Lamiya, assise sur un lit avec ses jambes croisées, dans la maison de son oncle à Baadre, dans le nord de l’Irak se considère comme une fille chanceuse : « j’ai finalement réussi et même si j’avais perdu mes deux yeux cela en aurait valu la peine. La seule chose qui compte c’est d’être sortie vivante de cet enfer ».

Sources : www.informazionecorretta.com et www.lastampa.it

© adapté de l’italien par http://www.danilette.com

Ces migrants abandonnés par leurs propres frères auxquels ils rapportent gros

Publié le

Des migrants qui peuvent rapporter gros…

GD*7578991

Des centaines de migrants venus principalement d’Afrique mais aussi de Syrie et d’Irak ont péri suite au naufrage programmé d’embarcations de fortune. Depuis le début de l’année, soit environ 110 jours, 1739 personnes auraient péri noyées dans la Méditerranée ou assassinées par leurs compagnons d’infortune pour faire de la place. Ces migrants que nous devrions aider comportent en leur rang des terroristes, des repris de justice et des fanatiques qui, selon le journal Le Monde du 17 avril, ont égorgé 12 de leurs compagnons d’infortune parce qu’ils étaient chrétiens.

Le nombre de ces candidats à l’émigration aurait été multiplié par 200 par rapport à l’année dernière mais Christian Bouquet, géographe   invité dans l’émission C dans l’air du 21 avril, prétend qu’ils ne seraient que 500 000 à devoir être absorbés par l’Union européenne, une broutille que la « main invisible  » du marché régulerait. Dommage qu’il n’y ait pas eu de syndicaliste sur le plateau pour lui rappeler que le travail au noir faisait baisser les salaires des travailleurs légaux, que les travailleurs non qualifiés faisaient baisser le salaire des travailleurs qualifiés contribuant ainsi à la crise économique et minant le droit du travail chèrement acquis.

C’est aussi faire peu de cas des millions d’immigrés légaux et illégaux qui ont déjà investi nos pays sans connaître leur langue, leurs lois, leurs usages, sans qualification professionnelle et, pour la plupart musulmans, à vouloir nous imposer la charia et revendiquer de plus en plus de faveurs ce dont témoigne cette récente enquête sur les exigences religieuses dans les entreprises comme le titre le journal Le Figaro du 21 avril : La religion donne du fil à retordre aux entreprises. Et n’oublions pas les aveux de Jack Lang affirmant que 2/3 des personnes incarcérées en France seraient musulmanes.

Selon les médias et le gouvernement, nous, Français en particulier et Européens en général, serions responsables de ces drames humains. Nous serions responsables parce que nous avons fait sauter les dictatures « équilibrantes » de Khadafi, Sadam Hussein, Morsi, Ben Ali et El Assad au profit du chaos qui aurait favorisé le terrorisme islamique et l’État islamique, Boko Haram et les Shebab. Nous serions aussi responsables du réchauffement climatique qui désertifie certaines régions de l’Afrique. Nous serions responsables des crises économiques du fait du néo colonialisme de nos entreprises qui exploitent sans vergogne populations locales et ressources naturelles.

Ces accusations idéologiques faciles font peu de cas des réalités qui les dérangent.

L’émigration rapporte gros. Les bénéfices de ces tragiques migrations sont encaissés par les musulmans de l’Etat islamique qui ont renoué avec leur tradition de traite humaine à l’origine du commerce des esclaves. Un migrant clandestin dépense environ 8 000 euros pour s’installer en Europe. S’il meurt noyé, c’est autant d’argent gagné sans trop d’efforts. 1 739 x 8 000 = 13 912 000.00 euros ! Une belle somme encaissée pour l’essentiel par l’Etat islamique et ses affiliés. Afin d’économiser sur les frais de gestion, les passeurs achètent pour une bouchée de pain de vieux rafiots désarmés destinés  à couler  rapidement  afin que les gentils samaritains européens se chargent de repêcher les malheureux sous la contrainte de leur sens moral et de leur charité chrétienne.

A ce pactole des morts, il faut ajouter celui des survivants qui ne seraient que 500 000 selon l’expert s’exprimant dans C dans l’air du 21 avril 2015, soit 40 000 000 000.00 (500 000 personnes x 8 000.00 euros) euros. Bien entendu cet argent sert pour l’essentiel à recruter des djihadistes et à acheter des armes. Les fabricants, vendeurs et trafiquants d’armes se frottent les mains et on est en droit de s’interroger sur leur nationalité, la France étant parmi les plus importants fabricants d’armes.

Selon le politiquement correct, les responsables de ces drames humains sont l’Europe qui ne ferait pas grand chose pour secourir les migrants en perdition, qui refuserait de les accueillir et qui serait responsable de la misère économique et des guerres qui les poussent à prendre des risques insensés pour sauver leur peau et gagner leur pain et celui de leurs famille et village. Le deuxième responsable désigné serait la Libye livrée, du fait de la France en particulier, à des terroristes et des mafias.

Mise indûment au pied du mur, l’Union européenne a proposé dix mesures pour résoudre le problème dont la surveillance de la mer avec la possibilité de renvoyer les migrants dans leur pays d’origine. L’Europe s’amuse car nous savons très bien que ces migrants sont tellement désespérés qu’ils refuseront de retourner dans leur pays et que s’ils y sont contraints, ils renouvelleront leur migration désespérée.

Personne n’accuse les véritables responsables de l’émigration massive de populations africaines et moyen-orientales que sont leurs propres dirigeants qui font peu de cas de leur population pour se préoccuper surtout de faire profiter leurs richesses personnelles, familiales et claniques en se maintenant en place par la terreur de la dictature.

La France, l’Europe et le monde occidental aident financièrement l’Afrique depuis des décades, toutes sortes d’ONG et de gentils bénévoles idéalistes et généreux lui accordent énergie et attention, sans résultats tangibles. Les pays arabes, dont les riches pays du Golfe montent peuples, les ethnies, les clans et les sectes religieuses musulmanes et les différentes religions les uns contre les autres pour se maintenir au pouvoir. Ces dirigeants sont les seuls et uniques responsables de l’émigration massive de leurs ressortissants et de leur tragique destin. Et, bien sûr ils demeurent passifs et silencieux alors que la gentille Europe se ronge les sangs.

A qui profite le crime ? L’Europe espèrerait-elle relancer son économie avec une sorte de plan Marshall pour les migrants ? Espèrerait-elle juguler le terrorisme islamique en donnant un coup de main à ses pays d’origine ? Est-elle tellement invertébrée qu’elle ne songe qu’à se donner bonne conscience sur le dos de ses ressortissants ? Serait-elle totalement soumise aux marchés de ses entreprises installées en Afrique et au Moyen-Orient ? Les questions restent ouvertes.

Alice Braitberg

.http://www.lefigaro.fr/emploi/2015/04/21/09005-20150421ARTFIG00113-la-religion-donne-du-fil-a-retordre-aux-entreprises.php

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/04/17/des-migrants-chretiens-auraient-ete-jetes-a-la-mer-par-des-musulmans-au-large-de-l-italie_4617899_3214.html

http://www.france5.fr/emissions/c-dans-l-air/diffusions/21-04-2015_320173

Contre la persécution des chrétiens au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique. Congrès à Madrid du 17 au 19 avril 2015

Publié le

Chers amis,

CitizenGO et MasLibres s’associent pour organiser un congrès international sur la persécution des chrétiens dans des pays comme l’Irak, la Syrie, l’Egypte, le Pakistan ou le Nigéria.Voici le site internet (en anglais) : http://maslibres.org/wearen2015en/

                                                                                                   

Le Congrès aura lieu à Madrid, du 17 au 19 Avril 2015.

L’événement sera traduit en anglais-espagnol / espagnol-anglais.

L’objectif du Congrès est de sensibiliser le monde occidental sur la situation réelle des chrétiens dans ces pays. À cette fin, nous accueillons à Madrid :

  • Des évêques d’Irak, de Syrie du Liban et du Nigéria,
  • Des leaders évangéliques dans les zones djihadistes,
  • Des prêtres et religieux,
  • Des catholiques d’Irak et de Syrie,
  • Des pasteurs évangéliques d’Egypte et du Nigéria,
  • Des laïcs chrétiens vivant dans des zones djihadistes du Moyen-Orient,
  • Des musulmans convertis au christianisme,
  • La famille d’Asia Bibi : son mari et sa fille cadette,
  • Des jeunes chrétiens d’Irak et de Syrie,
  • Des jeunes lycéennes enlevées par Boko Haram au Nigéria,
  • Des chrétiens laïcs au Moyen-Orient qui se sont réfugiés dans les pays occidentaux,

Nous avons déjà les confirmations de toutes ces personnes, qui donneront leur témoignage personnel.

Le vendredi 17, nous allons montrer le premier film que nous avons co-produit à propos d’Asia Bibi. Le réalisateur du film, Michal Krol (Pologne), sera présent.

Le samedi soir, nous allons célébrer la cérémonie annuelle des awards.

Dimanche, nous allons célébrer une messe avec les évêques qui viennent du Moyen-Orient et d’Afrique.

Notez qu’il reste peu de place : environ une centaine.

Si vous prévoyez de venir, inscrivez-vous rapidement à l’adresse suivante : http://maslibres.org/wearen2015en/

J’espère vous y rencontrer.

Merci !

Violette et toute l’équipe de CitizenGO

P.S. N’hésitez pas à diffuser l’information à ceux que vous pensez être intéressés.

—–

CitizenGO est une plate-forme de participation citoyenne qui travaille à défendre la vie, la famille, et les libertés fondamentales dans le monde entier. Pour en savoir plus sur CitizenGO, cliquez-ici,  ou connectez-vous sur Facebook ou Twitter.

L’Etat islamique (Daech) a séduit 550 femmes jihadistes et ce n’est pas fini

http://www.lorientlejour.com/article/911424/derriere-les-hommes-du-jihad-il-y-a-des-femmes.html

Derrière les hommes du jihad, il y a des femmes

La photo d’une jeune Française partie en Syrie il y a plusieurs mois. Photos Reuters

ÉCLAIRAGEDeux expertes décryptent pour « L’Orient-Le Jour » l’implication de ces militantes dans le terrorisme islamiste.

16/02/2015

 

Épouse et mère

« Certes, le phénomène des femmes jihadistes est beaucoup plus médiatisé aujourd’hui, mais il existait depuis plusieurs années en Palestine entre 2002-2006, et en Irak entre 2005 et 2008 », indique Carole André-Dessornes*, consultante en géopolitique depuis 14 ans, docteur en sociologie et chercheuse associée au Cadis, le centre de recherche en études sociologiques, à L’Orient-Le Jour. Les premières opérations-suicide menées par des femmes (Sanaa Mehaidli et Loula Abboud) ont eu lieu au Liban, en 1985, rappelle la chercheuse, auteure de Les femmes-martyres dans le monde arabe : Liban, Palestine, Irak, avant de préciser qu’« aucune de ces femmes n’était toutefois affiliée à des groupes jihadistes. Il s’agissait plutôt d’actes de résistance contre l’occupation israélienne dans le but de libérer le territoire. La cause était différente, la religion n’était pas alors entrée en ligne de compte ».

Les femmes dans le jihad étaient surtout « dans le rôle d’épouse et de mère », précise Géraldine Casutt**, doctorante-chercheuse suisse à l’Université de Fribourg et à l’Ehess, pour qui les types d’engagements dépendent de la nature des groupes militants auxquels elles appartiennent. « Un groupe de tendance plutôt laïque ne concevra pas nécessairement le rôle de la femme dans une optique aussi genrée qu’un groupe plus religieux, et donnera donc plus facilement un accès aux femmes à des rôles combatifs ou en première ligne des combats. Le cas de Sanaa Mehaidli, comme celui de la Palestinienne Wafaa Idriss, est représentatif de cela : elles sont devenues bombes humaines à l’intérieur de groupes politiques laïcs à tendance nationaliste, et l’utilisation de femmes comme bombes humaines dans des groupes religieux est arrivée plus tardivement, notamment pour des raisons stratégiques. »

Évolution

En 2014, l’EI a annoncé la création de deux brigades féminines, « al-Khansa » et « Umm al-Rayan », actives surtout à Raqqa, en Syrie, et dans la province d’al-Anbar, en Irak. « Il n’y a pas beaucoup de communication sur ces brigades. Elles auraient été créées pour remplir surtout des fonctions policières qui, pour des raisons de non-mixité, ne pouvaient pas être assurées par des hommes », souligne Géraldine Casutt, spécialiste des femmes jihadistes, à L’Orient-Le Jour.

Chaque brigade compte entre une cinquantaine et une centaine de femmes, chacune rémunérée autour de 200 dollars, selon Carole André-Dessornes. « Ces chiffres sont toutefois des estimations car il s’agit d’un phénomène qui évolue assez vite et d’un recrutement continu », précise-t-elle. « Ce qui est nouveau, c’est l’engagement dans le jihadisme de femmes venant d’Occident et leur départ pour l’Irak ou la Syrie, ajoute la chercheuse. En Irak, entre 2005 et 2008, il y avait peu d’Occidentales sur le front, on peut juste citer le cas de Muriel Degauque qui a mené une opération-suicide. » S’il n’y a pas de chiffres précis sur l’évolution du nombre de femmes engagées dans le jihad, Mme André-Dessornes estime que l’engagement est plus prononcé aujourd’hui, « ce qui dénote une évolution qui s’est opérée entre el-Qaëda et l’EI ».

« Environ 10 % des personnes qui quittent l’Europe, les États-Unis et l’Australie pour rejoindre les rangs des jihadistes sont des femmes et des jeunes filles », précise Mme André-Dessornes, citant des sources qui avancent le nombre d’une cinquantaine de Françaises. La plupart de ces femmes sont britanniques, souvent considérées comme étant les femmes les plus convaincues de l’idéologie jihadiste, ajoute Géraldine Casutt.


Environ 550 femmes originaires des pays occidentaux sont parties rejoindre l’EI. Photo Reuters.
Une étude de l’Institute for Strategic Dialogue, publiée il y a dix jours, avance le chiffre de 550 femmes originaires des pays occidentaux parties rejoindre le groupe jihadiste. L’intérêt pour les étrangères pourrait être lié aux conditions posées à l’entrée dans les brigades, parmi lesquelles le célibat. « Une situation maritale qui n’est pas commune ni majoritaire pour les femmes dans l’État islamique », précise Mme Casutt.

Dans l’ombre

« Aucune femme jihadiste n’est combattante à proprement parler pour l’instant, même si ce statut pourrait évoluer pour des besoins stratégiques, comme un manque de combattants mâles par exemple. Le rôle majeur des femmes dans l’EI, d’où elles tirent leur principale légitimité, est celui d’épouse et de mère, donc un rôle qui n’est pas forcément visible dans l’espace public puisqu’il se situe avant tout dans l’ombre d’un homme, mais qui, au nom du principe de complémentarité des sexes, est très valorisé dans l’idéologie jihadiste », explique Géraldine Casutt. Un autre rôle attribué aux femmes, celui « d’avoir des enfants et de les élever dans l’amour du jihad pour assurer la continuité », note de son côté Mme André-Dessornes. Et les femmes jihadistes sont également des recruteuses. La menace qu’elles représentent, bien que différente de celle de leurs alter ego masculins, n’est dès lors pas à négliger.

Dans son rapport portant sur des centaines de femmes jihadistes et analysant en profondeur l’itinéraire de 11 d’entre elles (originaires d’Autriche, de France, du Canada, du Royaume-Uni et des Pays-Bas), l’Institute for Strategic Dialogue souligne que « la violence du langage et le dévouement à la cause sont aussi forts que ceux de certains hommes ». « Ces femmes jouent le rôle de propagandistes d’attaques terroristes dans leur pays d’origine », a précisé à l’AFP Ross Frenett, expert de l’extrémisme à l’Institute for Strategic Dialogue et coauteur du rapport. Mais plus encore, « elles affichent également leur capacité et leur volonté de prendre part aux violences et même aux attaques-suicide si les circonstances changeaient », note le rapport.

Le rôle des femmes peut être particulièrement vicieux, note Carole André-Dessornes, qui évoque des femmes jihadistes ayant repéré des congénères isolées ou en situation de détresse, les ayant prises sous leur aile, ayant organisé leur viol, et proposé ensuite comme porte de sortie une opération-suicide pour laver leur honneur. Parmi ces recruteuses, Ibtissam Adwane dite « Oum Fatima » et Samira Ahmad Jassim appelée « Oum al-Mumenin », toutes deux affiliées à el-Qaëda en Irak.


Dans les rues de Raqqa, en Syrie. Photo Reuters

 
« Un peu romantique… »

Pourquoi l’engagement des femmes dans le jihad est-il plus fort aujourd’hui? Arabes et occidentales, ces femmes ont-elles les mêmes motivations ?

« Le jihad en Syrie et en Irak est un phénomène global qui attire des personnes venant des quatre coins de la planète. C’est une erreur de croire qu’une idéologie religieuse avec un projet politique visant à établir une société idéale, à laquelle on oppose une image peu glorieuse de l’Occident qui peut faire écho à certains ressentis, ne séduira pas des femmes au même titre que les hommes, même si elles restent minoritaires par rapport aux hommes partis faire le jihad », note Mme Casutt. Comme pour les hommes, il semble qu’en matière de recrutement, les réseaux sociaux « agissent souvent comme un déclencheur, voire un accélérateur », poursuit-elle.

« On ne peut dresser un unique profil de femme jihadiste, souligne Mme André-Dessornes. Certaines sont sensibilisées par les images de combats qu’elles voient sur les réseaux sociaux et rentrent dans une logique de mission humanitaire. Il s’agit plutôt dans ce cas de jeunes filles assez naïves et assez influençables. D’autres jeunes femmes sont attirées par une vision un peu romantique de la guerre et du mariage jihadiste. Elles sont dans ce cas assez fascinées par l’image du guerrier viril, de la figure patriarcale qui circulerait sur les réseaux sociaux. Il s’agit de femmes en quête d’identité et en manque de repères. Ce sont surtout des Occidentales qui, attirées par l’image de l’homme protecteur et viril, se perdent dans une vision romantique de la guerre complètement fantasmée. La presse a dans ce contexte évoqué des cas de jeunes filles qui, une fois arrivées sur le terrain, ont découvert une réalité très différente de ce qu’elles imaginaient et se sont retrouvées piégées. Certaines adolescentes en pleine période rebelle rejoignent aussi ces groupes par opposition à leurs parents ou par désir de frôler la prise de risque. Celles qui rejoignent les groupes jihadistes par conviction sont généralement un peu plus âgées et moins nombreuses. »

Selon le rapport de l’Institute for Strategic Dialogue, les femmes occidentales décident de partir dans les terres du jihad pour des raisons similaires à celles des hommes : le sentiment que la oumma (la communauté des croyants musulmans) est attaquée, un sens du devoir idéologique et religieux de faire quelque chose, la recherche d’une camaraderie et la volonté de donner un sens à leur vie. « La mission de créer l’État islamique (ou khalifah) est particulièrement forte chez les femmes », selon la même source.
Malgré leur militantisme, nombre de ces femmes éprouvent des difficultés à quitter leurs proches, note l’expert Ross Frenett à l’AFP, qui estime que cela pourrait être l’élément-clé pour parvenir à les dissuader d’entreprendre le voyage. Certaines perdent leurs illusions – quand par exemple leur mari est tué au combat ou à la naissance d’un enfant – et « ces événements doivent et peuvent alors être exploités par les familles et leur pays d’origine comme une opportunité de désengagement », conclut le rapport.

Manipulation mentale

Pour les femmes arabes, les cas de figure sont différents, explique Carole André-Dessornes.
« Certaines d’entre elles rejoignent ces organisations après avoir perdu un proche. Nous sommes dans ce cas dans la logique de vengeance. D’autres considèrent qu’elles ont un rôle à jouer au même titre que les hommes. Évoluant dans des sociétés patriarcales, ce serait pour elles une façon de montrer qu’elles peuvent combattre et s’engager, autant qu’un homme. Il y a aussi ces femmes qui vont être embarquées par ce radicalisme car elles n’ont plus de famille et cherchent une sorte de protection. Il y a certainement aussi des cas de femmes engagées par conviction. »

Pour Géraldine Casutt, la perception, dans l’espace public et les médias, de la jeune femme musulmane occidentale partie faire le jihad est plutôt celle d’une « victime de manipulation mentale ». « Cette image contraste avec celle de la violence dont peuvent faire preuve les brigades féminines, notamment al-Khansa, qui aurait récemment sévèrement puni une femme pour avoir donné le sein à son bébé en public », poursuit la chercheuse. Selon elle, « il faut considérer la femme, qu’elle soit épouse ou membre d’une brigade, comme une actrice à part entière de cette construction idéologique. Non seulement elles font partie du réseau jihadiste, mais ces femmes contribuent à le forger, dans leur rôle d’épouse mais surtout de mère de la première génération de l’État islamique ».

Pur intérêt

C’est dans le cadre de la cause palestinienne que l’image de la femme jihadiste dans l’islam va basculer, explique Carole André-Dessornes. La première Palestinienne ayant mené une opération-suicide n’est pas une jihadiste. Wafaa Idriss était affiliée à la branche armée du Fateh, la Brigade des martyrs d’al-Aqsa. D’autres femmes suivront avec l’aide de cette même brigade, le Hamas et le Jihad islamique étant alors complètement opposés à l’implication des femmes. « C’est finalement la concurrence et la peur de perdre sur le terrain qui a ouvert la voie à l’acceptation des femmes dans les rangs de ces groupes », ajoute-t-elle.
L’évolution s’est faite de manière similaire au sein d’el-Qaëda. En 2005, Abou Moussab al-Zarqaoui, alors chef du groupe jihadiste en Irak, a mis du temps à reconnaître la première opération menée par une femme dans ce pays, rappelle Mme André-Dessornes.

Au Liban, où la stratégie de l’opération-martyre a été introduite par le Hezbollah au Sud pendant l’occupation israélienne, aucune opération n’a été menée par une femme se revendiquant du parti chiite qui est profondément contre. La femme a donc un rôle à jouer en tant que soutien. Selon la chercheuse, les mouvements jihadistes sunnites ont fini par accepter les femmes non par réelle conviction mais par pur intérêt. « Il faut plutôt voir ces opérations-suicide menées par des femmes comme une stratégie de guerre asymétrique, une tactique qui ne coûte pas très cher », indique Mme André-Dessornes. Par ailleurs, poursuit-elle, pour certains groupes jihadistes, la présence des femmes sur un terrain normalement réservé aux hommes aide à convaincre ces derniers, blessés dans leur fierté, à s’engager. « C’était le cas d’el-Qaëda en Irak qui, entre 2005 et 2007, a eu recours à cette tactique pour pallier le manque de volontaires », explique la chercheuse. Entre mai 2005 et décembre 2007, plus d’une quinzaine de femmes auraient mené des opérations-suicide, contre plus d’une trentaine rien que pour l’année 2008, précise-t-elle.

 

Image choc

Mais de là à dire que l’engagement des femmes dans le jihad serait un facteur d’égalité entre les sexes, il y a un grand pas.
« Ce n’est pas du tout un facteur d’égalité, tranche Carole André-Dessornes. Car ces groupuscules ne donneront pas plus de responsabilités aux femmes qui n’auront jamais une place importante dans la hiérarchie de commandement. » Pour elle, il s’agit plutôt d’un outil stratégique. D’ailleurs à ce jour, aucune femme n’ayant rallié l’EI n’a mené d’opération-suicide, ajoute-t-elle.
« La présence de femmes permet de construire des foyers, et c’est le premier pas pour établir une société durable : l’EI essaie ainsi de se pérenniser, tout en continuant sa stratégie d’expansion », confirme Mme Casutt. « C’est plutôt si l’on voyait des femmes combattre aux côtés des jihadistes que l’on pourrait parler de contradiction avec l’islam tel qu’il est compris par ce groupe ou d’égalité avec les hommes, précise-t-elle. Car dans des rôles qui sont « dans l’ombre » des hommes, elles participent à une logique de complémentarité » considérée par ce groupes comme en phase avec une nature biologique.

Selon Mme Casutt, en ce qui concerne les Occidentales s’engageant dans le jihad, ce n’est pas « l’égalité » entre homme et femme qui est recherchée, mais une complémentarité assumée vécue comme moins hypocrite que l’égalité prônée à l’occidentale, dans une optique de soumission non pas à l’homme, mais à Dieu.

L’impact symbolique du jihadisme au féminin est également utile en termes de communication pour les groupes jihadistes. « Les mouvements jihadistes utilisent les femmes dans leurs opérations pour garantir une couverture médiatique plus forte, souligne Carole André-Dessornes. Ils évitent cependant d’exagérer l’usage de cette tactique afin de ne pas tomber dans la banalisation et réduire la force de l’impact. »

Voir une femme mener des opérations kamikazes crée un choc, un rejet et une très forte incompréhension, poursuit la chercheuse. Mais pour Mme André-Dessornes, le rôle et l’implication des femmes dans le jihad pourraient augmenter, surtout si le conflit s’enlise. La chercheuse estime toutefois que cette implication « reste un épiphénomène qui, bien qu’il puisse connaître à un moment donné un pic, finira par retomber ».

*Carole André-Dessornes, consultante en géopolitique depuis 14 ans, docteur en sociologie et chercheuse associée au Cadis, le centre de recherche en études sociologiques rattaché à l’Ehess (École des hautes études en sciences sociales). Son dernier ouvrage porte sur les opérations-suicides menées par les femmes: « Les femmes-martyres dans le monde arabe : Liban, Palestine, Irak », éditions l’Harmattan, collection Mieux comprendre le Moyen-Orient, décembre 2013.

**Géraldine Casutt, doctorante-chercheuse suisse travaillant sur les femmes jihadistes à l’Université de Fribourg et à l’Ehess.

L’Etat islamique appelle à tuer les 4 millions de Français qui ont manifesté le 11 janvier

L’Etat islamique (DAECH)  ne laisse pas chômer la Grande faucheuse.Déguisement  La Mort Bloody Deathhttp://www.fiesta-magic.com/deguisements/par-themes/horreur/squelettes-et-mort-faucheuse.html

Dans une nouvelle vidéo en Français, il exhorte les Musulmans à tuer les Français après avoir félicité ceux qui sont déjà passés à l’acte.

L’organisation terroriste menace la France et rend hommage aux terroristes responsables de l’attaque de Joué-lès-Tours, fin décembre, et des attentats commis les 7, 8 et 9 janvier à Charlie Hebdo, contre une policière municipale et dans un hypermarché cacher de la porte de Vincennes.

Pour frapper les esprits fragiles, le locuteur qui s’exprime en français est entouré de sbires déguisés en ninjas.

Dans une nouvelle vidéo de propagande, un homme, s'exprimant dans un français très clair, menace la France de nouvelles attaques et rend hommage aux terroristes Chérif et Saïd Kouachi, Amedy Coulibaly et Bertrand Nzohabonayo. 

Les ninjas de l’Etat islamique. Dans une nouvelle vidéo de propagande, un homme, s’exprimant dans un français très clair, menace la France de nouvelles attaques et rend hommage aux terroristes Chérif et Saïd Kouachi, Amedy Coulibaly et Bertrand Nzohabonayo. Capture écran source photo

Aux dernières nouvelles, la ninja du groupe serait Hayat Boumédienne, compagne de Amedy Coulibaly l’assassin de la policière de Montrouge et de l’Hyper cacher de la porte de Vincennes.

Source image ci-dessus http://www.comicvine.com/profile/stmichalofwilson/lists/ninja-masters/40672/ L’Etat islamique a du acheter un stock de déguisements pour ninjas d’opérette mais véritables lâches dissimulant leur facies de psychopathe.

Ils se déguisent comme des ninjas mais ce ne sont que des psychopathes sanguinaires, plus sanguinaires que des fauves qui ne tuent que pour se nourrir.

Source image ci dessus http://www.jeek.fr/test-ninja-gaiden-3-razors-edge-ps3/jeux/2013-05/142

Source image http://que2creations.skyrock.com/2404360297-faucheuse-la-mort.html. Est-ce une coïncidence, une référence inconsciente ? Dans les représentations de la Grande faucheuse, la faux a une forme de croissant et le croissant de lune l’accompagne …comme sur les drapeaux des pays musulmans

L’Etat islamique a été particulièrement actif ces derniers jours pour avoir égorgé ses deux otages journalistes japonais, brûlé vif Maaz al-Kassasbeh , le pilote jordanien séquestré depuis le 24 décembre 2014 (l’homme aurait été enfermé dans une cage, aspergé d’essence mais il aurait été mort le 3 janvier ce qui rend la mise en scène encore plus atroce), lancé une nouvelle vidéo appelant à tuer les Français et félicitant ses djihadistes déjà passés à l’acte depuis le début du mois. Nul doute qu’il félicitera Moussa Coulibaly, un autre malien, comme l’assassin de l’Hyper cacher de la Porte de Vincennes Amédy Coulibaly, qui a agressé au couteau ce mardi 3 janvier les militaires qui gardaient le centre communautaire juif de Nice

Malgré le soutien et l'appel à la clémence de des dizaines de manifestants en Jordanie, le pilote Maaz al-Kassasbeh aurait été exécuté par l'Etat islamique.

Malgré le soutien et l’appel à la clémence de des dizaines de manifestants en Jordanie, le pilote Maaz al-Kassasbeh aurait été exécuté par l’Etat islamique selon un rituel particulièrement cruel pour la victime et ses proches. Enfermé dans une cage en fer, elle a été aspergée d’essence et brûlée vive … en apparence car, d’après le Parisien, Maaz al-Kassasbeh serait mort des suites de tortures le 3 janvier et c’est son cadavre qui aurait été brûlé dans une mise en scène qui obéit certainement à des codes inscrits dans le Coran et que jIgnore., Source photo AFP/KHALIL MAZRAAWI

 http://www.leparisien.fr/faits-divers/syrie-daech-assure-avoir-brule-vif-le-pilote-jordanien-03-02-2015-4503065.php

La Jordanie a riposté à l’assassinat de son pilote en exécutant les deux terroristes responsables de la mort de 57 personnes réunies pour un mariage dans un hotel d’Amman en 2007. La Jordanie avait espéré pouvoir échanger Sajida al-Rishawi et Ziad al-Karbouli,

Au milieu de ces nouvelles épouvantables, j’entends cette nuit sur Radio Notre-dame un responsable du CRIF annoncer que lors du prochain dîner, Lassana Bathily, le jeune Malien qui a sauvé des otages de l’Hyper cacher de Vincennes, un Juste selon la tradition israélite, recevra le prix du CRIF. Espérons que cette distinction ne mettra pas sa vie en danger …

Les Musulmans n’en ont pas fini de nous faire la guerre. Un ex-ministre pakistanais offre une prime (200 000 $ -environ 176 000 €) pour tuer le propriétaire de Charlie-Hebdo.http://www.leparisien.fr/charlie-hebdo/pakistan-un-ex-ministre-offre-une-prime-pour-tuer-le-proprietaire-de-charlie-hebdo-03-02-2015-4502307.php

Pour Boualem Sansal, écrivain algérien, la France doit se réveiller.http://www.leprogres.fr/rhone/2015/01/27/rhone-islamisme-la-france-doit-se-reveiller-selon-boualem-sansal Qui donc est « trop tolérant » avec l’islamisme ?
Les pouvoirs publics français. On sait que des gens prêchent dans les banlieues, les mosquées, les prisons… J’ai l’impression d’un laxisme qui ouvre des brèches aux djihadistes. Je ne dis pas non plus que c’est simple : la France est une démocratie, et ses gouvernants « composent » avec 6 ou 7 millions de citoyens de confession musulmane…Vous nous dites toujours :  » Attention! Réveillez-vous ! » ?
Oui ! Et je le dis depuis des années. Vous êtes déjà des victimes en puissance. Si ce n’est des islamistes, c’est de vous-mêmes, car les islamistes risquent de vous pousser à vous radicaliser. Et la France sans ses valeurs, ce n’est plus la France.

Heureusement en France, les esprits commencent à s’éveiller, les yeux s’ouvrir, les oreilles se déboucher et les langues se délier. De plus en plus de Français prennent conscience des conséquences de l’islamisation et de la présence d’ennemis de l’intérieur, des Français de papiers qui haïssent leur mère nourricière et ont juré notre perte.http://www.huffingtonpost.fr/pierre-bouchacourt/societe-religion-communautarisme-fondamentalisme_b_6560908.html

La Connectrice

Le journaliste Kenji Goto égorgé par les faux musulmans de l’Etat islamique. On attend les protestations des vrais musulmans

Voir l'image sur Twitter

RIP Kenji Goto

29-IMG_1178

Source photo http://www.leparisien.fr/international/kenji-goto-execute-par-les-jihadistes-de-l-ei-le-japon-ne-pardonnera-jamais-01-02-2015-4496513.php#xtor=EREC-109—-2911117@1

Kenji Goto était un  journaliste japonais indépendant de 47 ans, père de deux enfants et humaniste, qui était parti à la recherche de Haruna Yukawa, son collègue séquestré par l’Etat islamique.

L’Etat islamique avait déjà exécuté Haruna Yukawa et diffusé la vidéo de sa décapitation, la vie de Kenji Goto étant conditionnée à la libération de Sajida al-Rishawi terroriste irakienne détenue en Jordanie. La terroriste et son époux avaient en 2005 tué 38 personnes réunies pour un mariage dans les salons du Radisson Hotel à Amman.

Eplorée, la mère de Kenji Goto a déclaré La dernière action de mon fils a été de partir en Syrie pour venir en aide à un compatriote japonais. Comprenez s’il vous plaît sa gentillesse et son courage», a-t-elle demandé.

Le bourreau de Kenji Goto a affirmé sur la vidéo de son exécution qu’elle était une réponse à la participation irresponsable» du Japon à la guerre de la coalition internationale contre les jihadistes.

http://www.leparisien.fr/international/kenji-goto-execute-par-les-jihadistes-de-l-ei-le-japon-ne-pardonnera-jamais-01-02-2015-4496513.php#xtor=EREC-109—-2911117@1

Où Sont les vrais musulmans, par définition modérés, selon les allégations des islamophiles de notre gouvernements et leurs soutiens ?

Pourquoi ces vrais musulmans ne manifestent-ils pas leur indignation par des manifestations passionnées comme ils savent si bien le faire pour défendre leurs intérêts ?

A ce jour, les seules protestations contre cette barbarie émanent de Obama, Hollande, Cameron et Ban Ki-moon pour l’ONU

Condamnations unanimes

Les réactions n’ont pas tardé : le président américain Barack Obama a condamné un « meurtre odieux » et « barbare ».

Son homologue français François Hollande a fait part de son indignation, soulignant que la France était « solidaire du Japon dans cette nouvelle épreuve ».

Le Premier ministre britannique, David Cameron, a qualifié cet acte de « méprisable » et« effroyable ». « C’est un rappel de plus que l’EI est l’incarnation du mal, sans égard pour la vie humaine », a-t-il jugé.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a condamné « dans les termes les plus énergiques l’assassinat barbare de Kenji Goto, qui souligne la violence que beaucoup ont subi en Irak et en Syrie ». Il a de nouveau « appelé à la libération inconditionnelle de tous les otages détenus par Daesh (EI) et d’autres »

 http://www.ouest-france.fr/etat-islamique-execution-de-lotage-japonais-condamnations-unanimes-3158953

Sauf erreur ou ommission de ma part, je n’ai trouvé aucune condamnation de cette barbarie en provenance de musulmans, du monde musulman ou même de notre « imam de la République »

C’est en toute humilité que je réparerais mon erreur s’il y a lieu. Après tout, la nouvelle est tombée il n’y a que quelques heures et, en ce dimanche matin nos amis musulmans sont peut-être tous à la messe …par respect pour la culture du pays qui les a accueillis et en signe de fraternité avec les 45 millions de catholiques qui le peuplent.

La Connectrice

Pour en savoir plus

http://www.leparisien.fr/international/otages-de-daech-la-jordanie-et-le-japon-face-a-l-ultimatum-28-01-2015-4485957.php

http://www.leparisien.fr/international/l-etat-islamique-menace-d-executer-l-otage-japonais-et-le-pilote-jordanien-27-01-2015-4483359.php

Kenji Goto, un humaniste http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/01/kenji-goto-voix-humaniste-coeur-atrocites-assassine-les-djihadistes-257448

 

%d blogueurs aiment cette page :