Flux RSS

Archives de Tag: Iran

Courageuses femmes iraniennes luttant contre l’obligation du hijab. ‪#‎whitewednesdays‬, #my stealthyfreedom

Ce mercredi 25 octobre 2017 est le 23ème depuis le début de la campagne féministe pacifique pour la liberté de porter un voile ou pas. Des femmes iraniennes de toutes conditions manifestent pour la liberté en portant un symbole blanc. Des hommes solidaires de leur lutte le portent aussi. https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1969104689770282&id=858832800797482

L’événement récurrent trouve peu d’échos en France depuis son lancement en mai 2014. Pourtant il existe une certaine similitude entre le mouvement #balancetonporc et #mystealthyfreedom et ce dernier devrait nous donner une bonne idée comme porter un signe distinctif quand on adhère, femme ou homme, au refus du harcèlement sexuel.

Ci-dessus, une jeune iranienne promène sa chienne tête nue tout en expliquant que le peuple iranien manque cruellement de liberté. Elle est insultée parce qu’elle se promène tête nue et parcequ’elle a une chienne. Elle regrette que ses compatriotes soient si cruels avec ces chiens qui pourtant ont sauvé nombre d’entre eux dans les différents séismes qui on frappé l’Iran.

Campaign Logo. Image: My Stealthy Freedom

Campaign Logo. Image: My Stealthy Freedom

Alors qu’en France des femmes et des hommes musulmans ou non revendiquent la liberté de voiler la tête des fillettes et femmes musulmanes, que Science Po apprend aux étudiantes à porter le voile, des femmes iraniennes luttent depuis 2014 pour la liberté de ne pas porter le hijab.

Le mouvement My stealthy Freedom  (ma liberté furtive) a démarré sous l’impulsion d’une femme d’origine iranienne Masih Alinejad et encourage des milliers de femmes iraniennes à se photographier tête nue et publier leur photo sur des réseaux sociaux. Ce faisant, ces femmes courageuses risquent les coups de la police religieuse, les insultes et menaces des hommes et femmes scandalisés par cette impudence.

Masih Alinejad, dans le cadre de My Stealthy Freedom encourage les iraniennes et les iraniens à célébrer chaque mercredi leur opposition en s’habillant de blanc. Ce sont les mercredis blancs ou white wednesdays.

No automatic alt text available.

https://www.facebook.com/StealthyFreedom/photos

Pour en savoir plus

http://www.lci.fr/international/feminisme-en-iran-du-blanc-pour-protester-contre-le-voile-obligatoire-2059061.html

WHITEWEDNESDAYS – Pour protester contre le port du voile obligatoire, des Iraniennes se parent de blanc le mercredi. Une façon pacifique de protester sans se faire arrêter par la police des mœurs.

C’était le 19 mai dernier. Ce jour-là, le président sortant de la République islamique d’Iran, seul candidat modéré en course, a été réélu dès le premier tour avec 57% des voix. Une victoire largement fêté dans les rues. Et certaines femmes n’ont pas hésité à ôter leur foulard. 

Dans la foulée, le mouvement My Stealthy Freedom ressortait une revendication, pacifique : permettre aux femmes qui le souhaitent de ne pas porter le voile. Et pour signifier leur soutien à cette idée, certaines d’entre elles ont commencé à poster des photos d’elles avec un hijab blanc. Une façon de manifester, sans se placer dans l’illégalité. 

Derrière la page Facebook « ma liberté cachée » se cache une journaliste iranienne, Masih Alinejad. Depuis 2014, elle se bat pour que les femmes en Iran puissent choisir de porter ou non le hijab.  Dans un premier temps, ce sont des photos de femmes non voilées qui ornaient sa page. Et depuis cette nouvelle campagne baptisée #whitewednesdays (« mercredis blanc »), les vidéos et les photos envahissent les réseaux sociaux. Les hommes aussi sont invités à apporter leur soutien, en s’affichant avec une chemise blanche ou un foulard de la même couleur. 

Et question voile, la question évolue en Iran. Hassan Rohani en personne, s’est illustré, en publiant sur son compte Twitter une photo de la mathématicienne iranienne Maryam Mirzakhani, tête nue. Une prise de position qui n’a pas manqué de faire réagir les plus conservateurs. 

Pour l’heure, se balader sans voile en Iran n’est toujours pas sans risque. Le port du voile est, en effet, obligatoire pour toutes les femmes, depuis la révolution islamique de 1979. 

  • La mathématicienne Maryam Mirzakhani lauréate de la medaille Fields en 2014 et déédée d’un cancer le 15/07/2017, elle était âgée de 40 ans. Le président progressiste Hassan Rohani avait publié son portrait sans voile sur son compte twitter.

Iran et Arabie saoudite. Actions contre l’apartheid sexuel dans le sport

Publié le

Les réfugiés oubliés. Quand les musulmans exterminaient les juifs orientaux

https://wordpress.com/post/laconnectrice.wordpress.com/28887

En 1944, les populations juives présentes depuis des millénaires dans les pays arabes et bien avant leur islamisation, comptaient environ un million d’âmes. Victimes de discriminations depuis la conquête musulmane ils se virent imposer le statut de dhimmi, obligés de payer un impôt, au même titre que les chrétiens, au prétexte d’être placés sous la protection des pouvoirs musulmans. Ils étaient également contraints de porter un signe distinctif, jaune souvent et reprenant la forme de la rouelle symbole des deniers de Judas. Dans tous les cas, ils devaient se distinguer des musulmans-par définition supérieurs aux juifs et aux chrétiens- par des éléments du costume, des couleurs réservées mais aussi en ne montant pas à cheval pour ne pas être plus haut que le colonisateur, en édifiant des lieux de prière plus bas que les mosquées, etc.

Avec la création du parti Baas et le renouveau du nationalisme arabe, les musulmans désignèrent le juif comme responsable de tous leurs maux et organisèrent des pogroms, mettant les quartiers juifs à feu et à sang, les spoliant et les terrorisant ce qui les contraignit à s’enfuir en masse. Et pourtant, dans les 101 résolutions de l’ONU sur les réfugiés, pas une mention sur les juifs. l’ONU ne connait que les réfugiés palestiniens.

Aujourd’hui, la plupart des juifs d’Orient, les survivants et leur descendance constituent environ 40% de la population israélienne et espèrent qu’un jour l’Humanité leur rendra justice.

A 47.40, voir le tableau de la démographie juive en 1944 et aujourd’hui pour le Maroc, l’Iran, la Libye, l’Egypte, le Yemen, l’Irak, la Syrie, le Liban et l’Algérie.

 

Ajoutée le 22 nov. 2015

« Les réfugiés oubliés » Documentaire – 49 min.
Un film sur le million de réfugiés juifs des pays arabes.
Un film de Michael Grynszpan

Producteur exécutif Ralph Avi Goldwasser

Dissimulée derrière les gros titres du conflit au Moyen-Orient, se trouve l’histoire oubliée des communautés juives de la région. En 1945, un million de juifs vivaient au Moyen-Orient en dehors des frontières de la Palestine mandataire et en Afrique du nord. Quelques années plus tard, ils n’étaient plus que quelques milliers.

Voici l’histoire de ces milliers d’individus qui ont fui leur maison, qui ont connu les camps de réfugiés et qui gardent aujourd’hui, en silence, la mémoire d’une civilisation détruite.

« Les réfugiés oubliés » raconte l’histoire et la destruction de ces communautés juives orientales, certaines d’entre elles ayant existé pendant plus de 2500 ans.

A travers les témoignages de ces Juifs qui ont fui l’Egypte, la Libye, l’Iraq et le Yémen, les histoires personnelles de réfugiés sont entrecoupées par des images d’archives exclusives, montrant notamment les missions de secours des Juifs yéménites et iraquiens.

« Les réfugiés oubliés » a été diffusé sur PBS en Californie, PBS in Virginia, WHRO-TV, RTVi, Arutz1,…

Le film a également été projeté au Congres américain et deux fois à l’ONU.

« Les réfugiés oubliés » a remporté le prix du meilleur film documentaire au Festival du film de Marbella en 2007.

 

Syrie. Faut-il soutenir Bachar-Al-Assad, la Russie et l’Iran ?

https://wordpress.com/post/laconnectrice.wordpress.com/28703

Pomme de discorde

Deux hommes tirant un os dans différentes directions.

Nos ancêtres et non des moindres avaient renoncé à comprendre la Syrie :

Vieux dicton syrien

Lors de la création du monde,

l’Intelligence dit : « Je vais en Syrie ».

L’esprit de Discorde ajouta : « J’y vais avec toi ».

Henry de Jouvenel, ancien Haut-commissaire en Syrie en 1926, racontant une conversation qu’il avait eue avec un ancien ministre turc au temps où la Syrie était encore une province Turque :

Oh ! Gardez-la ! Et surtout gardez Damas. C’est une de ces villes qui empoisonnent les empires !

  Joseph Kessel (journaliste et écrivain), venu en Syrie en 1927 se rendre compte des progrès de la pacification (après le soulèvement nationaliste des années 1925-1926)

     Il apparaît que tous les systèmes y sont vains, car nul pays n’est plus complexe, plus difficile, plus révolté par nature que la Syrie

Tous les matins de 9 à 11 h, sur Sud radio, Philippe David anime une émission polémique « Seul contre tous ». Ce matin il demandait aux auditeurs « Faut-il soutenir Assad, la Russie et l’Iran » flanqué de deux invités syriens francophones. Les auditeurs ont répondu « oui » à plus de 90%, un son de cloche inédit dans les médias mainstream, toutes tendances confondues.

Installez-vous tranquillement pour éplucher des patates, assortir vos chaussettes ou prendre un bain relaxant et écoutez :

http://www.sudradio.fr/Podcasts/Seul-contre-tous/Il-faut-soutenir-Bachar-la-Russie-et-l-Iran

Les intervenants :

Bassam Tahhan 

Ajoutée le 17 mai 2016

Bassam Tahhan, islamologue et professeur de géopolitique, évoque la bataille d’Alep, 2e ville de Syrie, près de la frontière Turque. Pourquoi cette bataille est-elle la clé de la Syrie ? Pourquoi la Russie n’a pas chassé Daesh ? Que vont faire les forces iraniennes ?

https://youtu.be/2QQ3NfBv7jE

Samir Aïta

Ajoutée le 20 févr. 2014

Ce mardi 18 février, le président du Cercle des économistes arabes, Samir Aïta animait une conférence à l’Institut Français de Mauritanie (IFM) pour décrypter la guerre civile en Syrie qui a engendré des milliers de morts et de déplacés.

 https://youtu.be/FUbFDXzRobo

 

J’écoute de plus en plus souvent Sud radio pour la qualité des débats que je peux y entendre et surtout une apparente indépendance de pensée qui ouvre les perspectives des questions qui y sont approchées, loin du politiquement correct et du ronronnement de la  bien-pensance. Profitez-en avant que cette radio ne tombe dans les banalités, audimat oblige.

Un point noir toutefois, l’intervention quotidienne de Brigitte Lahaie qui donne des conseils sur la sexualité. Ancienne actrice porno, on se doute que la dame a une vision très personnelle de la sexualité féminine qu’elle exprime en encourageant les femmes au nomadisme sexuel « pour se trouver » et en diffusant tous les poncifs ringards de la sexualité féminine copiée sur la sexualité masculine : multi-partenaires, fantasmes de soumission, excitation, bandaison, éjaculation, roupillon.

Femmes interdites de stade aux jeux olympiques de Rio

Publié le

 

Renaissance des caricatures antisémites

Publié le

On ne le sait que trop, l’antisémitisme se porte bien en France au point que, ces dernières années des milliers de Juifs l’ont quittée pour s’installer en Israël ou partout où ils sont les bienvenus. Combien de futurs prix Nobel, de grands musiciens, artistes et écrivains parmi ces exilés ?

Nous savons aussi que des milliers de cerveaux quittent la France faute de moyens et de conditions de travail dignes de leur talent. Combien de Juifs parmi eux ?

La France est trop préoccupée par l’autre misérable, asocial, inculte et bon marché pour les patrons pour remédier à ces exodes de véritables Français, authentique par leur fidélité, leur culture, leur respect pour la République et ses lois. Au nom d’une idéologie crypto marxiste elle a choisi de tirer les forces vives de la Nation en favorisant la criminalité, l’ignorance, la mixité de la bêtise, de la misogynie, de la vulgarité et de la méchanceté. Le niveau de nos zélites est tombé si bas qu’elles ont besoin de faire valoir décérébrés.

Dieudonné antisémite national s’est acoquiné avec un certain Zéon qui vient de recevoir un prix à sa mesure , il a remporté la deuxième édition du Concours international de caricature et de dessin de l’Holocauste, dont la cérémonie de clôture s’est tenue à Téhéran le 31 mai. Il a obtenu le premier prix assorti de 12 000 dollars (10 700 euros).

Pascal Fernandez de son vrai nom, est très proche de l’essayiste Alain Soral et de l’humoriste controversé Dieudonné M’Bala M’Bala, avec qui il a signé une bande dessinée, Yacht Club. Il partage avec eux le mépris pour l’instrumentalisation supposée de la Shoah, expliquant sur son blog que « c’est rendre hommage à toutes les victimes (…) de la seconde guerre mondiale que de dénoncer ceux qui utilisent leur martyre à des fins de basse politique et de justification de massacres comme en Palestine », tout en reconnaissant avoir été « peut-être parfois un peu maladroit dans [s]a manière d’aborder [s]es sujets ».

Source informations http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/06/03/un-proche-de-dieudonne-gagne-un-concours-iranien-de-caricature-sur-l-holocauste_4933622_3218.html

Quelle différence entre la propagande nazie et celle de Zéon ?

Jugez par vous-même du talent de Zéon. https://zeondessinateur.wordpress.com/

Afficher l'image d'origine

Source image

Le fantasme du juif riche a coûté la vie au jeune Ilan Halimi. Zéon le perpétue avec sa caricature d’Auschwitz caisse enregistreuse comme les nazis travaillaient le cerveau des Allemands et des Polonais pour s’approprier les biens et le corps encombrant des juifs.

Ilan Halimi séquestré. Voici ce que produisent les antisémites comme Zéon. http://www.liguedefensejuive.com/dix-ans-apres-que-sont-devenus-les-protagonistes-de-laffaire-ilan-halimi-2016-01-21.html

A en juger par les commentaires d’approbation et de soutien qui suivent les caricatures de Zéon, il y a de quoi se faire du souci tant ils sont admiratifs et enthousiastes. Zéon, Dieudonné et Soral sont des pousse-au-crime qui portent une lourde responsabilité dans la recrudescence des actes antisémites au même titre que les musulmans de France et de l’étranger.

image007Source image 

Le tiroir-caisse est coiffé de la porte d’entrée du camp d’Auschwitz, son compteur est arrêté sur 6 millions – l’estimation du nombre de juifs tués lors de l’Holocauste –, et son tiroir plein de billets porte la mention « Shoah Business ». Le clavier, lui, évoque la loi Gayssot de 1990 sur la répression des actes racistes, antisémites ou xénophobes. C’est avec cette production que le dessinateur Zéon a remporté la deuxième édition du Concours international de caricature et de dessin de l’Holocauste, dont la cérémonie de clôture s’est tenue à Téhéran le 31 mai. Il a obtenu le premier prix assorti de 12 000 dollars (10 700 euros). Le site ActuaBD s’en est fait l’écho dès le lendemain.

Caricature de Philipp Rupprecht, dit « Fips », pour Der Stürmer. Der Stürmer (« l’attaquant ») était un journal hebdomadaire, publié de 1923 jusqu’à la fin de la guerre, qui était encore plus sauvagement antisémite que le magazine précédent. Alors que Neues Volk gardait tout de même l’apparence voilée d’un magazine respectable, Der Stürmer publiait des articles choquants et presque ridicules, comportant des accusations grotesques contre les Juifs comme la pornographie, l’anticapitalisme et l’anticatholicisme, entre autres. Entre les années 1941 et 1944, le journal publiait même des articles exigeant l’extermination et l’annihilation des Juifs. Le journal était connu pour ses caricatures antisémites, représentant les Juifs comme répugnants, avec des défauts exagérés et des corps difformes. On représentait souvent les Juifs comme des criminels sexuels, des violeurs, des meurtriers, des voleurs et tout simplement des parasites. http://propagande-nazie.e-monsite.com/pages/ii-a-la-devalorisation-du-juif.html

Source image  Der Ewige Juden, 1940  (« Le Juif éternel »). Le film a été commissionné par Joseph Goebbels, le Ministre de la Propagande, et réalisé par Fritz Hippler. Ce film violemment antisémite a été considéré comme un film documentaire sous le Troisième Reich. Il consiste de matériaux filmés peu après l’occupation Nazie de la Pologne. Le but fondamental du film est de faire une opposition entre l’Aryen et le Juif. L’Aryen est montré comme un homme vivant sainement, et étant satisfait du labeur physique. Le Juif, au contraire, est montré comme trouvant toujours du plaisir dans l’argent et dans un style de vie hédonique, et vivant dans la saleté. Le film fait parvenir de nombreuses accusations antisémites : Les Juifs s’associent à l’anarchisme, à la libération sexuelle et à la pornographie, ils torturent les animaux et sont responsables de la chute de la musique, de la science, de l’art et du commerce. Aucun crime n’est oublié ; le Juif est responsable de tout. Le film s’ouvre sur une scène montrant des rats sortant d’un égout, accompagnée de sous-titres annonçant : « Si les rats représentent la vermine du royaume des animaux, les Juifs sont la vermine de la race humaine et, comme les rats, diffusent les maladies et la corruption. Seulement, les Juifs diffèrent des rats car ils sont capables de changer leur apparence et de se transformer en leurs hôtes humains. »

Et voici les conséquences des caricatures nazies

Source

Rafle du Vel d’hiv

Déportation des Juifs vers Riga, Lettonie. Bielefeld, Allemagne, 13 décembre 1941.

Déportation des Juifs vers Riga, Lettonie. Bielefeld, Allemagne, 13 décembre 1941.

— Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz

https://www.ushmm.org/wlc/fr/media_ph.php?MediaId=1644

Source image 

En 1945, 90 % des 3,3 M de Juifs polonais ont été exterminés, et 32 % des 3,1 millions de Juifs russes.

Oxymores : mannequin en hijab et féministes musulmanes voilées

Alors que des femmes de pays musulmans risquent leur vie pour évoluer cheveux au vent, alors que des femmes musulmanes se mettent en danger pour revendiquer des droits humains, d’autres qui bénéficient sans vergogne des droits et libertés durement conquis par les féministes des pays occidentaux, osent se dirent féministes en portant ce signe de soumission et d’inégalité intemporel qu’est le voile (le tissus qui cache les cheveux quel que soit son nom).

Ajoutée le 12 janv. 2015 History of protest by Iranian Women from 1979 to 2015 

16.30 GMT-12:30 PM/EST
These are Iranian models ditching basic black for more colorful clothes in a rarely held, government-sponsored fashion show. Their traditional Iranian fashion is fused with Western style in 60 outfits, some sell for as little as $40… another way for Iran’s fashion police, as some may call them, to convince women they can still put the chic into their Islamic costumes.
This comes after, quote: « Thousands were arrested for non-compliance with the obligatory dress code, » according to Amnesty International’s 2008 report on Iran.
Enforcing these codes generally comes in the form of swift annual sweeps by police especially early in the summer, when heat drives more people dressed in lighter clothes out on the streets. (GFX: Iran imposed its dress codes in the wake of the 1979 Islamic revolution, making women wear long loose robes or coats and cover their hair in public.)
This year, however, their crackdown is reportedly heavier. For the first time, police shut 32 clothes shops and hairdressers. They questioned women and men about where they bought their clothes or had their hair done. They stopped passengers in cars for breaking dress codes… all in an attempt to ban the sale of shorter coats and lighter headscarves, along with Western hairstyles. (GFX: Dress code enforcement began to ease in the late 1990s under President Khatami.)
Police spokesman Nader Sarkari defends the crackdown, saying, quote: « Why should some individuals take it upon themselves to commit an act society has deemed a violation? »
For years in Iran, some women have tried to break the Islamic dress code. In 1991, hundreds reportedly clashed with security forces in Isfahan leaving 300 women arrested. Two years later some 800 women were arrested, reportedly for dress code violations, including wearing sunglasses. According to Iran’s Penal Code, such violation received a reprimand of 74 lashes until 1997 when women refused to submit to it. The penalty is now reduced: ten days to two months prison or a cash fine of 50,000 to 500,000 rials.
Nonetheless, 21-year-old Sana still finds a way to exercise her freedom: few weekend hours high up in the mountains. In this report on « Iran’s Hedonistic Youth, » the graphic artist says, here it is ok to let her guard down and forget her worries.
Sana: « The clothes we wear here are much more comfortable, as you can see. Up here, I feel like I’m in another country. I’ve got so much more freedom. »
Sana’s friend: « I don’t have any intention to cover my head; certainly not when the guards aren’t outside. It is enough bother to wear this in town. »
Back in the city, many women keep pushing the envelope with Iran’s dress code, some wear short, colorful coats that show their body shape… while others let their headscarves slip, revealing much of their hair.
Perhaps the recent state fashion show, some believe, will convince some women to creatively express themselves while sticking to the rules.

http://www.iranvnc.com/

English link:
http://iranvnc.com/en/home/

© IranVNC 2008. All rights reserved.

Pourquoi des iraniennes posent sans voile

Ajoutée le 11 juin 2015

Masih Alinejad is an Iranian journalist and advocate for religious freedom and women’s rights. She is the moderator of My Stealthy Freedom, a Facebook group that has over 800,000 followers. There, she and other Iranian women post photos of themselves removing their headscarves in public — a quiet but brave protest against the Iranian laws that govern not just their clothing, but the way they practice their religion.

Certaines musulmanes se prétendant instruites, soutenues par leurs imams, s’abritent même derrière une falsification de l’histoire en s’appropriant Flora Tristan,l’ une de nos glorieuses héroïnes féministes du XIXème siècle.

https://laconnectrice.wordpress.com/2011/04/17/flora-tristan-na-jamais-prone-le-voile-integral/

Le comble est atteint par cette dite mannequin fière d’arborer son hijab pour faire vendre la mode bon marché de H&M.

Il est vrai que le voile est une mode reflétant le renouveau de la guerre sainte, le jihad, que mènent les musulmans depuis une quinzaine d’années pour conquérir le monde non musulman. Le voile est devenu l’étendard de cet impérialisme qui s’appuie sur le terrorisme et le capitalisme des riches monarchies du golfe qui injectent l’argent du pétrole dans nos terres, nos industries, nos médias, le sport et tout ce qui est susceptible de rassembler l’oumma islamiya contre les mécréants à abattre et de garantir la prospérité des califats à venir pour les temps où l’énergie fossile du pétrole viendra se tarir.

Ces musulmanes qui jouent les mannequins, ce rôle de femme aliénée qui s’exhibe, ne semblent pas se rendre compte de la contradiction qu’elles revêtent en portant le voile pour protéger leur pudeur de la concupiscence des mâles. A vrai dire, leur petit cerveau bouché par les sourates misogynes du Coran nous démontre que ce qui compte pour elles est d’afficher partout, jusque dans les lieux les plus incongrus, l’étendard de l’islam, c’est-à-dire le voile.

J’espère que les femmes occidentales libérées par les combats féministes, seront assez lucides pour boycotter H&M et toutes le entreprises qui l’imiteraient.

La Connectrice

La Connectrice

Lire aussi

http://ripostelaique.com/hm-mongo-tommy-hilfiger-dkny-uniqlo-le-pret-a-porter-au-service-de-lislamisation.html

N’achetons pas les produits des marques qui contribuent à la dissolution de toute cohésion nationale et favorisent les replis communautaristes. Dans le cas présent, n’achetons pas les vêtements de H&M, Tommy Hilfiger, Mango, Uniqlo et DKNY.

Les cadres de ces boîtes et leurs publicitaires ont misé sur le fait que, par cette exhibition (pas très islamiquement correcte d’ailleurs) d’une enfoulardée, ils gagneraient un nombre important de nouveaux consommateurs, montrons-leur qu’ils ont eu tort et qu’ils perdront un nombre encore plus élevé d’acheteurs, ces citoyens qui refusent d’être réduits à un unique rôle de consommateur et qui résistent au rabaissement de leurs valeurs culturelles.

Faites circulez ce message à tout votre entourage. NON A L’ACHAT DES PRODUITS DES MARQUES H&M, MONGO, TOMMY HILFIGER, DKNY, UNIQLO.

Syrie : Al-Assad dictateurs sanguinaires depuis 1967. Pourquoi maintenant les humanistes se réveillent ?

Pourquoi la France et l’Amérique sont-elles soudainement prises d’une indignation humanitaire  incomparable alors que la famille Al-Assad fait régner la terreur en Syrie et dans le monde depuis que le père, Hafez Al-Assad fut nommé ministre de la Défense après la guerre des six jours, en 1967.

De 1970 à 1980, le tyran sanguinaire ne cessa de faire régner la terreur sur les Syriens, sur ses voisins libanais et sur le monde entier. En 1980, il assurait ses arrières en signant un traité d’amitié et de coopération avec le pouvoir soviétique. En 1973, la Syrie s’était unie à l’Egypte pour attaquer Israël au moment du Kippour, le grand pardon, principale fête juive. L’initiative s’était soldée par un échec catastrophique pour l’économie et la démographie du pays. En 1975, Al-Assad se refaisait une santé sur le dos du Liban, semant la terreur et occupant son voisin. Aujourd’hui, près de 20% de la population du Liban est constituée de Syriens dont les farouches djihadistes du Hezbollah.

La présence d’armes chimiques a été identifiée depuis longtemps sur le territoire syrien où les Al-Assad père et fils les ont expérimentées. Les stocks auraient été en partie dévalisées par les insurgés avec l’aide des officiers qui ont opté pour la rébellion. On ne sait plus trop, dans le désordre de cette guerre civile qui dure depuis deux ans, qui les a utilisés.

Poutine peut faire le malin en demandant qu’on lui apporte des preuves de l’utilisation PAR Bachar Al-Assad du bombardement de gaz neurotoxique à Ghuta et ailleurs le 21 aôut car si la présence de gaz sarin semble indiscutable, on n’a aucune preuve -à ce jour- de l’identité de ceux qui ont balancé les obus sur ces populations de la banlieue de Damas.

Hafez- Al-Assad  puis son fils Bachar ont hébergé, entrainé et protégé tous les terroristes de la terre sur le territoire syrien et au Liban. Il ont accueilli les terroristes palestiniens, Al Quaida, le Hezbollah et tous ceux qui veulent en découdre avec les sionistes et le grand Satan américain, les occidentaux dégénérés, l’ensemble des mécréants maudits du monde, les Wahabites corrompus, toutes les monarchies décadentes du golfe

Alors ma question est la suivante : pourquoi après tant d’années de dictature sanguinaire, de crimes terroristes, de complots, d’enlèvements, d’assassinats et de cruautés en tous genres les Américains, la France et leurs alliées éprouveraient-ils un élan d’indignation ad nauseum au point de risquer de déclencher une troisième guerre mondiale ?

On parle d’un exercice militaire combiné israélo-américain se déroule en Méditerranée orientale au moment du G20 alors que la Russie et les USA sont en froid depuis l’affaire Snowden. et ont envie de se montrer les dents en relevant leurs babines guerrières.

Le véritable objectif serait l’Iran qui réaffirme régulièrement sont intention de rayer Israël de la carte et qu’on soupçonne toujours de s’être doté de l’arme nucléaire.

Il y aurait aussi un projet de gazoduc qui traverserait la Syrie du côté de Homs pour alimenter Israël et l’Europe avec le gaz qatari

Il pourrait aussi s’agir de déposer au nom de la sécurité des frontières d’Israël et du Liban quelques troupes occidentales dans la région.

Finir le job commencé en Irak en intervenant par la frontière syrienne ?

Sauver le Liban de l’occupation syrienne ?

Mais tout cela ne me dit toujours pas pourquoi maintenant ?

A moins que, tout simplement les syriens n’aient décidé de célébrer à leur manière le 43ème anniversaire de la guerre du kippour ? Kippour, c’est samedi 14 septembre …

Les preuves contre la Syrie : une note non datée, non signée

Lors de la création du monde,

l’Intelligence dit : « Je vais en Syrie ».

L’esprit de Discorde ajouta : « J’y vais avec toi ».

Vieux dicton syrien cité par Samir Anhoury  http://maaber.50megs.com/issue_august03/lookout2f.htm

 

Le gouvernement a mis en ligne un document intitulé Synthèse nationale de renseignement déclassifié Programme chimique syrien Cas d’emploi passés d’agents chimiques par le régime  Attaque chimique conduite par le régime le 21 août 2013 http://www.elysee.fr/assets/pdf/SyrieSynthese-nationale-de-renseignement-declassifie02-09-2013.pdf

J’ai beau examiner ce document de haut en bas, de bas en haut, en large et en travers, je n’y vois aucun nom de personne ni aucun nom de service. Aucune date de rédaction ne figure sur le document.

Or ce document généreusement mis à la disposition de tout le monde sur l’Internet a pour objectif de justifier une intervention militaire en Syrie, un projet avec lequel 64% des Français sont en désaccord.

Sur la base de ce document douteux, les médias nous livrent des images de victimes blessées ou mortes avec des commentaires emplis de trémolos pour nous persuader de l’humanité d’une intervention qui devrait bombarder Damas, au moins une troisième fois sous le feu français. En effet, les Français ont bombardé la capitale syrienne en 1925 pour écraser un soulèvement contre leur mandat, puis en 1945, sous l’ordre de De Gaulle pour écraser la coalition entre les Vichissystes, les Allemands et les Frères musulmans. Mais chaque fois que la France s’est engagée dans le bourbier syrien, elle s’y est embourbée et n’y a rien gagné sinon des pertes humaines et diplomatiques.

Or, sans autres précisions, ce document n’apporte aucune preuve si ce n’est celle de l’obstination de la France à régler des comptes avec Bachar Al-Assad et feu son père qui seraient responsables de l’assassinat de l’ambassadeur Paul Delamare le 4 septembre 1981, de nombreux autres Français, de l’ami Tarik Hariri et du martyr du Liban. Et pourquoi  ne pas mettre aussi sur le dos de la Syrie tous les crimes de son ami iranien dont l’attaque du « Drakkar » le 23 octobre 1983 qui avait tué cinquante-huit casques bleus français ?

Comme le demandent toutes sortes d’acteurs et de témoins, le cas syrien doit se résoudre entre Syriens par la négociation et la diplomatie, éventuellement avec la participation toute pacifique des organisations internationales que nous payons pour ça.

Egypte: place de la liberation

La couverture de la révolte égyptienne par nos médias habituels est on ne peut plus pauvre et médiocre. Après avoir zappé de chaine de TV en station de radio pour comprendre des évènements aussi importants je me suis arrêtée sur Al Jazzeera International dont la caméra, braquée sur la place Tahrir, Liberation square, comme ils disent, donnait des nouvelles en temps réel avec une foultitude de commentateurs (surtout des commentatrices, ce qui est remarquable), correspondants locaux, médecins, manifestants.

Il apparait que la place Tahrir du Caire, dénommée place de la liberté, est devenue un enjeu stratégique pour les Egyptions. Elle est le sympole de la révolte contre le système Moubarak. C’est là que se sont rassemblés près de 2 millions de manifestants pour réclamer le départ du dictateur. Deux jours plus tard, des irréductibles s’y sont barricadés tandis que leurs adversaires pro Moubarak viennent de toutes l’Egypte soutenir leur président.

Hier, mercredi, des hordes de partisans de Moubarak se sont dirigées vers la place de la Liberté armés de gourdins, de couteaux, de pierres et montés, pour certains, sur des chevaux et des chameaux. L’armée qui a disposé ses tanks autour de la place a, par sa présence et pas forcément par sa volonté, limité les affrontements entre opposants et partisans de Moubarak. Des coups de feu sont partis, il y a eu officiellement 3 morts et 1500 blessés depuis le début des évènements. Ce jeudi, il y aurait eu une centaine de morts dus en partie aux affrontements d’hier entre pro et anti Moubarak et à l’intervention de l’armée qui semble bouger de la position de neutralité qu’elle semblait avoir adoptée jusqu’alors.

On dit même que l’armée empêcherait les journalistes de faire leur travail, aidés par la police qui est également sortie de son apparent calme.

Alors que tous les experts s’évertuaient à nous persuader que l’Islam n’avait rien à voir dans la révolte égyptienne, les Frères musulmans sortent de l’ombre et du silence, exigeant le départ de Moubarak et de ses sbires, de toute son équipe.

Les Egyptiens n’ont jamais digéré leur défaite contre Israël à la suite de la guerre des 6 jours. Sadate avait tenté d’en faire une victoire en signant les accords de Camp David avec, à la clef, l’entretien de son armée par les Américains. Sadate l’a payé de sa vie, assassiné par des islamistes, les Frères musulmans, les mêmes qui sont en train de tirer les marrons du feu.

Ce n’est pas un hasard si on a pu entendre des manifestants « pour la démocratie » vitupérer contre Israël et brandir un portrait géant de Moubarak portant un bandeau noir sur l’oeil à l’image de Moshé Dayan, le vainqueur de la guerre des 6 jours. La vengeance est un plat qui se mange froid.

Prétendre que la révolte égyptienne est une guerre civile, un affaire strictement intérieure pour le peuple qui ne demanderait rien d’autre que la liberté et la démocratie avec le départ de Moubarak et de sa clique n’a rien d’exact. En toute connaissance de cause ou en toute naïveté, les révoltés égyptiens font de la géopolitique avec à la clef une refonte des forces en présence dans la région.

Comme souvent, le peuple se tape dessus tandis que des pouvoirs attendent le moment opportun pour le mater et imposer leur loi.

%d blogueurs aiment cette page :