Flux RSS

Archives de Tag: islamophilie

Anonymat, dénonciation et sécurité

Publié le

De nombreux internautes utilisent des pseudos pour protéger leur anonymat soit pour de bonnes raisons, soit pour de mauvaises raisons parfois très malveillantes.

L'auteur d'une lettre coup de gueule anti-taxis est menacé de mort sur Facebook http://t.co/MXDP8dJsVi

Source image

Ecrire ou témoigner dans l’anonymat comme respecter l’anonymat de personnes l’ayant choisi visent souvent à se protéger comme protéger ses proches pour des motifs personnels, professionnels ou stratégiques ou encore ménager son intégrité physique. Ces motifs sont tout à fait respectables et doivent être respectés. Par contre, se dissimuler derrière l’anonymat pour nuire, insulter, menacer, commettre des crimes ou des délits est totalement inacceptable. Dénoncer l’anonymat malveillant est l’affaire de la police et de la Justice.

Dans le texte ci-dessous, Elisseievna, une camarade féministe , explique comment des personnes malveillantes ont dénoncé l’anonymat d’une camarade féministe sans son consentement. Derrière cette délation se dissimule une position politique en faveur de l’islamophilie, cette camarade écrivant souvent sur la dramatique islamisation de la France particulièrement dangereuse pour les femmes.

Elisseievna est une militante féministe historique courageuse qui se bat contre l’islamisation de la France et la progression de l’application de la charia qui traite les femmes comme des sous-hommes et qui représente actuellement une grave menace contre les droits des femmes encourageant les hommes -musulmans ou non- à renforcer ces comportement sexistes et machistes qu’ils avaient commencé à remettre en cause pour plus d’échange et d’égalité entre femmes et hommes. Comme Elisseievna et d’autres, j’ai l’impression que, sous l’influence de l’islam, nous avons fait un énorme pas en arrière et que ce n’est pas fini. De nombreux signes attestent de la régression de notre condition, le dernier étant le remplacement d’un Ministère des droits des femmes promis par Emmanuel Macron par un secrétariat d’Etat à l’égalité entre hommes et femmes (notez la priorité) confié à une femme qui n’est pas connue pour son féminisme, bien au contraire.

La Connectrice (qui reste anonyme pour des motifs de protection)

Délation féministe et leurs soutiens féministes et juifs.

L’anonymat dans le mouvement de libération des femmes depuis 1970

Dans le mouvement féministe de nombreuses féministes ont utilisé des pseudonymes pour écrire, tout en militant sous leur nom d’état civil dans le mouvement.

Nombre de textes n’étaient pas signés, comme s’ils étaient des textes collectifs.

Ainsi l’écrivain(e) Christiane Rochefort fut elle l’auteure réelle de nombreux textes « anonymes ».

Ainsi les rédactrices de la Revue de l’Anef (https://www.anef.org/tag/lanef-publie/ ), dirigée par Françoise Picq, demandaient-elles aux féministes intervenantes dans l’assistance des « Journées de l’Anef » (https://www.anef.org/category/publications/les-journees-de-lanef/) , si elles souhaitaient ou pas que leur nom figurent comme auteures de leurs interventions orales au cours de ces journées. Si elles ne le souhaitaient pas, leurs propos figuraient avec juste l’indication « une intervenante ».

Ainsi, le numéro de la revue Partisan de 1970 intitulé «  Féminisme année zéro », a été, comme l’ont relaté dans leurs ouvrages, tant Anne Zélensky que Marie-Jo Bonnet, composé d’articles signé uniquement par des prénoms ou des pseudonymes.

Ainsi, comme l’a ensuite expliqué Anne Zélensky dans son autobiographie, son livre « Histoires du MLF » a été rédigé en 1977 avec Annie Sugier, sous leurs noms de plume de l’époque, « Anne Tristan » et « Anne Pisan ». Simone de Beauvoir a préfacé l’ouvrage et n’a jamais révélé qui étaient les auteures, aussi longtemps que celles-ci ont souhaité maintenir la discrétion sur le fait qu’elles étaient rédactrices de cet ouvrage, vis-à-vis du public.

Ainsi comme l’a écrit Liliane Kandel  (  https://www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2008-1-page-117.htm ), elle écrivait sous le nom de « Rose prudence » ses chroniques sur « sexisme ordinaire » tandis que Catherine Deudon utilisait le pseudonyme de « Catherine Crachat ». Catherine Deudon a elle-même fourni une biographie à un site universitaire mentionnant cet usage, d’où l’on peut déduire qu’elle est d’accord depuis pour le révéler.

Abjection de la dénonciation de l’anonymat

Il est évident qu’il est infâme de révéler publiquement le nom d’une copine militante qui est l’auteure de textes, qu’elle ne souhaite divulguer que sous un pseudonyme.

Je considère la délation d’auteurs écrivant sur l’islam, à fortiori lorsqu’ils sont juifs, comme une aide à l’assassinat potentiel. Le nom d’une personne permet souvent de connaître ses autres coordonnées, et donc de savoir où la trouver pour la tuer.

J’estime abject tout soutien apporté à cette action.

Fiammetta Venner a jugé utile de révéler le nom d’une féministe écrivant sur l’islam sous pseudonyme. Qui milite évidemment sous son nom d’état civil comme toutes les féministes.

En justice elle a invoqué la nécessité d’informer le public.  Elle a osé prétendre que la féministe en cause tiendrait sous son nom des propos politiques opposés à ceux de ses articles.  Mais la Cour n’a pas visiblement considéré qu’il y aurait la preuve de propos contradictoires ou de sens politique opposé qui auraient été tenus par la féministe ainsi outée. Elle n’a pas tenu compte de cet argument.

La délation ainsi produite a été retirée. Ce qui est le minimum.

Mais Fiammetta n’a ni produit d’excuses, ni dédommagé sa victime pour tout le tort subi, alors qu’il est évident dans les circonstances actuelles que ce préjudice d’angoisse est évident. Au contraire, elle a soutenu qu’il n’y avait pas de préjudice du fait de sa révélation. Et les personnes qui l’ont soutenu ont, par ce soutien, à l’évidence, entériné cette affirmation.

Tout ceci est abject.

La moindre des choses seraient que ceux et celles qui ont participé à ces dégueulasseries, Fiammetta et ceux et celles qui l’ont soutenue dans ce procès, affirment clairement, qu’après réflexion, elles et ils estiment maintenant ceci :

« Etant donné les circonstances actuelles, étant donné les menaces pesant sur les juifs et sur les opposants à la loi islamique, en aucun cas et sous aucun prétexte, il ne faut révéler le nom de personnes écrivant des propos critiques contre la doctrine de l’islam. »

Fiammetta Venner a été soutenu dans ce procès par : Catherine Deudon, Michael Ghnassia, Liliane Kandel, Patrick Klugman, Claudie Lesselier, Françoise Picq, Nadja Ringart, Nathalie Szuchendler.

Je ne vois pas comment l’on peut être juif, censé obéir au commandement : « Tu t’inquièteras du danger pour autrui », et apporter son soutien à une action dont je ne vois pas comment on peut penser qu’elle ne serait pas une mise en danger de MORT,

Je ne vois pas comment l’on peut se prétendre féministe, c’est-à-dire soucieuse de lutter contre la violence, et commettre un tel acte ou le soutenir, alors que je ne vois pas comment l’on peut soutenir qu’il ne facilite pas l’action éventuelle de tueurs de juifs et de tueurs d’opposants à la charia.

Je ne vois pas quelle autre motivation peuvent avoir celles et ceux qui le commettent ou le soutiennent qu’une envie de voir tuer, que le goût du sang.

J’attends de ces personnes qu’elles fassent clairement à titre d’excuse minimum, et pour que cette conduite ne se reproduise plus, la déclaration citée plus haut, à savoir :

« Etant donné les circonstances actuelles, étant donné les menaces pesant sur les juifs et sur les opposants à la loi islamique, en aucun cas et sous aucun prétexte, il ne faut révéler le nom de personnes écrivant des propos critiques contre la doctrine de l’islam. »

Elisseievna

Pour en savoir plus

  • Le blog féministe et anti totalitaire d’Elisseievna

http://elisseievna.blogspot.fr/

  • Risques encourus par les critiques de l’islam comme Charlie-Hebdo

Dossier islamisme : Marianne porte plainte pour "menaces de mort"

Source image

Le directeur de l’hebdomadaire a porté plainte contre X pour des menaces de mort réitérées suite au reportage réalisé sur « les complices de l’islamisme ». La semaine dernière, l’hebdomadaire Marianne publiait un dossier spécial sur « les complices de l’islamisme« , à savoir les « alliés objectifs, compagnons de route, idiots utiles » qui permettent de faire le jeu d’un islam radical. Un reportage qui n’a visiblement pas plu à tout le monde, notamment sur les réseaux sociaux où des internautes s’en sont pris frontalement à l’hebdomadaire, parfois en des termes répréhensibles. Ainsi de ce tweet : « A quand le mitraillage de la rédaction de Marianne ? », qui, en plus d’un appel au meurtre, rappelle froidement l’attentat de janvier contre le journal satirique Charlie Hebdo. C’est pour ce genre d’appel au meurtre que le directeur de Marianne a indiqué dans un communiqué, jeudi, avoir déposé plainte contre X pour des « menaces de mort réitérées » sur les réseaux sociaux.

« Des centaines d’insultes raciste et antisémite »

La plainte a été déposée mardi et a pu être consultée par l’AFP. « Dès le samedi 23 mai, le patron de la rédaction Joseph Macé-Scaron a été alerté que des menaces de mort étaient proférées à l’encontre du journal sur les réseaux sociaux, à savoir Twitter et Facebook », est-il écrit. L’hebdomadaire dit aussi avoir reçu des « centaines d’insultes à caractère raciste et antisémite ».

Le procureur de Valence ignore les appels au meurtre de l’Etat islamique

Publié le

« Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen – en particulier les méchants et sales Français – ou un Australien ou un Canadien, ou tout […] citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l’État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière », a déclaré Abou Mohammed al-Adnani, le porte-parole de l’EI, dans un message diffusé en plusieurs langues via Twitter. « Tuez le mécréant qu’il soit civil ou militaire », a-t-il ajouté.

Frappez sa tête avec une pierre, égorgez-le avec un couteau, écrasez-le avec votre voiture, jetez-le d’un lieu en hauteur, étranglez-le ou empoisonnez-le », indique-t-il.

Afficher l'image d'origine

Aussi incroyable que cela puisse être pour un haut fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur, le procureur de Valence n’était pas au courant des appels au meurtre de l’Etat islamique et des conseils qu’il donne à ses suppôts, c’est-à-dire n’importe quel musulman, organisé ou pas qui voudrait exterminer les mécréants.

Dans ses déclarations ce procureur s’est acharné à démontrer que le criminel qui a foncé sur les militaires de Valence n’avait aucun rapport avec le terrorisme islamique. Un maghrébin qui a crié Allah Akhbar, un tunisien pratiquant, des images de djihadistes dans son ordinateur, un homme sans armes …pour ce procureur ignorant des conseils donnés par l’EI à tous les musulmans, cela suffit à prouver que El Ayoub n’agissait pas au nom de l’Islam !

Oyez braves gens, ne craignez rien, il n’y a aucun danger de terrorisme en France, moi procureur de la République, représentant du Ministère de l’Intérieur, je garantis votre sécurité.

Il faut être singulièrement ignorant pour ne pas se souvenir de l’un des premiers appels à assassiner les mécréants par tous les moyens.

A en croire les commentaires d’internautes sur le sujet, personne n’est dupe des mensonges de l’Autorité ni des risques mortels que nous courons tous n’importe où et n’importe quand dans notre pays que l’EI se vante avoir « mis à genou » le 13 novembre 2015.

 

La Connectrice

Pour en savoir plus

L’école française ? Un lieu de la « mécréance » et de la « perversion ». Les professeurs ? Des « corrupteurs » à « combattre et tuer ». C’est clairement une menace de mort que profère l’organisation Etat islamique (EI) à l’encontre des enseignants dans l’un de ses outils de propagande, le magazine francophone en ligne Dar Al-Islam (« Demeure de l’islam »). Une menace prise très au sérieux, tant l’Etat islamique a prouvé sa capacité à convaincredes terroristes de passer à l’acte.

Titré « La France à genoux », en référence aux attentats du 13 novembre, le septième numéro de cette revue, diffusé fin novembre, consacre tout un dossier à l’éducation à la française. Six pages empreintes de théories simplistes et complotistes : l’école servirait à « imposer le mode de pensée corrompu établi par la judéo-maçonnerie ». Elle cultiverait, chez l’enfant, « l’ignorance et la corruption morale », et l’affaiblirait « jusqu’à ce que, enchaîné à ses plus vils instincts, il soit esclave des vrais maîtres de l’Occident : les juifs corrupteurs ».C’est à la laïcité « fanatique » de l’enseignement français que s’en prend, sur un ton haineux, le magazine, quelques jours seulement avant la célébration, le 9 décembre, de ce principe dans les établissements scolaires – une journée que le ministère de l’éducation nationale n’entend pas remettre en cause. Dar Al-Islam condamne tout particulièrement la Charte de la laïcité, affichée depuis 2013 dans les écoles, définie comme « un tissu de mensonges et de mécréance ».

 

Appel à la « hijrah »

S’ensuit le rejet de tout ce que porte l’école : la laïcité et la démocratie, la tolérance, l’humanisme, le respect des valeurs républicaines, le pluralisme des convictions, la mixité entre les filles et les garçons, « porte ouverte vers la fornication ». La revue s’attaque aussi à la « théorie darwiniste de l’évolution », à l’interdiction de la prière et des signes religieux, à la musique… « Une fois de plus, c’est un symbole de la République qui est attaqué, souligne Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat des enseignants de l’UNSA. Et quel symbole : l’école, le cœur de la République, le lieu où l’on forme le citoyen éclairé. »Dans la seconde partie du dossier, le magazine propose deux « solutions ». La première : faire la « hijrah » (émigration) vers le « califat » qui « a mis en place des écoles où les programmes sont réellement islamiques, purifiés de toutes les mécréances et péchés ». La seconde : « combattre et tuer tous ces corrupteurs ». Deux professions sont prises pour cible : les professeurs qui enseignent la laïcité – tous, donc, puisque sa transmission est une mission inhérente au métier –, et les services sociaux qui« retirent les enfants musulmans à leurs parents ».Quelle est la portée de ce magazine ? « S’il semble difficile d’évaluer le nombre de lecteurs et l’influence que cette publication peut avoir sur eux, l’impact s’étend au-delà du lectorat visé puisque Dar Al-Islam est relayé par la fachosphère », signale un enseignant et historien spécialiste du sujet qui, dans le contexte actuel, a préféré garder l’anonymat.Au sein de la communauté éducative, les réactions oscillent entre la peur et un certain détachement. « La menace de Daech ? Je m’en moque pas mal ! », lâche un enseignant de Seine-Saint-Denis. « Je ne savais pas que j’exerçais un métier à risque ! »,ironise un autre. « Gardons la tête froide et ne cédons pas à la panique, puisque c’est justement ce qui est recherché », avertit Liliana Moyano, présidente des parents d’élèves de la FCPE. Inquiet, un professeur parisien demande que cette menace soit« prise au sérieux. Ces gens finissent généralement par faire ce qu’ils disent ». Sur la Toile, beaucoup s’interrogent sur la nécessité de renforcer encore la sécurité aux abords des établissements scolaires.

Cadrage national

Davantage de sécurité ? Au ministère de l’intérieur, on assure que cette menace a été « prise en compte » par ses services, « extrêmement mobilisés pour agir en profondeur sur les filières et déjouer des projets d’attentats », sans faire plus de commentaire, « pour des raisons opérationnelles ». Pour l’heure, les consignes de sécurité applicables de la maternelle à l’université depuis les attentats du 13 novembre – et réactualisées à deux reprises depuis – sont toujours en vigueur : accueil renforcé à l’entrée des bâtiments, identité « systématiquement vérifiée » des personnes étrangères aux établissements, possible « contrôle visuel des sacs », obligation deréaliser d’ici les vacances de Noël deux exercices de sécurité (évacuation incendie et mise à l’abri ou confinement).Voilà pour le cadrage national. Sur le terrain toutefois, les consignes peuvent varier d’une ville à l’autre – voire d’un arrondissement à l’autre –, puisqu’elles dépendent aussi des municipalités. C’est en tout cas ce que font valoir nombre de parents d’élèves, inquiets. Ici, les portes s’ouvrent plus tôt ou plus tard qu’habituellement. Là, on contrôle sacs et cartables, parfois mêmes poussettes et vêtements.

Patrouilles

A Paris, il en faut peu pour raviver les craintes. « Depuis qu’on a fait état de vigiles patrouillant aux abords d’une école du 5arrondissement, les autres écoles du quartier se demandent pourquoi elles n’y ont pas droit, témoigne Hervé-Jean Le Niger, vice-président de la FCPE. Dans les 10e et 11arrondissements, épicentres des attentats, les familles sont en demande d’une sécurisation accrue, de visiophonie… On attend des annonces sur l’éventuelle extension de circuits courts de patrouilles militaires entre les écoles parisiennes. » Du côté du rectorat, on précise ne pas être à l’initiative de telles patrouilles. Dans l’entourage de la maire, Anne Hidalgo, quelques détails filtrent : « Des patrouilles sont d’ores et déjà mises en place, organisées par les commissariats en lien avec les mairies, avec parfois des renforts à pied ou en véhicule autour des lieux de vie, notamment des écoles aux heures d’entrée et de sortie », précise-t-on à l’Hôtel de Ville.La surenchère sécuritaire, ce n’est pas ce que demandent les syndicats d’enseignants. « Je ne suis pas sûr qu’on puissedémultiplier les mesures et installer un car de CRS devant chaque école, souligne Christian Chevalier. Les mesures Vigipirate doivent être maintenues, tout comme cette vigilance collective et citoyenne qu’on exerce depuis les attentats. » Pour Frédéric Sève, du SGEN-CFDT, un autre syndicat enseignant, la propagande djihadiste doit « nous encourager à en faire encore plus en matière d’enseignement de la laïcité, d’égalité filles-garçons, de respect de l’esprit scientifique, de tolérance… Sur le mode qui est le nôtre : pas celui de l’affirmation péremptoire et autoritaire, mais celui de l’explication, de l’éducation, du partage ».

 
  • Mattea Battaglia
    Journaliste au Monde

image: http://s1.lemde.fr/medias/web/img/bg/vide.png

 

Un terroriste chrétien fonce délibérément sur les militaires qui gardaient une mosquée de Valence

Publié le

« On a vu cette personne, elle est d’origine maghrébine », a dit à l’AFP l’un des imams de la mosquée, Abdallah Dliouah.

Selon les tout premiers éléments de l’enquête rapportés par une source proche, il s’agirait d’un homme de 29 ans, originaire de la banlieue lyonnaise et inconnu des services de police.

http://actu.orange.fr/france/valence-un-homme-blesse-apres-avoir-fonce-sur-des-militaires-afp-s_CNT000000hyJbS.html

Le titre de ce billet est bien entendu ironique. Je me moque des idéologues qui sont rendus bêtes et méchants par leur islamophilie et leurs intérêt égoïstes et cyniques.

Les gens instruits se douteront bien que ce ‘est pas un terroriste chrétien ou juif qui a foncé délibérément avec sa voiture sur les militaires qui gardaient la mosquée de Valence.

Mais il m’a fallu chercher longtemps avant de trouver une information sur la personne qui avait commis cet attentat. Pourtant, blessé au bras et à la jambe par un militaire après sommation, transporté à l’hôpital, le terroriste avait été vu pas de nombreuses personnes, à commencéer par l’imam de la mosquée protégée.

Mais chut, pasdamalgam, pas d’islamophobie, interdiction d’appeler un chat un chat, pas de racisme en donnant les caractéristiques physiques d’un terroriste.

On peut espérer maintenant qu’on service d’ordre musulman viendra protéger les militaires.

Félicitations au militaire qui a fait les sommations d’usage alors que le terroriste enragé fonçait sur lui avec sa renault rouge.

La Connectrice

17h30 : « Il s’agit d’une attaque inqualifiable. On est tous extrêmement choqués. Cette mosquée est calme et modérée, sans souci. Je veux apporter tout mon soutien aux militaires et saluer leur sang-froid », a déclaré Nicolas Daragon, maire LR de Valence, qui est sur place.

http://www.ledauphine.com/drome/2016/01/01/valence-des-militaires-de-sentinelle-tir-sur-un-homme

Mise à jour 02/01/2016

Tout s’éclaire

Selon le journal Le Parisien, le procureur a déclaré que rien ne prouvait qu’il s’agissait d’un acte terroriste, que les images de propagande djihadiste trouvées dans son ordinateur ne prouvaient rien  «Ce sont des images qui peuvent être tout à fait trouvées par n’importe qui sur internet», a-t-il souligné, «Le suspect est d’origine tunisienne mais de nationalité française», a expliqué le magistrat. Marié, l’homme originaire de la banlieue lyonnaise, à Bron, séjournait chez les parents de son épouse à Valence. Sa femme a déclaré ne pas être au courant de ses intentions et s’est dite «surprise». Le procureur avait précisé qu’en l’état «rien ne nous rattache à un réseau terroriste» et l’acte semble être «totalement individuel». Ni arme, ni explosif n’ont été trouvés lors des perquisitions. L’homme est un «musulman pratiquant» mais ne montrait aucun signe de radicalisation. Il aurait déclaré «Allah est grand» lors de son acte puis affirmé lors de sa prise en charge par les secours avoir voulu «se faire tuer par des militaires et tuer des militaires» au motif que ceux-ci «tuaient des gens». «La piste terroriste est écartée actuellement», a ajouté Alex Perrin, précisant que la section antiterroriste du parquet de Paris a décidé de ne pas se saisir du dossier. «Le parquet de Valence reste donc saisi de ce dossier», a-t-il ajouté. 

On se demande comment un haut fonctionnaire de l’Etat peut sortir une déclaration aussi incohérente et fumeuse. Avec un tel déni des réalités, nous ne pouvons que trembler pour la suite, il y aura d’autres attentats car ce gouvernement ne fait rien pour nous protéger.

 

Ironie. Les Musulmans souffrent …

J’ai reçu ce texte ironique. J’ignore qui l’a crée mais je le trouve pertinent.

A vous de juger.

LC

musulmans souffrent 

La lecture des journaux le confirme, les musulmans souffrent :

– à Gaza
> – en Irak
> – en Egypte
> – en Libye
> – au Yémen
> – en Syrie
> – en Afghanistan
> – au Liban
> – en Iran

En revanche, ils vivent en paix et sont plutôt heureux :

– en Grande Bretagne
> – en France
> – en Italie
> – en Allemagne
> – en Suède
> – en Hollande
> – en Belgique
> – en Norvège
> – aux Etats Unis
> – en Israël

Trois exceptions où ils ne souffrent pas, mais fuient pour vivre ailleurs :

– l’Algérie
> – le Maroc
> – la Tunisie

Premier constat :

Là où n’est pas appliquée la charia, les musulmans sont plus heureux.
Là où ils sont heureux, ils veulent la charia.

Second constat :

Qui blâment-ils pour leurs malheurs ?
– pas l’Islam
> – pas leurs dictateurs
> – pas eux-mêmes
> … mais les lois des pays où ils vivent bien et en sécurité.

Troisième constat :

En période de conflit, comme en ce moment en Syrie, en Irak et en Libye, des milliers fuient.
Vers l’Arabie saoudite ou la Tunisie voisines, pays frères, états islamiques ?
Non, vers l’Europe.
Où ils se plaignent de l’islamophobie et de l’intolérance envers leur religion.

Conclusion : 

Ils ont un problème.
En Europe, les musulmans peuvent vivre confortablement et profiter d’un niveau de vie qu’ils n’ont pas créé, et d’une liberté de conscience, une tolérance, que leur religion n’a pas su inventer.
En Europe, les musulmans n’ont pas forcément besoin d’être productifs pour manger et se loger. Ils peuvent être agressifs, homophobes, racistes, antisémites et hurler mort aux juifs, on ne les jette pas en prison.
Ils peuvent être des délinquants en liberté. Ils peuvent même être multi-récidivistes en liberté.
Le jour de l’an, on les laisse brûler autant de voitures qu’ils le souhaitent, en toute impunité.
Ils peuvent prier dans les rues sans être inquiétés, acheter des armes, braver certaines lois (l’interdiction de la burqa), insulter les policiers, agresser les pompiers et les médecins qui entrent dans leurs territoires, profiter des aides sociales, et mordre la main qui les nourrit sans que la main se plaigne de douleur.
Encore heureux, l’immense majorité des musulmans n’est pas comme ça.
Mais il a suffit de 19 musulmans pour commettre les attentats du 11 novembre, et de 3 musulmans pour ceux de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hypercacher.
Et les autorités ne se demandent pas ce qui dans l’islam peut bien nourrir ces comportements, qui ne se rencontrent que chez les musulmans.
Ils doivent penser que c’est une coïncidence.

 

Ils incitaient à tuer les juifs en 2012. Ils l’ont fait

Djihad sur les Champs-Elysées !

Regardez ces fanatiques manifestant devant l’ambassade américaine sous la protection de notre police. Il devait bien y avoir quelques moudjahidines dans cette horde sauvage mais la police s’est contentée de quelques contrôles d’identité …Ils l’ont crié, ils l’ont fait …

L’origine de la manifestation aurait été la protestation contre  un clip de 13 minutes sur le net, appelé « Muslim Innocence » et mimant d’une manière enfantine et maladroite les facéties de Mahomet, prophète de l’Islam (2). Mais le lien a été fait par certains médias qui se sont empressés de diffuser le subterfuge mensonger donné par l’auteur, un Américain délinquant, Morris Sadeq, d’origine copte égyptienne : « un documentaire réalisé par un Juif et financé par des Juifs » (3), de manière à attiser et à orienter le feu naissant sur des cibles juives.

Mais tel n’était pas l’objectif d’al Qaeda. Le nouveau chef de cette nébuleuse, Ayman al Zawahiri est un médecin égyptien, discret et efficace, qui est en voie de réussir là où son prédécesseur avait échoué. Et cet homme avait programmé un embrasement mondial contre les Etats-Unis, avec le prétexte de ce petit film anodin, déjà sur le net depuis plusieurs mois, sans réaction de quiconque. Il suffisait qu’il le monte en épingle et qu’il divulgue rapidement son auteur, un chrétien américain. Zawahiri n’a confirmé la mort de son numéro 2 que le 11/09/12, jour de l’attaque contre le consulat américain de Benghazi, clarifiat ainsi la situation vis-à-vis des Etats-Unis (4). L’embrasement anti-américain a eu lieu en divers endroits de la planète comme prévu. Même aux Champs Elysées, sans autorisation, 200 barbus et femmes en niqab ont hurlé leur haine anti-américaine devant l’ambassade des Etats-Unis, avant de se prosterner dans la rue et de prier pour Allah, ce qui est normalement interdit. Ces Musulmans « humiliés par le blasphème de leur prophète », ont émaillé leurs cris à Paris par des propos génocidaires anti-juifs, répétant à maintes reprises « Egorgez les Juifs », sans que l’on comprenne le rapport avec le film incriminé et sans que la police parisienne ne réagisse (5). Voir : http://www.youtube.com/watch?v=gJZF…

L’antisémitisme arabe en Europe et surtout en France croît et se développe sur un bon terreau chrétien millénaire, aujourd’hui devenu laïc et « socialiste ». Le « génocide des Juifs » est ancré dans les mentalités, voire dans les gènes d’une bonne partie de l’Occident. Aujourd’hui, cet esprit est ressuscité et exacerbé par la racaille musulmane. Celle-ci cherche à imposer l’Islam place de la Concorde, tout en neutralisant toute réaction contre elle, en faisant renaître les démons antisémites du passé. Source 

LC

  • On ajoutera aussi cette video montrant les manifestants criant « on est tous des Oussama »…

 Article de Guy Sauvage ci-dessous 

Quel spectacle !

 Nous avons assisté à 4 actes illégaux et sans doute voués à l’impunité, devant l’ambassade américaine de Paris, ce 15 septembre 2012 !

 1)   Une manifestation en réaction habituelle à tout ce qui touche des dogmes religieux, était interdite, mais permise de fait et bien contenue par la gendarmerie. Elle devrait, si la loi était appliquée, être suivie de sanctions, au moins financières pour les meneurs, et pénales pour ceux qui ont agressé et blessé des personnes, place Beauvau… Elle devrait…

 2)   Des femmes provoquant la loi en masquant volontairement leur visage étaient donc en contravention manifeste, mais les autorités  ferment dorénavant les yeux, bien sûr, pour ne pas voir et surtout pour ne pas intervenir.  Il ne faut pas risquer l’émeute en « choquant » des croyances ineptes.

 3)   Les prières de rue, si longtemps « tolérées », sont illégales depuis plus d’un an. Mais, en plein Paris, sur les Champs-Elysées,  on a pu assister à cette pratique provocatrice, bordée par un cordon de gendarmes immobiles, qui en ignoraient même le mal fondé !

 4)   Enfin, les cris répétés en arabe de « égorgez les juifs » deviennent si courants dans ce type de rassemblement qu’il apparaît inconvenant d’en rappeler l’horreur.

Ils ne sont sans doute pas compris ou traduits par nos autorités chargées de réprimer le racisme et l’antisémitisme, devenu si banal…

 J’entendais ce matin une juste réflexion d’un universitaire « spécialiste de l’islam radical » qui disait qu’il s’agissait là de « crétins sinistres » et minoritaires.

Si je souscris entièrement à la première partie de la proposition, je me demande toujours comment l’on peut apprécier la pénétrance du pathos salafiste dans les populations concernées, puisque toute étude sur des bases considérées comme ethniques ne sont pas admises.

Et, pour parer à l’argument fréquemment avancé, si les extrémistes étaient aussi peu nombreux, en quoi une politique répressive (financière, par exemple) ne serait-elle pas dissuasive vis à vis d’un si petit groupe, dans la mesure où elle aurait vertu d’efficacité et ne pourrait être qualifiée de « stigmatisante » ?

De plus, on ne voit pas qui, parmi les « modérés », pourrait se sentir offensé par l’application stricte de la règle de la loi française, valable pour tous.

Faisons confiance à nos politiques pour nous mettre à l’abri de toute future émeute religieuse !

 

Guy SAUVAGE

Tag(s) : #ISLAM

  • Le blog Minurne publie cet article et la video hallucinante qui y est incluse. Les images de la subversion islamiste d’il y a deux jours au coeur de Paris sont effarantes.

      Pour voir les deux videos capitales qui illustrent cet article, il faut cliquer sur le lien ci-dessous. 

http://minurne.blog4ever.com/blog/lire-article-431391-9534115-cette_video_a_fait_le_tour_du_monde____paris_outra.html

CETTE VIDEO A FAIT LE TOUR DU MONDE : « PARIS OUTRAGE, PARIS BRISE, PARIS MARTYRISE »…

Chers compatriotes, voici donc l’image détestable que le premier pays visité dans le monde vient de donner de sa capitale éternelle. Des Etats Unis au Japon, de la Suède à l’Argentine, tous ceux qui se faisaient hier encore une « certaine idée de la France » ont vu défiler sur leurs écrans cette incroyable vidéo.

Ne vous y fiez pas. Loin de la défense de leur religion (qui n’est qu’un prétexte), ces enragé(e)s étaient là pour montrer leur force, pour brandir fièrement leur piètre victoire du misérable et sauvage assassinat d’un ambassadeur humaniste, qui se disait pourtant ami de l’islam.

Honte au gouvernement qui a laissé s’organiser cette manifestation interdite.

Honte au gouvernement qui a laissé – au mépris de la loi – se dérouler une prière de rue au bas de l’avenue la plus célèbre au monde.

Honte au gouvernement qui s’est contenté de quelques contrôles d’identité pour s’acquitter de cette ignominie.

Honte aux médias qui s’efforcent de minimiser cet outrage, prêts à se vautrer avec délices dans une nouvelle collaboration.

Honte aux députés socialistes qui viennent de réclamer d’urgence le droit de vote des étrangers, comme si ce nouvel abandon de souveraineté pouvait calmer ces fous furieux qui ne comprendront plus désormais que le langage de la force…

« Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré… ».

Surgie d’outre-tombe, 68 ans après ce jour héroïque du 25 août 1944, la voix haute et forte d’un vieux soldat résonne encore au plus profond de nos âmes, comme pour nous indiquer la route à suivre, ardente invitation à la Résistance, pour tous ceux qui refusent cette nouvelle occupation, sans doute plus dangereuse encore que la précédente, parce qu’insidieuse, totalitaire, cruelle et sans merci.

C’est l’appel au combat de la France éternelle, le cri d’alarme de tous ceux qui ont donné leur vie pour construire notre culture et notre patrie.

C’est notre combat aujourd’hui.

Ce que les nazis n’ont pas pu faire, nous ne laisserons pas les nazislamistes le réaliser.

Minurne – Résistance

Homo festivus et islamophilie analysés par Anne Zélensky

Publié le

J’apprécie l’article qui suit sur les relations troubles entre la gôche et l’islamisme.

L’auteure, Anne Zélensky est une féministe historique, amie de Simone de Beauvoir avec laquelle elle a fondé la « Ligue du droit des Femmes ». Anne a participé à la création des premiers foyers pour femmes battues, dont le foyer « Flora tristan » et a organisé les premiers groupes d’hommes batteurs. Elle relate son aventure féministe dans son autobiographie « Histoire de vivre », mémoires d’une féministe. Ayant côtoyé Anne dans le Mouvement de libération des femmes, je peux attester de la véracité et de l’authenticité de son témoignage. J’ai maintes fois eu l’occasion d’apprécier sa lucidité et son courage ainsi que son indépendance vis-à-vis du politiquement correct. En effet, dans un rassemblement, un groupe, une équipe, une assemblée, il y a toujours une ligne de pensée dominante qui exclue toutes les dissidences. Anne ne s’y est jamais soumise, pas plus que moi-même, d’ailleurs. Nous sommes amies.

Anne est également professeur agrégé d’espagnol. Enseignante dans le service public, elle incarne ces fonctionnaires qui ont fait la gloire de l’éducation et de la laïcité françaises.

Anne sait penser. Elle a l’esprit vif, la plume incisive et alerte. Elle fait preuve d’une remarquable indépendance d’esprit qui lui coûte de nombreuses inimitiés dans le milieu féministe parisien. Sa participation au comité de rédaction de Riposte laïque lui a valu des attaques en règle de la part, notamment, d’anciennes camarades de combat féministe, bobos de gôche et crypto-stalino-marxistes. Une honte pour le féminisme français. Un exemple de ces luttes intestines qui paralysent, en la polluant, la contestation politique.

Pourquoi l’islam fascine-t-il autant la gauche ?

Publié le 18 avril 2011 par Anne Zelensky – Article du nº 194

Pourquoi l’islam fascine tant les gens de gauche ? Quels échos provoque -t -il dans leur psyché profonde ? Bon nombre d’entre nous sont taraudés par cette question . Comment donc des gens « ennemis déclarés des religions », héritiers des combats ouvriers et laïques, hostiles à « l’opium du peuple » – si fort stigmatisé par Maître Marx – peuvent ils se retrouver aujourd’hui défenseurs de l’islam ? Les autres religions continuent à être frappées d’opprobre, surtout la catholique. Mais dès qu’on touche à l’ islam, on a droit in petto, non pas à une argumentation, mais à une attaque virulente contre le catholicisme, qui « en a fait de bien pires ». Stupéfiant paradoxe : ces gens là, de gauche , qui se réclament de la raison, semblent possédés par une sorte de foi. Cela avait commencé par « le pas touche à mon pote »…

La gauche entretient à l’évidence avec l’islam une relation passionnelle. Le coeur a ses raisons, il ne suffit donc pas de s’en tenir aux explications rationnelles habituellement avancées : culpabilité d’ex colonisateurs, peur et lâcheté, prurit compassionnel, directement hérité du judeo christianisme, calculs politiciens…ce ne sont là que des paravents. Pour tenter de comprendre ce qui lie si fort la gauche et l’islam, il faut passer par derrière, interroger les zones obscures de la psyché, pour le dire clairement interpeller nos inconscients. En amour, on le sait, ce qui nous attire souvent chez l’autre c’est à la fois sa différence et sa ressemblance avec nous. Ici paradoxalement, la ressemblance est de fond, la différence de pure forme.

Comme je l’ai écrit ailleurs, on ne naît pas de gauche, on le devient. Etre à gauche est un laborieux et permanent travail contre nos tendances naturelles à la toute puissance, à la haine de l’autre , à nier notre ambivalence fondatrice et à tenir en laisse notre pulsion de mort. En somme, être à gauche suppose un effort de civilisation pour surmonter un donné naturel. Et implique de sérieux refoulements. Le bon sauvage, est aussi un sauvage. Civiliser le sauvage est un travail à temps plein.

Or, l’islam, en tant que corpus idéologique théorique, je ne parle pas ici des différentes pratiques, n’a rien à faire de ces arguties, il nous offre le réconfort après l’effort : la prise en compte de nos archaïsmes et la prise en charge de nos existences. Il nous ramène au temps d’avant le totem et tabou. Il revendique tout ce qui désormais, au terme de longs siècles de civilisation, n’est plus dicible.

-l’affirmation d’une toute puissance conquérante et indiscutable, qui nous renvoie à l’enfance, assortie de l’obligation de la soumission.

-Le déni de l’ambivalence fondatrice du réel, il y a le Bien, de son côté et le mal, ou plutôt l’impur de l’autre côté

– la haine et le mépris de l’Autre, incarné dans la Femme, qu’il cloître et met ainsi hors d’état de nuire.

Ce sont là trois axes fondamentaux de cette idéologie . Or on les retrouve, camouflés dans les comportements de bon nombre de gens de gauche, tiraillés entre une théorie exigeante et une pratique déficiente. Ce colossal décalage entre ce qu’ils disent et ce qu’ils font, est sans doute la conséquence de ce travail de refoulement nié des pulsions. Par contre, chez les muzz ( musulmans), il y a adéquation entre les deux. Voilà qui fascine nos gôches, je les appellerai ainsi par commodité, le cul entre deux chaises.

Mais au fond, ils partagent le même sentiment de toute puissance, les muzz par le biais de la religion, les gôches par celui du dogme. La toute puissance renvoie à l’enfance et à une forme de régression organisée. Le muzz est maintenu en enfance dès qu’il ouvre les yeux sur ce monde, il ne choisit rien, mais on lui offre à la fois la certitude d’être celui qui détient la vérité absolue et l’obligation en contrepartie de se soumettre aveuglément à une force le dépassant. Le voilà à la fois maître du monde et enfant obéissant à la loi du Grand Adulte. On lui assigne une tache simple : les muzz détiennent la vérité absolue et se doivent de l’imposer aux autres, Le totalitarisme est la forme collective, élaborée, de la tendance de l’enfant à se prendre pour le roi du monde, l’intolérance son fer de lance.

On retrouve cet infantilisme à l’envers chez beaucoup de gens de gauche, héritiers de mai 68, ex enfants rois, qui croient détenir la Vérité et ne tolèrent aucune contravention à cette évidence. « Il est interdit de LEUR interdire ». Nous en faisons les frais à RL, diabolisé et caricaturé par la gauche. Le refus d’écouter l’adversaire, l’intolérance, l’incohérence intellectuelle sont, dans toutes les composante de la gauche, portés à leur comble. A tout bout de champ, les gôches vous balancent la fameuse phrase de Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire » , et en même temps, ils vous excommunient par la parole et l’acte. Ils ont la même certitude que les muzz d’incarner le camp du Bien.

On se retrouve au même degré de déni du réel et de décervelage, à partir de points de départ différents. Philippe Muray a magistralement analysé ce phénomène dans ses ouvrages, en particulier « Homo festivus, entretiens avec E. Levy » ( Champs Flammarion 2002 ). L’homo festivus, produit de l’esprit libertaire de gauche, évolue dans une immense nursery, gérée par les créateurs de festivités non stop, à grands coups de Paris Plage et Nuit Blanche. il faut à tout pris distraire et amuser tous ces bébés attardés et leur faire oublier les jours sombres.

Il y a cependant un point de divergence apparent entre muzz et gôches : la question des femmes. Les muzz osent afficher l’apartheid des femmes et les parquent sans états d’âme. Les gôches sont là encore pris entre deux feux : leur sexisme foncier et leur « idées » généreuses. Ils ont été contraints, par respect pour ces idées et sous la poussée des mouvements féministes, d’accepter en théorie l’égalité hommes/femmes. Mais ont freine des quatre fers depuis la Révolution – Olympe de Gouges a été guillotinée pour avoir simplement écrit « Déclaration des droits de la femme » – puis dans les mouvements ouvriers, hostiles au féminisme. Toutes les manœuvres ont été bonnes pour faire échec à l’émancipation des femmes. Ce sont souvent des députés de gauche qui se sont opposés au droit de vote des femmes. Plus récemment dans les années 70, la priorité de la lutte des classes a été avancée pour faire barrage à la lutte des femmes. Depuis les années 80, c’est la lutte antiraciste, la priorité, on ne voit guère monter au créneau de l’antisexisme, aucun des ténors de gauche. Ils se contentent d’ânonner sans conviction le droit à une égalité molle.

Par contre on les a entendus défendre la pratique de l’excision au nom du respect des coutumes. Les féministes sont régulièrement qualifiées de colonialistes et racistes, quand elles critiquent l’islam. En réalité, celui ci offre une magnifique soupape à la misogynie foncière des gens de gauche. Dans son inconscient profond, l’homme, de gauche surtout, rêve de harem. Il y a pourtant 40% de femmes au PS. La majorité est obéissante et file droit, une minorité essaye de la ramener, en vain.
Pour s’en convaincre, il n’est que de se reporter à l’imaginaire gaulois, littérature, arts, managé par gens de gauche. Il y trône des figures peu ouvertes au féminisme.

Telle celle de Sade, dont la délinquance sexuelle est érigée en parangon de l’érotisme tordu. La pornographie, qui dans sa forme brute, nous rejoue indéfiniment le scénario de la domination des femmes, a toujours été jalousement défendue par la gauche pour laquelle elle est liberté d’expression, face à « l’ordre moral ». Notre intelligentzia, qui fait la pluie et le beau temps en matière de bon goût artistique, célèbre le crade, le sinistre – une œuvre n’a accès au label « art » que si elle est apocalyptique, ou si elle ne veut rien dire ( art contemporain). On rejoint là, la fascination pour tout ce qui renvoie à la pulsion de mort. Les talibans détestent la musique et le rire, les « branchés » de chez nous trouvent le bonheur et la gentillesse, affreusement kitsch.

L’islam, pris au pied de la lettre, offre donc une échappée inespérée dans ce chemin de croix du civilisé, un baume sur les plaies de ce douloureux chemin vers la libération, laquelle est plutôt l’affaire des gens de gauche, attachés officiellement à l’idée de Progrès. A droite, on est plus pragmatique, on se fait moins d’illusions sur la nature humaine, quitte à en remettre sur sa capacité de nuisance. En tout cas on ne perd pas de vue que la civilisation est un vernis. Il se craquèle vite.
Alors, oui, il y a des affinités profondes entre une certaine pensée de gauche et l’idéologie islamique. Elles se nouent au plus profond des inconscients, là où la raison a du mal à les débusquer. Mais le résultat est là : l’islam et la gauche, c’est une affaire qui marche !

Anne Zelensky in http://ripostelaique.com/pourquoi-lislam-fascine-t-il-autant-la-gauche.html

Articles et ouvrages d’Anne Zélensky : http://mapage.noos.fr/anne.zelensky/art.htm#livre

%d blogueurs aiment cette page :