Flux RSS

Archives de Tag: Jules Michelet

A qui appartient Jeanne d’Arc ?

Publié le

Nicolas Sarkozy s’est récemment entiché de notre célèbre pucelle, Jeanne D’arc.

http://www.marianne2.fr/sarkofrance/244eme-semaine-de-Sarkofrance-de-la-TVA-sociale-a-Jeanne-d-Arc-Sarkozy-franchit-le-pas_a692.html

On imagine ce qu’a du lui coûter l’effort de lire le discours d’hommage à Jeanne écrit par son nègre. Il a fallu mentalement l’arracher aux griffes du Front national qui, chaque année, le premier mai, processionne en son honneur autour de sa statue dorée en face du jardin des Tuileries, place des Pyramides. Vidéo de la manifestation du 1er mai 1990 quand le FN n’était pas vraiment présentable http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CAC92015331/defile-jeanne-d-arc-avec-jean-marie-le-pen-pt-du-front-national.fr.html

Le FN n’est pas content, on lui a confisqué son symbole http://www.frontnational.com/2012/01/lopportunisme-electoral-de-sarkozy-porte-atteinte-a-jeanne-darc-et-a-ce-quelle-represente/. Le FN a nriposté en organisant une manifestation ce samedi http://www.leparisien.fr/orleans-45000/le-fn-replique-a-sarkozy-avec-une-jeanne-d-arc-symbole-de-jeunesse-et-de-nationalisme-07-01-2012-1801580.php

Presque toutes les villes de France, au cours du temps, ont rendu un hommage à Jeanne d’Arc, que ce soit à titre religieux ou laïque car, comme on dit, notre Jeanne est une héroïne « plastique », tout le monde, à droite, au centre, à gauche, peut se l’approprier et n’a pas manqué de le faire.

J’avais d’ailleurs publié moi-même sur ce blog un récapitulatif de la représentation de Jeanne à travers les âges.https://laconnectrice.wordpress.com/2008/09/29/segolene-royal-et-jeanne-darc/ et surtout du rôle de Jules Michelet dans son incarnation de la France populaire.

Un site est entièrement consacré à « Sainte-Jeanne » qui présente une cartographie des villes de France qui lui rendent hommage avec des photos des statues, représentations, musées, plaques commémorative, constructions, mentions qui la concernent. http://www.saintejeanne.fr/france/75_paris_229.htm

Une statue de Jeanne par François Rude trône au milieu du Louvre : « Jeanne écoutant ses voix ». On peut se demander ce qu’elle entend aujourd’hui dans le tumulte des travaux de la 8ème section du Musée destinée à « réhabiliter » l’Islam ? Source photo http://www.flickr.com/photos/la_bretagne_a_paris/5155289272/sizes/m/in/photostream/

SEGOLENE ROYAL ET JEANNE D’ARC

Source de la photo : Musée Jeanne D’arc de Rouen. L’évêque Cauchon interrogeant Jeanne par Delaporte XVIIIème siècle. Musée des Bx Arts de Rouen

Ayant entendu plusieurs fois des détracteurs de Ségolène Royal affirmer qu’elle se ‘prenait pour Jeanne d’Arc », je suis retournée aux sources.

Dans le langage populaire, dire d’une personne, généralement une femme, qu’elle « se prend pour Jeanne d’Arc » est une manière ironique et péjorative de dire qu’elle entend des voix. Autrement dit qu’elle est la seule à se sentir investie d’une mission. Qu’elle prend ses désirs pour les réalités. Qu’elle croie se vouer à une œuvre absolue comme de droit divin. Qu’elle a des hallucinations. Qu’elle est folle. Qu’elle est comme une petite bergère analphabète encore couverte de la boue de sa cambrousse, qui voudrait jouer dans la cour des puissants. A ce propos, il est peu probable que Jeanne ait représenté les bergères de son temps car elle était éduquée, montait à cheval et savait manier l’épée et s’exprimer. Certains historiens pensent qu’elle était la fille naturelle d’un grand seigneur.

Dans le langage politique hâtif, c’est la renvoyer au Front national et à Le Pen qui sont aujourd’hui les seuls à célébrer Johanne en se donnant rendez-vous devant sa statue dorée, rue de Rivoli, chaque année pour compter leurs troupes.

Or, d’après de nombreux historiens, Jeanne d’Arc serait une véritable héroïne qui aurait véritablement « bouté les Anglois hors de France » et aidé Charles VII à retrouver sa mission divine, pas contestée celle-ci par les monarchistes de son temps et ceux d’aujourd’hui. Je veux dire par les Orléanistes puisque les Bourguignons s’étaient alliés aux Anglais pour lui couper la tête.

Le plus intéressant dans l’histoire de Jeanne d’Arc est, comme dans l’affaire Dreyfus, l’enjeu dont elle fut le symbole au cours des âges. Tantôt sainte catholique, tantôt héroîne laïque et républicaine, il fallu attendre les travaux de Jules Michelet, puis de ceux Henri Wallon pour réconcilier les catholiques et les laïques à travers la personne de Jeanne d’Arc.

Finalement, comparer Ségolène Royal à Jeanne d’Arc est une forme de compliment pour celle qui assure vouloir réconcilier tous les français et revaloriser l’esprit de fraternité.

Pour en savoir plus sur le rôle historique de Jeanne d’Arc, voici des extraits d’une conférence de Jean Cluzel :

Source : http://www.asmp.fr – Académie des sciences morales et politiques.

Paris, le 11 octobre 2004, Institut de France, Séance en hommage à Alexandre-Henri Wallon Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Académie des sciences morales et politiques Wallon, Jeanne d’Arc et la République INTERVENTION DE JEAN CLUZEL,Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques

.… Contrairement à ce que l’on pourrait supposer, les zélateurs de la Jeanne laïque étaient,dans la première moitié du XIXe siècle, beaucoup plus nombreux et plus puissants que leurs concurrents catholiques.

Après avoir été ridiculisée par Voltaire, parangon de ces hommes des « Lumières » qui goûtaient si peu les mystères du Moyen Age, Jeanne d’Arc connut une véritable résurrection à l’époque du romantisme. Son grand poète ne fut pas Chateaubriand, trop occupé sans doute à se mesurer à Napoléon. Le mouvement ne vint pas non plus des défenseurs du trône et de l’autel, sous la Restauration ; au contraire, ceux-ci minimisaient l’épopée de Jeanne, accusée d’avoir outrepassé sa mission, et dont la fin tragique paraissait incompatible, à leurs yeux, avec la glorification de la monarchie, du clergé et de la noblesse.

Le grand « inventeur » de la Jeanne laïque et romantique fut Michelet. Avec lui, c’est une Jeanne « de gauche » qui accable la monarchie, le clergé et la noblesse, pour mieux exalter le Peuple.

« Le mouvement romantique, a écrit Georges Goyau, aimait d’une passion quelquefois brumeuse les apparitions historiques où s’incarnait l’âme des peuples, les personnalités où des consciences collectives se résumaient et s’exprimaient : il fut séduit par Jeanne et l’on vit éclore, en 1841, l’hymne de Michelet5 ». Cet « hymne » se trouve dans son Histoire de France, où Jules Michelet assène la phrase bien connue : « Oui, selon la Religion, selon la Patrie, Jeanne Arc (sic) fut une sainte. » Il ne nie pas le double sens de l’histoire de la Pucelle, et voit en elle comme la conclusion de l’aventure spirituelle du Moyen Age. Mais il ajoute, en forme de recommandation : « Quelle légende plus belle que cette incontestable histoire ? Mais il faut bien se garder d’en faire une légende. » Pour Michelet, il ne faut pas s’attacher au merveilleux des récits sur Jeanne d’Arc. Du reste, à propos de ses visions, il ajoute : « Qui n’en avait au Moyen Age ? ». Michelet ramène Jeanne sur terre : elle a bien existé, figure humaine, très humaine et vulnérable ; figure populaire surtout ; la Jeanne de Michelet est fille du Peuple et non fille du Ciel. Il conclut : « La Vierge secourable des batailles que les chevaliers appelaient, attendaient d’en haut, elle fut ici-bas… » Et c’était une « simple fille des campagnes, du pauvre peuple de France… Car il y eut un peuple, il y eut une France. Cette dernière figure du passé fut aussi la première du temps qui commençait. En elle apparurent à la fois la Vierge… et déjà la Patrie ». Ainsi Michelet confond Jeanne et son identité populaire, pour mieux l’élever sur les autels de la Patrie et du Peuple. Pour lui, l’histoire de Jeanne est comme une charnière de l’Histoire de France : voici la dernière figure du passé et la première des temps modernes ; voici l’Incarnation du Peuple ; voici une femme qui, nonobstant sa virginité, donne naissance à la Patrie ; et jusque dans la mort effroyable de cette martyre trahie par les siens, Michelet laisse apercevoir, en filigrane de son portrait de Jeanne, une figure christique. « Le sauveur de la France devait être une femme, résume-t-il. La France était femme elle-même ».

5 Cité dans Michel Winock, « Jeanne d’Arc », in Pierre Nora (dir), Les lieux de mémoire, tome III, Les France,

Paris, 1992, p. 682.

… »

%d blogueurs aiment cette page :