Flux RSS

Archives de Tag: Karim Zmerli et Lilia Ben Rejeb

Cheval de Troie : lancement mardi 20 août de Al Jazeera America

Publié le

«Al Jazeera est l’un des outils diplomatiques et politiques les plus utilisés du Qatar dans les négociations pour améliorer les relations avec d’autres pays»

Câble communiqué par WikiLeaks

Al Jazeera America (AJAM) sera lancée mardi 20 août aux Etats-Unis, sur quelques chaînes câblées dans quelques villes, une opportunité très attendue par le Qatar qui a vu son influence diminuer dans le monde arabe malgré son soutien aux Frères musulmans contre l’influence salafiste.

La chaîne Qatarie a embauché 850 personnes  pour travailler dans 12 bureaux à travers les Etats-Unis (soit un total de 70 dans le monde). Le lancement d’Al-Jazeera America a été rendu possible par le rachat en janvier 2013,de la chaîne câblée Current TV, cofondée en 2005 par l’ancien vice-président Al Gore qui a fait fortune dans les énergies renouvelables, comme disent certaines mauvaises langues, « avec l’argent du pétrole sans le pétrole ». 

On se demande pourquoi, si la chaîne sert les intérêts des USA, elle ne s’y est pas implantée plus tôt. On peut imaginer que ce projet ne date pas d’hier et qu’il faut du temps pour le mettre en oeuvre mais, d’après plusieurs médias , la chaîne aurait perdu audience et crédibilité dans les pays arabes où sa concurrente, Al arabiya  financée par un prince saoudien gagne régulièrement des parts de marché.

Les Américains nourriraient-ils l’illusion de pouvoir orienter AJAM de l’intérieur ou identifier ses informateurs liés au terrorisme ? Les moyens ne devraient pas poser problème tant la foule de journalistes confirmés est grande qui se presse aux portes de la chaîne. Grande est aussi la malice du Qatar qui a tant œuvré pour sauver les apparences qu’Al Jazeera a reçu en 2012 un Peabody Award pour Sheikh Jarrah, My Neighborhood qui donne la parole de tous les acteurs de l’expulsion d’une famille palestinienne de leur logement à Sheikh Jarrah, un quartier de Jérusalem Est. http://www.truah.org/issuescampaigns/justiceforjerusalem/insideneighborhoods/sheikh-jarrah/my-neighbourhood.html. Ce documentaire serait à l’image de ce que AJAM promet à ses futurs abonnés : inédit, exhaustivité, débat et objectivité.

On ne répétera jamais assez que seuls comptent les actes. Si le Qatar avait réellement l’intention de promouvoir la démocratie au sein de son bras médiatique, il l’aurait déjà généralisé dans ses œuvres nationales. Or le Qatar reste une dictature islamique , une monarchie absolue qui pratique l’esclavage et enferme ses femmes.

Au mois de juin dernier des sportifs français avaient eu le courage de témoigner de l’horreur de leur séjour captif au Qatar : 

Karim Zmerli et Lilia Ben Rejeb qui ont enquêté1, mettent en garde les Français en général mais surtout ceux d’origine maghrébine.

«En voulant gagner de l’argent, vous risquez de perdre votre dignité, votre liberté et même votre humanité, préviennent Zmerli et Ben Rejeb. Le Qatar que certains médias français vous décrivent de manière fallacieuse comme un Eldorado, n’est pas celui que vous allez découvrir une fois là-bas. Cette propagande que le Qatar entretient grâce à l’argent et à son puissant réseau politique et médiatique français, de gauche comme de droite, a brisé des rêves et détruit des familles. Avant de vous laisser entraîner par une utopie qui risque de tourner au cauchemar, aillez le réflexe du Premier ministre Jean-Marc Ayrault : « Le Qatar ? Avant d’y aller, je réfléchirai » »

http://www.postedeveille.ca/2013/06/des-sportifs-francais-temoignent-le-qatar-pratique-lesclavage-la-fifa-alertee.html#more

Le Qatar est un pays où le droit d’association est interdit, où les partis politiques et syndicats le sont tout autant. Où le droit n’est qu’une notion molle qui doit coller à l’humeur des princes, avec, à la clé, lettre de cachet, peine de mort et châtiments corporels. Le million d’ouvriers étrangers qui travaille dans cet émirat est, les syndicats internationaux et les ONG le soulignent, « soumis à une forme d’esclavage moderne ». Privés de passeport, ces « esclaves » vivent en camps sous l’autorité de la police et des leurs « parrains ».

 Ne parlons pas des droits d’une presse qui n’existe pas. Est-il venu à l’idée d’un seul pèlerin de Doha de prendre des nouvelles du poète Al-Ajami condamné à 15 ans de prison pour avoir osé réclamer que le « printemps arabe » touche aussi le Qatar ? Est-il venu à l’esprit d’un seul de ces invités d’interroger l’émir : « comment peut-on, dans votre Forum, discuter de ‘Démocratie nouvelle ou restaurée’, alors que cette vertu n’existe pas dans votre pays ? » http://leplus.nouvelobs.com/contribution/879882-le-qatar-est-loin-d-etre-un-regime-exemplaire-pourquoi-devrions-nous-le-taire.html

Al Jazeera America est-elle un cheval de Troie de l’Oumma en Amérique ou un allié du grand démon capitaliste destiné à rassembler ses ennemis musulmans pour mieux les contrôler ? En effet, plusieurs interlocuteurs laissent entendre que d’importantes négociations sont menées depuis des années entre Al Jazeera et le gouvernement américain afin de maintenir un solide lien diplomatique, malgré des dissensions apparentes, entre l’Occident et le Moyen-Orient. http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/GONZALEZ_QUIJANO/47701

Si le gouvernement américain pense réellement qu’il va se mettre Al Jazeera dans la poche, je pense que, à l’image de nos dirigeants, il se trompe lourdement parce que les systèmes d’espionnage et de manipulation occidentaux ne seront jamais aussi forts que la volonté de mener le djihad à son terme pour fortifier l’oumma grâce à l’outil de la takkiya. Les Musulmans sont en train de faire rentrer des chevaux de Troie dans tous les pays occidentaux assez vaniteux pour penser qu’ils peuvent contrôler l’impérialisme économique musulman. Les Occidentaux s’imaginent qu’ils peuvent tirer les marrons du feu des dissensions intra musulmanes entre chiites, salafistes, sunnites et Frères musulmans. Ces dissensions ne sont qu’apparence car il n’y a qu’une oumma et Al Jazeera comme Al Arabiya en sont la voix.

Nous avons l’habitude de louer les médias américains et, surtout l’indépendance et le professionnalisme de leurs journalistes. A voir la foule de journalistes qui se précipitent pour travailler à AJAM, je me pose des questions …Tout fout le camp, ma brav’ dam’ ;-(( … et c’est pour cela qu’Internet est la 8ème merveille du monde grâce à laquelle moi, La Connectrice, je peux vous offrir réinformation et opinion personnelle en toute indépendance.

Documentation

Les accusations selon lesquelles Al Jazeera sert la politique étrangère de l’État qui l’accueille ne sont pas nouvelles, et des documents publiés antérieurement se réfèrent au média comme à «l’un des outils diplomatiques et politiques les plus utiles du Qatar,» susceptible d’être utilisé comme «un outil de négociation pour améliorer les relations avec d’autres pays.» Un autre document presse le sénateur John Kerry d’aborder le sujet d’Al Jazeera avec le gouvernement qatari à l’occasion d’une visite dans le pays du Golfe: «Il existe de nombreux précédents d’un dialogue sur Al Jazeera dans le cadre de l’amélioration des relations bilatérales», peut-on y lire.

Malgré ces affirmations venant de sources diplomatiques américaines, à la fois la chaîne et le gouvernement qataris insistent sur son indépendance éditoriale et sa totale liberté.

Al Jazeera est dans la tourmente. Deux ans après le début des révoltes dans le monde arabe, la chaîne qatarie est de plus en plus isolée. Accusée de partialité dans la couverture des révolutions dans le monde arabe, la télévision de l’émirat parviendra-t-elle à survivre ?

Difficultés en Egypte

Depuis l’éviction de Mohamed Morsi par l’armée, Al Jazeera vit ses pires heures en Egypte. Juste après l’annonce de la destitution de Morsi, Al Jazeera avait diffusé un enregistrement, mal filmé, dans lequel il réaffirmait être encore Président. Après son arrestation mercredi 03 juillet, les locaux de la chaîne qatarie, accusée d’être proche des islamistes, ont été fouillés et fermés sur ordre du procureur. Lundi 08 juillet, lors d’une conférence de presse tenue par les militaires, un journaliste d’Al Jazeera, à été pris à partie et chassé par ses confrères égyptiens. En même temps, plusieurs collaborateurs de la chaîne en Egypte, ont annoncé leur démission. “Un désaccord sur la ligne éditoriale” avait expliqué lundi un responsable d’Aljazeera à Doha.

« Certains nouveaux collaborateurs du bureau d’Al-Jazeera-Mubasher (la chaîne en direct du groupe) en Egypte, qui ont leur propre appréciation de la situation dans le pays, ont décidé de quitter la chaîne », a déclaré à l’AFP un responsable sous couvert de l’anonymat.

Al Jazeera peut-elle survivre?

Est-ce la fin d’Al Jazeera? Après 17 ans d’existence, la chaîne qui a longtemps été un média de référence dans le monde arabe, est aujourd’hui associée à un média de propagande, plutôt qu’à une chaîne d’information. Surfant sur la vague des printemps arabes, elle a perdu beaucoup de sa crédibilité. Plusieurs de ses journalistes dénoncent sa ligne éditoriale et claquent la porte, notamment son directeur, Wadhah Khanfar qui a quitté son poste en septembre 2011, et la présentatrice vedette Eman Ayad, en janvier 2012. “Il n’y a plus de journalisme indépendant” déclare le libanais Ali Hashem, un ancien correspondant d’Al Jazeera à Beyrouth après sa démission. “Les chaînes de télévision se sont transformées en partis politiques, poussant l’agenda de forces extérieures” déclare-t-il dans une interview à RT.

Al Jazeera peut-elle survivre aujourd’hui? La chute des régimes dictatoriaux a libéré les médias et Al Jazeera n’a plus le monopole de l’information. L’expansion du groupe n’a toutefois pas été arrêté. Après ses chaînes sportives à grand succès, Al Jazeera se lance en France, avec une chaîne d’information en continue francophone. et prépare également un lancement aux États-Unis.

OLJ/Agences | 19/08/2013

Moins de pubs, plus de reportages aprrofondis... Al-Jazeera promet de devenir le plus gros groupe de télévision au monde. Stan Honda/AFP
Moins de pubs, plus de reportages aprrofondis… Al-Jazeera promet de devenir le plus gros groupe de télévision au monde. Stan Honda/AFP
 
MÉDIAS Le groupe qatari lance demain la chaîne aux USA, tout en s’apprêtant à affronter de nombreux obstacles.

Fort d’un porte-monnaie bien garni, d’un agenda ambitieux et d’une brochette de reporters célèbres, le groupe qatari al-Jazira lance demain sa nouvelle chaîne d’information aux États-Unis, promettant de révolutionner le journalisme télé et de surmonter certaines réticences du public américain. Al-Jazeera America sera dans un premier temps reçue par 40 millions de foyers à travers le pays. Si elle prévoit de démarrer avec un taux d’audience relativement faible, la chaîne compte s’étendre davantage et frapper un grand coup face à la concurrence féroce des trois géants de l’information en continu : CNN, MSNBC et Fox News. Elle proposera chaque jour aux téléspectateurs américains 14 heures de direct, des documentaires et débats, ainsi qu’à chaque heure pleine un bulletin sur les dernières nouvelles de la journée. Mais là où la chaîne veut vraiment faire la différence, c’est sur la diffusion de reportages approfondis et long format, un aspect souvent négligé par les grands groupes télévisés. « Nous savons que les Américains veulent une couverture en profondeur des sujets d’actualité qui comptent pour eux », explique Ehab al-Shihabi, directeur général par intérim d’al-Jazeera America. « Ils veulent plus de reportages impartiaux et moins de prises de position, c’est exactement ce que fait al-Jazeera. »

Des experts soulignent cependant que le groupe qui appartient à la famille souveraine du Qatar doit se préparer à une bataille difficile pour conquérir des parts d’audience aux États-Unis, en particulier en raison de son histoire au Moyen-Orient. La chaîne est en effet connue pour avoir diffusé dans le passé des messages vidéo d’el-Qaëda ou d’Oussama Ben Laden. Certains conservateurs estiment que le groupe est encore aujourd’hui anti-Occident. « Al-Jazeera a déjà joué un rôle dans la radicalisation de musulmans à l’étranger en vue de transformer les Américains en cibles de terroristes », a accusé Cliff Kincaid, directeur du lobby Accuracy in Media. Mais Ehab al-Shihabi veut croire que les Américains se détacheront de cette image une fois qu’ils auront visionné les programmes proposés : « Nous investissons actuellement massivement en publicités et en stratégie de marque (…) Je suis sûr qu’en peu de temps al-Jazeera va devenir populaire. »

…« Nous voulons raconter les histoires qui ne sont pas suffisamment couvertes, nous voulons parler aux communautés qui ne sont pas assez suivies. » L’ancien présentateur de NBC John Seigenthaler voit, lui, al-Jazeera comme une chaîne fournissant « un peu plus de fond, un peu plus de perspective, un peu plus de contexte, bref ce que l’on recherche dans le journalisme ».

Pour mémoire

Al-Jazeera joue gros avec le lancement de sa chaîne américaine

Al-Jazeera rachète Current TV, la chaîne d’Al Gore, et s’étend aux Etats-Unis

La crédibilité entamée d’al-Jazeera et d’al-Arabiya

Au total, 850 personnes ont été embauchées pour travailler dans 12 bureaux à travers les Etats-Unis (soit un total de 70 dans le monde). Le lancement d’Al-Jazeera America s’inscrit dans le sillage du rachat, annoncé en janvier, de la chaîne câblée Current TV, cofondée en 2005 par l’ancien vice-président Al Gore.

La présidente d’Al-Jazeera America, Kate O’Brian, a promis que la nouvelle chaîne allait « éviter les commentaires d’experts ou les dernières folies des célébrités », pour couvrir « tous les sujets qui doivent être couverts ». Al-Jazeera ne diffusera en outre pas plus de six minutes de publicité par heure, comparé à 15 minutes pour la plupart des autres chaînes.

Le quartier général d’Al-Jazeera America sera à New York, près de Penn Station. A Washington, Al-Jazeera récupérera les studios autrefois occupés par ABC au sein du « Newseum », à quelques blocs de la Maison Blanche et du Congrès.

Avec 

A l’occasion de la vente par Al Gore de sa chaine cablée Current TV au Qatar, début 2013 , des internautes facétieux ont ressorti une vieille vidéo de l’époque Bush par Mad-TV parodiant Al Jazeera sous le titre « Death to America »  Bien Vu et hilarant 

%d blogueurs aiment cette page :