Flux RSS

Archives de Tag: le viol est un crime

Viol sur mineur. Comprendre le projet de loi

Publié le

L’article 2 du projet de loi sur la protection des mineurs a été approuvé en première lecture par l’Assemblée nationale la nuit dernière -15-16/05/2018-. Le site officiel du gouvernement explique comment l’article renforce la sanction contre le viol de mineur https://www.gouvernement.fr/argumentaire/projet-de-loi-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles-comment-l-article-2-renforce

« Notre objectif, c’est d’éviter les acquittements d’agresseurs sexuels.Trouver par tout moyen une manière de les faire condamner« , a déclaré Marlène Schiappa à l’Assemblée nationale le 14 mai 2018.

La vidéo de RTL, ci-dessous, laisse entendre clairement les arguments de la députée LREM rapporteure du projet et ceux d’un opposant qui craint que l’article 2 ne favorise, comme c’est déjà le cas, la correctionnalisation des violeur au lieu de leur criminalisation devant la Cour d’assises. Mon avis est que le degré « d’atteinte sexuelle » sur mineur reposera entièrement entre les mains de l’expert et du juge et que si l’on ne manque pas d’experts, on manque cruellement de juges, de greffiers et de sessions dans les tribunaux.

Désormais, il convient de suivre attentivement les affaires « d’atteinte sexuelle » sur mineur de 15 ans afin de voir si elles passent devant le tribunal correctionnel ou devant la cour d’assises. Si la correctionnalisation domine, alors j’espère que les nombreux opposants à l’article 2 feront entendre leur voix. Dura Lex sed Lex. Malheureusement, beaucoup de lois contre la discrimination des femmes ne sont pas appliquées et parfois les décrets d’application ne sont même pas écrits et encore moins diffusés.

Adopter un projet de loi n’est pas voter cette loi. Pour l’instant, la loi contre les violences sexistes et sexuelles a été seulement adopté par les députés, maintenant elle doit passer devant les sénateurs et retourner à l’Assemblée nationale pour être définitivement adoptée. Ce n’est pas demain la veille qu’elle sera appliquée. Une fois de plus, les femmes doivent compter sur leurs propres forces pour se protéger du harcèlement et des violences sexuelles.

Dans l’article ci-dessous, l’expert Sébastien Jallamion explique et compare la loi sur la protection des mineurs avant et après sa modification. On notera qu’il fait confiance à l’expert pour évaluer la nature de « l’atteinte sexuelle ». Or un expert n’en est pas moins homme et doté de subjectivité. Qu’est-il prévu pour le choix de l’expert ?

La Connectrice

Projet de loi : le viol est un crime, et il le restera

Publié le 15 mai 2018 – par  – 10 commentaires – 418 vues

Alors que le projet de Loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes est présenté cette semaine à l’Assemblée nationale, des voix se sont élevées pour crier au scandale, allant jusqu’à affirmer que le gouvernement envisageait de faire du viol sur mineur un délit. Le hashtag #LeViolEstUnCrime a commencé à se répandre de façon virale sur les réseaux sociaux, une pétition en ligne soutenue par « 200 personnalités » s’est mise à circuler allègrement, et les médias traditionnels se sont emparés du sujet, relayant la demande faite au gouvernement de retirer « l’article 2 du projet de Loi ».

Ayant exercé une partie de mes fonctions en étant OPJ à la brigade de protection de l’enfance et de répression des agressions sexuelles de la sûreté départementale du Rhône, mais aussi en tant que citoyen concerné comme tout un chacun par la gravité de ces allégations, je suis donc allé vérifier par moi-même ce que contenait ce projet de Loi, en particulier son article 2 dont tant de personnes demandent le retrait.

Et là, je suis resté sans voix. Non pas parce que j’y ai trouvé quoi que ce soit remettant en cause le crime de viol sur mineur, mais au contraire parce que j’ai pris conscience de la facilité avec laquelle des personnes de mauvaises foi ou n’ayant pas la moindre notion de droit pénal sont capables de dire tout et n’importe quoi sans que personne ne dénonce leur imposture.

Afin de bien expliquer de quoi il retourne, et pour plus de simplicité, j’ai rédigé cette synthèse :

Ainsi, chacun peut constater qu’il n’est aucunement question de remettre en cause le crime de viol sur mineur, et qu’au contraire les dispositions prévues dans le projet de Loi sont susceptibles de permettre, si elles sont adoptées, à la Justice de pouvoir qualifier de viol les cas où la victime n’a fait l’objet ni de menaces ni de violences en considérant que le défaut de maturité, l’abus d’ignorance ou de discernement sont assimilables à une contrainte morale ou à une surprise.

D’où vient donc cette levée de boucliers ? J’ai rapidement compris en dialoguant avec des internautes : tout vient du vocable « pénétration » employé pour modifier les peines encourues dans le délit d’atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans. Ainsi, j’ai pu constater le nombre impressionnant de personnes qui ignorent qu’en l’état actuel de notre législation, une relation sexuelle d’un adulte (n’ayant pas autorité sur la victime) avec un mineur de 15 ans, y compris avec pénétration, effectué sans violence, menace, contrainte ni surprise est un délit puni au maximum de 5 ans d’emprisonnement et de 5.000 euros d’amende, et que l’article 2 du projet de Loi dont ils demandent le retrait permet d’aggraver la peine encourue.

Prenons un exemple : si une majeure (appelons-là Brigitte), a un rapport sexuel consenti avec un mineur de 15 ans (appelons-le Emmanuel) elle encourt 5 ans d’emprisonnement et 5.000 euros d’amende. Si l’art. 2 du projet de Loi est adopté, ce sera 10 ans et 150.000 euros d’amende.

En espérant que ces personnages fictifs dont les prénoms ont été choisis au hasard dans le calendrier permettront au plus grand nombre de comprendre ce qu’est le délit d’atteinte sexuelle…

Sébastien JALLAMION 

Pour en savoir plus

…Comme à l’accoutumée quand il s’agit de droits des femmes, l’Hémicycle était très clairsemé au début de l’examen de la loi contre les violences sexuelles et sexistes. Les tensions et le rejet de l’article 2 par l’ensemble des groupes parlementaires hors LREM ont battu le rappel au fil des débats. Au final, dans la nuit du mercredi 16 au jeudi 17 mai, la loi a été approuvée en première lecture à 115 voix pour, 29 contre et 25 abstentions au sein d’une Assemblée Nationale qui compte 577 députés.

Sur trois des quatre articles de la loi, le consensus est resté quasiment intact. Le premier allonge le délai de prescription des crimes sexuels, qui passe de 20 à 30 ans après la majorité. Le troisième pénalise davantage le « cyberharcèlement » et notamment les attaques concertées contre une même victime. Et le quatrième crée une contravention « d’outrage sexiste » pour les faits de harcèlement dans l’espace public, passible d’une amende immédiate de 90 euros minimum et éventuellement d’un stage de civisme. 

C’est sur l’article 2 que les batailles se sont fixées, dans un débat opposant une certaine forme de pragmatisme à la défense de principes, souvent dans un dialogue de sourds.

La « présomption de non-consentement » initialement prévue dans la loi ayant été abandonnée en ces termes-là pour risque d’inconstitutionnalité, une nouvelle rédaction du texte a fait l’objet d’une fronde contre la «correctionnalisation du viol.»

Voir : Le projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles contesté

Pour contourner la difficulté constitutionnelle, la loi a prévu un nouveau « délit aggravé d’atteinte sexuelle avec pénétration». Ce qui, craignent les opposants à cette disposition, va faire basculer nombre de cas dans la qualification de « délit ». Mais des délits sanctionnés plus durement qu’avant.

Sur la question de l’âge de la victime : ne pouvant plus être considéré en soi comme un fait constitutif de viol, le texte indique que la contrainte morale ou la surprise « sont caractérisées par l’abus de vulnérabilité de la victime ne disposant pas du discernement nécessaire pour consentir à ces actes. » Ce qui, reprochent les associations, risque de conduire les victimes à devoir faire la démonstration de leur vulnérabilité devant les tribunaux. Exit la présomption de non consentement stricto sensu…

...Les analyses et amendements portés demeurent valables sur l’ensemble du texte, et notamment sur l’article 2, dont l’objectif initial était de mieux protéger les mineur.e.s des violences sexuelles, ainsi que le recommandait le Haut Conseil dans son Avis pour une juste condamnation sociétale et judiciaire du viol et autres agressions sexuelles (2016).

Or, en l’état :
1. Le texte augmente le risque de déqualification de viols en atteintes sexuelles, certes condamnées plus fermement, mais ne reconnaissant pas le crime qu’est un viol, étape pourtant essentielle pour les victimes.
2. Le texte fait toujours porter sur la victime la preuve du crime qu’elle a subi, en laissant aux juges l’appréciation, au cas par cas, de l’absence de discernement de la victime mineure.
3. Le texte n’a pas la portée pédagogique visée, puisqu’il ne fixe pas un interdit absolu aux adultes de ne pas pénétrer sexuellement les enfants.

Par conséquent, le HCE renouvelle sa recommandation et maintient qu’il est conforme à l’impératif de protection des enfants et à nos principes fondamentaux que la loi reconnaisse :
– Qu’un.e enfant de moins de 13 ans n’a jamais le discernement lui permettant d’accepter ou de refuser un rapport sexuel ;
– Qu’un adulte ne peut ignorer ceci.

Le HCE souhaite que ses propositions viennent nourrir le débat public et le travail des parlementaires.

 

Ce lundi 15 novembre à 18h30, manifestons contre le viol et l’indulgence de la Justice pour les violeurs

N‘oubliez pas aussi de signer la pétition contre le viol

La lettre ouverte

à François Hollande,

Président

de la République

Pour signer : www.change.org/contreleviol

• Dimanche 14 octobre au soir :

15 882 signatures

 

Rassemblements lundi 15 octobre 2012 à 18h30

PARIS, devant le ministère de la justice, place Vendôme

STRASBOURG, 18h30, place Kleber
LYON, 67 rue Servient, Lyon 3e
CLERMONT-FERRAND, place de Jaude
TOULOUSE, devant le Palais de Justice 2 allée Jules Guesde
LILLE, devant la préfecture

http://re-belles.over-blog.com/article-contre-le-viol-111269563.html

Photo Cathy Bernheim, 1976, Paris

Viol et meurtre de Cécilia Gueye en appel. On attend un signal fort de la Justice.

Nouveau :


Cécilia Gueye, une belle jeune fille de 21 ans, saoulée de force à mort et violée en réunion

Les violeurs se suivent et se ressemblent. Ils sont toujours innocents. » La victime était une pute, une allumeuse, une fille facile qui l’a cherché. La victime était consentante. Cette fille facile, cette crasseuse n’a eu que ce qu’elle méritait ». Imaginez la douleur de la famille, des amis de Cécilia mais aussi des femmes comme moi, n’importe quelle femme qui aurait pu se trouver à la place de Cécilia.

Les violeurs seraient les « véritables vraies » victimes qui sont tombées dans les filets de la perverse tentatrice qui leur a fait perdre la tête. Or dans cette affaire, le prétexte du coup de sang ne tien pas puisqu’on sait que la tournante était préméditée, que Cécilia avait depuis longtemps été repérée comme proie et qu’on lui avait dressé un portrait de fille « facile » et de « crasseuse » pour s’autojustifier. Il s’agit d’un acte prémédité par des hommes dépravés, violents, cruels, inhumains et asociaux.Emmanuel Denis, Anis Nafti, Mounir Tinouiline et Fahem Djermoune sont de dangereux prédateurs qui n’ont pas leur place dans la société humaine et qui devraient être mis à l’écart pour très, très longtemps car sans conscience, ils sont capables de récidiver dans le crime de viol, dans les crimes sexuels de toutes sortes et dans les crimes et délits en tous genres.

Le thème de la chute de l’Homme a été traité par de nombreux artistes et a impreigné profondément la vision qu’on les hommes de la femme. Ici un tableau de Jules JollivetCette histoire, les hommes se la racontent depuis la nuit des temps pour justifier l’exploitation et le contrôle des femmes. Le discours a commencé avec Eve qui a séduit et corrompu Adam -La Chute. Et comme si ça ne suffisait pas on a imaginé le démon Lilith qui va jusqu’à séduire les hommes pendant leur sommeil et vole leur semence pour engendrer des démons.https://laconnectrice.wordpress.com/2011/03/07/8-mars-lilith-et-les-pecheresses/

Nous avons aussi l’histoire de Samson et Dalila admirablement mise en musique par Saint-Saens qui a imaginé un air sublime pour illustrer le pouvoir de Dalila la tentatrice qui fera chuter le valeureux Samson http://www.youtube.com/watch?v=KPET4RAe6yQ

Le fantasme est tellement répandu qu’il est passé dans le langage courant. « Cherchez la femme » dit-on à l’occasion d’une enquête criminelle.

Les hommes se comportent comme s’ils avaient la mission divine de châtier par le viol les femmes qui refusent de se soumettre à leurs lois. Cette conviction est particulièrement répandu chez les Musulmans dont certains sont les champions de la terreur misogyne

Tous les musulmans ne sont pas des violeurs ou des tortionnaires de femmes et parmi les non musulmans, il se trouve des chrétiens, des juifs et d’autres qui ont repris à leur compte le devoir de dominer et contrôler impitoyablement les femmes.

Toutefois, quand on entend les principes de la charia et qu’on observe comment les femmes sont traitées dans les pays musulmans, on n’est pas vraiment surpris de constater que les Musulmans sont souvent les acteurs de crimes et délits sexuels alors qu’ils ne représentent qu’à peine 10% de la population française.

A l’occasion du procès en appel -qui commence aujourd’hui, lundi 6 février-de deux des violeurs de Cécilia Gueye, on entend la même rengaine.https://laconnectrice.wordpress.com/2012/01/18/indulgence-pour-les-violeurs-la-memoire-de-cecilia-souillee-avec-la-complicite-de-la-justice/

J’ai bien élevé mon fils, il fait la prière, il fait le carême …franchement je comprends pas. Elle lui a dit qu’il était pas un homme … Voilà les propos de la mère de l’un des violeurs. Cette femme aussi devrait être condamnée pour incitation à la violence sexiste en cherchant à justifier le comportement de son monstre de fils qu’elle prétend avoir bien élevé.

Et les copines des violeurs qui prétendent que Cécilia était une crasseuse …en gros elle l’a mérité. Elles aussi devraient être inculpées pour incitation à la violence sexiste.

Dans le rappel diffusé hier, lundi 6 février, dans 7 à 8 sur TF1, http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/tournante-mortelle-6970372.html, les propos de la mère et de la tante de l’un des criminels ainsi que celui de l’un de leurs copains étaient insupportables et indignes de notre humanité. Ainsi, nous côtoyons quotidiennement des gens qui estiment que saouler à mort une fille facile pour la baiser à plusieurs ce serait normal. Ils trouvent normal de la « troncher », selon leurs propres termes, et ils étaient plusieurs à faire la queue la bite en main pour se farcir celle qu’ils qualifiaient de salope.Hé bien, je regrette, mon degré de civilisation m’interdit d’accepter que des gens venus d’une civilisation archaïque et mortifère bénéficient de tous les avantages que ma société a construits grâce à l’idée qu’elle se fait d’une civilisation.

https://laconnectrice.wordpress.com/2012/02/06/gueant-a-raison-la-france-etait-plus-civilisee-il-y-a-30-ans-quaujourdhui/

Que les violeurs qui ont démontré par leurs actes leur inhumanité campent sur leurs positions, cela ne surprend pas mais que leurs avocats articulent leur plaidoirie sur de telles ignominies est choquant. De même que la famille et les amis des violeurs les approuvent leur acte criminel est désespérant. Qu’en outre l’entourage des criminels violeurs salisse la mémoire de la victime, c’est inacceptable.

Barbie gang-bang tournante. Pour beaucoup de décérébrés, le viol est un jeu rigolo

On dit et répète que le viol est un fléau qui touche essentiellement les femmes, qu’il y aurait en France un viol toutes les 7 mn. Et malgré l’importance de ce crime, la société, à travers l’éducation, les médias et la justice, n’envoie pas de signal fort visant à éradiquer le viol.

Ce qui est inquiétant dans cette affaire c’est que tous les donneurs de leçon qui s’insurgent quand Claude Guéant parle de civilisation, quand les observateurs relèvent que nombre de délinquants sont d’origine arabo musulman ou afro musulmane et ces gens qui font des procès à tous ceux qui osent parler des origines des délinquants, ces gens-là ne montent pas au créneau quand plus de la moitié de la population mondiale est systématiquement dénigrés, agressée, exploitée, menacée du simple fait qu’elle est féminine. Toute femme sans exception est violable. Cette odieuse réalité autorise les hommes à séquestrer les femmes afin de les mettre à l’abri de leurs semblables. L’homme primitif ne voit en la femme de son ennemi qu’un appendice vulnérable sur lequel il peut exprimer sa haine guerrière. Depuis la nuit des temps, les guerriers violent les femmes, filles et mères de leurs ennemis pour les affaiblir psychologiquement (déstabiliser l’adversaire en souillant ses femmes- et démographiquement -en mélangeant les races pour effacer celle de l’ennemi par le métissage. C’est d’ailleurs pour contrebalancer cette perversion démographique qu’au XVIIIème siècle, les rabbins ont décrété que tout enfant né d’une femme juive serait juif car, à cette époque en Europe de l’Est et en Russie de nombreuses juives étaient enlevées et violées par les cosaques ou les populations non juives lors des pogromes.

Dans les sociétés musulmanes en particulier, une femme violée peut être condamnée à mort, lapidée, vitriolée, emprisonnée. Au Yémen, les femmes à marier sont séquestrées, violées afin de faire baisser le montant de la dot. Et d’aucun importent ces charmantes coutumes en France tandis que ceux qui défendent les droits de l’homme ferment les yeux sur les droits des femmes. A la rigueur ils se mobiliseront contre les viols commis par des militaires en Afrique, en Irak ou en Amérique, encore plus si un soldat israélien viole une palestinienne …

Viol arme de guerre en Guinée ou au Congo

Exemples de viols commis en France. Le viol serait-il un sport national protégé par nos institutions ?

Février 2012

janvier 2012

http://www.leberry.fr/editions_locales/bourges/fillette_violee_en_reunion_la_peine_de_dixans_confirmee_en_appel@CARGNjFdJSsAFRIMBRs-.html

Un Francilien a été jugé coupables de viols et agressions sexuelles sur une fillette dans le Morvan.

La cour d’assises d’appel du Cher a condamné, hier, Jean-Pierre Bassat, à dix ans de prison ferme. La même peine qu’en première instance. Cet Essonnien de trente et un ans a été jugé coupable de viols et agressions sexuelles en réunion sur la petite Sarah (*), âgée à l’époque de cinq ans, et aujourd’hui de dix ans. Dix ans avaient été requis.

Vidéo. L’amant épisodique de la mère de Sarah a pourtant nié les accusations pendant les deux jours de procès. Pour l’acculer, l’enregistrement vidéo de ses aveux en garde à vue a été projeté hier. Accablant, selon l’accusation. “ On est bien loin d’une torture des gendarmes ”, a ironisé l’avocat général Lucile Jaillon-Bru. “ Jean-Pierre Bassat a dit ce que les gendarmes voulaient entendre ”, a répliqué l’avocat de la défense, Guy Dupaigne.

Aveux. Après plus de quatorze heures de garde à vue, Jean-Pierre Bassat a raconté des scènes de sexe collectives avec Sarah et sa mère. Il s’est défaussé d’ailleurs sur celle-ci pour “ soulager sa conscience ”. C’est elle qui a appris à sa fille à masturber Jean-Pierre Bassat. C’est elle qui lui a montré comment pratiquer une fellation. C’est enfin elle qui a posé sa fille sur son sexe, alors qu’il était couché sur le dos, pour qu’il la pénètre. Mais c’est la mère “ qui terminait le travail ”, a-t-il précisé.

Témoignages. L’avocat de la défense a plaidé qu’il n’y avait que trois éléments à charge : les témoignages de Sarah, de sa mère et de Jean-Pierre Bassat. Des éléments qui devenaient également à décharge, tant ils sont fluctuants, selon Me Dupaigne.

Assises de la Nièvre. Ces viols se sont passés dans le Morvan, chez les grands-parents de Sarah, où la mère habitait. Trois autres personnes ont été condamnées par la cour d’assises de la Nièvre, pour des viols sur Sarah et ses deux frères : la mère (quinze ans) et deux de ses autres amants (quinze et six ans). Ils n’ont pas fait appel.

Famille. Le grand-père de Sarah a également été mis en examen dans cette affaire avant de bénéficier d’un non-lieu. La fillette avait raconté qu’elle avait regardé des films pornographiques avec lui et qu’il avait mis son sexe dans sa bouche. Le vieil homme a reconnu le visionnage familial des films X. Pas le viol. À sa décharge, une expertise a montré qu’il était impuissant. “ Ce n’est pas pour ça qu’il n’a pas de pulsions ”, a dit hier l’avocat général pour ne pas que soit décrédibilisé le témoignage de Sarah. Les experts l’avaient d’ailleurs trouvée crédible.

Mère. La mère de la fillette a été extraite de la maison d’arrêt du Bordiot, avant-hier, pour témoigner. “ Il a fait des choses à ma fille ”, s’est-elle contentée de dire, en parlant de l’accusé, sans donner de détails. Cette femme de quarante ans souffre d’un retard mental. Entre ses six et treize ans, elle a eu une relation incestueuse avec son frère. Elle a également été violée par un oncle. Les psychiatres ont parlé de nymphomanie. Elle a eu trois enfants qui n’ont pas le même père.

Bombe. Selon l’avocate de la partie civile, Nathalie Bouvier-Longeville, Sarah va mieux. “ Tous les jours, elle se développe ”, a-t-elle dit, rappelant qu’elle ne savait pas compter jusqu’à quatre à six ans. Mais selon l’avocate, elle est une bombe en puissance. “ À n’importe quel moment de sa vie, des choses peuvent se révéler. ”

Guillaume Bellavoine

(*) Le prénom a été modifié

Brouillard. Ce 10 janvier 2002, Elodie Kulik, 24 ans, directrice de l’agence de la Banque de Picardie à Péronne, rentre d’un dîner au Nouveau Pavillon de Shanghai de Saint-Quentin (Aisne), de nuit, au volant de sa Peugeot 106 rouge. La chaussée est glissante, le brouillard persistant, Elodie Kulik dérape dans une ligne droite et fait un tonneau.

Cet accident a pu être provoqué par des poursuivants. En tout cas, lorsqu’elle appelle les pompiers depuis son portable à 0 h 21, des voix masculines se superposent à la sienne. Ce message enregistré est«insoutenable», selon l’experte en analyse vocale Dalloul Wehbi, car ce sont les 26 dernières secondes de la vie d’Elodie : «On entend le viol et la mort en direct de cette fille qui hurle, et les ahanements des hommes, explique-t-elle à Libération. Au moins trois voix avec un fort accent picard.»

 Les nombreuses rumeurs alimentent la psychose…

«Sa logique nous échappe», confiait-on hier au 36, siège parisien de la police judiciaire. Les enquêteurs avancent à tâtons sur la piste du violeur en série qui sévit actuellement en Ile-de-France. Après un appel à témoin, passé le 13 janvier, les policiers ont reçu des centaines de témoignages signalant sa présence dans la région. Mais le violeur court toujours.

«Les gens croient l’avoir vu»

Les policiers ont extrait un ADN commun à trois viols, commis dans les 14e et 15e arrondissements ainsi qu’à Etampes (Essonne) entre le 23 et le 28 décembre dernier. Le mode opératoire est le même. L’homme, d’origine africaine, suit ses victimes, des jeunes femmes blondes aux yeux clairs, jusque chez elles, tente de leur soutirer de l’argent, puis les viole et leur assène plusieurs coups de couteau si elles se débattent. Il a cette particularité de s’excuser après son crime.

«Beaucoup de gens croient l’avoir vu. Mais lorsqu’on leur montre les photos, ils ne le reconnaissent pas», détaille-t-on à la PJ. L’homme aurait été aperçu ces derniers jours à Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois, Drancy ou encore aux Mureaux. Les vérifications n’ont rien donné. «A part des hypothèses, on n’a pas grand-chose», soupire un enquêteur. Pourtant, le suspect possède un signe distinctif de taille: des scarifications de chaque côté des tempes. «Il finira par se faire attraper lors d’un banal contrôle», avance une source policière. En espérant que d’ici là, il ne fasse pas d’autres victimes.

 William Molinié

Folles rumeurs

La psychose s’est s’installée en Ile-de-France. Trois hommes correspondant au profil ont été placés en garde à vue puis relâchés. « Je fais attention quand je rentre chez moi », témoigne une gardienne du 15e, où le violeur a fait une victime.

Nancy: Trois ados reconnaissent le viol d’une femme de 35 ans
Mis à jour le 26.01.12 à 20h33

Trois adolescents âgés de 14, 15 et 16 ans ont été interpellés et placés en garde à vue pour le l’agression et le viol d’une femme de 35 ans, lundi, à Nantes, rapporte jeudi l’Est républicain.

Selon le quotidien, la victime, a priori après sa sortie du travail, a patienté à un arrêt de bus au côté des trois adolescents. Ceux-ci lui ont emboîté le pas quand leur future victime est montée dans le bus, et sont descendus après elle à son arrêt. Après l’avoir suivie, ils l’auraient entraînée à l’écart et l’aurait violée, avant de lui voler son téléphone portable et de s’enfuir.

C’est le lendemain que les policiers ont identifié et interpellé deux des agresseurs présumés, le troisième les ayant rejoint en garde à vue 24 heures plus tard. Déférés au parquet de Nancy, les trois adolescents ont reconnu les faits.

Il arrive parfois que le fils de la nourrice viole les enfants qu’elle garde.

On ne peut faire confiance à personne.

J’ai reçu le témoignage d’un homme qui avait été violé par le fils de sa nourrice, qui s’en était confié à sa mère qui n’avait pas voulu le croire…

 AOÛT 2011

Le père biologique de Laetitia Perrais, violée et assassinée par tony Meilhon, va porter plainte contre le père d’accueil de ses jumelles, Gilles Patron, pour viol.

Malheureusement, les enfants abandonnés, placés, malheureux sont bien trop souvent victimes de viol. Les violeurs s’attaquent très souvent aux personnes fragiles voire handicapées.

http://www.marianne2.fr/Franck-Perrais-drame-de-Pornic-Gilles-Patron-a-aussi-viole-Laetitia_a209400.html

Gille Patron, le père de lla famille d’acceuil de Laetitia Perrais, la jeune victime de Tony Meilhon, accusé de viol sur la jumelle de Laetitia. Il parle de relations consenties : Il a 60 ans, elle en a 18!…..

http://fr.news.yahoo.com/le-p%C3%A8re-la-famille-daccueil-la%C3%ABtitia-accus%C3%A9-viols-175448695.html

  • Une fillette de 13 ans enlevée et violée par 3 hommes à Marseille :

http://www.laprovence.com/article/a-la-une/viol-dune-fille-de-13-ans-a-marseille-un-suspect-interpelle

  • La drogue du violeur est détectable

http://www.lepoint.fr/sante/la-drogue-du-violeur-est-detectable-17-08-2011-1363529_40.php

  •  Cassandre Bouvier et Houria Moumni, les deux françaises tuées en Argentine ont été séquestrées, torturées et violées 

http://fr.news.yahoo.com/argentine-cassandre-bouvier-viol%C3%A9e-plusieurs-agresseurs-164051819.html

 MAI 2011

Georges Tron, secrétaire d’Etat à la fonction publique et maire UMP de Draveil menacé d’une plainte pour harcèlement sexuel.

Janvier 2010

  • Le 10 janvier 2010 à Saint-Etienne, dans la Loire, Samir Mezaber a violé une amie de sa compagne, qui a un léger retard mental.Les faits se sont déroulés alors que l’auteur des faits était en libération conditionnelle. Il avait été condamné à sept ans de prison pour viol en juin 2007.Au tribunal, l’accusé avait indiqué que la victime était consentante. Toutefois, il a précisé que sa consommation excessive d’alcool aurait pu le rendre un peu pressent.Il a été condamné par la Cour d’Assises de Saint-Etienne à 15 ans de prison ferme.Source : Le progrès
%d blogueurs aiment cette page :