Flux RSS

Archives de Tag: mariage pour tous

Contre la GPA et le commerce des femmes avez-vous signé ?

Protégez les femmes de l’achat et de la vente des bébés et des mères

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_President_de_la_Republique_protegez_les_femmes_et_les_enfants_des_contrats_de_mere_porteuse_GPA/

8 733 signatures. Atteignons 10 000

Pourquoi c’est important

Pour continuer à être informé des actions du Collectif pour le Respect de la Personne vous pouvez nous écrire à collectif.corp@live.fr ou vous abonner à notre blog

http://collectif-corp.com/

Monsieur le Président de la République,

En tant que Président de la République française, en février 2013, vous avez pris un engagement formel contre l’entrée en France des contrats de mère-porteuse, désignés aujourd’hui « gestation pour autrui » (« GPA' »), affirmant votre ferme opposition.

Vous réitériez ainsi votre constante et formelle opposition à cette pratique.

Le contrat de mère-porteuse est en effet contraire au principe de respect de la personne, aussi bien la personne de la femme qui porte l’enfant commandé, que le respect de la personne de l’enfant, objet du contrat, commandé par une ou deux personnes, qui se développe dans le ventre de la « porteuse », puis livré. Les êtres humains ne sont pas des choses et nous sommes confiants dans votre engagement à être le gardien, en tant que Président de la République, de cette valeur fondamentale de notre société.

Mais le 26 juin 2014, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France en ce qu’elle exclut de son droit une telle transaction sur femme et enfant. Non seulement, le droit français déclare les conventions de gestation pour autrui atteintes de nullité absolue, mais encore la Cour de cassation s’oppose à ce que les filiations issues de conventions organisés à l’étranger soient transcrites sur l’état civil français. En effet, si notre droit l’admettait, alors ce contrat, pourtant contraire à l’ordre public, aurait de fait la même efficacité qu’un contrat valable, ce qui est la seule chose recherchée par les parties à ce contrat.

La CEDH a sanctionné la France pour l’état de son droit, pour atteinte au « droit à la vie privée et familiale d’enfants » nés à l’étranger en exécution de contrats de mères porteuses, en estimant que le droit français aurait dû reconnaître la filiation à l’égard du père, puisque du fait de l’insémination de la mère-porteuse par le sperme du client, ce dernier est le « père biologique » de l’enfant.

Nous nous adressons à vous car une telle décision met en péril votre constant engagement, rappelé en 2013.

En effet, si la France plie, si les filiations des enfants issus de contrats de mères porteuses faites à l’étranger sont inscrites à l’état civil français, alors le marché des bébés devient de fait efficace. Le contrat de mère porteuse fait à l’étranger sera aussi efficace que s’il était licite.

Une fois cela acquis, Monsieur le Président, comment allez-vous expliquer aux françaises et aux français que, s’ils ont de l’argent, ils pourront aller acheter un bébé à l’étranger et le faire inscrire comme leur fils ou leur fille sur l’état-civil français, tandis que s’ils ne sont pas assez fortunés, ils devront subir l’interdiction qui demeurerait en droit français applicables aux contrats de mère-porteuse réalisés en France ? Et comment interdire cette pratique en France si l’on en reconnaît les effets en France sous le prétexte qu’elle aurait été mise en œuvre dans un pays où elle est autorisée ?

Cette position ne sera pas tenable. Vous devrez céder. Vous devrez admettre le marché des mères en France. Vous serez alors contraint de renoncer à votre engagement solennel.

Personne ne croira que ces contrats puissent être faits de façon « éthique » car chacun sait que c’est avant tout affaire d’argent pour les intermédiaires qui prospèrent aujourd’hui sur la détresse des couples qui n’ont pas d’enfants, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels.

C’est pourquoi, Monsieur le Président, nous vous demandons, au nom de votre engagement constamment exprimé, de vous opposer publiquement à l’admission par le droit des contrats de mère-porteuse, ces mères dont les droits sont piétinés, ces femmes pour lesquelles vous avez pris fait et cause en 2013, droits aujourd’hui remis en cause et compromis par la Cour.

Il est concevable de trouver des solutions techniques pour améliorer la situation juridique des enfants présents sur le sol français, sans succomber à ce qui est un triomphe de l’industrie de l’enfantement sur commande, et sans que cela leur coûte le statut d’être humain par la reconnaissance de l’efficacité du contrat de mère-porteuse qui les a désignée comme une chose désirée, commandée et livrée.

Ainsi, la France pourra justifier de ne pas transcrire les filiations car cela serait admettre l’efficacité des contrats de mère porteuse à l’étranger et bientôt en France, puisqu’elle aura modifié le statut de l’enfant.

Parce que c’est la défense des femmes et des enfants qui est en jeu, nous vous demandons également de renforcer le dispositif législatif de lutte contre la prospection de clients français par les agences de mères porteuses et de porter un projet de convention internationale visant à prohiber la pratique des mères porteuses et à lutter par le pénal contre cette pratique, à l’image de la convention du Conseil de l’Europe contre la traite des êtres humains.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre plus haute considération.

Cliquer pour copier:

COPIER
Premiers signataires: Jacques Delors (président de la Commission Européenne 1985-1994), Lionel Jospin (ancien Premier Ministre), Yvette Roudy (ministre des droits des femmes de 1981 à 1986), Marie-George Buffet(députée de Seine-Saint-Denis, ancienne Ministre, Secrétaire national du Parti Communiste Français 2001-2010), Nicole Péry (Secrétaire d’Etat aux droits des femmes 1998-2002 et ancienne Vice-Présidente du Parlement européen),Catherine Tasca (ancienne ministre, première vice-présidente du Sénat),

Patricia Adam (députée du Finistère, groupe SRC), Huguette Bello (députée de la Réunion, groupe GDR), Marie-Odile Bouillé (députée de la Loire-Atlantique, groupe SRC), Danielle Bousquet (présidente du Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, ancienne députée), José Bové(député européen), Alain Claeys (député de la Vienne, groupe SRC, membre du CCNE), Laurence Dumont (vice-présidente de l’Assemblée Nationale, députée du Calvados, groupe SRC), Martine Faure (députée de la Gironde, groupe SRC), Armand Jung (député du Bas-Rhin, groupe SRC), Anne-Yvonne Le Dain (députée de l’Hérault, groupe SRC), Patrick Lemasle (député de Haute-Garonne, groupe SRC), Jean-Philippe Mallé (député et conseiller général des Yvelines, groupe SRC), Sandrine Mazetier (députée de Paris, vice-présidente de l’Assemblée Nationale, groupe SRC), Dominique Potier (député de Meurthe-et-Moselle, groupe SRC), Anny Poursinoff (infirmière, ancienne députée EELV des Yvelines), Catherine Quéré (députée de Charente Maritime, groupe SRC),Thierry Solère (député des Hauts-de-Seine, groupe UMP).

Associations signataires: Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception (CADAC), Collectif National pour le Droit des Femmes (CNDF), Réseau « Encore féministes, aussi longtemps qu’il le faudra« , Cercle d’Etude de Réformes Féministes, Coordination lesbienne en France (CLF), Réseau féministe Ruptures, Le Mouvement du Nid, Choisir la Cause des Femmes, Mouvement Ni Putes Ni Soumises, l’Assemblée des Femmes, L’Escale, Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF).

Eliette Abécassis (écrivain), Sylviane Agacinski (philosophe), Catherine Albertini (ingénieure de recherche et féministe), Christine Angot (romancière et dramaturge), Leili Anvar (productrice sur France Culture), Marie Balmary(psychanalyste et essayiste), Véronique Baltaksé (pédiatre), Annick Boisset(représentante de « Encore féministes, aussi longtemps qu’il le faudra ») Marie-Josèphe Bonnet (historienne des femmes), Laurent Bouvet (Professeur de Sciences Politiques à l’UVSQ), Françoise Brié (vice-présidente de la FNSF, directrice de l’Escale), Christophe Charle (historien et professeur des universités, Paris I Sorbonne), Guy Chevalier (co-fondateur du FHAR, Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire, et enseignant), Frédéric Chiche(gynécologue obstétricien), Hervé Chneiweiss (neurobiologiste, président du comité d’éthique de l’Inserm, membre du CCNE, membre du CIB de l’Unesco),Geneviève Couraud (présidente de l’observatoire droits des femmes CG-13),Pierre Courbin (psychiatre), Brice Couturier (producteur de radio et écrivain),Fabrice d’Almeida (Professeur d’Histoire à l’Université), Ursula del Aguila(chroniqueuse et formatrice), Monique Dental (représentante du réseau féministe Ruptures), Marie-Josèphe Devillers (co-présidente de la Coordination lesbienne en France), Brigitte Dionnet (membre du Conseil National du PCF),Catherine Dolto (médecin pédiatre, haptothérapeute et écrivain), Geneviève Duché (présidente de l’amicale du Nid), Robert Ejnés (directeur exécutif du CRIF), Alice Ferney (écrivain), Jocelyne Fildard (co-présidente de la Coordination Lesbienne en France), Marie-Anne Frison-Roche (Professeur de Droit à Sciences Po), René Frydman (gynécologue obstétricien), Dorith Galuz(psychanalyste), Sylvie Germain (écrivain), Sylviane Giampino (psychanalyste et psychologue, spécialiste de la petite enfance), Isabelle Gillette-Faye(sociologue), Asma Guénifi (présidente du mouvement Ni Putes Ni Soumises),Gisèle Halimi (avocate et présidente de « Choisir la Cause des Femmes »),Nathalie Heinich (sociologue, directeur de recherche au CNRS), Emmanuel Hirsch (professeur d’éthique médicale), Emmanuelle Jardin-Payet (maire-adjointe à Hermanville-sur-Mer), Marie Jauffret (mathématicienne), Frédérique Kutten (Professeur d’endocrinologie, membre du CCNE), Catherine Labrusse-Riou (professeur émérite à l’Ecole de Droit de l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I)), Odile Macchi (membre de l’Institut), Manuel Maidenberg (pédiatre),Carol Mann (anthropologue et sociologue), Pierre-Michel Menger (sociologue, Professeur au Collège de France), Catherine Morin Le Sech (co-présidente de la Coordination lesbienne en France), Nicole Notat (secrétaire générale de la CFDT de 1992 à 2002, présidente de Vigeo), Catherine Paley-Vincent (avocat à la Cour), Bernard Poignant (ancien maire de Quimper), Olivier Poivre d’Arvor (écrivain et diplomate, directeur de France Culture), Suzanne Rameix(philosophe spécialiste de l’éthique médicale), Suzy Rojtman (représentante du Collectif National pour les Droits des Femmes), Maurice Ronai (chercheur, membre de la CNIL), Dominique Schnapper (sociologue, membre honoraire du Conseil Constitutionnel), Martine Segalen (ethnologue), Sylvia Serfaty(mathématicienne, lauréate du prix Henri-Poincaré), Didier Sicard (professeur de médecine, ancien président du CCNE), Maya Surduts (représentante de la CADAC et du CNDF), Myriam Szejer (pédopsychiatre), Nora Tenenbaum(représentante de la CADAC), Jacques Testart (biologiste), Jean-Noël Tronc(directeur général de la SACEM), Aude de Thuin (fondatrice du Women’s forum), Monette Vacquin (psychanalyste et essayiste), Jérôme Vignon(président des Semaines sociales de France), Jean-Pierre Willem (docteur en médecine, chirurgien), Jean-Pierre Winter (psychanalyste et essayiste), Jean-Philippe WOLF (professeur à la faculté de médecine Paris V, chef de service à l’hôpital Cochin de la Biologie de la Reproduction et du CECOS)

Avortement. Cent établissements fermés et 2 500 demandes non satisfaites en 2012

Le droit à l’avortement est menacé dans les faits depuis plusieurs années : fermeture de centres d’orthogénie, manque de moyens, mise au pilori des médecins effectuant des IVG, pression du lobby catholique « pour le droit à la vie » …des fœtus et propagande pour culpabiliser les femmes et les pousser à l’abandon de leurs enfants non désirés si elles n’ont pu avorter.

Ce dimanche, des milliers de militants contre l’avortement « pour le droit à la vie » ont manifesté tandis qu’une contre-manifestation ne rassemblait que quelques centaines de personnes. Cette manifestation anti IVG a lieu chaque année aux alentours du 17 janvier, date anniversaire de la loi Veil légalisant l’avortement. L rassemblement de ce jour a eu d’autant plus de succès qu’il appelait à s’opposer à l’amendement de la loi sur l’égalité qui devrait supprimer la cause de détresse actuellement obligatoire pour accéder à une IVG. Les femmes n’auraient alors aucune justification à produire pour obtenir cette opération, une ouverture qui est sensée répondre à la vieille revendication féministe « notre corps nous appartient ».

La plupart des opposants au droit à l’IVG sont des catholiques qui avancent qu’ils défendent avant tout la famille. C’est pourquoi les manifestants de ce dimanche comptent dans leurs rangs des militants et sympathisants de la « Manif pour tous » contre le mariage de couples de même sexe. Ils sont également entourés de toutes celles et ceux qui refusent que la théorie du genre soit appliquée dans les écoles.

La réalité de l’avortement est dérangeante car malgré les facilités d’accès à la planification des naissances, environ 200 000 femmes avortent chaque année en France et parmi elles de très jeunes filles. On peut le déplorer mais ce nombre représente le 5 ème de celui qui touchait les femmes avant la loi Veil de 1975 soit un million chaque année. Il est inexact de prétendre à des fins de propagande anti IVG que la légalisation de l’avortement a favorisé sa pratique ou qu’elle obligerait les femmes enceintes à avorter.

Les anti IVG oublient qu’avant la loi Veil, de nombreuses femmes mouraient à la suite d’avortements effectués dans des conditions dangereuses (queue de persil, aiguille à tricoter, chutes et coups provoqués, potions douteuses, hémorragies, etc.) et que nombre d’entre elles devenaient stériles suite à des infections  (salpingite) qui bouchaient leurs trompes ou qui nécessitaient une « totale » soit l’ablation de l’utérus et des trompes (hystérectomie). Avortant dans la crainte, des femmes étaient rongées par la culpabilité ou le remords ou, traumatisées, se refusaient à leur époux, ce qui ne leur permettait plus de « croître » et se « multiplier »..

L’accès à la contraception pour toutes, l’information des jeunes et du personnel éducatif ont permis de diminuer drastiquement les recours à l’IVG et il serait sans doute possible de les diminuer encore plus si les garçons et les hommes assumaient leur responsabilité. Trop de femmes se retrouvent seules devant l’éventualité d’avorter ou d’élever un enfant sans père. Malheureusement la responsabilisation des garçons et des hommes vis-à-vis des filles et des femmes n’est jamais à l’ordre du jour.

Les opposants à l’avortement sont essentiellement motivés par des convictions religieuses sur la notion de « droit à la vie » et expriment une conception très misogyne du rôle et de la place de la femme dans la société en général et dans la famille en particulier. Défendant la structure familiale traditionnelle ils sont naturellement rejoints par celles et ceux qui sont inquiets de la perte de repères pour eux-mêmes et leurs enfants. Le mariage pour les couples de mêmes sexe, la théorie du genre, la vulgarisation de la PMA et la perspective de légalisation de la GPA (mères porteuses) ne peuvent que rassembler un large éventail de gens en colère contre le gouvernement actuel. Rendez-vous le dimanche 26 janvier à la Bastille.

GPA. 45 000 euros pour avoir sa chose à soi sans passer par le coït

On l’avait bien compris et entendu de la part de Caroline Mecary, le « mariage pour tous » est bien une étape vers la GPA, la gestation pour autrui, la légalisation de la location de ventres de femmes pour faire les bébés qu’on veut, quand on veut, comme on veut et malgré l’impossibilité biologique pour les couples de même sexe de procréer en passant par le coït, une pratique qui ne coûte pas 45 000 euros. http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/gpa-un-site-francophone-met-des-meres-porteuses-a-portee-de-clic-16-01-2014-3499859.php

L’agence américaine Extraordinary Conceptions met en relation des couples francophones avec des mères porteuses au Canada ou aux Etats-Unis, pays où la GPA, la gestation pour autrui, est légale, contrairement à la France

Sur le même sujet

  • Gestation pour autrui: la Cour de Cassation invalide des actes de naissance

    Gestation pour autrui: la Cour de Cassation invalide des actes de naissance

  • Hollande réaffirme son opposition à la gestation pour autrui

  • GPA : gestation pour autrui

  • Gestation pour autrui : Elisabeth badinter soutient les mères porteuses

Un sujet sur lequel François Hollande a clairement affirmé son opposition lors de la campagne présidentielle.

Deux sénateurs UMP Bruno Retailleau et Gérard Longuet se sont indignés contre ce commerce toléré par la Justice française malgré les affirmations de François Hollande pris en tenailles entre ses opposants et son mécène, Pierre Bergé qui est convaincu -il n’a jamais été enceint- que louer son ventre ou ses bras ne fait pas de différence.http://www.lepoint.fr/societe/pma-pour-pierre-berge-payer-un-ouvrier-ou-une-mere-porteuse-c-est-la-meme-chose-17-12-2012-1602815_23.php

Mercredi, les deux élus ont dénoncé la « complicité de la justice française dans le business des mères porteuses ». Ils ont affiché leur soutien à la plainte déposée vendredi 10 janvier par l’association Juristes pour l’enfance visant les actions d’Extraordinary Conceptions.

Il y a les couples stériles qui ne peuvent pas faire un bébé bien à eux pour des raisons médicales, les couples dont l’un est stérile qui ne veulent pas « tromper » leur conjoint, les couples homosexuels qui ne peuvent pas ou ne veulent pas biologiquement se reproduire, les couples qui veulent choisir leur bébé sur catalogue, les couples qui ne veulent pas transmettre une maladie héréditaire à leur descendance, les pères ou mères célibataires, les gens fascinés par la science médicale de la reproduction, les femmes qui refusent de risquer déformer leur corps et surtout les personnes qui ont suffisamment d’argent pour jouer avec la reproduction humaine sans encourir les aléas de ces choses dégoûtantes que sont le coït, la grossesse, l’accouchement et l’allaitement. Ces choses répugnantes ont été bien décrites dans « le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley :

  • La reproduction est entièrement artificielle. Non seulement la notion de parenté ne correspond plus à une réalité courante, mais son évocation est considérée comme vulgaire, voire obscène.
  • La sexualité est détournée pour n’être que récréative et étouffer dans l’œuf les passions amoureuses, celles-ci étant clairement source de tensions (jalousie, possessivité), et donc à bannir de cette société.

J’invite tout le monde à lire et relire « le meilleur des mondes » pour comprendre ce qui nous attend. Quand la réalité dépasse la fiction …

Mariage lesbien à Bollène. Vive le patriarcat !

2525073

Amandine Gilles et Angélique Leroux à la sortie de la mairie de Bollène (Vaucluse) le jour de leur mariage, le 10 septembre 2013. ( MAXPPP)

Amandine et Angélique se sont chaudement battues pour faire valoir leur droit au mariage en application de la loi Taubira autorisant le mariage de couples de même sexe. En effet, la maire de Bollène, Marie-Claude Bompard, refusait de marier les fiancées au nom de sa liberté de conscience. Finalement, après une campagne bien orchestrée et soutenues par l’ensemble du puissant lobby homosexuel, les jeunes femmes ont pu convoler en justes noces, le mariage ayant été célébré par une adjointe au maire, comme c’est d’ailleurs le cas dans de nombreuses mairies.

A voir la photo du couple de jeunes mariées à la sortie de la mairie, je ne peux que remarquer la caricature d’un mariage habituel. Pour copier la majorité des mariages, l’une des femmes s’est ostensiblement pourvue d’un couvre-chef, signifiant par là que c’est elle qui tient le rôle de l’homme dans le couple. La compagne tient, non le bouquet traditionnel mais le pot de fleurs de la mariée. Ça fait moins classe mais, au moins ça rentabilisera l’investissement. D’ici qu’il faille le repasser à un autre couple ami en mal de mariage …

En tant que féministe historique, je suis consternée par cette complaisance avec le modèle patriarcal que nous avons tant combattu et que nous continuons de combattre, dans lequel la femme est accessoire de l’homme, un faire-valoir, un sous homme. Nous avons lutté pour l’égalité entre hommes et femmes, pour des relations plus justes où il n’y aurait plus ni dominant, ni dominée. On peut toujours rêver si j’en crois cet affichage béatement satisfait d’un modèle à contre-courant du désir de nombreuses femmes et de nombreux hommes.

Que ceux qui s’imaginent que toutes les féministes sont lesbiennes et que toutes les lesbiennes sont féministes avalent leur cravate 😉

Entre le genre obligatoire et l’homosexualité pour toutes et tous, je ne sais plus où me mettre et je n’ai pas envie de me faire mettre, même virtuellement.

Nouveau au 12 septembre 2013

Déclaration de la maire Marie-Claude Bompard « je n’ai pas été élue pour ça »

http://www.bvoltaire.fr/marieclaudebompard/mariage-gay-je-nai-pas-ete-elue-pour-ca,35318

Une mère porteuse française détenue pour avoir escroqué ses maquereaux qui ne sont pas inquiétés

Publié le

Selon le journal Le Parisien, une femme aurait escroqué le couple d’homosexuels qui avait loué son utérus. et le corps qui va avec. La pratique est illégale en France et pourtant, seulement la femme est en détention et la maternité – sans doute complice du marché puisqu’elle a alerté la police- ne semble pas devoir être inquiétée, pas plus que le couple d’homosexuels qui a commandé le bébé et donc contrevenu à l’interdiction de la GPA en France. La mère est emprisonnée. Qui s’occupe de ses quatre enfants ?

Une mère porteuse, soupçonnée d’avoir escroqué un couple d’homosexuels, a été interpellée début juin à son domicile à Vendôme (Loir-et-Cher) et la justice a décidé jeudi son maintien en détention.

 La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Orléans a rejeté la remise en liberté de cette femme de 34 ans, mère de quatre enfants.  Elle avait accepté de porter contre rémunération l’enfant d’un couple d’homosexuels avant de remettre à la naissance l’enfant à un autre couple en échange de 15 000 euros. http://www.leparisien.fr/faits-divers/loiret-une-mere-porteuse-aurait-escroque-un-couple-d-homosexuels-21-06-2013-2917755.php

Que d’immoralité dans cette affaire, outre l’illégalité de la commande et le montant ridicule promis à la mère, 15 000 euros, un SMIC annuel.  A noter, que dans un cas récent de vente de bébé, le montant était aussi de 15 000 euros. Y-aurait-il déjà un tarif fixé pour la vente de bébés ? http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/06/20/01016-20130620ARTFIG00425-un-bebe-vendu-par-sa-mere-activement-recherche.php

Qui a porté un bébé sait bien que ça n’a pas de prix au regard des transformations physiologiques, physiques, mortels et psychologiques que cela entraîne. Faut-il une fois de plus rappeler l’impact d’une grossesse sur un corps humain ? Même les chiennes sont castrées afin de ne pas encourir de risques de santé et de vivre plus longtemps …Voir ici les changements du corps de la femme pendant la grossesse http://fr.questmachine.org/wiki/Les_changements_du_corps_pendant_la_grossesse

Il y a d’abord le couple d’homosexuels qui est assez cynique pour louer le corps d’une femme afin qu’elle leur fasse le bébé que la nature ne leur permet pas de faire. Comme l’a dit le grand commandeur du lobby homosexuel, Pierre Bergé : « louer ses bras ou son utérus, quelle différence ? ». http://www.marieclaire.fr/,pierre-berge-pma-gpa-louer-son-ventre,20123,680919.asp#ixzz2JDBV0i35

Ensuite, la clinique qui était vraisemblablement au courant de la tractation, sinon complice ou intermédiaire actif, dénonce la mère porteuse à la gendarmerie qui s’empresse de l’interpeller.

Pour finir, la gendarmerie ne place pas en garde à  vue le couple qui a transgressé la loi, ni la maternité qui l’a aidé à le faire et le parquet refuse la mise en liberté de la mère porteuse. Quelle injustice, quelle iniquité, quel scandale !

Il n’est pas étonnant que, dans le contexte actuel de la grande victoire du mariage homosexuel et du projet de légalisation de la PMA et de la GPA pour tout le monde, les idéologues corrompus ont laissé croire à l’ensemble de la société que louer le ventre d’une femme et tout ce qu’il y a autour pour se faire faire un bébé, était une chose grandiose, sublime et légitime, même si la loi l’interdit encore pour le moment…mais je ne doute pas que le projet de loi soit déjà dans les tiroirs de Madame Taubira cette légalisation de la GPA tant attendue  par les lobbies médical et homosexuel.

Il est à craindre  que cette affaire ne fasse jurisprudence pour légaliser la GPA, but ultime des couples homosexuels, des idéologues du PS et des bobos de gôche qui les soutiennent.

Moi je vous le dis, ma brave dame, le mariage homosexuel et l’éducation au genre, ce n’est rien à côté de la légalisation du commerce des femmes. Bientôt le lobby de la prostitution va repartir en campagne pour l’ouverture de maisons closes et l’offre d’emplois pour la prostitution, les femmes pauvres vont pouvoir légalement faire des bébés pour les hommes riches et pourquoi pas légaliser la vente de reins, de morceaux de foie ou de peau ?

Antigones contre Femen. Quand les femmes se crêpent le chignon, les machos profitent

Publié le

Les-Antigones-640x320

Source photo, site officiel des Antigones http://antigones.fr/

Un nouveau groupe de belles jeunes femmes blanches en tunique blanche aux jambes nues a récemment fait son apparition pour demander l’expulsion des Femen, ces féministes aux seins nus.

Le site officiel des Antigones est propre, clair et plein d’espérance http://antigones.fr/ sous une citation de l’Antigone de Sophocle « Je suis née pour partager l’amour et non la haine. »

 qui justifie le choix de leur appellation.

Les Antigones s’inscrivent clairement dans le sillage des anti-mariage homosexuel à l’opposé des Femen qui soutiennent la loi Taubira. On assiste donc à un conflit politique, idéologique et culturel qui, une fois de plus divise le mouvement féministe. L réalité historique témoigne de ces divisions multiples et constantes qui freinent l’évolution de la condition des femmes dans notre société et permettent à la loi éternelle du mâle de diviser pour régner sur la moitié de l’humanité.

Personnellement, en tant que féministe historique, j’ai assisté au démantèlement de ce qui était au départ un véritable mouvement féministe uni et enthousiaste mais qui, au bout d’a peine deux ans d’existence avait éclaté en chapelles rivales et hostiles. Ces dissensions ont souvent été délibérément souhaitées et organisées par des femmes-hommes qui avaient adopté le comportement dominateur et manipulateur du macho tout en endormant des cohortes de femmes dans le lit de l’essentialisme. Les femmes sont plus intelligentes, plus sensibles, plus généreuses, plus partageuses, plus créatives, plus courageuses, etc. et pendant que nous ronronnions sous ces paroles propices à soigner notre absence de self esteem, les femmes-hommes collaboraient avec leurs modèles machos pour se faire une rente politique et financière sur notre dos d’innocence politique.

En conséquence de mon expérience, je suis aujourd’hui beaucoup plus indulgente avec les différentes tendances féministes, à condition qu’elles soient réellement féministes  et non un cache-sexe de l’omniprésent phallus.

J’approuve certaines actions des Femen et, comme je l’avais déjà écrit, je ne suis pas choquée par l’exhibition de leurs seins qui est délibérément choisie dans un monde qui exhibe et exploite le corps des femmes sans leur demander leur avis. Je pense d’ailleurs que cette liberté d’exhiber des parties de son propre corps choque toutes celles et ceux qui le contrôlent quotidiennement par la morale, l’esclavage sexuel, l’esclavage domestique et le marketing. Il est tout de même intéressant d’observer qu’au plus fort de la révolution egyptienne, une jeune blogeuse a choisi de se montrer nue sur Internet pour attirer l’attention sur le sort de la jeunesse et des femmes en Egypte. Souvenons-nous de Woodstock et de nombreuses manifestations pacifiques et révolutionnaires où tout le monde se mettait à poil comme manifestation ultime de libération. L’exhibition choisie du corps n’a rien à voir avec la prostitution et l’exhibition imposée explicitement ou implicitement.

Par contre, je trouve qu’aujourd’hui provoquer l’église catholique romaine se ramène au soutien de l’islamisation de la France et des sociétés chrétiennes. Le danger est clairement le djihad qui veut imposer la charia, un loi religieuse particulièrement infecte pour les femmes.

J’approuve l’apparition de ces belles Antigones sur la scène du féminisme car elles donnent une image paisible et sereine de la femme moderne tout en oubliant, et c’est fort dommage, ue sans le combat de féministes moins jolies et moins « pures » elles n’auraient pas reçu l’éducation et la formation qui leur ont permis de créer leur mouvement et de le faire connaître. Les « vraies femmes sont dignes, sourire aux lèvres, élégantes ». En effet, ces belles Antigones se définissent dans leur vidéo comme « amantes, épouse, mère et militante de sa cause ». Ces Antigones ne se définissent donc que par rapport à l’homme dont elles se disent par ailleurs complémentaires, une affirmation qui a défrisé plus d’une féministe marocaine récemment. Comme beaucoup de jeunes femmes aujourd’hui, les Antigones oublient que sans le combat de génération de vilaines féministes agressives comme Olympe de gouges, Louise Michel, Flora Tristan, Alexandra Kollontaï, Clara Zetkin ou les suffragettes, elles ne pourraient pas se regrouper dans la rue tête, bras et jambes nus et qu’elles n’auraient pas eu de mot pour plaider leur cause parce qu’elles n’auraient pas eu droit à l’éducation ni penser et le dire sans l’autorisation de leur père, de leur grand frère ou de leur mari.

D’ailleurs, si certains et certaines reprochent aux Femen leur opacité et les soupçonnent d’être les marionnettes d’un complot américano -sioniste, on peut tout autant soupçonner les Antigones d’être les marionnettes du Pape, de l’Opus Dei, de l’UMP, du FN ou de Civitas.

Personnellement, je trouve que, d’un point de vue féministe, le rassemblement des Antigones est tout aussi utile et intéressant que celui des Femen et que différents groupes peuvent agir différemment et parallèlement pour la cause du féminisme qui n’aura jamais assez de forces vives pour triompher de la discrimination la plus universelle et intemporelle, celle de la moitié du ciel.

Pour en savoir plus

Comité consultatif national d’éthique : ces hommes qui gèrent le ventre des femmes avec la PMA et la GPA

Publié le

Ce soir, dans l’émission « Mots croisés », Najat Vallaud-Belkacen annonce que le Comité consultatif national d’éthique a été missionné par le Président de la République pour se réunir en septembre prochain afin de préparer un avis sur la PMA et la GPA.

On nous avait bien dit officiellement que la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe ne concernerait pas la PMA et, encore moins la GPA. Mais de leur côté, des militants homosexuels comme Pierre Berger ou Caroline Mécary avaient affirmé que la PMA et la GPA étaient la suite logique du « mariage pour tous » et que des procréations artificielles étaient l’objectif réel de la loi Taubira. Au cours d’un documentaire, d’autres  militants homosexuels rappelaient sans vergogne que lorsqu’ils réclamaient le PACS, ils visaient le mariage homosexuel. Tout est donc en marche pour le « meilleur des mondes » au détriment des enfants et des femmes.

Une fois de plus, des hommes vont décider du sort du ventre des femmes, ce qu’ils ont toujours fait à travers les âges en leur imposant un contrôle permanent sur leur sexualité, leurs enfants,  leur instruction, leur choix de vie, leur travail et leur liberté en général.

La composition du CCNE est édifiante : un président, 3 présidents d’honneur, 5 représentants  des principales familles philosophiques et spirituelles, 11 hommes « qualifiés sur l’éthique » (contre 8 femmes), 10 hommes appartenant au secteur de la recherche (pour 4 femmes). Soit au total 30 hommes et 12 femmes !

Pour une consultation « éthique » qui va se pencher sur le corps des femmes, leur santé physique et psychique, leur aptitude à enfanter, leur disponibilité à abandonner leur bébé à la naissance et le montant de la vente de leurs ovocytes et de la location de leur utérus, des risques inhérents à toute grossesse, de l’incidence de la prise d’hormones à haute dose pour favoriser les grossesses artificielles, c’est une majorité d’hommes qui n’ont jamais expérimenté une grossesse et qui ,grâce à ce privilège, ont pu faire une belle carrière à laquelle ils doivent l’honneur d’être éligibles à se pencher sur l’éthique, 30 mâles vont décider du sort des femelles. Comme quoi, la libération des femmes, l’égalité et la parité sont des chimères et il est beaucoup plus difficile de faire valoir et respecter les droits des femmes que ceux des homosexuels. L’égalité des droits, c’est encore et toujours pour les hommes.

Campagne contre l’avortement en 2009. Le fœtus est plus important que la femme. Les hommes décident pour son ventre et tout ce qu’il y a autour.

Membres du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé http://www.ccne-ethique.fr/upload/composition-2012.pdf

Président : Jean Claude Ameisen
Présidents d’honneur : Jean-Pierre Changeux, Didier Sicard, Alain Grimfeld
—————————————————————————————-
Personnalités désignées par le Président de la République et appartenant aux principales
familles philosophiques et spirituelles
Michaël Azoulay
Ali Benmakhlouf
André Glucksmann
Xavier Lacroix
Louis Schweitzer
——————————————————————————-
Personnalités qualifiées choisies en raison de leur compétence et de leur intérêt pour les
problèmes d’éthique.
Régis Aubry
Christiane Basset
François Beaufils
Joëlle Belaisch-Allart
Sylvie Cazalot
Bernard Cazeau
André Comte-Sponville
Alain Cordier
Alain Claeys
Anne-Marie Dickelé
Frédérique Dreifuss-Netter
Claire Legras

Lucien Neuwirth
Philippe Rouvillois
Michel Roux
Dominique Stoppa-Lyonnet
Dominique Thouvenin
Michel Van-Praët
Bertrand Weil
—————————————————————————————-
Personnalités appartenant au secteur de la recherche
Yves Agid
Marie-Germaine Bousser
Margaret Buckingham
Roger-Pol Droit
Pierre-Henri Duée
Patrick Gaudray
Jean-Pierre Kahane
Claude Matuchansky
Francis Puech
Alice René
Claude Sureau
Claudine Tiercelin
Didier Truchet
Jean-Louis Vildé

%d blogueurs aiment cette page :