Flux RSS

Archives de Tag: mères porteuses

GPA. Nées de mère porteuse, elles témoignent

Publié le

Le journal Le Parisien vient de publier le témoignage de deux jumelles de 18 ans, nées de mère porteuse et informées de leur origine , ayant rencontré leur gestatrice. Elles posent le problème de leur reconnaissance par l’Etat français. En effet, étant donné l’interdiction de procéder à la gestation pour autrui en France, elles n’ont pas d’identité en France car nées sur le territoire américain, elles ont la nationalité américaine.

Il est donc faux de prétendre qu’elles n’existent pas pour la France où vivent de nombreux citoyens américains en toute légalité. En tant que citoyennes américaines, elles pourraient demander la nationalité française. Leurs parents adoptifs pourraient légaliser l’adoption.

Le sort des enfants nés de GPA à l’étranger pourrait donc être réglé administrativement si les parents étaient de bonne foi.

Le lobby qui milite pour la légalisation de la GPA laisse croire que les enfants nés de ce choix parental et médical seraient en déshérence et privés de droits. C’est un mensonge politique honteux.

La Connectrice

http://www.leparisien.fr/societe/nee-d-une-gpa-qui-osera-me-dire-c-est-horrible-que-tu-existes-14-09-2018-7885803.php

Née d’une GPA : « Qui osera me dire : c’est horrible que tu existes ? »

>Société|Benjamin Jérôme|14 septembre 2018, 10h07|MAJ : 14 septembre 2018, 10h30|7
 Fiorella Mennesson et sa soeur jumelle Valentina, en banlieue parisienne, en juillet dernier.Capucine Granier-Deferre pour Le Parisien Week-End
LE PARISIEN WEEK-END. Fiorella et Valentina sont nées aux Etats-Unis d’une mère porteuse. La gestation pour autrui (GPA) étant interdite en France, l’Etat refuse toujours de reconnaître le lien de filiation entre les soeurs et leurs parents, ce couple français qui les a élevées. Au grand dam des deux filles.

Fiorella et Valentina Mennesson ont décroché le bac, mention bien. Cheveux décolorés, Fiorella ira dans une prestigieuse école d’art. Sa soeur, qui collectionne les paires de baskets dans sa chambre, s’envolera pour Londres suivre un master de gestion des organisations. Deux adultes en devenir, sans histoires… Si ce n’est celle de leur origine.

Les jumelles, 18 ans en octobre, sont nées d’une mère porteuse en Californie à l’issue d’une gestation pour autrui (GPA). Légale en Belgique, en Grèce ou encore en Amérique du Nord, cette pratique reste interdite chez nous, avec des conséquences pour les milliers d’enfants issus de GPA à l’étranger. « Pour la France, Fiorella et Valentina ne sont toujours pas nos filles », rappellent le papa Dominique, qui a fourni les gamètes, et la maman Sylvie.

Malgré un long combat judiciaire mené par la famille et la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme en 2014, les autorités françaises ont toujours contesté la filiation entre le couple et les jumelles.

Lancée cette année, la révision de la loi bioéthique a ravivé les débats houleux autour de la GPA. Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE), qui rendra fin septembre ses propositions sur cette révision, a déjà dit son hostilité à cette pratique, tout comme plusieurs organisations et représentants religieux.

LIRE AUSSI >Cinq questions autour des Etats généraux de la bioéthique

Confronté à ce dossier brûlant, le gouvernement a indiqué qu’il ne proposerait pas sa légalisation. Mais, comme s’y était engagé le candidat Macron, il pourrait favoriser la reconnaissance des enfants nés de GPA à l’étranger. Ce que demandent les jumelles Mennesson. Entretien.

Comment avez-vous appris que vous étiez issues d’une gestation pour autrui ?

FIORELLA MENNESSON. Cela a toujours fait partie de notre vie : nous étions nées d’une gestatrice. On est retournées aux Etats-Unis à l’âge de 4 ans. On savait déjà très bien qui était cette femme, ce qu’elle avait fait pour aider nos parents. Elle s’appelle Mary.

VALENTINA MENNESSON. On connaît même ses enfants et ses trois maris successifs. Gestatrice, ce n’est pas son métier, juste une expérience unique, une façon de rendre service. C’est une amie de notre mère qui a donné ses ovocytes.

 -

Mary, la mère porteuse, et Sylvie Mennesson, la maman française, en Californie, en 2000. (DR/collection personnelle)

Que représentent ces deux femmes pour vous ?

V. M. Ce sont des amies de nos parents…

Juste ça ?

F. M. Elles nous ont permis d’exister. Grâce à elles, nos parents sont devenus vraiment parents. C’est une relation très amicale mais on ne voit pas Mary comme notre mère. Pareil pour celle qui a donné ses ovocytes. Jamais elle n’affirmera que, parce qu’on a des gènes en commun, on lui doit quoi que ce soit.

La GPA fait débat en France. Vous n’avez jamais été confrontées à des réactions négatives ?

V. M. Jamais. Ce n’est pas comme si j’avais braqué une banque. Ceux qui ont des mauvaises réactions n’ont jamais rencontré des personnes nées grâce à la GPA. Qui osera me dire : « C’est horrible que tu existes » ? Pour moi, donner la vie est toujours une belle chose. En fait, ce sont nos parents qui ont souffert, déjà de ne pas pouvoir avoir d’enfant, puis d’être attaqués tout le temps.

F. M. Ces horreurs, ces insultes qu’eux subissent vont systématiquement rappeler à ma mère sa plus grande peur : celle de ne pas être considérée comme notre mère. Nous, on sait très bien que c’est notre maman, qu’on l’aime, mais elle en a beaucoup pleuré. Pour elle, c’était très dur d’aller dans ces tribunaux pour se faire juger.

Elle culpabilise de ne pas vous avoir portées ?

F. M. Non, ce n’est pas ça. Avant de nous avoir, elle a vécu longtemps en se disant qu’elle n’aurait jamais d’enfant, alors qu’elle a tout d’une maman. C’était son rêve de devenir mère.

V. M. La plus grande pression dans ma vie, c’est celle de ma mère pour que j’aie des bonnes notes !

F. M. C’est une blessure émotionnelle. Quand elle fait face à des personnes qui lui crient à la gueule que c’est une voleuse d’enfants, c’est chaud ! Le truc le plus horrible, c’est d’avoir vu ma mère subir autant de violences, de l’avoir vue pleurer et craquer. Comment des gens sont-ils capables de faire ça sans nous connaître ? Moi, je n’ai pas subi cela, mais je vois les commentaires sur Internet. Parfois, on en parle un tout petit peu dans la famille, mais c’est un sujet sensible.

Aujourd’hui, pourquoi prendre la parole ?

F. M. L’hystérie actuelle porte sur la légalisation de la GPA. Mais nous, ce qui nous intéresse, c’est la reconnaissance des enfants. Il y a en France des enfants nés de GPA et cela ne devrait pas être un débat d’admettre qu’ils ont des parents. Si des personnes pensent que ma soeur et moi ne devrions pas être reconnues comme les filles de nos parents, c’est juste cruel et méprisant.

Quel est votre avis sur la légalisation de la GPA ?

V. M. Je ne suis pas pour maintenant, cela créerait trop de polémiques. La France n’est pas prête. Aujourd’hui, les Français ne savent même pas ce qu’est la GPA. Ils imaginent que gestatrice, c’est un métier, mais ce n’est pas le cas. Commençons par la reconnaissance des enfants nés à l’étranger. Après, il faut avancer vers la légalisation.

F. M. Moi, je suis pour aborder la légalisation dès à présent. Dans les pays où la GPA est encadrée, les Etats-Unis ou le Canada, les mères porteuses le font d’abord dans l’idée de rendre service.

 -

Fiorella et Valentina, avec leurs deux parents, Dominique et Sylvie. (Capucine Granier-Deferre pour Le Parisien Week-End)

Vous comprenez que des gens estiment choquant de recourir au corps d’une autre ?

V. M. Je comprends parce que, pour les femmes, la grossesse est hyper importante. Après, si ma mère n’a pas eu la chance de pouvoir porter un enfant, ce n’est pas de sa faute. Elle aurait préféré nous porter mais, quand tu ne peux pas, tu fais comment ? Tu adoptes ? Impossible en France. Il y a 400 pupilles à adopter et 10 000 demandes.

Il y a souvent un dédommagement financier. Les opposants à la GPA critiquent ce qu’ils estiment être une « marchandisation » du corps

V. M. Il doit y avoir un contrat, comme aux Etats-Unis, mais ce n’est pas juste empocher de l’argent. La mère porteuse doit choisir le couple, voir s’il existe un feeling, être autorisée à avorter si la grossesse la met en danger. Oui, la conception d’enfant est un business acceptable tant qu’il est encadré.

F. M. C’est normal que la gestatrice soit rémunérée. Pour donner la vie, elle donne de son corps, de son temps. C’est important de pouvoir disposer de son corps comme on l’entend. Mais il y a un tabou en France dès qu’on parle de corps et d’argent.

V. M. Sur Terre, tout est question d’argent.

F. M. Pour l’instant, pour bénéficier d’une GPA, il faut aller aux Etats-Unis, payer cher. Seules les personnes les plus favorisées peuvent en bénéficier. Si on permettait la GPA en France, il n’y aurait plus de frais dépensés en voyages. Or l’infertilité n’est pas propre aux milieux aisés.

La Manif pour tous, qui milite activement contre la GPA, évoque le cas de Vietnamiennes enfermées en Thaïlande pour faire des bébés…

V. M. Il faut un encadrement strict, pas la GPA à tout prix. Les faits divers dans certains pays, comme aussi en Ukraine, cela fait peur. C’est en partie pour cela que la GPA peut être mal vue. Les gens imaginent des mères porteuses dans des entrepôts qui enchaînent les grossesses.

F. M. La Manif pour tous est très douée dans l’art de se mêler de ce qui ne la regarde pas. Ce sont toujours des gens qui ont déjà leur vie de famille, leurs enfants, qui viennent faire la morale aux autres, alors que ça ne les concerne pas. D’ailleurs, beaucoup de personnes qui s’expriment sur le sujet n’ont pas fait le choix de devenir gestatrice ou d’avoir recours à la GPA. Il est question ici de notre reconnaissance, de nos états civils, et c’est fou de voir autant de personnes parler à notre place.

Vous porteriez l’enfant de quelqu’un d’autre ?

V. M. Quand j’aurai fait ma vie et tous mes gosses, pour rendre service, pourquoi pas ?

La GPA n’est pas un droit des homosexuels

Publié le

Une journaliste lesbienne américaine et un journaliste gay américains, expliquent pourquoi la revendication de gestation pour autrui en tant que droit des homosexuels va complètement à l’encontre de leur lutte pour les droits et le respect des LGBT en relation avec la philosophie des Droits de l’Homme. LC

J’ai utilisé la traduction automatique du texte original en anglais que vous pouvez lire ici http://www.stopsurrogacynow.com/gay-rights-and-surrogacy-wrongs-say-no-to-wombs-for-rent/#sthash.jGEVHqlR.dpbs

Les droits des homosexuels et les gestes de maternité de substitution: Dites « Non » aux Wombs-for-Rent

Nous sommes une lesbienne et un homosexuel qui ont été impliqués pendant de nombreuses années dans la lutte pour l’égalité des gais et des lesbiennes et pour des questions plus larges de droits de l’homme. Nous sommes tous les deux opposés catégoriquement à toute forme de maternité de substitution comme contraire à l’éthique; comme légalement, médicalement et psychologiquement dangereux; et comme une marchandisation abusive des femmes et des bébés qui comporte également des risques importants et à peine déclarés pour la santé des femmes et des bébés impliqués.

En outre, la pratique de la maternité de substitution trouve une expression mondiale très répandue dans les couples aisés qui paient des femmes économiquement démunies pour avoir des enfants en leur nom, facilités par des agences de maternité de substitution à haut salaire et leurs conseillers juridiques. Peu de réflexion semble être faite sur le racisme et la misogynie impliqués dans l’industrie internationale du tourisme de substitution, où les clients et les agences ciblent les femmes vulnérables et économiquement défavorisées à l’étranger afin de répondre à leurs besoins. L’un des auteurs de cette lettre s’est rendu en Inde pour enquêter sur leurs cliniques de maternité de substitution . Nous constatons avec inquiétude que la clameur croissante considère les arrangements de maternité de substitution comme un «droit homosexuel» et stigmatise et crie automatiquement quiconque s’oppose à la maternité de substitution en tant qu ‘«homophobe».

L’étouffement du débat sur ce sujet, et cette fausse association avec les «droits» des hommes gais d’accéder aux utérus des femmes pauvres et désespérées, est dégradant pour les véritables luttes de la communauté lesbienne et gay. Les relations et les relations homosexuelles sont encore illégales dans un certain nombre de pays et passibles de la peine de mort dans certains pays. Notre communauté ne devrait jamais être aveuglément associée à une pratique aussi abusive et narcissique que la maternité de substitution. Nous appelons donc la communauté gaie et lesbienne à prendre du recul par rapport à cette question et à refuser d’être prise en charge par la glorification de la GPA, promue par un média superficiel qui se concentre sur les célébrités aisées. .

Le droit des couples homosexuels d’avoir des enfants grâce à la maternité de substitution est de plus en plus perçu comme un progrès vers l’égalité et un triomphe de la tolérance sur les préjugés. * Quand les designers italiens Domenico Dolce et Stephano Gabbana ont qualifié les enfants FIV de Sir Elton John il y a eu des appels au boycott des produits de Dolce et Gabbana. Elton John a répondu en disant: «Honte à vous pour avoir remué vos petits doigts de jugement à la FIV – un miracle qui a permis à des légions de personnes aimantes, droites et gaies, de réaliser leur rêve d’avoir des enfants.

Plus récemment, lorsque Dustin Lance Black a révélé que lui et son mari, Tom Daley, attendaient un bébé par la maternité de substitution, certains critiques ont prétendu qu’il était « faux » que deux hommes élèvent un enfant. Les auteurs de cette lettre ne s’opposent pas à la parentalité homosexuelle en soi. Cependant, lorsque nous avons soulevé nos objections générales à la maternité de substitution en réponse à l’annonce de Black et Daley, nous étions tous deux accusés de bigoterie.

Mais la réalité de la maternité de substitution est très différente de la version aseptisée colportée par les entreprises qui gèrent de tels «services». La majorité des femmes dont les utérus sont loués sont loin des filles d’affiche – blonde, souriante, et offrant de porter un bébé pour des raisons altruistes, plutôt que parce qu’elle a désespérément besoin d’argent.

Nous appelons notre communauté à refuser d’être utilisée comme un bouclier pour les personnes exploiteuses, homosexuelles et hétérosexuelles, afin de normaliser la pratique du trafic intra-utérin.

Le discours basé sur les droits a éliminé tout sens des responsabilités. Mais en réalité, ce n’est pas un droit pour quiconque d’utiliser l’utérus d’une femme pour avoir son propre enfant.

Certains hétérosexuels qui souhaitent justifier la location d’utérus et l’achat d’œufs utilisent notre communauté comme un bouclier, et comme une justification de leurs choix d’exploitation. Comme l’a dit un couple hétérosexuel: «Si les homosexuels font cela au nom de l’égalité, alors il n’y a sûrement rien de mal à cela?

En d’autres termes, notre communauté est à la pointe de la normalisation, de la désinfection et de la déstigmatisation de cette pratique. Ceux qui proposent que la maternité de substitution soit légalisée, en utilisant les arguments des droits des homosexuels et de l’égalité, bouleversent les objectifs fondamentaux du mouvement de libération gay, qui est la dignité et le respect de tous, et non l’abus des droits des autres.

Nous devrions tous être conscients que soutenir la maternité de substitution est incompatible avec les principes féministes. En louant l’utérus d’une femme, ses droits reproductifs sont supprimés. Elle sera normalement dictée tout au long de sa grossesse par les parents de mise en service et par tout courtier tiers impliqué. Le scénario habituel avec des arrangements de maternité de substitution est que la mère porteuse est dite quoi manger et boire, quand elle est autorisée à avoir des relations sexuelles avec son partenaire, et a envoyé des tests médicaux invasifs pendant toute la grossesse. Elle signera un formulaire acceptant de faire avorter un ou plusieurs fœtus pour un certain nombre de raisons, telles que des naissances multiples ou la détection d’une anomalie, et devra subir une césarienne pour donner naissance, dont la date sera décidée par le commissionner les parents. Elle sera incapable de voir ou de faire un contact physique avec le bébé,

Une femme économiquement désavantagée peut être contrainte à signer un contrat qui va à l’encontre de ses valeurs les plus profondes. Elle pourrait aussi découvrir à la fin de la grossesse qu’elle ne peut pas donner le bébé qu’elle a porté et auquel elle s’est attachée. Souvent, les gens ne peuvent pas faire des jugements moraux et personnels libres et éclairés lorsqu’ils agissent sous la contrainte existentielle: un problème que les parents riches et leurs agents n’ont pas à affronter.

Les auteurs de cette lettre sont tous deux des défenseurs des droits de la personne qui ont participé à la lutte contre l’oppression et la bigoterie dans notre collectivité pendant plusieurs années. Nous sommes pour, non contre, l’égalité pour tous.

La gestation pour autrui réduit simplement les femmes et les enfants à un moyen d’obtenir un produit final désiré. Le droit universel à un enfant n’existe pas. Pourtant, nous croyons qu’il s’est créé un climat dans lequel quiconque exprime ce point de vue risque d’être qualifié d ‘«homophobe».

La gestation pour autrui est devenue tellement normalisée en tant que pratique pour les hommes gais qu’elle est maintenant considérée comme un divertissement et comme un droit. Une mère porteuse, qui a donné naissance à un bébé «appartenant» à une star d’un programme de remodelage de la télévision et à son partenaire, affirme n’avoir aucune idée que la naissance était filmée et ensuite examinée. Le vagin de la femme (brouillé) et l’ensemble du processus de naissance ont été filmés de près et diffusés dans un épisode de Bravo’s Flipping Out . On pouvait entendre les hommes faire des remarques hideuses sur les parties génitales de la mère porteuse. Cette misogynie verbale dégoûtante exprime explicitement les mentalités tacites qui considèrent que l’exploitation des femmes vulnérables est acceptable au service de la fourniture de la transaction commerciale d’un bébé à des couples riches (ou hétérosexuels).

La maternité de substitution nuit potentiellement au bébé ainsi qu’à la mère. Nous vous demandons d’examiner comment un bébé pourrait se sentir après avoir développé un lien avec la mère biologique pendant neuf mois, pour être arraché d’elle dès la naissance du bébé.

Laissez-nous, en tant que fières lesbiennes et homosexuels, condamner cette pratique d’exploitation cruelle et défendre de vrais droits. Nous devons montrer l’exemple en tant que groupe qui a beaucoup fait pour combattre le sectarisme et l’exploitation. Nous devons nous prononcer contre toute maternité de substitution, et pourvraie égalité. L’aspiration des personnes homosexuelles ou des couples à acquérir un enfant par le biais de la maternité de substitution n’a rien à voir avec les droits des gays et des lesbiennes. Cette pratique est celle qui prétend être sur l’égalité, mais en fait vise principalement à étendre les privilèges des riches, qui sont les seules personnes capables d’accéder aux services de l’industrie de la maternité par substitution commerciale. Jamais dans l’histoire du mouvement des droits des gais et des lesbiennes, il n’y a eu un objectif qui ne profiterait qu’aux membres les plus riches de notre communauté. Il n’y a jamais eu non plus un objectif qui ne pouvait être atteint qu’au détriment du préjudice causé à d’autres groupes: dans le cas de la maternité de substitution, aux femmes et aux enfants. En légitimant cette pratique,

Julie Bindel, journaliste, auteur et militante féministe 
Gary Powell, activiste politique et éducateur


* En avril 2018, un concours sur le site allemand LGBT + Queer.de offrait un prix de don d’ovocytes et les services d’une mère porteuse à Bangkok, d’une valeur de 36 000 €. Cela s’est avéré être une plaisanterie de poisson d’avril assez peu drôle. Lorsqu’elle a été critiquée par Julie Bindel, co-auteure de cette lettre, au motif que l’utilisation de l’utérus d’une femme désespérée et pauvre était une violation des droits de l’homme, elle a été accusée de bigoterie .

GPA. Christiano Ronaldo a acheté deux bébés pour 200 000 euros

http://www.stopsurrogacynow.com/cristiano-ronaldo-a-woman-is-not-a-factory/#sthash.2agJ04X2.dpbs

Cristiano Ronaldo: une femme n’est pas une usine

par Kajsa Ekis Ekman

Lorsque Cristiano Ronaldo a confirmé par son compte d’ Instagram qu’il avait été le père des jumeaux, il a reçu plus de 8 millions de « aime » et 290 300 articles ont été publiés sur le sujet dans le monde, dont 71 000 contenant l’expression « très heureux ». une seule chose qui n’apparaissait nulle part: le nom de la mère. Qui? Comment a été votre grossesse et comment ressentez-vous après la naissance? Combien de fois par jour penses-tu à tes enfants, tu ne verras plus jamais? Ronaldo ne le mentionne pas, et la seule chose qui lui est connue, c’est qu’elle est américaine et qu’elle a reçu 200 000 € pour les bébés.

Dans le débat sur la maternité de substitution, c’est typique. Dans les médias, on parle de la maternité de substitution comme moyen d’ avoir des enfants, pas un moyen de les perdre , bien que ce soit ce qui sépare la maternité de substitution de toute autre manière de reproduction.

Le point de vue des médias est généralement celui des acheteurs: leurs sentiments, leurs désirs (souvent appelés «besoins») abondent. Les mères restent anonymes, comme si elles étaient des travailleurs dans une usine de bébés. Parfois, ils restent tellement anonymes que les enfants ne savent même pas qui ils sont. Comme le fils précédent de Ronaldo. Sa soeur avoue dans une interview que ses origines ont été cachées: «Nous disons que sa mère voyage. Il ne demande plus. On lui a dit une fois qu’elle était au paradis.

Personne ne semble élever la voix pour dire l’évidence: il s’agit d’un crime flagrant contre les droits des femmes et des enfants. Conformément à l’article 7 de la Convention relative aux droits de l’enfant, chaque enfant a droit à ses parents. La maternité subrogée, qu’elle soit payée ou altruiste, viole ce droit fondamental. Dans la maternité de substitution, les enfants perdent leur mère et les mères perdent leurs enfants. Ce n’est pas à ajouter, c’est à supprimer. Et, comme il s’agit d’une industrie (ne soyez pas trompé par les poèmes romantiques des femmes généreuses qui le font pour la maternité de substitution librement altruiste ne représente pas même 2% des cas), les raisons sont économiques. Permettez-moi d’être parfaitement clair: la maternité de substitution est la vente de bébés. Les riches achètent, les pauvres vendent. Il n’y a rien de progressif ou postmoderne à propos de cette pratique: c’est la même vieille exploitation des femmes et des pauvres.

J’ai étudié ce que je préfère appeler la vente d’utérus depuis 2006. J’ai vu cette industrie grandir, et les scandales sont de plus en plus fréquents chaque jour. Comme le milliardaire japonais qui a eu 16 enfants de différentes cliniques thaïlandaises, il voulait obtenir 100. Qu’est-ce qu’un bachelier avec 100 bébés? Qui sait. Ou comme le couple espagnol qui était tellement en colère quand leurs jumeaux n’étaient pas des deux sexes qu’ils refusaient de payer les factures d’hôpital de la mère porteuse. Le substitut, Kelly Martinez, dit: « Ils avaient payé un supplément pour avoir un garçon et une fille et ils étaient vraiment en colère. » Ils ont souligné à Martinez tellement qu’elle a développé la prééclampsie, ce qui peut être mortel. Je ne peux pas m’empêcher de penser que ce couple a agi plus comme des clients déçus que les parents. Ou lorsque les mafias asiatiques ont découvert cette industrie lucrative en 2010, et a commencé à utiliser les mêmes stratégies que dans la prostitution: enlever des jeunes filles, les bloquer et utiliser leur corps. Combien de couples européens ont eu des enfants des cliniques au Cambodge ou en Thaïlande qui étaient en réalité des prisons?

Ces scandales ne sont pas des exceptions qui disparaîtront avec la réglementation. Ce sont plutôt des symptômes d’une industrie qui transforme les femmes en usines, les enfants en marchandises et la grossesse en service. Ce sont des symptômes du capitalisme sans frontières, ni géographiques ni éthiques. Il vend même la vie même, mais les campagnes publicitaires nous disent qu’il s’agit de l’amour et de la liberté. Ainsi, non seulement la production est exportée vers les pays asiatiques, mais aussi la reproduction. Maintenant, n’importe qui dans la classe moyenne européenne peut avoir un bébé sans subir la peine de porter une grossesse ou donner naissance: il suffit de transférer votre matériel génétique et un mexicain ou ukrainien est enceinte à votre place. Elle porte les risques physiques, elle gagne du poids, elle vomit, elle ressent les contractions, sa vie est interrompue, et elle marque chaque étape de la grossesse. Elle fait tout ce que fait une mère, mais sans même obtenir le titre.

Vous pouvez être contre la location des utérus sous de nombreuses perspectives. Pour moi, être féministe signifie que je ne peux pas fermer les yeux sur les caractéristiques patriarcales profondes de cette industrie où la maternité est quelque chose de jetable alors que la parentalité devient sacrée. Les utérus de location mettent en pratique les paroles d’Apollon dans l’Orestíada: «ce n’est pas la mère qui engendre celui qu’il appelle son fils; Ce n’est pas elle, mais l’infirmière de la nouvelle semence. . « La mère porteuse est exploitée par la mère puis refusée par elle. Celui qui parle de la maternité de substitution comme expression d’autonomie n’a pas vu les contrats où l’autonomie est annulée avec précision. Qui décide de ce que les hormones sont prises, quels traitements sont subis, si un avortement doit être effectué, qu’il s’agisse d’une amniocentèse et même de faire des relations sexuelles ou non? Une fois le contrat signé, les acheteurs. Pas la femme.

Être marxiste, en outre, m’amène à conclure que la location des entrailles est la hauteur de ce que Georg Lukács appelait la réification: l’objectivation d’un être humain. Ici, alors que le travail n’a pas l’impression d’être vendu, la mère porteuse est cependant littéralement vendue. Elle n’est pas l’appendice de la machine, elle est la machine. Elle ne vend pas le fruit de son travail, elle vend sa propre chair. La maternité substitutive provoque un court-circuit immédiat dans la théorie de l’aliénation. C’est comme si tout autre exemple d’aliénation était une métaphore et c’est la véritable origine du mot.

Mais peut-être il suffit d’être humaniste; il suffit d’adhérer aux concepts fondamentaux des droits de l’homme: qu’un être humain ne doit pas être acheté ou vendu. Les bébés ne doivent pas non plus être vendus. Ou peut-être, surtout pas des bébés. Il suffit d’appliquer à la pratique de la maternité de substitution les lois que nous avons déjà – quelque chose qui, curieusement, n’a pas encore été fait. La majorité des pays interdisent la vente de personnes, mais les philosophes ont fait un bon travail pour nous convaincre que les sommiers locatifs sont autre chose. Mais oui, ces dernières années, de plus en plus de pays ont choisi d’interdire la pratique. L’Inde, la Thaïlande, le Cambodge et le Mexique ont légiféré contre cette industrie. Le dernier pays à préparer une interdiction est le mien, la Suède, où une enquête officielle indique que la maternité de substitution pose un risque trop élevé pour les femmes et les enfants. Rappelons également que le Parlement européen « condamne la pratique de la maternité de substitution, qui porte atteinte à la dignité humaine des femmes, car leurs corps et leurs fonctions reproductives sont utilisés comme produits ». J’espère que l’Espagne suit le même chemin. La lutte contre la maternité de substitution sera la prochaine grande bataille féministe. Si nous ne gagnons pas, le vrai conte de la servante nous attend.


Kajsa Ekis Ekman est journaliste, écrivain et militant suédois. Parmi ses livres, il y a l’ être et l’être acheté: la prostitution, la maternité subite et le soi divisé .

Cet article apparait à l’origine dans El Viejo Topo .

CAMPAGNE VISANT À L’ARRÊT IMMÉDIAT DE LA GESTATION POUR AUTRUI-GPA

Publié le

cadeau de noel une maman

J’ai déjà écrit mon opposition à la GPA et au don d’ovocytes parce que ces pratiques possibles grâce à une utilisation détournée des progrès de la science médicale, reposent sur l’exploitation du corps des femmes qui va de paire avec le mépris que les hommes leur portent.

Au delà de cette exploitation cynique s’exprime l’égoïsme des homosexuels et leur lâcheté face aux conséquences de leur choix sexuel … lorsqu’ils ont suffisamment d’argent pour se payer une mère porteuse et acheter un bébé.

Quand les partisans de la médicalisation de la reproduction prétendent faire ce choix indigne de l’humanité, ils prennent soin d’omettre toutes les conséquences pour la santé des femmes exploitées et de l’enfant. Le prix à payer pour ces corps de femmes et d’enfants est très élevé, ne serait-ce que pour les femmes le bourrage d’hormones et les transformations physiologiques propres à la grossesse.

La GPA et le don d’ovocytes sont des crimes et les dois internationales devraient être édictées en ce sens.

La Connectrice

http://www.lmptcollectif-oise.fr/meres-porteuses-lirlande-et-litalie-sy-opposent/

G

http://www.lmptcollectif-oise.fr/le-senat-et-les-meres-porteuses/

Trading on The Female Body

Le mouvement international Stop surrogacy now, relance sa campagne pour l’interdiction de la  GPA dans la perspective de la conférence qui aura lieu le 14 mars à New York de 13 à 15 h locale.

Il sera possible de suivre la conférence en direct sur la page Facebook de l’organisation ou de la regarder plus tard sur Facebook et le site sur lequel elle sera archivée.

tp://www.stopsurrogacynow.com/the-statement/statement-french/#sthash.ymVU2O5l.5T5b6bwv.dpuf

Nous sommes des femmes et des hommes d’origines ethniques, religieuses, culturelles, socio-économiques différentes venant de toutes les régions du monde. Ensemble nous tenons ici à exprimer notre inquiétude concernant les femmes et les enfants exploités au travers des conventions de gestation pour autrui (GPA).

Deutsch
English
Español
Français
Italiano
日本語
Norsk
Svenska

Tous, nous reconnaissons la force du désir de parentalité qui est naturel et universel. Toutefois, comme s’agissant de la plupart des désirs, des limites doivent être posées. Les Droits Humains nous fournissent un marqueur significatif à qui veut savoir identifier ces limites et déterminer leur champ d’application. Nous pensons que la gestation pour autrui doit être interdite en ce qu’elle constitue une violation des droits humains des femmes et des enfants.

La gestation pour autrui repose souvent sur l’exploitation des femmes les plus démunies. Dans de nombreux cas, ce sont les pauvres qui sont contraints de vendre et les riches qui peuvent se permettre d’acheter. Ces transactions iniques impliquent un consentement de la part de femmes sous informées, voire pas du tout informées, une rémunération faible, une coercition, une insuffisance de suivi médical et des risques sévères pour la santé, à court et à long terme, des femmes qui acceptent la gestation pour autrui.

Le processus médical de la gestation pour autrui entraîne des risques pour la mère de substitution, pour les jeunes femmes qui vendent leurs ovocytes et pour les enfants nés grâce aux techniques d’assistance médicale à la procréation. Parmi les risques encourus par les femmes : le Syndrome d’Hyper Stimulation Ovarienne (SHSO), la torsion ovarienne, le kyste ovarien, une douleur pelvienne chronique, une ménopause précoce, une perte de fertilité, une tumeur cancéreuse du système reproductif, des caillots sanguins, une insuffisance rénale, un arrêt cardiaque et, dans un certain nombre de cas, la mort. Les femmes faisant une grossesse à partir d’ovocytes provenant d’autres femmes présentent un risque plus élevé de pré-éclampsie et d’hypertension.

Les enfants nés grâce aux techniques d’assistance médicale à la procréation, qui sont généralement mises en œuvre dans la gestation pour autrui, présentent également des risques de pathologies parmi lesquelles : une naissance avant terme, un décès à la naissance, un poids insuffisant à la naissance, des malformations du fœtus et une pression artérielle élevée. La gestation pour autrui rompt le lien maternel naturel qui s’établit pendant la grossesse – un lien que les professionnels de la médecine encouragent et cherchent à renforcer sans relâche. Le lien biologique entre la mère et l’enfant est indéniablement de nature intime, et lorsqu’il est rompu, les conséquences en sont durables pour les deux parties. Dans les pays où la gestation pour autrui est autorisée, cette souffrance potentielle est institutionnalisée.

Nous sommes donc convaincus qu’il n’y a pas de différence entre la pratique commerciale de la gestation pour autrui et la vente ainsi que l’achat d’enfants. Même s’il n’y a pas échange d’argent (c’est-à-dire la version non rémunérée, ou « altruiste »), toute pratique qui expose des femmes et des enfants à de tels risques doit être interdite.

Personne n’a droit à un enfant, pas plus les hétérosexuels que les homosexuels ou les individus ayant fait le choix de rester célibataire.

Nous sommes unis pour demander aux gouvernements des nations du monde ainsi qu’aux leaders de la communauté internationale de travailler ensemble à l’arrêt immédiat de la gestation pour autrui.

Sign This Statement

 

Original Individual Signatories:

Kathleen Sloan
Feminist leader, activist, and author
USA
Phyllis Chesler, Ph.D.
Emerita Professor of Psychology, Feminist activist, Scholar and Author of Sacred Bond: The Legacy of Baby M
USA
Marjorie Murphey Campbell, J.D.
Founder of NewFeminism.co
USA
Renate Klein, Ph.D.
Biologist, social scientist, and coordinator FINRRAGE (Feminist International Network of Resistance to Reproductive and Genetic Engineering)
Australia
Ruchira Gupta
Founder and President, Apne Aap Women Worldwide
India
Jennifer Lahl
Founder and President of the Center for Bioethics and Culture Network
USA
Janice G. Raymond, Ph.D.
Professor Emerita University of Massachusetts, Amherst, and author of Women as Wombs: Reproductive Technologies and the Battle Over Women’s Freedom
USA
Kajsa Ekis Ekman
author of Being and Being Bought: Prostitution, Surrogacy and the Split Self
Sweden
Jessica Kern
Product of a surrogate pregnancy
USA
Sylviane Agacinski
Feminist philosopher, author of Corps en Miettes
France
Gail Robinson
“Surrogate” Mother
USA

…+6 000 signatures le 10/03/2017

Non à la GPA. Signez la pétition

Publié le

Surrogacy Services

A louer. http://blog.lawinfo.com/2015/02/20/foreigners-prohibited-from-seeking-surrogacy-services-in-thailand/

Afficher l'image d'origine

ni à louer, ni à vendre. http://www.mfc.org/get-involved-commercial-surrogacy/

Je suis totalement opposée à la GPA-gestation pour autrui, mères porteuses-car c’est une forme d’esclavage et de prostitution indigne de notre civilisation et parce que cette procréation décide cyniquement de fabriquer a priori des orphelins et des traumatisés affectifs.

J’adhère totalement à la déclaration ci-dessous et je l’ai signée.

Le mouvement Stop surrogacy now fait savoir que le parlement australien vient de rejeter une proposition de loi pour autoriser la GPA commerciale sachant que l’Australie autorise la GPA « altruiste »…

Le 10 mai, anniversaire de l’abolition de l’esclavage, la manif pour tous organise une manifestation contre la GPA

La Connectrice

http://admi.net/cgi-bin/wiki?GPA. Sur ce site de très nombreux liens vers des articles sur la GPA de toutes les opinions

Afficher l'image d'origine

http://keline.over-blog.com/article-la-modernite-a-la-mode-taubira-114878835.html

DÉCLARATION : CAMPAGNE VISANT À L’ARRÊT IMMÉDIAT DE LA GESTATION POUR AUTRUI

Nous sommes des femmes et des hommes d’origines ethniques, religieuses, culturelles, socio-économiques différentes venant de toutes les régions du monde. Ensemble nous tenons ici à exprimer notre inquiétude concernant les femmes et les enfants exploités au travers des conventions de gestation pour autrui (GPA).

La gestation pour autrui repose souvent sur l’exploitation des femmes les plus démunies. Dans de nombreux cas, ce sont les pauvres qui sont contraints de vendre et les riches qui peuvent se permettre d’acheter. Ces transactions iniques impliquent un consentement de la part de femmes sous informées, voire pas du tout informées, une rémunération faible, une coercition, une insuffisance de suivi médical et des risques sévères pour la santé, à court et à long terme, des femmes qui acceptent la gestation pour autrui.Tous, nous reconnaissons la force du désir de parentalité qui est naturel et universel. Toutefois, comme s’agissant de la plupart des désirs, des limites doivent être posées. Les Droits Humains nous fournissent un marqueur significatif à qui veut savoir identifier ces limites et déterminer leur champ d’application. Nous pensons que la gestation pour autrui doit être interdite en ce qu’elle constitue une violation des droits humains des femmes et des enfants.

Le processus médical de la gestation pour autrui entraîne des risques pour la mère de substitution, pour les jeunes femmes qui vendent leurs ovocytes et pour les enfants nés grâce aux techniques d’assistance médicale à la procréation. Parmi les risques encourus par les femmes : le Syndrome d’Hyper Stimulation Ovarienne (SHSO), la torsion ovarienne, le kyste ovarien, une douleur pelvienne chronique, une ménopause précoce, une perte de fertilité, une tumeur cancéreuse du système reproductif, des caillots sanguins, une insuffisance rénale, un arrêt cardiaque et, dans un certain nombre de cas, la mort. Les femmes faisant une grossesse à partir d’ovocytes provenant d’autres femmes présentent un risque plus élevé de pré-éclampsie et d’hypertension.

Les enfants nés grâce aux techniques d’assistance médicale à la procréation, qui sont généralement mises en œuvre dans la gestation pour autrui, présentent également des risques de pathologies parmi lesquelles : une naissance avant terme, un décès à la naissance, un poids insuffisant à la naissance, des malformations du fœtus et une pression artérielle élevée. La gestation pour autrui rompt le lien maternel naturel qui s’établit pendant la grossesse – un lien que les professionnels de la médecine encouragent et cherchent à renforcer sans relâche. Le lien biologique entre la mère et l’enfant est indéniablement de nature intime, et lorsqu’il est rompu, les conséquences en sont durables pour les deux parties. Dans les pays où la gestation pour autrui est autorisée, cette souffrance potentielle est institutionnalisée.

Nous sommes donc convaincus qu’il n’y a pas de différence entre la pratique commerciale de la gestation pour autrui et la vente ainsi que l’achat d’enfants. Même s’il n’y a pas échange d’argent (c’est-à-dire la version non rémunérée, ou « altruiste »), toute pratique qui expose des femmes et des enfants à de tels risques doit être interdite.

Personne n’a droit à un enfant, pas plus les hétérosexuels que les homosexuels ou les individus ayant fait le choix de rester célibataire.

Nous sommes unis pour demander aux gouvernements des nations du monde ainsi qu’aux leaders de la communauté internationale de travailler ensemble à l’arrêt immédiat de la gestation pour autrui.

Sign This Statement Signez cette déclaration

– See more at: http://www.stopsurrogacynow.com/the-statement/statement-french/#sthash.7FUhzW75.xKnMQQcz.dpuf

Eggsploitation. Documentaire contre le don d’ovule, un risque médical dissimulé par les vendeurs d’organes

Savez-vous que le don d’ovules met la santé de la donneuse en danger ? Les risques sont nombreux :

Hyper stimulation ovarienne

Déformation des ovaires

Kystes ovariens

douleur pelvique chronique

ménopause précoce

perte de fertilité

cancers des organes reproductifs

caillots

maladie rénale

attaque

mort

Quant aux femmes qui font une grossesse avec les ovules d’une autre femme, elle sont à risque accru de pré-éclampsie et de hypertension artérielle.

Maggie’s story raconte l’histoire d’une femme généreuse qui pensait rendre service en donnant des ovocytes et qui est maintenant gravement malade, atteinte d’un cancer.

Les ovocytes sont des cellules féminines présentes dans les ovaires des filles dès leur vie in utero – avant même leur naissance. Seul un faible nombre – entre 300 et 400 – seront potentiellement fécondables entre le moment de la puberté et celui de la ménopause. Les ovules sont des cellules résultant de la maturation d’un ovocyte, qui a lieu quelques heures avant l’ovulation. Expulsé du follicule au milieu de chaque cycle menstruel, l’ovocyte va cheminer le long des trompes de Fallope et se transformer en ovule lors de la rencontre éventuelle avec un spermatozoïde pour donner un embryon. Cet embryon ira ensuite se nicher à l’intérieur de la cavité utérine pour se développer.

Le terme d’ovule est un terme utilisé par le grand publi mais qui n’est pas scientifique. Les biologistes et spécialistes en gynéco-obstétrique parlent plutôt d’ovocyte. Quant à l’ovogénèse, elle désigne le processus de production d’ovocyte par l’ovaire.

Sans scrupules, des sites comme celui-ci appellent les femmes à donner du bonheur  avec la bénédiction du Ministère de la santé …Quelle donneuse de bonheur êtes-vous ? Pour le découvrir cliquez-ici

Agence de la biomédecine

Dear Friend,

As someone who opposes the practice of surrogacy and who cares about the wellbeing of women, we want to alert you to the release of a new documentary produced by The Center for Bioethics and Culture, one of the original organizational signees to the Stop Surrogacy Now campaign.

Eggsploitation: Maggie’s Story follows one woman’s journey of learning about “helping” others have a child they desperately want, what she discovered in becoming an egg donor, and the consequences that followed. Like the many women coerced into the practice of surrogacy, the practice of egg donation often depends on the exploitation of poorer women who are preyed upon and convinced to act against their medical interest to sell their eggs. In addition, the practice of surrogacy often relies on egg donors.

The medical risks of egg donation to women include Ovarian Hyper Stimulation Syndrome (OHSS), ovarian torsion, ovarian cysts, chronic pelvic pain, premature menopause, loss of fertility, reproductive cancers, blood clots, kidney disease, stroke, and, in some cases, death. Women who become pregnant with eggs from another woman are at higher risk for pre-eclampsia and high blood pressure.

We invite you to stand with Maggie—and the many thousands of women who are risk from this practice—by watching and sharing her story.

Thank you,

#StopSurrgacyNow

eggsploitation: Maggie's story
Watch the trailer and/or watch the film at https://vimeo.com/ondemand/maggie

One woman’s journey through egg donation . . . and its consequences . . .

For more information, please visit http://www.cbc-network.org/maggie/

Eggsploitation: Maggie’s Story is available on demand worldwide athttps://vimeo.com/ondemand/maggie

Endorsements:

“A must-watch film for anyone contemplating becoming an egg donor. Maggie’s story shows how well meaning women who want to help others risk their own health and indeed lives, and how unscrupulous doctors put their profit before the egg donor’s state of health. Also, a must-watch for anyone contemplating using donated eggs for IVF or surrogacy. Remember, there is a woman from whose body these eggs come who might die because of your desire to have a child. Don’t proceed. Stop right now.”
— Renate Klein, Ph.D., women’s health researcher and FINRRAGE coordinator

“A personal story that is much larger than one woman’s experience. Maggie serves as a warning to all of us concerned about the harm done to women through egg donation. An urgently needed and articulate indictment of the world ofeggsploitation.”
— Janice Raymond, Ph.D., Author of Women as Wombs: Reproductive Technologies and the Battle over Women’s Freedom; Professor Emerita, University of Massachusetts, Amherst

“Maggie’s story is another cautionary tale of the scientific and ethical gray zone of ‘assisted reproduction.’ Her case illustrates the mercenary manipulation of a kind-hearted, generous young woman who received a pittance in compensation for a very valuable commodity: her eggs. She takes the risks. The clinic collects the money.”
— H. Rex Greene, M.D., board certified in Internal Medicine, Hematology, Oncology, and Hospice-Palliative Medicine

“Anyone who has been fed the lie that egg donation is safe and ethical: watch this film. The harm goes beyond mental and physical health consequences. The commercialization of any part of a woman’s body is always harmful.”
— Julie Bindel, journalist, author, and feminist campaigner

“Maggie’s Story is a devastating look into the hidden dark side of the fertility industry and the dangers that egg donors don’t realize they face. It’s a reminder that commercializing the human body can have permanent consequences.”
— Scott Carney, author of The Red Market: On the Trail of the World’s Organ Brokers, Bone Thieves, Blood Farmers, and Child Traffickers.

Stop à la GPA ! Stop Surrogacy now ! Signez la pétition

Publié le

laconnectrice.wordpress.com

Nous pensons que la gestation pour autrui doit être interdite en ce qu’elle constitue une violation des droits humains des femmes et des enfants.

http://www.stopsurrogacynow.com/#sign

DÉCLARATION : CAMPAGNE VISANT À L’ARRÊT IMMÉDIAT DE LA GESTATION POUR AUTRUI

Nous sommes des femmes et des hommes d’origines ethniques, religieuses, culturelles, socio-économiques différentes venant de toutes les régions du monde. Ensemble nous tenons ici à exprimer notre inquiétude concernant les femmes et les enfants exploités au travers des conventions de gestation pour autrui (GPA).

Deutsch
English
Español
Français
Norsk
Svenska

Tous, nous reconnaissons la force du désir de parentalité qui est naturel et universel. Toutefois, comme s’agissant de la plupart des désirs, des limites doivent être posées. Les Droits Humains nous fournissent un marqueur significatif à qui veut savoir identifier ces limites et déterminer leur champ d’application. Nous pensons que la gestation pour autrui doit être interdite en ce qu’elle constitue une violation des droits humains des femmes et des enfants.

La gestation pour autrui repose souvent sur l’exploitation des femmes les plus démunies. Dans de nombreux cas, ce sont les pauvres qui sont contraints de vendre et les riches qui peuvent se permettre d’acheter. Ces transactions iniques impliquent un consentement de la part de femmes sous informées, voire pas du tout informées, une rémunération faible, une coercition, une insuffisance de suivi médical et des risques sévères pour la santé, à court et à long terme, des femmes qui acceptent la gestation pour autrui.

Le processus médical de la gestation pour autrui entraîne des risques pour la mère de substitution, pour les jeunes femmes qui vendent leurs ovocytes et pour les enfants nés grâce aux techniques d’assistance médicale à la procréation. Parmi les risques encourus par les femmes : le Syndrome d’Hyper Stimulation Ovarienne (SHSO), la torsion ovarienne, le kyste ovarien, une douleur pelvienne chronique, une ménopause précoce, une perte de fertilité, une tumeur cancéreuse du système reproductif, des caillots sanguins, une insuffisance rénale, un arrêt cardiaque et, dans un certain nombre de cas, la mort. Les femmes faisant une grossesse à partir d’ovocytes provenant d’autres femmes présentent un risque plus élevé de pré-éclampsie et d’hypertension.

Les enfants nés grâce aux techniques d’assistance médicale à la procréation, qui sont généralement mises en œuvre dans la gestation pour autrui, présentent également des risques de pathologies parmi lesquelles : une naissance avant terme, un décès à la naissance, un poids insuffisant à la naissance, des malformations du fœtus et une pression artérielle élevée. La gestation pour autrui rompt le lien maternel naturel qui s’établit pendant la grossesse – un lien que les professionnels de la médecine encouragent et cherchent à renforcer sans relâche. Le lien biologique entre la mère et l’enfant est indéniablement de nature intime, et lorsqu’il est rompu, les conséquences en sont durables pour les deux parties. Dans les pays où la gestation pour autrui est autorisée, cette souffrance potentielle est institutionnalisée.

Nous sommes donc convaincus qu’il n’y a pas de différence entre la pratique commerciale de la gestation pour autrui et la vente ainsi que l’achat d’enfants. Même s’il n’y a pas échange d’argent (c’est-à-dire la version non rémunérée, ou « altruiste »), toute pratique qui expose des femmes et des enfants à de tels risques doit être interdite.

Personne n’a droit à un enfant, pas plus les hétérosexuels que les homosexuels ou les individus ayant fait le choix de rester célibataire.

Nous sommes unis pour demander aux gouvernements des nations du monde ainsi qu’aux leaders de la communauté internationale de travailler ensemble à l’arrêt immédiat de la gestation pour autrui.

Sign This Statement

– See more at: http://www.stopsurrogacynow.com/the-statement/statement-french/#sthash.01JAs8iX.qEGMEojE.dpuf

Lire aussi sur Causeur

Pour en finir avec le «droit à l’enfant»

Un appel international à l’arrêt de la GPA

Publié le 12 mai 2015 à 17:14 dans Médias Politique Société

Mots-clés : , , , ,

Sylviane Agacinski appel GPA Libération

Il existe encore un féminisme digne de ce nom. Une forme d’humanisme plus spécialement attaché à l’émancipation des femmes, et à la défense de leurs libertés fondamentales. Ce féminisme-là ne fait pas la guerre aux hommes et ne réduit pas les femmes occidentales à des victimes, face au « harcèlement » que constitueraient des compliments trop aimables pour être honnêtes. Qui sont-elles ? Quels sont leurs réseaux ? Plutôt que de réclamer des sièges réservés aux femmes dans les instances dirigeantes de nos démocraties égalitaires, Sylviane Agacinski, Marie-Jo Bonnet, ou encore Eliette Abécassis se préoccupent du sort de leurs sœurs exploitées, à l’autre bout du monde, pour fournir des enfants sur commande à de riches occidentaux : celles qu’on appelle si poétiquement « mères porteuses ». Pour ce faire, elles signent des livres, des tribunes, et aujourd’hui un appel solennel.

Après 40 femmes journalistes « victimes de sexisme » la semaine dernière, ce sont cette fois 160 personnes, « des femmes et des hommes d’origines ethniques, religieuses, culturelles et socio-économiques différentes venant de toutes les régions du monde », qui s’offrent une tribune dansLibération. Objectif, autrement plus sérieux : lancer un appel « aux gouvernements des nations du monde » exigeant « l’arrêt immédiat de la GPA. » Pour les signataires, cette méthode de procréation « doit être interdite en ce qu’elle constitue une violation des droits humains des femmes et des enfants ». La gazette du Marais aurait-elle réalisé que la maternité de substitution représente un problème au moins aussi grave qu’une invitation à déjeuner par un politicard sexagénaire ? Ou bien a-t-elle fait un tel flop avec son précédent « manifeste » qu’elle se cherchait une vraie cause à défendre pour doper ses ventes ?

Quoi qu’il en soit, ce choix éditorial de Libé mérite d’être salué. Ce n’est pas chez les Décodeurs du Monde, au hasard, qu’on trouverait un décryptage chiffré de « ces transactions iniques » qui impliquent souvent « l’exploitation des femmes les plus démunies ». Parce que oui, rappelons-le, la GPA est le nom de code du marché de l’enfant. Un marché en plein essor à l’échelle mondiale, et qui se développe à vitesse grand V en France, plus encore depuis l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe. « Dans de nombreux cas, rappellent les auteurs de l’appel, ce sont les pauvres qui sont contraints de vendre et les riches qui peuvent se permettre d’acheter ». Chez nous, des sociétés principalement américaines démarchent donc de plus en plus ouvertement les clients potentiels : une grande majorité d’hétérosexuels, mais aussi désormais des couples gays mariés, que la Justice française autorise à faire naturaliser un enfant obtenu par GPA à l’étranger pour l’adopter ensuite.

Comble de l’hypocrisie, le procédé est toujours officiellement interdit en France. Mais des intellectuelles de gauche comme la philosophe Sylviane Agacinski ou l’historienne Marie-Jo Bonnet ne sont évidemment pas dupes. La mondialisation des marchés étant inéluctable, une interdiction à la seule échelle nationale n’a plus aucun sens. De même, la conception d’un enfant par PMA à l’étranger, alors qu’elle est théoriquement réservée en France aux couples souffrant d’une infertilité pathologique, « ne fait pas obstacle » à son adoption par un couple de lesbiennes selon la Cour de Cassation. Même hypocrisie de la législation nationale, même nécessité d’aborder le problème à l’échelle globale. Car la GPA nécessitant le plus souvent une PMA, les signataires de l’appel précisent : « Les enfants nés grâce aux techniques d’assistance médicale à la procréation qui sont généralement mises en œuvre dans la gestation pour autrui présentent aussi des risques de pathologies parmi lesquelles : une naissance avant terme, un décès à la naissance, un poids insuffisant à la naissance, des malformations du fœtus et une pression artérielle élevée. »

Pour les femmes – celle qui donne ses ovocytes mais aussi et surtout celle qui porte l’enfant – les risques encourus sont très sérieux : « le syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHSO), la torsion ovarienne, le kyste ovarien, une douleur pelvienne chronique, une ménopause précoce, une perte de fertilité, une tumeur cancéreuse du système reproductif, des caillots sanguins, une insuffisance rénale, un arrêt cardiaque et, dans un certain nombre de cas, la mort. » Dès lors, il n’y a pas d’argument recevable en faveur de la GPA : « Même s’il n’y a pas échange d’argent (c’est-à-dire la version non rémunérée, ou «altruiste»), toute pratique qui expose des femmes et des enfants à de tels risques doit être interdite. » Sans compter, rappellent les signataires, que « la GPA rompt le lien maternel naturel qui s’établit pendant la grossesse – un lien que les professionnels de la médecine encouragent et cherchent à renforcer sans relâche ». Pour ceux qui auraient grandi sur une autre planète, ou étudié les sciences naturelles avec Pierre Bergé, elles précisent que « le lien biologique entre la mère et l’enfant est indéniablement de nature intime et, lorsqu’il est rompu, les conséquences en sont durables pour les deux parties. »

Un jour, peut-être, un collectif aussi respectable affirmera haut et fort que le « lien intime » entre un père et sa progéniture a aussi son importance, et qu’il ne saurait être ignoré. Sylviane Agacinski l’a d’ailleurs déjà dit, au moment des débats sur la loi Taubira de 2013, en dénonçant la violence qu’il y avait à exiger de pouvoir faire un enfant sans père. Parce que le « mariage pour tous », et donc l’ouverture de l’adoption, impliquait évidemment le recours à la PMA et à la GPA. Un ami gay, favorable à la loi, nous le confiait hier : « Au final, dans cette affaire, le gouvernement n’aura fait que des mécontents. » Un bilan catastrophique que prévoyaient déjà nombre de juristes avant même le vote de cette « réforme de civilisation »… Pour la rigolote association SOS Homophobie, qui vient de rendre son rapport annuel, « les pouvoirs publics ont entretenu l’homophobie et la transphobie », notamment par le « refus de donner accès à la PMA à toutes les femmes ». Gonflé, quand on sait que l’homosexualité est toujours mieux acceptée, et que « toutes les femmes » ont accès à une assistance médicale en cas de problème d’infertilité. Pour les adversaires de la loi, à l’inverse, le « mariage pour tous » a fait sauter le dernier verrou qui nous protégeait de la fabrication d’êtres humains à la demande.

Beaucoup ont sincèrement cru bien faire en militant pour le droit à l’adoption conjointe par deux personnes de même sexe, et donc peu enclins à procréer en faisant bêtement des galipettes. Après tout, rien de plus naturel qu’un « désir d’enfant ». Mais à l’introduction de l’appel des 160, qui affirme que, « comme s’agissant de la plupart des désirs, des limites doivent être posées », la conclusion répond sans ambiguïté : « Personne n’a droit à un enfant, pas plus les hétérosexuels que les homosexuels ou les individus ayant fait le choix de rester célibataire. » Espérons qu’il soit entendu, et qu’en attendant une réécriture de la loi française sur la filiation, le droit international garantisse vite à nos futurs rejetons de pouvoir continuer à dire : « Je ne suis pas un droit. J’ai des droits. » Comme celui, pour nos filles, de ne pas devenir des « porteuses » inséminées à la demande.

La pétition internationale : Stop Surrogacy Now.

*Photo : IBO/SIPA/00506715_000004

%d blogueurs aiment cette page :