Flux RSS

Archives de Tag: misogynie

Journal du 27 juin 2017

Publié le

Ah, il s’en passe des choses au royaume de France et je ne peux tout commenter. Je n’en ai pas non plus tellement envie depuis les élections présidentielles et législatives car rien n’a changé et il faut patienter pour savoir si les nouveaux élus qui se disent « en marche » vont changer quelque chose à la gouvernance de la France. J’attends voir…et pour l’instant, je scanne les informations dont j’ai connaissance.

La Connectrice

  • La nouvelle ministre de l’Armée, Florence Parly, trahit les soldats du dispositif sentinelle et les met en danger ainsi que la population qui vit près de leur siège

http://ripostelaique.com/pour-se-faire-mousser-florence-parly-a-mis-en-danger-la-vie-de-nos-soldats.html

  •   De plus en plus de cadres bien diplômés s’orientent vers les métiers manuels. Un tiers des Français souhaiterait changer de métier et 32% d’entre eux s’orienteraient vers un travail manuel ou artisanal. Interview de Jean-Laurent Cassely auteur de la révolte des premiers de la classe.  Métiers à la con, quête de sens et reconversions urbaines. Arkhé 2017

http://ripostelaique.com/pour-se-faire-mousser-florence-parly-a-mis-en-danger-la-vie-de-nos-soldats.html

  • Les femmes premières victimes de l’islamisation de la France avec la complicité de ceux qui ne risquent rien. le cas du quartier Chapelle-Pajol dans Paris XVIIIème.

http://www.leparisien.fr/paris-75018/harcelement-les-femmes-chassees-des-rues-dans-le-quartier-chapelle-pajol-18-05-2017-6961779.php

  • 17 ans après le vote de la loi sur la parité, les femmes sont exclues de la direction des groupes politiques de l’Assemblée nationale

http://www.lesnouvellesnews.fr/parite-enfin-une-evidence/

Ce soir, on apprend que François de Rugy, le plus médiatisé des 4 candidats, a été élu au perchoir à l’unanimité. Après l’espoir de voir une femme premier ministre, l’espoir de voir une femme au perchoir de l’Assemblée nationale s’effondre. A quoi sert-il de cultiver l’illusion si ce n’est pour manipuler les gens ?

http://www.europe1.fr/politique/qui-sont-les-trois-candidats-a-la-presidence-de-lassemblee-nationale-3372725

  • Le Comité d’Ethique favorables à la PMA pour les lesbiennes et les célibataires (ce sont souvent les mêmes), comme le président Macron. Peut-on aujourd’hui s’opposer à cette légalisation sans encourir les foudres du lobby LGBT. Pourtant, décider de mettre au monde des orphelins de père ne semble pas compatibles avec les droits de l’Enfant. D’autre part, au nom de « l’égalité », la légalisation de la GPA ne pourra pas être refusée aux gays même si, pour les satisfaire, il faudra légaliser le statut des mères porteuses, une forme d’esclavage.

L’avocate lesbnienne Caroline Mécary spécialisée dans les droits à l’enfant des lesbiennes et gays se réjouit et ne cache pas son espoir de voir légaliser la GPA au nom de l’égalité des droits sans discrimination de pratiques sexuelles.

http://www.20minutes.fr/monde/2094743-20170627-pma-comite-ethique-favorable-femmes-homosexuelles-celibataires

  • Une canadienne de 24 ans, Megan Couto,  prend la tête de la garde royale. Un modèle positif pour les petites filles.

http://www.20minutes.fr/insolite/2094827-20170627-video-royaume-uni-canadienne-24-ans-prend-tete-garde-royale

 

Elections présidentielles 2017. Dessins de presse et caricatures

Publié le

J’ai trouvé davantage de dessins de presse contre Marine que contre Emmanuel, ce qui n’a rien de surprenant puisque la plupart de la bobosphère le soutient et qu’elle comprend nombre d’artistes.

Ces dessinateurs de presse sont aussi misogynes, contre les gros et politiquement correct. Leur représentation de MLP use toujours de ces préjugés : Marine est grosse et crache du feu ou des balles. MLP est nazie est détruit tout sur son passage parce qu’elle est monstrueuse. Le reproche constant fait à Macron est d’être un banquier mais pour l’instant, je n’ai pas vu son physique caricaturé à l’égal de celui de MLP.

L’affrontement Le Pen Macron du 3 mai

Le débat de l\'entre-deux-tours de l\'élection présidentielle entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, vu par le dessinateur Philippe Morelle, le 3 mai 2017.

Le débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, vu par le dessinateur Philippe Morelle, le 3 mai 2017. (PHILIPPE MORELLE / FACEBOOK)

Voir l’image sur Twitter

Aucun texte alternatif disponible.
Duel à couteaux tirés entre Le Pen et Macron
Un face-à-face toujours aussi tendu mais heureusement, est là
Duel à couteaux tirés entre Le Pen et Macron  Eric Laplace, sur Facebook

L’UNESCO finance une pub en faveur du voile !

PUBLIÉ PAR ROSALY LE 17 SEPTEMBRE 2016

La dhimmitude abyssale des dirigeants allemands, soutenus par l’UNESCO, frise la folie pure.

L’UNESCO va-t-elle aussi classer le hijab et la burqa au patrimoine de l’humanité ?

Une femme voilée, vue de dos, marche d’une façon… très peu islamique, au son d’une musique orientale, tandis qu’apparaît sur l’écran le texte suivant :

« les femmes turques portent le hijab »

Puis la femme se tourne progressivement et on s’aperçoit qu’il s’agit d’une jolie Allemande de souche, aux cheveux blonds, qui déclare :

« Moi aussi ! c’est merveilleux !! »

« Apprécier la différence commence par la tolérance ! »

La jeune femme de la pub ne porte pas le hijab traditionnel, afin, je suppose, de ne pas trop choquer en un premier temps les téléspectatrices, mais juste un foulard ne couvrant que partiellement ses cheveux. Tandis qu’elle virevolte, la jeune femme blonde découvre partiellement une jambe… nue.

Horreur et damnation, doivent s’exclamer les barbus d’un œil lubrique ! Pas très conforme à l’islam, cette publicité suggestive — pour un musulman, cela va de soi.

Mais ce n’est que le début de la campagne de sensibilisation des Allemandes de souche au charme secret du hijab, la tenue de l’avenir dans la future République islamique d’Allemagne. Il ne faut pas trop brusquer les femmes allemandes, ces infidèles impures, mais les habituer progressivement et doucement à leur futur statut de femmes pieuses soumises à la religion d’Allah.

Cette publicité ne doit pas trop plaire aux gardiens de la vertu. Ces « détails scabreux » devraient faire hérisser les poils déjà hirsutes des barbus, car totalement inacceptables aux yeux des pieux musulmans, ces braves gens que le gouvernement allemand et l’UNESCO demandent aux Allemands, et par voie de conséquence à l’ensemble des Européens, d’accueillir avec affection, respect et tolérance.

La tolérance est toujours à sens unique : personne ne demande la réciproque aux musulmans. Etrange, n’est-il pas ?

Les non-musulmans sont priés, sous peine d’être accusés de racisme et de crime de haine, de tolérer dans la joie une idéologie autoritaire, suprématiste, liberticide, dont les adhérents aspirent à prendre le pouvoir.

Une fois celui-ci obtenu, ils refuseront d’accorder aux infidèles la tolérance qu’ils exigent d’eux aujourd’hui.

Grâce à notre incroyable et stupide tolérance à leur égard, ils nous imposeront par la force leur féroce intolérance.

Les dirigeants occidentaux souffrent d’une maladie incurable : le déni de la réalité du danger de l’islam, et ça tourne à la démence.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Procès du violeur en série Kamel Abbas à Lyon

Condamnation indulgente
Le violeur en série écope de 18 ans de prison alors que le procureur en avait requis 20.
Comment peut-on trouver des circonstances atténuantes à un chasseur de femme qui use d’un couteau pour les soumettre et les détruire ? Une violence préméditée dans l’impunité puisque le criminel avait soin d’utiliser un préservatif !
Kamel Abbas, le « violeur du 8e » a été condamné vendredi à 18 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises du Rhône à Lyon pour une série de viols dans le 8e arrondissement de la ville en 2012 et 2013. Après cinq jours de procès, la cour a assorti sa peine d’une période de sûreté des deux tiers et d’une injonction de soins pendant 7 ans.
Le jury s’est-il laissé attendrir par les remords du criminel ? Pourtant nous savons bien que tous les musulmans partagent une culture de takkiya, mensonge stratégique. Qui peut honnêtement croire qu’un homme qui a commis 6 viols sous la menace d’un couteau, et qui s’est fait prendre au cours du 6ème, éprouve des remords sincères ? S’il ne s’était pas fait prendre, il aurait continué. Et s’il regrettait d’avoir violé, il se serait amendé après son premier viol.
Ce jugement inique confirme que la culture du viol obère la morale des Français qui sont fondamentalement indulgents pour les violeurs.
Le jury n’a pas tenu compte du fait que la culture du viol dominait la famille Abbas puisque le frère du criminel a déjà été condamné deux fois pour viol.
Le peu de ^publicité donnée à cette affaire démontre à quel point le fait qu’une femme soit violée en France toutes les 7 mn et que pas une seule femme ne soit épargnée par la menace du viol, c’est une peccadille;
En France, les femmes ne valent pas grand chose;-(
Petite question à la bande de bobos qui militent contre la pénalisation du client de prostituées: au vu du nombre astronomique de viols commis en France, pouvez-vous encore affirmer que la prostitution empêche le viol ?
Troisième jour du procès 21/09/2016

…Pleins phares allumés, ils découvrent alors la scène. Kamel Abbas est en train de violer une jeune fille. Comme à son habitude, il tient une dague dans l’une de ses mains et de l’autre, il maintient la jeune au sol.

Très vite, les policiers fondent sur le violeur qui a encore le pantalon baissé…un préservatif au bout du sexe. Ils sortent leurs armes et lui ordonnent de jeter son couteau. Il s’exécute tandis que la jeune fille, très choquée, essaye de s’enfuir.

Il lui faudra quelques minutes pour comprendre que ce sont bien de vrais policiers qui sont venus la sauver…ou du moins mettre un terme à son calvaire. « L’expression de son visage en disait long », a déclaré l’un des policiers à la cour d’assises.

Une fois interpellé, Kamel Abbas a gardé le silence. « Prostré », il est resté à fixer ses pieds… un peu comme la façon dont il se tient depuis le début de son procès qui se terminera ce vendredi.

Deuxième jour du procès 20/09/2016
D’après France-soir, on apprend que Kamel Abbas invoque la responsabilité du cannabis et, au moment des faits, de l’alcool, ce que les victimes disent ne pas avoir senti.
Kamel Abbas est un musulman d’origine algérienne dont le père est décédé et dont un frère vient de sortir de prison, incarcéré pour…viol, ayant été condamné à deux reprises.
Abbas est père d’un enfant avec lequel il n’a pas de relations et vivait chez sa mère au moment des faits.
Né en 1977, il a arrêté sa scolarité en 1995 à la mort de son père.
Il dit de ses victimes « c’était comme si elles n’avaient pas de visage, comme s’il n’y avait personne en face de moi« , ce qui en dit long sur l’humanité du personnage et rappelle cruellement que, pour les prédateurs sexuels, les victimes -a fortiori si elles sont non musulmanes comme dans ce cas-ne sont que des choses dont ils s’accaparent le corps et l’esprit parce qu’ils estiment qu’elles leur appartiennent du seul fait d’être femmes et kouffars.
Visiblement, dans la famille Abbas, le respect des femmes ne fait pas partie de la morale, une attitude habituelle chez les musulmans dont on a pu remarquer la pratique dans les viols collectifs de Cologne et d’Europe du Nord.
Tant que notre société rigolera du viol, tant que la Justice sera clémente pour les violeurs, tant que nous accepterons la stigmatisation du corps des femmes par le voile et autres chiffons musulmans, aucune femme ne sera en sécurité sur le sol de France.
LC
—————————————————————–
Premier jour du procès 19/09/2016
Le procès en assise de Kamel Abbas, violeur d’au moins 6 femmes, a débuté ce lundi à la cour d’assises du Rhône.
Les médias décrivent l’homme comme une personne sans histoire et le patron de ce chauffeur de bus ne tarit pas d’éloges sur son employé, lequel dit regretter ses actes et laisse entendre qu’il n’était pas conscient de ses crimes, une chanson habituelle chez les criminels afin d’être jugés irresponsables et être déchargés de leur responsabilité.
Espérons que ce procès qui doit durer toute la semaine rendra justice aux victimes et ne fera pas pleurer dans les chaumières sur le pauvre violeur misérable sexuellement, victime de la société et irresponsable de ses actes.

Cagoulé et habillé de noir, le violeur s’attaquait de nuit à ses victimes, avec violence et armé d’un couteau, sévissant dans le même secteur de la capitale des Gaules. Surnommé le Violeur du VIIIe, cet homme a bien laissé son ADN derrière lui, mais son absence de casier judiciaire a rendu vaines les comparaisons avec tous les fichiers.

Le juge d’instruction chargé de cette affaire a innové en ordonnant l’élaboration d’un portrait-robot génétique, méthode alors taboue en France. Elle consiste à extraire à partir d’un ADN des caractères morphologiques du suspect (couleur de la peau, des yeux, des cheveux…).

 http://www.leparisien.fr/faits-divers/lyon-le-violeur-du-viiie-devant-ses-juges-19-09-2016-6131603.php
Les criminels qui ne se sont pas encore fait prendre sont toujours, selon les médias, des personnes -sans- histoire -inconnues -des -services -de police.
Ne faudrait-il pas plutôt les décrire comme des habiles prédateurs passés au travers des mailles du filet de la Justice parce que leur entourage tenait à leur donner le bon dieu sans confession ?
J’ai du mal à croire que personne, absolument personne, n’avait remarqué l’obsession de l’homme pour le sexe, ses regards malsains, son mépris des femmes, sa consommation éventuelle de pornographie, son sexisme, son manque de respect pour autrui, sa morale à géométrie variable, son comportement asocial, ses fréquentations et son hypocrisie.
Je serais curieuse d’entendre comment ses contacts féminins le percevaient. Qu’en pensaient la boulangère, la postière, l’infirmière, la secrétaire de mairie, l’épicière, la serveuse du bistro PMU, les voisines ?
Les hommes qui ont trop souvent une vision dégradante et méprisante des femmes sont incapables de repérer les mêmes défauts chez leurs semblables tant qu’ils n’ont pas été pris sur le fait, comme ce Kamel.
Je suis curieuse de savoir quelle perception du criminel les victimes et les témoins femmes vont livrer au cours du procès.
A suivre.
La Connectrice

Employé modèle le jour, agresseur sexuel la nuit : Kamel Abbas, 39 ans, qui comparaît pour viols depuis lundi devant les assises du Rhône, a reconnu au premier jour du procès tous les faits qui lui sont reprochés, en dévoilant une personnalité double.

Cette série d’agressions sexuelles, tentatives de viols et viols, parfois accompagnés de coups très violents, avait provoqué une psychose dans le 8e arrondissement de Lyon entre 2012 et 2013.

L’accusé, chauffeur de bus, avait été interpellé en flagrant délit de viol de sa sixième victime présumée début janvier 2014, dans un parking de Lyon, à l’endroit même où, un an plus tôt, il aurait déjà violé, sous la menace d’un couteau, une autre femme.

Ce salarié des transports en commun lyonnais depuis décembre 2012, sans casier judiciaire et habitant toujours chez sa mère, avait été mis en examen pour sa dernière agression.

Des analyses génétiques avaient ensuite établi que son profil était identique à celui d’un violeur en série, surnommé «le violeur du 8e», qui avait agressé cinq jeunes femmes de 22 à 26 ans, dont trois étudiantes, entre le 18 octobre 2012 et le 31 janvier 2013.

« Je n’ai pas d’explication »

L’accusé, né en août 1977 de parents d’origine algérienne et aîné d’une fratrie de 5 enfants, avait admis la plupart des agressions pendant l’instruction, à l’exception de celle de la deuxième victime, en novembre 2012.

«Je reconnais tous les faits», a-t-il affirmé d’emblée lundi quand la présidente de la cour lui a donné la parole, suscitant les larmes de la jeune victime, assise au premier rang avec quatre autres jeunes femmes, toutes dignes, mais très tendues.
«Je voudrais m’excuser. Je regrette sincèrement. Je n’ai pas d’explication», a ajouté Kamel Abbas.

Un employé modèle selon un de ses chefs

Cité comme témoin, son ancien supérieur hiérarchique a dressé de lui un portait très élogieux. «Il donnait entière satisfaction, sérieux, très disponible, tout le monde l’appréciait, on lui avait confié des responsabilités», a-t-il raconté, avouant avoir été abasourdi quand Kamel Abbas a été arrêté.

«C’était incroyable de se dire qu’il pouvait arriver au boulot à 4 heures du matin, frais et dispos, alors qu’il avait peut-être fait… tout ça quelques heures plus tôt», a-t-il ajouté, ému.

Le procès doit durer jusqu’à vendredi. L’accusé encourt 20 ans de réclusion criminelle
 

Humour. Burkini et voiles

Publié le

Le Kroll du 19 août 2016

 

Burkini et féminisme

Publié le

DÉBATS Burkini : non, ce n’est pas un faux problème !

Certain-e-s y compris se revendiquant du féminisme, s’indignent que cet été la question du burkini ait occupé l’actualité et même mobilisé le premier ministre. La France avec ses arrêtés d’interdiction serait la risée de nos voisins européens tout autant que des Américains et des Canadiens, habitués aux accommodements déraisonnables.

Il y a quelque 3,5 millions de chômeurs et tout ce qu’on trouve à faire c’est de s’écharper à propos d’un morceau de tissu porté par quelques femmes sur les plages ?

Ceux qui tiennent ces propos se refusent à reconnaître que le port du burkini, comme le voile sous quelle que forme que ce soit, s’inscrit dans une stratégie consistant à banaliser l’injonction politico-religieuse faite aux femmes de se rendre « invisibles » dans l’espace public, tout en arborant un symbole qui marque leur différence avec la citoyenne lambda.

Il suffit de jeter un regard en arrière pour constater que les promoteurs de cette stratégie ont petit à petit avancé leurs pions, et que la classe politique, médiatique, et intellectuelle a le plus souvent réagi sur le ton de la tolérance compassionnelle, sans oser analyser ouvertement la signification d’un symbole de ségrégation sexuelle contraire aux valeurs de la République.

En 1989, éclatait l’affaire des voilées du Lycée de Creil. Il existait à l’époque un bulletin d’information « Paris Féministe » qui se saisira du sujet dans son numéro de novembre-décembre 1989 avec pour titre « Calamity Hidjeb ». Tout un programme ! En introduction des nombreux textes écrits par les féministes, mais non repris par les médias. Le slogan était clair et clairvoyant « Ne tchador pas, tu vas te réveiller bâillonnée ». Parmi ces textes le nôtre n’a pas pris une ride : « Le voile pose une condition à la liberté de circuler des femmes. L’accepter au nom de la liberté religieuse c’est comme amputer une autre liberté fondamentale, celle des femmes ». et nous ajoutions «  Il est clair que si le port du voile était toléré, cela constituerait un désaveu à l’égard des jeunes filles et des familles qui osent contester cet aspect de la tradition ».

Plus de dix ans de polémiques autour de la bataille sur le voile à l’école, avec finalement un remarquable discours de Chirac du 17 décembre 2003 :« La République s’opposera à tout ce qui sépare, tout ce qui retranche, tout ce qui exclut ! La règle, c’est la mixité parce qu’elle rassemble, parce qu’elle met tous les individus sur un pied d’égalité, parce qu’elle se refuse à distinguer selon le sexe, l’origine, la couleur, la religion »). Et enfin la loi de 2004.

Une fois ce front apaisé, viendront les autres provocations : à l’hôpital, sur les terrains de sport, à l’université, dans les entreprises, les crèches, les mères accompagnatrices, le voile intégral…et aujourd’hui le burkini, pour tenter d’imposer dans l’espace partagé des signes de différenciation et de revendication ‘identitaire’.

Les textes féministes de 1989 étaient marqués par la révolte des Iraniennes qui dès 1979 avaient manifesté contre l’obligation qui leur avait été faite par le régime de Khomeiny de porter le tchador. Depuis, il y a eu la décennie noire en Algérie, les talibans en Afghanistan, le terrorisme islamiste d’Al Qaeda et de Daesh avec toujours les mêmes images de femmes voilées de la tête aux pieds, alors que ce n’était pas le cas cinquante ans plus tôt.

Secondaire ce combat ? Ce qui touche aux femmes doit-il demeurer en marge de la grande Histoire ? Nous sommes pourtant au cœur même de l’histoire, car ce que les fanatiques n’acceptent pas c’est l’émancipation des femmes.

Cessons d’être dans la victimisation et de nous apitoyer sur celles qui trahissent.

Le Conseil d’État a jugé que les arrêtés municipaux d’interdiction, qui emportent l’assentiment populaire, ne sont pas juridiquement fondés et qu’il faut démontrer le trouble à l’ordre public. C’est oublier que l’ordre public ne saurait se réduire à la question de la sécurité publique et qu’il implique le respect des valeurs communes de la République, parmi lesquelles l’égalité femmes hommes.

Le Conseil d’Etat est passé à côté de l’essentiel : la provocation symbolique à la violence sexiste et une remise en cause de l’esprit de la laïcité.

Françoise Morvan, présidente de la Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes

Annie Sugier, présidente de la Ligue du Droit International des Femmes

Linda Weil-Curiel, secrétaire générale de la Ligue du Droit International des Femmes

Burkini. Grossière manipulation au profit de l’Etat islamique. La preuve en photos.

Publié le

Les photos publiées dans le Daily mail résultent d’une grossière mise en scène pour une énorme provocation. Les Français jouent à 5 bandes au moins et les Britanniques se vengent des exigences de Hollande suite au Brexit. Pendant ce temps, les misogynes, les musulmans, les islamistes et l’Etat islamique crient victoire. Les femmes sont les grandes perdantes de cette manipulation éhontée.

The woman appeared to be sleeping when the officers approached her on the beach 

Avez-vous vu beaucoup de femmes s’allonger sur les galets sans serviette de bain ni accessoires de plage comme un parasol, et surtout pas de boisson pendant la canicule, mais en burkini ?

La femme semblait dormir quand les policiers se sont approchés http://www.dailymail.co.uk/news/article-3761350/French-mayors-vow-CONTINUE-burkini-beach-ban-struck-court-ruling.html?ito=social-twitter_mailonline

 

Nice, mardi 23/08/2016, application de l’arrêté anti burkini

http://www.bestimage.fr/

http://www.nytimes.com/2016/08/28/world/europe/france-burkini-bikini-ban.html?ref=europe

Regardez-bien elle est sur les cailloux sans drap de bain, que fait-elle sur la plage sinon provoquer pour la photo ?

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3761350/French-mayors-vow-CONTINUE-burkini-beach-ban-struck-court-ruling.html?ito=social-twitter_mailonline

Cette photo prise sur une plage de Nice montre trois policiers municipaux attendant qu’une femme enlève sa tunique, conformément à l’arrêté municipal interdisant le port du birkini sur la plage.

L’image a été prise au téléobjectif et vendue à la presse française et internationale par l’agence de presse française bestimage spécialisée dans la traque des personnalités et des coups médiatiques.

Les légendes données à cette image insistent sur le fait que les policiers sont armés. (NYT, The guardian, Daily mail) et certains ont l’honnêteté de préciser qu’il s’agit de bombes lacrymogènes.

Selon David Thomson, auteur du livre Les Français jihadistes (2014, Les Arènes) et spécialistes des questions jihadistes, .Les sympathisants jihadistes semblent eux-mêmes surpris que la police municipale de Nice fasse leur travail de propagande à leur place. Pour eux, c’est du pain bénit. Le récit jihadiste martèle depuis des années qu’il serait impossible pour un musulman de vivre sa religion dignement en France. Alors évidemment, dès leur diffusion, ces photos sont passées en quelques minutes à peine en tête des sujets les plus discutés dans la « jihadosphère », où la tonalité générale était : « La France humilie une pauvre musulmane. »

Mes observations

1-Les policiers en fonction sont naturellement en uniforme avec leur équipement habituel pour faire face à tout trouble à l’ordre public : matraque, pistolet, bombe lacrymogène et gilet pare-balle. Ils ne se sont pas équipés de la sorte uniquement pour interpeller les femmes en vêtement islamique, ce que voudraient laisser croire les commentaires de la presse anglosaxonne

2-La femme a eu le choix d’enlever son uniforme musulman ou de quitter la plage. Elle a choisi d’enlever le vêtement, sans doute informée de la présence d’un photographe parce que suivant les ordres de l’Etat islamique, elle voulait « faire un coup ».

3-La femme reste assise, pourquoi ? Elle aurait du se lever par respect pour les représentants de la loi

4-la photo a été saisie au moyen d’un téléobjectif, ce qui signifie qu’un photographe était posté à un emplacement lui offrant, sans être vu, une vue panoramique sur la plage. Bizarre qu’il se soit trouvé là opportunément pour photographier l’intervention prévisible de la police auprès d’une personne informée de l’arrêté municipal d’interdiction du burkini et ayant choisi de le braver.

5-Ne pouvant ignorer l’arrêté municipal, que faisait cette femme allongée en burquini directement sur les galets de la plage et sans aucun accessoire de plage, même pas de boisson malgré la chaleur, encore plus dure pour une femme tout habillée?  Si ce n’est pas de la provocation, je mange un burkini ! Beurk !

Au regard des points que je viens d’énumérer, il m’apparaît que l’opération était scénarisée et organisée pour créer un scandale et appuyer la future décision du Conseil d’Etat ainsi que le French bashing encore plus actif depuis le brexit et les propos de Hollande sur la contribution du Royaume-Uni (François Hollande a réaffirmé avec force la nécessité de maintenir « les quatre libertés » qui fondent le marché unique (circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes). « Aucune n’est séparable de l’autre », a-t-il dit. Theresa May, de son côté, a répété son intention d’instaurer « un certain contrôle » sur l’entrée des citoyens européens en Grande-Bretagne tout en souhaitant « le bon accord » de libre-échange avec l’UE. Cette divergence de vues « sera le point le plus crucial » de la négociation, a souligné François Hollande.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/monde/europe/0211148215976-brexit-hollande-reste-ferme-face-a-theresa-may-2016072.php?Yu4JbkTY1rcKwttH.99. )

L’opinion de David Thomson, spécialiste des questions jihadistes va dans le sens d’une provocation au profit du califat-cf la citation ci dessus.

The woman appeared to be sleeping when the officers approached her on the beach 

Avez-vous vu beaucoup de femmes qui s’allongent sur la plage sans serviette de bain ni accessoires mais en burkini ?

La femme semblait dormir quand les policiers se sont approchés http://www.dailymail.co.uk/news/article-3761350/French-mayors-vow-CONTINUE-burkini-beach-ban-struck-court-ruling.html?ito=social-twitter_mailonline

Photo published for French mayors vow to CONTINUE burkini beach ban despite court ruling

Nice, 28/08/2016 https://twitter.com/MailOnline?ref_src=twsrc%5Etfw

https://twitter.com/MailOnline?ref_src=twsrc%5Etfw

Photo published for This image from Brighton beach split UK opinion

Sur la plage de Brighton, les Britanniques seraient partagés sur la question  https://twitter.com/DailyMailUK/status/770179453582446593

A qui profite le crime ?

Afficher l'image d'origine

1-aux musulmans qui sortent vainqueurs de l’épreuve et voient leurs provocations  pour le djihad (guerre sainte) approuvées et admirées et à l’Etat islamique qui compte sur le chaos qu’il crée pour étendre son califat

2-aux mâles qui trouvent dans la stigmatisation du corps des femmes un motif pour agresser celles qui ne se soumettent pas au diktat de la charia et de la mode musulmane

3-aux divers courants politiques français qui exploitent la zizanie pour imposer leur vision afin de tirer leur épingle du jeu en période électorale

4-au gouvernement qui amuse le peuple pour le distraire de ses problèmes quotidiens

5-à l’Europe qui entend briser l’entente franco-allemande pour affaiblir chacune des nations qui la composent

6-aux pays étrangers qui règlent leur compte à la politique étrangère de la France pour servir leurs intérêts stratégiques

Etc.

Toujours selon David Thomson il n’est pas impossible que cette polémique génère une fracture, un dégoût de la France chez certains musulmans, au-delà même des cercles salafistes ou jihadistes. A l’heure où l’on parle de la nécessité de développer un discours pour contrer le narratif jihadiste, on s’aperçoit que non seulement ce contre-discours n’existe pas, mais qu’en plus, certaines autorités françaises offrent de quoi renforcer ce contre quoi elles pensent lutter.

La Connectrice outrée de voir tout le monde tomber dans le panneau du burkini

%d blogueurs aiment cette page :