Flux RSS

Archives de Tag: musiques

La Connectrice. laconnectrice.wordpress.com

Mon blog est victime d’une pression abusive de la plate-forme WordPress pour me contraindre à renouveler l’option Premium, soit environ €100/an, ce qi n’est pas excessif à condition que ce soit utile. laconnectrice.wordpress.com

Je n’ai pas souhaité renouveler cette option parce qu’elle ne m’apporte rien en termes d’ergonomie, bien au contraire.laconnectrice.wordpress.com

Quelques temps avant l’échéance de l’option premium, j’ai été assaillie de messages d’alerte dans ma BAL et le plus gênant a été l’apparition incessants de fenêtres d’alerte sur mon blog, lesquelles devenaient de plus en plus fréquentes et envahissantes au point  qu’elles masquaient la page et que je ne pouvais plus écrire.

Dès le début de l’alerte, j’avais signalé que je ne souhaitais pas renouveler cette option mais le système n’en a pas tenu compte.

Finalement, l’échéance pour le renouvellement passée, mon domaine laconnectrice.net a été supprimé sans être automatiquement et systématiquement remplace par l’adresse de base laconnectrice.wordpress.com.

Le résultat est que d’une moyenne d’environ 1000 visites/jour, mon blog est tombé à …15 visites/j ! laconnectrice.wordpress.com

Si ce sabotage ne relève pas de la vente forcée, qu’est-ce donc ?

On le sait, rien n’est gratuit et les plateformes dites gratuites se rémunèrent en vendant de l’espace publicitaire, en constituant des listes de consommateurs qu’elles revendent à des entreprises (Facebook est un modèle du genre), en vendant des grilles de tendances du moment dans tous les domaines, etc.

Pour ma part, j’en suis consciente et j’accepte de jouer ce jeu de la pseudo gratuité à condition d’en avoir pour la gêne occasionnée. Je supporte les pubs, l’apparition de fenêtre intempestives mais je trouve que ça suffit d’autant plus qu’avec mon blog j’attire des internautes qui auront à subir les mêmes gênes, business model oblige. WordPress trouve son compte dans la fréquentation de mon blog.

La Connectrice qui n’est pas contente et qui vous demande de bien vouloir excuser ce bug malheureux.

De la douceur dans ce monde de brutes. Tumbalaïka dans la synagogue portugaise d’Amsterdam

Tumbalaïka est une chanson d’amour traditionnelle yiddish. C’est l’histoire d’un célibataire qui tente de séduire une jeune femme en lui posant trois devinettes.

Qu’est-ce qui peut pousser sans pluie ? une pierre

Qu’est qui peut brûler sans fin ? l’amour

Qu’est ce qui peut souffrir et porter le deuil sans larmes ? Un cœur

La Connectrice

Mise en ligne le 20 déc. 2009

Naftali Herstik, Alberto Mizrachi, Benzion Miller with the Neimah Singers – Tumbalalaika. From the concert « Cantors; A Faith in Song » recorded in the Portuguese Synagogue of Amsterdam in 2003.

Tumbalaika is a Yiddish folk song about a bachelor who tries to make the acquaintance of a young woman by asking her three riddles. What can grow w/o rain? (A stone.) What can flame endlessly? (Love.) What can ache and mourn w/o tears? (A heart.)

 

 

Musique russe aux Folles journées de Nantes

Dernier jour pour assister aux concerts à Nantes http://www.follejournee.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=128&Itemid=100&lang=fr

ou pour voir et écouter en direct http://www.arte.tv/fr/La-Folle-Journee-de-Nantes—Concerts-exclusifs/6366322.html

Musiques de Tchaikowsky, Scriabine, Rachmaninov et tous les grands compositeurs russes.

Le groupe Terem mélange musique traditionnelle russe et …rock, jazz, tango ?

Musiques et sentiments : Jean-François Zygel

Publié le

Ce jeudi 30 juin, l’émissions hebdomadaire, La boite à musique, de Jean-François Zygel, explorait l’expression et le ressenti des sentiments à travers la musique.

Ici, on peut voir des extraits de l’émission

http://programmes.france2.fr/la-boite-a-musique/index.php?page=article&numsite=4010&id_article=11807&id_rubrique=4013

Zygel, ce merveilleux pédagogue avait invité le compositeur Vladimir Cosma, simple et lumineux, la gracieuse Irène Jacob, la malicieuse Leslie Bedos et le sombre Thierry Frémont.

Parmi les musiciens invités j’ai admiré le violoniste Tedi Papavrami aux doigts aussi minces et longs que ceux de Jasha Heifetz, mon violoniste préféré, le trio Elégiaque, Talila et Teddy Lasry et un ensemble de violes d’amour et autres instruments dits « d’amour » pour leur douceur et leurs vibrations particulières dues à la correspondance entre les cordes actives et muettes qui interagissent par sympathie.

Malgré l’heure tardive, je n’ai pu que regarder l’émission jusqu’à la fin tant les musiques étaient belles, les commentaires de Zygel intelligents et subtils, ceux des invités authentiques et les démonstrations captivantes.

Je suis toujours enchantées par les émissions de Zygel , un véritable conteur qui décortique avec souplesse toutes les musiques qu’il aime, que nous aimons déjà ou qu’il nous fait aimer. Avec Zygel, il n’y a pas de catégories musicales mais de la musique. Sa culture musicale et générale lui permet de faire des ouvertures sympathiques sur d’autres mondes. Ce soir il comparait la disparition de certains instruements de musiques à celle de certaines variétés de pommes et de tomates….

Vladimir Cosma a clairement exposé son absence d’inérêt pour la musique « descriptive », celle qui imite le galop des chevaux dans un western, par exemple. Il a exprimé son admiration pour Enio Morricone, un véritable créateur selon lui.

Un medley des compositions de Vladimir Cosma:

http://www.youtube.com/watch?v=HwkAFAr0Wc8

Il y a si longtemps que j’entends des musiques de films composés par Joseph Kosma (Les feuilles mortes et tant de si belles mélodies) que j’ai pris Vladimir Cosma pour Joseph Kosma. Heureusement qu’un de mes lecteurs m’a aimablement signalé cette faute impardonnable.

Joseph Kosma et son impressionnante liste de musiques de films et de chansons.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Kosma

Irène Jacob, au naturel, scintillait d’une beauté profonde, réfléchie,  sereine et solide.

L’été sera plaisant avec la reprise hebdomadaire de « La boite à musique », une émission d’une qualité rare.

Coopération des idées et universités populaires

Publié le

Le mouvement de la « Coopération des idées » et des universités populaires a été lancé dans le sillage de l’affaire Dreyfus, en 1899 par l’ouvrier typographe Georges Deherme. Il s’agissait de donner à tous le monde un accès gratuit à l’instruction en dehors des formations diplômantes qui étaient alors réservées à l’élite. Dans le monde ouvrier, particulièrement actif et militant à l’époque, l’instruction était une valeur respectée et désirée.

http://www.scribd.com/doc/28704026/Nathalie-Coutelet-%C2%AB-Le-Theatre-Populaire-de-la-Cooperation-des-Idees-%C2%BB

http://www.universitepopulaire.eu/-Ile-de-France-.html

De nos jours, les universités populaires connaissent un franc succès. On s’y bouscule, que ce soit au Conservatoire des Arts et métiers http://culture.cnam.fr/300-evenements-et-conferences-de-culture-scientifique-et-technique-pour-tous-dans-la-france-entiere-accueil-197892.kjsp?RH=ACCUEILFR, au musée du quai Branly avec Catherine Clément http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/l-universite-populaire-du-quai-branly.html ou à Caen avec Michel Onfray http://upc.michelonfray.fr/a-propos/.

L’intérêt des universités populaires est qu’elles sont faciles d’accès, gratuites, libres et offrent un grand choix de thèmes de réflexions, d’intervenants et de lieux. Presque toutes les communes de France ont leur université populaire.

Bien qu’il ne se réclame pas de l’université populaire, Jean-François Zygel  décrypte, explique, fait aimer et met en évidence le caractère universel de toutes les musiques. Sa prochaine conférence se tiendra le 5 mai à la mairie du 20ème.http://www.mairie20.paris.fr/mairie20/jsp/site/Portal.jsp?page_id=875

S’il est vrai qu’elles sont très fréquentées par des seniors, des jeunes s’y intéressent aussi comme ces trentenaires qui ont créé « I love educ pop » et leur un donné un coup de jeune : http://www.iloveeducpop.fr/a-propos-2/

France inter, Service public, le 11 avril, émission consacrée à l’éducation populaire que l’on peut réécouter en podcast. : http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/servicepublic/

%d blogueurs aiment cette page :