Flux RSS

Archives de Tag: Nuit debout

Viols à Nuit debout. Coup de gueule féministe

Publié le

Coup de gueule

13012601_1061940230532195_3046612268257126966_n

Légende : voici ce qu’est le féminisme             Voici ce que la société pense du féminisme

Par ce qu’il y en a MARRE, que l’on se fasse SANS CESSE remettre en question, qu’on nous dise de nous calmer par ce qu’on explique, qu’on ai tort quoi que l’on fasse, qu’on soit qualifées de sectaires, d’hystériques, de harpies, de folles, de sales féministes, de féminazies, de régime totalitaire.

 

On me dit que des féministes se sont glissées sur la place… ?

Vous pouvez rester…

Le sketch s’arrête là.

Si j’osais filer le pastiche desprogiens, je vous dirais qu’on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui, et que là justement, je n’ai plus envie de rire avec vous. Du tout.

Le spectacle grotesque de vos incohérences politiques acculant à la désertion des camarades par dizaines me cisaille les zygomatiques, voyez-vous.

Quand je vois des mecs prendre la parole en AG se gargarisant de leur propre progressisme en exhortant au respect des « droits de l’Homme » tout en rechignant à utiliser l’expression « droits humains », pourtant adoptée par la plupart des pays du globe depuis belle lurette, je pouffe à peine.

Quand un mec de la coordination me coupe la parole pour m’expliquer doctement que notre rôle est avant tout de faire de la PE-DA-GO-GIE, je ne trouve ça qu’à moitié désopilant. Je n’ai pas envie de rire, parce qu’en tant que prof et membre fondatrice d’une compagnie de théâtre d’éducation populaire, je suis bien placée pour savoir que la pédagogie, c’est du travail, c’est un métier, que j’ai certes choisi et que j’aime, mais qui n’en est pas moins éreintant, saturé d’heures supp’ invisibles et non-rémunérées. Vos injonctions à la pédagogie reviennent à nous refuser le droit légitime de prendre des RTT ou ne serait-ce même que des fucking pauses, à nous qui nous cognons déjà des doubles voire des triples journées de travail, vous savez, ce fameux travail dont les conditions sont désormais tellement exécrables que nous en sommes venu.e.s à lancer… oh wait, ce même mouvement dont vous vous réclamez ! Que la sombre ironie de la chose vous échappeassombrit couramment la jovialité monacale de cette mine réjouie dont je déplore en passant, mesdames et messieurs les jurés, de… Ah oui, au temps pour moi, j’avais dit que je ne touchais plus à Desproges.

Quand notre rôle structurel à la Nuit debout ou nos réunions non-mixtes sont remises en question par des membres actifs du mouvement, quand on persifle en coulisses « mauvaise graine, gangrène, tu gênes », je ne suis pas franchement saisie d’hilarité. Je n’ai pas envie de rire car ces tergiversations sont autant de tapes fraternelles dans le dos des braillards qui nous embrouillent pendant les réus non-mixtes et des complices silencieux qui les applaudissent des yeux, autant de feux verts à ceux qui, ne venant à la Nuit debout que pour (nous) coucher, louchent, touchent, violent.

Oui, violent.

Et ce n’est qu’à demi-bouche que je m’esclaffe quand une femme est victime de viol sur la place de la République.

Et c’est à gorge ployée que je ris quand cette même femme dénonce en AG ce dont elle a été victime et que le débat qui s’ensuit se focalise sur « la mauvaise image que cela pourrait donner du mouvement », ne valant alors pas mieux que ce mec qui, entre deux hématomes, musèle sa compagne d’un atomique « crie moins fort, les voisins vont t’entendre ! », pas mieux que ce président de la République qui, feignant de découvrir que ses soldats violent à tour de bras dans les ex-colonies, ne se soucie que d’éviter à « l’image de la patrie » d’être maculée de scandale, oui, dans ces moments-là, vous ne valez pas mieux que ça.

N’étions-nous pourtant pas tou.te.s d’accord à la base pour dire que #onvautmieuxqueça1 ?

Quand, pour lutter contre ces violences sexistes, certains membres actifs du mouvement se contentent d’une initiative que ne manquerait probablement pas de saluer la police Hongroise2, à savoir aller conseiller aux meufs de ne pas trop boire et de ne pas rester seules pour « éviter de se faire violer », c’est jaune que je ris, jaune comme la couleur de ceux qui trahissent leur cause.

Tant qu’on y est, on devrait suggérer aux meufs qui veulent vraiment « éviter de se faire violer » d’organiser des Nuits debout à deux ou trois copines, dans leur chambre de bonne, autour d’une tisane drainante et de yaourts allégés ! Cela aurait tout de même le mérite de lever le doute sur les véritables intentions de celles qui continueraient de fréquenter la place de la République, ces pétasses bonnes qu’à se faire culbuter entre deux pissotières auraient au moins la décence de ne plus nous casser l’ambiance en AG avec des jérémiades de gonzesses.

La culture du viol, c’est un peu votre perpétuelle « loi El Khomri » à vous, les hommes cis hétéros.

Vous pensez toujours que ce sont nos réus non-mixtes ou les dénonciations de vos violences qui nous divisent, qui fragilisent le mouvement ? Que nous ne sommes que des nuisances sorores de la Nuit debout ?

Est-ce vraiment ce que vous pensez ?

Ou serait-ce qu’en vérité, vous nous préférez gisantes qu’agissantes, à genoux – votre gland nous giclant à la glotte – que debout, à vos côtés ?

Je n’ai pas de meilleurs mots que la bloggeuse Crêpe Georgette pour décrire le bâillon de mauvaise foi et d’égocentrisme qui se déploie quasi systématiquement lorsqu’une femme parle de violences sexistes dans un espace mixte, y compris militant : « […] Ce qui devient le plus important n’est pas le fait de trouver un moyen de mettre fin aux agressions et au viol mais de ne pas blesser les hommes qui écoutent. Cet homme n’a pas eu de parole de soutien ou de réconfort face à ces femmes, il n’a pas souhaité en savoir plus sur la place des femmes dans l’espace public, comment elles le vivent et comment les hommes les y accueillent. Il a juste eu besoin qu’on lui dise qu’il était gentil.”3

La plupart d’entre vous l’êtes, gentils, et j’en viens de plus en plus à me demander si ce n’est pas justement là tout le problème. Vous êtes gentils, mais pourtant vous nous coupez la parole en AG, vous êtes gentils mais pourtant vous débarquez à 2h du mat’ chez une fille qui vous plaît pour « lui faire une surprise », vous êtes gentils mais pourtant vous recommandez aux meufs de surveiller leur consommation d’alcool tout en tendant une énième 8-6 à votre pote déjà lourdingue à jeun, vous êtes gentils mais pourtant vous faites des plaisanteries sur nos tenues vestimentaires réactivant notre peur de n’être jamais rien d’autre que de la chair à chibre, vous êtes gentils mais pourtant vous n’aimez pas trop qu’on vous dise « non », c’est vrai, après tout si c’est demandé gentiment, je suis gentil j’ai dit allez steuplait avant de trépaner son sexe résigné

Honnêtement, auriez-vous l’audace de prendre la parole dans la foulée d’un témoignage de licenciement abusif pour rappeler que « tous les patrons ne sont pas comme ça » ? Parce que vous, quand vous venez à la Nuit debout, vous êtes là pour demander plus de patrons gentils peut-être ? Non. Parce que là, vous êtes du côté de la barrière qui a intérêtà voir qu’il s’agit d’un problème systémique, qui a intérêt à concevoir plus qu’un label récompensant les oppresseurs pour leurs louables efforts de gentillesse, qui a intérêt à se doter d’outils théoriques et pratiques émancipateurs, transformateurs, radicaux.

Alors, puisque vous vous fichez de nos témoignages comme d’une guigne, peut-être qu’un peu d’histoire vous donnera matière à réflexion :

« À la fin du XVe siècle, une contre-révolution était […] en route à tous les niveaux de la vie politique et sociale. Tout d’abord, les autorités politiques s’employèrent à assimiler les travailleurs masculins les plus jeunes et les plus rebelles, au moyen d’une politique sexuelle qui leur procurait du sexe gratuit, et déplaçait le conflit de classe sur le conflit avec les femmes prolétaires. […] les résultats furent dévastateurs pour tous les travailleurs, car le viol de femmes pauvres soutenu par l’État sapait la solidarité de classe qui avait été conquise dans la lutte antiféodale. Il n’est pas surprenant que les autorités aient considéré les troubles générés par une telle politique (les bagarres, la présence de bandes de jeunes rôdant dans les rues la nuit à la recherche d’une aventure et perturbant la tranquillité publique) comme un moindre prix à payer en échange de la diminution des tensions sociales, obnubilées par leur peur des insurrections urbaines et par l’idée que les pauvres, s’ils prenaient le dessus, prendraient leurs femmes et les mettraient en commun.»4

Alors, puisque vous vous fichez de nos témoignages comme d’une guigne, peut-être qu’une citation certifiée Einstein vous donnera matière à réflexion :

 «On ne résout pas un problème avec les modes de pensées qui l’ont engendré ».

Alors, si vous croyez un tant soit peu qu’il est temps pour ce vieux monde malade d’abdiquer, cessez donc de lutter contre nous, mais avec nous, car c’est ensemble, debout, que nous en viendrons à bout.

4 Federici Silvia, Caliban et la sorcière – Femmes, corps et accumulation primitive, pp.102-103.

Merci pour Laura, pour ce merveilleux texte !

Alain Finkielkraut et Nuit Debout. Le courage de l’intelligence et la lâcheté de la bêtise

Publié le

Afficher l'image d'origine

Source image

Hier soir, Alain Finkielkraut s’était rendu au rassemblement de Nuit Debout pour comprendre ce qui se passait sur le terrain et par lui-même.

Accompagné de son épouse, il voulait seulement écouter et n’avait pas du tout l’intention de prendre la parole. L’eut-il fait, cela n’aurait été que conforme à cette démocratie populaire dont prétendent ressortir les Nuideboutistes.

En fait de démocratie et de liberté d’expression le philosophe fut proprement interdit de présence et de parole.

Reconnu, il fut hué, insulté et souillé par le crachat d’un quadragénaire. Le service d’ordre l’escorta hors de la place de la République sur le boulevard « pour sa sécurité ».

La première personne à l’avoir insulté aurait posté des propos antisémites sur son blog et se dirait  » Jeune communiste » alors que Nuit Debout se clame sans parti …

On pourra entendre le témoignage d’Alain Finkielkraut dans l’émission « L’esprit de l’escalier » Il y raconte en détail sa soirée à Elisabeth Lévy de « Causeur ».

https://youtu.be/XNzHeNq14ZM

Je comprends parfaitement la démarche courageuse d’Alain Finkielkraut, ancien gauchiste de mai 68 qui, à la différence de beaucoup de ses semblables n’a pas chercher à accumuler des devises au Panama mais creusé, avec l’or de sa réelle intelligence, les évolutions sociétales et défendu avec constance les vertus de l’éducation et de l’essence de la philosophie, l’esprit critique.

Le philosophe aurait pu, comme nombre d’autres intellectuels, militants et politiques réfléchir confortablement à son bureau, à l’abri des crachats, en se basant uniquement sur les dires des médias, des interprétations des interprétations des faits, des rapports de témoignages choisis et des rediffusions de tout ce qui se diffuse d’après les histoires de témoignage de témoins. La vérité des uns et des autres ne lui suffisant pas, expression d’une rare honnêteté intellectuelle, il voulait voir et entendre les réalités de Nuit debout.

Moi aussi, je veux pouvoir évaluer de mes yeux et de mes oreilles ce qui se passe place de la République mais je n’ouvrirai pas ma bouche car je ne supporte pas la violence, a fortiori quand elle est dirigée contre ma personne non politiquement correcte.

Dans l’émission l’esprit d’escalier, Finkielkraut soulignait le niveau intellectuel des débats de mai 68 versus l’indigence de ceux de Nuit Debout qu’il attribuait à la déchéance de l’Education nationale qui nivelle par le bas tout en admettant que les fruits de 68 n’étaient pas tous de la même qualité, notamment ceux qui, précisément avaient contribué à la déchéance de l’Education nationale.

L’éjection d’Alain Finkielkraut de la place de la République est le spot qui termine d’éclairer la malignité de Nuit debout. On s’en doutait déjà puisque, alors que nous sommes en état d’urgence, ce qui logiquement interdit tout rassemblement, le DAL, branche du PS, bénéficie d’une autorisation de manifester renouvelable …

Je suis Finkielkraut et j’admire son courage et sa constance. Continuez, Alain, vous êtes une fierté française !

La Connectrice

Pour en savoir plus

  • Article, vidéos, commentaires sur Le Parisien

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75011/video-nuit-debout-alain-finkielkraut-pris-a-partie-place-de-la-republique-16-04-2016-5721601.php?success=1#blocCommentaires

  • Témoignage d’Alain Finkielkraut

http://radiorcj.info/emissions/esprit-descalier/

Totoa publié le 17 Avril 2016 à 14:04

En realité, Finki – que l’on soit d’accord ou pas avec – il a une culture enoooorme. Finki, tu peux pas discuter avec lui si t’as pas bossé au moins une heures tes sujets. Donc il est logique que l’opposé de Finki le rejette avant qu’il n’ouvre la bouche (facilité, non reflexion, repeter les memes discours depuis Marx sans reactualisé et sans l’avoir lu !). Quelque part, ca fait plaisir de savoir que nuit debout n’est pas du tout au niveau. Genre on avait pas remarqué deja.

Usager77000a publié le 17 Avril 2016 à 14:04

Visiblement pour aller les rejoindre, ils font un tri dans ceux qu’ils veulent ou pas ? c’est ça la démocratie pour eux. Encore l’extrême gauche (même si ce n’est pas dit directement) !

Matyna publié le 17 Avril 2016 à 13:04

En mai 68, j’ai personnellement entendu sartre à la sorbonne, n’en déplaise à Danielo17.

Vanille-fraisea publié le 17 Avril 2016 à 13:04

« Nuit debout » n’a pas l’intention de se faire récupérer par qui que ce soit – c’est son droit- … Quand on est une personne « célèbre » , on plaît à son cercle d’admirateurs, mais en dehors de cette « bulle » , oui, on peut déplaire et ne pas être bienvenu. C’est le revers de la médaille. Pour se faire applaudir il faut savoir rester « entre soi » si non il faut accepter en beau joueur de se frotter à la contradiction ou à l’insolence sans pour autant être vulgaire et grossier. Mais tous le gens « célèbres » ne sont pas bien éduqués…

Doobiea publié le 17 Avril 2016 à 13:04

cracher sur un philosophe c’est la honte de ce mouvement trop c’est trop. on peut discuter sans cracher ni s’insulter. nuit debout c’est nuit de crachat et de dégâts c’est une nuit sale et honteuse. a interdire dorénavant.

Danielo17a publié le 17 Avril 2016 à 11:04

ceux qui ont un peu de mémoire et qui ont vécu 68doivent se souvenir que JP Sartre s’était fait virer de la Sorbonne et de l’Odéon… Il était venu pour « parler aux jeunes » et ils ont assimilé cela à de la récup coco…. Ils n’avaient certainement pas tort…. mais ces mouvements spontanés ça effraie toujours le bourgeois!

Stana publié le 17 Avril 2016 à 11:04

Nuit debout, les indignés et autres snobinards parisiens altermondialistes un iPhone à la main en train de tweeter leur révolte d’étudiants de 30 ans.

Chifa publié le 17 Avril 2016 à 11:04

Ce mouvement est alors loin d être apolitique , puisque certaines viennent et ca discute avec lui ( varoufakis ) et d autres viennent et se font siffler ( finkenkraut ) ……l extrême gauche et son esprit d ouverture sélectionné , faisant croire à un mouvement apolitique pour attirer les moutons ..je ne suis pas dupe .

Nicolas42a publié le 17 Avril 2016 à 11:04

Belle illustration de la supposée « tolérance » prônée par ces gauchistes EXTREMISTES. Eux qui se placent en donneurs de leçons humanistes, avec la complicité bienveillantes des médias, ne sont tolérants qu’avec ceux qui partagent leur risible philosophie. « Accueil de tous les migrants, « Prestations sociales pour tous », voilà parmi d’autres, leurs revendications (omettant au passage de nous en expliquer le financement…). Mais la Place de la République accessible à tous, sûrement pas!…Oui, ces gens-là sont des extrémistes, des fascistes de gauche, qui ne supportent pas la contradiction et la confrontation d’idées. Peut-être tout simplement parce-qu’ils n’ont pas d’argumentation crédible à développer?

Bibia publié le 17 Avril 2016 à 10:04

Toujours cette stratégie de victimisation mise en avant par cet homme. « Purification de la place ». Les médias l adore mais le vrai peuple le méprise et ç est une bonne chose. Cet homme est un imposteur qui ne supporte pas le pluralisme, l intégration, il attise à chacune de ses intervention télé. Cette fois ce n est plus de la télé. Il fera intervenir son service d ordre de la LDJ sous la bénédiction de Valls et Habib Meyer

Tetraodon78a publié le 17 Avril 2016 à 10:04

A pat29 finkeulkrault est venu saboter nuit debout il est reparti point barre qu il s exprime sur tous les sujets où qu il dégage et je dis bien tous les sujets

Jimbeea publié le 17 Avril 2016 à 10:04

@Sweetestdavout. Désolé de vous décevoir mais j’ai défilé avec un crayon il n’y a pas longtemps pour d’autres raisons qui ont à voir avec la liberté de penser, d’écrire et de dessiner… si certains sont suffisamment bêtes pour ne pas comprendre ça, c’est leur problème… mais essayez de ne pas en faire partie. Quant à M. Finkielkraut, il est le bienvenu aux Nuits debout comme M. Sarkozy ou M. le pen ! En clair, quand quelqu’un vous insulte en permanence et se moque des mouvements qui prônent la liberté de penser, quelle place lui faire dans un lieu où le credo est justement d’écouter l’autre et d’être une force de proposition ? M. Finkelkraut n’est ni un sage, ni digne de rentrer à l’Académie Française… enfin il a rejoint certains individus qui n’en sont pas dignes non plus ! Ce n’est parce qu’on écrit bien que ce qu’on écrit vaut le coup d’être lu ! Ce n’est pas parce qu’on dit qu’on est à l’écoute qu’on se met en capacité d’entendre. M; Finkelkraut est un bobo -oui, lui et pas les autres !- qui s’imagine que parce qu’il a une parole publique a le droit d’aller où il veut faire de la provocation. Et bien il a découvert qu’il n’était pas le bienvenu partout et que sa parole n’est pas obligatoirement utile au débat. Il faut arrêter d’imaginer que des personnes comme lui représente la moralité, la sagesse et sont toutes respectables parce qu’elles passent à la télé ! Mme le Pen en a fait l’expérience au Canada, M. F. place de la République ! Il faut déboulonner les statues qui polluent notre espace de liberté et ne servent à rien.

__Totoa publié le 17 Avril 2016 à 10:04

Je pense c’est parce que Finki est juif. Le mec de nuit debout qui a interviewé hollande avait plusieurs twitts antisemite sur son compte twitter daté 2015. Mais vu que c’est extreme gauche intouchable, minoritaire et ringarde, les medias ne relevent pas. Mais on a internet en 2016.

Cc251a publié le 17 Avril 2016 à 10:04

Tu n’as rien à faire là-bas ! Toujours à ce mettre en position de victime.

__Totoa publié le 17 Avril 2016 à 10:04

C’est pour qu’il est important de comprendre qu’on vit en 2016 et son inversion des valeurs : l’extreme gauche est devenue l’extreme droite et inversement. Malgré les efforts incroybales des journalistes, Nuit Debout ne prendra pas. Ces jeunes sont trop ringards. Leurs idees sont deja le pouvoir. La catastrophe est deja a chaque coin de rue.

Quesquonmangeamidia publié le 17 Avril 2016 à 10:04

Je croyais que ce mouvement était apolitique ?? Que viennent faire les jeunes cocos ?? Le capitalisme c’est l’exploitation de l’homme par l’homme le communisme c’est le contraire !

Dalua publié le 17 Avril 2016 à 09:04

Traiter Alain Fienkielkraut de philosophe de bas étage Ne peut venir que de personnes soit qui n ont jamais lu ses livres,soit qu’ils n’ont pas les « outils » nécessaires pour comprendre sa pensée,soit qu’ils font preuve de mauvaise foi patente….En fait ,souvent les 3 hypothèses tout-en-un.

Alainprovistea publié le 17 Avril 2016 à 09:04

Finkielkraut est l’un de nos meilleurs intellectuels, dans la mesure ou il est l’un des rares qui pense librement et de façon autonome. Mais cette liberté et cette qualité de réflexion a un prix et on le constate quand on met un homme libre et intègre face à de petits bourgeois intolérants qui imposent une vision unique, démagogique et despotique.

Yann-Amara publié le 17 Avril 2016 à 09:04

Je suis heureux de lire qu’il reste une majorité de personnes pour défendre et Finkielkraut et la liberté de parole, la démocratie quoi ! Nuit debout, si j’ai bien compris, comme Finkielkraut pour y avoir fait quelques pas, c’est très partisan et très orienté. Pour moi, ce n’est pas une surprise, et on comprend mieux le laisser-faire gouvernemental : il faut bien garder une base électorale !

Sweetestdavouta publié le 17 Avril 2016 à 09:04

« On l’a tej ! » cest ?a? Quils sont betes… Ce sont sans doute les memes qui defilaient il ny a pas si longtemps avec un crayon au nom de la liberte dexpression… Pfff…

Lechirena publié le 17 Avril 2016 à 08:04

Pour être allé également sur cette place par curiosité mardi en début de soirée, je confirme qu’il n’y a quasiment que des mouvements d’extrême gauche, et lorsque l’on vous demande votre profession (auto-entrepreneur), on vous traite de sale riche. Non, je créé de la richesse et j’essaie de m’en sortir sans aller pointer à Pôle Emploi et être un poids pour les autres contribuables, nuance ! Et lorsqu’on vous demande votre avis sur la situation du pays, si vous avez un tant soit peu d’idée du centre ou de droite, on vous fait rapidement comprendre que vous n’êtes pas le bienvenu, et on vous pousse vers la sortie. C’est ça leur nouvelle pensée démocratique ? Ecoeurant !

Fazera publié le 17 Avril 2016 à 07:04

Vous faites exprès ou vous êtes pas au courant que cet énergumène est un sioniste en puissance, c est comme si moi originaire et fière d être d afrique allé dans un rassemblement de la ldj ou du fn vous verrez comment j en ressort si j y arrive . Alors arrêté de faire semblant

Insécurité quotidienne à Paris 19ème

Publié le

Actualité au 17/04/2016

Une dame de 76 ans a été agressée alors qu’elle promenait ses petits chiens le 13 avril vers 19h30 dans le parc des Buttes-Chaumont où les gardiens ne se montrent que quand ils peuvent mettre une contravention aux propriétaires de chiens non tenus en laisse. 68€ , au même titre que les lanceurs de mégots sur la voie publique …

Cette dame se plaint de ne pouvoir circuler tranquillement dans l’arrondissement : menaces de tuer ses chiens; sur les trottoirs circulation de vélos, de motos, trottinettes, rollers, planches et rouleuses à deux roues, etc. Je fais les mêmes constatations nuisibles pour la santé : bruit, stress, risques de chute et pollution directe sous le nez des passants.

La mairie du 19ème semble favoriser les comportements inciviques et irrespectueux au détriment des gens calmes, enfants et personnes âgées.

L’ordre public est si bien maintenu dans le 19ème que, curieusement, les casseurs de Nuit debout y terminent leurs saccages alors que, de République, ils pourraient aussi bien descendre à l’Hôtel de Ville, le Quartier latin, Opéra, Bastille ou Barbès. Bizarre, vous avez dit bizarre ?

La Connectrice

Monsieur le Commissaire de Police du 19ième arrondissement de Paris
 
Je suis au regret de vous écrire que hier soir le 13 avril 2016 vers 19h30 j’étais agressée par un groupe de jeunes adultes en compagnie d’un staffy (petit petit bull) au parc des buttes chaumont et dans la rue Manin ,
Ces jeunes mangeaient et buvaient ensemble sur un banc des buttes chaumont en compagnie de leur staffy noir, on en peut encore facilement localiser leur présence, ils ne jettent rien à la poubelle juste à côté de leur banc habituel, une moto entrait dans le parc pour leur fournir une nourriture non identifiée par moi,
 
en passant avec mes deux petites chiennes .., le propriétaire du staffy nous poursuivait avec son chien avec une longue laisse qui permettait au chien de faire à sa guise, le jeune homme n’avait aucun contrôle sur son chien et il m’agressait ainsi mes petites chiennes, et par miracle, j’ai pu me sauver en courant vers la maison des gardiens, mais malheureusement, ils avaient déjà fini leur service vers 20 heures,
 
les jeunes qui m’ont vu aller vers les gardiens, m’ont suivie ensuite dans  la rue Manin avec leur chien qui ne cessait de monter sur mes petites chiennes et sauter sur moi,  c’était horrible. ..
 
Ces jeunes sont des habitués des restaurants kashers situés dans la rue Manin entre la rue de Crimée et rue d’Hautpoul .
 
Ces jeunes ont déjà agressé avec un couteau un ami qui a un petit chien.
 
J’aimerais me promener tranquillement dans le parc et dans mon quartier sans être agressée par des jeunes qui ne sont pas dignes de posséder un chien ayant  une force terrible et dont ils se servent pour faire la terreur dans le quartier, et pour agresser les gens.
 
Je vous remercie par avance d’avoir pris connaissance de  mon courrier et si possible d’intervenir pour que ces agressions cessent,

Actualités au 17/10/2015

Un scooter qui s’embrase dans un parking en sous-sol en pleine nuit : hasard ou acte criminel ?

On aimerait que ce ne soit qu’un accident mais, dans ce quartier, les scooters sont des enjeux de pouvoir très convoités …

La première alerte est intervenue à une heure du matin, après l’embrasement d’un scooter garé dans le parking souterrain de l’immeuble. Les flammes se propagent rapidement à deux voitures voisines. Et quand les pompiers arrivent sur place, une épaisse fumée commence à envahir le bâtiment. L’ensemble de l’immeuble est évacué une première fois par mesure de précaution…

A 4 heures, un nouveau sinistre se déclare dans l’immeuble, mais cette fois au cœur du cabinet de radiologie situé au rez-de-chaussée, juste au-dessus du parking.

Des flammes lèchent la façade et la fumée se répand dans la cage d’escalier. La seconde évacuation sera un peu plus périlleuse que la précédente et plusieurs habitants des étages supérieurs devront quitter le bâtiment en passant par l’échelle des pompiers.

  • Octobre 2015 Un homme de 80 ans agressé physiquement deux fois en une semaine

X est une connaissance familière de voisinage, un homme doux et civil, qui comme moi, promène son chien dans le quartier et aux Buttes-Chaumont.

Récemment, il a été agressé par un inconnu devant l’ascenseur de son immeuble. La racaille plongeait directement la main dans sa poche. X  a eu la présence d’esprit de lancer son poing dans le visage du malfrat, ce qui a fait tomber ses lunettes et a permis à X de s’enfuir chez lui sans autre dégât. Il en a été quitte pour sa peur et une petite blessure aux doigts.

Quelques jours plus tard, X promenait son chien dans le parc vers 9 h lorsqu’un individu qu’il a estimé drogué, a bondi sur lui et lui a tordu la main avant de s’enfuir. Cette fois-ci, X a eu la main foulée, ce que j’ai pu constater en voyant ses doigts gonflés et égratignés.

X n’a pas porté plainte, à quoi bon ? L’accueil des victimes au commissariat du quartier est aléatoire, les victimes sont a priori traitées comme des coupables et les policiers se contentent de faire des mains-courantes, les plaintes nécessitant plus de paperasserie. Je le sais d’expérience et, moi-même je ne vais plus au commissariat rapporter les faits d’incivilités et d’agression dont je suis victime. Beaucoup d’habitants font de même ce qui a l’avantage de faire chuter les pourcentages d’agression dans ce quartier, pour la plus grande joie du maire d’arrondissement et du Ministre de l’intérieur qui peut ainsi se vanter de faire son travail de maintien de sécurité et d’ordre public. Il n’y a que les victimes qui ne sont pas dupes …

Comme me l’avait avoué un policier du quartier « tant que les racailles sont dans le quartier, elles ne sont pas ailleurs … ». Comprenez qu’elles ne sont pas dans les quartiers où résident nos responsables irresponsables. C’est la stratégie de l’abcès de fixation …

Actualités au 14/04/2015

  • Les trafiquants stockaient la drogue en Seine-Saint-Denis mais la vendaient à Paris, dans le XIXe arrondissement…

Leur trafic florissait dans le XIXe arrondissement autour de la rue de la Solidarité. Mais leur « camp de base » se trouvait de l’autre côté du périphérique, au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis). Surpris en pleine transaction la semaine dernière, deux trafiquants de cannabis de 26 et 29 ans ont été arrêtés et déférés ce week-end à la justice. 

Ils avaient été placés sous surveillance après avoir été dénoncés anonymement. Au domicile de l’un des suspects, les policiers ont découvert près de 12 kg de résine de cannabis ainsi qu’un pistolet automatique 7.65 chargé. L’homme, déjà connu pour 18 délits, a été placé en détention provisoire. Son acolyte a été remis en liberté en attendant d’être jugé.http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75019/12-kg-de-cannabis-saisis-chez-les-dealeurs-de-la-rue-de-la-solidarite-13-04-2015-4689177.php

Actualités au 08/01/2015

Carnage de Charlie Hebdo. L’un des auteurs de l’attentat,  Chérif Kouachi a  été endoctriné à la mosquée par et s’est entraîné dans le parc des Buttes-chaumont

On l’y présente comme un «élève assidu» de Farid Benyettou, un prédicateur du XIXe arrondissement de Paris qui préparait des volontaires à partir combattre en Irak avant que sa filière soit démantelée. Au cours de ses auditions, Kouachi avait précisé le contenu de cet «apprentissage» : «Farid m’a dit que les textes donnaient des preuves du bienfait des attentats-suicides. C’est écrit dans les textes que c’est bien de mourir en martyr».

Sa préparation au combat se fait dans le plus parfait «amateurisme», notent les journalistes : «Deux, trois joggings dans le parc des Buttes-Chaumont ; une rencontre fugace avec un soi-disant spécialiste des armes qui lui explique le maniement d’une kalachnikov». «Grâce aux conseils de Farid, mes doutes s’estompaient. Moi, j’avais peur mais je ne le disais pas. C’est évident que Farid m’a influencé dans mon départ, dans le sens où il donnait une justification à ma mort prochaine», racontera encore Chérif Kouachi.

http://www.leparisien.fr/charlie-hebdo/attentat-a-charlie-hebdo-quand-cherif-kouachi-apparaissait-a-la-television-08-01-2015-4428269.php

Actualités au 07/01/2015

Une fois de plus le 19ème est cité dans une enquête criminelle après le carnage du comité de rédaction de Charlie Hebdo.

  • Fuite vers le nord de Paris

Les tueurs reprennent alors leur fuite, passant place du Colonel-Fabien, en direction de la porte de Pantin. Ils percutent un véhicule Volkswagen, blessant sa conductrice. Ils abandonnent alors leur voiture rue de Meaux, près du parc des Buttes-Chaumont, dans le 19e arrondissement.

Ils braquent alors le conducteur d’une Clio, s’emparent de la voiture et prennent la fuite à bord de la Clio. On perd leur trace porte de Pantin. Depuis, la police a réussi à identifier les trois hommes.

  • Identification et perquisitions

Mercredi soir, la police a confirmé que les trois suspects ont été identifiés. Une source policière a ensuite confirmé au Monde que des perquisitions ont été menées à Paris, dans le 19e arrondissement. Selon cette même source, des perquisitions étaient en cours mercredi soir à Charleville-Mézières, la ville dont est originaire le plus jeune suspect recherché par la police.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/07/attaque-au-siege-de-charlie-hebdo_4550630_3224.html#iysf0GM7iWpmzgx8.99

Actualités au 03/01/2015

La cité Reverdy, ensemble de logements sociaux et classée en zone sensible, est connue pour héberger des trafiquants de cocaïne et autres produits illicites depuis des années. Une descente  de 170 policiers avait eu lieu en juin dernier sans pour cela impressionner les criminels qui ont pu poursuivre leur trafic impunément, sans doute pour pouvoir démanteler le réseau dirait la police, jusqu’à ce qu’hier une dizaine de personne soit interpellée.

http://www.leparisien.fr/paris-75/trafic-de-stupefiants-a-paris-une-dizaine-de-personnes-interpellees-02-01-2015-4415179.php

infographie Paris, cité Reverdy

Les médias s’étaient largement fait l’écho de l’opération policière de juin dernier qui, selon leurs dires, aurait mis fin au trafic. Le sérieux Figaro titrait que le réseau était démantelé Le Figaro précisait en outre qu’il s’agissait d’une famille malienne qui envoyait les bénéfices de son fructueux commerce au Mali et au Sénégal et que le trafic durait de puis 6 ans !

Il serait intéressant de savoir si les personnes interpellées en juin sont les mêmes que celles interpellées en janvier 2015, si la famille nombreuse d’où sont issus les trafiquants habite toujours cité Réverdy, conservant ainsi des avantages sociaux auxquels elle ne devrait pas prétendre étant donné son train de vie : 6 000 euros/jour !

Une trentaine de personnes ont été interpellées dans plusieurs immeubles de la cité Reverdy dont une dizaine appartenant à une même famille…Selon Luc Poignant du syndicat du syndicat Unité SGP-Police, « une famille de 17 personnes parmi lesquelles 12 enfants est soupçonnée d’être au cœur de ce trafic ». « Apparemment, ce sont les adolescents qui revendaient la drogue sur le secteur de Laumière, et plus précisément square Marcel Mouloudji. Le plus gros des ventes se serait fait entre 21 heures et 6 heures du matin en dehors des heures légales de perquisition ».

Ce coup de filet s’inscrit dans le cadre d’une information judiciaire ouverte au tribunal de grande instance de Paris pour « trafic », « blanchiment » et « association de malfaiteurs ». Il a été mené dans la ZSP (zone de sécurité prioritaire) Stalingrad-Orgues de Flandres. Ce trafic aurait « généré entre 6 000 et 8 000 euros par jour à raison de 200 à 300 clients quotidiens ». Nos confrères d’i>télé indiquaient que plus de 100 000 euros en liquide avaient été saisis sur place, une information que n’a pas confirmée la préfecture de police de Paris.

Depuis plusieurs années, les riverains expriment leur exaspération face au trafic de crack dans le 19e arrondissement sans que le problème n’ait jamais été réglé. 

La cité Reverdy et moi

Je passe souvent rue Euryale Dehaynin pour descendre vers le canal de l’Ourcq. Cette petite rue longe la cité Reverdy, un ensemble de beaux immeubles sociaux construits au début des années 80 dont de nombreux appartements ont une vue imprenable sur le canal. Un square verdoyant et un terrain de sport jouxtent la cité, dans la proximité du collège Sonia Delaunay. Beaucoup de Parisiens aimeraient loger dans cet ensemble résidentiel au bord de l’eau dans un quartier calme en apparence. Quand je passe devant la cité Reverdy, je remarque que des détritus jonchent le trottoir, que des bandes de jeunes noirs tiennent les murs en permanence, que des locataires ont inscrit sur un papier « merci de ne pas uriner contre le mur » et que la population de collégiens qui sortent de Sonia Delaunay est très majoritairement colorée, surtout africaine et asiatique.

De temps en temps, une voiture de police stationne dans la rue et, dans ce cas, on ne voit quasiment personne « tenir les murs.

Actualités au 25/12/2014

  • 22 décembre 2014. La synagogue de la rue André Danjon a fait l’objet d’un tir dans la fenêtre du bureau où se trouvaient le rabbin et un fidèle     Un projectile, dont la nature n’a pas encore été déterminée, a été tiré ce lundi soir à 21 h 30 sur la façade de la synagogue David-Ben-Ichay, dans la rue André-Danjon, dans le XIXe arrondissement de Parishttp://www.leparisien.fr/paris- 75/paris-une-synagogue-visee-par-un-tir-23-12-2014-4396459.php
  • 23 décembre 2014. Le magasin « la Grande Récré » de la Porte de la Villette a été victime d’un braquage.

Deux hommes, sans doute armés, sont entrés dans l’enseigne située avenue Corentin Cariou, en face de la Cité de l’Industrie porte de la Villette, vers 19 heures.

Ils ont ensuite lancé des bombes lacrymogènes.

 http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-ils-braquent-la-grande-recre-dans-le-19e-er-repartent-bredouilles-23-12-2014-4396641.php

  •  24 décembre 2014. Un petit restaurant cachère de la rue Manin a fait l’objet d’un tir dans sa vitrine Un petit fast-food casher de la rue Manin, dans le XIXe arrondissement deParis, a été la cible d’un tir dans la nuit de mercredi à jeudi. La nature du projectile, qui n’a pas été retrouvé, n’a pas pu être déterminéehttp://www.leparisien.fr/paris-75/paris-tir-contre-un-restaurant-casher-25-12-2014-4400063.php
  • jeudi, 03 juillet 2014 . Une femme grièvement blessée par balle en pleine rue

Mardi soir, cette femme qui marchait avec un ami dans une rue du XIXe arrondissement, à Paris, a été grièvement blessée par balle dans le dos.

La victime, originaire des Alpes-Maritimes, a été prise en charge par les sapeurs-pompiers et évacuée vers un hôpital parisien, rapporte le site du « Parisien« . 

Son pronostic vital est actuellement engagé. Selon les premiers éléments de l’enquête ouverte par la police judiciaire parisienne, la victime aurait été visée « par erreur ». http://tianplus.blogs.nouvelobs.com/tag/paris+19e

  • 20 mars 2014. Agression antisémite allée Arthur-Honegger

Un homme de 59 ans a déposé plainte ce vendredi pour agression antisémite. Il affirme avoir été insulté et frappé la veille à Paris par trois hommes qui lui ont dessiné une croix gammée sur la poitrine.

Jeudi soir, cet enseignant habitant à Saméon (Nord) qui porte la kippa, sort vers 22 heures d’un restaurant cacher de la rue Manin, dans le XIXe arrondissement de Paris. Il est suivi et rapidement insulté par trois hommes d’une vingtaine d’années, selon le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA). Les jeunes lui crient «mort aux juifs, sale juif, sale fils de pute, ainsi que des expressions en langue arabe qu’il n’a pas comprises», détaille l’association.

Arrivés allée Arthur-Honegger les trois agresseurs lui assènent de nombreux coups au visage avant d’ouvrir sa chemise pour dessiner sur sa poitrine avec un marqueur un semblant de croix gammée, a expliqué une source proche de l’enquête.

Selon le communiqué du BNVCA, c’est l’arrivée sur les lieux d’une personne âgée qui met en fuite les agresseurs décris par la victime comme des jeunes «mesurant 1,70 à 1,80 m, portant des casquettes de couleur claire, vêtus d’un jean et d’origine nord-africaine».

 http://www.leparisien.fr/faits-divers/a-paris-un-juif-victime-d-insultes-antisemites-et-frappe-par-trois-hommes-21-03-2014-3694683.php

Témoignage de la victime https://laconnectrice.wordpress.com/2014/04/03/agression-antisemite-le-20-mars-a-paris-19-la-victime-temoigne/

  • vendredi, 06 décembre 2013. Deux prêtres agressés par des adolescents

La scène s’est déroulée jeudi soir, dans la cour de l’église Saint-Jean-Baptiste de Belleville, rue Lassus, dans le XIXe arrondissement de Paris. Cinq très jeunes gens, occupés à renverser méthodiquement les poubelles, ont été surpris, vers 21 h 30, par les deux prêtres de l’église.

 Ces derniers les ont sommés d’arrêter immédiatement et de remettre les détritus dans les conteneurs… En vain. Devant le ferme refus de la bande, l’un des hommes d’église a sorti son téléphone portable pour prendre une photo des dégâts et de leurs auteurs, ce qui n’a pas eu l’heur de plaire aux jeunes. Ces derniers se sont précipités sur les prêtres et les ont molestés. Deux d’entre eux, dont l’un est âgé de 13 ans, ont finalement été arrêtés par la compagnie de sécurisation et d’intervention et placés en garde à vue. Les prêtes ont porté plainte.

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-deux-pretres-agresses-par-des-ados-06-12-2013-3383095.php

  • 9 septembre 2013. Incendie volontaire d’une dizaine de voitures rue Manin

Un homme suspecté d’avoir incendié dimanche soir une dizaine de voitures dans le XIXe arrondissement de Paris a été interpellé et placé en garde à vue, a-t-on appris lundi de source policière.

http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/voitures-incendiees-dimanche-a-paris-un-suspect-interpelle-8261309.html

  • 14 juillet 2013 . Policiers pris à parti par des jeunes lors de l’évacuation d’un immeuble incendié

Le dimanche 14 juillet, des policiers qui évacuaient  les habitants d’un immeuble incendié ont été pris à parti par des « jeunes » qui leur ont lancé des engins pyrotechniques, de type mortier, mais aussi des bouteilles et de pavés. Cela s’est passé rue de Cambrai un quartier de logements sociaux qui avec ceux de la rue Curial font l’objet d’interventions de police régulières pour faits de délinquance et d’hostilité aux forces de l’ordre qui tentent d’intimider les trafiquants de drogue logés à nos frais par les services sociaux. Il semble que les délinquants font mieux dans l’intimidation des policiers et des habitants du quartier que les dites forces de l’ordre sur les délinquants car depuis des années que le problème perdure et que la Politique de la ville crée des emplois pour les militants socialistes, on ne voit pas de progrès.

On notera que cette agression survenue le 14 juillet n’est portée à la connaissance du public que le 18 juillet …

http://www.leparisien.fr/faits-divers/paris-des-policiers-agresses-au-cours-d-un-incendie-18-07-2013-2990853.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

  • 10 juillet 2013. nouvelles agressions de ressortissants asiatiques

Un homme, de nationalité chinoise et âgé de 28 ans, était toujours en observation à l’hôpital Bichat (XVIIIe), ce mercredi 10 juillet, après une violente agression au couteau qui s’est déroulée dimanche vers 0h30, boulevard de la Villette (XIXe) à Paris.

Deux autres ressortissants chinois, âgés de 27 et 30 ans, ont également été blessés au cours de cette rixe.

Les trois victimes ont été prises à partie par six inconnus qui en voulaient à leurs téléphones portables. Après les avoir menacés avec des couteaux et des bombes lacrymogènes, les six voleurs ont tenté de leur arracher leurs téléphones. Deux des trois victimes ont été poignardées alors qu’elles essayaient de leur résister. Leurs agresseurs n’ont pas été interpellés.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/paris-nouvelles-agressions-de-ressortissants-asiatiques-10-07-2013-2971535.php

  • 8 avril 2013. Un couple d’homosexuels agressé

La nuit dernière, dans le XIXe arrondissement à Paris, Olivier et moi nous sommes fait violemment agresser, simplement parce que nous marchions bras dessus, bras dessous.

http://rue89.nouvelobs.com/2013/04/08/wilfred-olivier-agresses-a-paris-voici-visage-lhomophobie-241278

1er mars 2013. Un homme poignardé avenue de Flandre

Un homme, âgé de 37 ans, a été transporté dans un état grave, jeudi 28 février, après avoir été violemment agressé à proximité de son domicile, avenue de Flandre, dans le XIXe arrondissement de Paris.

Selon les premières investigations, confiées aux enquêteurs du 2ème district de police judiciaire (DPJ), la victime, – cuisinier de profession -, rentrait chez elle lorsqu’elle a été aspergée de gaz lacrymogène par un inconnu.

Ce dernier a ensuite porté trois coups de couteau, au niveau du visage, du ventre et du dos, au cuisinier, avant d’être mis en fuite par un voisin. Le mobile de cette tentative de meurtre demeure inconnu.

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-un-homme-poignarde-en-pleine-rue-01-03-2013-2609203.php

Nouveau au 14/05/2014

  • Des bandes organisées volent vélos et scooters

Ma voisine a involontairement assisté au vol d’un vélo sous sa fenêtre sans réaliser sur le moment ce qui se passait. Une voiture avec plusieurs passagers à son bord se gare dans le bateau voisin d’un parking deux roues. Un djeun en sort pour examiner un vélo puis se dirige vers le coffre de la voiture dont il sort tenailles et pinces. Il sectionne les chaines antivol, monte sur la bicyclette et pédale tranquillement au loin tandis que la voiture repart.

Plusieurs de mes voisins ont été victimes du vol de leur bicyclette …

Mais que fait la police ?

  • Le 19ème abcès de fixation de la délinquance et de la criminalité

Ce matin, je discutais avec un gardien d’immeuble social qui n’avait pu dormir de la nuit parce que des blacks faisaient du bruit, comme chaque nuit. La police a été prévenue mais ne fait rien.

Je lui racontais alors qu’un policier m’avait expliqué à propos de la délinquance et de la criminalité du quartier « tant qu’ils sont là, il ne sont pas ailleurs ». Je précisais, oui, ils ne sont pas dans les beaux quartiers où habitent nos dirigeants et la nomenklatura.

Il me répondit : nous sommes discriminés, les habitants du 19ème sont victimes de discrimination.

J’ai trouvé que c’était bien dit.

Nouveau au 09/04/2014

Nouveau au 22/03/2014

  • Agression antisémite rue Manin, jeudi 20 mars vers 22 H

 http://www.leparisien.fr/faits-divers/a-paris-un-juif-victime-d-insultes-antisemites-et-frappe-par-trois-hommes-21-03-2014-3694683.php

Témoignage de la victime https://laconnectrice.wordpress.com/2014/04/03/agression-antisemite-le-20-mars-a-paris-19-la-victime-temoigne/

Nouveau au 18 juillet 2013

Le dimanche 14 juillet, des policiers qui évacuaient  les habitants d’un immeuble incendié ont été pris à parti par des « jeunes » qui leur ont lancé des engins pyrotechniques, de type mortier, mais aussi des bouteilles et de pavés. Cela s’est passé rue de Cambrai un quartier de logements sociaux qui avec ceux de la rue Curial font l’objet d’interventions de police régulières pour faits de délinquance et d’hostilité aux forces de l’ordre qui tentent d’intimider les trafiquants de drogue logés à nos frais par les services sociaux. Il semble que les délinquants font mieux dans l’intimidation des policiers et des habitants du quartier que les dites forces de l’ordre sur les délinquants car depuis des années que le problème perdure et que la Politique de la ville crée des emplois pour les militants socialistes, on ne voit pas de progrès.

On notera que cette agression survenue le 14 juillet n’est portée à la connaissance du public que le 18 juillet …

http://www.leparisien.fr/faits-divers/paris-des-policiers-agresses-au-cours-d-un-incendie-18-07-2013-2990853.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

————————————————————————————–

Dans le 19ème arrondissement, les agressions se suivent et se ressemblent. Les femmes en sont les premières victimes et les délinquants n’hésitent pas à se mettre à plusieurs pour dévaliser les femmes les plus fragiles. Ces délinquants sont souvent noirs et très jeunes. Le quartier est peuplé d’une population noire importante. Ils logeaient il y a quelques années dans des squats insalubres mais ils sont désormais relogés dans des logements sociaux. Le 19ème arrondissement de Paris regroupe 60% de tous les logements sociaux de la capitale. Dans certains quartiers, ce pourcentage monte à 92%. La population étrangère représente 48% alors que la moyenne sur Paris est de 33%.On peut trouver ces statistiques sur le site de la mairie de Paris.

Les familles noires, musulmanes dans leur majorité, comportent énormément d’enfants qui passent leur vie dans les rues dès l’âge de 5 ans. Il suffit de se balader dans l’arrondissement pour le constater. Ces enfants abandonnés à eux mêmes apprennent très tôt la loi de la rue et commettent des délits d’abord pour obéir aux plus grands. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les noirs soient majoritairement responsables des agressions dans ce quartier.

La police le sait mais dit que ses effectifs sont insuffisants et-à mots couverts- que le 19ème est un abcès de fixation voulu par les autorités « Tant qu’ils sont là, ils sont pas ailleurs » (entendez les Beaux quartiers, Neuilly,Levallois, Versailles, etc.)

J’ai moi-même été agressée plusieurs fois et je ne compte plus le nombre d’amies, de voisines ou de connaissances qui l’ont été. Voici le dernier témoignage reçu ce jour.

Bon, aujourd’hui, en rentrant chez moi, après mon travail …, j’ai été agressée dans le sas de mon immeuble par trois noirs qui m’ont arraché le collier en or que je portais, un cadeau que ma mère m’avait fait pour mes 45ans, je crois et que je portais très rarement.
Aujourd’hui, j’ai hésité à le mettre, mais comme j’avais mis un polo beige avec un col en V, j’ai pensé que le jaune or irait bien avec le polo.
Ensuite, comble de malchance, comme quoi, les choses sont parfois écrites, je ne devais pas rentrer chez moi directement, je devais aller rue de châteaudun, et puis, j’ai pensé qu’il valait mieux que je passe chez moi, sortir le petit chien, vu que les deux fois que je l’avais sorti le matin, il n’avait rien fait, j’avais peur qu’il fasse à la maison.
Après, autre comble de malchance, je n’ai pas préparé mon bip avant d’arriver devant chez moi, comme d’hab.
J’ai fait le code, je me suis trompée, donc j’ai perdu du temps, ensuite à l’intérieur, comme la porte se ferme lentement, j’ai encore perdu du temps, pour chercher mes clés au fond du sac et c’est là que ça c’est passé.
La porte allait se refermer, et je sens quelqu’un derrière moi, je me retourne, même pas eu le temps d’ouvrir la deuxième porte que je vois un jeune noir venir sur moi en mettant sa main sur ma bouche, j’ai cru qu’il allait me frapper ou me violer!!!
ensuite, j’en vois un deuxième arriver avec des cheveux décolorés et un troisième, j’ai eu tellement peur, que je me suis pissée dessus, j’ai vraiment cru qu’ils en voulaient à ma personne, du style, règlement de compte.
Ils n’ont rien dit. Je pense que dans un premier temps, si j’avais eu par exemple un portable à la main, c’est ce qu’ils m’auraient pris et comme j’avais le sac en bandoulière, ils ne pouvaient pas perdre de temps à me le prendre vu que je criais.
 
Ca été très vite, le troisième qui était le plus grand et derrière les deux autres m’a alors arraché le collier.
 
Je suis sortie derrière eux en criant et en les insultant, mais il n’y avait personne dans la rue, sauf ma voisine d’immeuble qui arrivait et a croisé les types en train de s’enfuir et qui n’a pas compris pourquoi, je criais après eux.
Elle m’a dit, dommage car j’avais ma bombe lacrymogène dans la poche, mais bon, ça n’aurait servi à rien.
Je n’ai pas eu la présence d’esprit, car dans la panique, tu perds tes moyens, de les suivre pour voir de quel côté ils partaient, et je n’ai pas pensé non plus à appeler police secours, car c’est ce que j’aurais du faire, mais bon…
 
Bref, je suis rentrée chez moi, me changer, vu que j’avais pissé debout. J’ai repris mes esprits et après, j’ai pris la décision d’aller déposer une main courante, mais au commissariat on m’a dit qu’il fallait que je porte plainte.
 
Bon, ça ne sert à rien pour moi, mais pour eux c’est utile (entre guillemets) car même s’ils les coincent, ils ne risquent absolument rien.
J’ai dit que je pouvais les reconnaître, mais quand j’ai vu le nombre de tronches qui se ressemblent toutes, j’ai dit que je ne pouvais pas affirmer que c’était un tel ou un tel. Je le savais, c’est comme pour les arabes, ils se ressemblent tous, avec leur crâne rasé souvent, comment veux tu les reconnaître, c’est pour ça qu’ils peuvent se permettre d’agir en plein jour ou en pleine rue. Le nombre de fois que j’ai vu des bonnes femmes se faire arracher leur sac, sans pouvoir rien faire, même si tu cries. Et, ils agissent souvent par trois!
 
Ben voilà, c’était le seul bijou en or que je possédais, ben maintenant, je n’aurais plus de souci de ce côté là.
 
Je savais pourtant qu’il ne fallait plus porter d’or, car depuis que tout le monde te rachète ton or, les vols à l’arrachée ont augmentés. Mais, je sais que même avertie, je me fait avoir. Je ne pensais pas qu’à dix minutes du travail de chez moi,
je pouvais subir ça. Je me demande, s’il n’y a pas eu complicité de la part de quelqu’un qui me connait. Soit au travail, soit dans
mon immeuble.
 
Mais bon, je peux supposer plusieurs possibilités sans en avoir la certitude. L’essentiel, c’est que je m’en soit sortie qu’avec quelques griffures sur le plexus.

Quand j’allais au commissariat, je croise une femme qui marchait avec son portable à l’oreille et un collier en or au cou. Je l’ai interrompue et lui ai dit de faire attention…. Ah la la, comme l’on dit « un malheur n’arrive jamais seul ».

 
Bon, tu peux écrire ça sur ton blog si tu veux.
%d blogueurs aiment cette page :