Flux RSS

Archives de Tag: oppression des femmes

Discrimination universelle des femmes. Excision féminicide

Dossier réalisé par Cristine GMD à consulter avec les images et les videos sur son site http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/excision-feminicide.html

Excision féminicide

"Votre sourire, votre dédain me diront qu’est-ce que sauver l’homme ? Ce n’est pas le mutiler et c’est lui donner sa chance de justice qu’il est le seul à concevoir" Lettre à un ami allemand,
(Malheureusement, ni la mutilation symbolique des femmes, ni même les tortures de mutilation des petites filles ne lui venaient alors à l’esprit)
"Trente millions de fillettes ou d’adolescentes …risquent encore d’en être victimes dans les dix prochaines années, selon l’Unicef." Voir étude comparative 2012 plus bas-

Toutes les couches de la population perpètrent cette torture sur petites filles, copte (descendante par la langue des anciens Egyptiens de culte orthodoxe - 6 à 10% de la population estimée à 84 millions) et arabe musulmane… avec la bénédiction des institutions – "Après l’opération pratiquée à l’insu d’Inayate, Dounia explose face à la vieille femme : « Tu croyais la protéger en faisant ça mais tu l’as égorgée, tu l’as éteinte ! Sa cuisine sera toujours froide, sur n’importe quel feu ». Jocelyne Saab a aussi choisi de terminer son film sur un chiffre, peu connu : « Selon Amnesty International et le PNUD, 97% des Egyptiennes sont excisées ». Une phrase qu’elle est obligée d’enlever pour sortir son film en Egypte." http://www.rfi.fr/actufr/articles/075/article_42824.asp

Dès lors qu’un rituel quelconque s’aviserait d’amputer le gland des petits garçons pour les marier et leur éviter la prétentaine, sans ronds de jambe aucuns, ce masculicide serait interdit et de lourdes sanctions à la clef. En France, le mot ne figure même pas dans le Code pénal d’excision féminicide ou de féminicide excisionnel… Exigeons GEL immédiat de tout don aux pays qui voilent, violent et excisent en toute tolérance petites filles et femmes. http://www.crashdebug.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=7026%3Ala-france-accorde-a-l-egypte-une-subvention-non-remboursable-d-une-valeur-de-300-000-000-dans-le-cadre-de-l-extension-du-metro-du-caire&catid=90%3Aca-sest-dit-par-la&Itemid=54

Quand va-t-on convoquer un tribunal pénal international ? Pas assez de victimes, trop de survivantes ? Le féminicide excisionnel ravage les petites filles et on n’en a cure ? A quand tous les féminicides, y compris celui-là, pas moins nombreux ou graves que les pratiques génocidaires dans le Code pénal ?

EUROPE - Pourtant, environ 60 000 habitantes excisées et le danger qui plane sur 40 à 50 000 petites filles. L’Institut pour l’égalité des sexes européen EIGE s’alarme du risque sur 180 000 fillettes, et selon l’OMS, 500 000 excisées habitant l’Europe. Des Etats-Unis, de prétendus intellectuels, anthropologues pour certains, osent prôner l’hygiène de l’excision. Autodétermination à la torture et au servage pour les femmes, quel avenir sombre veulent-ils donc inventer pour nos petites filles ? Quel respect devoir à ces criminels qui préconisent  la torture d’excision féminicide sur petites filles !

Ignorance, déséquilibre, instrumentalisation par l’activisme queer qui veut justifier la croyance en l’avènement du sexe neutre (prothèse de la vieille croyance dans le troisième) d’annihilation du sexe féminin, de rendre courantes les mutilations sexuelles des trans en liberté de désir et de choix mariés aux libertariens qui nous enfoncent dans la gorge bien profond la liberté individuelle s’asseyant sur l’égalité des sexes ? http://www.sbs.com.au/news/article/1737516/Women-with-FGM-can-have-healthy-sex-lives-expert-s

Revenons au patriarcat cristallisé et leurs mâles champions de l’excision féminicide -Pour mémoire 83 000 000/2 d’Egyptiennes pour lesquelles l’on sait tout cela dans le détail depuis le scandale de 97 : "91,8 % des Egyptiennes ont été excisées (source : Planning familial). Plus de 1 million d’excision (3600 par jour – source : ministère de la Santé) sont exécutées chaque année. 85 % sont faites par des matrones et par des « barbiers chirurgiens ». 1 300 petites filles décèdent chaque année avant l’âge de dix ans à la suite d’une excision pratiquée hors de l’hôpital. 25 % des stérilités, 35 % des inflammations chroniques chez les femmes ont pour origine l’excision. 85 % des problèmes de l’appareil génital féminin seraint le résultat d’erreurs commises par les non médecins (source : Association égyptienne des obstétriciens)." http://spark.pagesperso-orange.fr/excision.html

"CHIR. Action d’enlever, à l’aide d’un instrument tranchant (un fragment d’organe malade, des tissus nécrosés, une tumeur généralement peu volumineuse). Excision d’une plaie, d’une verrue, d’un panaris excision au bistouri; faire une excision. Chirurgiens plastiques, spécialistes de l’excision du double menton (Morand, New-York,1930, p. 215). La thérapeutique consiste à obturer l’orifice de la carie après excision du tissu mortifié (QuilletMéd.1965, p. 178)." http://www.cnrtl.fr/definition/excision

  • Biologie des organes sexuels féminins
Il existe manifestement un grave déficit en simple connaissance anatomique et il est donc vital de clairement afficher l’anatomie toute simple du corps humain de sexe féminin car pour des raisons absconses ces croquis sont retirés de sous les yeux malgré leur évidente utilité et alors que, par ailleurs, sont laissées en vue des photographies d’exhibitions de servage sexuel sur milles plateformes nétiques-
En première illustration, la démonstration médicale et anatomique en 3 D de l’organe massacré de la petite fille :
Description anatomique des organes internes et externes du sexe féminin
Illustration 1 - Conférence audiovisuelle du Dr Odile BUISSON
Hormis la différence anatomique, comparer les deux avec pour but de les mettre au même niveau de mutilation se révèle injuste et dangereux pour les filles victimes de cette mutilation de "déféminisation" et stérilisation (semi réversibles), maîtrisées, contrôlées par la hiérarchie patriarcale. Les femmes, toutes depuis des générations, convaincues de gré ou de force qu’en cas de refus de se plier au rituel ne trouveraient pas leur place dans la société, ainsi que leurs filles. Plus que symbolique, plus que castration partielle.

Peut-on ajouter foi à un interview de femme médecin égyptienne embauchée du fait du manque de formation au Yémen, au courant des "bonnes" méthodes "fignolant" au fil métallique selon leur "spécialité [qui] s‘appelle l’ablation "harem" de plus en plus recherchée (février  2007) !? Certes des références précises et fiables seraient nécessaires mais sachant que l’OMS connait les chiffres et soutient la médicalisation des excisions par des doctoresses afin d’éviter les septicémies et pratiques traditionnelles moins hygiéniques, que la traite des blanches et les harems ne sont pas non plus des découvertes de la dernière pluie… http://instinctdesurvie.blogspot.fr/2006/12/de-lexcision-et-de-la-traite-des.html

En France, sont notables par relativisme culturel et absence totale de féminisme les condamnations ridicules à la limite de l’invite à la récidive élude les responsabilités, toujours fondées sur l’antienne du statut social, la culpabilité et le paternalisme ?  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/06/excision-feminicide-la-chaine-nevers.html

Nous allons donc continuer à parler ici du féminicide de l’excision du clitoris. Il n’est pas trop tôt qu’enfin l’on intensifie non seulement la parole mais le droit contre les féminicides excisionnels. En parler, on ne fait que cela depuis des siècles. En décembre 2012, l’ONU rappelle qu’il s’agit d’un crime et met sur pied la Journée Internationale contre l’excision – Enfin interdit par expression claire et sans détour – Il ne manque plus que le féminicide et son sale type excision soit mis en Code pénal- Plus perpétré que les tortures génocidaires ! http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/12/mgf-feminicide-dexcision-bannirarchivenu.html
Hérodote (484-424 avant notre ère), Strabon (vers 25 av.n.e.) relatèrent et surtout les momies témoignent ! En Egypte, pendant la "sixième dynastie (2340 -2180 ANE -avant notre ère-), comme si cela était une justification. Malheureusement, comme on le voit ici, certains font tout pour garder les racines de cette coutume vivantes par des justifications oiseuses..

Encore au XIXème, ces mutilations féminicides faisaient l’objet de monographies de voyageurs. Duhousset Emile, Les huis-clos de l’ethnographie : Moeurs orientales, Londres : impr. particulière de la Société d’anthropologie et d’ethnologie comparées 1878  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5719939q/f2.image

 

"L’OMS définit l’excision comme l’ablation du clitoris et ou les lèvres ou toute intervention sur le sexe féminin pour les buts non thérapeutiques. Elle est restée pratiquée dans les régions du Haut Nil, où les momies infibulées et /ou excisées ont été retrouvées. Cette pratique s’est étendue à l’Afrique orientale [17 ; 18 ; 27]." "Les momies qui ont montré que l’excision était pratiquée en Egypte du temps des pharaons XVIème siècle avant Jésus Christ confirmant que l’excision se pratiquait dans la zone qui correspond au foyer de la première néolithisation occidentale, à savoir l’Egypte, l’Ethiopie, la Syrie et la Perse. C’est d’ailleurs la technique constatée qui a été à l’origine de ‘‘l’excision pharaonique" Issa Keita, Thèse de médecine, Bamako, 2008 http://www.keneya.net/fmpos/theses/2008/med/pdf/08M347.pdf
Il n’y a pourtant plus de pharaons… le régime a changé, et pourtant les femmes sont toujours réduites à néant ! "[Selon une étude du ministère égyptien de la Santé, réalisée en 2009, 91% des femmes âgées de 15 à 49 ans seraient excisées]" mais les petites filles sont toujours violées et mutilées en série ! http://blog.slateafrique.com/femmes-afrique/2012/01/23/30-ans-dexistence-du-gams-loccasion-de-dresser-un-bilan/
Les Egyptiennes ont grand mal à se sortir de cette situation de torture constante - 96 % de femmes excisées, ce n’est rien ? http://dailynewsegypt.com/2012/11/15/the-battle-against-female-genital-mutilation/
Suffisamment d’entraves sont mises aux femmes et au féminisme – Il est temps que le monde entier se débarrasse des tentations résectionnelles et résiduelles. A suivre Marie Bonaparte, dont pourtant son appréhension de la distance entre meat urinaire et clitoris officier en frigidité le lui fit déplacer trois fois par des opérations en clinique suisse, coachée par Sigmund Freud lui-même persuadé que le clitoris constituant un "pénis vestigial" (il reste curieux que ce médecin n’ait jamais vu ou réalisé que l’urètre ne passe jamais par le clitoris et un meat ne pourra jamais le couronner) – C’est donc du pipeau de comparer un seul instant pénis et clitoris. Et ce n’est pas de crier à la symbolique phallique qui fera rentrer les choses dans l’ordre… "Les hommes se sentent menacés par ce qui aurait une apparence phallique chez la femme, c’est pourquoi ils insistent pour que le clitoris soit enlevé" Marie Bonaparte, Notes sur l’excision, Revue française de psychanalyse XII, 1946 http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Bonaparte
Puis part encore plus loin en sa justification, c’est dramatique de lire cela et de ne voir personne crier au scandale !?"l’occasion d’examiner beaucoup de femmes excisées en Égypte et qui conclut dans La sexualité de la femmeen 1951, que cette mutilation est parfaitement justifiée "puisqu’elle parfait la féminisation en supprimant un reliquat inutile du phallus". » (sic !) (Ibid. p. 97)" http://unevingtaine.blogspot.fr/2010/08/femmes-et-liberation.html

Négligé, renié le clitoris, nous sommes vaginalisées au point de crier au clitoridisme "Marie Bonaparte en conclut que le dommage était vraiment minime, et que l’« opération » avait l’avantage d’empêcher les femmes de succomber au « clitoridisme ». Une maladie imaginaire dont seraient atteintes les vilaines « clitoridiennes ». Celles qui sont d’enragées masturbatrices et/ou des lesbiennes plus ou moins bien refoulées, alors que la femme adulte normale se doit d’être une pure « vaginale », renonçant aux prétentions viriloïdes, revendicatives, du clitoris." suivant religieusement en cela "Freud de traiter hardiment le clitoris d’organe masculin, mais avorté, inabouti : c’est « le prototype de l’organe inférieur », citation textuelle de la conclusion de son article sur le fétichisme paru en 1927" https://laconnectrice.wordpress.com/2011/03/19/le-drame-de-lexcision-par-louisiane-dore-miloch/

Waris Dirie témoigne et supplie
Ce n’est déjà pas joli joli de persécuter un adulte pour raison politique mais persécuter systématiquement les filles de moins de 15 ans pour raison sexiste, qu’est-ce donc ? Et mettons tout de suite les choses d’équerre, cette amputation déféminisante, torture, se trouve précédé d’un féminicide agravé de viol en réunion par personnes ayant ascendant.Ce qui se pourrait aller jusqu’à être traduit en inceste non prohibé. "Affaire de femmes", loin de là, puisque les "pères d’églises" très divers (manisme, animisme, islam, chrétiens… ) tolèrent, tout autant que les chefs traditionnels, sorciers et guérisseurs – Quel homme s’y oppose ? Dîtes-le nous donc.  http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=20247&Cr=mutilations&Cr1=
  • Pas encore à la Cour Pénale Internationale pour incitation à la mutilation des filles ? 
Non seulement, il faut juger les Etats qui perpètrent par procuration l’excision féminicide, ou Mutilations Génitales Féminines (MGF ou Female Genital Mutilation FGM) mais aussi tout individu qui en fasse publicité, continuant à oser énoncer publiquement qu’elle relève de l’esthétique et du traitement médical.http://www.mosaiquefm.net/fr/index/a/ActuDetail/Element/18228-habib-ellouze-l-excision-des-filles-est-une-operation-esthetique
L’Organisation Mondiale de la Santé qui se contente de compter le nombre de fillettes torturées doit répondre de sa responsabilité de laisser perpétrer en toute connaissance de cause cette torture féminicide subie par 120 000 000 de femmes vivantes à ce jour et ne comptabilisant même pas les quelques 5 % d’infantes et de jeunes accouchées décédées de l’excision féminicide, doublement féminicidées.
Ci-dessous, des moyens de droits à faire valoir contre ceux tant en Tunisie qu’ailleurs qui veulent rendre polygamie et excision légales ! On peut y rajouter des articles du Protocole de Maputo.  http://www.dreuz.info/2013/03/tunisie-instauration-de-la-polygamie-et-lexcision-des-femmes/
Tableau des droits bafoués par les féminicides excsionnels, ) calquer comme un gant pour tout féminicide
p. 33 http://www.eige.europa.eu/sites/default/files/EIGE-Report-FGM-in-the-EU-and-Croatia.pdf
L’UNICEF en 2005 évaluait que la "convention sociale néfaste" de "l’excision/mutilation génitale féminine (E/MGF)" touchait trois millions de petites filles (à l’année, je suppose, une paille…). Les fact sheets se suivent et se ressemblent. http://www.unicef.ch/sites/default/files/documents/unicef_fs_mutilation_sexuelles_feminines_2012_2.pdf
Dans le rapport UNICEF 2011, jamais le mot de viol sur mineure n’est utilisé, ni de castration partielle, ni "de déféminisation", ni de féminicides, ni de torture, ni de pédocriminalité, ni d’inceste. Pourtant, qu’est ce d’autre donc d’autre que du FEMINICIDE pédocriminel, pur et simple ?. A savoir que le viol parfois nommé par certains "meurtre psychique", d’autant plus sur des enfants) : p. 41 "Mutilation génitale féminine/excision La prévalence de la mutilation génitale féminine/ excision (MGF/E), bien qu’en déclin, est toujours très répandue dans 29 pays. Plus de 70 millions de filles et de femmes âgées de 15 à 49 ans ont subi une mutilation génitale féminine/excision (MGF/E), généralement à l’aube de leur puberté. Les MGF/E sont extrêmement dangereuses, …. Elles peuvent entraîner des problèmes à long terme et accroître le risque de complications pendant l’accouchement, tant pour la mère que pour l’enfant. Elles nuisent également au développement sexuel, normal et sain des jeunes filles. ….Mais les progrès sont lents et des millions de filles continuent d’être menacées par cette pratique." http://www.unicef.org/french/sowc2011

L’Unicef, lundi 22 juillet 2013 - "établie à partir des études réalisées au cours des vingt dernières années dans les vingt-neuf pays les plus touchés par ces pratiques. Au niveau planétaire, l’estimation avoisinerait 140 millions de femmes et fillettes, selon l’agence des Nations unies consacrée aux droits de l’enfant."
Pendant paix, guerres, famines, misère, crises, les fêtes, rituels, opérations d’excisions féminicides et autres féminicides continuent ! Au XXème siècle, environ 150 000 000 femmes mutilées x 3 cohortes = 450 000 000-  Bien sur, il faut souligner les avancées en chirurgie réparatrice remarquables qui peuvent restituer l’orgasme à environ moitié des opérées mais qui, cependant, ne viendront jamais à bout de centaines de millions d’excisions féminicides. Et puis tout de même être obligés de réparer ce que d’autres sagouins criminels détruisent et laissent à l’état de moignon… http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(12)60400-0/fulltext
"Pour soutenir nos amies africaines dans l’abandon de l’excision, l’association Marche en Corps organise deux marches : La première, du 8 mars au 7 avril 2013 entre Quimperlé (Bretagne, France), ville jumelle de Nara (située dans la zone sahélienne du Mali) et Angers, ville jumelle de Bamako."  http://marcheencorps.wordpress.com/
Nous sommes loin de la prévision d’éradication en 2015 de cette torture sur petites filles, tendant à les déféminiser, forme subtile, si l’on peut dire, de castration et de contrôle et la Belgique constate les blessures – Résultats de SPF Santé publique d’étude de prévalence de juin 2010 par l’Institut de médecine tropicale : 6.220 femmes (très probablement) excisées et 1.975 fillettes qui risquent l’excision, dont moitié dans la région de Bruxelles-
CEUX qui APPELLENT à l’EXCISION se révèlent trop NOMBREUX – Et si l’on si prend un par un, cela peut durer… car pourquoi la demande ne serait adressée qu’à l’Indonésie parmi la trentaine de pays qui tolère de fait ou de droit le "féminicide excisionnel" ? http://asie-info.fr/2012/12/27/lonu-demande-a-lindonesie-de-ne-plus-tolerer-lexcision-515325.html
Mieux, des conseils de phallocrates avoués prétendent en Indonésie que torturer une petite fille en lui enlevant partie de son sexe fait partie des "droits humains garantis par la Constitution" ! Indonésie : le Conseil des Oulemas déclare que l’excision est recommandée, et que cette mutilation barbare fait partie des "droits humains garantis par la Constitution". http://www.asianews.it/news-en/Indonesian-Ulema-in-favour-of-female-circumcision:-a-human-right-26948.html
Me Borchra Belhaj Hmida par son dossier de dépôt de plainte, contre le prédicateur égyptien et associations l’invitant, pour incitation à la haine et la violence, avec le soutien de la Ligue des Droits de l’Homme de Tunisie avec toute la Tunisie qui clame ce 15 février 2012 son opposition à l’Excision / Mutilation Génitale Féminine qui n’est pas une opération esthétique comme l’on ose encore le prétendre  : http://www.leaders.com.tn/article/les-partis-d-opposition-et-la-societe-civile-unanimes-pour-condamner-les-propos-de-ghenim-sur-l-excision?id=7709
Surtout que des personnes au sein même des organisations des droits de l’Homme promeuvent la torture contre les petites filles car, à nouveau et toujours, obligées de reparler de ceux qui prônent ouvertement le crime de l’excision féminicide- Encore un médecin de la mort ! Et sur Internet sa propagande prétendant qu’il n’y aurait pas de mal à exciser une enfant, au contraire ! http://www.desertflowerfoundation.org/en/fgm-is-a-crime-stop-this-doctor/
Ainsi la proportion microscopique de condamnation de l’excision féminicide par la société humaine et ses tribunaux reste redoutable. Ne reste de commun entre les deux rituels opératoires que l’atteinte à l’intégrité du corps sans consentement de l’intéressé du fait de décision prise par les parents, sous la pression de l’entourage. Ce qui ne suffit absolument en rien à poster en même catégorie les rituels d’excision et de circoncision, religieux ou coutumiers. Axe rhétorique de la neutralité des corps, prétendu épicène ? Alors que l’on sait que justement sur le point de protéger des féminicides, ses victimes et plaignantes, les lois restent indigentes, absentes, semi muettes, aveugles à constater le nombre effarant de féminicides excisionnels de sexisme systémique.  Il n’est qu’à voir qu’il suffirait de licencier un pédiatre qui croit à l’"honneur" de la mutilation sexuelle féminicide, se réclamant de vénérer " l’honneur" phallocentrique (au sens strict) de coutumes patriarcales criminelles, pour le dédouaner ? Que ferait-on si c’était sur un pénis ? http://www.desertflowerfoundation.org/en/achievement-fgm-supporting-pediatrician-fired/
Moins importante parfois que l’intactivisme qui fait florès pour combattre la circoncision qu’il lui est bien pratique de classer comme l’excision féminicide- Malheureusement à négliger la gravité de cette dernière, l’intactivisme se révèle et montre tout son hominisme peu humaniste en toutes conséquences.
Ou que d’autres médecins opèrent criminellement aux Royaume-Uni pour déféminiser par excision dans la plus parfaite tolérance : Against FMG femicide in UK http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N23969 (cf. Britain’s 100,000 mutilated women Mazher Mahmood and Eleanor Mills 22/04/12 http://www.thesundaytimes.co.uk/sto/)
Encore à mi-mai 2012, la Fondation du Désert appelle à arrêter les médecins criminels de torture féminicide pédocriminelle au Etats Unis : http://www.desertflowerfoundation.org/en/fgm-scandal-in-the-us/
  • Rappelons que, en 2000 aux EUA selon recensement  hospitalier, 227 887 en risque FGM/excision - Seules 20 sur 50 états répriment la torture de mutilation génitale de déféminisation féminicide sur petites filles -http://theahafoundation.org/pdf/FGMLAWSFINA.pdf
Osera-t-on nous dire que les médecins partent aussi du bon sentiment qu’il vaut mieux mutiler d’une partie de leur sexe les bébées sous scialytique comme aux Philippines ? Les pages du sexe féminin complet auraient-elles été arrachées des manuels de médecine et de leurs serments ? Des gouttes de sang dans l’océan - L’on tente de mettre en place des rites d’abandon de l’excision qui reste en contradiction avec les rites de passage d’initiation à l’âge adulte et à la soumission aux classes d’âges plus et au sommet aux hommes puisque les populations d’éleveurs de bétail fonctionnent sous un régime patriarcale phallocrate fort de pouvoir exclusivement masculin- Et des que les hommes auront envie que cela recommence, cela recommencera car cela sert à calmer et civiliser les femmes, à les "tenir" http://www.epochtimes.fr/front/12/10/23/n3507307.htm
Mais avant de basculer dans le sujet féminicide de l’excision, introduction sommaire sur l’introcision féminicide :"Introcision : Cette forme de mutilation est pratiquée par les aborigènes Pitta-Patta d’Australie : Lorsqu’une fillette atteint la puberté, l’ensemble de la tribu (des deux sexes) se réunit. L’officiant, un homme âgé, élargit l’orifice vaginal en le déchirant vers le bas à l’aide de trois doigts attachés par une ficelle d’opossum. Dans d’autres régions, le périnée est déchiré à l’aide d’une lame en pierre. Cette opération est généralement suivie d’actes sexuels, sous la contrainte, avec de nombreux jeunes hommes. L’introcision est également pratiquée au Pérou, notamment chez les Conibos, branche des indiens Panos dans le Nord-Est du pays : dès qu’une fillette atteint sa maturité, elle est droguée et soumise à des mutilations devant son groupe. L’opération est pratiquée par une femme âgée, à l’aide d’une lame en bambou. Elle consiste à découper l’hymen à l’entrée du vagin et à le séparer des lèvres, tout en exposant le clitoris. Des herbes médicinales sont ensuite appliquées avant d’introduire dans le vagin un objet légèrement humecté, en forme de verge, fabriqué en terre cuite." http://www.ipu.org/wmn-f/fgm-what.htm
  • Ce n’est pas une coupure, "cutting", c’est une EXCISION. Ce n’est pas une circoncision "circumcision", c’est une EXCISION, torture, mutilation, amputation, viol sur infante.
Une coutume prépubertaire, en avant-propos aux rites de passage, consiste en quelques mois à allonger les nymphes externes ou grandes lèvres et le capuchon du clitoris en tirant dessus au moyen de bâtonnets de ricin, notamment. En Afrique australe et orientale, ce "tablier hottentot" serre en fait principalement au plaisir masculin ainsi que les scarifications sur leurs cuisses (lomué). Ce qui explique notamment le succès de l’exhibition de cirque et la prostitution dont fût victime la Vénus hottentote à Londres puis Paris jusqu’en 1815. Les aborigènes envahis vers le XVIème par les Zulus, guerriers et pasteurs, qui depuis les tenaient fréquemment en esclavage- Les langues zulus comportent des cliques de ces appropriations des femmes khoï -Me référant à mes propres terrains en Haute Zambézie à partir de 1991-
Ainsi, jusqu’aux rumeurs qui ont la peau dure, surtout lorsqu’elles sont racistes : "le capuchon clitoridien ou prépuce », ce « repli, peu développé chez les occidentales est beaucoup plus long chez certaines asiatiques ou africaines, ce qui fait procéder à une circoncision (chez les abyssins notamment)" dixit une urologue un tant soit peu attardée scientifiquement parlant de ce qu’elle avait constaté sur ses patientes (manifestement sans avoir su leur poser les questions adéquates) et copiant tel quel en référence "repli préputial est relativement peu développé dans nos races européennes. Chez certains peuples de l’Asie et de l’Afrique, il atteint une longueur beaucoup plus considérable et l’on sait que quelques-uns d’entre eux, notamment les Abyssins pratiquent la circoncision chez la femme aussi bien que chez l’homme." « Vulve », in P. Brenot (dir.), Dictionnaire de la sexualité humaine, L’esprit du temps, 2004, p. 702 & L. Testut, Traité d’anatomie humaine, t. 4 (« Appareil de la digestion – Appareil uro-génital – Embryologie »), Paris, Octave Doin éditeur, 1905, p. 778
Aff. Brigitte Mauroy c/ Antoine Fischetti et Charlie Hebdo http://charlieenchaine.free.fr/?Les-cinq-arguments-de-Charlie
Egalement tolérée sous ce terme idiot et révoltant, du fait de la bénédiction donnée au XVIe siècle pour faciliter l’évangélisation. http://labrique.net/numeros/nouvelle-rubrique/article/proces-brigitte-mauroy-contre 
Liberticide et dignicide, de plus, gravement, criminellement discriminatoire. Vous devez savoir que l’excision féminicide excise le clitoris, tranche son capuchon de peau et les lèvres génitales, nymphes, parfois de femmes jeunes accouchées. Ainsi, utiliser un mot pour un autre se révèle négationnisme de la torture du féminicide excisionnel et doit être condamné en tant que tel.
Sexes féminin et masculin – Vue de profil
L’excision du clitoris (5 figure de gauche, sexe féminin) sans comparaison possible
à la circoncision du prépuce (6 figure à droite, sexe masculin) protégeant le gland (5 à droite)
Il n’y a pas de débat possible : 8 000 terminaisons nerveuses en partie externe du clitoris (6 000 au gland du pénis)- Les deux restent incomparables pour encore une autre raison : les petits garçons ne sont circoncis, bien que ce soit évidemment du fait de leur sexe masculin, ni par sexisme, ni par misandrie, ni pour les garder fidèles, ni les "civiliser". Ne s’agissant alors ni de torture, ni de castration partielle et n’empêche pas de jouir normalement de leur sexualité et de leur vie d’homme.
La circoncision ne représente donc aucune caractéristique de "masculicide" puisque pas de contrôle patriarcal phallocrate viriarque pesant sur les bénéficiaires statutaires. Seule la peau du prépuce masculin est coupée à la circoncision et absolument pas excisé son pénis. Alors que l’excision reste l’expression de la domination, de la maîtrise et du contrôle des filles en toutes leurs dimensions, en supprimant toutes leurs chances d’équilibre et de liberté. D’avoir entendu sur le terrain, les effets de l’emploi à tort (-turant et tuant) et pernicieux de la circoncision pour les petites filles, que l’on ose faire passer pour opération esthétique ! Combien de personnes se dépêchent d’aller exciser les filles parce que ce serait égalitaire et que ce n’est pas si grave que cela ; se référant fièrement à leur propre circoncision, qui fût une si belle fête ! L’expression "circoncision féminine" devra être strictement interdite et mis en demeure de retirer de tout document officiel, et de tout document circulant en media et Internet. Ce terme impropre va à rebours, annihile les campagnes de sensibilisation, et se ligue contre les femmes qui luttent
Ce terme fautif de circoncision féminine tentant de masquer l’excision féminicide et de la faire passer pour de l’hygiène ou de l’esthétique grippe toute velléité de s’en défaire car

- favorise la thèse d’opération d’égalité abusivement mais ce à quoi croient beaucoup de populations,
- fragilisant ainsi jusqu’à ruiner les efforts des campagnes de sensibilisation de maintes associations
- met en péril les décisions d’abandon du rituel criminel de 6 000 communautés répertoriées à ce jour.
Rituels de passage connus de tout temps http://www.icl-fi.org/francais/oldsite/excision.htm Quoi de nouveau depuis ? Beaucoup mais encore pas assez ! http://www.icl-fi.org/english/womendrev/oldsite/FGM.HTM Il y a onze ans, ce qui se disait et vous pouvez ajouter en commentaires pour faire le point, vos données des villages qui ont abandonné cette convention sociale de coutume contraire au Droit en commentaires http://susaufeminicides.blogspot.com/2012/02/violences-femincides-et-abandon-de.html?showComment=1329402625435#c721646435021594514
  • Séquelles de l’extrême violence du "féminicide excisionnel"
(dessin gracieux de Carlos Latuff)
A propos de l’excision du clitoris (étant un clitoris, ce n’est ni un gland, ni un pénis et les quatre lèvres génitales, nymphes n’étant pas un prépuce, qui n’est pas non plus un vagin- Seul le prépuce pourrait éventuellement et uniquement être comparable au capuchon du clitoris, dit aussi prépuce clitoridien – soyons claires !)
PURE TORTURE de MUTILATION SEXOSPECIFIQUE UNILATERALE de castration partielle de "déféminisation" des petites filles et des jeunes accouchées, dont les éléments anatomiques disent que l’excision est incomparable à la bénigne opération de circoncision :
"Les Conséquences des MGF/E préjudiciables pour la santé sont : non cicatrisation ; formation d’abcès ; kystes ; croissance excessive des tissus cicatriciels ; infections urinaires ; rapports sexuels douloureux ; prédisposition renforcée au VIH/SIDA, à l’hépatite et à d’autres maladies transmissibles par le sang ; infections de l’appareil reproducteur ; pelvipéritonites ; stérilité ; règles douloureuses ; obstacle urinaire chronique/ calculs vésicaux ; incontinence urinaire (fistules) ; arrêt de progression du travail ; risque accru d’hémorragie et d’infection pendant l’accouchement."  Source : UIP-IPU / CIAF-IAC – Il est estimé que les décès dus à ces féminicides portent sur 5 à 15 % de petites filles mutilées. Et précisément http://nenehawa.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1486%3Ales-consequences-sanitaires-ignorees-des-mutulations-geneitales&catid=44%3Asoc&Itemid=63
Prévalence  - Légende Vert pâle – Sans / Vert très clair – Rare ou limité à des enclaves de minorité ethnique / Vert clair – 11-25 % des femmes dont le sexe est excisé / Vert moyen – 26-50 % des femmes dont le sexe est excisé / Vert foncé – Plus de la moitié des femmes ont eu le sexe excisé / Gris – Sans données http://womanstats.org/data/images/infibmap_correct2011.jpg
APPEL à l’action contre les tortures féminicides aggravées – De la mise en danger d’autrui et de mineures, d’incitation à la violence, à la haine, à la torture des filles et jeunes femmes
a - Qui va enfin solliciter la Cour Pénale Internationale concernant l’incitation à la torture féminicide par "criminel en temps de paix" et demande d’un tribunal pénal international sur les féminicides (tortures des viols féminicides, féminicides excisionnels jusqu’à la mort) qui relèvent du Traité de Rome art. 7 et de la Convention UN génocides et autres textes des Nations Unies ?
b - Certains condamnent mais tellement d’autres criminels appellent au crime du féminicide excisionnel Les seconds sont beaucoup plus nombreux. "Wejdi Ghenim, le défenseur de l’excision enflamme la coupole d’El Menzah". A noter qu’il va contre une condamnations religieuse des mutilations féminicides http://susaufeminicides.blogspot.com/2006/11/condamnation-du-feminicide-excisionnel.html
c - Action positive notable de la part des Gynécologues sans Frontières et de cliniques en France qui restaurent partiellement le clitoris, sans pour cela que soient annulées les séquelles personnelles et sociales de l’excision féminicide. Attention - A noter que la secte Clitoraid.Raël.Clonaid, afin de concurrencer toutes les d’implantations chrétiennes en Afrique et se faire adopter par les autres croyances, tente de s’engouffrer dans la brèche médicale et lever des fonds pour ses cliniques, profitant de l’esprit syncrétique très développé en Afrique. En 2009, le docteur Pierre Foldès "Ce n’est pas aux Raëliens de prendre une telle initiative. L’influence religieuse ou sectaire est néfaste, surtout sur le sujet des mutilations. Ce projet de clinique ne doit pas être soutenu, car les motivations ne sont pas claires et servent des objectifs qui ne sont pas la simple santé des femmes. Une telle structure doit dans l’idéal reposer sur le système de santé officiel et respecter la pyramide de soins." http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20090806173135/
Stopper toutes incitations à la prévention du SIDA par l’excision sur la Toile www (appelée fallacieusement circoncision) & d’incitation JE RELANCE APPEL : Faites retirer, interdire et poursuivre les sites Internet -et forums d’appel à « circoncision féminine », cette expression devant être immédiatement interdite pour toutes les mutilations génitales MGF/FMG- et les cinq vidéos de l’américain qui s’en fait l’apôtre (minois de bébées qui défilent sur YT Top 5 reasons…) ?!! Je me refuse à mettre ce lien criminel ici, la vidéo (/watch?v=9r46b-Lm25s) figure dans un groupe FB féminicide et androcides
Alors, où sont les Anonymous sur ce coup-là ? Je croyais qu’ils s’intéressaient à combattre la pédocriminalité ? Où sont ceux qui devraient porter cela devant la Cour Pénale Internationale ? Le pénal n’est réservé qu’aux guerres et, en tant de paix, l’on peut massacrer les petites filles ?
Quand donc les enfants ne verront plus les tortures féminicides des filles et des femmes, en particulier, et deviendront porteurs d’une culture de paix que les femmes respectées et non mutilées pourront enfin inculquer sans ambivalence. Les filles ne sont pas sales et leur sexe n’a pas à être "nettoyé" par des papas abusifs.
Il parait si normal que pour le bonheur du mari, l’on tripote, triture et déforme l’organe sexuel et de plaisir de la petite fille que la seule Mutilation Génitale Féminine non castratrice du "tablier hottentot" d’élongation des lèvres génitales jusqu’à huit/dix centimètres -FGM de 4ème type- de son malheur de pouvoir stimuler le désir, que celle-ci n’est pas même considérée violence sexuelle. Comme les autres MGF, participant des rites de passage d’initiation sexuelle, de soumission aux hommes (convoités époux), et à la classe d’âge des anciens. http://www.irb-cisr.gc.ca:8080/RIR_RDI/RIR_RDI.aspx?id=453956&l=f ;  http://www.irb-cisr.gc.ca/
Multiple agression du féminicide excisionnel - Le principe commun à toutes les atteintes à l’intégrité se résumant à "l’on peut opérer lorsqu’il y a une raison médicale sérieuse et importante". Le patient est censé donner son consentement. Le Code pénal réprouve l’atteinte à l’intégrité, la violence, la mutilation attentant aux fonctions de reproduction. Cela au départ pensé pour la castration masculine, très dissuasif pourquoi cela ne l’est plus dans le cas des filles ?
Malheureusement, comme déjà signalé la carte ci-dessous est incomplète et les féminicides excisionnels sont bien confirmés en Colombie (Emberas), au Pérou, en Indonésie, au Pakistan, en Inde et jusqu’à l’extrémité du continent par les Vendas SAR http://africlaw.com/2012/06/07/female-genital-mutilation-in-south-africa/
Excision – carte source Wikipedia – incomplète
- Mutilations sexuelles et droit à l’intégrité physique de l’enfant en Afrique : l’exemple du Cameroun, Thérèse Atangana-Malongué, 2005, Docteur en droit - Lutter contre les mutilations génitales féminines http://www.justice.gouv.fr/art_pix/1_1_mutilationsgenitalesfeminines.pdf Céline Verbrouck Bruxelles
Experte judiciaire sur féminicides, excisionnel, de viol, mariages forcés, etc. - http://www.lightfoot-klein.com/
En Colombie :
Quelques mots d’une autre mutilation féminicide qui a tué des femmes et grand nombre d’autres avec de graves séquelles. La contraception drastique des stérilisations par ligature des trompes : 300 000 femmes péruviennes stérilisées (double peine, femme et Quechua) et 10% d’hommes indiens Quechua vasectomisés http://lamouette.blog.lemonde.fr/2011/06/07/quand-le-perou-pratiquait-des-sterilisations-massives-avec-la-benediction-du-fmi/
 NOIRES DOULEURS, elles témoignent : http://www.lesecransdusocial.gouv.fr/spip.php?article410
Dans le monde, quelque 228 excisions féminicides d’enfants et de jeunes accouchées à l’heure ! La "castration féminine partielle féminicide excisionnelle" peut-elle se comparer à la circoncision ? NON. Je le reprécise car j’ai été en butte par d’aucuns d’obédience psy-chôse qui ont voulu m’obliger à croire et accréditer que ce serait de même acabit. Ce mot, fer de lance de la "théorie égalitariste de la circoncision" mine les campagnes de terrain contre les excisions féminicides car il permet de croire aux pratiquants que les deux opérations seraient comparables, bénignes, festives ! S’il vous plait, faîtes savoir à tous vos amis anglophones et anglicistes de bannir sans retour concernant ce féminicide de la Mutilation Génitale Féminine, le mot étranger (anglais) et trompeur de circoncision.
La danse contre l’excision féminicide
Sweden - Les victimes survivantes de la torture féminicide des excisions MFG demandent raison et excuses de l’exhibition d’un gâteau figurant l’excision féminicide par une négresse aux anneaux couchée grandeur nature. Où sont les Droits de l’Homme et le Statut de Rome, la Suède ne connait pas ? Que dirait-on si l’on faisait de même pour figurer une victime des tortures de la Guerre Mondiale ? Quelqu’un oserait-il seulement ? Soutien aux survivantes qui s’époumonnent à demander des excuses qui tardent à venir – Trop aimables, elles devraient demander la Cour Pénale Internationale pour ces crimes  http://www.change.org/petitions/fgm-racist-cake-all-survivors-of-fgm-want-is-a-true-apology-that-is-all-we-ask
A quand l’interdiction des féminicides en Droit, afin que je puisse supprimer la gazette des pétitions contre les féminicides excisionnels avec tous les autres ?! http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/05/feminicidesgazette-des-petitions.html
Prologue de cet article dans un échange et des informations supplémentaires sur les rituels de mutilations sexuelles et la castration androcide  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/mutilation-sexuelle-feminicide.html
Source autorisée sous condition de citation fidèle et de la source précise- de contexte, avec auteur version, date, blog "Thémis – Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d’usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides – Larmes de sang" CGMD ©Tous droits réservés international
Publié il y a 1st January 2012 par 

Apartheid des femmes : différence culturelle ou injustice criminelle ?

Je copie colle cet excellent texte de Chantal Crabère auquel j’adhère entièrement http://ripostelaique.com/lapartheid-des-femmes-une-difference-culturelle-a-accepter-ou-une-injustice-a-combattre.html

L’apartheid des femmes : une différence culturelle à accepter ou une injustice à combattre ?

Posted on 2 février 2012 by Chantal Crabère - Article du nº 236

 Il y a quelques années France Inter avait consacré une émission au cas de  jeunes Maliennes qui avaient été excisées en France. J’avais été extrêmement choquée,  ce jour- là, d’entendre une chercheuse (était-elle ethnologue ?) dire : « gardons-nous de juger de l’excision avec nos yeux d’Occidentaux !». Devait-on  porter sur cet acte, profondément violent, « un regard bienveillant »? Les justifications de l’époque étaient les suivantes : l’excision avait été pratiquée pour bien faire, pour permettre, plus tard, une union avec un homme de «  la communauté ». Ne pas éloigner  ces petites filles de leur culture d’origine, somme toute « acceptable», semblait aux yeux de cette « chercheuse » des arguments recevables.

Elle rejoignait là les intellectuels influents qui,  depuis les années 70, nous ont convaincus de l’idéologie du multiculturalisme où « toutes  les cultures  se valent ». L’Occident  ne doit plus se poser en donneur de leçons. Comment jugera-t-on  dans 20 ou 30 ans ce positionnement excessivement expiatoire « des penseurs en décolonisation » ? Comment jugera-t-on ces beaux parleurs qui ont finalement  continué de dicter aux peuples anciennement colonisés un prêt-à-penser ?  En  mettant ces peuples  dans une quasi-obligation « d’abolir toute communauté de conscience entre les hommes … ils les incitent à prononcer…. la déchéance des valeurs universelles »(1). Cette idéologie qui combat l’universalisme au nom de la diversité et de l’égalité des cultures n’est pas sans conséquences.

Si, incontestablement,  les peuples  devaient se réapproprier la part de leur  culture dont ils jugeaient qu’elle avait pu être malmenée voire niée pendant la période coloniale, retourner dans un giron culturel communautaire en voulant effacer délibérément toute référence à l’Occident  a conduit, dans bien des cas, à un repli. Cela a permis le retour et/ou la perpétuation des sociétés patriarcales ou religieuses, la théorie a, d’une certaine manière,  justifié l’archaïsme. La conséquence a été grave pour  l’émancipation des femmes (dont beaucoup s’étaient engagées au côté des hommes au moment des mouvements d’indépendance). On les a priées de retourner accomplir les tâches  auxquelles on les assignait dans « leur culture ».

Alors que la décolonisation aurait dû amener l’émancipation des femmes, on constate aujourd’hui que celle-ci est inachevée. Le combat  est remis en question, voire nié, comme si des forces voulaient en contester le bien-fondé. Les femmes de culture musulmane sont sommées d’inventer un féminisme « islamiquement correct », pas question d’ autonomie en matière de  sexualité par exemple. Il y a eu, en 1979, l’accession au pouvoir des mollahs d’Iran et le triste sort réservé aux femmes. Vinrent les terribles évènements d’Algérie où les intégristes se sont appropriés avec délice ce retour aux sources de leur « culture originelle  qu’ils voulaient essentiellement islamique ». Port du hidjab, femmes assassinées, régression du code de la famille, retour de la polygamie…Mais pourquoi toutes ces précisions ? Toutes les cultures ne se valent-elles pas ?

Aujourd’hui  les pays du Golfe, à coups de pétrodollars généreusement distribués,  programment et financent la lutte contre l’émancipation des femmes, partout dans le monde. Ils trouvent hélas en Occident des élus complaisants. Saïda Douki Dedieu (2) rapporte ces paroles, de 2004, du Grand Mufti d’Arabie Saoudite, terriblement explicites et on ne peut plus réactionnaires : « permettre aux femmes de se mélanger aux hommes  est la source de tous les maux de toutes les catastrophes ».  Elle s’exprime ensuite ainsi :« depuis une dizaine d’années, les observatrices constatent une « régression rampante » des droits des femmes au sein des Nations Unies. Plusieurs signes en témoignent, comme l’élection de l’Arabie Saoudite ( porte- drapeau de l’émancipation des femmes comme chacun sait !) parmi les quarante sept membres du bureau d’ONU des femmes, l’abdication des pays occidentaux face aux offensives religieuses et aux atteintes à la laïcité, ou le rôle le plus de plus en plus prégnant de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), seul groupe d’influence onusien à caractère religieux assumé ». Les voiles et les niqabs saoudiens sont les meilleurs repères pour suivre la progression de cette  » guerre-là »contre l’émancipation  de toutes les femmes. Face à ce danger gravissime les sociétés européennes demeurent inconscientes. Que dire de la Grande Bretagne qui a laissé se créer des tribunaux communautaires où les conflits de couples, comme les conflits familiaux, sont jugés avec les  règles de la charia. Que dire de ce jugement rendu par une juge allemande, prenant en compte la religion pour excuser la violence d’un musulman à l’encontre de sa femme ?  Prendre en compte « la culture de l’autre » se résume, bien souvent, à laisser les femmes prisonnières de pratiques barbares discriminatoires et sexistes. « Aujourd’hui, même en France et en Europe, de façon plus générale, des jeunes filles et des femmes originaires de pays arabes se voient assignées à résidence » écrit Saïda Douki Dedieu.

Depuis un an on parle beaucoup du fameux Printemps arabe. On voit en Egypte, en Tunisie, fleurir hidjabs et niqabs, comme chez nous. Là ou l’intellectuel Tunisien Abdelwahab Meddeb veut nous convaincre que le retour du voile, dans la  Tunisie du Printemps arabe, signifierait plutôt le désir des jeunes filles de voir l’islam respecté (3) (mon oeil !), sa compatriote Saïda Douki Dedieu tire la sonnette d’alarme. S’agissant du voile elle parle d’une escalade tactique trahissant : «  la stratégie finale d’occultation totale des femmes : une fois le « foulard islamique » banalisé à force de se multiplier, on passe au « voile intégral » en attendant la ségrégation complète des sexes qui a commencé dans les piscines, les écoles voire les hôpitaux… et pourquoi pas à terme l’application de la charia pour la communauté musulmane ? ». Elle ajoute, en pointant notre coupable complicité : « Les promoteurs de l’islamisation rampante ont des raisons d’être optimistes quant à l’issue du processus car les démocraties ont la faiblesse de prêter le flanc au «  respect des minorités culturelles » et de manquer singulièrement de vigilance quant aux atteintes à leurs valeurs fondamentalesNous entendons à satiété les mêmes arguments se répéter bien qu’ils aient fait la preuve de leur vanité : le problème  ne concernerait qu’une poignée de femmes…qui quelques années plus tard, fleuriront comme des champignons sous la pluie et imposeront la loi du nombre et du « chaque sexe chez soi ». Dans les pays musulmans, on ne se soucie pas de telles arguties et l’élimination des femmes peut être proprement physique ».

N’est-on pas là au cœur du problème ? Peut-on, même si nous avons besoin de pétrole,  donner droit de cité à des traditions qui enfreignent gravement les Droits de l’Homme ? « De peur de faire violence aux immigrés on se refuse à les protéger contre les méfaits ou les abus éventuels de la tradition dont ils relèvent. Afin d’atténuer la brutalité du déracinement, on les remet pieds et poings liés, à la discrétion de leur communauté, et l’on en arrive à limiter aux hommes d’Occident la sphère d’application des Droits de l’Homme, tout en croyant élargir ces droits, jusqu’à insérer la faculté laissée à chacun de vivre dans sa culture ». Si   Finkielkraut tente courageusement de mettre en lumière cette explication,  l’Occident la met sous le boisseau, par culpabilité et haine de soi !  S’ensuit une tolérance dangereuse pour l’ensemble de notre société.

Refusons  d’entrer dans le piège mortel du « tout se vaut ».  « Le degré de civilisation d’une société se mesure au statut des femmes » (4) . Il vaut mieux être femme en France plutôt que dans les Emirats, et nous  devrions nous inquiéter sérieusement de la pénétration des mœurs saoudiennes dans nos pays. Femmes, portons  avec fierté le combat des féministes !  Notre société n’est pas parfaite, elle a encore beaucoup à faire, mais en matière de droit des femmes elle est en avance, elle a tracé un sillon. Il ne faut pas penser que tout est définitivement acquis et que tout  recul soit impossible. Si, face à l’a priori de l’égalité des cultures, nous renonçons au droit universel de toutes les femmes à l’égalité, alors, outre l’injustice, notre récent édifice, bâti avec tant d’acharnement et de bonne volonté, ne pourra que s’écrouler.

Chantal Crabère 

(1)   La défaite de la pensée de Alain Finkielkraut Editions Folio Essais

(2)   Saïda Douki Dedieu Professeur émérite de psychiatrie de la faculté de Tunis vient de publier : Les femmes et la discrimination. Dépression, Religion, Société. Editions Odile Jacob

(3)   Emission Répliques de France-culture du samedi 28 janvier 2012.

(4) Charles Fourier :  Théoricien socialiste ( 1772/ 1837)

Les crimes d’honneur en recrudescence au Royaume-Uni : 3 000 cas en 2010

Dans les démocraties occidentales, la loi interdit de se faire justice soi-même. En Islamie, les tribunaux islamiques punissent sévèrement les femmes qui ont porté atteinte à l’honneur de leur famille. La loi islamique, la charia légifèrent au nom d’Allah la punition des femmes qui ont désobéi aux hommes ou qui ont été souillées, violées, enlevées ou séquestrées par ces mêmes hommes. Victimes ou responsables d’avoir humilié leur famille, elles sont punies dans tous les cas par les coups de fouets, l’emprisonnement, la lapidation, la décapitation, et toutes les violences possibles.

Traditionnellement pratiqué et justifié dans les pays musulmans où les femmes ne sont pour les hommes qu’un moyen d’assouvir leur volonté de puissance, leur reproduction et leur volonté de les réduire à l’esclavage domestique, le crime d’honneur accompagne l’islamisation de l’Europe et des démocraties occidentales.

Dans les pays non musulmans, les bons musulmans se rendent justice eux-mêmes en commettant des crimes en famille. Aucun pays démocratique ne met sérieusement à l’abri des crimes d’honneur les femmes qui en sont victimes. Allemagne, Italie, France, Royaume-Uni, Belgique, Suisse, Pays-bas, Norvège, Suède, Espagne et autres pays européens ont vu croître les crimes d’honneur avec la montée en puissance de l’impérialisme musulman. Islam is beautiful et après la charia, le déluge de coups.

Les 4 femmes assassinées au Canada par Mohamed Shafia, son fils et sa deuxième épouse avaient alerté la police à plusieurs reprises mais celle-ci n’avait pas jugé utile de les protéger. C’est toutefois Shafia seul qu’on juge en ce moment et non pas aussi la police dont la passivité rend possible d’autres crimes d’honneur. Aucun signal fort n’est donné à ces familles qui persécutent leur propre élément féminin.

Le crime d’honneur est très souvent associé au mariage forcé : la jeune fille refuse un mariage arrangé par sa famille et ose prétendre aimer l’homme de son choix. Ou alors elle refuse les avances irréppressibles d’un prétendant qui ne lui plait pas. Ce fut l’erreur de Chaharazad, en France, qui refusa les propositions de Amer Butt, lequel l’aspergea d’essence et y mit le feu.http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/02/10/01016-20090210ARTFIG00330-brulee-vive-chahrazad-retrouve-son-agresseur-aux-assises-.php Chaharazad a survécu après des dizaines d’opérations mais reste mutilée à vie avec en plus les souffrances que connaissent tous les grands brûlés. http://www.dailymotion.com/video/x8d7tj_chahrazad-voit-son-avenir-au-jour-l_news

Au sortir du tribunal, le père du criminel a osé dire que la sanction était trop lourde !

Le crime d’honneur reste toutefois un sujet tabou comme le constataient les personnes qui participaient à un colloque organisé en 2009 en Suisse. L’impuissance assumée des justices des pays occidentaux est consternanteSur le plan légal, l’affaire n’est pas plus simple. « En matière d’asile, si une femme est menacée de crime d’honneur, elle peut être renvoyée chez elle faute de preuves », explique Fabienne Bugnon. « Le problème, c’est que lorsque la preuve est là, il est trop tard, ajoute Anne-Marie von Arx Vernon. Ou alors, on nous répond que le pays d’origine de la personne punit les crimes d’honneur. Mais, dans ces pays-là, les coutumes tribales prédominent sur les lois. » http://www.rue89.com/2009/04/05/le-crime-d-honneur-une-violence-taboue-jusquen-suisse

L’Union européenne frileuse pour défendre les femmes victimes de crimes d’honneur

Ce sujet qui ne concerne que les femmes -quelques très rares hommes sont victimes de crimes d’honneur- est soumis au diktat des hommes pour raisons " diplomatiques" au point qu’un sujet tourné sur Gulnaz, jeune afghane sauvée de la lapidation – condamnée à mort parce que souillée d’avoir été violée- mais obligée d’épouser son violeur, a été interdit de diffusion en Europe.

Dans le documentaire qu’a pu voir le New York Times, on suit trois jeunes femmes emprisonnées, dont Gulnaz. Initialement condamnée à trois ans de prison, puis lors d’un second procès, à douze années, elle a donné naissance à une fillette issue du viol. Un juge lui propose le marché : épouser son violeur.

La cinéaste raconte également l’histoire d’une adolescente de 14 ans qui aurait été kidnappée et se serait enfuie pour retrouver sa famille.

Selon le New York Times qui a obtenu des e-mails provenant de l’Union européenne, des considérations politiques expliquent peut-être la décision européenne de ne pas diffuser le film.

http://www.rue89.com/2011/12/04/un-docu-interdit-sur-gulnaz-lafghane-qui-va-epouser-son-violeur-227206

Les violences spécifiques contre les femmes ne soulèvent pas la même indignation que les violences politiques ou racistes, par exemple. Les femmes restent des sous-hommes qui ne semblent pas mériter qu’on abolisse les violences qui ne s’adressent qu’à elles. Coutumes, traditions, honneur, contrôle de la descendance, fabrication de chair à canon, marchandise et monnaie d’échange, arme de guerre, moyen de pression sur l’ennemi, sur les salaires, sur les familles, les femmes ne sont jamais qu’un moyen pour les hommes d’arriver à leurs fins.

Exemples de crimes d’honneur

Belgique, Mons

Shafia Sheikh abattue à bout portant par son frère à l’instigation de leurs parents http://www.cyberpresse.ca/international/afrique/201112/03/01-4474240-a-cheval-entre-deux-mondes.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4474241_article_POS1

Canada

Chaque année dans le monde, environ 5000 jeunes femmes sont tuées par des proches au nom de «l’honneur de la famille». Depuis 2002, le Canada est frappé de plein fouet par le phénomène. On estime que 12 Canadiennes ont péri dans des crimes d’honneur allégués. À Montréal, des dizaines de jeunes femmes vivent dans la peur de leur famille et peinent à trouver de l’aide.

Amandeep Atwal, 17 ans, poignardée à mort en 2003 à Kitimat, en Colombie-Britannique. Khatera Sadiqi, 20 ans, fusillée en septembre 2006 à Ottawa. Aqsa Parvez, 16 ans, et Amandeep Kaur Dhillon, 22 ans, étranglée et poignardée à Mississauga, en Ontario, en décembre 2007 et janvier 2009.

Ces quatre jeunes femmes ont une chose en commun. Des membres de leur famille immédiate, accusés de les avoir tuées, sont aujourd’hui derrière les barreaux.

Le père d’Amandeep Atwal, Rajinder Singh Atwal, sert une peine de 16 ans de prison. Kamikar Singh Dhillon a écopé de 25 ans pour le meurtre de sa belle-fille, Amandeep Khaur Dhillon. Le père et le frère d’Aqsa Parvez, Muhammad et Waqas Parvez, ont été condamnés à 18 ans de prison ferme. Le frère de Khatera Sadiqi, Hasibullah, a été condamné à la prison à vie.

Les quatre assassinats ont aussi un autre élément de ressemblance: c’est au nom de «l’honneur de la famille» que les meurtriers se sont exécutés. En cour, Kamikar Singh Dhillon a expliqué qu’il n’avait «pas eu le choix» d’assassiner sa belle-fille qui, selon lui, allait causer la «disgrâce imminente de sa famille». Sans aucune preuve à l’appui, il l’accusait d’avoir une relation extraconjugale.

Professeure à l’Université de Toronto, Shahrzad Mojab a été appelée à témoigner dans les deux plus récents de ces cas. À titre de témoin expert, Mme Mojab a dû faire un exposé sur les crimes d’honneur, phénomène qui coûte la vie à 5000 jeunes femmes partout dans le monde chaque année, selon les statistiques de l’ONU. Le Moyen-Orient et le sous-continent indien sont les plus fortement touchés. On recense des cas autant au sein des familles sikhes, hindoues, chrétiennes que musulmanes.

Le crime d’honneur, a-t-elle expliqué aux juges, est une forme particulière de violence masculine contre les femmes, et est la plupart du temps perpétré par les pères, frères, oncles et autres parents d’une femme lorsqu’ils perçoivent que cette dernière a désobéi aux normes culturelles jugées acceptables par la famille.

Les motifs du crime diffèrent largement: on peut reprocher à la jeune femme le choix d’un amoureux jugé «inapproprié», le refus de porter le voile, une sortie au cinéma ou un mode de vie trop «occidentalisé». «Ça se différencie de la violence domestique, parce que ce n’est pas seulement une question de violence d’un partenaire contre l’autre. Dans le cas des crimes d’honneur, la famille étendue est impliquée.» Le meurtre se prépare souvent par consensus familial.http://www.cyberpresse.ca/actualites/201103/06/01-4376665-lhorreur-pour-sauver-lhonneur.php

L’assassinat de trois jeunes filles et d’une première épouse par Mohamed Safia, sa deuxième épouse et leur fils aîné a donné lieu à un procès cette année. Les 4 femmes ont été noyées pour avoir eu un comportement non conforme aux traditions familiales et ainsi porté atteinte à l’honneur de leur famille.http://www.cyberpresse.ca/actualites/dossiers/proces-shafia/201112/02/01-4474212-mohammad-shafia-etait-bon-avec-rona-au-debut.php

Allemagne

http://fr.novopress.info/103611/allemagne-islam-mariages-forces-et-crimes-d%E2%80%99honneur/

L’étude réa&lisée par IKWRO, une organisation féministe qui défend le droit des femmes http://ikwro.org.uk/2011/12/03/nearly-3000-cases-of-honour-violence-every-year-in-the-uk/, a eu accès aux archives de la police pour identifier les crimes d’honneur ou plus exactement ce qu’elle qualifie de violences contre les femmes pour défendre l’honneur. En effet, les 3 000 victimes n’en sont pas toutes mortes mais, comme Chahrazad brulée vive pour avoir refusé les avances d’un musulman, certaines sont mutilées et handicapées à vie physiquement quand toutes sont traumatisées psychologiquement à vie et beaucoup vivent dans la terreur.

Le Figaro vient de publier un résumé de l’étude IKWRO http://www.lefigaro.fr/international/2011/12/03/01003-20111203ARTFIG00483-les-crimes-d-honneur-augmentent-au-royaume-uni.php

En France

Les textes législatifs

Les mariages forcés sont contraires au droit français, tout comme ils sont contraires à la plupart des législations des autres pays du monde.
  • Mineures
  • Jeunes majeures
  • Majeures de plus de 21 ans

Depuis la loi du 4 avril 2006, en France, le mariage est interdit en dessous de 18 ans, qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme.Cependant, cette nouvelle loi ne règle pas le problème des mariages coutumiers, traditionnels et/ou religieux, qui légitime les rapports sexuels.

Mineures de moins de 15 ans :

Concernant les mariages coutumiers, religieux ou traditionnels, impliquant des rapports sexuels, la loi est intraitable. Les mineures de moins de 15 ans ne sont pas considérées comme aptes à consentir à l’acte sexuel.

La protection des mineures de moins de 15 ans risquant d’être mariées de force ou l’ayant été, s’articule donc autour de cette interdiction. Ainsi, dans le cas d’un mariage forcé effectif, le crime de viol commis sur un mineur de moins de 15 ans fait encourir à son auteur une réclusion criminelle d’une durée de 20 ans, ainsi que des peines de prison pour ses complices

Les mineures de moins de 15 ans risquant d’être mariées ou l’ayant déjà été doivent bénéficier d’une protection absolue. Il est donc du devoir de chacun de signaler et d’agir en fonction du risque de crime de viol.Cette protection passe par l’envoi d’une information préoccupante à la CRIP (Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes, au sein des Conseils Généraux) et/ou d’un signalement au Procureur de la République.

Mineures de plus de 15 ans:

Sur le plan sexuel, la loi considère qu’une mineure de plus de 15 ans est en mesure de consentir. Il faut donc caractériser la situation de contrainte pour engager des mesures de protection de l’enfance (jusqu’à 18 ans) et/ou des poursuites pénales. La situation de contrainte au mariage permet d’amener la notion de viol et donc d’engager les mesures de protections adaptées.Cette protection passe donc aussi par un signalement au Procureur de la République, ou une information préoccupante à la CRIP.

Quelque soit l’âge des mineures, il existe un délit de soustraction sans violence par ascendant, aggravé en cas de déplacement à l’étranger. De même, il existe un délit d’enlèvement sans violence par un tiers. C’est le cas lorsque la future belle-famille enlève l’enfant pour la conduire au pays. Si le Juge en est informé au moment où la jeune fille va quitter le territoire français, il peut agir en urgence. Ces infractions correspondent à l’ancienne qualification de détournement de mineur.http://www.federationgams.org/legislation_mf.php

Stop aux crimes d’honneur.

Stop honour killing http://www.stophonourkillings.com/

Saoudiennes : 9 jours de prison pour avoir conduit !

Publié le

Mana al- Sharif n’accepte pas que les femmes saoudiennes soient privées du droit de conduire, quel que soit leur niveau d’éducation.

Elle a posté sur Internet une vidéo où elle conduit tout en expliquant les conséquences de cette loi inique : dépenses excessives pour utiliser un taxi, perte de temps pour attendre un chauffeur pour se rendre au travail ou rentrer à la maison, impossibilité de se déplacer en cas de danger mortel ou urgence grave, etc.

http://www.youtube.com/watch?v=sowNSH_W2r0

La sanction est tombée : 9 jours de prison pour avoir transgressé la loi qui interdit aux femmes de prendre le volant.

http://www.nytimes.com/2011/05/24/world/middleeast/24saudi.html

La sanction a révolté plus de 30 000 personnes qui ont posté sur twitter et d’autres médias Internet pour soutenir Mana al-Sharif et dénoncer l’injustice sexiste. Le gouvernement a bloqué les serveurs pour museler la contestation.

Les saoudiennes sont très mobilisées et décidées à obtenir le droit de conduire. Elles braveront collectivement l’interdiction en se mettant au volant autant de fois que cela sera nécessaire.

Grâce à Internet, les saoudiennes et leurs supporters peuvent se faire entendre car le gouvernement d’Arabie saoudite interdit les manifestations, les rassemblements publics et la possibilité pour les femmes de sortir sans être accompagnées d’une membre masculin de leur famille et de se mélanger à des étrangers.

http://www.nytimes.com/2011/06/16/world/middleeast/16saudi.html?ref=world

DSK : les féministes exigent que justice soit faite

Publié le

Lisez et signez la pétition

http://sisyphe.org/spip.php?article3894

Lire un excellent résumé de l’affaire, d’un point de vue féministe, par Lilianne Blanc, historienne et auteure

http://sisyphe.org/spip.php?article3900

Dossier complet sur l’affaire Strauss-Kahn avec des analyses, notamment sur la définition du "consentement" et le rappel des préjugés sexistes solidement ancrés en France.

http://sisyphe.org/spip.php?rubrique154

SOS sexisme solidaire de la femme de chambre du Sofitel

Publié le

Communiqué de SOS Sexisme

Le fantasme d’une femme de chambre : Etre violée par un puissant ?

(Docteure Michèle Dayras – 18/05/2011)

Depuis plusieurs jours nous assistons à un véritable délire médiatique en France. 

Dominique Strauss-Kahn aurait été victime d’un complot destiné à stopper sa progression vers la fonction suprême. Et cela, du fait d’une femme de chambre, sans doute émoustillée par sa nudité dévoilée et par la perspective d’une manne financière.

En tant que féministes, nous sommes étonnées de la différence de ton employée à l’encontre du présumé agresseur et de la présumée victime, et du manque total d’impartialité dans les écrits et les discours diffusés.

Certains journalistes et politiques usent et abusent de mots de sympathie, de solidarité, de bienveillance, voire de complaisance ou d’indulgence envers DSK. Et ils font des plaisanteries misogynes blessantes, manifestant une fraternité virile d’hommes toujours prêts à défendre leurs prérogatives sur leur terrain de chasse privilégié: les femmes.

Oui, DSK doit bénéficier de la présomption d’innocence, mais sans doute faut-il prendre en considération -si les faits qui lui sont reprochés s’avèrent exacts- l’extrême détresse dans laquelle peut se trouver la femme mise en cause, pour ne pas dire en accusation. Jeune, noire, immigrée, agressée sexuellement par un homme blanc, riche et âgé. Tous les ingrédients d’une tragédie sont présents : racisme plus sexisme, face au machisme patriarcal tout puissant.

Nous demandons un peu de tact, de décence et d’humanité vis-à-vis de cette présumée victime, qui a eu le courage de porter plainte, ce que très peu de femmes violées sont capables de faire, souvent empêchées d’agir pour d’obscures raisons, familiales, sociales, professionnelles ou autres.

Cette jeune Guinéenne -qui risque la prison en cas d’accusations mensongères- mérite notre solidarité féministe et sororale, en attendant que la justice établisse la vérité.

Les viols ne sont pas la traduction de pulsions masculines. Ils sont la forme extrême du mépris, de la haine et de la peur que les hommes ont des femmes. Le comportement prédateur que s’autorise le sexe masculin est facilité par la banalisation de la violence faite aux femmes dans notre société, et par une législation inexistante, ou souvent laxiste, ou bien non appliquée pour leur venir en aide. Ce qui prime alors, c’est la loi du plus fort ! La France, machiste, ne protège-t-elle pas un cinéaste pédophile et n’a-t-elle pas accepté qu’on laisse sortir le meurtrier d’une femme, après quatre petites années d’emprisonnement?

 (C’est la Connectrice qui souligne et approuve)

Souhaitons que la justice américaine soit moins sexiste.

Niqab interdit le 11 avril

Publié le

Source de l’image : http://www.casafree.com/modules/xcgal/displayimage.php?pid=30817


La loi sur l’interdiction de circuler le visage couvert dans l’espace public entrera en application le 11 avril.

Des "ambassadrices de la laïcité", pour la plupart issues de "Ni putes ni soumises" tentent d’informer la population concernée.

Reportage du Figaro : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/03/23/01016-20110323ARTFIG00736–niqab-l-audacieux-pari-des-ambassadrices-de-la-laicite.php

Choisissez votre niqab: http://www.google.com/images?hl=fr&rlz=&q=photo+niqab&um=1&ie=UTF-8&source=univ&sa=X&ei=FhyLTbWPCdK14gbBuLGNAQ&ved=0CCsQsAQ&biw=1056&bih=657

Les illustrations, excepté le dessin sont extraites de ce site.

Humour: avis de recherche !

cid:1CE6DD5A947C4A9EB0BEC15917E3965A@propri8d87f864

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 195 followers

%d bloggers like this: