Flux RSS

Archives de Tag: pacs

Comité consultatif national d’éthique : ces hommes qui gèrent le ventre des femmes avec la PMA et la GPA

Publié le

Ce soir, dans l’émission « Mots croisés », Najat Vallaud-Belkacen annonce que le Comité consultatif national d’éthique a été missionné par le Président de la République pour se réunir en septembre prochain afin de préparer un avis sur la PMA et la GPA.

On nous avait bien dit officiellement que la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe ne concernerait pas la PMA et, encore moins la GPA. Mais de leur côté, des militants homosexuels comme Pierre Berger ou Caroline Mécary avaient affirmé que la PMA et la GPA étaient la suite logique du « mariage pour tous » et que des procréations artificielles étaient l’objectif réel de la loi Taubira. Au cours d’un documentaire, d’autres  militants homosexuels rappelaient sans vergogne que lorsqu’ils réclamaient le PACS, ils visaient le mariage homosexuel. Tout est donc en marche pour le « meilleur des mondes » au détriment des enfants et des femmes.

Une fois de plus, des hommes vont décider du sort du ventre des femmes, ce qu’ils ont toujours fait à travers les âges en leur imposant un contrôle permanent sur leur sexualité, leurs enfants,  leur instruction, leur choix de vie, leur travail et leur liberté en général.

La composition du CCNE est édifiante : un président, 3 présidents d’honneur, 5 représentants  des principales familles philosophiques et spirituelles, 11 hommes « qualifiés sur l’éthique » (contre 8 femmes), 10 hommes appartenant au secteur de la recherche (pour 4 femmes). Soit au total 30 hommes et 12 femmes !

Pour une consultation « éthique » qui va se pencher sur le corps des femmes, leur santé physique et psychique, leur aptitude à enfanter, leur disponibilité à abandonner leur bébé à la naissance et le montant de la vente de leurs ovocytes et de la location de leur utérus, des risques inhérents à toute grossesse, de l’incidence de la prise d’hormones à haute dose pour favoriser les grossesses artificielles, c’est une majorité d’hommes qui n’ont jamais expérimenté une grossesse et qui ,grâce à ce privilège, ont pu faire une belle carrière à laquelle ils doivent l’honneur d’être éligibles à se pencher sur l’éthique, 30 mâles vont décider du sort des femelles. Comme quoi, la libération des femmes, l’égalité et la parité sont des chimères et il est beaucoup plus difficile de faire valoir et respecter les droits des femmes que ceux des homosexuels. L’égalité des droits, c’est encore et toujours pour les hommes.

Campagne contre l’avortement en 2009. Le fœtus est plus important que la femme. Les hommes décident pour son ventre et tout ce qu’il y a autour.

Membres du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé http://www.ccne-ethique.fr/upload/composition-2012.pdf

Président : Jean Claude Ameisen
Présidents d’honneur : Jean-Pierre Changeux, Didier Sicard, Alain Grimfeld
—————————————————————————————-
Personnalités désignées par le Président de la République et appartenant aux principales
familles philosophiques et spirituelles
Michaël Azoulay
Ali Benmakhlouf
André Glucksmann
Xavier Lacroix
Louis Schweitzer
——————————————————————————-
Personnalités qualifiées choisies en raison de leur compétence et de leur intérêt pour les
problèmes d’éthique.
Régis Aubry
Christiane Basset
François Beaufils
Joëlle Belaisch-Allart
Sylvie Cazalot
Bernard Cazeau
André Comte-Sponville
Alain Cordier
Alain Claeys
Anne-Marie Dickelé
Frédérique Dreifuss-Netter
Claire Legras

Lucien Neuwirth
Philippe Rouvillois
Michel Roux
Dominique Stoppa-Lyonnet
Dominique Thouvenin
Michel Van-Praët
Bertrand Weil
—————————————————————————————-
Personnalités appartenant au secteur de la recherche
Yves Agid
Marie-Germaine Bousser
Margaret Buckingham
Roger-Pol Droit
Pierre-Henri Duée
Patrick Gaudray
Jean-Pierre Kahane
Claude Matuchansky
Francis Puech
Alice René
Claude Sureau
Claudine Tiercelin
Didier Truchet
Jean-Louis Vildé

Le lobby gay occupe la chaîne parlementaire la veille de la manifestation « pour l’égalité ».

Jean-Luc Romero,http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Luc_Romero président du comité de soutien à Florence Cassez, parlementaire ouvertement lobbyiste pour les gays, conseiller régional d’Île-de-France, apparenté PS après avoir fait sa carrière à l’UMP, a écrit le scénario d’un documentaire sur la politique et les homosexuels. « Homopoliticus » a été diffusé sur LCP pour la première fois le 21 décembre et ne cesse d’être rediffusé depuis.http://www.tetu.com/actualites/television/jeudi-sur-lcp-homopoliticus-50-ans-de-combats-politiques-lgbt-22747

Aujourd’hui, alors que « Homopoliticus » ne figurait pas sur les programmes TV, j’ai eu la surprise de tomber dessus au hasard de mes zappings. Curieuse coïncidence que la diffusion de ce film la veille de la grande manif annoncée pour « légalité ».

La première chose qui m’a frappée est que les personnes interviewées étaient toutes des hommes, des hommes qui avaient fait publiquement leur coming out. Une fois de plus, quand il s’agit de politique, les hommes sont sur le devant de la scène.

Deux femmes étaient interrogées parce qu’elles avaient participé au vote en faveur du PACS, Roselyne Bachelot, la madone des gays et Elisabeth Guigou, Garde des sceaux à l’époque. Elles n’étaient pas consultées sur leurs pratiques sexuelles, à l’opposé des messieurs présents dans le film, mais sur leur soutien à la cause homosexuelle masculine. Mais Où donc sont passées les lesbiennes ? Elles n’étaient pas concernées par le PACS ? Ce n’est pourtant pas ce que m’a raconté Anne Zélensky, présidente de la ligue internationale des femmes et amie d’Yvette Roudy qui a oeuvré pour le PACS.

C’est tout de même curieux que nous sachions tout sur les pédérastes, leurs amours et leurs couples mais que nous ne sachions quasiment rien sur les lesbiennes. Elles ne feraient pas leur coming out ? Je ne dois pas être au courant mais alors, pourquoi suis-je au courant , sans chercher à l’être, des pratiques sexuelles de Delanoë, Christophe Girard, Jean Luc Romero, Roger Madec, Bruno  julliard, Jack Lang, et bien d’autres dont je n’ai pas retenu le nom.

Pour les femmes, je ne connais que la peintre animalière Rosa Bonheur qui ne craignait pas d’afficher son homosexualité au XIXème siècle.

Mais ce que j’ai retenu de ce film c’est l’aveu par Roméro du mensonge du lobby gay. Il y dit en substance : Bien sûr qu’au-delà du PACS, nous visions le mariage mais il n’était pas question de le dire publiquement et nous nous passions la consigne dans le milieu gay.

De quoi donner du grain à moudre à mes amies lesbiennes et féministes qui s’opposent au « mariage pour tous » pour la bonne raison que c’est la porte ouverte à la PMA et, surtout à la GPA (gestation pour autrui, mères porteuses). Il y a fort à parier que cette fois aussi, le lobby gay s’est passé la consigne de ne surtout pas évoquer la GPA.

Les gays ne sont pas aussi ringards qu’il y paraît en militant pour le mariage dont ils n’ont rien à cirer. Ce qu’ils veulent, c’est pouvoir avoir des enfants comme les femmes mais comme c’est impossible, ils entendent bien les prostituer en louant leur utérus.

Les gays envisagent la PMA et la GPA comme une partie de plaisir. Facile quand on ne sera jamais enceint. La réalité est qu’il n’y a pas de maternité, même normale, sans risques pour la santé et la vie de la mère. La PMA multiplie par 7 les risques mortels d’embolie pulmonaire. Du fait de l’augmentation du volume sanguin pendant la grossesse, les mères risquent des phlébites et gardent souvent des varices et des hémorroïdes, leurs dents se déchaussent. Ne parlons pas de celles dotées d’une superbe poitrine qui gonfle comme les mamelles d’une vache et se dégonfle, la lactation terminée, pour comme le décrit Zola, ressembler à deux sacs de blé vides. Et puis la prise de poids qui aime bien s’incruster, parfois la chute des cheveux, quelques douleurs lombaires et juste après l’accouchement les sensibles cicatrices de la césarienne ou de l’épisiotomie. Ce ne sont que quelques exemples du coût physique des maternités.

Le comportement du lobby gay est totalement machiste même si les gays revendiquent une part de féminité mais sans féminitude, la condition qui est faite aux femmes par les hommes du simple fait de leur appartenance sexuelle. Non seulement les homosexuels bénéficient des avantages du patriarcat mais il voudraient aussi prendre la place des femmes dans la société et dans la famille auprès des enfants.

En tant que féministe, je ne peux pas soutenir les revendications du lobby gay qui représente tout ce qui m’opprime parce qu’ils sont hommes et parce qu’ils veulent de surcroît entrer en rivalité avec ce qui à ce jour me donne quelques lots de consolation en tant que femme, la maternité.

Je suis définitivement machogayphobe !

Mariage homosexuel : Anne Zélensky, féministe historique y est opposée

Publié le

Anne Zélensky, féministe historique qui a fondé avec Simone de Beauvoir « La ligue du droit des femmes » a contribué à l’élaboration et la création du PACS. Elle estime que le mariage homosexuel est un contresens.

Je partage son avis qu’elle exprime dans l’article que je reproduis intégralement ci-dessous.

Le mariage homosexuel ? Un contresens !

Publié le 14 juin 2011 par Anne Zelensky – Article du nº 203

Voilà relancée la question du mariage homosexuel. Au delà de la manip politique – l’UMP cherche à se faire bien voir de la communauté homo – ce mariage- a- t il raison d’être ? Il y a une antinomie certaine entre mariage et homosexualité. Le mariage renvoie à une institution millénaire, basée sur l’hétérosexualité, la monogamie et la reproduction. Il s’inscrit dans une civilisation dont il fonde la perpétuation et se fonde sur un contrat bien déterminé.

L’homosexualité est une choix ou une pratique sexuelle, longtemps stigmatisée, qui se situe en marge de ce contrat et dans un courant de société relativement récent, marqué aussi par l’association de l’amour et du mariage. Longtemps le mariage n’avait que faire de l’amour, c’était un contrat entre deux familles. L’inclusion de l’amour dans le mariage ne contrevient pas à l’esprit de ce contrat. Par contre l’homosexualité se situe en dehors de ses cadres : elle n’implique ni la procréation, ni la cohabitation, ni la fidélité. Pour autant les homo ont droit à accéder aux mêmes droits que les hétéro. Mais pas sous la même forme. Quand nous avons conçu le PACS – j’étais parmi les initiatrices de cette idée – dès les années 80, cela n’avait rien à voir avec le mariage. Il s’agissait de créer un autre type de contrat que le mariage entre personnes qui ne voulaient pas se marier, mais qui souhaitaient établir un lien d’un autre type. Je dis bien personnes, pas forcément homo. Le projet pouvait concerner des ami/es, des personnes âgées… renvoyées à une certaine solitude et qui trouveraient dans le PACS une forme de solidarité matérielle et affective. Le propos était de susciter et de reconnaître d’autres liens que ceux du mariage, de retisser du lien social, comme on dit et d’alléger par le biais, le budget de la Sécurité sociale. Le médicament sert souvent de palliatif à la solitude. La question du sexe n’était pas du tout centrale dans le projet du PACS. C’était un contrat d’un autre type que le mariage, qui répondait à une demande et qui élargissait les possibilités d’alliances entre les gens.

Ce n’est pas un hasard si notre projet n’a pas suscité l’adhésion de l’ensemble de la communauté homo, qui visait plutôt le mariage . Pas plus que ce n’est un hasard si sur l’ensemble des pacsés, seulement 5% des homos y recourent. La revendication du mariage homo se situe dans cette manie contemporaine de l’égalité, ou plutôt, comme dirait Murray, de l’égalitisme. Tout le monde, il est égal, tout le monde il a droit aux mêmes droits, sous la même forme. On a longuement analysé dans nos colonnes les méfaits de cette manie, en matière d’identité, d’immigration et de diversité.
Revendiquer le mariage homo, c’est tomber dans un contresens. Le mariage a son histoire, sa légitimité et ses spécificités. Symboliquement il se situe sur un autre registre que l’homosexualité. Que les homos aient droit à une reconnaissance, c’est désormais évident Le PACS est là pour la réaliser. C’est la diversité des contrats d’alliance qui est à préserver, qui en fait la richesse, pas l’alignement de tous sur le même contrat.

Au fond, si le mariage homo réalisait le rêve des homos de devenir des hétéros comme les autres ?

Anne Zelensky

http://ripostelaique.com/le-mariage-homosexuel-un-contresens-3.html

Mariage homosexuel: des Sages pas sages

Les Sages ont décidé que le mariage homosexuel était illégal, que des personnes de même sexe ne pouvaient pas s’unir pour fonder une famille.
Cette décision est plus que ridicule dans une société qui accepte des alliances bien plus immorales que celle de deux hommes ou deux femmes. Elle obéit à une définition religieuse de la famille et du mariage qui le conçoit comme la condition du « croître et multiplier ».

En réalité, le mariage est l’association de deux personnes qui la contractualisent pour des motifs religieux, sentimentaux, économiques, politiques et/ou financier. Beaucoup de mariages ont encore aujourd’hui pour finalité de fusionner des familles, des fortunes, des biens et des intérêts qui, s’ils n’excluent pas l’amour, n’ont rien à voir avec les sentiments.

Il n’est pas rare de voir des hommes gestionnaires d’une fortune, épouser la fille de leur patron pour « simplifier » les choses. Comme il n’est pas plus rare de voir un patron épouser la fille de son gestionnaire pour les mêmes raison. Johnny Halliday a épousé la gamine de son agent, une fille plus jeune que son propre fils. Est-ce plus moral que l’union plus égalitaire de deux personnes de même sexe? Est-il plus moral pour Johnny et sa petite-fille que pour un couple homosexuel d’adopter des enfants?

Et faudrait-il déclarer illégal les mariages stériles, ceux qui ne produisent pas d’enfants, puisque ce serait la finalité du mariage et le fondement de la famille.

On ne voit pas pourquoi des personnes de même sexe ne pourraient pas s’aimer, associer le pire et le meilleur, contractualiser leurs droits et leurs devoirs et élever des enfants qu’ils auraient adoptés ou, pour les femmes, obtenus par la voie classique ou encore, pour des hommes, avoir eu recours à des mères porteuses, possibilité donnée-bien que discutable- à des couples hétérosexuels.

Si ce n’est l’Eglise et ses fanfreluches morales, on ne voit vraiment pas ce qui, concrètement, empêcherait des personnes de même sexe de se marier, si ça leur chante.

On accepte qu’un président de la République ait divorcé deux fois et contracté trois mariages mais on trouve illégal le mariage homosexuel. La morale catholique qui préside à la plupart des décisions de notre pays est décidément à géométrie variable.

A l’heure où on juge des crimes et agressions homophobes, on ne peut guère s’étonner de ce que la mentalité de nos Sages indignes soit aussi rétrograde et inhumaine. D’une certaine manière, en n’intégrant pas les réalités de la vie, ils contribuent à l’homophobie ambiante.

%d blogueurs aiment cette page :