Flux RSS

Archives de Tag: padamalgam souci d’apaisement stigmatisation

Arrêter les terroristes. Renseignement, psychiatres ou application stricte des lois

Publié le

Après les derniers attentats de Cambrils, Barcelone et peut-être Turku, les experts discutaillent une fois de plus sur le pourquoi, le comment et l’arrêt du terrorisme comme s’ils découvraient le danger et qu’ils n’avaient jamais eu l’occasion d’analyser la question et de trouver des solutions efficaces pour mettre un frein à ces tragédies à défaut de les éradiquer définitivement.

D’un côté nos dirigeants nous disent que nous sommes en guerre et que le danger terroriste n’a jamais été aussi élevé, de l’autre ils ne nomment pas l’ennemi, lequel pourtant nomment clairement l’ennemi, son ennemi étant le monde occidental, ses peuples et tout ce qui le représente.

Alors que tous les attentats fomentés ces dernières années ont été islamistes, depuis 6 ans les présidents Hollande et Macron n’ont jamais prononcé le qualificatif « islamiste ». De surcroît ils ont opéré un tour de passe passe sémantique en préférant nommer le nouveau califat DAECH au lieu d’Etat Islamique. Plus que notre sécurité, leur souci prédominant étant de ne pas « stigmatiser » l’islam et les musulmans. S’il suffisait de sémantique pour arrêter le terrorisme, nous le verrions. Or la démarche Padamalgam, pas de stigmatisation, le souci d’apaisement n’ont eu aucun effet sur les ardeurs belliqueuses des djihadistes bien au contraire, ils ont compris que tout leur était possible.

Si nos gouvernants voulaient réellement protéger la France et son peuple, il suffirait d’appliquer strictement les lois de la République dont l’éventail a prévu presque toutes les situations mais que les politiques ont handicapé par toutes sortes d’exceptions, de décrets ou d’absence de décrets d’application, de circulaires, de jurisprudences et de diminution drastique des budgets de la Justice et des forces de maintien de l’Ordre.

J’entends déjà les arguments libertaires et anarchisants franchouillards : il est interdit d’interdire, à bas l’Etat policier, délit de sale gueule, contrôle au faciès, CRS-SS, police de la pensée, etc. Et j’entends les mêmes dire vous voulez mettre tout le monde en prison ? sans réfléchir à des solutions alternatives à l’enfermement comme la surveillance électronique, les travaux d’intérêt public ou le bannissement.

Nos magistrats sont plus préoccupés de la dégressivité des peines que de la neutralisation des délinquants et criminels. Or l’aspect pédagogique de la sanction est un bel idéal mais il n’est pas toujours efficace en matière de maintien de la sécurité et de la protection des citoyens.

Entre un laxisme généralisé et un totalitarisme inhumain et destructeur, il y a des niveaux intermédiaires qui pourraient s’avérer dissuasif et protecteurs.

Par exemple, sachant que les terroristes musulmans sont des convertis ou des bi-nationaux, plutôt que d’évoquer des mesures irréalisées parce qu’irréalisables comme la déchéance de nationalité, il devrait être possible de leur demander de signer un contrat de fidélité à la République française et ses lois avec sanctions en cas de refus. Un même contrat devrait être exigé de tous les étrangers qui veulent résider en France. Le principe droits contre devoirs devrait être systématiquement appliqué.

La Connectrice

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :