Flux RSS

Archives de Tag: Paris XIème

Dossier. Meurtre antisémite de Sarah Halimi

Publié le

Dans son livre L’Affaire Sarah Halimi, Noémie Halioua enquête sur les «défaillances» qui ont abouti au meurtre de Sarah Halimi et expliquent ce long mutisme sur son caractère antisémite.

Près d’un an: c’est le temps qu’il aura fallu à la justice pour reconnaître le caractère antisémite du meurtre de Sarah Halimi, cette Française juive de 67 ans torturée aux cris d’«Allah akbar!» dans son appartement parisien de Belleville, puis défenestrée, dans la nuit du 3 au 4 avril 2017. Près d’un an de bataille pour la famille de la victime. La juge d’instruction Anne Ihuellou, qui avait mis son bourreau Kobili Traoré en examen le 10 juillet pour meurtre, n’a retenu l’antisémitisme de ce Franco-Malien de 28 ans comme circonstance aggravante que la semaine dernière. Dès juillet, lors de la commémoration des 75 ans de la rafle du Vél’ d’Hiv, Emmanuel Macron avait pourtant demandé à la justice de faire «toute la clarté» sur ce meurtre, «malgré les dénégations du meurtrier». Au risque de se voir reprocher d’enfreindre la séparation des pouvoirs.

– Crédits photo : _ISA

Dans L’Affaire Sarah Halimi, Noémie Halioua, responsable des pages «Culture» du magazine Actualité juive, enquête sur les «nombreuses défaillances» qui ont abouti au meurtre de Sarah Halimi et expliquent ce long mutisme sur son caractère antisémite.

Sur les pas de William Attal, le frère de la victime, elle nous emmène d’abord dans cette HLM du XIe arrondissement de Paris où Sarah Halimi vivait depuis une trentaine d’années. C’est peu dire que les locataires, immigrés du Maghreb ou d’Afrique noire en majorité, n’accueillent pas le tandem à bras ouverts. Personne, sauf épisodiquement ses voisins de palier, ne fréquentait cette Juive orthodoxe portant jupe longue et perruque. Un monde sépare ce côté du boulevard de Belleville de La Bellevilloise, où la gauche branchée aime célébrer la «diversité».

Dans l’immeuble de Sarah Halimi, une seule femme accepte de raconter à la journaliste, sous couvert d’anonymat, «l’islamisation de la population maghrébine de Belleville qui s’est intensifiée, surtout chez les jeunes».

Kobili Traoré est l’archétype de ce phénomène. Après avoir quitté l’école en troisième, il vivote grâce au RSA et au deal. Incarcéré quatre fois, il compte quatre condamnations pour vol, six pour violences – dont une pour avoir brûlé un individu afin de le détrousser -, huit pour usage ou trafic de stupéfiants, deux pour outrage, un pour port d’armes… La liste n’est pas exhaustive.

«Le soir du meurtre, la connotation islamiste ne laissait aucun doute, ni pour les témoins ni pour les policiers présents»

Noémie Halioua

Noémie Halioua a reconstitué son emploi du temps le jour du meurtre. Il s’est rendu deux fois à la mosquée Omar, rue Morand, qu’un témoin qualifie de «fabrique de tueurs». Puis il a «zoné» dans le quartier avec ses copains et est rentré se coucher. Une journée habituelle, sauf que lorsqu’il se réveille, vers 3 h 30 du matin, il va chez la famille Diarra, dont l’appartement permet l’accès à celui de Sarah Halimi. C’est un membre de la famille Diarra qui va alerter la police, un peu plus tard, en entendant les vociférations et les appels à l’aide chez la voisine. Pourquoi, alors que trois agents de la BAC sont arrivés sur place à 4 h 25 du matin, Traoré n’a-t-il été interpellé qu’à 5 h 35, après avoir défenestré sa victime? Pour le savoir, Me Gilles-William Goldnadel, avocat de la sœur de Sarah Halimi, a déposé plainte pour «non-assistance à personne en danger». Les parties civiles ont demandé une reconstitution, refusée par la juge en raison de l’état mental du prévenu. Noémie Halioua dénonce une «inertie policière» et explique ce refus par le souci de dissimuler «le grave dysfonctionnement des forces de l’ordre ce soir-là».

C’est en faisant appel de cette décision que le parquet et les parties civiles ont enfin obtenu la
reconnaissance du caractère antisémite du crime. La juge a préféré anticiper une possible «évocation» – c’est le terme juridique – du fond du dossier par la cour d’appel. Mais que de temps perdu! «Le soir du meurtre, affirme Noémie Halioua, la connotation islamiste ne laissait aucun doute, ni pour les témoins ni pour les policiers présents.»

La responsabilté des médias

Police, justice, mais aussi médias: L’Affaire Sarah Halimi pointe les responsabilités de tous ses acteurs, chacun à leur niveau. La «vulgate journalistique» qui qualifie de «déséquilibrés» des islamistes pourtant revendiqués, les journaux qui ont choisi de «différer la publication de l’information pour “ne pas faire le jeu de Marine Le Pen”», parce que Sarah Halimi a été tuée en pleine campagne présidentielle, ont joué eux aussi un rôle dans ce drame.

Dès le 1er juin 2017, 17 intellectuels, dont Elisabeth Badinter, Alain Finkielkraut, Marcel Gauchet, Jacques Julliard et Michel Onfray avaient publié une tribune dans Le Figaro pour demander que «toute la vérité soit établie sur le meurtre de Sarah Halimi», mais aussi que «toute la vérité soit dite sur la profondeur des fractures françaises». Le livre de Noémie Halioua y contribue.

L’Affaire Sarah Halimi, de Noémie Halioua, Cerf, 140 p., 16 €. En librairie le 16 mars.

 

Source:©  Radioscopie de l’affaire Halimi

Marche en hommage à Sarah Halimi sous les menaces des antisémites

Publié le
On en sait un peu plus sur l’assassinat de Sarah Lucy Halimi défenestrée par un voisin afro musulman de 27 ans, délinquant notoire, aux cris de Allah Akbar.
L’homme et sa famille harcelaient Sarah et sa fille depuis 20 ans en les traitant de « sales juives » et les bousculant. Malgré les plaintes déposées au commissariat, la police n’a rien fait pour protéger Sarah Lucy. Si cela avait été le cas, il est vraisemblable que la victime n’aurait pas connu cette fin abominable : la victime n’a pas été poignardée contrairement à ce qu’affirment certaines fausses rumeurs. Elle a été réveillée en plein sommeil, violemment battue et défenestrée vivante.

… pourquoi ce silence médiatique autour de cette affaire, pourtant d’une extrême gravité? Je ne peux taire mon trouble.
« Depuis 20 ans la famille du 2ème persécutait Madame Halimi et ses enfants. Ils étaient régulièrement insultés et traités de sales juifs. Les filles de la famille également. Ainsi, Elisheva Halimi a été poussée un jour dans l’escalier par une des sœurs de l’assassin.
 
D’ailleurs, il y a toujours eu un contexte de racisme et d’antisémitisme dans cet immeuble. »

Et l’assassin ? De nouvelles sources indiquent qu’il s’appellerait Kada Traoré. A supposer avérée, cette révélation laisse trop de questions en suspens.

 
Quel rôle la police a joué ? Pourquoi les plaintes de Madame Halimi, que plusieurs sources évoquent, n’ont-elles pas été suivies d’effet ?
 
A supposer qu’elles l’aient été, comment en arrive-t-on là ?
 
Les juifs de France sont-ils encore en sécurité ?

« Ce matin nous étions plus de 1200 à nous être rassemblés pour honorer la mémoire de Sarah Halimi zal et réclamer toute la vérité sur ce crime
L’assassin regroupait en lui
– d’être un delinquant connu des services de police
– d’être un dément adepte de stupéfiants
– d’être un antisemite qui depuis longtemps insultait la famille Halimi
**Alors que la Manifestation à la mémoire de Sarah HALIMI arrivait rue Vaucouleurs une dizaine de voyous antijuifs ont cru intelligents d’agresser les manifestants en lançant des bouteilles et en les insultant « Sales Juifs « et en promettant de régler leurs sorts aux juifs et aux policiers assurant la protection : « Nous avons nos Kalach » « la police est avec les juifs »http://jforum.fr/sarah-halimi-zl-une-marche-blanche-de-colere.html

Lire aussi

Cette vieille dame assassinée qui panique la communauté juive et dont on parle peu

Claude Askolovitch — 07.04.2017 – 11 h 24, mis à jour le 09.04.2017 à 0 h 42

http://www.slate.fr/story/143018/juif-meurtre-paris

Vendredi matin, le procureur de Paris François Molins a reçu les responsables de la communauté juive de France pour leur assurer que ce drame, en l’état de l’enquête, n’est pas un meurtre antisémite, mais que cette piste sera aussi explorée, dans l’instruction qui s’ouvre. La scène en elle-même est étonnante. Le Grand Rabbin de France Haim Korsia, le Président du Consistoire central Joel Mergui, le Président du Fonds social juif unifié Ariel Goldman, le directeur général du Crif Robert Ejnès, reçus par l’autorité judiciaire pour être informés d’une enquête en cours, à laquelle rien ne les lie, sinon la confession de la victime? 

…Mais il faut cela, pourtant, tant les communautés juives sont habitées d’une quasi-certitude: après Ilan Halimi, les morts de Toulouse et ceux de l’Hyper Cacher, l’antisémitisme a tué à nouveau en France. La mort de Mme Attal-Halimi est omniprésente dans les réseaux communautaires juifs, sur des sites spécialisés, et sur Facebook et Twitter. Rarement l’isolement du judaïsme français n’aura été aussi palpable: la presse généraliste parle à peine de ce drame, un fait divers de plus, que l’opinion publique ignore largement. Les juifs se retrouvent pour ainsi dire seuls avec une peur, dont ils ne peuvent douter, mais dont il n’est pas sûr qu’elle soit avérée.

…Vendredi matin, devant les responsables juifs, François Molins a confirmé qu’on a entendu K.T. dire «Allah Akbar»…

http://www.bvoltaire.fr/sarah-lucie-halimi-medecin-juive-assassinee-voisin-musulman/

La cause, c’est-à-dire le Coran et la Sunna, l’antisémitisme consubstantiel à l’islam depuis les persécutions des juifs d’Arabie par Mahomet.

 

Ce dimanche matin, aucun homme ou femme politique à la marche de Sarah Halimi. Des juifs, des juifs seulement, les juifs seuls.

Certains leaders juifs français semblent n’avoir qu’une priorité : assurer le gouvernement de leur contribution à l’utilisation de la Shoah pour contrer toute forme de souverainisme démocratique…

Je ne supporte plus la duplicité de certains notables de la communauté juive, qui poursuivent inlassablement de leurs griefs les personnes alertant le peuple sur l’antisémitisme et autres aspects barbares de la loi islamique.

Je ne supporte plus que les morts de ma famille, dont les morts pour la France, soient exploités pour faire taire le peuple qui nous a recueillis, lorsque ce peuple français s’inquiète de l’arrivée de populations attachées, au moins en grande partie, à la loi islamique.

J’ai de nombreuses raisons de craindre les nationalismes, mais j’estime aujourd’hui que la candidature la moins nocive est celle de Marine Le Pen. Elle seule paraît vouloir réellement mettre un terme à la politique d’immigration venant de pays musulmans.

Une dame juive défenestrée par son voisin musulman aux cris de Allah Akbar

Publié le

Dans la nuit du mardi 4 au mercredi 5, Sarah Halimi était retrouvée inerte au pied de son immeuble dans le 11ème arrondissement.

Elle aurait été poussée du 3ème étage par son voisin musulman qui la harcelait régulièrement. Il s’est introduit dans son appartement, l’a entraînée sur le balcon et l’a poussée aux cris de Allah Akbar.

Sarah Halimi était juive orthodoxe co-fondatrice de la communauté juive orthodoxe de Paris. La presse et RCJ ont évoqué cet assassinat. Le corps de Sarah devait être transporté cette nuit pour être enterré en Israël.

La communauté juive que certains de ses membres comparent, pour ce qui est de l’insécurité, au canari des mineurs (les mineurs autrefois entraient dans la mine avec un canari qui mourait s’il y avait du grisou, signal d’alerte qui permettaient aux mineurs de sauver leur vie), est bouleversée par cet acte antisémite. Parce que lorsqu’une société se fascise et devient intolérante et totalitaire, les juifs sont en première ligne des agressions criminelles et belliqueuses.

Bien entendu, le voisin est qualifié de déséquilibré, comme toujours pour les criminels musulmans. Dans son ouvrage « islam fabrique des déséquilibrés ? », Wafa Sultan, psychiatre d’origine syrienne, explique comment le Coran fabrique ses fous d’Allah. http://ripostelaique.com/livre-choc-de-wafa-sultan-edite-par-rl-lislam-fabrique-de-desequilibres.html

 width=

 Voici à quoi conduisent les « accomodements raisonnables » avec les musulmans de nos responsables irresponsables comme Mélanchon, Hamon, Fillon et Macron qui osent se présenter aux élections présidentielles.
On notera que, en cette journée, Hollande ne s’est pas rendu auprès de la famille de Sarah …
Pour en savoir plus et rendre hommage à la défunte

Une femme juive orthodoxe, Sarah Halimi a été assassinée par un voisin rue Vaucouleurs, à Paris.
Son voisin est monté après avoir poursuivi sa victime verbalement depuis des jours, d’autres voisins ont alors appelé la police. Selon l’entourage, 3 policiers armés auraient refusé d’intervenir prétextant qu’ils devaient appeler un service plus compétent.
Le voisin a jeté cette femme par la fenêtre aux cris de Allah Akbar (toujours se lon l’entourage).
Des membres de la communauté orthodoxe se sont démenés pour éviter l’autopsie mais n’ont pas réussi.
Cette Tsadeket a dirigé l’une des toutes premières crêches orthodoxes de France, rue vieille du Temple.
Baroukh Dayan Haemet

%d blogueurs aiment cette page :