Flux RSS

Archives de Tag: Paris

De la douceur dans ce monde de brutes. Iris translucide dans tous ses états

Publié le

Evolution des trois pieds d’iris de mon balcon du 9 au 14 mai 2018 par temps maussade et pluvieux. Je ne me lasse pas d’admirer leur beauté complexe avec leurs couleurs et leur fragrance subtiles, la translucité de leurs pétales ondulées, leur résistance à la pluie et à la morosité du temps.

J’ai attendu dix ans la floraison de l’unique rhizome que j’avais acquis quai de la Messagerie, je l’ai divisé au fil des années et puis j’ai abandonné la jardinière dans un coin désespérant de voir sortir des fleurs et je ne m’y attendais plus lorsqu’enfin elles sont apparues.

Une chose que j’ai apprise avec le jardinage, c’est que les plantes sont imprévisibles. Les graines peuvent éclore une ou deux années après les semis, certaines plantes fleurissent une année ou plus après la plantation (giroflées), certaines graines produisent des plantes stériles (volubilis)et beaucoup d »espèces ne résistent pas au soleil et au vent de mon balcon (rosiers, jasmin, bambou, laurier rose, chèvrefeuille…). D’autres plantes comme les pensées s’autosèment.

Dimanche 15 novembre à Paris. Tout ce qui est fermé et interdit

J’avoue que je serais bien allée au marché ce matin parce que ces mesures administratives ne pourront pas limiter les risques vis-à-vis de terroristes dont le gouvernement ne sait pas nous protéger. On a vu qu’ils peuvent tuer n’importe où, n’importe quand et n’importent qui.

Ces mesures spectaculaires n’ont rien de rassurant parce qu’elles sont superficielles et temporaires.

Sur la durée, la sécurité intérieure n’est pas assurée.

Il paraît que la police n’a même pas reçu les armes promises depuis un an.

Mais de l’argent pour les « migrants » islamistes, pour les nourrir, les loger et les soigner, il y en a …

La Connectrice

Fermeture de tous les équipements parisiens

  • 14 novembre 2015
  • Mis à jour le 14 novembre 2015
  • A la suite des événements graves survenus hier soir à Paris, l’ensemble des équipements de la Ville sont fermés samedi 14 et dimanche 15 novembre.
  • écoles
  • musées
  • bibliothèques/médiathèques
  • gymnases
  • piscines
  • tennis
  • marchés alimentaires
  • conservatoires
  • ateliers des Beaux-Arts
  • Paris Ateliers
  • Mairies d’Arrondissements (à l’exception des Mairies du 10e et 11e)
  • Maisons des associations

Toutes les manifestations sont annulées dans les Mairies d’Arrondissements, seules les permanences d’Etat Civil et la célébration des Mariages restent ouverts.

Les inspecteurs de sécurité renforceront les agents de surveillance en porte de toutes les Mairies.

Interdiction de manifestation

La préfecture par arrêté a interdit les manifestations sur la voie publique à Paris et dans les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val de Marne

Retrouvez l’intégralité de l’arrêté ci-dessous

Dernière mise à jour le samedi 14 novembre 2015

Harcèlement de rue

Publié le

Il est environ 22h30 lorsque je promène ma chienne tranquillement dans la fraîcheur nocturne clôturant une belle journée ensoleillée.

Je croise un homme qui me demande la direction du métro. Il est trapu, basané, la quarantaine et plutôt du genre clodo. Il baragouine le français. Je lui indique gentiment la direction à suivre et je reprends mon chemin. Le type me hèle : « Hé Madame ! » Je me retourne poliment pensant qu’il a besoin d’un complément d’information. Je suis naturellement serviable, moi. « Hé Madame, vous êtes seule, je peux venir avec vous ? » demande-t-il en marchant vers moi.

Comme je le dis souvent, les mecs pensent que toutes les femmes leur appartiennent et le type le plus misérable et hideux de la terre s’imagine qu’il peut s’approprier la femme la plus nantie et magnifique du monde. Ma chienne a plus de sensibilité et de sens des rapports humains que ces cancrelats qui ne sont que des prédateurs sans foi ni loi.

Vexée et humiliée par tant d’impudence, en colère, je fais un geste vif du bras pour lui signifier de dégager. Il n’insiste pas.

Ulcérée, je continue ma marche lorsque je suis doublée par un jeune bobo qui se retourne en me dépassant et me demande une cigarette sans autre formalité.

C’en est trop, j’explose. ‘ Non ! Quelque soit votre âge, vous êtes tous des maquereaux, les mecs, yen a un qui veut me baiser, l’autre me taxer mais fichez-moi la paix, je ne suis ni votre pute ni votre nourrice ! ». Le bobo file la queue entre les jambes.

Deux minutes plus tard, un motard roule sur le trottoir et me crache sa fumée nauséabonde à la figure et puis un autre motard passe en trombe et fait péter sa machine en sus du rugissement du moteur, ce qui fait paniquer ma chienne. Le bruit des pétards la rend dingue de frayeur.

Et tout ça en 5 mn sur 50 m par une nuit tranquille.Vive la sérénité des nuits parisiennes !:

Tout le monde parle de libertés mais la première de ces libertés n’est-elle pas le droit de déambuler librement en toute sécurité ? A Paris, cette liberté n’existe pas et c’est pour cela que les Parisiens sont généralement désagréables, agressifs et asociaux, dixit les touristes français et étrangers.

La Connectrice

Paris foutoir. Le vélo chasse le piéton

3-IMG_1162

Depuis que la mairie de Paris a sanctifié le vélo, les piétons vivent un enfer de chaque seconde lorsqu’ils osent marcher sur les trottoirs qui, normalement leur devraient être réservés.

Avec une inconscience coupable nos édiles ont lâché dans Paris des hordes de cyclistes inciviques, agressifs, égoïstes et dangereux pour les humains qui circulent-encore- à pied.

Le cycliste parisien se croit tout permis. Il roule sur les trottoirs, sur les places, sur les passages piétons et roulerait même sur ces derniers s’ils ne s’écartaient pas de son pédalage altier. Lorsqu’un piéton ose se plaindre d’avoir été frôlé par le noble vélo, il reçoit une volée d’insultes car rien ne doit arrêter la course fière du cycliste béni par Delanoë et ses amis au nom d’une idéologie écolo frelatée.

Le vélo est tellement admirable que les édiles parisiens n’ont pas hésité à voler l’espace des piétons pour l’offrir aux cyclistes. Les riverains de certains quartiers qui avaient la chance de pouvoir déambuler en toute liberté sur de larges trottoirs ont vu ceux-ci réduits à la portion congrue par le dessin de pistes cyclables tracées en leur centre. Mais ces pistes ne suffisent pas aux cyclistes qui les prennent à contre-sens peu soucieux du danger qu’ils font courir en particulier aux enfants et aux personnes âgées. La nuit tombée, ces courageux cyclistes circulent sans lumière ce qui est dangereux pour eux-mêmes et pour les piétons qui ne les entendent pas arriver. Il est tout de même étonnant que la loi n’oblige pas les vélos à s’équiper de lanternes.

La loi, parlons-en. Je n’ai jamais vu un cycliste se faire interpeller et a fortiori sanctionner par un policier. Les vélos grillent les feux rouges et empruntent les trottoirs et les espaces piétons sous le nez de la police qui ne dit mot, certainement parce que le maire de Paris lui a demandé de faire preuve de tolérance.

Mais ce n’est pas tout, des arrêts de bus ont été avancés pour faire de la place à une piste cyclable que le passager doit traverser au risque de sa vie pour rejoindre le trottoir où il risque d’ailleurs de rencontrer un autre engin à roues comme une moto, un scooter, un vélo, une trottinette, un skate ou ces engins motorisés, de plus en plus nombreux, où l’on se tient debout en équilibre (Freego, scooter électrique, etc.).

Basse énergie, rentable vert, vehicel debout scooter électrique

Ailleurs où des pistes cyclables à double sens ont été construites (par exemple le long du canal de l’Ourcq) les cyclistes se grisent de leur liberté en roulant à toute vitesse tandis que le piéton doit y regarder à plusieurs fois pour rejoindre le trottoir.

Non seulement le vélo fait perdre tout sens civique à ceux qui le pratiquent mais il rend égoïste, incivique et agressif. Et pourtant on le dit écolo, plus écolo que la bagnole, encore plus écolo que le camion et la moto réunis. Ces cyclistes qui souffrent eux-mêmes de plus rapide et plus gros qu’eux oublient qu’ils sont plus rapides et plus gros que les piétons. Les cyclistes qui se protègent avec des casques et des gilets fluorescents, ceux-là même qui équipent leurs enfants de protections, n’ont pas le moindre respect pour le piéton qu’ils mettent en danger.

Pour le piéton, le danger n’est pas seulement de risquer d’être renversé, c’est aussi le stress que génère le cycliste en roulant là où on ne l’attend pas, en frôlant le pauvre piéton qui sursaute et en l’insultant s’il ose rappeler l’individu aux règles élémentaires de la civilité. Le cycliste n’est jamais en tort, il se croit investi de tous les droits et ne s’excuse jamais de le mettre en danger le piéton et de l’importuner. Le cycliste parisien est arrogant et méprisant pour le piéton bipède.

A la lueur des ces tristes constats, on peut se demander si le maire de Paris considère comme quantité négligeable les piétons, s’il a oublié qu’ils votaient et s’il a comme grand projet un Paris sur deux roues débarrassé de tous ses piétons,  pour rivaliser avec Amsterdam et Berlin.

En attendant, les piétons souffrent et cyclistes et piétons se détestent mutuellement, un autre échec du « vivre ensemble » que le touriste de passage ne manque pas de percevoir car le touriste qui trouve l’ambiance parisienne exécrable est piéton la plupart du temps.

1-IMG_1160

Rue Manin, la municipalité a volé le trottoir aux piétons pour l’offrir aux cyclistes

2-IMG_1161

Les cyclistes n’en ont jamais assez comme les petits enfants qui repoussent avec obstination les limites fixées par leurs parents. Sauf qu’à Paris personne ne fixe des limites aux cyclistes. Non content de rouler sur « sa » piste, celui-ci la prend à contresens et les piétons ne savent plus où donner de la tête.
4-IMG_1163

Ce cycliste préfère rouler sur le trottoir que sur la piste cyclable qui se trouve à  côté

5-IMG_0687

Rouler à vélib sur la place de la mairie, c’est ça la liberté

6-IMG_0693 7-IMG_0699 8-IMG_0703

Simulacre de démocratie. Anne Hidalgo se moque des Parisiens avec son budget participatif de 20M€

Le budget participatif est à la mode et Anne Hidalgo, maire de Paris prétend offrir aux Parisiens « de tous âges et toutes nationalités » la possibilité de choisir parmi 15 projets l’affectation de  5 % du budget d’investissement de la ville. Soit 426 millions d’euros sur six ans. Une enveloppe de 20 millions d’euros et quinze projets sont en jeu pour cette première édition. Du 24 septembre au 1er octobre, les Parisiens seront invités à hiérarchiser les projets qu’ils estiment prioritaires. Les cinq qui remporteront le plus de voix seront mis en œuvre dès 2015. Le vote se fera par internet sur un site dédié. Mais des urnes seront également installées dans les mairies d’arrondissement pour un vote papier. Source

Le PS est coutumier des simulacres de démocratie en reprenant des termes qui évoquent des concepts propres à l’idéal socialiste comme l’égalité, la participation, le collectif, la démocratie directe, la solidarité, les comités de quartier, la Politique de la ville, les droits humains, la parité, etc.

En réalité, le PS aveugle les Français avec ces mots porteurs d’amélioration de leur vie quotidienne pour mieux les manipuler en disant qu’il les a consultés tout à fait démocratiquement. Car, avec le PS, tout est dans le simulacre. On fait semblant de se soucier du bien commun mais vous remarquerez que cette locution est taboue. Les institutions comme l’Assemblée nationale et le Sénat, toutes deux contrôlées par le PS s’entendent à étouffer toute volonté réellement populaire et participative.

La participation selon le PS est un vaste coup de bluff qui masque un comportement Stalinien et totalitaire. Et puis, à quoi servent les élus s’ils sont en concurrence avec la participation directe des Parisiens ?

Voyons donc ce que nous propose Madame Hidalgo comme « projets participatifs ». Source

Les projetsTrier par : Ordre Alphabétique

Des projets qui ne se soucient pas de la qualité de vie des Parisiens

  • On remarquera que la majorité de ces projets concerne les sports et les loisirs, qu’un seul projet concerne l’emploi (le coworking) et un seul est pédagogique. On a l’impression avec ces choix que la majorité des Parisiens ne travaille pas et que son principal souci est de se distraire.
  • Pour ce qui est de la qualité de vie, nous avons le tri des déchets, un besoin absolument fondamental à Paris, pour lequel  1M€ est prévu quand 8 M€ sont déjà alloués à deux « piscines éphémères » ! Comme pour tous les projets, peu de détails sont donnés sur le traitement final de ces déchets. Les collecter est indispensable mais les recycler et les traiter est fondamental pour garantir la santé de notre terre. Or j’ai entendu dire que les centres de traitement des déchets ne suivaient pas la collecte …
    • Sur la dégradation de la qualité de vie on s’interrogera sur la musique amplifiée et le cinéma de plein air dans les parcs urbains, au plus proche des habitants, une pollution sonore en perspective qui semble ne concerner que les professionnels de santé . Sans oublier que certaines musiques appellent l’alcool autorisé -Aux Buttes-Chaumont la bière est en vente libre- ou pas, les drogues, les incivilités et parfois la violence.

Absence d’information sur les projets, leur sélection et leurs responsables

  • Aucune information n’est donnée sur le nombre de projets proposés au total, leur objet et sur quels critères quinze ont été retenus par le Conseil de Paris.
  • Aucune information n’est donnée sur les porteurs de projets, les chefs de projets, les concepteurs des projets et la ventilation prévisionnelle des dépenses. A qui profitent et profiteront es 20 M€ ? On s’en doute un peu : faire tourner les entreprises amies du PS, fournir des emplois aux amis du PS.

Absence d’information sur les modalités de vote

  • Aucune information n’est données sur les modalités du vote, comment il sera contrôlé (pas de nom d’huissier ou de commissaire), si toute la France pourra voter ou si les parisiens devront présenter leur avis d’imposition, si une même personne pourra voter 100 fois et plus, etc.

Pour le vote en ligne ou papier : il vous sera demandé de déclarer sur l’honneur les informations suivantes :

  • Nom
  • Prénom
  • Adresse
  • Date de Naissance
  • Adresse électronique si vous votez en ligne et dans tous les cas si vous souhaitez être tenus informés de l’actualité du budget participatif. https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/le-budget-participatif-.html

Nous savons bien pour l’avoir observé maintes fois que le PS fait toujours un simulacre de consultation du peuple pour imposer des décisions déjà prises et, surtout pour les légitimer par un « vote démocratique ».

Malheureusement les militants du PS et leurs bobos de copains, pour la plupart vivant dans des quartiers privilégiés et suffisamment à l’aise pour partir au ski, à la mer, à la campagne ou à Bali quand ils le souhaitent soutiendront ces projets qu’ils verront de loin et dont ils ne subiront pas les inconvénients, y compris le manque à gagner pour des investissements plus essentiels pour les Parisiens qui vivent vraiment à Paris et n’ont guère la possibilité d’aller ailleurs.

Paris XIXème. le maire a été élu avec 30 542 voix sur 95 298 inscrits soit moins d’un tiers des électeurs

Publié le

Nous vivons sous une monarchie républicaine dans un simulacre de démocratie.

Comment s’étonner alors que les Français soient de plus en plus nombreux à s’abstenir de voter ? Face aux mensonges des politiques, leur surdité aux revendications du peuple, leur immoralité, leur collusion, leur mépris du bien commun, les bras leur en tombent.

le système électoral a été revu et corrigé de telle façon qu’une élection ne veut plus rien dire et que les élus ne représentent que leurs copains.

Voici l’exemple de la réélection du maire du XIXème dont la légitimité légale n’a rien d’un choix démocratique de la population qu’il est sensé administrer.

L.C.

source http://www.francetvinfo.fr/elections/resultats/paris_75/paris-19e-arrondissement_75019

 Résultats 2ème tour

Source : Ministère de l’intérieurDernière mise à jour : 02/04 à 14:11

PARTICIPATION : 51,85 %

François Dagnaud LUG

Anne HIDALGO Paris qui ose, Rassemblement de la Gauche et des Ecologistes

Elu64,45 %30 542 votes

Jean-jacques Giannesini LUD

Union UMP-UDI-MODEM avec Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET

 35,54 %16 845 votes
Votes blancs et nuls
4,10 %2026 votes
POPULATION 186 507 habitants(Données Insee 2009)
INSCRITS 51,10 % 95 298 ABSTENTION 48,15 % 45 885
VOTANTS 51,85 % 49 413 EXPRIMÉS 49,73 % 47 387

 abstentions

48,15 % 45 885

le maire a été élu avec 30 542 votes sur 95 298 inscrits soit moins d’un tiers des électeurs

Résultats 1er tour

 

Source : Ministère de l’intérieurDernière mise à jour : 25/03 à 12:03

PARTICIPATION : 50,03 %

François Dagnaud LUG

Anne HIDALGO Paris qui ose

Ballottage42,18 %19 533 votes

Jean-jacques Giannesini LUD

Union UMP-UDI-MODEM avec Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET

Ballottage25,76 %11 932 votes

Bernard Jomier LVEC

Vivre mieux à Paris Liste soutenue par Europe Ecologie- les Verts avec Christophe NAJDOVSKI

Ballottage12,86 %5 956 votes

Michel Bulte LFN

Paris capitale de la France, avec Wallerand de Saint Just, soutenue par le Front national et le Rassemblement Bleu Marine

 7,94 %3 678 votes

Ingrid Hayes LPG

Front de Gauche – A Paris, Place au Peuple !

 7,11 %3 295 votes

Wafa Guiga LEXG

PARIS ANTICAPITALISTE

 1,72 %797 votes

Soulé Diawara LDVD

Paris libéré 19ème

 1,36 %630 votes

Marina Podgorny LEXG

Lutte Ouvrière Faire entendre le camp des travailleurs

 1,04 %486 votes
Votes blancs et nuls
2,83 %1347 votes
POPULATION 186 507 habitants(Données Insee 2009)
INSCRITS 51,07 % 95 244 ABSTENTION 49,97 % 47 590
VOTANTS 50,03 % 47 654 EXPRIMÉS 48,62 % 46 307

 Les communes limitrophes

Delanoë invite les Tunisiens sur son « territoire ».

Publié le

Dans un vibrant communiqué officiel, Bertrand Delanoë, le maire de Paris, s’offusque de l’arrestation et des menaces d’arrestation des 200 Tunisiens qui se seraient réfugiés sur le « territoire parisien ».

http://bertrand-delanoe.net/actus/mise-en-place-dun-dispositif-de-soutien-aux-immigres-tunisiens/

Onsavait que Paris était à la fois une commune et un département mais on avait plutôt l’habitude d’entendre cet esemble désigné par « Ville de Paris » ou, tout simplement « la Ville » comme dans « la politique de la Ville ». Il semblerait donc que Monsieur Delanoë adhère parfaitement à la réforme des collectivités territoriales mise en place par Sarkozy et Fillon dans un but électoraliste et afin de centraliser les décisions budgétaires au nom de la décentralisation.

La loi ayant été publiée au JO en décembre 2010, elle est à peine mise en oeuvre que le maire de Paris se l’approprie. Intéressant….http://www.courrierdesmaires.fr/juridique/essentiel-sur-la-reforme-des-collectivites-territoriales-100.html

 Revenons à nos Tunisiens. Delanoë les aime bien car, étant né lui-même en Tunisie, il y a des attaches. Lors d’un voyage en 2010, le maire de Paris assurait Ben Ali de son soutien et la Tunisie de son admiration:

« C’est un pays innovant, un pays où on investit dans la recherche et où on tente d’être dans le 21e siècle tout en gardant les traditions », a-t-il dit, relevant que  » la Tunisie de 2010 est conquérante au sens le plus pacifique du terme, c’est-à-dire de vouloir relever des défis pour se développer et avoir des entreprises compétitives ».

http://actualites.marweb.com/tunisie/culture/la-tunisie-est-non-seulement-sur-la-bonne-voie-mais-elle-reu.html

Or aujourd’hui, à peine plus d’un an plus tard, Delanoë nous implore de loger, nourrir, former, employer les immigrants tunisiens au prétexte qu’ils seraient chassés par la guerre qui aurait été déclenchée par le manque de débouchés :

Mais, sans se limiter à traiter les urgences, le devoir de notre pays et d’établir, en lien avec les autorités tunisiennes, une véritable logique de partenariat. Les jeunes diplômés tunisiens manquent de débouchés à la suite de leurs études : ce fut d’ailleurs l’une des causes directes du mouvement de janvier 2011. Aussi la France devrait-elle accueillir quelques milliers de jeunes Tunisiens, ainsi que d’ailleurs le prévoit déjà l’accord de coopération signé le 28 avril 2008 entre nos deux pays. Ces jeunes, qui pourraient ainsi débuter leur vie professionnelle en France, auraient ensuite vocation à rejoindre la Tunisie pour contribuer à son développement.

Il faudrait savoir. La Tunisie est-elle un « pays innovant » comme vous disiez en 2010 à votre ami Ben Ali ou un pays où les jeunes « manquent de débouchés » ?

La réalité, d’après de nombreux témoignages, serait que les gens qui fuient la Tunisie sont, soit des gens qui se désintéressent totalement du bien commun par égoïsme ou par ignorance (et dans ce cas, nous n’avons pas besoin de davantage de gens sans qualification), ou bien des gens qui ont coopéré avec le régime totalitaire de Ben Ali et craignent d’avoir des comptes à rendre. Dans les deux cas, les immigrés ne sont pas la fleur éduquée, solidaire, consciente et dynamique de la Tunisie.

La réalité serait aussi que tout de suite après la chute de Ben Ali, la France a acceuilli sa cour et les amis de sa cour que ses édiles de tous bords avaient fréquenté lors de leur séjour en Tunisie. Notre monarchie républicaine avait même mis à la disposition de ces « pauvres Tunisiens » une vingtaine de militaires, cantonnés à l’intérieur de l’aéroport de Roissy, pour surveiller, accueuillir, protéger et escorter les amis de Ben Ali et de son régime. Des limousines aux vitres fumées venaient en toute discrétion les chercher pour les conduire dans de grands hôtels ou palaces de la capitale. J’avais eu l’info par hasard, je l’ai communiquée au « Canard » et au « Monde » mais, à ma connaissance, personne ne l’a évoquée.

Qui peut mieux servir les Tunisiens benaliens  à des prix et des conditions défiant toute concurrence que leurs propres compatriotes benaliens ? Emigrer avec leurs propres serviteurs, à condition que ce fut possible, les eut trahis. Alors que se rendre au « marché aux esclaves » que sont les rassemblements de tunisiens clandestins est une aubaine. En prenant la défense de l’immigration tunisienne visible, Delanoë rend service à ses potes.

Je laisse la parole à deux internautes qui se sont exprimés sur le site de Delanoë  avec des propos qui reflètent la pensée de beaucoup d’internautes ici et là :

 annick dit :
27 avril 2011 à 21 h 29 min

Monsieur Delanoë,
Tous les commentaires à la suite de vos propos devraient vous faire comprendre à quel point les français en ont assez d’être plumés sans jamais avoir leur mot à dire. Ces tunisiens ont fait leur révolution, je leur dis bravo! C’était courageux et tout le monde les a soutenus. Mais alors pourquoi se sauvent-ils au moment où ils ont tout à reconstruire pour vivre un monde meilleur? Et pourquoi la France les attire tant? Et leur famille, elle va arriver quand? Car vous constatez que ce sont e jeunes hommes courageux qui arrivent pas centaines, non? SVP Monsieur le maire, arrêtez cette démagogie et ces paroles de saint qui ne vous apporteront que la haine de ceux qui en ont assez de la vie qu’on leur impose. Venez faire un tour dans les quartiers de Paris le soir pour admirer tous ces étrangers (de l’est pour beaucoup) qui dorment devant les boutiques, qui mangent, pissent, crachent sur les trottoirs et nourrissent des animaux sales comme des poux. C’est même une question d’hygiène publique, ils dorment dans les parkings et font leur besoin partout et vous voulez encore accueillir plus de misère? Donnez donc des logements à nos enfants qui n’en ont pas de décents avant de vouloir loger les immigrés clandestins. Vos propos sont inadmissibles.

Romain Schmittdit :

26 avril 2011 à 20 h 52 min

Cher Monsieur le Maire,

Il se trouve que je suis en Tunisie pour quelques jours pour des raisons professionnelles et je suis très surpris de trouver un pays tout à fait vivable pour les Tunisiens. Après la révolution, on ne voit plus de portrait de Ben Ali, l’internet ne subit plus de censure, tout se passe tout à fait normalement dans les rues, il y a une plus grande liberté de parole à la radio, dans la presse et les médias. Les gens semblent soulager et tout ou presque tout est redevenu normal (J’ai seulement vu des militaires armés devant le Carrefour Tunis).
ALORS POURQUOI CES TUNISIENS ONT ILS QUITTÉ LEUR PAYS ??? Il y a ici plus d’opportunités et plus de libertés qu’avant ! alors pourquoi ont ils un statut de réfugiés ???.
Je pense sincèrement que ces Tunisiens ont profité de la révolution pour se trouver une place en Europe et demander de l’aide alors que sont seulement des profiteurs et des lâches d’avoir abandonner leur pays. De plus, dans tous les reportages diffusés dans les médias, ils ne parlent pas correctement ou pas du tout le Français ! preuve que ces Tunisiens là n’ont pas un niveau d’études important et vous voulez leur faire débuter une vie professionnelle en France ???

Je suis donc révolté par votre communiqué car tout cela n’a aucun sens. Il y a des milliers de Français dans le besoin. Pensez d’abord à eux.

Je ne suis pas certaine que l’aide que Delanoë entend apporter aux clandestins tunisiens fasse plaisir au peuple tunisien qui se bat sur place pour réussir sa révolution, la seule révolte des pays arabes qui, à ce jour, semble avoir pris la forme d’une véritable révolution réellement démocratique. Si Delanoë a des subsides à distribuer, qu’il en fasse donc profiter les Tunisiens qui reconstruisent leur pays et non pas les lâches qui, après avoir collaboré avec la dictature risquent d’édifier en France, avec le soutien de l’UMPS, des structures pour renverser la révolution.

Je me demande comment sera accueuilli Delanoë lors de son prochain voyage à Bizerte …s’il ose;-))

%d blogueurs aiment cette page :