Flux RSS

Archives de Tag: Paul Amar TV5

Journal du 3 février 2013

Il est 8 heures et je m’éveille. La chatte miaule pour réclamer sa pitance et il n’y a rien que de plus exaspérant. On dit que les chats sont indépendants mais celle-ci n’est plus capable de sauter sur le dessus de l’armoire où je mets sa gamelle à l’abri des convoitises canines. ça commence mal, je me lève énervée sauf que je vois par ma fenêtre sans rideaux un ciel rouge flamboyant. C’est impressionnant de beauté et d’étrangeté. Je pense à cet opéra russe où un ciel rouge est signe de guerre. Doc tout est normal puisque la France est en guerre au Mali. Je cherche mon appareil photo, je vise et …zut, je n’ai pas remis la carte mémoire ! Il faut que j’allume l’ordi pour récupérer la carte sans l’endommager et pendant ce temps, la terre tourne et le ciel pâlit. Ma chatte continue à brailler et je laisse tomber. Vous ne verrez pas cette photo mais en voici une autre prise la nuit, en avril 2010, et un peu trafiquée pour faire ressortir les formes de la lune jouant à cache-cache avec les nuages.

image saturée et recadrée

Mon ordi étant allumé je regarde les niouzes dont le sommaire de RL où je lis un article désopilant d’Alain Dubos sur le politiquement sexuellement correct du vocabulaire http://ripostelaique.com/sandrine-mazelier-ouvre-la-chasse-au-vocabulaire-de-la-france-moisie.html

…On est né quelque part, dit la chanson. À la Maternité répondrez-vous. Horreur ! Et pourquoi pas à la Paternité, dites donc! Vous cherchez la solution, il faut trouver quelque chose, et vite. Pas de panique, on est là pour vous aider. Pondoir, ça vous va ? Ou Centre Asexué d’enfantement ? Joli, non ? Tenez, pour faire plaisir à nos amis allemands, Lebensborn. C’est court, ça sonne bien, c’est très tendance GPA donc déjà prêt pour la méthode-à-Eugène. Vendu….Quid enfin de l’essentiel ; de cet instinct tenu au fond secret des génitrices (serais-je déjà contaminé ?). Que fera-t-on de ce lien intime, viscéral, magique, jusqu’ici impossible à partager et que les « parents de sexe mâle pérenne » (les messieurs) vont désormais devoir établir avec le fœtus ? Eux dont le ventre ne s’anime que sous les effets de la bière, de la truffade et de la bavette-frites ? Auront-ils droit à des expérimentations financées par le 1% patronal : massages supra-vésicaux avec vibrations par sondes internes, séances de préparation à l’accouchement remboursées par la Sécu ? Je propose, pour « l’accompagnant biologique de la metteuse au monde » (porteuse ou non), l’administration d’une drogue spasmogène, histoire de mêler ses propres contractions à celles de la parturiente. Le progrès étant ce qu’il est, pourquoi l’arrêter ?…

Mais, quand même, mon politiquement correct à moi frémit quand je lis Alors, rebondissons gaîment sur l’aphorisme très actuel d’Audiard. Certes, les cons osent tout et c’est à ça qu’on les reconnaît, notamment ces temps-ci. Constatons quant à nous, puisque l’évolution par le genre aléatoire passe de la théorie à la pratique à la vitesse du TGV, que si chacun a sa chance de ne pas naître con, beaucoup s’ingénient à le devenir.

Vous n’avez pas honte monsieur Dubos d’insulter les femmes? Étymologiquement   « con » vient de conil « lapin » et désignait au Moyen-âge le « minou ». Et puisque la connerie est surtout l’apanage des hommes du fait de leur sur représentation dans l’exhibition des opinions, il serait plus judicieux de remplacer « con » par « bite ».

Hier j’ai vu un débat animé par Paul Amar sur le sujet qui nous préoccupe toutes et tous, j’ai dit, le mariage.http://www.france5.fr/emissions/19h-paul-amar/le-mariage-et-ladoption-pour-tous_28173 Patrick Bloche, député PS représentait les pour tandis qu’Hervé Mariton, député UMP représentait les contre. Autrefois, Patrick Bloche était brun mais depuis qu’il a fait son coming out (ou qu’il a été forcé à le faire) il est devenu blond, comme Roger Madec ou Bertrand Delanoë. Je trouve que ça lui va bien et qu’il est mignon, quand il ne nous tire pas sa langue de bois. Hervé Mariton qui est beaucoup moins mignon était par contre beaucoup plus intelligent et pertinent. Il souligne le glissement sémantique de « mariage pour tous » à mariage homosexuel » puis à « mariage de personnes de même sexe ».Tout de violet vêtu, je me demandais par quel raisonnement il avait choisi d’arborer des couleurs à la fois ecclésiastiques et pédérastiques. J’opte pour l’ironie provocatrice  et le signal subliminal « homo je vous aime, Eglise je vous aime ».

Quand j’entends Patrick Bloche nous rappeler qu’il a défendu le PACS dont Jean-Luc Romero nous révèle dans son film « Homopoliticus », qu’il n’était qu’une étape vers le mariage gay, je suis persuadée plus que jamais que le mariage n’est qu’une étape vers la GPA. Et malgré leurs dénégations, ils y arriveront car, comme je l’ai écrit plusieurs fois, le lobby des gay phallocrates est très puissant, bien installé, protégé et soutenu par les bien pensants de gauches et les copieurs de droite qui ne veulent pas passer pour ringards.

J’ignore s’il y a autant de gays que ça en France mais, à en croire les sites dédiés -que j’ai parcourus pour comprendre-, ils seraient partout, cachés ou pas, mariés avec enfants ou pas. Et il faudrait que tous fassent leur coming out et assument leur virile homosexualité.

En me documentant, j’ai enrichi mon vocabulaire d’une expression absolument essentielle aujourd’hui, le « gay dar » et je me sens moins bête Le gay dar, ou gaydar, a été défini comme la capacité intuitive pour évaluer l’orientation sexuelle de quelqu’un, et par extension sert à reconnaitre les gays entres eux. C’est un mot-valise composé à partir de « gay » et de « radar ». Le gaydar serait pour les gays une sorte de « sixième sens » qui fonctionnerait en un repère pour  identifier d’autres gays. Le gaydar reposerait  sur des indices, pour la plupart,  non verbaux. http://www.absoluliving.fr/hotel-gay-paris/guide-gay-paris/la-vie-gay-et-lesbienne-a-paris/gaydar.html

Et par ailleurs, j’ai trouvé des tonnes de références sur le « dard », la bite. Limpide, mon cher Watson ! le « dar » de « gay dar » n’est pas une référence au « radar » comme prétendu ci-dessus, mais une référence au « dard » qui est planté dans la tête du mâle en guise de cerveau. Nous sommes bien dans la République des phallocrates gays qui, plus que jamais nous gouvernent un phallus en tête, au détriment de la moitié du ciel. Toutes les femmes auront remarqué comme moi qu’elles ont quasiment disparu des réunions et débats « sérieux » et qu’à l’Assemblée nationale, elles n’interviennent que pour servir la soupe aux messieurs, à commencer par leurs « copains gays ». Oui, une femme qui se respecte a toujours un copain gay dans la poche.

Je suis définitivement phallocratophobe. Sur ce, je vais déjeuner et passer à autre chose. A bientôt 😉

%d blogueurs aiment cette page :