Flux RSS

Archives de Tag: photos

Bonne année 2018

Je souhaite à mes lectrices et lecteurs un joyeux passage de l’année 2017 à 2018 et une nouvelle année heureuse, prospère et sereine. Ce ne sera pas facile étant donné la marche chaotique du monde mais nous essaierons de faire de chaque jour une perle.

Je vous laisse apprécier quelques unes de mes notes photographiques prises au cours de 2017.

La Connectrice

Feuilles et ciels d’automne 19-20/11/2017

58-IMG_3340

26-IMG_3308

66-IMG_3348

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Paris sunset 28/10/2017 19:02-19:09

Coucher de soleil orange après une belle journée d’automne

Comme un air de Turner

Le , Turner meurt au domicile de sa compagne Sophia Caroline Booth à Cheyne Walk, dans le quartier de Chelsea. Ses derniers mots auraient été « Le soleil est Dieu »23

Je suppose que Turner appliquait ses couleurs, aquarelle ou huile, de mémoire dans son atelier d’après les croquis qu’il dessinait en extérieur. En effet, l’invention du tube métallique ne date que de la fin du XIXème siècle. Auparavant, il était difficile de conserver les couleurs dont les pigments étaient broyés chaque matin en atelier par des assistants. L’invention du tube métallique révolutionna la peinture en permettant la peinture en extérieur, ce qui contribua à la naissance de l’impressionnisme. les tubes d’étain sont inventés vers 1841 par l’Américain John Goffe Rand qui en dépose le brevet à Londres mais ils coûtent assez cher https://laconnectrice.wordpress.com/2012/05/06/le-bleu-dans-tous-ses-etats/

http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-sunset-on-the-river-n02311

Si on part de l’hypothèse que William Turner peignait ses soleils couchant et levant de mémoire en atelier, on peut imaginer qu’il éprouvait la liberté qui le poussa à révolutionner l’usage de la couleur et ouvrit la voie aux peintres impressionnistes. Il fut le premier à reproduire la nature telle qu’il l’avait vue, avec ses levers et couchers de soleil éblouissants de couleur et de lumière. La première fois que je vis les toiles de Turner, je fus moi-même éblouie par les teintes vives et flamboyantes.

Chaque soir et chaque matin, quand je prends le temps de regarder le soleil se lever ou se coucher je suis fascinée par cette beauté éphémère, toujours splendide et toujours différente. C’est une illustration parfaite de l’expression a sight for sore eyes que je traduis par une vision pour une âme chagrine ou de la beauté pour une âme en peine.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nuages et lumières. Paris 2 octobre 2017

Publié le

17-IMG_2637

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nuage

Les nuages les plus fréquents dans le ciel de Paris sont les cumulus et les stratocumulus

En ce moment, ils sont particulièrement présents avec un temps très variable et du vent qui les fait jouer à cache-cache avec le soleil. Ils affichent de belles formes bien dodues.

J’ai pris des notes avec mon appareil photo en promenant ma chienne dans le parc des Buttes-Chaumont, autour du lac et dans les rues adjacentes.

Je pensais au poème de Charles Baudelaire, l’étranger :

Charles BAUDELAIRE   (1821-1867)

L’Etranger

– Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ?
ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
– Je n’ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
– Tes amis ?
– Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est
resté jusqu’à ce jour inconnu.
– Ta patrie ?
– J’ignore sous quelle latitude elle est située.
– La beauté ?
– Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
– L’or ?
– Je le hais comme vous haïssez Dieu.
Eh ! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
– J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas…
là-bas… les merveilleux nuages !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Québec. La neige est arrivée au lac Saint-Jean

Buttes-Chaumont. Lumières vespérales au printemps

Publié le

J’ai pris toutes ces photos le lundi 18 avril 2016 entre 19 h 22 et 20 h 36. La journée avait été particulièrement belle et en fin de journée les rayons rasants du soleil déclinant caressaient les délicates frondaisons naissantes d’une magnifique lumière dorée tandis que la lune commençait à se dessiner dans le ciel encore bleu.

A l’approche du crépuscule, canes, canards, canetons tout neufs  et oies glissaient tranquillement sur le lac qui s’assombrissait.

Les promeneurs prenaient leur temps et les chiens pouvaient socialiser à leur guise.

La Connectrice

01-IMG_1740 - Copie02-IMG_1741 - Copie03-IMG_1742 - Copie04-IMG_1743 - Copie05-IMG_1744 - Copie06-IMG_1745 - Copie07-IMG_1747 - Copie08-IMG_1748 - Copie09-IMG_1749 - Copie10-IMG_1752 - Copie

Les magnolias à feuilles persistantes étendent leurs branches contre le ciel très bleu

11-IMG_1753 - Copie

Une labrador et deux carlines amies. La petite Dolly est infernale mais si mignonne …

12-IMG_1755 - Copie13-IMG_1757 - Copie14-IMG_1758 - Copie15-IMG_1759 - Copie

Non, ce n’est pas le soleil que l’on voit au second plan mais les jeunes feuilles d’un arbre renaissant

16-IMG_1760 - Copie17-IMG_1764 - Copie18-IMG_1762 - Copie19-IMG_1765 - Copie

Famille canard en goguette

20-IMG_1767 - Copie

Reflets des arbres sur l’eau sombre du lac

21-IMG_1768 - Copie22-IMG_1769 - Copie24-IMG_1772 - Copie

Un couple de pigeons batifole mais un seul a bien voulu poser

26-IMG_1774 - Copie27-IMG_1776 - Copie28-IMG_1777 - Copie29-IMG_1778

La lune blanche lui dans les bois, de chaque branche par une voix…

30-IMG_1782

La belle journée est terminée, Zaza s’endort …

Nuits parisiennes. Automne 2014

15-IMG_1032

 

14-IMG_1031

 

13-IMG_1029

 

12-IMG_1035

 

11-IMG_1027

 

10-IMG_1024

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :