Flux RSS

Archives de Tag: pollution

Buttes-Chaumont. Verdure aoûtienne

Publié le

Ce vendredi 4 août 2017, je profite du départ des Parisiens pour jouir du calme et de la tranquillité du parc.

E faisant le tour du lac, de la gauche vers la droite, j’ai pris quelques notes photographiques. Le lac est toujours aussi glauque et rempli de détritus. Et pourtant quelques personnes s’allongent sur ses berges tout près de l’eau. Les malheureux ne doivent pas avoir beaucoup d’alternatives écologiques pour se résigner aux odeurs nauséabondes et à la vision dégoutante d’une eau épaisse jonchée de détritus de toutes sortes.

Les oiseaux aquatiques l’ont déserté pour des eaux plus pures et du silence. Des édicules et des containers parsèment les allées afin de permettre aux visiteurs nocturnes de vomir, déféquer, uriner et jeter bouteilles et déchets dans des réceptacles appropriés, ce qui ne les empêche pas de polluer l’ensemble du parc. Ces containers et ces édicules puants détruisent l’harmonie des plantations, des allées sinueuses ainsi que le fantasme urbain de pouvoir retrouver un peu de campagne en ville.

Arrosage du matin comme un léger rideau de perles

Début de nôtre promenade. Le belvédère, copie du temple de la Sibylle, se cache derrière les arbres et ma chienne se demande pourquoi je traîne pour prendre des photos

Ce buddleia sauvage domine les détritus qui flottent sur l’eau. Le parc possède aussi des buddleias cultivés aux grappes blanches ou pourpres plus fournies.

Quelques canards résistent à la pollution et au bruit, peu nombreux, ils ont quelque chance de pouvoir arracher quelque nutriment aux énormes carpes.

Plus loin, le lac est toujours déserté par les oiseaux aquatiques

Le débroussaillage sévère de l’île l’hiver dernier a privé les oiseaux de nourriture et de refuge mais il a fait apparaître cette ouverture dans la falaise sous le belvédère

En été comme en hiver, le faune demeure agrippé à son rocher

 

 

 

La petite cascade et son magnifique ginkgo. On peut faire de la tisane avec ses feuilles fraîches.

Les feuilles contiennent des terpènes et des proanthocyanidines qui agissent sur les maladies suivantes. De nombreuses études scientifiques ont démontré les effets bénéfiques des feuilles de ginkgo biloba

-pertes de mémoire et démence séniles (Alzheimer) liées à l’âge (améliore la fluidité de la circulation sanguine dans le cerveau)

-dégénérescence maculaire et rétinopatie diabétique (améliore la fluidité sanguine dans le nerf optique et évite les caillots)

-améliore la circulation périphérique comme la maladie de Raynaud

-vertige des hauteurs

-dysfonctions érectiles

Risques

-hémorragies internes si mauvaise prescription du fait de ses vertus fluidifiantes du sang

-ne pas utiliser avec des anticoagulents (aspirine, ibuprofène, etc.)

Les feuilles se consomment en petites quantités
  • Salade

On cueuille les feuilles fraîches de préférence fin de printemps/début été. Respecter l’arbre en prenant les feuilles.

  • Boisson

Les feuilles fraîches peuvent être consommées en salade ou mixés dans des boissons.

  • Tisane

La tisane de feuilles de ginkgo est plus efficace si on y ajoute du gotu kola et du tulsi  (basilic sacré).

Avant la réfection du circuit hydraulique, je venais me rafraîchir les pieds dans l’eau courante et claire en période de canicule. Désormais, c’est impossible tant l’eau est glauque et puante. De temps en temps des cantonniers tentent de nettoyer les pierres au jet d’eau (ils n’ont pas de karcher) mais ça ne suffit pas. Ce havre de fraîcheur est désormais inhospitalier. Merci aux génies qui ont passé un marché public avec une entreprise aussi compétente qui a empoché une énorme somme. Il faut bien nourrir les copains.

Arbres tagués, piédestal du belvédère souillé à la peinture rouge, branches cassées,  fleurs cueillies et abandonnées toutes flétries, détritus jetés dans le lac, bouteilles brisées, excréments dans les buissons, nourriture pourrie dans les bosquets, capsules de bouteilles de bière et filtres de cigarettes à joint jonchent les pelouses et résistent au passage des cantonniers et jardiniers. Le repère de ce banc a même été brûlé…

Je me souviens de Roland Castro, architecte du président Mitterrand, beau-frère de Laurent Fabius, fondateur du groupuscule maoïste Vive la révolution. Il disait que lorsqu’on offre aux gens de la beauté dans l’urbanisme, ils respectent leur environnement et ne le saccagent pas on ne casse pas ce qui est beau. Ces belles paroles forgées à l’idéologie communiste ne reflètent pas du tout la réalité car, malheureusement la beauté c’est bourgeois et elle n’empêche pas le vandalisme. Par contre le XIXème étant catalogué populaire, toutes les incivilités et l’expression de la malveillance humaine y sont permises.

La Connectrice

 

 

Perturbateurs endocriniens. Ils transforment le genre humain à son insu

Publié le

La santé dépend du bon fonctionnement du système endocrinien, qui régule la sécrétion d’hormones essentielles, par exemple, au métabolisme, à la croissance, au développement, au sommeil et à l’humeur. Certaines substances, connues sous le nom de perturbateurs endocriniens, peuvent perturber une ou plusieurs fonctions du système endocrinien et ainsi accroître le risque de survenue de problèmes de santé.http://www.unep.org/NewsCentre/default.aspx?DocumentID=2704&ArticleID=9403&l=fr

http://reseau-environnement-sante.fr/category/dossiers-par-themes/effets-cocktails-perturbateurs-endocriniens/

Actualité au 06/05/2016

Le réseau Alerte des médecins limousins aide lleurs adhérents à informer les patients, en particulier sur les risques liés à l’utilisation des pesticides dans l’agriculture.

l’association Alerte des médecins sur les pesticides, qui regroupe environ 1.600 membres, à lancé, il y a quelques jours, une campagne de prévention contre les perturbateurs endocriniens. Cette association, créée en 2013 en Limousin pour lutter contre l’usage abusif des pesticides en agriculture, se propose de placer des affiches dans les cabinets médicaux pour alerter la population sur ce danger qui touche principalement les plus jeunes, les femmes enceintes et les nourrissons. Il y a quelques semaines déjà, l’UFC-Que choisir avait effectué une enquête révélant la présence inquiétante de substances nocives dans 185 produits cosmétiques grand public. Triste bilan, mais en l’absence d’une réglementation stricte sur l’usage de ces composants toxiques, comment faire autrement que demander aux consommateurs une vigilance accrue.

Les produits toxiques sont présents partout, dans l’air que nous respirons comme dans notre alimentation. La liste est longue, très longue, il est quasiment impossible d’échapper à tous ces perturbateurs endocriniens tant que leur usage n’est pas strictement réglementé, voire interdit. Alors tant que le poids des lobbies industriels pèsera plus que celui des médecins sur nos décideurs, on ne pourra qu’encourager les initiatives comme celle prise ces derniers jours par les médecins du Limousin.

http://www.bvoltaire.fr/jacquesmichellacroix/perturbateurs-endocriniens-lheureuse-initiative-de-medecins-limousins,257114

Actualité au 25/04/2016

Les PE (perturbateurs endocriniens) continuent à faire des ravages, notamment chez les bébés garçons qui sont de plus en plus nombreux à naître avec de graves malformations génitales, en particulier dans les familles ayant été au contact involontaire ou non de pesticides utilisés en agriculture conventionnelle.

La malformation congénitale masculine la plus fréquente est l’hypospadias, une anomalie congénitale de la verge du nouveau-né (orifice de l’urètre anormalement positionné).En second vient le micro pénis.

Pour les bébés filles, les chercheurs constatent une recrudescence de la précocité pubertaire.

Notre meilleure défense reste nos précautions personnelles : respirer l’air pur de la campagne hors des pulvérisations d’insecticides, rejeter tous les conditionnements plastiques ou plastifiés à l’intérieur (c’est coton !) en préférant le vrac (à condition que le vrac n’ait pas été livré dans du plastique !), de manière général choisir des produits d’hygiènes et cosmétiques exempts de PE dont on trouvera la liste dans cet article.

Bref, pour une vie plus saine, nous devons beaucoup travailler …La consommation écolo-équitable-durable est un dur labeur qui annihile le gain de temps apporté par le Progrès.

LC

Selon un test de l’Association santé environnement France que nous révélons, des canettes et des boîtes de conserve contiennent encore de ce produit chimique interdit.

http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/le-bisphenol-a-toujours-present-dans-des-contenants-alimentaires-25-04-2016-5743761.php#xtor=EREC-109—-800999@1

Les perturbateurs endocriniens sont partout

http://www.generations-futures.fr/pesticides/etude-exppert-1-exposition-aux-pesticides-perturbateurs-endocriniens/

Que sont les perturbateurs endocriniens ?

Emballages, barquettes, boites, canettes et boites de conserve, produits alimentaires, médicaments, boissons, cosmétiques, plastiques, vernis colles et peintures, mobilier, jouets, produits ménagers, insecticides, vêtements,  …http://www.agirpourlenvironnement.org/campagne/arguments/01-que-sont-les-perturbateurs-endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont des polluants invisibles, des nano matériaux,  présents dans l’air, l’eau, la terre, l’alimentation et pratiquement tous les produits de l’industrie. Nous les ingérons, ils partent avec l’eau du bain, l’industrie évacue des résidus et tous ces effluents contaminent l’environnement. Personne ne peut y échapper et la volonté politique de nous en protéger est quasiment inexistante malgré des alertes lancées depuis des décades.

Ces perturbateurs endocriniens sont responsables de cancers hormono-dépendants comme le cancer du sein et celui de la prostate, du diabète de type 2, de l’obésité, de l’autisme, de difficultés de concentration, de retard intellectuel, de l’anomalie du pancréas et de la thyroïde, de la stérilité masculine avec des modifications notables des organes sexuels et pourraient à long terme justifier la prééminence de l’identité de genre. L’être humain se transforme à son insu certes, mais du fait de ses propres productions irresponsables.

Les perturbateurs endocriniens sont absolument partout et nul ne peut s’extraire de leur influence nocive. Si nous décidions de vivre sans produits issus de l’industrie   dans une cabane au fond des bois, nous serions touchés par leur présence dans l’air, l’eau et la terre et, en conséquence toute alimentation animale ou végétale.

Les pouvoirs publics paralysés par les lobbies industriels

En 1962, dans son livre « Silent Spring », la biologiste américaine Rachel Carson accusait  l’industrie chimique de pratiquer la désinformation, et les autorités publiques de répondre aux attentes de l’industrie chimique sans se poser de questions.

Les politiques en sont encore à programmer des tests de vérification de nocivité et en France on a fièrement interdit le bisphénol A dans les tickets de caisse et les biberons alors qu’il est remplacé par le bisphénol S tout aussi nocif.

Ces poisons seront-ils interdits un jour ? Certains d’entre eux – bisphénol A et phtalates – ont fait l’objet de restrictions ou d’interdiction, mais la plupart des perturbateurs endocriniens que l’on connait sont encore autorisés. L’adoption d’un cadre règlementaire européen, qui pourrait conduire à l’interdiction de nombreux produits (pesticides, composés d’emballages alimentaires, composés de cosmétiques) ne cesse d’être repoussée. Elle a pour le moment été renvoyée à 2016. Il faut dire que les intérêts économiques sont énormes ! Les industriels veillent donc au grain. Les lobbies industriels « cherchent d’abord à empêcher toute nouvelle mesure ; puis, lorsqu’une nouvelle réglementation apparaît inévitable, ils s’efforcent d’en limiter la portée, en d’en retarder l’adoption », explique le député écologiste Jean-Louis Roumégas, auteur d’un rapport d’information sur la stratégie européenne en matière de perturbateurs endocriniens . Citation extraite de l’ouvrage de Marine Jobert et François Veillerette, Perturbateurs endocriniens, la menace invisible.http://www.bastamag.net/Sante-publique-les-perturbateurs-endocriniens-couteraient-157-milliards-d-euros

Les perturbateurs endocriniens transforment femmes et hommes

http://www.sante-environnement.be/spip.php?article279

Il y a longtemps, nos ancêtres mourraient rapidement de saturnisme, de silicose ou de vérole mais aujourd’hui nous pouvons vivre longtemps avec un cancer tout en changeant insidieusement de sexe et de modalités de reproduction humaine. Heureusement que la science compense par la PMA et la GPA et que l’idéologie nous console avec le « mariage pour tous », l’identité de genre, les mères porteuses, le multiculturalisme, le « vivre ensemble » et le « padamalgam ». Le problème dans l’histoire est que nous ne contrôlons plus nos corps, nos vies ni les pseudo-démocraties dans lesquelles nous tentons d’exister, un sentiment qui se traduit par l’abstention massive aux élections. « On » décide pour nous à notre insu parce que ces perturbateurs endocriniens qui modifient notre corps et nos possibilités de choix sont la conséquence de décisions prises par des savants fous rémunérés par des industriels avides de valeur ajoutée pour un profit immédiat et sans le moindre souci du bien commun.

Valeur ajoutée = additifs (adjuvants) : conservateurs, stabilisants, épaississants, liants, colorants, assouplissants, antioxydants, émulsifiants, etc.

La valeur ajoutée d’un produit se mesure à l’importance du chiffre d’affaire nécessaire à sa production. Plus on ajoute d’ingrédients, plus le chiffre d’affaires gonfle et donne à l’industriel des possibilités d’aides financières (subventions, défiscalisation, emplois aidés, etc.) et d’emprunts. Les perturbateurs endocriniens font l’essentiel de ces additifs.

Les principaux perturbateurs endocriniens

http://www.asef-asso.fr/problematiques-emergentes/nos-syntheses/1553-les-perturbateurs-endocriniens-des-substances-toxiques-qui-nous-entourent-la-synthese-de-l-asef

Bisphénol A (BPA)

Le BPA , code 7 est présent dans les plastiques, les films recouvrant l’intérieur des canettes de boisson et celui des contenants de repas préparés. Ses molécules migrent dans le contenu lorsque le contenant est chauffé. Bouteilles recyclables, vaisselle et récipients en plastique contiennent du BPA

Une fois dans notre organisme, le BPA agit comme un leurre hormonal en mimant l’action d’hormones naturelles. Il usurpe l’identité des œstrogènes, active leurs récepteurs de manière un peu anarchique et dérégule de cette façon le système hormonal. Ainsi, il est capable de perturber la fonction de reproduction mais aussi le développement d’organes comme le cerveau ou le système cardio-vasculaire.

Phtalates

Les phtalates sont des substances chimiques rajoutées au polychlorure de vinyle (PVC) lors de la fabrication d’objets en plastique pour les rendre plus souples et faciliter ainsi leur mise en forme. On les retrouve donc dans pratiquement tous les articles en PVC : adhésifs, ballons, nappes, tuyaux, rideaux de douche, emballages, cosmétiques, colles, matériel médical, mais aussi dans les jouets… Nous pouvons être exposés aux phtalates par inhalation, ingestion ou absorption cutanée.

Les composés perfluorés

traitements anti-tâches et imperméabilisants de textiles (vêtements, tissus, tapis, moquettes…), les enduits résistants aux matières grasses, les emballages en papier et/ou carton pour le contact alimentaire, les revêtements antiadhésifs (ustensiles de cuisine), les mousses anti-incendie, les tensioactifs utilisés dans l’exploitation minière et les puits de pétrole, les cires à parquet, ou encore certaines formulations d’insecticides.

Les retardateurs de flamme

Ils sont présents dans différents équipements électroniques (téléviseurs, ordinateurs), les matelas, les tissus, les meubles, les vêtements, à des teneurs allant en général de 5 à 20 %.

Les PE dans les cosmétiques

Les parabènes (PARAoxyBENzoates) sont des conservateurs présents dans plus de 80% des produits cosmétiques (shampooings, crèmes hydratantes, mousse à raser), mais aussi dans les produits alimentaires ainsi que les médicaments. Ils ontdes propriétés antibactériennes et antifongiques, c’est-à-dire qu’ils luttent contre les bactéries et les champignons. Dans les médicaments, ils empêchent la dégradation des principes actifs, ce qui diminuerait leur efficacité. Les structures les plus souvent rencontrées sont : methyl parabene, ethyl parabene, propyl parabene, butyl parabene, benzyl parabene. Dans les médicaments, c’est le propyl parabène qui est principalement utilisé. Les parabènes étant présents dans de nombreux produits, l’être humain y est régulièrement exposé.

Les crèmes solaires sont composées de deux types de filtres : les filtres organiques (ou chimiques) qui absorbent les rayons UV et les filtres minéraux qui reflètent la lumière. Les premiers sont suspectés d’agir comme des perturbateurs endocriniens…

Les éthers de glycol sont des solvants largement utilisés depuis les années 1970 en raison de leurs propriétés remarquables. Peu volatils, ils permettent de mélanger l’eau et la graisse, on les retrouve donc généralement dans les produits d’entretien. Il existe en fait sur le marché près d’une quarantaine de dérivés présents dans les médicaments, les cosmétiques, les peintures, les encres, les adhésifs. Les principales voies d’exposition potentielles à ces composés sont l’inhalation de vapeurs ou l’absorption par la peau.Neurotoxiques et irritants, ils sont en plus considérés comme perturbateurs endocriniens. Leurs effets sur le développement concernent le risque d’avortements spontanés et le risque de malformations, et en particulier, le risque d’anomalies du tube neural et des fentes orales.

Prévention et protection

Pouvons-nous encore aujourd’hui nous protéger des perturbateurs endocriniens et de leurs conséquences ? Il faudrait des générations pour se débarrasser de ces bio-polluants autant dans nos propres corps que dans l’environnement. Dans l’immédiat, nous ne pouvons que limiter notre exposition en étant vigilants sur la composition des produits que nous achetons et que nous utilisons. Consommer bio est une piste, à condition que les produits labellisés bio le soient vraiment. Or lorsque nous achetons des carottes « bio » emballées dans du plastique, les doutes sont permis. En amont on ne peut exclure que ces carottes n’aient pas été polluées par l’air et l’eau. La seule certitude que nous ayons est que ces carottes sont un peu moins polluées que les autres, maigre réconfort !

Un autre angle de protection est la législation sur laquelle tentent d’influer des ONG comme GreenPeace qui fait par ailleurs un louable travail d’information dont il est difficile de tenir compte étant donné l’importance de la présence des perturbateurs endocriniens partout.

Qu’est-ce que le système endocrinien ?

affichexposPE_RES_LD

http://reseau-environnement-sante.fr/category/actions-en-cours/

Pour comprendre comment agissent les PE, il faut d’abord comprendre le rôle des hormones… Le système endocrinien est constitué d’une série de glandes, appelées glandes endocriniennes : pancréas, hypothalamus, hypophyse, thyroïde, surrénales, testicules…Toutes ces glandes sécrètent des hormones véhiculées par le sang et qui agissent comme des « messagers chimiques ». En se liant à des « récepteurs » cellulaires, les hormones vont modifier le fonctionnement des cellules et déclencher des réactions très spécifiques. Elles vont ainsi réguler le développement, la croissance, la reproduction et le comportement. Par exemple, les hormones thyroïdiennes ont une action sur la croissance, l’insuline secrétée par le pancréas contrôle l’utilisation du sucre par les cellules et la testostérone produite par les testicules est responsable de l’aspect « masculin » du corps.

Une fois dans l’organisme, les PE sont capables de perturber ce fonctionnement en agissant de plusieurs façons :

– en imitant l’action d’hormones naturelles telles que les œstrogènes ou la testostérone ;

– en bloquant les récepteurs des cellules recevant les hormones (récepteurs des hormones), empêchant ainsi l’action des hormones ;

– en agissant sur la synthèse, le transport, le métabolisme et l’excrétion des hormones, modifiant ainsi les concentrations d’hormones naturelles.

Les perturbateurs endocriniens peuvent agir à de très faibles doses, comme le font naturellement les hormones.

Qui sont les perturbateurs endocriniens ?

Ou se trouvent les perturbateurs endocriniens ?

Conséquences sur la santé des perturbateurs endocriniens

Un certain nombre d’affections sont suspectées d’être la conséquence de l’exposition aux perturbateurs du système endocrinien[1] :

– altération des fonctions de reproduction masculines : tendance à la baisse de la qualité et de la quantité du sperme observée dans certains pays ;

– troubles de la fonction reproductrice féminine en raison d’anomalies de la différenciation sexuelle, de la fonction ovarienne, de la fertilité, de l’implantation de l’embryon et de la gestation ;

– malformations du système reproducteur masculin : cryptorchidie (malposition des testicules), hypospadias (malposition de l’urètre) ;

– troubles de la maturation sexuelle (par exemple: puberté précoce) ;

– altération de la fonction thyroïdienne

– tumeurs des testicules, de la prostate et des seins ;

– pour les femmes enceintes, risque de mortalité intrautérine et de retard de croissance fœtale.

Les PE peuvent également altérer d’autres fonctions et comportements régulés par le système hormonal (croissance, appétit, sommeil, etc..).

http://www.asef-asso.fr/problematiques-emergentes/nos-syntheses/1553-les-perturbateurs-endocriniens-des-substances-toxiques-qui-nous-entourent-la-synthese-de-l-asef

Pour en savoir plus

  • Tableau des principaux perturbateurs endocriniens et leur source

http://www.sabotage-hormonal.org/spip.php?article17

Le tableau suivant fait une synthèse de l’information sur quelques perturbateurs endocriniens présents à la maison et qui peuvent être évités. Leurs effets sur la santé ne sont pas tous connus et les recherches menées dans les années à venir préciseront leur impact sur les humains et sur l’environnement.

Substance Exemples de produits Effets
Alkylphénols Détergents
Peintures
Pesticides
Tuyaux de plomberie en PVC
Spermicides
Produits de coloration pour les cheveux
Crèmes à raser
Lotions après-rasage
Lingettes jetables
Cosmétiques
Imitation des œstrogènes
Accumulation dans le corps
Effets possibles sur le développement et la fertilité
Chez certains poissons, féminisation des mâles
BHA et BHT Crèmes, lotions et produits hydratants
Baumes et rouges à lèvres
Ombres et crayons à paupières
Emballages alimentaires
Céréales
Gomme à mâcher
Viande
Margarine
Croustilles
Soupes et aliments déshydratés
Composé œstrogénique
Toxique pour la peau, le foie et les reins
Augmentation du risque de cancer
Hypertrophie du foie
Retard de la croissance cellulaire
Accentuation des réactions allergiques
Neurotoxique
Perturbateur hormonal
Bisphénol A (BPA) Biberons pour bébé, bouteilles sport
Scellant dentaire, composites dentaires
Contenants de 18 litres pour distributeurs d’eau
Jouets pour enfants
Boîtes de conserve et cannettes en aluminium
CD/DVD
Lentilles ophtalmiques
Instruments médicaux
Contenants et ustensiles de plastique
Composé œstrogénique
Déformations génitales chez les nouveau-nés garçons
Apparition précoce de la puberté chez les jeunes filles
Problèmes comportementaux comme le déficit d’attention, l’hyperactivité et la dépression
Baisse de la qualité du sperme de l’homme
Trouble des systèmes hépatique et reproducteur
Obésité
Diabète de type 2
Augmentation du nombre de cancers du sein et de la prostate
Cadmium Batteries et piles au nickel-cadmium
Plastiques, céramiques et verre colorés
Photographies
Photocopies
PVC
Pesticides
Composantes des circuits électroniques
Eau potable
Tabac
Aliments : fruits de mer, croustilles, arachides, soya, graines de tournesol, lait de vache, céréales
Imitation des œstrogènes
Cancérogène
Problèmes respiratoires
Ostéoporose
Toxique pour le foie, le pancréas et les reins
Ignifuges bromés (PBDE) Tissus
Meubles rembourrés
Matelas
Produits électriques et électroniques
Véhicules motorisés
Composé imitant les hormones thyroïdiennes
Problèmes d’apprentissage, déficit de l’attention et de la mémoire
Diminution du nombre de spermatozoïdes
Altération des ovaires
Diminution de l’activité de la glande thyroïde
Mercure Poissons et produits de la mer
Thermomètres
Ampoules et tubes fluorescents
Amalgames dentaires
Piles
Certaines crèmes éclaircissantes pour la peau
Certains onguents et crèmes antiseptiques
Certaines gouttes pour les yeux
Chez l’humain, accumulation dans les tissus du cerveau, de la thyroïde et des reins.
Perturbation de certaines fonctions de la thyroïde critiques pour le développement fœtal.
Troubles neurologiques : déficit dans la motricité fine, la coordination, l’attention, la mémoire verbale.
Parabènes Cosmétiques
Produits de soins personnels
Aliments transformés
Composés œstrogéniques
Absorption par la peau
Cause possible de réactions cutanées, d’irritation ou d’allergies
Réduction de la qualité du sperme chez les rats
Cancérogènes
Phtalates Plastique de type PVC ou vinyle
Contenants et pellicules de plastique
Jouets de plastique
Produits flexibles à base de plastique
Produits biomédicaux (tubulure, sacs de soluté, gants, etc.)
Produits d’entretien parfumés
Parfums et produits parfumés
Produits coiffants
Produits de soins personnels
Cosmétiques
Composés imitant les œstrogènes
Composés modifiant l’équilibre des hormones thyroïdiennes
Malformations génitales
Puberté précoce
Problèmes de fertilité
Toxiques pour le cerveau, le système nerveux, le système respiratoire
Apparition d’allergies et d’asthme
Chez les animaux : féminisation des populations
Plomb Batteries électriques des véhicules
Tuyaux
Gaine de câbles électriques
Équipement électronique
Jouets : peinture de finition et plastique
Pigments : peintures, teintures, céramique
PVC
Bijoux bon marché, porte-clés, petits objets de métal gris
Coupes et verres en cristal
Accumulation dans le corps
Cancérogène
Imitation des œstrogènes
Perturbation des fonctions de la thyroïde
Diminution de la fertilité
Neurotoxique
Retard du développement mental
Altération du développement du système nerveux
Entrave à la maturation sexuelle
Fausses couches
Téflon et composés perfluorés (PFC) Enduit antiadhésif des ustensiles et batteries de cuisine
Emballages alimentaires (ex. : maïs à éclater pour micro-ondes)
Traitements antitaches pour les tissus et tapis
Crèmes pour le corps
Soies dentaires
Équipements médicaux et sportifs
Vêtements performants imperméables de type Gore-Tex
Appareils électroniques
Polluants organiques persistants
Composés imitant les œstrogènes et les hormones thyroïdiennes
Cancérigène
Altération du développement du système nerveux du fœtus
Naissance de bébés de petit poids
Augmentation du taux de cholestérol
Modification de la réponse au stress
Accumulation dans le foie et le cerveau
Triclosan Antimicrobiens
Savons
Certains plastiques : manches de brosses à dents, ustensiles, planches à découper, surfaces de travail
Éponges pour la cuisine
Rideaux de douche
Dentifrice
Produits contre l’acné
Produits de premiers soins
Cosmétiques
Crèmes à raser
Lotions hydratantes
Déodorants
Démaquillants
Vêtements de sport
Jouets
Blocage de l’activité de la glande thyroïde et de l’action des hormones thyroïdiennes
Accumulation dans les tissus graisseux
Toxique pour le foie et les voies respiratoires
  • Une vingtaine de perturbateurs endocriniens seraient présents dans les cheveux des femmes urbaines

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/03/12/une-vingtaine-perturbateurs-endocriniens-dans-les-cheveux-des-parisiennes_4592646_3244.html

…Sur les 64 molécules recherchées, 7 ont été retrouvées dans la totalité des échantillons : un résidu d’insecticides pyréthrinoïdes, deux d’insecticides organophosphorés et quatre de pesticides interdits depuis plusieurs années (hexachlorobenzène, parathion, lindane, trifluraline). La présence dans l’organisme de ces composés chimiques interdits peut s’expliquer de plusieurs façons : utilisation frauduleuse dans certaines exploitations agricoles, utilisation dans d’autres produits que les pesticides ou, plus sûrement, remobilisation de molécules stockées de longue date dans l’organisme (le lindane est par exemple connu pour s’accumuler dans les graisses).

Quinze autres substances ont été détectées sur plus de la moitié des individus testés, parmi lesquelles d’autres pesticides ainsi qu’un PCB (polychlorobiphényle). D’autres perturbateurs endocriniens, comme par exemple certains phtalates, n’ont pas été inclus dans la liste des molécules recherchées…Se fondant sur les études toxicologiques, épidémiologiques et de biosurveillance publiées depuis une vingtaine d’années dans les revues scientifiques à comité de lecture, un groupe de dix-huit chercheurs américains et européens a ainsi récemment chiffré à un minimum de 120 milliards d’euros le coût annuel des dégâts occasionnés sur les Européens par les seuls pesticides organochlorés et organophosphorés ..

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/03/12/une-vingtaine-perturbateurs-endocriniens-dans-les-cheveux-des-parisiennes_4592646_3244.html#lhT3TkUvlWbSMpQr.99

  • rapport publié en 2013 par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), intitulé State of the Science of Endocrine Disrupting Chemicals

La santé dépend du bon fonctionnement du système endocrinien, qui régule la sécrétion d’hormones essentielles, par exemple, au métabolisme, à la croissance, au développement, au sommeil et à l’humeur. Certaines substances, connues sous le nom de perturbateurs endocriniens, peuvent perturber une ou plusieurs fonctions du système endocrinien et ainsi accroître le risque de survenue de problèmes de santé. Certains perturbateurs endocriniens sont naturels alors que d’autres, présents dans les pesticides, les appareils électroniques, les produits d’hygiène personnelle et les cosmétiques, sont synthétiques. Certains additifs alimentaires ou contaminants présents dans l’alimentation sont également susceptibles de perturber le système endocrinien.

Cette étude du PNUE et de l’OMS, la plus complète à ce jour sur le sujet, met en lumière certains liens entre l’exposition aux perturbateurs endocriniens chimiques et plusieurs problèmes de santé. Ces substances chimiques peuvent notamment contribuer à la survenue de la cryptorchidie (absence d’un ou des deux testicules dans le scrotum) chez le jeune garçon, du cancer du sein chez la femme, du cancer de la prostate, de troubles du développement du système nerveux et d’un déficit de l’attention/d’une hyperactivité chez l’enfant, ainsi que du cancer de la thyroïde.

Les perturbateurs endocriniens chimiques peuvent entrer dans l’environnement principalement par le biais des effluents industriels et urbains, le ruissellement des terres agricoles et l’incinération et le rejet des déchets. L’être humain peut y être exposé lors de l’ingestion de nourriture, de poussière et d’eau ou de l’inhalation de gaz et de particules présents dans l’air, ainsi que par contact cutané.

Selon Achim Steiner, Secrétaire général adjoint de l’Organisation des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE, « les produits chimiques occupent une place de plus en plus importante dans la vie moderne et sont essentiels à beaucoup d’économies nationales mais leur gestion irrationnelle remet en cause la réalisation d’objectifs de développement essentiels et le développement durable pour tous ».http://www.unep.org/NewsCentre/default.aspx?DocumentID=2704&ArticleID=9403&l=fr

  • Les preuves : apparition et évolution

http://www.sabotage-hormonal.org/spip.php?article16

En 1962, Rachel Carson, biologiste américaine, publie « Silent spring » dans lequel elle dénonce entre autres les effets perturbateurs du DDT.

Printemps silencieux (Silent Spring) est le titre d’un livre écrit par la biologiste Rachel Carson et publié aux États-Unis par Houghton Mifflin en septembre 1962. Ce livre est connu pour avoir contribué à lancer le mouvement écologiste dans le monde occidental1.

Quand Printemps silencieux fut publié, Rachel Carson était déjà connue pour ses écrits sur l’histoire naturelle, mais n’était pas encore connue pour son rôle de critique sociale. Le livre fut un succès (surtout après sa sélection au « Livre du Mois » et le soutien du Juge de la Cour Suprême William O. Douglas). Il resta dans la liste des bestsellers du New York Times pendant plusieurs semaines et provoqua une prise de conscience du public des problèmes liés aux pesticides et à la pollution de l’environnement. Printemps silencieux contribua à l’interdiction du pesticide DDT ou dichlorodiphényltrichloroéthane aux États-Unis en 19722.

L’ouvrage traitait des effets négatifs des pesticides sur l’environnement, et plus particulièrement sur les oiseaux. Rachel Carson déclarait que le DDT s’avérait être la cause de coquilles d’œufs plus fines chez les oiseaux, et occasionnait une hausse de la mortalité ainsi que des problèmes de reproduction. Elle accusait également l’industrie chimique de pratiquer la désinformation, et les autorités publiques de répondre aux attentes de l’industrie chimique sans se poser de questions.

Printemps silencieux apparaît dans de nombreux classements des meilleurs œuvres littéraires hors-fiction du xxe siècle. Il est classé 5e dans la liste Modern Library des meilleurs écrits non romanesques du xxe siècle ; et 78edans le classement de la revue conservatrice National Review3. Plus récemment, Printemps silencieux fut déclaré comme faisant partie des 25 plus grands ouvrages de tous les temps par l’éditeur du Discover Magazine4.

Une suite lui fut donnée dans Beyond Silent Spring5, un ouvrage coécrit par H.F. van Emden et David Peakall et publié en 1986.

  • Manifeste du mouvement « Ensemble contre les perturbateurs endocriniens »

http://stop-aux-pe.weebly.com/manifeste-des-associations.html

Nous, associations de promotion de la santé environnementale, de protection de l’environnement, associations de malades, associations de consommateurs, mutuelles, syndicats, associations familiales et de parents d’élèves, associations de médecins …

Photo

  • Cancers hormono-dépendants (sein et prostate) et Perturbateurs Endocriniens : pourquoi la France est-elle devenue le premier pays au monde ?

http://reseau-environnement-sante.fr/category/actions-en-cours/

…Traditionnellement le cancer est considéré comme étant lié à une mutation d’un gène (effet génotoxique). Il est nécessaire aujourd’hui de considérer une autre cause celle des perturbateurs endocriniens agissant selon un mécanisme dit épigénétique, c’est-à-dire en perturbant l’expression des gènes…

Discussion à l’occasion de l’annonce de la SNPE-Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens le 29 avril 2014

Avec François Veillerette, Porte-parole de l’association Générations futures

Robert Barouki, Toxicologue à l’INSERM, Biochimiste, Directeur de l’unité Inserm/Université Paris Descartes Pharmacologie, Toxicologie et signalisation cellulaire.

Dominique Dupagne, Médecin généraliste, auteur du blog atoute.org

  • Perturbateurs endocriniens : justifications économiques d’une interdiction immédiate
    par Valérie Xhonneux – 1er mai 2015

Nos différents gouvernements raclent les fonds de tiroir afin de trouver des moyens de répondre aux exigences de rigueur budgétaire notamment dictées par l’Europe. Ils oublient, ce faisant, un facteur essentiel : il est possible de réduire certaines dépenses en santé publique en renforçant les politiques de prévention primaire. Et en la matière, le cas des perturbateurs endocriniens est emblématique : en s’avérant incapable, en plus de 10 ans d’adopter des critères d’identification de ces substances chimiques, la Commission Européenne empêche le mise sur pieds des politiques de prévention, mais paralyse aussi d’autres pans de sa législation, comme celle sur les produits biocides. http://www.sante-environnement.be/spip.php?article1049

  • Rapport de Greenpeace sur les perturbateurs endocriniens dans l’industrie textile (Detox, Dirty laundry)

http://www.greenpeace.org/france/PageFiles/300718/Les%20dessous%20toxiques%20de%20la%20mode_2012.pdf

Greenpeace a analysé des échantillons de vêtements de différentes marques. Il y a trouvé des perturbateurs endocriniens comme le nonylphénol (NPE), des phtalates et des colorants azoïques. Le rapport conclut L’utilisation de substances intrinsèquement dangereuses telles que les NP E, les phtalates ou les colorants azoïques susceptibles de libérer des amines cancérogènes, est tout simplement inacceptable.

  • A voir : Les dessous du soutien-gorge sur France5

Un excellent documentaire sur la fabrication et les composants du soutien-gorge dont 60% des items contiennent des nonylphénols, un perturbateur endocrinien qui serait responsable de l’augmentation du volume des seins. Un distributeur explique que les bonnets C sont de plus en plus demandés.

Le documentaire montre également les conséquences des rejets des fabriques sur l’environnement et la santé des Chinois contraints de vivre dans une sorte de cloaque truffé de nonylphénol et de colorants azoïques.

Nous apprenons aussi combien il est difficile de fabriquer français avec des produits sains. Les Atelières ont fait faillite et une grande marque a choisi de recevoir une cliente à la fois, avec un prix à la mesure du service.

Rediffusion

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-perturbateurs-endocriniens-impliques-diabete-obesite-59935/#xtor=EPR-17-%5BQUOTIDIENNE%5D-20151001-%5BACTU-Les-perturbateurs-endocriniens-impliques-dans-le-diabete-et-l-obesite%5D

En 2015, les experts se sont penchés sur les nouvelles preuves de l’action de ces molécules sur les systèmes endocriniens ; de nouvelles recherches ont ainsi trouvé que cette exposition était associée à une augmentation du risque de développer un diabète et de l’obésité. Les perturbateurs endocriniens sont aussi liés à l’infertilité, aux cancers associés aux hormones et à certains désordres neurologiques.

Des experts internationaux sont actuellement réunis à l’International Conference on Chemicals Management (ICCM4) de Genève pour aborder ces questions. Pour Andrea Gore, président du groupe de travail qui a élaboré la déclaration parue dans Endocrine Reviews, « les preuves sont plus définitives que jamais ». Les perturbateurs endocriniens représentent un risque pour la santé humaine : « Des centaines d’études aboutissent à la même conclusion, qu’elles soient des études épidémiologiques à long terme chez l’Homme, de la recherche fondamentale chez les animaux et les cellules, ou bien de la recherche dans des groupes spécifiques de personnes avec une exposition professionnelle connue à des produits chimiques »…

La menace est particulièrement préoccupante quand des enfants sont exposés dans le ventre de leur mère. Les études chez l’animal ont trouvé qu’une exposition à de faibles niveaux de perturbateurs pendant la vie prénatale peut favoriser l’obésité plus tard. Pour Jean-Pierre Bourguignon, professeur de pédiatrie à l’université de Liège en Belgique, « l’exposition à desproduits chimiques perturbant le système endocrinien pendant le développement précoce peut avoir des conséquences durables, voire permanentes ». Il ajoute : « La science est claire et il est temps pour les décideurs politiques de prendre en compte cette quantité de preuves dans l’élaboration de la législation »…

  • Malformations génitales du bébé mâle

Un nouvel effet délétère de la pollution vient d’être mis en avant par la communauté scientifique. Des chercheurs ont en effet isolé le risque de malformation génitale du garçon, lorsque le fœtus est exposé à des polluants (solvants, détergents, pesticides…) pendant la grossesse.

Un risque triplé

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue European Urology. Pendant cinq ans, deux professeurs du CHRU de Montpellier ont recensé dans les CHRU de Marseille, Bordeaux, Nice et Montpellier, des malformations touchant 600 enfants, dont 300 atteints d’hypospadias, une anomalie congénitale de la verge du nouveau-né (orifice de l’urètre anormalement positionné).

Le risque de naître avec un hypospadias serait ainsi multiplié par trois lorsque les garçons ont été exposés à des perturbateurs endocriniens dans le ventre de leur mère au moment de la différenciation sexuelle. « L’étude démontre pour la première fois que l’exposition professionnelle habitationnelle ou domestique, et afortiori leur association, augmente fortement le risque de malformation génitale », affirme Charles Sultan, l’un des auteurs de l’étude, cité par l’AFP…

Recrudescence du nombre de micros pénis

Selon les chercheurs, la pollution entraîne également chez le garçon « un problème de micro pénis et l’apparition de glande mammaire à la puberté ». « Jamais dans mon service il n’y a eu autant de garçons avec des micros pénis », notent-ils en appelant « au respect du Grenelle de l’environnement » et à « l’arrêt urgent de l’utilisation des pesticides », qui augmenté « de 11 % en 2014 ».

http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/11017-Grossesse-l-exposition-aux-pesticides-accroit-le-risque-de-malformation-chez-l-enfant

  • Incidence des perturbateurs endocriniens pour les filles : puberté précoce et obésité
LA PUBERTÉ

Augmentation des développement mammaires prématurés chez les petites filles (phénomène de petites filles Lolita).

Différentes études vont toutes dans le même sens avec une diminution de l’âge d’entrée en puberté ainsi que l’augmentation de la fréquence de petites filles qui consultent pour un développement prématuré des glandes mammaires.

Les conséquences commencent à être établies, car une glande mammaire qui se développe trop tôt, certes traduit une entrée en puberté plus précoce, mais elle va accompagner ou générer des problèmes sociaux et sociologiques. Ces petites filles vont avoir des corps de femmes dans un cerveau d’enfants. Couplé avec l’utilisation des médias et de la mode qui contribue à l’hyper sexualisation de ces petites filles, nous arrivons à une situation dramatique.

LA RECONNAISSANCE DES PESTICIDES COMME FACTEUR DE DÉTERMINATION DE L’OBÉSITÉ

Un phénomène d’autant plus important qu’il a intéressé l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis*.

http://www.laclefdesterroirs.com/base-de-connaissance/pesticides/resultats-d-etudes/pesticides-et-sante-de-l-enfant

  • Pesticides, détergents, solvants perturbateurs endocriniens
Toute une série de professions concernées

Les médecins ont ensuite recensé les professions des deux parents de ces enfants souffrant de malformation de la verge et ils ont découvert  une surreprésentation de femmes de ménages, d’esthéticiennes, d’agriculteurs ou de techniciens de laboratoires. Enfin quantité de ces petits garçons sont nés non loin d’une usine d’incinération, d’une usine chimique ou de surface agricoles exploitées de manière intensive. Les détergents, solvants et pesticides que les parents ingèrent, inhalent ou touchent  agiraient donc sur la formation de la testostérone du fœtus et sur le développement des organes génitaux. 

http://www.franceinfo.fr/vie-quotidienne/environnement/article/les-malformations-genitales-des-garcons-expliquees-par-les-polluants-688580

 

Environnement. La Mairie de Paris vous présente son menu spécial Buttes-Chaumont

Publié le

Menu imposé quotidiennement de mai à octobre aux riverains des Buttes-Chaumont

Petit déjeuner

Farandoles de viennoiseries aromatisées au purin de poney

Pause de 11 heures

Crottins chauds sur toasts parfumés au fumier de poney

Déjeuner

Pavé de bœuf mariné au purin de poney

Goûter

Thé gourmand avec ses mignardises à l’haleine de poney

Dîner

Croustillant de légumes assaisonné aux effluves de déjections de poney

 

A savoir sur la gestion du fumier d’équidés et la pollution olfactive

  • Les mauvaises odeurs perturbent la qualité de vie

Chez les animaux l’odorat joue le rôle d’informer de la présence d’un danger potentiel. Chez l’être humain, les odeurs sont des vecteurs de perception de la pollution. Les nuisances olfactives perturbent la qualité de vie et induisent des problèmes de santé publique. Certaines odeurs paraissent plus nocives que d’autres en raison de leur caractère chimique. Dès l’instant où les gens les détectent lors de l’inhalation, ils ont alors la vive impression d’être en contact intime avec le contaminant atmosphérique. De ce fait, le niveau de préoccupation face à une odeur présumée nocive augmentera, et la tolérance face à une exposition diminuera car elle pourra susciter la crainte d’un risque aigu ou chronique pour la santé

Odor Complaint

. http://blog.odotech.com/fr/bid/56313/Les-7-facteurs-qui-g%C3%A9n%C3%A8rent-une-nuisance-olfactive

 

  • Normes concernant les fumières

Lorsque les structures hébergeant (entre autres) des équidés ne relèvent pas de la réglementation
régissant les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), elles sont soumises
au respect des mesures fixées par le règlement sanitaire départemental (RSD). www.cheval-fumier.com/userfiles/1240/File/fum-05-normes-fumi-res.pdf

 

  • Quelques Infos sur le fumier.

    Un cheval adulte produit chaque jour :
    – 10 à 14 kilos de crottin
    – 9 litres d’urine
    – 3 à 7 kilos de litière.
    Donc en 6 mois (l’hiver par exemple), plus de 2,5 tonnes de crottin … ça fait peur, non ?

    Une tonne de fumier, c’est :
    – 6 kilos d’azote
    – 6 kilos de potasse
    – 2.5 kilos de phosphore

    Le fumier est juridiquement considéré comme un déchet….

    Toujours juridiquement, chaque détenteur d’un équidé est responsable de son fumier jusqu’à élimination. Toujours sur 6 mois, cela peut faire 5,4 tonnes de déchet par cheval. Les déchetterie n’en voulant pas, je suis obligé de l’éliminer « en prenant toutes les dispositions pour éviter la création de nuisances et de pollution des eaux ». http://www.equibio.net/articles.php?lng=fr&pg=633

 

  • Le fumier d’équidé est toxique pour les plantes et les humains

Le fumier non composté brûle les plantes. Il doit vieillir deux à trois ans pour constituer un bon engrais mais ne convient pas à toutes les plantations.

Les déjections d’équidés contiennent des produits chimiques, par exemple des vermifuges qui sont toxiques pour les plantes et polluent les eaux.

Le fumier attire les mouches, toutes sortes d’insectes, les pigeons et tous les corvidés (corneille, corbeaux) ainsi que les rats

Ville de Paris. Les usagers du parc des Buttes-Chaumont sont mécontents

Publié le

004

Temple d’amour, belvédère, gloriette, un édifice qui fait fantasmer …Automne 2013, photo La Connectrice

La mairie de Paris s’enorgueillit de ses aménagements urbains qui pourtant ne font pas l’unanimité chez les Parisiens. En effet, les premières victimes d’une philosophie égocentrique qui privilégie la fête, la vitesse, le communautarisme et le bruit se fait au détriment des citadins qui aiment flâner, rêver, déambuler en toute liberté et trouver un repos bien mérité la nuit après une journée de labeur.

La rénovation du parc des Buttes-Chaumont,  travaux qui ont coûté énormément d’argent au contribuable parisien, n’a guère pris en compte la finalité d’un parc urbain qui consiste essentiellement à offrir aux citadins un espace de tranquillité, de calme et de liberté à l’abri du tumulte de la ville. La population urbaine submergée par le béton, le macadam, la pierre et le tumulte des transports motorisés a besoin de se ressourcer dans un espace qui privilégie une représentation idéalisée de la nature. Dans un parc, on a envie d’entendre le chant des oiseaux, le souffle du vent dans les arbres et non pas les tremblements de basses acoustiques que tout un chacun peut aller écouter chez lui, en boîte ou à Ibiza.

De même, l’usager du parc a besoin de déambuler librement sans avoir à se garer à gauche ou a droite des joggeurs qui eux ont la possibilité d’aller courir dans les stades qui sont fait pour cela. Le flâneur, lui ne peut pas flâner dans un stade.

Les responsables de l’aménagement du parc urbain des Buttes-Chaumont semblent avoir oublié les fondamentaux qui justifient l’existence même d’un parc.

Vous pourrez lire ci-dessous un petit récapitulatif des critiques formulées par les usagers du parc que j’ai rencontrés au fil de sa fréquentation depuis sa rénovation.

La Connectrice

die Sonn erwacht in Ihrer Pracht

Die Sonn erwart in Ihrer Pracht. Photo de Marion L., août 2014 lever de soleil

Les points positifs de la rénovation du parc

  • La réfection du circuit hydraulique. Cette oeuvre ne se voit pas vraiment mais nous devrions en voir les effets au fil du temps. On peut déjà constater que les fontaines sont -pour la plupart- en état de fonctionnement, cascades et lac plus propres, végétation mieux irriguée et pelouses plus vertes
  • Plantation en grand nombre d’arbustes, de lierre et de pervenches dans les espaces dénudés et rendus stériles par l’ombrage des ifs en particulier.
  • Consolidation des abords des cascades et des ruisseaux
  • Restauration des rocailles
  • Les bordures extérieures en pierre qui étaient cassées et descellées ont été réparées

Les points à la fois positifs et négatifs

  • Caniveaux  pavés réalisés le long des allées pour favoriser le drainage des eaux de pluie. Ils sont très jolis mais peu efficaces. L’été pluvieux a permis de constater que des flaques d’eau stagnaient dans les allées. Le parc étant accidenté, le drainage des sols est fondamental lors de grosses chutes de pluie pour éviter l’érosion des parties accidentées et la stagnation de l’eau.
  • Les nouvelles poubelles de la Ville de Paris sont très élégantes mais elles ont le défaut d’avoir une ouverture relativement étroite, ce qui entraîne des dépôts de sacs de déchets à leur base. Par ailleurs, les jours de grande affluence, elles ne suffisent pas à recueillir tous les déchets générés par les usagers du parc qui viennent y pique-niquer. Ces poubelles ne sont pas assez nombreuses et, surtout, elles ne sont pas vidées assez souvent.

Les points négatifs

  • Le revêtement des allées est fortement critiqué par les parents et les personnes âgées.

Les allées sont recouvertes de gravier blond au prétexte qu’elles retrouvent leur aspect d’antan. Lorsque le parc a été crée, à la fin du XIXème siècle, les promeneurs étaient chaussés de bottines fermées qui ne laissaient pas pénétrer les gravillons.

Les enfants des bourgeois qui se promenaient devaient se garder d’abîmer leur costume de parade et étaient donc interdits de jeux physiques risquant d’entrainer leur chute. Aujourd’hui, chuter sur des gravillons est extrêmement dangereux, tant pour les enfants que pour les personnes âgées. D’autre part, les gravillons sont glissants et favorisent la chute des plus faibles par temps secs mais d’avantage encore par temps humide.

Les gravillon dégagent énormément de poussière qui s’ajoute à la pollution atmosphérique habituelle des villes

 

 

2-IMG_10121-IMG_1014

Des graviers tranchants jetés sur une base de ciment, joli mais dangereux

  • Les allées ont été élégamment bordées par des fils de fer tendus entre de jolis piquets en métal genre rocaille. Ces fils de fer sont déjà rompus dans leur majorité pour la bonne raison qu’ils sont verts, comme la végétation qu’ils sont sensés protéger des piétinements. On voit les piquets mais pas ces fils qui sont donc dangereux, inefficaces et exigent une main d’oeuvre permanente pour les renouveler ou les retendre.

1-IMG_1015 2-IMG_1018

Fils cassés et piqués déchaussés après deux ou trois mois d’installation. Normal, les fils verts sur fond vert sont invisibles et donc dangereux.

 

  • Les trottoirs ont été supprimés pour élargir les allées, or ils permettaient de réguler les flux. Les coureurs couraient au milieu des allées tandis que les promeneurs pouvaient se réfugier sur les trottoirs. Avec le nouvel aménagement, les flâneurs sont quasiment harcelés par les coureurs qui les frôlent intempestivement et leur imposent un rythme contraire à la relaxation. De plus, la course des joggeurs fait crisser les gravillons des allées, un bruit qui s’ajoutent à celui de la ville, comme si les bruits inhérents au commerce urbain ne suffisaient pas.
  • La rénovation du parc ne s’est pas accompagnée de moyens supplémentaires pour protéger les lieux et la tranquillité des promeneurs. Il n’y a pas suffisamment de gardiens pour faire respecter la végétation, la propreté, la circulation illégale de bicyclettes et même de scooters, les dépôts d’ordures, l’utilisation des buissons comme lieux d’aisance, la consommation de boissons alcoolisées, l’écoute amplifiée de musique, etc. Comme la police ou les contrôleurs de la RATP, les gardiens devraient se déplacer en équipe afin d’asseoir leur autorité qui est trop souvent contestée. En effet j’ai été témoin de l’impuissance des gardiens face à l’agressivité des auteurs de comportements répréhensibles. Les gardiens ne font pas peur et ils ne sont pas du tout respectés.
  • Traitement des déchets négligé

 

Des poubelles en nombre insuffisant

4-IMG_1023Il faut marcher longtemps avant de trouver la prochaine poubelle

5-IMG_1022

Aucune poubelle autour du lac entre la petite et la grande cascade

6-IMG_1021

 

D’ici à la grande cascade, aucune poubelle sur un quart du pourtour du lac

Les déjections des poneys dégagent une odeur pestilentielle

Le concessionnaire des poneys fait travailler des jeunes dont le statut semble léger. Les crottes et l’urine des poneys sont déversés dans les buissons près des toilettes publiques et dégagent des odeurs de purin qui n’ont rien à voir avec celle des bouses de vache qui évoquent la vie à la campagne, c’est bien pire. Cette puanteur s’infiltre dans les restaurants et les immeubles de la rue Manin.

vieux-kiosque--Buttes-Chaumont2.jpg

Le kiosque tel qu’à l’origine du parc Source http://www.comme-le-temps-passe.fr/article-les-buttes-chaumont-le-kiosque-disparu-98615667.html

  • On attend depuis des années le retour du kiosque à musique, un édifice typique des parcs français. Il a été démonté il y a de nombreuses années au prétexte officiellement communiqué dans les organes municipaux de le restaurer et de le remonter sur l’eau comme à l’origine. Curieusement, des financements ont été trouvés pour restaurer le Pavillon du lac, l’ancien pavillon Weber devenu la guinguette Rosa Bonheur, les deux baraques à gaufre autour du lac qui sont des entreprises commerciales subventionnées par le contribuable mais les financeraient manqueraient pour un édifice historique qui offre un divertissement traditionnel et populaire de concerts gratuits réalisés par des musiciens amateurs issus d’entreprises pour la plupart publiques ou assimilées comme la RATP, la SNCF, les corps militaires ou l’Unesco. Pour un parc soit-disant « populaire » dans un arrondissement dit « populaire », l’absence de manifestations réellement populaires laisse à désirer a de quoi chagriner les usagers du parc.

A noter que de fait les Buttes sont exclues de l’éco-festival kiosquorama qui se déroule chaque année en septembre dans les kiosques des parcs parisiens http://www.parisinfo.com/ou-sortir-a-paris/infos/guides/Kiosquorama,-l’%C3%A9co-festival

  • Malgré les revendications constantes et pressantes des propriétaires de chiens, aucun espace canin n’a été aménagé alors que des usagers viennent parfois de loin pour promener leur animal de compagnie dans la verdure. Cette absence de réponse à un besoin réel, par ailleurs satisfait dans toutes les autres capitales européennes, incite les propriétaires à lâcher leur animal dans le parc en se jouant des gardiens et en détériorant malgré eux la végétation. L’absence d’espace canin favorise l’incivilité des propriétaires en matière de propreté, de sociabilité et de sécurité. Une telle surdité à la demande de satisfaction d’un besoin prégnant relève d’un profond mépris de la population concernée qui pourtant rapporte chaque année environ 5,6 milliards  d’euros soit – 3 milliards pour l’alimentation industrielle (l’alimentation familiale ou artisanale ne fait pas l’objet de chiffrages) ;– 900 millions pour les accessoires et le toilettage ;– 700 millions pour les soins vétérinaires ;– 600 millions pour la pharmacie ;– 400 millions pour les ventes d’animaux ;– 45 millions d’assurances. http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i1514.asp

3-IMG_1020

Les responsables du parc préfèrent sévir que répondre aux besoins des chiens et de leurs maîtres

Le maire m’a dit avoir pensé à créer un espace canin du côté de la Butte Rouge, un joli lieu mais excentré au bord du périphérique et où on entend trop le flot perpétuel des automobiles.

Mais pourquoi donc les propriétaires canins dont beaucoup ont choisi d’habiter à proximité des Buttes pour y promener leur compagnon devraient-ils s’exiler et être relégués comme des pestiférés aux frontières de l’arrondissement ?

Le maire semble ne pas avoir bien étudié la question car il néglige la réalité du duo, de la dyade que forment un chien et son propriétaire. Ils vivent ensemble, ils respirent ensemble, ils jouent ensemble et ils se promènent ensemble pour le plaisir et le bonheur du duo. Promener son chien, ce n’est pas comme certains voudraient le croire, lui faire faire une sortie technique mais aussi se détendre, admirer le paysage, s’amuser, socialiser (autant les chiens avec leurs congénères que les maîtres avec leurs semblables), découvrir, respirer, partager de petits plaisirs et parfois faire de l’exercice.

Buttes-Chaumont. Le label écologique ne couvre pas le vacarme et la puanteur

Le parc des Buttes-Chaumont à Paris a reçu le label écologique dont les critères semblent loin de protéger usagers et riverains de pollutions extrêmement nocives comme le bruit et la puanteur.

Mes fenêtres donnant sur le parc, j’ai le privilège de jouir d’une vue splendide, un avantage très appréciable à Paris. Malheureusement, je suis aux premières loges pour subir les inconvénients d’une gestion aléatoire. Un réel bénéfice toutefois, depuis que les jardiniers du parc n’utilisent plus d’insecticides et font intervenir des insectes pour éliminer la vermine, les plantes de mon balcon se portent mieux et je n’ai plus besoin moi-même de les traiter pour éliminer mouches blanches, araignées rouges, cochenilles et pucerons.

Le problème, c’est la puanteur qui se dégage des déjections des poneys qui sont simplement jetées dans les fourrés. J’ignore si elle les fertilisent mais le purin empeste jusque dans mon appartement. Déjà que les poneys ont mauvaise réputation pour leur haleine, je vous laisse imaginer ce qu’il en est de leur urine. Il est tout de même étonnant que les responsables de l’entretien du parc n’aient pas trouvé de solution pour remédier à cet inconvénient et qu’ils ne puissent puiser dans le montant de la redevance versée par l’exploitant des poneys les moyens d’évacuer leur fumier de manière hygiénique.

A propos d’hygiène, notons qu’aux beaux jours, les poubelles du parc débordent de détritus ce qui encourage les usagers à laisser leurs papiers gras sur les pelouses. Le dimanche soir, le parc est comme un champ de bataille dont les combattants auraient laissé leurs morts sur place.

Les riverains du côté Crimée et Botzaris du parc sont gravement importunés par la musique de la guignette Rosa Bonheur, par les cris et vociférations de ses clients avinés et par le vacarme de leurs scooters. Tout le monde sait qu’il est sportif et vert de circuler à moto ou scooter. C’est oublier leur odeur nauséabonde et le bruit de leurs moteurs trépidants. Quand la horde des clients du Rosa Bonheur quitte les lieux au milieu de la nuit, je vous laisse imaginer le malaise des riverains réveillés en trompette qui parfois ne peuvent plus se rendormir avant l’aube pour devoir rapidement se mettre debout pour aller au turbin. Certains ont du déménager pour des horizons plus calmes tandis que d’autres s’apprêtent à le faire.

A l’opposé du Rosa Bonheur, côté mairie, les riverains ont droit au vacarme du Pavillon du lac conçu pour faire la fête, une fête qui exige de la musique amplifiée, de pesantes basses et l’obligation pour toutes et tous de subir la fête des fêtards alcoolisés qui ne se décident pas à quitter les lieux avant d’avoir longuement vociféré, hurlé et palabré sous les fenêtres de gens qui tentent de trouver le sommeil et de se reposer.

Tard la nuit, des gens vont faire de la musique dans le parc, notamment avec des percussions dont les rythmes exacerbent les candidats au sommeil les privant du paisible chant des oiseaux. Et les oiseaux, qu’en pensent-ils de ces vacarmes et vibrations mécaniques ?

L’alcool joue un beau rôle dans les nuisances sonores car il coule à flots, que ce soit au Rosa Bonheur, au Pavillon du lac ou sur les pelouses. Les pique-niques sont souvent très arrosés et il suffit de regarder les poubelles pour s’en inquiéter : canettes de bière, bouteilles de bière, de champagne, de vin, de whisky, de rhum ou de gin s’entassent au-delà des capacités des poubelles. D’après le règlement du parc il est interdit d’y consommer de l’alcool …Mais on le sait, Paris est une maison de tolérance où malgré les lois, on tolère le bruit et l’alcool. Heureusement, il est question d’interdire la cigarette, même électronique dans les lieux publics …En attendant, on peut tranquillement fumer des joints sur les pelouses, dans les bosquets et dans les lieux de « fête ».

De nombreuses équipes médicales ont démontré que le bruit était un facteur de stress et qu’il contribuait à développer certaines maladies dont les affections cardio vasculaires. La protection de la santé n’est-elle pas une préoccupation écologique ? Quant au fumier de poney, j’ignore s’il est recommandé pour la santé …

Protéines animales et farines animales, on se moque du consommateur

Les journalistes et les porte-parole des industriels ont bien appris leur leçon. A l’annonce de l’autorisation par la CE de nourrir les poissons avec des farines animales, ils nous expliuent sans rougir que farines et protéines, ce n’est pas la même chose. Tu parles !

J’évitais déjà de consommer du poisson d’élevage et je vais désormais camper encore plus énergiquement sur mes positions.

Je dois dire que j’avais eu une révélation lorsque j’avais découvert comment était élevée la perche du Nil. J’avais découvert ce poisson succulent sur l’étal d’un poissonnier des bords de mer et j’avais associé l’aspect et le goût de sa chair à la mer toute proche et l’activité des pêcheurs. Las, j’appris plus tard que la perche du Nil était élevée dans le lac Victoria -Kenya, Ouganda et Tanzanie-, qu’elle y détruisait les poissons autochtones, qu’elle causait des ravages sur la flore du fait de ses déjections et qu’elle augmentait la misère des villageois alentour en les rivant de leurs ressources traditionnelles et les contraignant, pour ceux qui le pouvaient, à travailler pour des clopinettes dans les bagnes d’aquaculture. Ajoutez à cela que ce poisson est transporté par avion pour que nous puissions le consommer bien frais et que son bilan carbone est plutôt mauvais. http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/zoologie-1/d/poissons-eau-douce_1440/c3/221/p19/

Inutile de vous dire que, malgré son charme, je ne consomme plus de perche du Nil. Et pas question non plus de goûter au tilapia, son associé local.

Ce matin sur RFI, j’entendais la journaliste expliquer en lisant son dossier de presse, la différence entre les farines animales et les protéines animales.

Les farines, c’était hier, c’était le prion et la vache folle. On broyait les carcasses animales dans leur totalité, qu’elles soient saines ou pas. On jetait toutes les bêtes mortes dans les broyeurs, tripes, os et peaux (quand on ne pouvait les récupérer) …Beurk !

Aujourd’hui, on ne lance dans les broyeurs que les parties nobles de poulets et de bovins. Le reste, on le vend aux cimenteries qui le brûlent pour chauffer leurs fours et qui libèrent dans l’atmosphère toutes sortes de cochonneries qui ne seront pas ingérées directement par les élevages mais respirées par les humains.

Un jour, on va nous annoncer que de curieuses maladies sont apparues chez les occupants de bâtiments neufs et, après enquête, on découvrira que le ciment était contaminé par des saletés attrapées au cours des manutentions de carcasses pourries. Oh, comme c’est regrettables, ces facteurs contaminants auraient du être détruits par la chaleur et la fonction corrosive du ciment lui-même ….

Rien que pour l’imaginaire, c’est réjouissant de savoir qu’on est entouré des mânes et des miasmes de carcasses pourries et contaminées. Vive la poésie !

Moi, je m’en fiche, j’habite dans un immeuble ancien dont les pierres sont scellées au mortier romain 😉

Peut-on consommer en toute sécurité ? Non !

téléchargement

http://www.midilibre.fr/2013/01/05/pollution-dans-les-eaux-de-la-mosson,622090.php

La découverte récente de viande de cheval clandestine dans des plats cuisinés de Findus et Picard soulève une fois de plus le risque que nous prenons chaque jour à consommer des produits dont il nous est impossible de vérifier la composition annoncée sur les étiquettes.

Chaque jour, nous apprenons que les étiquettes nous informent mal, qu’elles cachent à dessein des informations qui nous seraient utiles et que les industriels les conçoivent de manière à nous tromper sciemment pour que nous achetions toujours plus. Il est souvent difficile pour le consommateur de décrypter l’origine et la composition exacte des produits qu’il achète, ce qui concerne l’alimentaire mais aussi tous les produits de consommation courante. Les fabricants respectent la loi qui les oblige à indiquer l’origine et la composition des produits tout en s’arrangeant pour rendre ces données incompréhensibles à première vue. C’est le cas des additifs qui portent des codes ou des mentions sibyllines du genre « produit transformé en France » quand les ingrédients viennent d’ailleurs, « produit fabriqué en France » alors qu’il n’y est qu’assemblé avec des pièces d »‘origine étrangère, « jus d’orange » ou « 100% pur jus » ou boisson à l’orange » avec une étiquette qui fait ressortir jus et orange afin de détourner l’attention de l’acheteur sur la nature du produit, « Huile à la carotte » pour de l’huile végétale contenant 1% d’huile de carotte, etc.

Il faut avoir du temps et être patient pour lire les listes d’ingrédients ou de composants écrites en lettres minuscules. La législation n’est pas trop regardante sur sa mise en oeuvre afin de ménager la susceptibilité des industriels-qui-créent-de-l’emploi. De même pour les contrôles qui sont nettement insuffisants et qui coûteraient à l’Etat beaucoup moins que ce qu’il lui en coûte de santé publique. Mais la santé publique fait aussi vivre des emplois, y compris les emplois grassement rémunérés des professeurs amis de nos ministres et élus médecins et pharmaciens.

Nous avons eu Tchernobyl avec des pollutions radioactives qui se sont arrêtées à notre frontière, la vache folle, le sang contaminé, le distilbène, le Médiator, la pilule, les anxiolytiques, les statines (anti cholestérol), la dioxine, les fines particules du diesel, la pollution des nappes phréatiques par les nitrites, les phtalates, bisphénol, les hormones, le mercure , la viande halal pétrie de toxines anti souffrance et maintenant la viande de cheval à la phénylbutazone, le poulet et le veau aux hormones, le boeuf aux antibiotiques, la grippe aviaire  et puis aussi les sels d’aluminium et les parabens et bientôt, pour les poissons d’élevage,  le retour des farines animales enrichies des hormones et antibiotiques données au bétail …Songeons aussi aux émanations des ampoules économiques, les radiations émises par les téléphones mobiles et les antennes relais, les ions négatifs libérés par toutes nos machines électroniques …Ouf, je sais que j’en oublie encore et je me demande comment nous arrivons à survivre dans cette pollution d’enfer.

Pour contrôler ce qu’il ingère, respire et touche, chaque consommateur devrait être équipé d’un labo portatif destiné à mesurer les poisons, tous les poisons. Je me demande s’il est possible de miniaturiser un systèmes destiné à détecter des milliers de polluants et de substances toxiques et, tant qu’on y est, les virus, microbes et bactéries. On ajouterait aussi à la liste les ondes toxiques générées par la malveillance, le harcèlement, la bêtise et la manipulation.

z téléchargement (1)

Sisyphe, Gravure de Gustave Doré. Plate XXII: Canto VII: The hoarders and wasters. « For all the gold that is beneath the moon, / Or ever has been, of these weary souls / Could never make a single one repose » 

Wikimedia Commons
Public Domain

Se protéger contre les poisons est un travail de Sisyphe car l’activité humaine en crée de nouveaux en permanence et nous trouvons tous les jours des sources nouvelles de pollution. Il est clair que le consommateur ne peut pas se protéger contre toutes les nuisances et qu’il ne peut que gérer son exposition aux dangers en se bricolant des défenses adaptées à ses fragilités. Une mesure à la portée de toutes et tous est de varier les poisons en évitant de consommer les mêmes produits en permanence, en changeant  régulièrement d’air et d’environnement.

 

%d blogueurs aiment cette page :